Archives par mot-clé : tibétain

Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey

Le khaling |keŋ| केऽन्य ‘refroidir’, qui s’emploie en particulier à propos de la nourriture (jûː kêŋtɛ यु: के:ङ्त्य ‘le repas a refroidi’) pourrait être apparenté au tibétain ɴkʰeŋ འཁེང་ ‘se solidifier après avoir refroidi, geler’ (à ne pas confondre avec le verbe kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’, dont on a parlé dans ce billet).

Cette comparaison soulève néanmoins un problème: d’après la loi de Dempsey, les *-eŋ du pré-tibétain deviennent -iŋ, et par conséquent tous les -eŋ du tibétain sont secondaires: soit des emprunts, soit des formes analogiques. l’explication analogique, qui fonctionne pour les verbes transitifs traités par Hill (2014) et pour kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’ (où l’on pourrait argumenter d’une analogie avec une forme comme kʰebs), n’est en revanche pas possible pour ce verbe. Pourrait-il s’agir d’un mot dialectal emprunté à une variété n’ayant pas subi la loi de Dempsey (il faut signaler que ce mot n’est pas très courant)?

Références
Dempsey, Jakob (2003). Analysis of Rime-Groups in Northern-Burmish. Linguistics of the Tibeto-Burman Area 26.1: 63-124.
Hill, Nathan W. (2014). Some Tibetan verb forms that violate Dempsey’s law, Revue d’Etudes Tibétaines 29. pp. 91-101.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey," Panchronica, 01/06/2016, https://panchr.hypotheses.org/1332 (ISSN 2494-775X)

bsam mno et bsam blo

On trouve en tibétain une forme bsam mno བསམ་མནོ་ ‘pensée’ de même sens que le composé plus courant bsam blo བསམ་བློ་ qui comporte le verbe “penser” à son radical passé et le nom blo ‘esprit’.

Que faire de la syllabe mno qui n’apparaît pas vraiment toute seule dans ce sens? Une relation avec nod ནོད་ / mnos མནོས་ ‘recevoir’, dont nous avons déjà parlé dans ce billet, quoique concevable, ne semble pas évidente. Serait-il possible que mno soit la forme nasalisée de blo sous l’effet de la coda -m de bsam བསམ་ ?

Le problème avec une telle hypothèse est que l’on ne s’attendrait pas à une nasalisation complète du groupe de consonne (qui rappelle le lakhota blé ‘je vais’, mni kte lo ‘j’irai’, même si en sioux la nasalisation a lieu dans l’autre sens). En effet, d’après les lois phonétiques connues du tibétain (voir cet article et ceux qu’il cite), le proto-tibétain *ml- donne md- et non pas mn-.

D’un autre côté, (1) il ne doit pas s’agir d’un composé pré-impérial (il est probablement né de la langue de traduction du sanskrit, encore qu’il faudrait le démontrer par la philologie) et (2) on peut concevoir l’existence d’une loi phonétique dialectale n’affectant que les seconds membres de composés. Pour confirmer cette hypothèse, il faudrait trouver d’autres cas similaires de nasalisation inattendue, mais une recherche rapide dans la version électronique du grand dictionnaire tibétain des mots disyllabiques à codas nasales suivi d’une syllabe à initiale nasale (en regex \w*[m|ng|n] [n|m]) n’a pas révélé de candidats potentiels.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "bsam mno et bsam blo," Panchronica, 29/05/2016, https://panchr.hypotheses.org/1321 (ISSN 2494-775X)

Une famille de mot en tibétain

Dans ce billet, je vais esquisser les relations étymologiques dans une famille de mots particulière en tibétain, et montrer comment les langues gyalrongs peuvent éclairer l’étymologie tibétaine d’une façon qu’une étude interne ne permettrait pas. Le raisonnement présenté ici part de l’idée que les langues gyalronguiques préservent de façon productive des préfixes de nominalination et de dénominalisation qui ont cessé d’être productifs en tibétain mais dont on peut trouver des traces.

Partons dela paire constituée de la forme grib གྲིབ་ (attestée dans grib གྲིབ་ “impureté” et grib.ma གྲིབ་མ་ “ombre”) d’une part et de srib སྲིབ་ ubac (notons aussi sa.srib ས་སྲིབ་ “crépuscule”) d’autre part. Il n’est pas difficile d’admettre que ces deux étymons /grib/ (sens originel probablement *”chose sombre”) et /srib/ (*”endroit/moment sombre”) sont dérivés d’une même racine (signifiant “sombre”) par des préfixes différents g- et s-.

Or, on remarque que les sens impliqués par ces préfixes g- et s- correspond en tous points à ceux des préfixes de nominalisation des langues gyalrong, où kɯ- s’emploie pour les participes sujets et objets, et sɤ- pour les participes obliques, comme l’explique entre autres cet article. Notons que ces préfixes semblent relativement bien attestés dans de nombreuses langues de la famille trans-himâlayenne/sino-tibétaine (voir cet article de Linda Konnerth). On trouve des traces de ces préfixes en tibétain, comme je l’ai suggéré dans cet article.

De grib གྲིབ *”chose sombre, ombre” on dérive ensuite, comme je l’ai déjà suggéré dans cet article, les verbes dénominaux sgrib སྒྲིབ་ “obscurcir” et ɴgrib འགྲིབ་ “diminuer, être caché” — notons qu’ici, le préfixe s- n’est pas selon moi un causatif qui dérive sgrib སྒྲིབ་ “obscurcir” de ɴgrib འགྲིབ་ comme on l’analyse habituellement: ces deux verbes sont indépendamment dérivés du nom (lui-même dérivé d’un verbe statif).

La racine *rib d’où dériveraient grib et srib quant à elle n’est pas directement attestée sous sa forme nue, mais l’on en trouve plusieurs traces:
(a) rab.rib རབ་རིབ་ “flou, sombre; maladie des yeux qui rend aveugle(cataracte?)”, variante hrab.hrib ཧྲབ་ཧྲིབ་
(b) mun.rub མུན་རུབ་ “obscurité, crépuscule”

La forme (a) est rédupliquée d’une racine *rib par un processus courant CVC > CaC.CVC. Pour la forme (b), l’hypothèse d’une relation étymologique est plus contestable, car elle implique (1) une harmonie vocalique *mun.rib > mun.rub (il semble y avoir d’autres exemples, mais ce n’est pas un processus productif) et (2) la syllabe rub résultante de cette harmonie aurait été réanalysée comme une nouvelle racine “sombre”, et intégrée dans d’autres mots tels que sa.rub ས་རུབ་ “crépuscule”.

Je pense donc que l’hypothèse d’une racine *rib “sombre” d’où dérivent tous ces mots par des processus non productifs mais attestés est possible. La chaîne de dérivation serait:

*rib
> rab.rib
> srib
>> sa.srib
> grib
>> grib.ma
>> sgrib
>> ɴgrib

La racine *rib “être sombre” proposée ici aurait-elle des cognats ailleurs? En japhug soit ta-ʁjɯβ “ombre” soit ta-ʁrɯm “reflet, lumière, ombre projetée” pourraient être des cognats potentiels, mais ces hypothèses sont difficiles à tester pour le moment, tant que nous ne comprenons pas mieux les langues gyalronguiques dans leur ensemble.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une famille de mot en tibétain," Panchronica, 14/05/2016, https://panchr.hypotheses.org/1273 (ISSN 2494-775X)

Un petit détour par le tujia (1)

Le tujia est, de toutes les langues sino-tibétaines autres que le chinois, celle qui est parlée le plus au nord-est, dans deux enclaves au milieu de variétés diverses de langues chinoises et de langues hmong-mien, dans le département de Luxi 泸溪县 et celui de Longshan 龙山县 au Hunan.

Il existait encore il y a quelques années un site bilingue (anglais-chinois) avec un corpus multimédia de textes maintenu par Cecilia et Philip Brassett, mais il semble s’être évaporé, ce qui montre l’intérêt de sites avec un fort soutien institutionnel comme celui de Pangloss, qui a de bonnes chances de pérennisation.

Il existe un grand nombre de sources imprimées sur cette langue, et même des articles sur des sujets spécifiques (comme par exemple Xu 2008, pour citer une publication en anglais).

Du fait de sa position géographique, le tujia suscite une interrogation. Il s’agit très vraisemblablement d’un reliquat des langues qui recouvraient l’essentiel du Hunan et de l’est du Sichuan actuels (les royaumes de Ba 巴, Shu 蜀 et Chu 楚 de l’antiquité) plutôt qu’une incursion venant de l’ouest dans une région habitée par des Chinois. A ce titre, sa position phylogénétique est potentiellement intéressante.

Malheureusement (pour ceux qui veulent avoir des réponses rapides) et heureusement (pour ceux qui aiment les mystères et les recherches de longue durée), le tujia est comme les langues na une langue à la phonologie très érodée, qui a perdu les groupes de consonnes initiaux et les consonnes finales, et les lois phonétiques la reliant aux langues plus conservatrices de la famille sont tout sauf évidentes.

En utilisant les données de Chen Kang (2006), qui a l’avantage de présenter une liste de mots avec les deux “dialectes” (de Longshan et de Luxi) en regard, j’ai recherché les mots potentiellement apparentés au japhug, au tibétain et au chinois, y compris les nombreux emprunts à différentes variété de langues chinoises (qui sont très nombreux). Pour ceux qui veulent en savoir plus, le STEDT contient des données lexicales de deux variétés de Tujia, des données proches de celles de la source que j’ai utilisée.

Lorsque l’on étudie une langue de ce type, c’est bien évidemment par les emprunts qu’il faut commencer. La difficulté dans le cas du tujia est qu’il convient de connaître le chinois xiang de Jishou, une langue qui présente la particularité de préserver les voisées du chinois moyen, un archaïsme très inhabituel. Ainsi, lorsque l’on trouve des mots à voisées en Tujia de Luxi (celui de Longshan a perdu les voisées) correspondant aux voisées du chinois moyen, comme bu21 dau21 ‘raisin’ (bu daw 葡萄), il ne faut pas conclure qu’il s’agit nécessairement d’un emprunt datant d’avant la dynastie Ming.

Les mots potentiellement cognats sont plus difficiles. Certains restent relativement reconnaissables, comme le tujia de Luxi a21 si55 ‘pou’ dont la deuxième syllabe est presque certainement cognate (entre autres) avec le japhug zrɯɣ et le tibétain ɕig (voir cet article à propos du groupe initial dans ce mot).

Dans d’autre cas, il faut supposer des lois phonétiques non triviales — par exemple dzi35 “riz, nourriture” (tujia du nord tsi21) est vraisemblablement apparentée à la racine du japhug ndza “manger” et du tibétain za de même sens, ce qui suggère (à moins qu’un suffixe dental soit passé par là) une loi phonétique *-a > -i au moins devant affriquée dentale. Cette hypothèse gagne en plausibilité lorsque l’on découvre d’autres mots comme si35 “viande” (tibétain ɕa ‘viande’), tsi21tsi21 “neveu” (japhug tɯ-ftsa, tibétain tsʰa.bo) etc.

Enfin, on trouve des cas plus acrobatiques. Que dire par exemple de dzi33 “cochon”? Il est tentant de le rapprocher aussi de la racine verbale “manger”, mais la différence de ton avec dzi35 “riz, nourriture” cité plus haut n’est pas facilement explicable.

(à suivre)
Référence
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社
Xu Shixuan 2008. Relative clauses in Tujia. Language and Linguistics.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un petit détour par le tujia (1)," Panchronica, 20/04/2016, https://panchr.hypotheses.org/1247 (ISSN 2494-775X)

Une métonymie inattendue

Il y a quelques jours, Alex François m’a fait part d’un changement sémantique curieux de certaines langues de Vanuatu, où le verbe “dormir” vient d’une racine signifiant certainement “ronfler”. Dresser un inventaire de changements sémantiques saugrenus de ce type promet d’être à la fois amusant et instructif.

Mon fils de deux ans et demi désigne en ce moment le mucus nasal par le terme 鼻孔 bikong “narine”; une métonymie de ce type s’est apparemment produite dans le sens inverse en zbu, où le mot pour “nez” –sɲîv provient de la racine pour “mucus nasal”, attestée par le japhug –ɕnaβ “mucus”(voir ma thèse p. 240); la directionalité est ici confirmée par le cognat tibétain སྣབས་ snabs de même sens. Il faut noter que l’étymon “mucus” est probablement un ancien composé dont le premier élément est “nez”, -ɕna en japhug et སྣ་ sna en tibétain; la ressemblance phonétique entre “mucus” et “nez” dans l’ancêtre du zbu a pu contribuer à cette confusion.

Les lecteurs de ce blogs connaissent-ils des exemples comparables?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une métonymie inattendue," Panchronica, 24/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/961 (ISSN 2494-775X)

Un cas de dégrammaticalisation? L’étymologie du nom ɯ-thoʁ “le sol” en japhug

Le japhug ɯ-thoʁ “le sol, par terre” n’est pas un nom comme les autres: il est anormal en ayant un préfixe de troisième personne obligatoire ɯ-, ce qui est peu commun pour un nom désignant le sol. Depuis longtemps, je me posais des questions sur son étymologie, et je crois avoir trouvé la solution.

En tibétain, la syllabe ཐོག་ tʰog, parmi de nombreux autres sens, peu signifier ‘le dessus’, et s’emploie communément comme nom relateur signifiant “sur”, en combinaison avec les cas terminatif (ཐོག་ཏུ་ tʰog.tu) et allatif (ཐོག་ལ་ tʰog.la).

Il peut s’employer en particulier pour dire “sur le sol” ou “sur la terre”, comme dans སའི་ཐོག་ཏུ་ sa’i tʰog tu (ce n’est pas la manière la plus courante de le dire, je le reconnais, mais c’est attesté). Mon hypothèse est que le japhug a:

(1) Emprunté ཐོག་ tʰog sous la forme attendue ɯ-thoʁ (avec un préfixe de troisième personne comme tous les noms relateurs) dans le sens de “sur”. Il était en compétition avec le mot local ɯ-taʁ “sur” — ce n’est pas très surprenant pour cette langue, où l’on a aussi deux formes en compétition pour le datif, ɯ-phe et et ɯ-ɕki.

(2) Ce nom relateur a dû être souvent employé dans une collocation “sur la terre”, peut-être *sɤtɕha ɯ-thoʁ zɯ (avec le zɯ locatif), et a fini par se spécialiser et se restreindre à cette expression. Noter que le japhug utilise le nom tibétain ས་ཆ་ sɤtɕha pour désigner la terre, aussi bien comme matériau que comme extension spatiale.

(3) L’expression *sɤtɕha ɯ-thoʁ zɯ “sur la terre” est réduite en ɯ-thoʁ zɯ “sur la terre”, une forme attestée.

(4) On crée par dérivation inverse ɯ-thoʁ “le sol” de ɯ-thoʁ zɯ “sur la terre”.

Cette idée explique le préfixe bizarre dans ce nom ainsi que son étymologie; à ma connaissance il n’existe pas d’étymologie locale potentielle. Je suis curieux de savoir si les lecteurs connaissent des cas similaires dans les langues qu’ils étudient.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un cas de dégrammaticalisation? L’étymologie du nom ɯ-thoʁ “le sol” en japhug," Panchronica, 06/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/904 (ISSN 2494-775X)

Une trace du suffixe de réfléchi en tibétain?

Comme l’a fait remarquer Nathan W. Hill dans cet article, on trouve en tibétain, non pas deux, mais trois séries de verbes où l’alternance de voisement s’accompagne d’une alternance de transitivité. Voici les exemples qu’il donne dans son article (ici adaptés dans ma transcription du tibétain). Dans la forme B, je n’indique que le présent (la première forme) et le passé (la seconde).

A: འགག་ ɴgag ‘be stopped, break off ’
B: འགེགས་ ɴgegs, བཀག་ bkag ‘hinder, prohibit’
C: ཁེགས་ kʰegs ‘be hindered, be prohibited’

A: གང་ gaŋ ‘fill intr.’
B: འགེངས་ ɴgeŋs, བཀང་ bkaŋ ‘fill tr.’
C: ཁེངས་ kʰeŋs ‘be full’

A: གབ་ gab ‘hide intr.’
B: འགེབས་ ɴgebs, བཀབ་ bkab ‘cover tr.’
C: ཁེབས་ kʰebs ‘be covered over’

A: གྲོལ་ grol ‘be free’
B: འགྲོལ་ ɴgrol བཀྲོལ་ bkrol ‘liberate’
C: ཁྲོལ་ kʰrol ‘unravel’

A: དུལ་ dul ‘be tame’
B: འདུལ ɴdul བཏུལ་ btul ‘tame, subdue’
C: ཐུལ་ tʰul ‘be tame’

A: ཟུག་ zug ‘pierce, penetrate’
B: འཛུགས་ ɴdzugs བཙུགས་ btsugs, gzugs ‘plant, establish, insert’
C: ཚུགས་ tsʰugs ‘go into, begin’

J’ai déjà discuté des séries A et B dans cet article. Je pense que ces séries avaient une non-voisée à l’origine, qui est voisée dans la forme A par une dérivation anticausative et au présent de la forme B par un préfixe historiquement non-apparenté.

La forme C est mystérieuse. On observe qu’elle est intransitive, mais avec une initiale sourde, lorsque la racine a une voyelle /a/ celle-ci subi un umlaut en /e/, et un suffixe -s est rajouté (sauf dans les cas où le groupe résultant aurait été impossible, comme avec le -l final).

Je viens d’avoir une idée pour expliquer ces formes. En kiranti, on trouve un suffixe de réfléchi/moyen dont la forme est -si (parfois sous une forme réduite, comme en wambule). Pour une description de l’usage de ce suffixe, voir par exemple cet article qui porte sur le khaling, qui va bientôt paraître dans LTBA.

Cette hypothèse explique:

(1) Pourquoi on a une initiale sourde (c’est toute simplement l’initiale de la racine)
(2) Pourquoi on a un umlaut (c’est une trace du *i du suffixe)
(3) Pourquoi on a un suffixe -s (c’est tout ce qui reste du suffixe segmentalement)

Un problème avec cette hypothèse, c’est que comme je l’indique dans cet article, les occlusives finales sont nasalisées dans les paradigmes en -si (comme si la forme sous-jacente était qqch comme *-nsi). On s’attendrait donc, si le tibétain était comme le kiranti, à ce que les formes C aient une nasale finale au lieu d’une occlusive orale. Toutefois, je ne pense pas que cette objection soit suffisante pour démolir l’hypothèse — on peut tout à fait imaginer que les alternances complexes liées au suffixe -si aient été simplifiée par analogie en pré-tibétain.

Je suis ouvert à des commentaires sur cette hypothèse, que je compte intégrer à une future version de cet article, en cours de relecture actuellement.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace du suffixe de réfléchi en tibétain?," Panchronica, 22/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/875 (ISSN 2494-775X)

Un nouveau blog de linguistique: Cipanglossia

La blogosphère francophone de linguistique vient de s’enrichir d’un nouveau blog, Cipanglossia, tenu par Thomas Pellard, et qui commence par un billet sur la philologie numérique. Pour le tibétain, nous sommes bien moins pourvus que pour le japonais, mais grâce aux efforts de philologues (principalement japonais), nous disposons au moins d’un corpus de textes en tibétain ancien indispensable à quiconque s’intéresse à l’histoire du Tibet et à la linguistique sino-tibétaine. Nous n’avons pas encore de corpus étiqueté, mais Nathan Hill et ses collègues y travaillent (voir aussi cet article).

L’obstruentisation du *l en jinghpo

Il est bien connu qu’en tibétain ancien, le *l du prétibétain devient -d- dans certains groupes, comme *md-, *Nd- > md-, ‘d-/ld- (d’après les lois de Bodman et de Conrady). Ce changement s’est poursuivi dans les langues tibétaines modernes, où en particulier zl- donne une occlusive ou une affriquée dans la quasi-totalité des variétés modernes (voir la présentation de Gong Xun à ce propos, en cours de relecture en ce moment).

Il est moins connu que le jinghpo a un changement du même type; le phénomène est mentionné dans Matisoff (2003:50-63), et mérite un développement plus détaillé. La table suivante montre les exemples les plus clairs:

Jinghpo sens Tibétain
mă³¹ta̱ʔ⁵⁵ “lécher” ldag < *N-lag
ʃă³ta̱³³ “lune” zla
lă³¹ta̱ʔ⁵⁵ “main” lag.pa
ʃă³¹tai³³ “nombril” lte.ba < *t-le

On remarque qu’il s’agit toujours de mots à présyllabe en jinghpo, jamais de mot en initiale absolue. Mon interprétation de cette correspondance (Matisoff ne propose pas de loi phonétique claire) est que la suite de lois phonétiques suivantes a opéré:
*Cl- > *Cd- > *Cə-d- > Că.t-

Autrement dit, le jinghpo avait originellement de vrais groupes de consonnes. Le *l a subi une fortition en *d lorsqu’il suivait certaines consonnes (au moins *s et les nasales *m et *n; lă³¹ta̱ʔ⁵⁵ vient peut-être de *n-lak > *l-dak comme en tibétain), ce qui explique l’absence de cette correspondance en début de mot.

Le nom pă̱⁵⁵la⁵⁵ ‘flèche’ (tibétain mda *məl-) suggère que l’obstruentalisation n’avait pas lieu devant occlusive (*pl- > *pəl- > pă̱.l).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’obstruentisation du *l en jinghpo," Panchronica, 25/01/2016, https://panchr.hypotheses.org/726 (ISSN 2494-775X)

Qui et quoi?

Même si l’on peut avoir des réserves sur la notion de vocabulaire de base (un peu trop simpliste à mon goût), il est indéniable que certains éléments lexicaux sont moins facilement remplaçables ou empruntables que d’autres, et que le sens des mots les plus résistants aux changements tend à se retrouver dans des langues non-apparentées historiquement.

Toutes les langues n’ont pas d’opposition entre des interrogatifs “qui” et “quoi” (human/non-humain) (voir la thèse de Dmitry Idiatov à ce sujet). Pour celles qui ont cette opposition, je me disais a priori que l’interrogatif “quoi”, étant donné sa grande fréquence, serait plus stable que “qui”. Cette idée est toutefois peut-être démentie par les données.

La liste de Leipzig-Jakarta place certes “qui” au-dessus de “quoi”, ce qui semble indiquer que le premier est moins facilement empruntable, mais la fiabilité de la base de données sur lesquelles ces mesures ont été obtenues est contestable (notamment pour le chinois, j’imagine aussi pour d’autres langues), et d’autre part la significativité statistique d’une différence de rang dans cette liste devrait d’abord être calculée.

Je ne vais pas proposer ici une démonstration bien étayée du caractère plus “basique” du pronom interrogatif “qui” par rapport à “quoi”, mais quelques indices qui vont dans ce sens:

(a) Dans les langues sino-tibétaines, le pronom “qui” est remarquablement stable (japhug ɕɯ < *ɕu, Tibétain su སུ་, Khaling sʉ̂: स्यु: etc). Les langues ayant perdu cet étymon, comme le chinois, sont vraiment la minorité. En revanche, il n’est pas évident de reconstruire un interrogatif “quoi” (un candidat potentiel est Japhug (dialecte de rqaco) thi, tibétain tɕʰi ཆི་ (Amdo tɕʰə), limbou the etc, mais il est beaucoup moins répandu)
(b) Je connais plusieurs cas de langues ayant emprunté le pronom “quoi”, mais qui préservent le pronom “qui”. Par exemple le japhug de Kamnyu a tɕʰi qui ne peut être qu’un emprunt à une forme de tibétain; les autres dialectes japhug ont soit tsʰi (Mangi), tʰi (Rqaco) ou xto (les dialectes de Sarndzu et Tatshi que j’appelle “xtokaviens”…). Je ne connais pas de cas opposés, où “qui” serait emprunté et “quoi” hérité (mais si des lecteurs connaissent des contre-exemples, ils sont bienvenus de les mentionner).
(c) Plus anecdoctique, mon fils Archimède qui commence à parler (il a deux ans) utilise “qui” pour désigner à la fois humains et non-humains (il neutralise donc l’opposition au profit de la forme utilisée pour les humains). J’ignore presque tout des travaux sur l’apprentissage du langage, mais j’imagine que ce doit être courant.

D’un certain point de vue, étant donné l’anthropocentrisme des grammaires humaines (ce que montrent en particulier les systèmes direct-inverse), il n’est pas surprenant que les lexèmes et morphèmes grammaticaux faisant référence aux humains soient plus stables que ceux qui font référence aux inanimés ou aux animés non-humains.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Qui et quoi?," Panchronica, 28/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/691 (ISSN 2494-775X)

Tibétain phrin ‘message, information’

Je viens de trouver un nouveau cognat entre tibétain et gyalronguique, un mot pourtant assez évident: le tibétain ཕྲིན་ pʰrin / འཕྲིན་ ⁿpʰrin ‘message’ et le japhug tɯpri de même sens. Le préfixe est ici le préfixe de possesseur indéfini qui a été réanalysé comme partie du radical, comme dans de nombreux noms (comme tɯrme ‘homme’, qui en situ est un nom inaliénablement possédé).

La correspondance entre -pri et ཕྲིན་ pʰrin est parfaite. L’initiale est triviale (cf. cet article de Nathan Hill), et la correspondance de -i à -in se retrouve dans d’autres mots, comme le Japhug smi ‘cuit’ et tibétain སྨིན་ smin ‘mûr’.

En japhug, cette racine a servi à construire des verbes dénominaux, comme znɯxpri ‘prendre pour prétexte’ (ce qui est étrange, car tɯpri n’a pas le sens de prétexte, il s’agit donc d’une innovation sémantique propre à ce verbe, qui devrait signifier ‘faire donner un message’).

J’en profite pour mentionner le rapport probable entre le tibétain སྤྲིང་ spriŋ ‘envoyer’ (j’y pense car འཕྲིན་སྤྲིང ⁿpʰrin spriŋ ‘envoyer un message’ est une collocation très courante) et le khaling फुऽन्य |pʰiŋ| ‘envoyer’; pourrait-il s’agir d’un cas de préfixation en *r- avec métathèse (cf ce billet)?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Tibétain phrin ‘message, information’," Panchronica, 04/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/610 (ISSN 2494-775X)

Tibétain mdzangs.pa ‘intelligent, sage, noble’

Le chinois 匠 dzjaŋH ‘artisan’ est reconstruit par Baxter et Sagart(2014) comme *s-baŋ-s, sur la base de l’idée que 匚 pjang < *paŋ serait phonétique.

Je viens d’avoir une idée alternative; à mon avis, on peut comparer 匠 dzjaŋH à མཛངས་པ་ mdzangs.pa ‘intelligent, sage, noble’ (emprunté en japhug et verbalisé comme rɯndzaŋspa ‘faire attention’). Ce mot me semble lui-même motivé à l’intérieur du tibétain: on trouve l’adjectif བཟང་ bzaŋ < *p-dzaŋ ‘bon’, d’où il serait dérivé par un préfixe nasalisant *N- et le nominalisateur -s (*mdzaŋs < *N-p-dzaŋ-s)– il y a plusieurs possibilités quant à la nature de ce préfixe *N-; peut-être un usage comparable à l’applicatif – du japhug ‘être bon’ > ‘bien agir’ > (nominalisateur) ‘qui agit bien’.

Notons que bzaŋ ‘bon’ lui-même fait partie des rares mots à avoir des cognats en Bodo-Garo (Bodo məzaŋ  ‘beau, bon, propre’) et en chinois 臧 tsaŋ < *[ts]ˤaŋ ‘bon’, qui dans cette hypothèse ferait partie de la même famille de mot que 匠 dzjaŋH ‘artisan’.

匠 dzjaŋH ‘artisan’ a *dzh- en proto-Min et *dz- dans le proto-HM de Ratliff (2010), et si j’interprète correctement les lois phonétiques de B&S (2014: 161) pourrait aussi être compatible avec des reconstructions telles que *k-dzaŋ-s (pour *m.dzaŋ-s on aurait bien *dzh en min mais on attendrait à priori *ndz- en HM, voir B&S 2014:132). Pour rendre compte de la relation avec 臧 tsaŋ < *[ts]ˤaŋ ‘bon’, il faudrait peut-être même postuler *k-N-tsaŋ-s, une reconstruction qui correspond à ce que je connais par ailleurs (*k-…-s nominalisation circumfixale comme en tibétain, *N- applicatif).

Dans cette hypothèse, le caractère 匠 devrait être expliqué autrement — peut-être simplement comme un 会意 huiyi (une hache sur une planche carrée?).

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Ratliff, Martha. 2010. Hmong-Mien Language History. Canberra: Pacific Linguistics.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Tibétain mdzangs.pa ‘intelligent, sage, noble’," Panchronica, 30/11/2015, https://panchr.hypotheses.org/571 (ISSN 2494-775X)

Tibétain snod et birman hnut

Le tibétain སྣོད་ snod ‘récipient, réceptacle’ (qui sert à traduire le sanskrit bhâjana– n. भाजनं) a été comparé par le STEDT à la racine correspondant au birman hnut ‘bouche’, qui signifie aussi apparemment ‘utérus’ dans certaines expressions (comme hnut ŋuṃ ‘être enceinte’). Cette comparaison pourrait paraître sémantiquement possible dans la mesure où l’on a le composé བུ་སྣོད་ bu snod ‘utérus’ (=’réceptacle de l’enfant’), et où snod peut aussi désigner des organes internes (snod drug = 六腑).

Je pense toutefois que cette comparaison est fausse, pour plusieurs raisons.

Premièrement, mis à part le birman, aucune langue n’utilise cette racine pour désigner des organes internes, elle désigne soit la bouche, les lèvres, le museau, voir comme en japhug le bout d’un fil (en japhug, l’emprunt au tibétain tɯ-mtɕhi est employé pour désigner la bouche et les lèvres) ou de toute entité filiforme comme un ver de terre, comme dans cet exemple (le texte n’est pas encore sur Pangloss):
(1) pjɯ-sɯ-ɲcɤr ʑo tɕe, ɯ-ɕnɤz nɯ ɯ-mtsioʁ nɯ kɯ tu-rɤɕi tɕe,
(la corneille) appuie (avec une de ses pattes sur l’un des bouts du ver de terre), et tire avec son bec sur (l’autre) bout.

J’ignore d’où viennent les autres acceptions que hnut a en birman, et étant donné mon manque de connaissances dans cette langue, je préfère laisser à d’autres le traitement de cette question.

Deuxièmement (et principalement), le tibétain snod a une étymologie interne, il dérive du verbe ནོད་ nod (présent) / མནོས་ mnos (passé) “recevoir”. Ce verbe s’emploie plutôt pour des concepts abstraits (notamment des enseignements religieux) en tibétain classique, mais en tibétain ancien c’est le verbe normal pour recevoir des objets concrets, notamment dans l’expression སྔ་གཡར་དུ་མནོསྟེ་ snga g.yar-du mnoste ’emprunter’ (littéralement ‘recevoir comme emprunt’):

(2) lha ris gyi stsang las khre shol khal bcu zhig snga g.yar du mnoste
“[the people] borrowed ten khal of millet from the grain of the monastic estate.
PT1104.07 (Takeuchi 1995:225-231)

Mais aussi simplement dans le sens de “recevoir”:
(3) im tsi hvan gis mnoste
“[the millet] was received by Im tsi hvan”
PT.1104.24

snod n’est apparemment pas un calque de bhâjana- dans sa formation morphologique (puisque ce dernier dérive de la racine bhaj– ‘partager’), ce qui n’est pas surprenant puisqu’à part གཟུངས་ gzungs ‘dhâraṇî- धारणी’, les termes sanskrits sont calqués au moyen de morphologie refaite, et non en utilisant la morphologie préfixale ancienne.

La racine est |no| “recevoir” (le passé mnos < *pV-no-s avec le circumfixe b-…-s du passé), et la forme snod comprend le préfixe de nominalisation oblique s- (cognat avec le préfixe de participe oblique sɤ- en japhug, dont l’usage est décrit ici et ici), couplé avec un suffixe de nominalisation -d comme c’est courant pour les noms préfixés en g-/d- ou en s-. C’est donc un nom déverbal qui suit des règles tout à fait régulières de formation en tibétain, aussi bien du point de vue sémantique que morphologique.

Il n’est pas vraisemblable que le nom ɯ-ɕnɤz du japhug et ses cognats soient des noms déverbaux fossilisés (ce qui serait une innovation lexicale du birmo-gyalronguique, le tibétain ayant conservé le verbe d’où ce nom serait dérivé). Premièrement, s’il existe des noms obliques irréguliers non productifs, ils sont toujours formés avec une dentale s- ou z-, jamais avec une palatale ɕ- en gyalronguique, et contrairement au tibétain, les noms déverbaux n’ont jamais deux marques préfixée et suffixée de nominalisation, on a toujours soit l’une soit l’autre en gyalronguique. Deuxièmement, il resterait à expliquer de façon claire l’évolution sémantique de ‘réceptacle > organe interne > bouche’ qui n’est pas très intelligible au moins pour moi.

Bibliographie
Takeuchi, Tsuguhito. 1995. Old Tibetan Contracts from Central Asia. Tokyo: Daizo Shuppan.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Tibétain snod et birman hnut," Panchronica, 29/11/2015, https://panchr.hypotheses.org/554 (ISSN 2494-775X)

Le métier à tisser en sino-tibétain

Parmi les rares mots communs aux langues rgyalronguiques et au chinois, on trouve deux verbes désignant des activités de tissage:

’tisser’: japhug taʁ, tibétain འཐག་ ɴtʰag, btags, chinois 織 *tək
‘filer’: japhug pɣo < *paˠŋ, tibétain འཕང་མ་ ɴpʰaŋ.ma ‘quenouille’, chinois 紡 *paŋʔ

Je pense néanmoins qu’il est probablement possible de reconstruire davantage de termes techniques liés à cette activité. Aujourd’hui, en feuillant un dictionnaire de birman, je suis tombé sur le mot hnat ‘(织布机上的)综’ (à lire ici zèng), un terme qui se traduit en français par lice, et qui désigne un élément du métier à tisser qui sert à croiser les fils de chaînes et à les séparer pour permettre le passage de la navette (织布机上使经线交错着上下分开以便梭子通过的装置).

Ceci me fait immédiatement penser au japhug ɕnat, qui désigne un fil (en chinois local 提线; voir ci-dessous sur la photographie, en violet, noir et blanc; Tshendzin indique du doigt le ɕnat violet) qui sert précisément à cela (ɯ-sqar ɯ-tu-kɯ-sɯ-βzu ɣɯ tɤ-ri ŋu = c’est le fil qui sert à faire l’intersection des fils de chaînes). NB: cette photographie est tirée d’un film assez détaillé sur le tissage que je publierai un jour, il est déjà transcrit.

Cnat

J’avais déjà remarqué le tibétain སྣས་ snas qui a l’air de vouloir dire la même chose, et je me demandais depuis ma thèse s’il s’agissait d’un emprunt très nativisé du tibétain en gyalrong. La découverte de ce cognat birman montre qu’il n’en est rien, il s’agit d’un mot (à l’étymologie par ailleurs opaque) qui doit être reconstruit à l’ancêtre commun du birmo-gyalronguique et du tibétain, voire plus loin si nous parvenons à trouver des cognats dans des langues plus éloignées. Je n’ai pas d’explication pour la différence de consonne finale. Si des lecteurs de ce blog ont des idées sur des étymologies dans d’autres langues, elles sont les bienvenues.

Il y a sans doute de nombreux autres termes du tissage dans le vocabulaire sino-tibétain. La reconstructibilité de ces termes me semble avoir une importance pour la détermination de l’Urheimat de la famille.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le métier à tisser en sino-tibétain," Panchronica, 28/11/2015, https://panchr.hypotheses.org/548 (ISSN 2494-775X)

Une métathèse en tibétain?

Les discussions ces derniers jours sur les *-r- du chinois archaïque m’amènent à songer à un problème de la phonologie du tibétain ancien: l’absence de groupes *rp- dans cette langue (notons que par contre rb- et rm- sont attestés, mais le premier dans peu de mots).
Or, dans la liste très réduite des quelques cognats entre gyalronguique et tibétain, on trouve le mot pour ‘épaule’, tɯ-rpaʁ en japhug, phrag(pa) en tibétain, dont la correspondance n’est pas expliquée. Si l’on suppose un changement phonétique *rp > *pr- > phr- en tibétain (qui serait restreint à ce groupe), il devient possible de relier ces deux observations.
Si cette hypothèse est valide, alors (1) aucune langue autre que le tibétain ne devrait avoir pr- dans l’étymon ‘épaule’ (à première vue, ça a l’air d’être le cas), (2) on devrait trouver d’autres cognats entre tibétain et langues préservant les groupes initiaux où phr- en tibétain correspond à rp- ou rəp- ailleurs.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une métathèse en tibétain?," Panchronica, 19/11/2015, https://panchr.hypotheses.org/527 (ISSN 2494-775X)