Archives par mot-clé : uvulaire

Problèmes de comparatisme rgyalronguique (2): les correspondances vocaliques

Le japhug et certaines variétés de situ se distinguent des autres langues rgyalronguiques en cela que leur rime -a correspond bien au tibétain -a (ou au tibétain -al, -an, suite à la chute des sonantes finales *-l et *-n, ou au tibétain -o suite à la loi de Laufer) ou d’autres langues extérieures au rgyalronguiques, et préservent vraisemblablement le *-a du proto-rgyalronguique.

Les quelques paires de cognats suivants entre japhug et tibétain illustrent ces correspondances:
|ndza| « manger » : ཟ་ za « manger »
|pa| « faire » : བྱས་ bʲas « faire » (passé, racine -bʲa-)
tɯ-rna « oreille » : རྣ་ rna « oreille »
tɯ-ɕna « nez » : སྣ་ sna « nez »
tɯ-tɣa « empant » : མཐོ་ mtʰo « empant » (pré-tibétain *mtwa)
tɯ-ɕɣa « dent » : སོ་ so « dent » (pré-tibétain *swa)

La plupart des langues rgyalronguiques, y compris certains dialectes du situ comme celui de Bragbar , ont toutefois des voyelles antérieures (en bragbar -iɛ, en tshobdun -e, en zbu -i, -ie ou -e) correspondant au japhug -a. Ces correspondances s’observent dans des emprunts au tibétain, comme nous allons le voir plus bas, ce qui indique leur caractère relativement récent; par ailleurs, le fait que le tshobdun soit affecté par l’antériorisation des voyelles, tandis que le japhug ne l’est pas, alors que ces deux langues sont sans nul doute les plus proches phylogénétiquement, implique que ces changements ont eu lieu indépendamment dans les différentes langues rgyalronguiques (au moins en partie).

Néanmoins, si l’on s’intéresse de près aux correspondances, il est évident que l’on ne peut se contenter de supposer un changement d’antériorisation non-conditionné du *-a. Simplement entre le tshobdun et le japhug, ont observe les deux correspondances principales suivantes (les données tshobdun viennent des textes édités par Jackson T.-S. Sun):

Japhug : Tshobdun

(1) -a : -e
qarma « crossoptilon » : qɐrme
ra « être nécessaire » : reʔ
sna « être bien » : sneʔ
spa « être capable » : ‘spe
tɤjpa « neige » : tɐjpe
tɯ-ŋga « habits » : tə́-ⁿge
tɯ-rpa « hache » : tərpe
tɯ-tɣa « empant » : kə-tʰwe

La correspondance (1) est très courante dans les emprunts au tibétain:
tɤ-zgra « bruit » : o-zgre : སྒྲ་ sgra
smɤnba « médecin » : smɐ́nbe : སྨན་པ་ sman.pa

(2) -a : -ɐ
iɕqha « à l’instant » : ʃqʰɐʔ
nɤɕqa « supporter » : nɐ́ʃqɐ
ɴqa « être dur » : mqɐ
sqa « cuire » : sqɐ
tɤ-ʁa « temps libre » : tɐqɐ
βʁa « gagner, être puissant » : fqɐ
ɯ-qa « fond »: o-qʰɐ


cha « pouvoir » : cʰɐ
nɤma « faire, travailler sur » : nɐmɐ
tɤrka « mule »: tɐrkɐ

Cette correspondance est aussi attestée dans certains emprunts (plus rares que la précédentes)
ɯ-tshɯɣa « forme »: o-tsʰəɣɐ : ཚུག་ཀ་ tsʰug.ka

Il est manifeste que la correspondance (2) contient une part disproportionnée de mots à initiales uvulaires. Il est donc vraisemblable de supposer que le changement de *-a à -e en tshobdun a été bloqué dans les mots à initiales uvulaires (à cause de l’effet bien connu des uvulaires sur le F1). Les mots à initiales non-uvulaires seront discutés plus tard, mais notons dans un premier temps que leurs cognats en zbu (chɐ̂ « pouvoir », nɐmɐʔ II:nɐmɐ « travailler »; données personnelles) n’ont pas subi l’antériorisation (et que certains d’entre eux, comme « mule », sont probablement des emprunts internes aux langues rgyalrong).

Il semble exister un contre-exemple au blocage de l’antériosation par les uvulaires: le verbe transitif qha « haïr », dont le cognat tshobdun est qʰeʔ (dans ⁿge-qʰeʔ-nə « ils détestent » à l’imperfectif 3pl, thème I). Néanmoins, ont trouve aussi une forme qʰɐ (p.156, qʰɐ-nə « ils détestent » qui semble analysable comme un thème I. Son cognat zbu qɐ̂ II: ´qhɐ III: (données de Gong 2018, dialecte zbu distinct de celui cité ailleurs dans ce billet) n’a de forme à voyelle antérieure qu’au thème III. Le dérivé propriétif sɐqʰɐ « être détestable » a bien la voyelle -ɐ attendue, et quelle que soit la raison pour la forme imperfective ⁿge-qʰeʔ-nə (une généralisation analogique à partir du thème III, qui comme en japhug qʰe a une voyelle antérieure?), cette exemple n’infirme pas l’hypothèse que les uvulaires bloquent l’antériorisation en tshobdun.

Une complication aux correspondances (1) et (2) est le fait qu’il existe des alternances -e / -ɐ entre le thème I et II d’une part, et entre I/II et III d’autre part.

Le premier cas s’observe dans fceʔ « changer » II: fcɐ, III: fcɛʔ et ɐmqeʔ « se battre » II : ɐmqɐ (dont l’applicatif nɐmqeʔ a pour cognate japhug nɤmqe « insulter »).

Néanmoins, la plupart des verbes en -e ou -ɐ n’ont pas d’alternance vocaliques entre les thèmes I et II; c’est le cas des autres verbes correspondant au -a du japhug:

rɐmɐ « travailler », II: rɐmɐʔ (japhug rɤma)
sqɐ « cuire en faisant bouillir » II:sqɐʔ (japhug sqa)

Au thème III, les verbes en -e aux thèmes I et II ont toutefois régulièrement -ɐ:
ⁿdze « manger », II:ⁿdzeʔ, III:ⁿdzɐ (japhug ndza)
ntʃʰe »tuer », II:ntʃʰeʔ, III:ntʃʰɐ (japhug ntɕha)

Si l’origine de l’alternance -e / -ɐ au thème III est encore inconnue, notons aussi que certains mots à -e ou -i en japhug correspondent à des mots en -ɐ en tshobdun (ou en zbu), suggérant une centralisation d’anciennes voyelles antérieures dans certains contextes (liste non-exhaustive):

tɤ-rte « chapeau »: tɐrtɐ
tɯrme « homme »: tərmɐ
tɤ-se « sang » : tɐsɐ
tɤ-jme « queue » : o-jmɐ
tɤ-re « rire »: tɐrɐ
tɯtsɣe « commerce »: tətswɐ
ɯ-mke « cou »: o-mkɐ
ŋke « marcher »: nkɐ
tɤŋe « soleil »: tɐ́ŋɐ

Le verb qɐrte « porter (un chapeau) », pourtant vraisemblablement dérivé de tɐrtɐ « chapeau », a en revanche une voyelle antérieure.

Toutes ces observations indiquent que d’anciens *-e sont devenus -ɐ en tshobdun (il deviennent normalement -ɛ), et que certains verbes à *-e ont subi ce changement phonétique au thème II, mais pas au thème I (il est donc possible que cette alternance soit liée à l’accentuation), comme les verbes à alternances -e / -ɐ fceʔ « changer » et ɐmqeʔ « se battre ». Il est encore trop tôt pour déterminer avec précision le contexte phonétique précis de ce changement, car il est inévitable que l’analogie a dû jouer, comme l’atteste le fait que certains verbes semblent présenter des formes alternatives en tshobdun: ntsweʔ « vendre » (cognat du japhug ntsɣe) a pour thèmes II ntswɐ (ne-ntswɐ « he sold them out », p.202) et ne-ntswe (ne-ntswe « after he had sold … », p.203).

Références
Gong, Xun. Le rgyalrong zbu, une langue tibéto-birmane de Chine du Sud-ouest. Une étude descriptive, typologique et comparative. Université Sorbonne Paris Cité. https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01894726v2/
Sun, Jackson T.-S. and Bstan’dzin Blogros 2019. Tshobdun Rgyalrong Spoken Texts With a Grammatical Introduction. Language and Linguistics Monograph Series 62. http://www.ling.sinica.edu.tw/LL/zh/monographs.Contect/%E8%8D%89%E7%99%BB%E5%98%89%E6%88%8E%E8%AA%9E%E5%8F%A3%E8%AA%9E%E6%96%87%E6%9C%AC%E5%88%86%E6%9E%90%E6%9A%A8%E8%AA%9E%E6%B3%95%E7%B6%B1%E8%A6%81/

Uvulaires et vélaires en chinois archaïque

La reconstruction de Baxter-Sagart adopte en la modifiant l’hypothèse de Pan Wuyun de séries uvulaires. La théorie des uvulaires dans l’ouvrage de 2014 est légèrement différente de celle présentée dans cet article accessible en ligne. Le tableau suivant (Baxter et Sagart 2014:46) récapitule les correspondances entre uvulaires simples du chinois archaïque et chinois moyen selon leur système:

Il existe néanmoins des contacts dans certaines séries phonétiques entre initiales occlusives vélaires du chinois moyen (k-, kʰ-, gj-, ŋ-) avec les x-, ɦ- et ʔ- du chinois moyen (notées h- et ‘- par Baxter et Sagart) caractéristiques des séries uvulaires. Pour expliquer ce phénomène assez courant, Baxter et Sagart (p45) diffèrent de Pan Wuyun:

Une manière d’interpréter le changement proposé est que les présyllables fortement attachées assimileraient (ou dissimileraient) les uvulaires en vélaires. Cette idée (qu’elle soit interprétée comme une assimilation ou une dissimilation) me semble problématique, car elle suppose des changements non-attestés ou quasiment non-attestés.

Certains auteurs affirment que la dissimilation d’uvularité n’existerait pas; le seul exemple que j’ai pu trouver est cet article qui mentionne des cas de « Abnormal or spontaneous cases of de-velarization or de-uvularization, like /ṣ/ > /s/, e.g., ’absar “sehen” (p. 134, < Cl.Ar. {bṣr}), siḥābī “Gespenst” (p. 540, < Cl.Ar. {ṣḥb}), sadīrah “Leitkamel” (p. 546, /t/, e.g., ratn “Kauderwelsch” (p. 430, /k/, e.g. ṭarēku “Weg” (p. 773, < Cl.Ar. {ṭrq})." La forme ṭarēku correspondant à ṭarīq(u), si elle est effectivement correctement transcrite, serait un cas où l’emphatique ṭ aurait causé la dissimilation à distance de l’uvulaire en k; toutefois, en sémitique et en berbère, c’est plutôt le changement inverse qui est habituellement observé, la dissimilation des coronales emphatiques par les uvulaires, comme dans l’algérien de Dellys triq « chemin » < ṭarīq (voir Souag 2005), et de même en berbère (voir Souag 2013). Les cas de dissimilation de type q…q > q…k en tout cas sont à ma connaissance non-attestés.

L’interprétation du changement proposé par Baxter et Sagart comme une assimilation, par exemple *k.qV > *k.kV, me semble aussi difficile, car je ne connais aucun cas de ce type.

En revanche, l’assimilation d’uvularité (vélaire > uvulaire au contact d’autres uvulaires) est bien connue, et attestée notamment en rgyalronguique, en maya et en Totonac de Misantla (MacKay 1999).

Une manière alternative de concevoir les contacts entre vélaires et uvulaires dans les séries phonétiques où les occlusives vélaires cohabitent avec les fricatives x-, ɦ- et la glottale ʔ- en chinois moyen pourrait donc être de prendre le problème à l’envers: les mots reconstruits comme uvulaires, comme 影 ʔjæŋX viendraient d’anciennes vélaires avec un préfixe uvulaire (*qə-kraŋʔ > *qraŋʔ) tandis que les vélaire seraient non-préfixées (景 kjæŋX <*kraŋʔ). Une telle solution résoudrait le problème typologique de la reconstruction de Baxter et Sagart, sans perdre le pouvoir explicatif de l'opposition entre vélaires et uvulaires en chinois archaïque.

Références
Corriente, Federico 2014 Again on the Yemenite connection of Andalusi Arabic and other Western Arabic Dialects, Folia Orientalia, 51:9-26.
MacKay, Carolyn J. (1999), A Grammar of Misantla Totonac, Salt Lake City: University of Utah Press.
Souag, Lameen. 2005. “Notes on the Algerian Arabic Dialect of Dellys” – Estudios de Dialectología Norteafricana y Andalusí 9, pp. 151-180.
Souag, Lameen. 2013. Berber and Arabic in Siwa (Egypt): A Study in Linguistic Contact. Berber Studies Vol. 37. Köln: Rüdiger Köppe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Uvulaires et vélaires en chinois archaïque," Panchronica, 06/09/2018, https://panchr.hypotheses.org/2402 (ISSN 2494-775X)

A propos de l’interprétation des « divisions » en tangoute

Si le système phonologique du tangoute est relativement compris du point de vue de sa structure grâce à l’analysis systématique des fanqie des dictionnaires natifs (voir par exemple cette introduction), l’interprétation phonétique des catégories phonologiques est très difficile, et les reconstructions actuellement disponibles du tangoute inspirent peu confiance — je me sers moi-même de celle de Gong Hwang-cherng comme d’une représentation orthographique de l’information phonologique contenue dans les dictionnaires plutôt que comme essai réel de reconstituer la prononciation de cette langue.

Grâce à sa connaissance du zbu et des autres langues rgyalronguiques, Gong Xun a fait des avancées importante sur l’interprétation phonétique des distinctions phonologiques du tangoute. Ses travaux ne sont pas publiés, mais heureusement le SOAS vient de mettre en ligne une vidéo de son intervention à une conférence à Londres l’année dernière, où ses idées sur les uvulaires et les qualités de voix sont présentées en détail:

Même s’il n’a pas été publié au format papier (un article a été soumis, mais la relecture prend un temps inhabituellement long), ce travail est citable sous la forme suivante:

Gong, Xun (2017) ‘Grade II in Tangut and Hexi Late Middle Chinese’. Workshop “Recent Advances in Tangut Studies”, London, SOAS, 28 February 2017.

Il en va de même de cette présentation sur le bai dont nous avions déjà parlé (ici et ici):

Elle n’est malheureusement toujours pas publiée, mais je suggère de citer cette présentation sous la forme suivante:

Gong, Xun (2015) ‘How old is the Chinese in Bái? Reexamining Sino-Bái under the Baxter-Sagart reconstruction’. Workshop “Recent Advances in Old Chinese Historical Phonology”, London, SOAS, 6 November 2015.

L’harmonie d’uvularité en japhug

Même s’il existe certains indices dans des langues tibétaines modernes périphériques suggérant que le tibétain commun ait pu avoir des uvulaires non représentées dans l’écriture, cette question est encore mal comprise. Les emprunts tibétains en japhug, langue ayant une opposition phonémique entre uvulaires et vélaires, pourraient contribuer à ce débat.

Parmi les mots ayant une occlusive uvulaire en japhug correspondant à une vélaire se trouve le nom tɯ-qhoχpa « organes, état d’esprit », qui provient du tibétain ཁོག་པ་ kʰog.pa. Cette forme apporterait-elle la preuve que le radical /kʰog/ avait une uvulaire en tibétain commun ?
Dans le cas particulier de ce mot, une explication interne au japhug est possible. En effet, il existe dans cette langue une contrainte phonotactique synchronique liée à la distribution des consonnes dorsales : lorsqu’une syllabe a une consonne initiale et une coda dorsale, les deux doivent être soit vélaires (kɤɣ « courber ») ou uvulaires (qaʁ « éplucher, écorcher, enlever la peau »). Cette contrainte ne s’applique pas aux consonnes médianes ou préinitiales (par exemple mbɣaʁ « se retourner »).

Or, les rimes -ag(s)/-eg(s) et -og(s) du tibétain sont régulièrement empruntées comme -aʁ et -oʁ respectivement; la présence d’une uvulaire est ici due au fait que, aussi bien en japhug qu’en tibétain (ancien et amdo, voir dans cet article), les codas uvulaires et vélaires sont en distribution complémentaire. Ainsi, on s’attendrait à ce que kʰog.pa soit emprunté comme *(tɯ-)kʰoχpa. Or, une telle forme violerait la contrainte phonotactique d’harmonie d’uvularité mentionnée ci-dessus. Le nom tɯ-qhoχpa peut donc s’expliquer si l’on admet l’existence d’une loi phonétique *k(ʰ)Vʁ > q(ʰ)Vʁ en japhug. Il existe des preuves indépendantes de cette loi phonétique dans le vocabulaire natif (sujet qui est traité dans un article en train d’être écrit par Gong Xun).

Cette étymologie montre donc que les données des emprunts dans les langues gyalronguiques doivent être utilisées avec précaution pour reconstruire l’histoire du tibétain.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’harmonie d’uvularité en japhug," Panchronica, 04/11/2016, https://panchr.hypotheses.org/1528 (ISSN 2494-775X)