Le français parlé, langue polysynthétique?

Le statut des éléments appelés « pronoms clitiques » dans la grammaire traditionnelle du français est l’un des sujets à propos desquels la linguistique générale typologique s’oppose le plus clairement à l’approche scolaire de la linguistique francisante.

Tous les écoliers apprennent que le verbe peut être précédé d’une série de « pronoms clitiques », indexant le sujet (je, tu, il), l’objet (me, te, le), l’objet indirect (me, te, lui) et aussi des adjoints (y, en). Ils sont traités comme des mots par l’orthographe, étant séparés par des espaces les uns des autres.

Néanmoins, dans les conversations informelles sur ce sujet que j’ai pu avoir avec de nombreux typologues, locuteurs natifs ou non du français, et travaillant sur des langues autres que le français, il semble qu’une majorité de chercheurs penchent en faveur d’une analyse complètement différente: ces éléments ne sont pas des clitiques, mais des préfixes, et le français serait de ce fait une langue présentant certaines propriétés polysynthétiques (un terme nous venant de Duponceau). Les arguments en faveur de cette idée sont les suivants:

i) On ne peut rien insérer entre le verbe et ces éléments, mis à part la négation ne (qui, dans cette analyse, est elle-même un préfixe). La seule exception que je connaisse vient de la langue du droit « je soussigné XXX, reconnais… », mais il s’agit là d’un archaïsme fossilisé dans ce registre particulier, et n’a aucune productivité (il ne peut pas s’employer avec la deuxième ou la troisième personne  » †tu soussigné…. »).

ii) Ils ne peuvent pas apparaître en isolation (notamment pour répondre à la question « qui? »).

iii) Le pronom « je » fusionne avec la forme « suis » du verbe « être » en [ʃɥi], une règle qui ne peut pas s’appliquer avec tous les verbes en s- initial, et notamment pas avec la forme « suis » du verbe « suivre » (néanmoins, certains collègues ont un avis divergent sur ce point).

iv) L’ordre de ces éléments est rigide, et certaines combinaisons concevable a priori sont en fait strictement interdites. Par exemple, pour les verbes triactanciels comme « donner », il n’est pas possible d’avoir un « pronom clitique » objet de première ou de deuxième personne avec un datif de troisième personne. Ainsi, on ne peut pas dire (1a) (une phrase inintelligible), seule une phrase telle que (1b) est acceptable dans un contexte très particulier.

(1a) †Tu me lui donnes.
(1b) Tu me donnes à lui.

De même, on observe que les « pronoms clitiques » adjoints et datifs ne peuvent pas se combiner lorsque le verbe a déjà un objet préfixé. Ainsi, il est possible de dire (2a) et (2b).

(2a) Je te le donnerai à la maison.
(2b) Je t’y donnerai ton cadeau.

En revanche, (2c) me semble inacceptable (je suis ouvert à des avis alternatifs de la part des lecteurs).

(2c) †Je te l’y donnerai.

Dans l’analyse que je soutiens selon laquelle les « pronoms clitiques » sont des préfixes d’indexation, le verbe français a au plus quatre préfixes (utilisant le schwa ə pour marquer la voyelle [ø] optionnelle qui peut apparaître dans ces contextes), comme l’illustre (3).

(3) Je ne te le donnerai pas.
ʒə-nə-tə-lə-dɔnə-ʁ-e pa
1SG.S/A-NEG-2SG.DAT-3SG.O-donner-FUT-1SG NEG

Une telle façon de présenter les données pourtant bien connues du français le rapproche typologiquement davantage de langues telles que l’abkhaze que des autres langues romanes ou du latin. Même si le concept de polysynthèse a fait l’objet de critiques, dont certaines ont un certain degré de pertinence (Haspelmath 2018), il n’en est pas moins vrai qu’une confrontation de la morphosyntaxe du français parlé à celle de langues à marquage sur la tête (head-marking) pourrait apporter une lumière sur de nombreux phénomènes intéressants, notamment dans l’acquisition de cette langue, qui sont obscurcis par l’approche traditionnelle.

Ainsi, un point où le français n’est pas encore complètement polysynthétique est l’incompatibilité entre un préfixe et le groupe nominal ou prépositionnel qu’il indexe dans la même phrase. Ainsi, les phrases (4a-b) sont mal formées en français standard.

(4a) †Le garçon il dort
(4b) †Le garçon il la voit la fille.
(4c) †Le garçon il le lui dit son avis à la fille.
(4d) †Le garçon il y va à Paris.

Toutefois, ces phrases sont possibles si l’on traite des groupes nominaux/prépositionnels comme des constituants disloqués à gauche ou à droite:

(5a) Le garçon, il dort
(5b) Le garçon, il la voit, la fille.
(5c) Le garçon, il le lui dit, son avis, à la fille.
(5d) Le garçon, il y va, à Paris.

Pour que le français se conforme au canon polysynthétique, il faudrait que des phrases comme (4) deviennent non seulement possibles, mais obligatoires. Or, j’ai pu entendre des phrases du même type chez mon fils et certains de ses camarades lorsqu’il était à l’école maternelle. Notamment, il prononçait l’infinif du verbe « aller » comme [jale], en y intégrant le préfixe -y-, comme dans des phrases telles que:

(6) ɔ̃-va j-ale a l-ekol
« On va aller à l’école. »

Il pouvait également préfixer à cette forme le préfixe re-:

(7) i-fo ʁø-j-al-e.
« Il faut y aller à nouveau. »

Un autre indice que les « pronoms clitiques » sont en fait des préfixes dans la langue parlée provient d’un exercice pour les élèves de CE1 dans lequel il est demandé aux enfants de souligner les verbes dans un texte. Dans les premiers devoirs de ce type, mon fils (et certains de ses camarades) soulignaient non seulement le radical du verbe (et ses suffixes), mais aussi le « pronom clitique » sujet, comme s’il s’agissait d’un seul mot.

Si je ne suggère pas de réformes pédagogiques (et que j’enseigne à mon fils ce que l’éducation nationale attend de lui), il me semble néanmoins que la langue écrite masque tout un ensemble de phénomènes morphosyntaxiques du français parlé, ce qui rend difficile l’étude de cette langue dans une perspective typologique, en dépit de son immense documentation.

Références
Haspelmath, Martin 2018. The last word on polysynthesis: A review article. Linguistic Typology 22(2):307-326. https://www.researchgate.net/publication/327152270_The_last_word_on_polysynthesis_A_review_article

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le français parlé, langue polysynthétique?," Panchronica, 25/02/2021, https://panchr.hypotheses.org/3354 (ISSN 2494-775X)

Pangloss fait peau neuve

Le site de la collection Pangloss, qui comprend notamment le corpus japhug auquel je fais souvent référence sur ce blog, a fait l’objet d’une refonte importante, qui en augmente l’ergonomie et la visibilité.

Pour les textes qui disposent d’une transcription alignée phrase par phrase, le site permet maintenant d’avoir un lien doi au niveau de la phrase, ce qui facilite considérablement l’accessibilité des données, notamment pour les vidéos. Par exemple, je peux désormais faire un lien direct à une phrase où Tshendzin explique le sens de ɕnatlice‘ (un mot qui m’intéresse particulièrement) en montrant du doigt la partie du métier à tisser dont il s’agit.

L’alignement des enregistrements japhug a été réalisé semi-automatiquement par Cécile Macaire, qui explique en détail la procédure dans cette publication, et j’ai pu ajouter ces doi au manuscrit de ma grammaire (en finition à l’heure où j’écris) au moyen d’un programme réalisé par Alexander Delaporte.

Références
Cécile Macaire. (2020) Alignement temporel entre transcriptions et audio de données de langue japhug. 2èmes journées scientifiques du Groupement de Recherche Linguistique Informatique Formelle et de Terrain (LIFT), Dec 2020, Montrouge (virtuel), France. pp.9-22. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03047146

Karlgren et la phonologie

Ce billet est une première réaction (tardive) au compte-rendu de Christoph Harbsmeier (CH) de l’ouvrage de Baxter et Sagart.

Cet article porte sur des sujets très différents, et il serait fastidieux d’essayer de répondre à toutes les objections offertes par CH. Certaines d’entre elles sont pour le moins surprenantes, comme sa décision d’ἐπέχειν concernant l’appartenance du hittite à la famille indo-européenne (‘And one may be forgiven for suspending one’s judgement by a judicious form of epochē even in the case of Hittite as Indo-European’), négligeant le fait que la démonstration de la parenté du hittite à l’indo-européen n’est qu’un sous-produit du déchiffrement de cette langue, et que sans la grammaire comparée de l’indo-européen, ce déchiffrement aurait été beaucoup plus hasardeux. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer notre connaissance actuelle du hittite à celle de langues de la même époque comme le hourrite ou l’élamite qui n’ont pas de parentes actuelles.

Comme le compte-rendu de CH se place davantage dans le domaine de l’histoire des idées que de la linguistique à proprement parler, je vais discuter ici d’une objection concernant l’interprétation des travaux de Karlgren.

CH déclare que Karlgren « never showed any interest in phonology » et qu’il était même « intellectually allergic to phonology ». Il est indéniable que l’on peut trouver dans certains écrits de Karlgren des affirmations de ce type. Néanmoins, plus que la représentation que Karlgren lui-même avait de son travail, il me semble plus important de considérer sa pratique de la reconstruction, et de ne pas colporter une vision surannée de l’opposition entre phonétique et phonologie.

Karlgren s’était donné pour but la reconstruction précise des détails phonétiques du chinois moyen et archaïque, et rejetait la pratique, qu’il percevait comme une simplification abusive, d’unifier des catégories en distribution complémentaire par un même symbole, ce en quoi consistait selon lui la « phonologie ». Néanmoins, si sa reconstruction des voyelles peut sembler obscure et souvent arbitraire (en grande partie à cause de son emploi d’un système de notation phonétique qui était déjà obsolète à l’époque où il écrivait), son analyse de l’inventaire des consonnes démontre par contraste une capacité de réflexion en terme d’oppositions phonologiques.

En particulier, comme le fait remarquer Haudricourt (1954:353) concernant la reconstruction d’initiales sonores simples *d- et *g- (correspondant entre autres à *l- et à *ɢʷ- dans le système de B/S), « Karlgren […], phonologue avant la lettre, a considéré l’absence de sonores ordinaires dans son tableau comme des « cases vides » à remplir. » En effet, ayant reconstruit les obstruentes sonores 全濁 comme des sonores aspirées (pour rendre compte de leur réflexes dans certaines langues sinitiques contemporaines), il a ressenti l’anomalie que représente le fait d’avoir une série de sonores aspirées sans les sonores simples correspondantes, un raisonnement proche de celui de Jakobson concernant l’indo-européen. Même si la solution choisie par Karlgren n’est acceptée par aucun chercheur actuel, il est important de saluer l’originalité de cette idée pour son époque.

Ainsi, de la même façon que Montaigne mérite le titre de philosophe malgré son affirmation du contraire, Karlgren faisait de la phonologie sans le savoir, malgré son opposition véhémente à la phonologie de son époque.

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Harbsmeier, Christoph (2016) Irrefutable Conjectures. A Review of WilliamH. Baxter and Laurent Sagart, Old Chinese. A New Reconstruction, Monumenta Serica, 64:2,445-504, DOI: 10.1080/02549948.2016.1259882
Haudricourt, André G. (1954) Comment Reconstruire Le Chinois Archaïque,WORD, 10:2-3, 351-364, DOI: 10.1080/00437956.1954.11659532

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Karlgren et la phonologie," Panchronica, 30/12/2020, https://panchr.hypotheses.org/3333 (ISSN 2494-775X)

Un cas de plagiat en syntaxe du chinois

Dans billet qui vient juste de paraître, Lai Yunfan documente un cas de plagiat avéré dans une thèse de doctorat parue en 2018 (Yu 2018) portant sur les constructions disposales (处置式) dans les langues sinitiques. La victime de ce plagiat est ma collègue Hilary Chappell de l’EHESS: en effet, plusieurs sections de cet article y ont été intégralement traduites, et présentées comme un travail original.

Même à titre de traduction des travaux d’Hilary Chappell, ce plagiat pêche par des erreurs grossières, dont l’une des plus amusantes, parmi celles que relève Yunfan, est sans doute la traduction de « Thai (language) » (en chinois 泰语) par 秦语 qínyǔ, une erreur due à la ressemblance graphique entre les caractères 泰 et 秦, malgré une absence de proximité phonétique.

Certains commentateurs du billet suggèrent d’ailleurs que la personne dont le nom apparaît comme auteur de la thèse a payé quelqu’un sur internet pour effectuer cette traduction à sa place, et que le traducteur y a laissé des erreurs exprès.

Néanmoins, il semble que le crime a payé, puisque la plagiaire a obtenu son doctorat à l’université normale de Wuhan (notons que le directeur n’a pas dû lire ce document, ou qu’il manque de familiarité avec son propre domaine de recherche), et a réussi à trouver un poste dans une université normale du Hubei (湖北第二师范学院), immédiatement après sa thèse, ainsi que des financements de projets de recherches.

Des affaires de ce type sont malheureusement monnaie courante dans certains milieux du monde universitaire chinois. Une personne que je ne nommerais pas a d’ailleurs fait pression sur Lai Yunfan pour qu’il supprime au plus vite son billet, sous la menace de représailles. Lai Yunfan n’a pas cédé à ces menaces, mais a néanmoins enlevé le nom de la plagiaire et de l’université dans son billet, afin de ne pas causer un tort involontaire à Hilary Chappell et aux autres membres de notre centre de recherches.

Acculée, la plagiaire a contacté (par un message privé) une des doctorantes d’Hilary Chappell pour s’excuser, dans l’espoir que la page soit tournée le plus vite possible. Néanmoins, l’auteur de cette thèse et son directeur (汪国胜) ne devraient-il pas reconnaître publiquement cette faute déontologique, et prendre les dispositions qui s’imposent?

Selon moi, un directeur de thèse a la responsabilité directe des travaux de ses doctorants: plus encore que la plagiaire, c’est lui qui est fondamentalement à blâmer dans cette affaire.

Références
Chappell, H. (2013). Pan-Sinitic Object Marking: Morphology and Syntax. Breaking Down the Barriers: Interdisciplinary Studies in Chinese Linguistics and Beyond.​ Taipei: Academia Sinica, 785-816.
Yu Le 余乐 2018. 《汉语方言处置范畴比较研究》华中师范大学 lien

Le préfixe de l’aspect continu en Rma

Ceci est un billet invité de Nathaniel Sims.

Comme c’est le cas pour d’autres variétés du Rma, (aussi appelé Qiang) le Yonghe utilise un préfixe pour exprimer l’aspect continu. Ce préfixe indique qu’un état ou une action est en cours et couvre la gamme sémantique des adverbes « encore » et « toujours » en français. Il est également assez similaire au morphème chinois 还 hai « encore ». Le préfixe d’aspect continu Yonghe présente certaines variations phonologiques et sémantiques. Cette section abordera d’abord les alternances phonologiques, puis les nuances sémantiques. Enfin, nous discuterons de l’utilisation de ce préfixe avec les emprunts provenant du chinois.

1. Alternances phonologiques

Le préfixe de marquage d’aspect continu présente deux types différents d’allomorphie. Premièrement, il y a une alternance vocalique entre [tæ] et [ta]. La première se produit avant les voyelles antérieures tandis que la seconde se produit avant les voyelles postérieures. Des exemples illustrant cette alternance sont donnés dans le Tableau 1 ci-dessous :

La figure 1 donne des exemples du préfixe continu par M. Yang Zhiquan dans le corpus. On y voit que la variante [tæ] est plus courante contrairement aux exemples correspondant à la variante [ta] qui est, malheureusement, plus rare.

Avec plus de données, il pourrait être démontré qu’il existe des sous-régularités en fonction de la voyelle qui suit le préfixe, et aussi de la position du préfixe relativement à la chaîne de préfixes dans laquelle il apparaît éventuellement.

Le deuxième type d’alternance est de nature tonale. Avant les verbes monosyllabiques de type I, le préfixe a un ton grave et le radical a un ton aigu. Avant les verbes monosyllabiques de type II (ainsi que les verbes irréguliers de type IV, tels que « boire »), le préfixe a un ton aigu.

L’exemple (1) illustre à la fois l’alternance vocale et tonale. Notez que « manger » est un verbe de type I et que « boire » est un verbe irrégulier de type IV.

 

(1) ká  hǐ tǽ-thæ̀, mòmó tà-dzá
1S vin  CONT-boire:1 brioche.vapeur   CONT-manger:1

‘Je bois encore du vin, je mange encore des brioches à la vapeur’ (YH-102_023)

Avant les verbes disyllabiques, le préfixe a un ton grave invariable et il y a une neutralisation de la distinction entre les verbes disyllabiques avec un ton aigu final et ceux avec un ton aigu initial. Le tableau 3 donne des exemples illustrant ce point.

2. Nuances sémantiques

La sémantique de ce préfixe est nuancée. D’une part, il peut désigner la continuation comme le montre l’exemple (1) qui a été produit par M. Yang Zhiquan au milieu du dîner. D’autre part et outre une signification purement aspectuelle, ce préfixe peut donner une signification emphatique. L’exemple (2), tiré de l’histoire d’un homme qui prend un cheval à son gendre, illustre cette fonction du préfixe. Plus tard, sa femme le réprimande pour avoir pris le cheval.

(2a)  méj:
EXCL

‘mon dieu!’

(2b) mútʌ̀ kʌ́tʌ̀ mà-tʂwá-j,
they thus NEG-have-EVID

‘ces gens sont si pauvres’

(2c)  jý ʔʌ̀-tʌ́  dzì-pú-kì-næ̀
horse one-CLF  ORT:towards-buy-AM:go-LNK

‘(ils) vont  acheter un cheval,’

(2d) ʔú tɕhjǽ tæ̀-jí-kì-wù-nì
you want:1 CONT-say-AM:go-APPL-2

‘et pourtant tu vas et tu leur dis « Je (le) veux »
OU ‘et tu es quand même allé leur dire que tu le voulais.’

Notez que le prédicat qui prend le préfixe de l’aspect continu est déjà apparu, et l’utilisation du préfixe reflète l’attitude critique de la femme qui parle à son mari.

Lorsqu’il est utilisé avec des verbes statiques, le préfixe peut donner un sens soit aspectuel, soit superlatif. Ainsi, [tà-ʂʌ́-j] CONT-joli-EVID peut signifier « encore joli » ou « encore plus joli ». Le préfixe peut également être utilisé avec au moins quelques verbes statifs après la construction de classification « un peu », et ce d’une manière légèrement emphatique, exprimant un dépassement des attentes. Un exemple de ce type d’utilisation est donné en (3).

(3) ʔʌ́-w tæ̀-ʑí-j
un-morceau CONT-délicieux-EVID

‘plutôt savoureux !’ cf. le chinois 还有点好吃 (littéralement « encore un peu bon à manger. »)

3. Utilisation avec les emprunts du chinois

Lorsque ce préfixe est utilisé avec les emprunts du chinois, l’assimilation vocale est toujours présente. Des exemples illustrant ce point sont donnés dans le tableau 4.

Il est intéressant de constater que, dans le cas des emprunts du chinois, le préfixe CONT a toujours un ton grave et que le motif des deux premières syllabes de ces constructions est invariablement bas-haut. Notez que les emprunts chinois [ɕín-thà] « pratiquer, permettre, autoriser » et [phàn-thá] « être gros » ont des motifs tonaux différents dans la forme de citation, mais que ces différences sont neutralisées lorsqu’elles sont préfixées par le préfixe d’aspect continu. Cela témoigne du degré d’intégration des emprunts chinois en Rma. Ils déclenchent les mêmes alternances segmentaires dans le préfixe d’aspect continu, et sont soumis aux mêmes types de neutralisations tonales lorsqu’ils sont préfixés par des verbes en Rma.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Nathaniel A. Sims, "Le préfixe de l’aspect continu en Rma," Panchronica, 17/11/2020, https://panchr.hypotheses.org/3309 (ISSN 2494-775X)

Étymologie du chinois 豚

Parmi les nombreux termes désignant les cochons en chinois ancien, 豚 dwon (reconstruit comme *lˤu[n] par Baxter et Sagart) « petit cochon » a été comparé au gongduk don par George van Driem.

Toutefois, quelle que soit l’origine de ce mot gongduk, il me semble qu’il est possible de proposer une étymologie interne au chinois. Il existe en effet un adjectif 腯 dwot « gras », qui s’emploie particulièrement pour les cochons (selon le Shuowen, 牛羊曰肥,豕曰腯), et dont voici un exemple d’utilisation dans le Zuozhuan:

(1) 吾牲牷肥腯,粢盛豐備
“Mes victimes, sont parfaites et d’une seule couleur ; elles sont bien grasses. Le millet offert dans les vases est abondant et les remplit. » (Huan 6, traduction de Couvreur)

La série de 盾 dwonX (< *lˤu[n]ʔ) est aussi reconstruite avec des latérales par Baxter et Sagart, et les deux séries phonétiques ne sont donc pas incompatibles. 豚 dwon et 腯 dwot sont d’ailleurs explicitement rapprochés par Wang Li (1982:457).

Le nom 豚 dwon pourrait s’expliquer comme une nominalisation par le suffixe -n (marginalement attesté en chinois, mais bien connu en tibétain) de 腯 dwot (< *lˤut), à reconstruire donc comme *lˤut-n, signifiant originellement "le gras", une épithète appropriée pour désigner un cochon engraissé. Cette hypothèse ne rend toutefois pas compte du sens spécifique de "cochonnet".

Références
Baxter, William H. & Laurent Sagart. 2014.Old Chinese: a new reconstruction. Oxford: Oxford University Press.
van Driem, George 2005. ‘Tibeto-Burman vs. Indo-Chinese: Implications for population geneticists, archaeologists and prehistorians’, pp. 81-106 in Laurent Sagart, Roger Blench and Alicia Sanchez-Mazas, eds. The Peopling of East Asia: Putting Together the Archaeology, Linguistics and Genetics. London: Routledge Curzon.
Wang Li 1982 《同源字典》商务印书馆

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Étymologie du chinois 豚," Panchronica, 16/11/2020, https://panchr.hypotheses.org/3302 (ISSN 2494-775X)

Thèse de Zhang Shuya sur le situ de Bragbar

Zhang Shuya 章舒娅 a soutenu vendredi 6 novembre 2020 sa thèse de doctorat intitulée Le rgyalrong situ de Brag-bar et sa contribution à la typologie de l’expression des relations spatiales : L’orientation et le mouvement associé devant un jury comprenant ses directeurs (Christine Lamarre et moi-même), Alexis Michaud, Nathan Hill, Antoine Guillaume et Françoise Robin. Lai Yunfan a déjà écrit une présentation détaillée de cette thèse sur ce blog; elle a par ailleurs été lauréate du prix jeune chercheur de la fondation des Treilles.

Même si le situ est l’une des premières langues rgyalrong à avoir été décrite, la variété de Bragbar se distingue fortement des dialectes précédemment étudiés, comme le cogtse, notamment par la richesse de sa système d’alternances, sujet qui a fait déjà l’objet de cet article.

Zhang Shuya est la dernière en date des « Jung-rgyalrongologen » à soutenir sa thèse, qui fait suite à celles de Lai Yunfan sur le khroskyabs et de Gong Xun sur le zbu. Elle comprend une description générale de l’ensemble de la langue, suivie d’une étude plus approfondie de l’orientation et du mouvement associé. C’est d’ailleurs, comme l’a indiqué Antoine Guillaume pendant la soutenance, la première thèse à avoir le terme « mouvement associé » dans son titre.

Si cette thèse a beaucoup bénéficié de l’environnement de travail à l’INaLCO et au CRLAO, et de l’émulation des autres doctorants, en particulier Lai Yunfan, c’est un travail dont la qualité démontre le caractère collaboratif et cumulatif de la recherche en linguistique. Il ne s’agit pas en effet d’une simple application scolaire des travaux précédents, mais d’une recherche de grande envergure et d’une réelle originalité.

Étant donnée la taille de la thèse, je vais illustrer les contributions de Zhang Shuya à la linguistique rgyalronguique et à la typologie morphosyntaxique, en restreignant la discussion à trois points particuliers concernant le mouvement associé.

Premièrement, concernant le degré d’intégration du mouvement et de l’action (p.567), Zhang Shuya montre dans l’exemple (645) que contrairement à ce que l’on savait concernant le japhug, en situ de bragbar l’emploi du cislocatif au perfectif n’implique pas que le mouvement ET l’action du verbe soient tous deux achevés, mais simplement le premier.

(645) nəɟə̂ thə̂ nə-ɟɐ-ˈtə-va-n ?
2sg quoi pfv:aval-cisloc-2-faireII-2sg
Qu’est-ce que tu es venu faire?

Malgré mon scepticisme lorsque Zhang Shuya m’a montré cet exemple, j’ai dû me rendre à l’évidence que le mouvement associé en situ est très différent de celui du japhug, où le sens de (645) ne pourrait être exprimé que par un verbe de mouvement avec complément de but. Cette découverte illustre d’une part que le paramètre du degré d’intégration du mouvement n’est pas essentiel à la définition du mouvement associé, qu’il n’est pas stable diachroniquement, et qu’au sein d’un même système de mouvement associé, tous les marqueurs ne fonctionnement pas nécessairement de la même façon: en effet, dans le cas du translocatif, il n’est pas possible de séparer ainsi la réalisation du mouvement et de l’action du verbe en bragbar (voir aussi cet article). La dissymétrie entre cislocatif et translocatif n’avait jamais été illustrée de façon aussi claire auparavant.

Deuxièmement, Zhang Shuya montre également (p.587) qu’au sein des dialectes situ, on observe à la fois une évolution diachronique d’un marqueur de mouvement associé translocatif à un marqueur d’orientation non-spécifiée (en bragbar), ainsi que l’évolution inverse (en cogtse), ce qui réfute l’idée d’une unidirectionnalité dans l’évolution des systèmes de mouvement associé de d’orientation.

Troisièmement, on observe en bragbar une fusion entre mouvement associé et préfixes d’orientation dans le cas du préfixe composé ɕo- (p.592) très inattendue que Zhang Shuya analyse avec raison comme résultant d’un ordonnancement irrégulier mouvement MA-orientation, inverse de celui qui est général dans la langue, mais identique à celui que l’on trouve en rgyalrong du nord, ce qui a naturellement des implications importantes pour la linguistique historique.

Des cas similaires de contributions très spécifiques peuvent se trouver dans l’ensemble de la thèse.

Par ailleurs, le travail de Zhang Shuya ne se limite pas à sa thèse, puisqu’elle a d’une part enregistré et transcrit un corpus de 48 heures, qui a vocation à être conservé dans la collection Pangloss, et qu’elle se consacre à des projets de recherches sur les systèmes de parentés (Zhang et Fan à paraître) et sur l’ethnobotanique.

Références
Jacques, Guillaume, Aimée Lahaussois, and Shuya Zhang Forthcoming. Associated motion in Sino-Tibetan, with a focus on Gyalrongic and Kiranti. In Guillaume, Antoine and Harold Koch (eds.), Associated Motion. Moutonde Gruyter.
Koch, Harold 1984. The category of « Associated Motion » in Kaytej.Languages in Central Australia (1) : 23–24.
Zhang, Shuya and Jingming Fan (à paraître). Brag-bar kinship system in synchronic and diachronic perspectives. Bulletin of the School of Oriental and African Studies.

A propos d’une comparaison sino-tibétaine

Le verbe honorifique tibétain mkʰʲen མཁྱེན་ « savoir » (emprunté en japhug comme mcʰin avec le sens spécialisé « percevoir la vraie nature de ») a été comparé par un certain nombre d’auteurs, dont Bodman et Hill (2019), au chinois 見 kenH « voir ». Cette comparaison semble très attractive du point de vue sémantique (οἶδα) et phonétique.

Toutefois, elle me semble impossible pour des raisons morphologiques. Comme l’a montré Gong (1977), en effet, mkʰʲen མཁྱེན་ est la forme honorifique de l’adjectif mkʰan མཁན་ « être expert » (mkʰan.po མཁན་པོ་ « savant, expert ») par l’infixe -y-, qui cause aussi une métaphonie a–>e.
Par ailleurs, mkʰan མཁན་ est lui-même apparenté à mkʰas མཁས་ « être savant, être expert » (emprunté en japhug comme mkʰɤz), ce qui implique que la racine de ces adjectifs est mkʰa-, et que -n et -s sont des suffixes.
Il faut admettre que ces comparaisons internes ne sont pas sans difficultés, car le suffixe -n ne dérive pas normalement de verbes (notons toutefois le verbe sbʲjin སྦྱིན་ ‘donner’, cognat du japhug mbi « donner » et du chinois 畀, et dont la coda -n n’est pas élucidée). Néanmoins, elles suffisent à invalider la comparaison avec le verbe chinois 見 kenH « voir » pour trois raisons.
Premièrement, sémantiquement, il n’y a aucun indice que ni mkʰʲen མཁྱེན་, ni mkʰan མཁན་ ne viennent d’un verbe de perception, et qu’un changement voir –> savoir ait eu lieu. Supposer un changement sémantique en sens inverse savoir–>voir dans le cas du chinois est peu vraisemblable.
Deuxièmement, la comparaison des voyelles est bien moins attractive lorsque la dérivation interne au tibétain est prise en compte: à moins de supposer que le chinois avait aussi un infixe y causant une métaphonie, hypothèse que ne soutient aucune donnée au moment où j’écris (l’infixe honorifique est d’ailleurs limité au tibétain, et ne se retrouve dans aucune autre langue), la correspondance est en fait entre a et *e.
Troisièmement, la consonne finale -n ne faisant pas partie de la racine en tibétain, il faudrait expliquer son origine en chinois aussi.

Références
Gong, Hwang-cherng. 1977. gǔ zàngwén de y jíqí xiāngguān wèntí 古藏文的y及其相關問題[Old Tibetan y and related problems]. Bulletin of the Institute of History and Philology 48(2). 205–228.
Hill, Nathan W. 2019. The historical Phonology of Tibetan, Burmese, and
Chinese. Cambridge: Cambridge University Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos d’une comparaison sino-tibétaine," Panchronica, 31/10/2020, https://panchr.hypotheses.org/3287 (ISSN 2494-775X)

Les voisées du mien et la reconstruction de la prénasalisation en chinois archaîque

Mon premier article sur la phonologie du hmong-mien vient de paraître dans la revue JSEALS. Dans ce travail, j’étudie systématiquement les couches d’emprunts du chinois en mien de Jiangdi dans lesquelles les obstruentes sourdes du chinois moyenne correspondent à des voisées (provenant pour l’essentiel d’anciennes prénasalisées), et propose quelques révisions aux reconstructions de Baxter et Sagart (2014). Cet article reprend certaines idées des billets suivants de ce blog: 1694, 2129, 2262 et 2227.

Commme le site de la maison d’édition ne permettait pas d’inclure de fichier supplémentaire, je joins à ce billet l’annexe de cet article. Ce fichier inclut les exemples que j’ai trouvé dans le dictionnaire de Mao (1992), mais aussi ceux que l’on peut identifier parmi la liste d’emprunts fournis par Downer en annexe de son article de 1973.

Des études similaires sur d’autres variétés de hmong-mien, en particulier les langues hmonguiques, seraient très précieuses pour évaluer la proportion de ces mots qui est reconstructible au proto-hmong-mien, et celle qui est plus tardive.

Références
Baxter, William H. & Laurent Sagart. 2014.Old Chinese: a new reconstruction. Oxford: Oxford University Press.
Downer, Gordon B. 1973. Strata of Chinese loanwords in the Mien dialect of Yao. Asia Major 18.1:1–33
Mao, Zongwu. 1992. Hàn-yáo cídiǎn (miǎnyǔ) 汉瑶词典(勉语) [A Chinese-Mien Dictionary]. Chengdu: Sichuan minzu chubanshe

Le verbe ‘écrire’ en brokpa

Le brokpa (འབྲོག་པ་ ⁿbrog.pa) est une langue tibétique du Bhoutan, qui, comme son nom l’indique, d’une part est parlée par des nomades et d’autre part préserve le groupe br- du tibétain ancien.

Cette langue est l’objet du dernier numéro de la revue Himalayan Linguistics. Dans l’une des contributions, les auteurs
notent que le verbe écrire ɖi (p.44), dont la forme de dictionnaire en tibétain classique est འབྲི་ ⁿbri, ne soit pas †bri comme on pourrait s’y attendre, mais a une occlusive rétroflexe comme s’il s’agissait de *dri. Ils en concluent qu’il s’agit d’un emprunt au Dzongkha ou a une autre langue tibétique. Si cette hypothèse ne peut pas être exclue, une autre possibilité doit néanmoins être prise en compte: il pourrait s’agir de la préservation de l’ancien présent འདྲི་ ⁿdri, dont འབྲི་ ⁿbri est la forme analogisée (Hill 2005). On s’attendrait en fait en brokpa à une alternance entre ɖi au présent et †bri au passé (de བྲིས་ bris) si l’on applique les lois phonétiques régulières, mais ce dialecte a peu d’alternances de radical, et il ne serait pas surprenant qu’il ait généralisé le présent.

Il est donc possible que cette langue, l’une des rares de la région a préserver l’opposition entre br- et dr-, a aussi préservé une forme de présent héritée du tibétain ancien; ce serait un archaïsme remarquable, car ni le tibétain de l’ouest (balti-ladakhi) ni l’amdo n’ont préservé la forme non-analogique.

Références
Rüfenacht, Sara et Waldis, Sereina 2020. Diachronic and areal aspects of Brokpa phonology, Himalayan Linguistics 19(1): 42-53.
Hill, Nathan W. (2005) ‘The verb ‘bri ‘to write’ in Old Tibetan’. Journal of Asian and African Studies, (68), pp 177-182.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe ‘écrire’ en brokpa," Panchronica, 24/08/2020, https://panchr.hypotheses.org/3275 (ISSN 2494-775X)

Le verbe irrégulier sbʲin « donner » en tibétain

Le verbe tibétain སྦྱིན་ sbʲin « donner » est surprenant à plus d’un titre.

Premièrement, sa consonne finale ne trouve pas de correspondant dans les cognats avec d’autres langues trans-himalayennes, comme le chinois 畀 pjijH (de *pi-s ou *pit-s, voire même peut-être *pik-s), le Khaling |bi| ou le hakha lai pèe-I, peek-II ‘give, offer’ (du proto-Kuki-Chin *pia-I, *piak-II selon VanBik 2009) — l’absence de coda en japhug (mbi « donner ») n’est pas décisif, car le *-n est perdu régulièrement en proto-rgyalrong.

Deuxièmement, (comme c’est le cas des verbes « donner » dans de nombreuses langues, du grec δίδωμι à l’hébreu nāṯan) sa flexion est unique: སྦྱིན་ sbʲin au présent et au futur, bʲin བྱིན་ au passé et à l’impératif, il a donc un préfixe s– au présent/futur, là ou d’autres verbes ont soit un préfixe nasal འ ɦ-, soit d-/g- (lesquels sont en distribution complémentaire).

Il est possible que ce préfixe soit unique, mais il pourrait aussi s’agir de la trace d’une loi phonétique particulière. Dans cette seconde hypothèse, on pourrait supposer que le préfixe qui donne g- devant coronale au présent (avec arrondissement de la voyelle), avait pour réflexe original s- devant labiale. On attendrait en principe d- devant labiale, mais notons qu’il n’y aucun verbe ayant une initiale labiale avec un d- marquant le présent alternant avec b- au passé.

Le g- du présent peut en principe soit se reconstruire comme *go-, soit comme *do- (le voisement étant non-distinctif, voir cet article et les références qui y sont citées). Si l’on suppose que le préfixe s- dans སྦྱིན་ sbʲin est le réflexe régulier de ce préfixe devant nasale, il faut supposer la règle (1), qui ne doit pas s’interpréter toutefois comme un changement phonétique unique.

(1) *g(o)- ou *d(o) > s- /_[labiale]

Cette hypothèse n’a d’intérêt que si elle permet de rendre compte d’autres faits apparemment sans relation. A ce titre, notons le nom སྨེ་བ་ sme.ba ‘grain de beauté’, qui semble avoir pour cognat en japhug qame de même sens, un des très rares noms de partie du corps à ne pas être inaliénablement possédé, et à avoir le préfixe de classe qa-. Dans l’hypothèse où le préfixe de présent était originellement dorsal, on pourrait modifier (1) en supposant que la règle était (2)

(2) *[dorsale]- > s- /_[labiale]

(au lieu donc de *[dorsale]- > d- /_[labiale], la règle habituellement admise)

On pourrait rendre comme de སྨེ་ sme– et de སྦྱིན་ sbʲin par (2) selon (3).
(3) a. *gV-me > sme
b. *go-bin > sbʲin

La préinitiale d- devant labiale aurait pour origine uniquement des dentales, et non des vélaires. La forme de futur སྦྱིན་ sbʲin dans cette hypothèse est analogique, car le futur des verbes à labiale ont d- et que donc selon (2) il ne peuvent pas provenir d’une dorsale.

Références

VanBik, Kenneth 2009. Proto-Kuki-Chin: A Reconstructed Ancestor of the Kuki-Chin Languages. STEDT Monograph 8 Lien

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe irrégulier sbʲin « donner » en tibétain," Panchronica, 18/07/2020, https://panchr.hypotheses.org/3271 (ISSN 2494-775X)

Le dialecte de Thebo et le proto-tibétain

En dialectologie tibétaine, le tibétain ancien (ou même simplement le tibétain classique sous sa forme écrite) est souvent pris par défaut comme l’ancêtre commun des langues tibétiques modernes (Tournadre 2014). Or, de la même façon que le latin classique n’est pas l’ancêtre exact des langues romanes modernes (voir notamment cet article pour des exemples de formes romanes qui ne sont pas dérivables du latin classique), il est reconnu qu’assimiler le tibétain impérial ou le tibétain littéraire postérieur au proto-tibétain est une simplification outrancière, et que l’on ne peut exclure l’hypothèse que certaines distinctions phonologiques des dialectes non-représentées dans l’écritures puissent potentiellement être archaïques (Hill 2010, Tournadre 2014).

Néanmoins, la recherche de traits plus archaïques que le tibétain ancien dans les langues tibétiques modernes a été jusqu’ici peu fructueuse. Shafer (1941) avait par exemple proposé que les dialectes tibétains de l’ouest (ladakhi-balti) avaient préservé une opposition phonologique entre *e et *ia confondus en tibétain ancien, mais cette idée s’est révélée basée sur une analyse incorrecte des données (Jacques 2009). Parmi les indices les plus clairs de formes plus archaïques que le tibétain ancien se trouvent la formes des numéraux « 8 » et « 100 » du dialecte de Bayan (Gong 2016), qui semblent avoir échappé à la loi de fortition *ry > rgy-.

L’article de Sangsrgyas Tshering (桑吉次力) sur le tibétain de Thebo (sa langue maternelle), que je me réjouis d’avoir publié dans les Cahiers de linguistique — Asie orientale, est à ce titre à mes yeux une contribution importantes à la linguistique tibétaine: il documente en effet un archaïsme remarquable et inattendu dans cette langue.

L’article porte principalement sur la mise en évidence d’une loi phonétique unique de ce dialecte: en Thebo, la préinitiale b-, lorsqu’elle est située avant une initiale sourde, voise cette dernière, comme on l’observe notamment dans la conjugaison de nombreux verbes transitifs, qui ont le préfixe b- au passé, comme par exemple « couper », qui au passé a une initiale dʒ- correspondant au groupe bc- du tibétain ancien:

進行體 /tʃeʔ/ གཅོད། ⟨gcod⟩ (現在時) -od : -eʔ
完成體 /dʒɛʔ/ བཅད། ⟨bcad⟩ (過去時) -ad : -ɛʔ
命令 /tʃʰeʔ/ ཆོད། ⟨chod⟩ (命令語氣) -od : -eʔ

Cette loi phonétique très étonnante, sans aucun équivalent dans les autres variétés de tibétain, ne fait pas de doute: on peut l’observer dans les données de Lin (2014), même si la loi n’est pas formulée dans cette publication. Cette loi phonétique implique que la préinitiale b- était bien voisée en tibétain ancien, même dans les groupes à initiale sourde. Comme les voisées du tibétain ancien deviennent des sourdes en initiale absolu, ce voisement a dû avoir lieu après le dévoisement des anciennes occlsuives sonores.

Le préfixe b- ne se trouve pas au passé des verbes à initiale labiale en tibétain classique. Ainsi, le verbe འབུབས་ ⁿbubs ཕུབ་ pʰub ཕུབ pʰub་ « couvrir (une maison d’un toit) » dont la racine est |pub| a un passé pʰub provenant selon Coblin (1976) d’un proto-forme *b-pub, avec dissimilation en *pub puis aspiration régulière.

En Thebo toutefois, on trouve plusieurs verbes à initiale labiale, dont le radical au présent et à l’impératif sont aspirés, et celui du passé est voisé, comme le montre les données suivantes (seule une partie est présente dans l’article; l’auteur a aimablement complété les paradigmes à ma demande pour ce billet):

présent: འབུབས་ ⁿbubs /pʰə/
passé: ཕུབ་ pʰub /bʊʔ/
impératif: ཕུབ pʰub /pʰʊʔ/ 蓋(房子)

présent: འབོགས་ ⁿbogs /pʰu/
passé: ཕོགས་ pʰogs /buʔ/
impératif: ཕོག་་ pʰog /pʰuʔ/ 卸(東西)

présent: འབིགས་ ⁿbigs /pʰə/
passé: ཕུག་ pʰug /bʊʔ/
impératif: ཕུགས་ pʰug /pʰʊʔ/ 穿(孔)

présent: ཕྲལ་་ pʰral /tʂiː/
passé: ཕྲལ་ pʰral /dʐɛː/
impératif: ཕྲོལ་་ pʰral /tʂiː/ 弄破

L’aspiration des formes du présent sont analogiques (de l’impératif et des verbes sans alternances de voisement). Le radical du présent provient d’une forme telle que *dprol avec vocalisme o pour expliquer l’alternance vocalique.

Le formes du passés en revanche ne sont pas explicables par analogie, mais ne peuvent pas non plus provenir directement des formes du tibétain classique listées ci-dessus. Sangsrgyas Tshering propose une idée très ingénieuse: le voisement serait la trace du *b- de passé dans ces verbes, qui avait été reconstruit dans ces formes par Coblin en 1976.

Ainsi:
*b-pug > *buk > bʊʔ
*b-pral > *bral > dʐɛː
etc.

Nous sommes ici face à un cas de confirmation à posteriori d’une reconstruction interne par des données sans rapport avec celle-ci, comme le cas des laryngales de l’indo-européen: Sangsrgyas Tshering est donc à Coblin ce que Kuryłowicz était à Saussure.

Cette découverte montre que les langues tibétiques non-littéraires, même celles qui ont une phonologie très innovatrices comme le Thebo, ont un rôle crucial à jouer non seulement pour la typologie des changements phonétiques, mais aussi pour la reconstruction du proto-tibétain. La documentation détaillée de toutes ces langues vulnérables est un impératif pour la discipline.

Références
Coblin, W. South. 1976. Notes on Tibetan Verbal Morphology. T’oung Pao 62. 45–70.
Hill, Nathan W. 2010. An Overview of Old Tibetan Synchronic Phonology. Transactions of the Philological Society 108(2). 110–125.
Gong Xun 2016. A Phonological History of Amdo Tibetan Rhymes. BSOAS, 79,2:347–374. https://www.academia.edu/27924827/A_Phonological_History_of_Amdo_Tibetan_Rhymes
Jacques, Guillaume 2009. Le développement du tibétain ancien -e- dans les dialectes occidentaux. EMSCAT. https://journals.openedition.org/emscat/1500
Lin, You-jing. 2014. Thebo. In Jackson T-S. Sun. Phonological Profile of Little-Studied Tibetic Varieties, 215–268. Taipei: Institute of Linguistics, Academia Sinica.
Sangsrgyas Tshering 桑吉次力 2020. 迭部藏語的“清音濁化”, Cahiers de Linguistique Asie Orientale 49(1):1–20.
Shafer, R. 1941 The Vocalism of Sino-Tibetan II, Journal of the American Oriental Society, 61, pp. 18-31
Tournadre, Nicolas. 2014. The Tibetic languages and their classification. In Thomas Owen Smith, & Nathan Hill (eds.), Trans-Himalayan linguistics, historical and descriptive linguistics of the Himalayan area, 105–130. Berlin: Mouton de Gruyter http://www.nicolas-tournadre.net/wp-content/uploads/multimedia/2014-The_Tibetic_languages.pdf

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le dialecte de Thebo et le proto-tibétain," Panchronica, 22/06/2020, https://panchr.hypotheses.org/3261 (ISSN 2494-775X)

印欧历史比较语言学入门

封城期间,安坐家中隔离的同时,本人在语言学沙龙Linguistique sur Seine中开讲印欧历史语言学的入门课程,给我的学生讲解希腊语和梵文的对应关系,介绍历史语言学的基本原则和基础知识。由此,希望将来做汉藏语语言学研究的学生能够借鉴新语法学派的严格研究方法,对自己的研究有个新的启发。

开头三次课没有录,第四次课由我的新博士生杨大雪(卡瓦钦博 ཁ་བ་ཆེན་པོ་)录制编辑,并上传到了YoutubeB站

这一课程重点讨论古希腊语和梵文的动词系统,同时介绍历史比较法和内部构拟法,第四次课对前三次课做了回顾和复习,分析了过去非完成时和不定过去时的动词形态和基本构拟,还讲解了类推如何改造动词变位。

这一系列讲座每周更新一次,下周讨论无词干元音动词的现在时变位,欢迎大家指教!

A propos des préverbes d’orientation en tangoute et en horpa

Mathieu Beaudouin a fondé un blog de linguistique dont le premier billet aborde la question épineuse de la cognation des préverbes d’orientation entre tangoute, horpa, khroskyabs et rgyalrong nucléaire.

Le préverbe d’orientation indéfinie du tangoute 𘙇 rjɨr- et celui du khroskyabs rə- (Lai 2017:305) ont une ressemblance indéniable, et semblent distincts de leurs équivalent en geshiza (dæ- Honkasalo 2019:534) ou en rgyalrong nucléaire (japhug jɤ-).

Le geshiza a bien un préverbe rə-, mais celui-ci signifie « away from river, upwards », et Mathieu Beaudouin propose l’hypothèse d’une comparaison avec le préverbe tɤ- « vers le haut » du japhug, avec lénition de l’occlusive, un changement courant mais encore mal compris, et qui fera l’objet d’un prochain billet. Notons que le situ de Bragbar a aussi une initiale lénifiée r- dans le préverbe « vers le haut » (Zhang 2016). En tangoute et en khroskyabs, l’orientation « vers le haut » est exprimée par des préverbes distincts, 𗈪 .a- et æ-.

La question de savoir quelles langues sont innovatrices sur ce point est assez complexe, et il est difficile d’y répondre de façon décisive à ce stade de notre connaissances des lois phonétiques. Mathieu privilégie l’hypothèse que le geshiza et le japhug, appartenant à des branches plus éloignées du rgyalronguiques, devraient refléter la fonction archaïque, et que le tangoute et le khroskyabs auraient innovés en subissant un changement sémantique du la fonction « vers le haut » vers celle d’orientation indéfinie, et en innovant un préverbe « vers le haut » distinct (à attaque nulle).

Un argument contre l’archaïsme du préverbe tɤ- du japhug (et de ses cognats en rgyalrong nucléaire) est qu’il pourrait avoir été grammaticalisé d’un adverbe ou d’un nom locatif: il y a même deux candidats potentiels entre lesquels je ne veux pas trancher: atu « vers le haut » et ɯ-taʁ « le haut », provenant de deux racines distinctes), tandis qu’une telle explication ne semble pas disponible pour les préverbes du tangoute et du khroskyabs.

Toutefois, si l’on observe les formes des préverbes d’orientation dans d’autres langues de la région (Shirai 2018), il semble que l’orientation « vers le haut » est marquée par un préverbe à occlusive dentale dans la majorité des langues, y compris en rmaïque (qiang) et en pumi, tandis que la seule langue autre que le khroskyabs et le tangoute à avoir une attaque nulle pour ces préverbes est le zhaba, ce qui irait en faveur de l’hypothèse de Mathieu, et pourrait avoir une incidence sur la question de la position du tangoute dans le groupe rgyalronguique.

La seconde partie de l’hypothèse de Mathieu, à savoir la réinterprétation du préverbe « vers le haut » comme préverbe à orientation indéfinie, mérite discussion. Sur la question phonétique, Lai (2017: 319) suggère que le préfixe rə- du khroskyabs pourrait provenir par lénition d’une ancienne occlusive dentale, préservée en stau (də- en g.yurong). Toutefois, si cette idée est acceptée, elle va paradoxalement à l’encontre de l’hypothèse de Mathieu, car dans ce cas le cognat du préfixe rə- du khroskyabs en geshiza serait plutôt le préfixe indéfini dæ-.

Références
Honkasalo, Sami 2019. A Grammar of Eastern Geshiza : A Culturally Anchored Description. Université d’Helsinki.
Lai, Yunfan 2017. Grammaire du khroskyabs de Wobzi, université Paris III.
Shirai Satoko 2018. A geolinguistic analysis of directional prefixes in Qiangic languages
Zhang, Shuya 2016. La phonologie et la morphologie du dialecte de Brag-dbar du rgyalrong situ, mastaire de l’Inalco.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos des préverbes d’orientation en tangoute et en horpa," Panchronica, 12/04/2020, https://panchr.hypotheses.org/3249 (ISSN 2494-775X)

Le kiranti est-il paraphylétique? (1)

Dans un article récent, Gerber et Grollmann (2018) passent en revue les innovations proposées par différents auteurs pour définir le groupe kiranti, et concluent que les arguments en faveur de la monophylie du kiranti ne sont pas décisifs.

Parmi les innovations qu’ils critiquent, notons ma proposition d’une loi phonétique *-a[tl] à *-ɛ[tl] en proto-kiranti (Jacques 2017:205), basée sur les exemples suivants:

A cette idée, Gerber et Grollmann (2018:217) apportent l’objection suivante:

Il est clair qu’il existe des *-at et et -al en proto-kiranti (qui deviennent -ɛt et -ɛl respectivement en kiranti), et que leur existence soulève une question pour mon hypothèse: soit il s’agit de mots empruntés, ou formés par suffixation de -t après le changement de *-a[tl] à *-ɛ[tl], soit il faut postuler en pré-proto-kiranti une voyelle distincte de *a dans ces mots.

Néanmoins, les données du lohorung discutées dans ce passage n’infirment en rien l’hypothèse que j’avais proposée. Le verbe |khɛt| « aller » du lohorung cité dans ces paragraphes correspond au khaling |kʰot| « aller », qui se reconstruit régulièrement comme *|kʰɑt| selon mon système (voir p.6). Le fait que le lohorung ait une rime -ɛt alternant avec -ar est une observation très intéressante, mais ce qu’elle montre est que (i) le *-ɑt du proto-kiranti devient -ɛt en lohorung , mais que par contre (ii) devant voyelle, où le -t- se lénifie en -r-, et où le *ɑ doit être en syllabe ouverte (le r devenant l’attaque de la syllabe suivante, comme en limbu |sɛt| tuer qui donne /sɛr-uŋ/ [sɛ.ruŋ] ‘je le tue(rai)’).

Cette question est complètement indépendante que celle du *-ɛt proto-kiranti, qui se confond avec *-et dans les langues autres que le le limbou. Comme le montrent les données de Gerber dans ce document de travail, le mewahang (et le lohorung) présente une voyelle /e/ dans le verbe « tuer », qui s’oppose au /ɛ/ provenant de *-at ou *-ɑt: « The mid-low front vowel ɛ contrasts with mid-high e, viz. seʔma ‘to kill’ vs. sɛʔma ‘to pull’ » (p.4). Le mewahang a donc subi des changements phonétiques similaires à celui du khaling: *-ɛt et *-at devenant respectivement /-et/ et /-ɛt/. Le conditionnement du second changement est légèrement différent, puisqu’en khaling le passage de *a à ɛ affecte tous les *a qui ne sont pas suivis d’une vélaire, y compris en syllabe ouverte, pas seulement ceux suivis de -t.

Un réel contre-exemple à mon hypothèse serait de trouver une langue kiranti où l’un des cognats des quatre verbes du tableau ci-dessus aurait préservé un vocalisme /a/: l’hypothèse ne porte pas sur un trait typologique (un changement *-at à *-ɛt, qui naturellement peut avoir lieu dans n’importe quelle région du monde) mais sur le fait que certains étymons kiranti ont une voyelle antérieure (ɛ en limbou et e dans les autres langues) correspondant à une voyelle ouverte ailleurs dans le famille.

Références
Gerber, Pascal et Selin Grollmann 2018. What is Kiranti? Bulletin of Chinese Linguistics, 11(2): 99-152. lien 1,lien 2
Jacques, Guillaume 2017. A reconstruction of Proto-Kiranti verb roots, Folia Linguistica Historica 38. 177–215.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le kiranti est-il paraphylétique? (1)," Panchronica, 03/04/2020, https://panchr.hypotheses.org/3234 (ISSN 2494-775X)

Carnet de recherches d'un linguiste de terrain

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search