Archives par mot-clé : tujia

Quelques correspondances phonétiques entre le tujia, le japhug et le tibétain

Le tujia est la langue non-chinoise de la famille sino-tibétaine située la plus à l’est, et ne fait pas clairement partie d’un sous-groupe bien identifié, comme le lolo-birman ou le rgyalronguique. Seul îlot ayant résisté à l’assimilation au chinois à l’est de Dujiangyan, c’est une langue potentiellement cruciale pour entrevoir la diversité linguistique perdue de la Chine centrale.

C’est aussi une langue à la phonologie très érodée, ce qui pose des problèmes méthodologiques particuliers pour identifier les cognats et mettre au jour les lois phonétiques (Jacques et Michaud 2011). Du fait de l’opacité de l’étymologie de cette langues, nous l’avions exclue de la liste des langues traitées dans Sagart et al. (2019), car le risque d’erreur d’identification (ou de non-identification) des cognats était trop importante.

Étudier de façon détaillée les correspondances phonétiques en le tujia et des langues plus conservatrices est donc un pré-requis à celle de la place phylogénétique de cette langue dans la famille sino-tibétaine, et à l’usage du tujia dans les études de paléontologie linguistique.

Il y a quelques années, en utilisant les données de Chen Kang (2006) sur les dialectes de Longshan 龙山 (LS) et de Luxi 泸溪 (LX), j’avais essayé de préparer une liste de cognats entre tujia, japhug et tibétain pour explorer les correspondances phonétiques entre ces langues (voir ce billet et ce billet). Comme il est fort probable que je n’aurai jamais le temps de mener à bien ce projet, je me contenterai de présenter quelques observations dans ce billet.

Premièrement, le LS -a et le LX -o correspondent à -ag ou -am en tibétain: il s’agit de la confusion de plusieurs rimes à consonnes finales originellement très différentes. On retrouve également cette correspondance avec le pronom de 1sg.

LS LX sens japhug tibétain
lǎ35 a21lo21 jaʁ
mǎ35 mo33ŋɯe21 女婿 tɤ-nmaʁ mag
thá55 taʁ btags
lǎ35 lio21 ldag
lâ53 lo55xo21 lam
ŋǎ35 ŋo35 aʑo ŋa

LS -i : LX -i correspond soit à -a en tibétain et en japhug, soit à -ig. On observe donc en tujia, comme dans beaucoup de langues rgyalronguique un changement en chaîne où l’antériorisation du *-a (dans certains contextes) s’accompagne du passage de la rime *-aq à une voyelle ouverte. Le mot LS tsî53 : LX dzi33″cochon” est peut-être aussi apparenté à la racine du japhug ndza “manger”, mais avec une nominalisation différente de celle du mot pour “riz” indiqué ci-dessous:

LS LX sens japhug tibétain
tsi21 dzi35 ndza za
sì21 si35 tɯ-ɕa ɕa
si55 si33ta35 牙齿 tɯ-ɕɣa so
tsǐ ɯè tsì35 tsi21tsi21 侄子 tɯ-ftsa tsha.bo
sí sí55 a21si55 虱子 zrɯɣ ɕig

Comme dans le cas du tshobdun, les cognats de mots à -a en japhug ou en tibétain devant uvulaire (ou vélaire en tibétain) ont une correspondance vocalique spéciale:

LS LX sens japhug tibétain
khɯ̂53 khɯ21 ɴqa dka
khɯ̌35 khɯ55 kha
xɯ̌35 xɯ33 sqa–

Les voyelles antérieures fermées, en syllabe ouverte ou fermée en tibétain et japhug correspondent à -ie dans les deux dialectes du tujia :

LS LX sens japhug tibétain
ɲié55 lie55 ʁnɯz gɲis
ɲié55 ɲie21 天(日) tɯ-sŋi ɲin
siě35 sie33 si ɕi
ɲiè21 kɯɕnɯz

La correspondance LS -u : LX -u a au moins deux origines différentes *-ok et *-aŋ, comme l’illustrent ces exemples :

LS LX sens japhug tibétain
zû53 zu33 ʑo jaŋ
khú sú kà su35 fsoʁ

Le nom du mouton LS zǒ35 : LX zo33 a la même consonne initiale que “léger” ci-dessus, mais une rime différente, ce qui implique qu’il ne s’agit pas d’un cognat du japhug qaʑo ou du tibétain gjaŋ-, mais d’un emprunt au chinois 羊 jaŋ, et que la fricativization du *j- s’est appliquée aux emprunts comme aux mots hérités.

La rime -ɯ du japhug (venant d’une voyelle arrondie) correspond quant à elle à -ɯe dans les deux dialectes :

LS LX sens japhug tibétain
khɯé5 a33khɯe21 ta-ʁrɯ ru
mɯe35 mɯe21 tɯ-mɯ

 

Référence
Chen Kang 陈康 2006 《土家语研究》中央民族大学出版社 https://book.douban.com/subject/2010204/
Jacques, Guillaume and Alexis Michaud. 2011. “Approaching the historical phonology of three highly eroded Sino-Tibetan languages: Naxi, Na and Laze.” Diachronica 28:468-498.
Sagart, Laurent, Guillaume Jacques, Yunfan Lai, Robin J. Ryder, Valentin Thouzeau, Simon J. Greenhill, Johann-Mattis List 2019. Dated language phylogenies shed light on the ancestry of Sino-Tibetan. Proceedings of the National Academy of Sciences, 116 (21) 10317-10322

L’influence du chinois sur l’ordre des mots du tujia

Comme la majorité des langues sino-tibétaines, dont le japhug et le tibétain, le tujia est une langue à verbe final (“SOV”). Néanmoins, dans ce livre p. 132, les auteurs proposent que, sous l’influence du chinois, un certain nombre de verbes sont utilisés avec des complétives post-verbales.

(1) miɛ̃54tie33 [ʑi35thã54 ɣə33]
afin.d’éviter.de un.tour aller
免得再跑一趟 “afin de ne pas avoir à y aller à nouveau”

(2) tɕɛ̃35ɲi35 [sɿ33tɕɛ̃35 a54zɿ33 pia35 tsẽ55tɕa3]
suggérer temps beaucoup un.peu augmenter
建议增加时间 “(je) suggère de donner un peu plus de temps”

Remarquons tout d’abord que (i) aucun des exemples qu’ils donnent dans cette section (mais voir plus bas) n’ont un objet nominal suivant un verbe: les constituants qui se situent après le verbe, ici marqués par des parenthèses carrées, sont des propositions, (ii) à l’intérieur de ces propositions, l’ordre est toujours objet-verbe.

Notons que dans les langues comme le japhug, même dans des textes influencés par le chinois, l’ordre des mots objet-verbe et complétive-verbe est strictement observé. On trouve au mieux des propositions complétives ou des objets disloqués à droite, comme en (3), mais ces cas ne sont pas très courants et ont une prosodie particulière.

(3) tsuku tɕe kɯ-jom tsa ku-lɤt-nɯ ŋgrɤl, ɯ-khɤftsɯɣ
certains LNK NMLZ:S/A-être.large un.peu IPFV-jeter-PL être.le.cas.habituellement:FACT 3SG.POSS-tour.d’aiguille
“Certains ont un tour d’aiguille plus large.” (cette histoire)

Il me semble en fait qu’une analyse plus prometteuse d’exemples comme (1) et (2) est de le considérer comme deux propositions indépendantes paratactiques; donc en (2) “je fais une suggestion, on laisse plus de temps”, plutôt que de vraies complétives. Il n’y aurait donc pas à proprement parler de complétive post-verbale. Dans une langue de ce type à morphologie réduite et où la distinction entre formes finies et non-finies est peu claire, un certain nombre de tests, et aussi une prise en compte de la prosodie, sont nécessaires, et il est impossible de statuer sur cette question à partir des données de ce livre.

Néanmoins, dans le même livre p. 357, nous trouvons la phrase suivante (qui n’est pas commentée, malheureusement):

(4) ɛ54sɿ33tɕe33 tha33pa33kha33 po33ɕo33 ɲe33tsa33kha33
autrefois propriétaire.terrien exploiter pauvre
从前地主剥削穷人 “Autrefois les propriétaires terriens exploitaient les pauvres.”

Dans cette phrase éminemment “post-1949”, le verbe po33ɕo33 venant du mandarin 剥削 prend un objet post-verbal; cette phrase soulève le problème de savoir si l’ordre des mots ici reflète une traduction trop servile du chinois, ou si ɲe33tsa33kha33 “pauvre” est un constituent disloqué à droite comme ɯ-khɤftsɯɣ “tour d’aiguille” en (3). Ce problème illustre combien une description syntaxique non accompagnée de fichiers sons est difficile à utiliser.

====

戴庆厦、田静 2005 《仙仁土家语研究》北京:中央民族大学出版社

Le prohibitif en tujia

Comme nous l’avons vu dans un précédant billet, en tujia les *-a deviennent -i après dentale (li35 “tigre”, tsi21 “riz” = japhug ndza “manger”) et restent -a après vélaire (ŋa35 “moi”, ka35 “manger, mordre” = japhug nɤŋka “ronger”).
Le tujia -a a visiblement de nombreuses autres origines, dont *-ak (tha55 “tisser” = japhug taʁ), certaines voyelles antérieures dans un contexte à préciser (-ma55 “suffixe pour les noms d’agent” = japhug tɯrme“homme”)
A ce titre, le prohibitif tha55 est intéressant (example 1, Chen 2006:114)

(1) a55xoŋ55 tha55 ka35
cru NEG manger
“Il ne faut pas manger d’aliments crus.”

Ce marqueur fait immédiatement penser au prohibitif qui se trouve dans beaucoup de langues trans-himalayennes (mais pas le tibétain et le rgyalrong), comme en tangoute 𘅇 1734 tji¹ < *tja¹, où il est homophone du verbe "poser" (japhug ta). Le STEDT considère en effet ce mot tujia comme un réflexe de cet étymon. La voyelle pose toutefois problème; devant dentale, on attendrait un -i.

Toutefois, on remarque que ce marqueur de prohibitif dérive en fait d’un verbe existentiel négatif tha55 (au futur thai35, au perfectif thau35), illustré par l’exemple suivant (Chen 2006:95-96) par une très banale grammaticalisation.

(2) lai53 lau21tshi21 thai35
aujourd’hui soleil ne.pas.avoir:FUT
“Aujourd’hui il n’y aura plus de soleil.”

A moins de supposer donc (i) que le changement *-a > -i après dentale n’a pas eu lieu dans ce mot (pour une raison à préciser) et (ii) que ce marqueur de prohibition a pu être dégrammaticalisé, pour devenir un verbe existentiel négatif, il est donc peu vraisemblable d’imaginer que, malgré la ressemblance superficielle de ce préfixe avec son équivalent en lolo-birman, il y soit apparenté. Même si j’ignore l’étymologie de l’existentiel négatif tha55 (mais aussi celle des mots tujia non empruntés au chinois dans leur très grande majorité), ce cas illustre à quel point il est dangereux et contre-productif de pratiquer l’étymologie à partir de listes de mots, sans s’intéresser à la grammaire et l’histoire détaillée de chaque mot.

Références
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社

Un petit détour par le tujia (1)

Le tujia est, de toutes les langues sino-tibétaines autres que le chinois, celle qui est parlée le plus au nord-est, dans deux enclaves au milieu de variétés diverses de langues chinoises et de langues hmong-mien, dans le département de Luxi 泸溪县 et celui de Longshan 龙山县 au Hunan.

Il existait encore il y a quelques années un site bilingue (anglais-chinois) avec un corpus multimédia de textes maintenu par Cecilia et Philip Brassett, mais il semble s’être évaporé, ce qui montre l’intérêt de sites avec un fort soutien institutionnel comme celui de Pangloss, qui a de bonnes chances de pérennisation.

Il existe un grand nombre de sources imprimées sur cette langue, et même des articles sur des sujets spécifiques (comme par exemple Xu 2008, pour citer une publication en anglais).

Du fait de sa position géographique, le tujia suscite une interrogation. Il s’agit très vraisemblablement d’un reliquat des langues qui recouvraient l’essentiel du Hunan et de l’est du Sichuan actuels (les royaumes de Ba 巴, Shu 蜀 et Chu 楚 de l’antiquité) plutôt qu’une incursion venant de l’ouest dans une région habitée par des Chinois. A ce titre, sa position phylogénétique est potentiellement intéressante.

Malheureusement (pour ceux qui veulent avoir des réponses rapides) et heureusement (pour ceux qui aiment les mystères et les recherches de longue durée), le tujia est comme les langues na une langue à la phonologie très érodée, qui a perdu les groupes de consonnes initiaux et les consonnes finales, et les lois phonétiques la reliant aux langues plus conservatrices de la famille sont tout sauf évidentes.

En utilisant les données de Chen Kang (2006), qui a l’avantage de présenter une liste de mots avec les deux “dialectes” (de Longshan et de Luxi) en regard, j’ai recherché les mots potentiellement apparentés au japhug, au tibétain et au chinois, y compris les nombreux emprunts à différentes variété de langues chinoises (qui sont très nombreux). Pour ceux qui veulent en savoir plus, le STEDT contient des données lexicales de deux variétés de Tujia, des données proches de celles de la source que j’ai utilisée.

Lorsque l’on étudie une langue de ce type, c’est bien évidemment par les emprunts qu’il faut commencer. La difficulté dans le cas du tujia est qu’il convient de connaître le chinois xiang de Jishou, une langue qui présente la particularité de préserver les voisées du chinois moyen, un archaïsme très inhabituel. Ainsi, lorsque l’on trouve des mots à voisées en Tujia de Luxi (celui de Longshan a perdu les voisées) correspondant aux voisées du chinois moyen, comme bu21 dau21 ‘raisin’ (bu daw 葡萄), il ne faut pas conclure qu’il s’agit nécessairement d’un emprunt datant d’avant la dynastie Ming.

Les mots potentiellement cognats sont plus difficiles. Certains restent relativement reconnaissables, comme le tujia de Luxi a21 si55 ‘pou’ dont la deuxième syllabe est presque certainement cognate (entre autres) avec le japhug zrɯɣ et le tibétain ɕig (voir cet article à propos du groupe initial dans ce mot).

Dans d’autre cas, il faut supposer des lois phonétiques non triviales — par exemple dzi35 “riz, nourriture” (tujia du nord tsi21) est vraisemblablement apparentée à la racine du japhug ndza “manger” et du tibétain za de même sens, ce qui suggère (à moins qu’un suffixe dental soit passé par là) une loi phonétique *-a > -i au moins devant affriquée dentale. Cette hypothèse gagne en plausibilité lorsque l’on découvre d’autres mots comme si35 “viande” (tibétain ɕa ‘viande’), tsi21tsi21 “neveu” (japhug tɯ-ftsa, tibétain tsʰa.bo) etc.

Enfin, on trouve des cas plus acrobatiques. Que dire par exemple de dzi33 “cochon”? Il est tentant de le rapprocher aussi de la racine verbale “manger”, mais la différence de ton avec dzi35 “riz, nourriture” cité plus haut n’est pas facilement explicable.

(à suivre)
Référence
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社
Xu Shixuan 2008. Relative clauses in Tujia. Language and Linguistics.