linguistique et langues classiques

Autrefois langues reines de la linguistique comparée et modèles pour la description des grammaires des langues de tous les continents, le latin et le grec depuis une décennie connaissent un déclin accablant dans les universités françaises, comme le rappelle cet article, et le cas particulièrement regrettable de cet étudiant, dernier doctorant de lettres classiques de son université avant la fermeture complète de son département.

Malgré le degré élevé des connaissances sur la grammaire et la diachronie du latin et du grec, ces langues ont encore à contribuer à la fois à la linguistique typologique et à la grammaire comparée, et méritent d’être davantage étudiées qu’elle ne le sont par les linguistes non-indo-européanistes.

En syntaxe, le latin et le grec sont en fait très éloignées du “standard average European” — les caractéristiques typologiques courantes dans les langues d’Europe actuelles, et présentent de multiples phénomènes rares parmi les langues du monde, voire unique.

A titre d’exemple, observons par exemple un cas de l’emploi des superlatifs en grec ancien. La relation sémantique entre l’adjectif superlatif ἀκρότατος “le plus haut” dans l’exemple (1) et le nom τύμβος “tertre, tumulus” (datif τύμβῳ) dont il est l’épithète est surprenante; l’adjectif qualifie non pas l’entité désignée par ce nom, mais une de ses parties: ἀκρότατος τύμβος doit se comprendre non pas comme “le plus haut tertre”, mais comme “la partie la plus haute du tertre”.

(1) πήξαμεν ἀκροτάτῳ τύμβῳ ἐυῆρες ἐρετμόν
‘Nous plaçâmes au sommet du tertre sa rame bien polie.’ (Odyssée 12.15)

Si les travaux en linguistique typologique sur les constructions comparatives et superlatives dans les langues du monde en manquent pas, (voir par exemple le Volume 16, Issue 1 (2018) de Linguistic Discovery édité par Yvonne Treis et Kasia Wojtylak), il ne me semble pas avoir trouvé dans mes lectures d’emplois d’adjectifs superlatifs comparables à celui exemplifié par (1) en dehors du grec ancien et du latin. Il s’agit donc potentiellement d’un fait syntaxique très rare (malgré sa banalité aux yeux des hellénistes), qui pourrait davantage mériter d’être pris en considération par les typologues travaillant sur ces questions.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "linguistique et langues classiques," Panchronica, 18/06/2019, https://panchr.hypotheses.org/2968 (ISSN 2494-775X)

Nouvelles publications à propos de La phylogénie du sino-tibétain/trans-himalayen

La phylogénie du sino-tibétain/trans-himalayen est un sujet hautement controversé. Les linguistes qui se sont intéressés à cette question et à celle de l’Urheimat de la famille ont des opinions très diverses, qui portent en particulier sur la question du groupe extérieur. La position traditionnelle, selon laquelle le chinois serait le groupe extérieur (et que toutes les autres langues appartiendrait à un clade “tibéto-birman”) est généralement associée à l’idée que la famille proviendrait de la Chine du nord, avec une diversification secondaire. Un point de vue alternatif, qui soutient l’idée d’une diversification “en étoile” de la famille, dont le chinois ne serait qu’une des branches (voire la sous-branche d’un groupe), voit l’Urheimat au centre de diversité des sous-branches de la famille (avec des foyers proposés en Inde du nord-est ou au Sichuan).

Un autre question liée à la phylogénie est celle de l’antiquité de l’indexation en personne et de la typologie polysynthétique telle qu’on l’observe en rgyalronguique ou en kiranti: s’agit-il d’une innovation d’une sous-branche de la famille ou d’un trait archaïque à reconstruire jusqu’au proto-TH?

Malheureusement, de nombreuses publications portant sur ces questions présentent des arbres qui se veulent phylogénétiques parfois détaillés, mais sans innovations explicites justifiant les clades proposés (ce sont donc plus des vues de l’esprit que de vraies hypothèses scientifiques), et consacrent plus d’énergie à discuter de sujets frivoles tels que la dénomination de la famille comme “sino-tibétain” ou “trans-himalayen” plutôt que d’étymologie.

Deux articles utilisant l’inférence bayésienne viennent de paraître presque en même temps à propos du sino-tibétain: Zhang et al. (2019) et Sagart et al. (2019). La première publication utilise directement les groupes de cognats de la base de donnée STEDT (http://stedt.berkeley.edu/~stedt-cgi/rootcanal.pl), tandis que la seconde, à laquelle j’ai participé, est basée sur une base de donnée lexicale décrite dans ce ce billet de Johann-Mattis List.

Il est trop tôt pour comparer de façon détaillée les résultats de ces deux articles — cette comparaison demandera une série de publications additionnelles. Ce billet présente quelques observations préliminaires (voir aussi cette conférence faite à l’université Xinan de Chongqing la semaine dernière).

Concernant la question du groupe extérieur, l’article de Zhang et al. (2019) a un groupe non-chinois avec une probabilité postérieure de 68% (l’arbre principal n’indique pas les probabilités postérieures, ce qui est assez surprenant, mais celles-ci peuvent se trouver dans les matériaux supplémentaires). Les résultats de Sagart et al. sont assez différents sur cette question selon la méthode employée: le covarion avec horloge relâchée (qui n’impose pas une vitesse unique d’évolution sur l’ensemble de l’arbre) et le Dollo stochastique (implémenté avec le programme Traitlab conçu par Robin Ryder, coauteur de l’article) ont peu de structure à la racine (avec 33% et 43% respectivement de probabilités postérieures soutenant le chinois comme groupe extérieur), tandis que le covarion à horloge stricte a un fort soutien pour le chinois comme groupe extérieur (99%). L’himalayen de l’ouest apparaît comme un groupe extérieur alternatif possible dans les analyses à horloge relâchée et Dollo, mais il ce résultat être peut-être dû à la quantité importante d’emprunts à l’indo-aryen et au tibétain, qui ont remplacé un partie conséquente du vocabulaire hérité dans notre base de données.

Les résultats des deux articles n’indiquent donc pas de façon définitive que le chinois est le groupe extérieur du sino-tibétain, mais c’est néanmoins l’hypothèse la plus probable, qui demandera à être confirmée par les études futures sur la question.

Un résultat non-trivial assez solide de Sagart et al. (2019) est le clade tibéto-rgyalronguique (avec un sous-groupe birmo-rgyalronguique) qui ressort de toutes les analyses obtenues. Ce clade obtenu sur la base du vocabulaire soutient l’idée que la morphologie verbale commune au rgyalronguique et au kiranti doit être aussi ancestrale au tibétain et au lolo-birman (puisque le kiranti est extérieur au tibéto-rgyalronguique), et donc que le tibétain et les lolo-birman ont perdu l’indexation en personne et les préfixes de nominalisation.

Zhang et al. (2019) ont un soutien presque négligeable pour le tibéto-rgyalronguique (35%), mais ont aussi 100% de probabilités postérieures pour le birmo-rgyalronguique, pourtant en utilisant les groupes de cognats rassemblés par J. Matisoff, qui m’a affirmé s’opposer à cette idée. Il est possible que la faible probabilité du groupe tibéto-rgyalronguique chez Zhang et al. (2019) est due aux emprunts au tibétain non-reconnus dans le STEDT, mais cette hypothèse demande à être évaluée en détail.

L’existence du clade tibéto-rgyalronguique, s’il est bien confirmé par les travaux futurs sur la phylogénie de la famille, implique que la typologie polysynthétique remonte assez haut dans l’histoire de la famille. Par ailleurs, le terme “tibéto-birman” devra être abandonné pour désigner le clade non-chinois si le chinois est bien le groupe extérieur de la famille.

Références
Laurent Sagart, Guillaume Jacques, Yunfan Lai, Robin J. Ryder, Valentin Thouzeau, Simon J. Greenhill, Johann-Mattis List. 2019. Dated language phylogenies shed light on the ancestry of Sino-Tibetan. Proceedings of the National Academy of Sciences May 2019, 116 (21) 10317-10322. https://doi.org/10.1073/pnas.1817972116

Zhang Menghan, Yan Shi, Pan Wuyun and Jin Li 2019. Phylogenetic evidence for Sino-Tibetan origin in northern China in the Late Neolithic. Nature volume 569, pages 112–115. https://www.nature.com/articles/s41586-019-1153-z

L’antiquité des fricatives labiodentales

Un article qui vient de paraître dans Science présente une étude multidisciplinaire combinant linguistique historique, phonétique et paléoanthropologie, soutenant l’idée (attribuée à Hockett) que les fricatives labiodentales seraient des développements tardifs dans les langues du monde, postérieurs à la révolution néolithique, permis par un changement d’alimentation lié à l’agriculture.

Si certaines publications de linguistique dans des revues généralistes sont basées sur des corrélations dont l’interprétation est contestable, l’hypothèse que soutient cet article me semble mériter une sérieuse considération.

Il est vrai que dans la plupart des grandes familles de langues connues, les labiodentales sont secondaires: en indo-européen, à l’initiale de mot par exemple, les f- du germanique viennent de *p-, et ceux du latin (et dans des langues romanes) de *bh- ou de *dh-. Le proto-indo-européen, le proto-sémitique, le proto-ouralique, le chinois archaïque, dont certains des descendants ont des fricatives labiodentales, sont universellement reconstruits sans ces consonnes, qui se sont développées suivant des chemins très différents.

Néanmoins, les proto-langues, même les mieux reconstruites, ont un statut épistémologique distinct de celui des langues attestées: il s’agit en effet d’hypothèses toujours susceptibles d’être révisées. L’interprétation phonétique des proto-phonèmes elle-même est une question qui n’est pas toujours triviale.

Dans le cas des labiodentales, les langues maskoguiennes (en anglais muskogean, du nom Creek maskókî désignant leur langue) offrent un cas intéressant. Depuis Haas (1947), le proto-maskoguien est reconstruit avec une occlusive labiovélaire *kʷ qui correspond à k- en Creek (Cr)/Seminole (S) et à b- dans les autres langues (Choctaw Ct, Chickasaw Cs, Alabama A, Koasati K), comme l’illustre l’exemple (1). C’est la seule opposition phonologique entre occlusives sourdes et voisées dans ces langues (le *kʷ est passé à b sans se confondre avec les anciens *p qui sont restés p).

(1) *kʷixi ‘mulberry’ Ct bíhi, Cs bihiʔ, A bihi-coba ‘fig’ (coba ‘big’), K bihi ‘fig’, M bi:h-i, Cr/S ki:

Haas (1947:136) reconstruit aussi une fricative labiovélaire *xʷ, qui comme le montrent (2) et (3) correspond à la labiodentale f- en initiale de mot dans toutes les langues et à h- dans certains contextes.

(2) *xʷoxixo “bee” Ct foi, Cs fohiʔ, A/K foho, Cr fo: (Booker 1993:405)
(3) *kʷuxʷu- “to be roily” Ct buhukači(B) to churn (from “to cause to be roily”), Cr kufu’-y-ita “to churn”

La reconstruction comme *xʷ n’est pas explicitement justifiée: Haas note simplement ‘the reconstructed symbol *xʷ now replaces the *f which was formerly used”. On peut supposer qu’elle a pris cette décision pour obtenir un système plus symétrique avec le *kʷ. Si un changement *xʷ > f- est attesté dans de nombreuses langues (par exemple en cantonais), notons néanmoins que l’évolution de ce *xʷ n’est absolument pas symétrique avec celle du *kʷ dans les langues ci-dessus; si c’était le cas, on attendrait une fricative labiodentale f ou v dans les langues autres que le Creek, et un h- dans cette dernière en initiale de mot, ce qu n’est pas le cas. La solution de Haas est possible, mais l’hypothèse plus conservatrice de reconstruire *f à la place de *xʷne l’est pas moins.

L’absence (ou au moins la rareté) de labiodentales dans les proto-langues n’est donc pas un fait de langue complètement observable: c’est une lacune qui reflète peut-être davantage certaines habitudes des linguistes comparativistes qu’un phénomène réel des langues anciennes.

References
Blasi, D E ; Moran, Steven ; Moisik, S R ; Widmer, P ; Dediu, D ; Bickel, B (2019). Human sound systems are shaped by post-Neolithic changes in bite configuration. Science, 363(6432):eaav3218. https://science.sciencemag.org/content/363/6432/eaav3218
Booker, Karen M. 1993. More on the Development of Proto-Muskogean *kʷ,International Journal of American Linguistics, Vol. 59, No. 4: pp. 405-415.
Mary R. Haas,1947 “Development of Proto-Muskogean *kʷ, International Journal of American Linguistics 13, no. 3 (Jul., 1947): 135-137.
Kimball, Geoffrey 1990. The proto-Muskogean numeral system. https://kuscholarworks.ku.edu/bitstream/handle/1808/22916/MALC_1990_197-213_Kimball.pdf?sequence=1

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’antiquité des fricatives labiodentales," Panchronica, 10/04/2019, https://panchr.hypotheses.org/2950 (ISSN 2494-775X)

La détection automatique des emprunts

Dans un billet récent, Johann-Mattis List soulève la question de l’automatisation de la détection des emprunts.

Selon moi, il est des cas où une procédure automatique pourrait être envisagée, et je vais présenter ici une procédure qui me semble implémentable.

Le cas le plus simple est celui de langues dont l’ancêtre est (presque) attesté, comme les langues tibétaines ou les langues romanes, dont les ancêtres étaient des variétés proches du tibétain ancien et du latin classique.

Dans un tel cas, la procédure qui peut être employée (par exemple dans cet article) pour distinguer entre mots hérités et emprunts peut se schématiser de la façon suivante:

(1) collecter les mots pour lesquels une étymologie dans la langue ancestrale peut être déterminée. Les mots sans étymologie sont des candidats à être analysés comme emprunts (il peut s’agir aussi de mots hérités dont l’étymologie n’est pas évidente).
(2) Faire la liste des doublets: deux mots correspondant à la même forme ancestrale, toutes choses étant égale par ailleurs. Si ces deux formes ne peuvent pas s’expliquer comme des formes alternantes d’un même paradigme, alors au plus seule une des deux peut être héritée, et l’autre doit être empruntée à une autre variété provenant de la même proto-langue (une autre possibilité est que les deux mots soient des emprunts appartenant à des couches différentes). Il est possible que le corpus de donnée sur lequel on travaille ne contient pas de doublets ou trop peu pour être utilisable. Dans ce cas, sauter l’étape (3).
(3) Identifier les correspondances phonétiques distinctes des deux couches sur la base de ces doublets.
(4) Analyser l’ensemble du vocabulaire ayant une étymologie, et classer en plusieurs couches les correspondances, prenant comme base de départ les correspondances identifiées en (3).
(5). Une fois que l’on dispose de plusieurs couches de vocabulaire basées sur les correspondances phonétiques, l’identification de la couche héritée par rapport à la ou aux couches empruntées peut se baser sur les critères suivants:
(a) Proportion de vocabulaire culturel (religieux, technique) dans la couche, registre de langue (le registre littéraire/honorifique tend à être dans une couche empruntée).
(b) Proportion entre noms et verbes (pour les langues où ce critère est applicable): les couches héritées tendent à contenir plus de verbes en proportion que les couches empruntées (c’est frappant par exemple dans le cas du tibétain de Cone, cet article)).
(c) Irrégularité de la morphologie: les paradigmes les plus irréguliers ont plus de chances d’être dans la couche héritée (mais ce critère n’est pas absolu, notons le cas de l’anglais dont certains verbes forts sont empruntés au vieux norrois).

Lorsque la langue ancestrale n’est pas attestée, la détection des emprunts est beaucoup plus difficile, et sera traitée dans un autre billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La détection automatique des emprunts," Panchronica, 03/04/2019, https://panchr.hypotheses.org/2946 (ISSN 2494-775X)

Un applicatif en khamou

Dans sa thèse “Contribution à la grammaire de la langue Kmhmouʔ” soutenue la semaine dernière, Lamphoune Soundara cite les exemples suivants d’un préfixe ʔar- qui peut dériver des verbes de manipulation (transitifs) à partir de verbes de mouvement:

(1)
duʔ « partir, fuir » –> ʔarduʔ « partir avec, emporter en fuyant »
dar « courir » –> ʔardar « emporter en courant »
gaːj « venir, revenir » –> ʔargaːj « emmener, venir avec »
khɨaːn « monter » –> ʔarkhɨaːn « emporter en montant »
ɟuːr « descendre » –> ʔarɟuːr « descendre quelque chose »

Cette dérivation applicative est bien distincte du causatif p-, qui donne un sens différent, comme dans le cas de p-gaːj « rendre » (par exemple, rendre de l’argent à quelqu’un).

Si le khamou fait partie des langues austroasiatiques à morphologie riche (et plutôt conservatrice), et que la présence dans cette langue de préfixes (et d’infixes) modifiant la valence est un fait bien connu, les dérivations applicatives ne sont pas courantes dans la famille. On trouve quelques exemples de constructions applicatives dans manuel collectif de Paul Sidwell, mais il s’agit soit de langue munda, soit de langues à applicatif périphrastique: https://books.google.fr/books?hl=fr&id=xwSjBQAAQBAJ&q=applicative

De même, les grammaires récentes de langues austroasiatiques sur le pnar et le stieng de Bon (2014) et Ring (2015) ne mentionnent pas d’affixes applicatifs.

Le question de savoir si le préfixe ʔar- en khamou est un archaïsme ou une innovation mérite une investigation plus approfondie; dans le premier cas, on devrait en retrouver une trace dans au moins une autre langue de la famille appartenant à un autre sous-groupe, et dans le second, il faudrait pouvoir proposer un chemin plausible de grammaticalisation à partir d’une construction périphrastique (notons à ce titre l’existence en khamou d’un locatif ʔar).

Références
Bon, Noëllie 2014. Une Grammaire de la langue stieng, Thèse de doctorat, Université Lumière Lyon II. http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2014/bon_n/pdfAmont/bon_n_these.pdf
Ring, Hiram 2015. A Grammar of Pnar, PhD dissertation, https://www.academia.edu/11943811/A_Grammar_of_Pnar

La collection pangloss : des doi pour toutes les ressources

La collection pangloss (Michailovsky et al. 2014), sur laquelle est conservée un corpus japhug, dispose désormais d’un doi pour chaque document. Cette innovation va permettre de simplifier de façon considérable la citation des données: jusque là, du fait de l’absence d’URL stables, il était arrivé qu’un relecteur anonyme me reproche de citer des documents “inaccessibles” dans un manuscrit soumis à une revue, alors qu’ils étaient bien disponibles sur l’archive.

Chaque texte est maintenant pourvu d’un onglet ‘citation’ indiquant la référence et le doi du document, comme on peut le voir sur l’image ci-dessous (en haut à droite):

Une des versions de l’histoire du déluge en japhug, par exemple (un des premiers textes que j’ai enregistrés) est accessible à l’adresse https://doi.org/10.24397/pangloss-0003360.

J’invite donc tous les utilisateurs des données préservées dans cette collection à faire usage de ces doi, plutôt que des adresses temporaires (comme celle-ci: http://lacito.vjf.cnrs.fr/pangloss/corpus/show_text.php?id=cocoon-8ff372b9-7ea6-3166-bf6b-253fbecdfd3b&idref=cocoon-ab295f73-e715-3ce2-b609-511f6f158e7d) ou du titre des histoires, afin de fluidifier l’accès à ces données.

======
Michailovsky, Boyd, Martine Mazaudon, Alexis Michaud, Séverine Guillaume, Alexandre François and Evangelia Adamou 2014. Documenting and researching endangered languages: the Pangloss Collection. Language Documentation & Conservation, University of Hawaiʻi Press, 8, pp.119-135. lien

Une scission tonale du Hakka

Une des caractéristiques définitoires des dialectes Hakka, selon Norman (1986), est la scission des mots à ton shang avec initiale cizhuo (sonante), dont une partie reste au ton shang 3, et l’autre se retrouve au ton 1 yinping. Le tableau ci-dessous, tiré de Sagart (1998:285), présente des mots ayant le ton shang avec sonante en chinois moyen et soit le ton 3 soit le ton 1 en hakka, les mots en grisé étant ceux qui se conforment aux critères de Norman.

Indépendamment de la question de la validité du groupe Hakka tel qu’il est conçu par Norman et de son opposition au dialectes Gan (voir Laurent Sagart 1993, 1998), cette scission est un phénomène d’un grand intérêt.

Il n’est pas évident à première vue s’il s’agit d’un archaïsme ou d’une innovation. Dans le premier cas, son utilisation pour classifier les dialectes serait moindre.

Pour expliquer la scission j’avais à l’origine pensé à des sonantes préglottalisées; par exemple, pour 马 “cheval”, en chinois moyen mæX (*mrˤaʔ dans la reconstruction de Baxter/Sagart) on pourrait imaginer un pré-Hakka *ʔmAʔ (le *A représentant le réflexe de *Cra en type A), avec dissimilation perte de l’occlusive glottale *ʔmrA. Le problème d’une telle hypothèse est qu’on s’attendrait à ce que cette dissimilation s’applique aussi aux mots à occlusive glottale initiale, donnant 影 ʔ- en chinois moyen, et donc que des mots (voire tous les mots) à initiale ʔ- au ton shang soient passés au ton ping, ce qui n’est évidemment pas le cas.

Cette scission rappelle toutefois une évolution particulière observée en viet-muong. Il est bien connu depuis Haudricourt que les mots à tons sắc-nặng en vietnamien correspondent à des mots à occlusive glottale finale dans des langues plus conservatrices telles que le khamou (et que cette occlusive glottale est l’origine principale de ces tons). Néanmoins, il existe également un certain nombre d’exemples ayant des occlusives glottales en khamou, mais les tons ngang-huyền (ping) en vietnamien, comme dans les exemples ci-dessous, tirés de Ferlus (2004:309):

khamou kmaʔ, vietnamien mưa “pluie”
khamou sŋiʔ, vietnamien ngày “jour”

Ces correspondances apparemment irrégulières s’expliquent selon Ferlus par la tension exercée par la consonne obstruente préinitiale (les k- et s- préservés en khamou) en viet-muong, qui a causé dans le cas des syllabes à occlusive glottale finale une chute de celle-ci.

Si l’on revient maintenant au Hakka, une possibilité alternative serait que les mots qui sont passés au ton ping auraient eu une présyllabe obstruente, tandis que ceux qui sont restés au ton shang n’auraient pas eu de présyllabes, et donc de restituer par exemple pour “cheval” un stade à présyllabe *C-mAʔ avec chute de l’occlusive finale suivant le même mécanisme qu’en vietnamien. La différence fondamentale entre chinois et viet-muong dans cette idée serait le statut des syllabes à sonantes finales à occlsuive finale: le chinois avait des sonantes finales glottalisées (comme les langues rgyalronguiques) qui ont subi la chute de l’occlusive glottale comme leurs équivalents à syllabe ouverte, tandis qu’en viet-muong, les syllabes à sonante finale ayant des présyllabes en pré-viet-muong auraient selon Ferlus au contraire développé de occlusives finales.

Références
Ferlus, Michel 2004. The origin of tones in Viet-Muong lien
Norman, Jerry 1986. What is a Kejia dialect ?
Sagart, Laurent 1993. Les dialectes gan lien
Sagart, Laurent 1998. ON DISTINGUISHING HAKKA AND NON-HAKKA DIALECTS. Journal of Chinese Linguistics, Vol. 26, No. 2, pp. 281-302.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une scission tonale du Hakka," Panchronica, 12/01/2019, https://panchr.hypotheses.org/2879 (ISSN 2494-775X)

A propos du *-r- médian en chinois archaïque

Un problème à mon avis non-résolu de la reconstruction du chinois archaïque est l’origine des rimes de seconde division, des chongniu 3 de troisième division et des syllables ayant des initiales rétroflexes en chinois moyen, pour lesquelles les systèmes à 6 voyelles (Starostin, Zhengzhang, Baxter/Sagart et Schuessler) reconstruisent des médianes *-r-. Si je ne nie pas la validité de l’hypothèse que le *-r- médiane explique une grande partie de ces syllabes, il me semble néanmoins problématique de reconstruire des *-r- médians dans tous ces cas. Comme je l’ai indiqué dans cet article, les modèles qui reconstruisent les *-r- médianes de cette façon se retrouvent avec un système déséquilibré où les *-r- sont plus nombreux que dans n’importe quelle branche de la famille y compris le tibétain et le rgyalronguique, où pourtant les groupes de consonnes sont les plus élaborés.

Cette hypothèse est également problématique du point de vue comparatif, car les cognats tibétains à des mots pour lesquels un *-r- est reconstruit ont souvent plutôt un r- préinitial (voir cet article), et il en va de même avec les cognats rgyalronguiques: ainsi le chinois 顏 ŋæn “visage”, reconstruit *ŋˁran, correspond au Japhug tɯ-rŋa avec un groupe rŋ- au lieu de *ŋgr- que l’on aurait attendu si le *-r- avait été médian.

Un troisième argument contre la reconstruction mécanique d’un *-r- médian provient de l’analyse que Pulleyblank (1962: 124, accessible ici) propose du toponyme 都密 (chinois moyen tu mit, avec un chongniu III dans la deuxième syllabe) attesté dans le Houhanshu: selon lui, il s’agirait de la transcription d’un toponyme qui apparaît en sanskrit bouddhique comme Taramita et en sogdien comme Tarmiδ (voir ici pour une discussion sur d’autres transcriptions) et qui correspond à l’actuelle Termez. Avec une reconstruction comme *tˁa mrit, le *-r- médian serait donc utilisé pour représenter le *-r- groupe -rm-. Comme le chinois archaïque avait aussi un *-r final, au moins jusqu’au début des Han, il est donc surprenant que le choix n’a pas été fait pour transcrire ce toponyme d’une configuration telle que *tar mit (comme *單蜜 par exemple). On peut certes objecter que la transcription a pu dater d’une époque où le *-r était déjà passé à *-n, ou que les métathèses peuvent se produire dans les transcription de toponymes (comme avec 拓跋 thak bat pour Tabɣač), et je conçois que l’argument n’est pas décisif en soi. Néanmoins, l’accumulation progressive d’indices me semble suggérer qu’une complexification de la reconstruction des syllabes rhotacisées va être nécessaire.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos du *-r- médian en chinois archaïque," Panchronica, 10/12/2018, https://panchr.hypotheses.org/2805 (ISSN 2494-775X)

Le dénominal -t en khaling

Dans ce billet, j’avais proposé d’étymologiser cet étymon pour “riz” proposé par L. Sagart par le verbe khaling अ्वाम्न्य |ʔomt| “mûrir”.
En rediscutant du sens de ce verbe avec Dhana Rai lors de son dernier passage à Paris, je me suis rendu compte qu’une étymologie interne au khaling s’impose: le sens de “mûrir” dérive en fait de celui de “jaunir”, et ce verbe est dénominal de l’adjectif अ्योअ्यो:म् ʔɵʔɵ̂m “jaune”, une forme rédupliquée contenant le nominalisateur -m (venant probablement du nom “homme”). La racine verbale |ʔomt| peut donc s’analyser comme composé de |ʔo-|, la racine à proprement parler, de |-m| et du dénominal |-t|. C’est la preuve que le suffixe dénominal -t (voir §3.6 dans cet article) était toujours productif même après la grammaticalisation de -m.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le dénominal -t en khaling," Panchronica, 03/11/2018, https://panchr.hypotheses.org/2759 (ISSN 2494-775X)

Le yod initial en chinois archaïque

Le verbe 與 joX “donner” est reconstruit avec une uvulaire dans le système Baxter/Sagart *m-q(r)aʔ — et s’oppose à son homophone 予 joX en chinois moyen, qu’ils reconstruisent avec une latérale *laʔ.

Comme je l’ai proposé dans cet article, je pense qu’une partie des j- du chinois moyen viennent d’un *j- primaire en chinois archaïque (une idée que soutient aussi Schuessler). Pour la série phonétique de 羊, je préfère donc des reconstructions telles que:

羊 jaŋ < *jaŋ (Japhug qaʑo < *qajaŋ)
祥 zjaŋ < *s-jaŋ (Tibétain གཡང་ gjaŋ)
癢 jaŋX < *jaŋʔ (Japhug rɤʑa < *rɐja)
etc…

à celles avec uvulaires ou latérales.

Or, dans le cas de 與 joX "donner", il existe un cognat potentiel dans les langues trans-himalayennes non-chinoises, qui suggère un *j- primaire dans cette série aussi: le jinhgpo yā “donner”, le kham ya-nya, le dura hyo-i (voir Schorer 2016:287) (le STEDT regroupe ces formes ici; le thulung yak- n’est pas nécessairement cognat). Schuessler (2007) cite la forme jinghpo comme alternative à d’autres étymologies, sans pourtant en tirer la conclusion qu’implique une telle étymologie.

Si l’on admet l’existence d’un *j- primaire dans la série de 與, on peut donc proposer la reconstruction 與 joX < *jaʔ. Le verbe 舉 kjoX pourrait dans cette hypothèse s'expliquer comme venant d’un groupe *k-jaʔ (comme le suggère le tibétain བཀྱག་ bkʲag).

Notons que les séries à yod primaire initial reconstruites ici ne contiennent que des caractères de troisième division en chinois moyen, ce qui soulève le problème du traitement du *j- supposé en type A (pharyngalisé selon Baxter et Sagart). Mon point de vue est que l'opposition A/B est neutralisée avec cette initiale (donc que *j- devient j- aussi bien en type A et en type B, et probablement de même avec les groupes de consonnes).

L’idée de yod primaire initial n’est pas nécessairement contradictoire avec la théorie des uvulaires (qui dans sa formulation actuelle présente néanmoins de sérieux problèmes), mais si les deux idées sont valides, distinguer entre séries à uvulaire et série à j- sur la base exclusive du chinois moyen et des séries phonétiques peut être difficile.

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Schorer, Nicholas 2016. The Dura Language: Grammar and Phylogeny. Leiden: Brill
Schuessler, Axel 2007. ABC Etymological Dictionary of Old Chinese.
Watters, David 2004. A Dictionary of Kham: Taka Dialect. Tribhuvan University.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le yod initial en chinois archaïque," Panchronica, 02/11/2018, https://panchr.hypotheses.org/2723 (ISSN 2494-775X)

Thèse de Gong Xun sur le zbu

La thèse de Gong Xun sur le zbu “Le rgyalrong zbu, une langue tibéto-birmane de Chine du Sud-ouest. Une étude descriptive, typologique et comparative”, soutenue le 22 juin 2018, est maintenant accessible sur TEL.

Le zbu est la langue parlée la plus en amont de la région Gyalrong et la moins accessible géographiquement. Contrairement à d’autres langues comme le japhug dont les locuteurs sont nombreux dans la ville de Mbarkham, dans le cas du zbu il est impossible de trouver de bons locuteurs à la ville et il est nécessaire de travailler dans des villages reculés dans des conditions matériellement difficiles en comparaison avec celles d’autres chercheurs de terrain travaillant dans des régions tibétaines de Chine.

Par ailleurs, Gong Xun n’a eu la chance de travailler avec un informateur idéal capable à la fois de raconter des histoires traditionnelles et d’expliquer la grammaire, mais a été contraint d’effectuer des recherches avec de nombreux informateurs différents. Il a passé près de deux ans avant de trouver de bons informateurs, dont l’un est malheureusement décédé durant le travail de thèse.

En outre, le zbu est une langue à la phonologie difficile, qui demande une longue pratique avant de pouvoir être transcrite avec fiabilité; la quintuple opposition entre les rimes que Gong Xun note –ut, –ot, –uˠt, –oˠt et –at est particulièrement difficile à percevoir. Gong Xun ne s’est pas laissé allé à la facilité d’une transcription simplifiée, mais a préféré être certain de maîtriser le système phonologique avant de publier la moindre donnée sur cette langue.

Enfin, il est possible d’affirmer sans le moindre doute que le zbu est la langue à la morphologie verbale de loin la plus complexe de la famille sino-tibétaine et de toutes les langues parlées en Chine, en particulier en ce qui concerne les alternances de thèmes qui sont traitées en détail dans la thèse. Aux antipodes du type ‘isolant’ représenté par les langues mieux connues de la famille telles que le chinois ou le birman, le zbu est une langue polysynthétique au verbe touffu et irrégulier (voir en particulier le chapitre 6, pp 213-280), et dont le degré de complexité peut se comparer à celui d’une langue athabasque.

Les contributions de cette thèse sont très nombreuses. Gong Xun a tout d’abord mis en évidence la diversité dialectale jusqu’ici inconnue de la langue zbu, en particulier au niveau de la morphologie verbale. Cette langue, que l’on croyait jusqu’ici être relativement homogène, est en fait un continuum dialectal de plusieurs variétés à la limite de l’intercompréhension, et l’étude de Gong Xun montre que plus d’une grammaire et d’un dictionnaire seront nécessaires. Ensuite, cette thèse comble un manque dans la littérature sur les langues non-tibétaines du Sichuan: c’était jusqu’à la complétion de cette thèse la moins connue des cinq langues natives du district de Mbarkham. Par ailleurs, Gong Xun démontre l’intérêt considérable du zbu à la fois pour la typologie des relations grammaticales (en particulier concernant les systèmes direct-inverse), mais aussi pour la grammaire comparée des langues sino-tibétaines, car la complexité de la morphologie du zbu va de pair avec un archaïsme remarquable, qui se laisse démontrer par les nombreuses comparaisons avec le tangoute qui émaillent la thèse.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Thèse de Gong Xun sur le zbu," Panchronica, 21/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2688 (ISSN 2494-775X)

Bibles dans plusieurs langues transhimalayennes

Pour ceux qui s’intéressent aux corpus de langues en danger, ce site, qui comprend des bibles souvent complètes, pour certaines avec enregistrements sonores intégraux, est une mine d’or, bien plus exploitable que le Jesus film mentionné dans un précédant billet.

Pour la famille trans-himalayenne, on y trouve notamment les langues suivantes:

Kiranti:
Limbu
Sunwar
Kulung/a>

Newar:
Newar

Sal:
Garo
Jinghpo (dans l’orthographe traditionnelle qui ne note malheureusement pas les tons)

Tibétain:
Dzongkha

Chinois:
De nombreuses version pour le mandarin et le cantonais, comme celle-ci et celle-là.
Hakha
Hokkien

Kuki-Chin:
Bualkhaw (sans le son)
Cho (sans le son)
Darlong (sans le son)
Hakha
Falam
Khumi
Lamkang (sans le son)
Matu
Mizo (sans le son)
Mro
Ngawn
Tiddim/Tedim
Zotung
Zokam

Rongmei:
Inpui

Nungish:
Rawang

Lolo-birman:
Akha
Birman
Bisu
Lahu
Lhaovo
Lisu
Zaiwa

Il n’y a donc maintenant plus d’excuse à ignorer le jinghpo biblique et le rawang, langues cruciales aux comparatisme trans-himalayen qui grâce à cette ressource sont devenues apprennables.

En algonquien, je n’ai trouvé que l’ojibwe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Bibles dans plusieurs langues transhimalayennes," Panchronica, 16/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2648 (ISSN 2494-775X)

Le comitatif du Lhokpu et le réciproque du Dhimal

Dans la revue Cahiers de linguistique — Asie Orientale que je co-dirige avec Thomas Pellard (et dont les anciens numéros sont accessibles ici) vient de paraître un article riche et bien documenté de Selin Grollmann and Pascal Gerber, Linguistic evidence for a closer relationship between Lhokpu and Dhimal Including some remarks on the Dhimalish subgroup, qui explore la question de la classification du Lhokpu et du Dhimal au sein de la famille trans-himalayenne.

Ce travail pionnier propose un nombre considérable de comparaisons lexicales et morphologiques et de lois phonétiques potentielles. Comme j’espère que cet article sera lu et commenté, je me propose ici de discuter d’un point précis qui mérite davantage de discussion.

Les auteurs rapprochent dans cet article le comitatif –su du Lhokpu avec le collectif-réciproque –su du Dhimal, une comparaison non-triviale:

The comitative case marker -su in Lhokpu finds a cognate in the collective-reciprocal marker -su in Dhimal verbal morphology. The Dhimal marker codes a collective action of a third person non-singular subject. The semantics of the Lhokpu comitative case -su coding a collective action may conceivably be relatable to the meaning of Dhimal -su which codes collective-reciprocal action. The plausibility of this cognacy is enhanced by the fact that the Lhokpu comitative -su is also marginally used as a verbal reciprocal marker.

Il me semble qu’une interprétation alternative, à laquelle je n’ai pas pensé lorsque l’article était en cours de révision, est possible. Le collectif-réciproque du dhimal me semble un bon candidat à une comparaison avec le suffixe de réfléchi-moyen que l’on trouve dans de nombreuses langues trans-himalayennes, en particulier le kiranti (par exemple le khalingsi), le tani et même sans doute le chinois et le tibétain. Selon cette analyse, l’emploi de –su en Lhokpu comme suffixe de réciproque pourrait toujours se comparer au suffixe du Dhimal, mais en revanche être sans rapport avec son usage comme comitatif.

Le comitatif du Lhokpu, quant à lui, pourrait être plutôt comparé avec le duel du kiranti (khaling –su), qui tout comme le pluriel a des usages associatifs et pourrait avoir été réinterprété comme un comitatif.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le comitatif du Lhokpu et le réciproque du Dhimal," Panchronica, 12/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2613 (ISSN 2494-775X)

A propos de la reconstruction de 好 en chinois archaïque

Dans un certain nombre de textes de l’époque des Royaumes combattants, en particulier excavés dans des sites provenant de l’ancien royaume de Chu, le caractère 好, qui sert à écrire l’adjectif xawX “bon” et le verbe tropatif dérivé xawH “aimer”, est écrit comme 丑+子, comme on peut le voir ici et par exemple dans cet extrait de la thèse de Li Songru (p 230):

Malgré des tentatives absurdes d’analyser [丑子] comme un idéogramme composé (会意 huìyì), l’hypothèse la plus probable est que 丑 soit ici un élément phonétique. La série phonétique de 丑 (GSR 1076, Schuessler 13-50) est clairement une série nasale, comme le montrent des mots comme 纽 ɳjuwX ← *nruʔ, contenant aussi 羞 sjuw ← *snu et bien sûr 丑 ʈʰjuwX ← *hnruʔ.

Or, l’une des origines du chinois moyen x– est *hn-, selon Baxter et Sagart (2014:112-113) dans les dialectes occidentaux du chinois archaïque (le traitement habituel de *hn- est-). Il serait donc possible de reconstruire 好 comme *hnˁuʔ(-s). Ce n’est d’ailleurs pas une idée nouvelle: Baxter lui-même la proposait en 2005 dans une présentation orale. Elle a toutefois été abandonnée sans même être mentionnée dans la nouvelle reconstruction de Baxter et Sagart (2014:59, 102-103;246), qui préfèrent maintenant reconstruire une uvulaire *qʰˁuʔ sur la base de rapprochements avec les séries de 休 xjuw et 畜 ʈʰjuwk/xjuwk. Le STEDT compare leur reconstruction avec diverses formes dans des langues très distantes qui ne sont probablement pas apparentées les unes aux autres.

Indépendamment des considérations internes au chinois, une raison de préférer la reconstruction *hnˁuʔ est qu’elle rend possible une comparaison avec l’étymon proto-kiranti “bon” *ʔnu reflété notamment par le Khaling |nu| न्युन्य. La nasale préglottalisée du kiranti qu’indique le wambule ɗu pourrait correspondre à la nasale sourde du chinois (il est bien connu que le thai confond en *hn- les *hn- et *ʔn- distingués par le sui, par exemple).

Références
(Je remercie Wolfgang Behr pour son aide avec les références utilisées dans ce billet).
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Jacques, Guillaume. 2017. A reconstruction of Proto-Kiranti verb roots. Folia Linguistica Historica 38. 177–215.
Li Songru 李松儒 2012 《战国简帛字迹研究——以上博简为中心》 thèse de doctorat de l’université du Jilin, publiée ensuite en 2015 à 上海古籍出版社

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de la reconstruction de 好 en chinois archaïque," Panchronica, 05/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2534 (ISSN 2494-775X)

La relativisation du possesseur en japhug

En japhug, le possesseur d’un sujet intransitif peut être relativisé au moyen d’une relative participiale sujet, comme l’illustrent les exemples de la section 4.3 de cet article.

De même, l’exemple suivant montre qu’il est possible de relativiser le possesseur d’un objet dans une relative participiale objet en kɤ-:

(1) [ndʑi-mɲaʁ mɯ-tɤ-kɤ-rɤt] nɯni tɕetu, znde ɯ-taʁ nɯtɕu nɯnɯ pjɤ-nɯ-tu-ndʑi.
[3DU.POSS-oeil NEG-PFV-NMLS:OBJET-dessiner] DEM:DU dessu mur 3SG.POSS-sur DEM:LOC DEM IFR.IPFV-AUTO-exister-DU
“(Les dragons) dont il n’avait pas dessiné les yeux étaient toujours sur le mur.” (tiré de la traduction depuis le chinois de cette histoire)

Notons ici que si en principe la relative [ndʑi-mɲaʁ mɯ-tɤ-kɤ-rɤt] pourrait se comprendre comme une simple relative objet ‘Leurs yeux qui n’avaient pas été dessinés’, cette interprétation serait contradictoire avec le sens du verbe principal de la phrase. L’analyse de cette construction comme une relativisation du possesseur ‘(ceux dont) il n’avait pas dessiné les yeux’ est la seule possible.

Cet exemple illustre en outre l’emploi permansif du préfixe autobénéfactif nɯ- dans le verbe pjɤ-nɯ-tu-ndʑi ‘ils étaient toujours là’.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La relativisation du possesseur en japhug," Panchronica, 11/09/2018, https://panchr.hypotheses.org/2462 (ISSN 2494-775X)

Carnet de recherches d'un linguiste de terrain