Archives par mot-clé : tri de lignées incomplet

Modèle arborescent et tri de lignées incomplet

Un numéro récent de la revue Journal of Historical Linguistics (dirigé par Siva Kalyan, Alexandre François et Harald Hammarström) contient un article en faveur d’un usage raisonné du modèle arborescent en linguistique par Johann-Mattis List et moi-même, et une réaction à celui-ci par Siva Kalyan et Alexandre François, dont le modèle glottométrique se place comme une alternative au modèle de l’arbre.

Le débat entre “dendrophiles” et “dendrosceptiques” qui a eu lieu sur academia.edu il y a quelques années, et sous une forme finalisée dans ce numéro spécial, révèle que nos positions ne sont pas aussi éloignées qu’il n’y paraît à premier abord, et que nos divergences sont dues notamment à une compréhension différente de la notion d’innovation (Kalyan et François 2019:167-170).

En outre, la notion de tri de lignées incomplet (sans article wikipédia en français au moment où j’écris), empruntée à la biologie de l’évolution, peut notamment rendre compte des croisements d’isoglosses qui semblent remettre en cause la validité du modèle de l’arbre. Siva Kalyan et Alexandre François concluent d’ailleurs (p. 174) que:

We hope to have shown that Historical Glottometry does not challenge the family tree model once incomplete lineage sorting has been taken into account. Our approach is actually meant as a critique of the tree model as traditionally understood, where an innovation must necessarily affect the
whole of the population in which it occurs. The crucial observation of the wave model – that innovations frequently overlap – pertains to the developments that occur in a proto-language before it splits up (i.e., when it is still a network of mutually intelligible dialects). Thus, this observation is naturally captured within the framework of “incomplete lineage sorting” proposed by J&L; the only difference in our argument is that we allow for “variation” in the proto-language that is not only morphological or sociolinguistic, but also areal (dialectal).

Juho Pystynen présente aussi dans un billet écrit il y a quelques années une illustration claire de la notion de tri de lignées incomplet en linguistique.

Avec cette notion, le modèle arborescent est très loin de la caricature qui en est parfois faite. En particulier, dans un entretien récent publié dans un numéro spécial de la revue Romantisme sur les indo-européens, où il réagit notamment à notre compte-rendu critique de son livre (Pellard et al. 2019), et à propos duquel Thomas Pellard a déjà écrit un commentaire détaillé, Jean-Paul Demoule affirme que (p.22):

Plus généralement, derrière le modèle en arbre, il y a le modèle de l’État-nation, avec sa langue, ses frontières, son organisation et ses croyances homogènes – ce qui n’est nullement attesté dans les sociétés pré-étatiques telles qu’elles ont pu être observées de par le monde

L’idée d’une relation entre modèle de l’arbre et celui “d’état-nation homogène” m’est très étrange. Ces deux notions me semblent absolument dénuées de tout rapport.
Tout d’abord, notons que les humains ont par exemple dans les parties non-recombinantes de leur génome (chromosome Y et ADN mitochondrial) des lignées patrilinéaires et matrilinéaires qui se prêtent à une phylogénie en arbre, et ceci indépendamment de toute considération sur la structure sociale ou l’idéologie politique.
D’autre part, le modèle de l’arbre ne demande pas de faire l’hypothèse d’une proto-langue absolument uniforme, comme nous l’avons mentionné plus haut dans ce billet.
Enfin, la corrélation entre langue et ethnicité est une question complexe dans les peuples que nous pouvons observer à notre époque, et il n’y a pas de raison de penser qu’il en allait autrement aux époques anciennes. Pour un cas que je connais de première main, notons par exemple que l’idée même d’un “peuple japhug” semblerait aux locuteurs de cette langue complètement grotesque et incongrue (voir même offensante; ils se considèrent tous avant tout comme tibétains). Pourtant, nul ne peut nier la réalité de l’existence d’une langue japhug. En outre, le monolinguisme qui est devenu récemment une norme dans certains pays d’Europe n’était pas nécessairement pratiqué dans toutes les sociétés anciennes. Dans une société comptant une proportion importante de bilingues (ne connaissant pas tous forcément la même paire de langues), la connaissance d’une langue n’était qu’un élément parmi d’autres, peut-être pas le plus important, de l’identité ethnique, pour autant que cette question même ait eu un sens.

Références
Demoule, Jean-Paul. 2019. La question indo-européenne : Un défi toujours actuel pour les sciences humaines et sociales (entretien réalisé par Aurélien Aramini et Arnaud Macé). Romantisme 185(3). 14−25. doi.org/10.3917/rom.185.0014
Jacques, Guillaume & List, Johann-Mattis 2019. Save the trees. Journal of Historical Linguistics 9. 128−166. https://doi.org/10.1075/jhl.17008.mat
Kalyan, Siva & François, Alexandre. 2019. When the waves meet the trees. Journal of Historical Linguistics 9. 167−176. https://doi.org/10.1075/jhl.18019.kal https://www.academia.edu/39808238/_Kalyan_Fran%C3%A7ois_When_the_waves_meet_the_trees_A_response_to_Jacques_and_List
Pellard, Thomas & Sagart, Laurent & Jacques, Guillaume. 2018. L’indo-européen n’est pas un mythe. Bulletin de la Société de Linguistique de Paris. 113(1). 79−102. https://doi.org/10.2143/BSL.113.1.3285465 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01871582

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Modèle arborescent et tri de lignées incomplet," Panchronica, 15/11/2019, https://panchr.hypotheses.org/3025 (ISSN 2494-775X)