Archives par mot-clé : tibétain

La palatalisation des dentales en tibétain

L’ouvrage de Johanna Bialek sur les composés en tibétain est une contribution majeure non seulement à la philologie du tibétain ancien, mais aussi une source copieuse d’informations cruciales pour les linguistes qui s’intéressent à la reconstruction du pré-tibétain.

A titre d’exemple du type de données que l’on peut trouver dans ce livre, notons le passage suivant (p.216), qui mérite d’être cité dans son intégralité:

*-yul seems to have been replaced by -śul in the second syllable of compounds the first member of which ended in -s and was a clan name; thus ‘CLAN NAME+śul’ should be interpreted as “a land of the CLAN”. Other examples include dags śul (PT 1285: r23, r91, r178), mchims śul (PT 1285: r92, r179), and gnubs śul (ITJ 734: 7r300; although here it occurs as a part of the proper name yul gnubs śul kiṅ drug “a land Gnubs-śul-kiṅ-drug”). These variants appear side by side with the correct forms, cf.: mchims yul (PT 1285: r21–2), rṅegs yul (PT 1285: r24), dags yul (ITJ 734: 8r334).

Ces exemples démontrent de façon irréfutable que le groupe *sj (s+y) proto-tibétain donne ɕ- (ś dans la transcription de Bialek), aussi bien comme attaque que comme groupe hétérosyllabique; c’est une confirmation importante de la reconstruction interne des alvéolo-palatales comme provenant de fricatives et d’affriquée dentale suivies d’un yod (Gong 1977).

References
Bialek, Johanna 2018. Compounds and Compounding in Old Tibetan, A Corpus Based Approach. Marburg: Indica et Tibetica Verlag.
龔煌城 1977〈古藏文的y及其相關問題〉,《中研院史語所集刊》48.2

Supplétisme et alternances phonologiques

S’il est connu que les formes alternantes d’une même racine peuvent finir, suite à des changements phonétiques, par devenir synchroniquement “supplétives” (voir cet article), comme c’est notamment le cas du degré *e et du de degré zéro du paradigme du verb “être” en français par exemple (“est” par opposition à “sont”), le processus opposé — le passage de formes supplétives à des alternances phonologiques, semblerait a priori impossible.

Néanmoins, il arrive parfois que des racines phonologiquement similaires, ou rendues similaires par des changements phonétiques, se trouvent associées fortuitement dans un même paradigme.

Le verbe βαίνω “aller, marcher” du grec présente un exemple de ce type de situation. Les présents βαίνω (*gʷṃ-yé/o-) et βάσκω (*gʷṃ-sḱé/o-, cognat exact de gacchati) sont basés sur la racine *gʷem, devenue βα- au degré zéro. A l’aoriste et au parfait de ce verbe, on trouve ἔβην et βέβηκα respectivement à la 1sg, où le η provient d’un a long. Un a court est attesté au pluriel du parfait βέβαμεν 1pl (en grec classique βεβήκαμεν, refait sur βέβηκα). Le radical -βα- de βέβαμεν est superficiellement similaire aux thèmes de présent de βαίνω et βάσκω. Néanmoins, le consensus général est que cette forme provient en fait de la racine *gʷeh2 “den Fuss aufsetzen, treten” (sanskrit jigāti), qui au degré zéro *gʷh2 donne aussi -βα- en grec, se confondant avec *gʷṃ.

Dans la langue tibétaine (ou yarloungique) de Cone, on observe une situation encore plus étonnante, avec le paradigme irrégulier du verbe “faire”: présent ɕi (B) passé ɕeː (B) imp. ɕiː (B) (voir cet article, p 337, tableau 120).

Les alternances entre i et e sont anormales dans cette langue (on attendrait plutôt ɪ et e). La forme du passé ɕeː (B) est compatible avec le passé བྱས་ bʲas du verbe བྱེད་ bʲed “faire”; l’impératif semble correspondre non pas à བྱོས་ bʲos, mais à l’impératif གྱིས་ gʲis de བགྱིད་ bgʲid, un autre verbe signifiant “faire” (si l’on admet que gʲ- donne ɕ- au ton bas — il n’y pas d’autre exemple de gʲ- sans préinitiale dans mes données). Le présent ɕi (B) quant à lui peut s’interpréter comme la fusion de †ɕɪː (B), descendant attendu du présent བྱེད་ bʲed, et de †ndʑiː (B) du présent བགྱིད་ bgʲid.

Dans le cas du paradigme du Cone, on a donc un mélange inextricable entre les formes rendues quasi-homophones de verbes non-apparentés.

En grec et en Cone, ces cas sont restés marginaux, ces verbes ayant une conjugaison unique. L’alternance βαίνω – βέβηκα/βέβαμεν n’a pas été généralisée à d’autres verbes, par exemple φαίνω n’a pas donné un parfait †πέφηκα/†πέφαμεν. Néanmoins, il n’est pas absolument exclu que des alternances nées de rapprochements entre formes supplétives non-apparentées finissent par être généralisées, et deviennent productives.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Supplétisme et alternances phonologiques," Panchronica, 26/09/2019, https://panchr.hypotheses.org/2992 (ISSN 2494-775X)

Les langues “yarloungiques”

Lors d’une conversation avec Tashi Nyima (co-auteur d’une étude sur le lamo, dont j’ai déjà parlé dans un billet précédent) et Nathan W. Hill, pendant l’IATS qui a eu lieu à Paris le mois dernier, a été soulevé le problème du terme “langues tibétaines”, qui est potentiellement ambigu au moins pour les non-linguistes: il peut être compris comme signifiant ce que l’on appelle improprement les “dialectes tibétains” (langues issues du tibétain impérial, aussi appelées “languaes tibétiques”) mais aussi “langues du Tibet”, incluant celles qui ne viennent pas du tibétain.

Cette question pourtant assez triviale est la cause de crispations, voire de colère, de la part de savants peu sensibilisés à l’intérêt de la diversité linguistique, lorsqu’est mentionnée existence dans les régions culturellement tibétaines de langues non-tibétaines, c’est à dire non-issues du tibétain ancien. Il me semble que les réactions épidermiques dont les participants à la conférences ont pu être témoins, sont peut-être dues à un malentendu dû justement à l’ambiguïté du terme “tibétain”.

Pour éviter les controverses terminologiques inutiles, nous sommes tous les trois parvenus à la conclusion que nous avions besoin d’un terme non-ambigu désignant spécifiquement les langues issues du tibétain impérial, mais sans employer un terme relié au nom du Tibet, afin de garder “tibétain” comme un terme géographique pouvant recouvrir des langues de toutes origines mais parlées dans des zones de culture tibétaines.

Les termes “bodish” et “bodic” inventés par Shafer sur la base du nom Bod “Tibet” ont été employés de façons tellement larges et diverses (parfois incluant même le kiranti, le rgyalronguique et le ouest-himalayen) qu’ils en ont perdu toute substance, et ne sont pas appropriés pour résoudre ce problème.

Or, comme les “dialectes tibétains” proviennent de l’expansion de l’empire du Tibet, gouverné par la dynastie du Yarloung, il me semble que le terme yarloungique (en anglais yarlungic), serait approprié pour indiquer spécifiquement les langues qui descendent du tibétain ancien (de la même façon que les langues romanes viennent du latin), par opposition à toutes les autres langues “autochtones” du Tibet. Ce choix terminologique me semble acceptable pour tous: aucun locuteur de langue tibétique ne va vouloir se distancier de l’empire tibétain, mais en même temps avec ce terme il devient possible de parler de “langues tibétaines non-yarloungiques”, une façon de désigner les autres langues minoritaires du Tibet qui peut moins heurter les susceptibilités.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les langues “yarloungiques”," Panchronica, 15/08/2019, https://panchr.hypotheses.org/2983 (ISSN 2494-775X)

Tibétain gɕen

Le terme gɕen གཤེན་ désigne un type de prêtre ou de “chamanes” de la religion bonpo, à propos desquels existe une quantité importante de travaux ethnographiques et philologiques (voir par exemple cet article et les références qu’il cite).

Selon moi, une étymologie interne au tibétain pourrait être proposée pour ce terme. Si l’on part de l’idée que le g-…-n est un circumfixe de nominalisation, comme celui que l’on observe avec le nom གཉེན་ gɲen “ami, proche” (cognat au japhug tɯ-ɣɲi “ami”) dérivé de l’adjectif ཉེ་ ɲe “proche, près” (voir cet article), le verbe de base pourrait être ཤེས་ ɕes “savoir”: le -s dans ce verbe est certainement un suffixe, comme le suggèrent les cognats rgyalronguiques: si le japhug a sɯz “savoir”, on trouve dans la même langue la forme irrégulière générique mɤ-xsi “on ne sait pas” sans -z, et le cognat situ ɕə̂ aussi est dépourvu de coda.

Le nom gɕen གཤེན་ serait donc étymologiquement *kə-ɕe-n “celui qui sait”, un terme approprié pour “prêtre”, rappelant le mot gaulois *dru-wid- “druide”, un composé dont le second membre serait (degré zéro de) la racine *weid- “savoir”.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Tibétain gɕen," Panchronica, 19/07/2019, https://panchr.hypotheses.org/2979 (ISSN 2494-775X)

La détection automatique des emprunts

Dans un billet récent, Johann-Mattis List soulève la question de l’automatisation de la détection des emprunts.

Selon moi, il est des cas où une procédure automatique pourrait être envisagée, et je vais présenter ici une procédure qui me semble implémentable.

Le cas le plus simple est celui de langues dont l’ancêtre est (presque) attesté, comme les langues tibétaines ou les langues romanes, dont les ancêtres étaient des variétés proches du tibétain ancien et du latin classique.

Dans un tel cas, la procédure qui peut être employée (par exemple dans cet article) pour distinguer entre mots hérités et emprunts peut se schématiser de la façon suivante:

(1) collecter les mots pour lesquels une étymologie dans la langue ancestrale peut être déterminée. Les mots sans étymologie sont des candidats à être analysés comme emprunts (il peut s’agir aussi de mots hérités dont l’étymologie n’est pas évidente).
(2) Faire la liste des doublets: deux mots correspondant à la même forme ancestrale, toutes choses étant égale par ailleurs. Si ces deux formes ne peuvent pas s’expliquer comme des formes alternantes d’un même paradigme, alors au plus seule une des deux peut être héritée, et l’autre doit être empruntée à une autre variété provenant de la même proto-langue (une autre possibilité est que les deux mots soient des emprunts appartenant à des couches différentes). Il est possible que le corpus de donnée sur lequel on travaille ne contient pas de doublets ou trop peu pour être utilisable. Dans ce cas, sauter l’étape (3).
(3) Identifier les correspondances phonétiques distinctes des deux couches sur la base de ces doublets.
(4) Analyser l’ensemble du vocabulaire ayant une étymologie, et classer en plusieurs couches les correspondances, prenant comme base de départ les correspondances identifiées en (3).
(5). Une fois que l’on dispose de plusieurs couches de vocabulaire basées sur les correspondances phonétiques, l’identification de la couche héritée par rapport à la ou aux couches empruntées peut se baser sur les critères suivants:
(a) Proportion de vocabulaire culturel (religieux, technique) dans la couche, registre de langue (le registre littéraire/honorifique tend à être dans une couche empruntée).
(b) Proportion entre noms et verbes (pour les langues où ce critère est applicable): les couches héritées tendent à contenir plus de verbes en proportion que les couches empruntées (c’est frappant par exemple dans le cas du tibétain de Cone, cet article)).
(c) Irrégularité de la morphologie: les paradigmes les plus irréguliers ont plus de chances d’être dans la couche héritée (mais ce critère n’est pas absolu, notons le cas de l’anglais dont certains verbes forts sont empruntés au vieux norrois).

Lorsque la langue ancestrale n’est pas attestée, la détection des emprunts est beaucoup plus difficile, et sera traitée dans un autre billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La détection automatique des emprunts," Panchronica, 03/04/2019, https://panchr.hypotheses.org/2946 (ISSN 2494-775X)

Japhug ɯ-mbrɤzɯ “le résultat”

Le nom japhug ɯ-mbrɤzɯ “résultat” est de toute évidence lié au tibétain ⁿbras “riz, fruit, résultat”, mais la forme dissyllabique avec un –ɯ final était restée jusqu’ici inexpliquée. Je viens de trouver la réponse aujourd’hui: il s’agit tout simplement du tibétain ⁿbras.bu “résultat”, avec un traitement *-zb- > -z- similaire à celui que l’on observe en Anlaut avec zɯxtɕʰɤl “cymbales” de sbug.tɕʰal — il serait aussi possible de supposer que le dialecte tibétain donneur avait déjà subi une assimilation entre le suffixe –bu et la syllabe précédente (voir cet article à propos des formes de ce suffixe), comme le suggèrent des mots tels que rɯlɯ “médicament en boulette” de ril.bu, mais cela impliquerait que le voisement du -s final se serait effectué en tibétain plutôt qu’en japhug.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Japhug ɯ-mbrɤzɯ “le résultat”," Panchronica, 28/04/2018, https://panchr.hypotheses.org/2221 (ISSN 2494-775X)

“vingt” en tibétain

Dans le billet d’hier, j’ai mentionné qu’il existait des formes du numéral “deux” en sino-tibétain sans -s final même dans des langues préservant cette coda. Le numéral tibétain གཉིས་ gɲis “deux” a bien cette coda, mais en revanche ཉི་ཤུ་ ɲi.ɕu “vingt” semble n’en avoir aucune trace.

Néanmoins, il est vraisemblable que la second syllabe -ɕu de ཉི་ཤུ་ ɲi.ɕu est apparentée au numéral བཅུ་ btɕu “dix”, d’autant que dans les autres dizaines, ont trouve une variante -tɕu sans préinitiale, comme dans སུམ་ཅུ་ sum.tɕu “trente”. La forme régulièrement attendue serait donc quelque chose comme †ɲis.tɕu. Or, Li Fang-kuei (1933:141) a proposé que *stɕ- > ɕ- serait un changement régulier en tibétain; certains de ses exemples demandent à être réexaminés (voir plus bas), mais le changement lui-même n’est pas en doute. Bien que Li Fang-kuei lui-même ne le mentionne pas, cette loi phonétique explique le numéral “vingt”: la forme *ɲis.tɕu supposée ci-dessous par analogie au numéral “trente” donne régulièrement ɲi.ɕu si on lui applique la loi proposée par Li Fang-kuei.

Notons qu’en tibétain ancien, où le changement sts-> s- n’avait pas encore lieu, on trouve déjà la forme ཉི་ཤུ་ ɲi.ɕu “vingt” (par exemple dans cette inscription), ce qui implique que *stɕ- > ɕ- et sts- > s- ont eu lieu à des époques différentes.

Parmi les exemples de stɕ- > ɕ- proposés par Li Fang-kuei, on trouve གཤམ་ gɕam “bas” comparé à la syllabe ཆམ་ tɕʰam de l’expression ཆམ་ལ་འབེབས་པ་ tɕʰam.la.ɴbebs.pa “vaincre, annihiler” (qu’il traduit comme “throw down, cause to lie down” avec le verbe འབེབས་ ɴbebs, phab “jeter vers le bas”. j’ai consacré un billet à གཤམ་ gɕam “bas”, et suis toujours convaincu que mon étymologie est valide; elle est incompatible avec la proposition de Li Fang-kuei.

Il me semble qu’interpréter ཆམ་ tɕʰam dans ཆམ་ལ་འབེབས་པ་ tɕʰam.la.ɴbebs.pa comme “le bas” est problématique pour deux raisons. Tout d’abord, le verbe འབེབས་ ɴbebs, lui-même signifie déjà “jeter vers le bas”. Ensuite, la même syllabe ཆམ་ tɕʰam ou sa variante non-aspirée ཅམ་ tɕam apparaissent dans des expressions telles que ཅམ་བཞག་ cam.bʑag “abandonner complètement, arrêter” (avec ་བཞག་ bʑag “poser”) et semble signifier soit “complètement” soit “calmement, progressivement”. Le sens de ཆམ་ལ་འབེབས་པ་ tɕʰam.la.ɴbebs.pa est doinc plutôt littéralement “terrasser complètement”, et ཆམ་ tɕʰam (quelle que soit son étymologie; c’est selon moi plutôt un idéophone) n’a donc rien à faire avec གཤམ་ gɕam “bas”. Notons que même si l’on acceptait la proposition de Li Fang-kuei, il faudrait admettre l’existence d’un préfixe *s- dans གཤམ་ gɕam “bas” (qui viendrait de *kə-s-tɕam), ce qui pose plus de problèmes qu’il n’en résout.

====
Correctif: Nathan W. Hill a attiré mon attention sur le fait qu’Abel Zadoks, dans un manuscrit (toujours non-publié) écrit en 2013 sur l’alternance entre dpon et pon et entre btsun et tsun en tibétain ancien, mentionne en passant l’idée que le -ɕ- dans ɲi.ɕu s’explique par *stɕ- > ɕ-. Comme j’ai effectivement lu ce manuscrit il y a quelques années, il est possible que je tienne cette idée du travail d’Abel.

Références
Li Fang-kuei 1933. Certain Phonetic Influences of the Tibetan Prefixes upon the Root Initials, Bulletin of the Institute of History and Philology 6(2): 135-157.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "“vingt” en tibétain," Panchronica, 12/11/2017, https://panchr.hypotheses.org/2052 (ISSN 2494-775X)

‘bul et dbul

Si la comparaison sino-tibétaine a plus d’une centaine d’années, et a été menée par de grand savants tels que Li Fang-kuei, South Coblin ou Gong Hwangcherng, la sophistication des comparaisons fait pâle figure en comparaison avec les travaux des collègues indo-européanistes, car la pratique générale est la Wurzeletymologie, où l’on compare des mots du chinois et du tibétain sans égard à leur structure morphologique, comme s’il s’agissait de racines amorphes.

Or, il semble qu’il existe dans les mots comparés entre le chinois et le tibétain des traces de morphologie ancienne, comme par exemple dans la paire suivante due à Gong Hwangcherng:

འབུལ་ ɴbul, pʰul “donner, offrir” = 分 pjun < *pən
དབུལ་པོ་ dbul.po "pauvre" = 貧 bin < *brən

Il est toutefois selon moi malavisé de comparer directement dbul à bin et de baser dessus des lois de correspondances phonétiques, sans essayer d’analyser la morphologie qui se cache derrière. Le problème est que la morphologie du tibétain, et en encore plus celle du chinois, est dans un état tel qu’elle est difficile à interpréter de façon interne.

La morphologie riche et productive des langues rgyalronguiques offre un modèle d’analyse pour interpréter ces alternances, jouant le rôle du sanskrit en indo-européen ou de l’arabe en sémitique. Toutefois, la phonologie très évoluée du tibétain ne permet pas, dans la plupart des cas, une analyse unique. Dans ce billet, j’explore les différentes possibilités pour analyser comment dériver la forme dbul.po “pauvre” à partir du verbe “offrir”, interprétée ici comme la forme de base. Je ne prétends pas que d’autres analyses ne seraient pas possibles.

Je suppose admises les idées de cet article et les données sur la dérivations en rgyalronguiques (voir pour commencer cet article). Pour des raisons de temps, je n’explicite pas tous les détails.

Hypothèse I
*pul “distribuer” → *ŋə-pul “être distribué” (passif, japhug a- < *ŋa-, voir cet article et celui-ci, parmi de nombreux autres)
*ŋə-pul “être distribué”→ *kə-ŋə-pul “personne à laquelle on distribue = qui reçoit une aumône” (participe sujet intransitif, japhug kɯ-, voir cet article et celui-ci à propos de l’usage des participes en rgyalronguique).
*kə-ŋə-pul “personne qui reçoit une aumône = mendiant” > dbul “pauvre” (changements phonétiques)

Hypothèse II
*pul “distribuer” → *wə-pul “objet distribué” (infinitif nu avec un préfixe possessif, type Japhug ɯ-ti, voir par exemple cet article).
*wə-pul “objet distribué=offrande” → *nə-pul “quémander des offrandes” (dénominal, Japhug nɯ-/nɤ- type nɤphɯphɯ).
*nə-pul “quémander des offrandes” → *kə-nə-pul “personne qui quémande des offrandes” (participe)
*kə-nə-pul “personne qui quémande des offrandes = mendiant” > dbul “pauvre” (changements phonétiques)

Hypothèse III
*pul “distribuer” → *wə-pul “objet distribué=offrande”
*wə-pul → *ŋə-pul “pourvu d’offrandes” (type japhug aɣɯ-smɤn)
*ŋə-pul “pourvu d’offrandes” → *kə-ŋə-pul “personne qui est pourvu d’offrandes” (participe)
*kə-ŋə-pul “personne qui quémande des offrandes = mendiant” > dbul “pauvre” (changements phonétiques)

Alternativement à un préfixe de participe sujet, on pourrait considérer un préfixe de possession inaliénable dans un adjectif nominal comme le japhug ɯ-mbe “vieux, vieillerie” (voir la section 5 du chapitre sur le japhug, type du japhug tɤ-mbe au lieu de kɯ-mbe), ce qui mène à 6 hypothèses potentielles (qui n’épuisent pas toutes les possibilités théoriques) pour expliquer la forme tibétaine dbul.po.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "‘bul et dbul," Panchronica, 18/06/2017, https://panchr.hypotheses.org/1742 (ISSN 2494-775X)

Le destin de *sr- en tibétain

Suite à cet article et à ce billet, voici, en plus des mots tibétain gɕam “le bas” et ɕig “le pou”, quelques nouveaux exemples de *sr- > ɕ- en tibétain.

En proto-kuki-chin, selon Van Bik, on trouve les mots suivants:

[1077] *hriat (Hakha hriat, hriaʔ) “comb” qui peut se comparer au tibétain ཤད་ ɕad, bɕad “peigner”
Le ia du KC peut correspondre au *ja ancien, comme dans Hakha pariat “huit” (tibétain བརྒྱད་ brgʲad < *-prjat, situ wurjāt); il ne s'agit donc peut-être pas du traitement de *sr-, mais de celui de *srj- en tibétain.

[1080] *hroom (ɦakha hrôom-I, hrǒom-II) ‘share, distribute’, et tibétain གཤོམ་ gɕom, bɕams “disposer, préparer”; notons la correspondance vocalique de PKC -om à -am ailleurs dans PKC *wom > Hakha vôm ‘bear’, tibétain དོམ་ dom < *t-wam, situ tə-wām "ours")

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le destin de *sr- en tibétain," Panchronica, 14/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1735 (ISSN 2494-775X)

L’étymologie de ginseng

La deuxième syllabe du chinois 人參 rénshēn “ginseng” remonte au chinois moyen ʂim, qui lui-même vient d’une forme *srəm en chinois archaïque. Dans cet article, j’ai proposé une étymologie comparant ce nom au japhug tɤ-zrɤm “racine” (proto-rgyalrong *srɐm) et au khaling स्याम् sɛ̄m “racine” ( *s dès le proto-kiranti).

Ce mot, que je croyais restreint jusqu’ici au chinois, au kiranti et au rgyalronguique, se trouve en fait aussi en kuki-chin, comme en hakha lai où l’on a hram “racine”, selon le dictionnaire de Van Bik. Malgré son absence du Stedt, la présence de cet étymon en kuki-chin renforce l’hypothèse d’une origine proto-sino-tibétaine pour ce mot. Il est concevable d’ailleurs que le tibétain གཤམ་ gɕam “le bas” reflète le même étymon, le g- étant la trace du préfixe de possession indéfini (le tɤ- du japhug), qui subi la loi de Saskya Pandita (*t- > g- devant coronale), et le ɕ- représente le traitement de *sr- observé dans ཤིག་ ɕig “pou” (japhug zrɯɣ)

La différence avec les formes concurrentes, notamment celle qui donne le chinois 本 n’est pas encore claire. Notons que la second edonne des sens comme “tronc”, voir “arbre” en bodo-garo (garo bol). Il est possible que le mot donnant chinois 本/garo bol désignait les racines d’arbre ou la souche, tandis que celui qui a donné tɤ-zrɤm/hram/參 désignait les racines de plantes plus petites.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de ginseng," Panchronica, 12/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1719 (ISSN 2494-775X)

La nasale intrusive en limbou

Les correspondances phonétiques des mots apparentés entre le chinois et le tibétain sont très complexes pour un grand nombre de raisons; l’une d’entre elle est à mon avis la perte dans ces deux langues d’une morphologie plus complexe de type gyalrong-kiranti.

Pour illustrer ce problème, notons par exemple le nom de parenté pour ‘père’, tibétain pʰa ཕ་, chinois 父 bju < *N-paʔ (selon Baxter et Sagart). Si l'on part de l'idée qu'il ne s'agit pas d'un mot d'origine enfantine (une objection tout à fait recevable), on se retrouve façe à une correspondance inexplicable entre p(h)-en tibétain et *N-p- avec prénasalisation anormale en chinois.

Or, en limbou, les noms de parentés (dont pa "père", voir le dictionnaire limbou en ligne) ont à leurs formes possessives un élément nasal intrusif non-expliqué (a-mba “mon père”). En l’occurrence, le nom pa “père” en limbou pose problème du point de vue comparatif (puisque le limbou p vient de proto-kiranti *b, voir cet article), mais la nasale homorganique intrusive pourrait tout à fait être un phénomène ancien.

Si l’on accepte cette dernière idée, le tibétain pourrait représenter la racine nue, et le chinois une généralisation de la forme possédée à la forme nue: *pa “père”, *ŋa-N-pa “mon père” aurait été réanalysé comme *N-pa “père”, *ŋa-N-pa “mon père”. Cette correspondance irrégulière entre chinois et tibétain ne serait donc pas un problème de phonologie comparée, mais plutôt de morphologie historique. Trouve-t-on d’autres traces de nasales préfixées inexpliquées dans les noms de parentés ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La nasale intrusive en limbou," Panchronica, 21/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1654 (ISSN 2494-775X)

L’harmonie d’uvularité en japhug

Même s’il existe certains indices dans des langues tibétaines modernes périphériques suggérant que le tibétain commun ait pu avoir des uvulaires non représentées dans l’écriture, cette question est encore mal comprise. Les emprunts tibétains en japhug, langue ayant une opposition phonémique entre uvulaires et vélaires, pourraient contribuer à ce débat.

Parmi les mots ayant une occlusive uvulaire en japhug correspondant à une vélaire se trouve le nom tɯ-qhoχpa “organes, état d’esprit”, qui provient du tibétain ཁོག་པ་ kʰog.pa. Cette forme apporterait-elle la preuve que le radical /kʰog/ avait une uvulaire en tibétain commun ?
Dans le cas particulier de ce mot, une explication interne au japhug est possible. En effet, il existe dans cette langue une contrainte phonotactique synchronique liée à la distribution des consonnes dorsales : lorsqu’une syllabe a une consonne initiale et une coda dorsale, les deux doivent être soit vélaires (kɤɣ “courber”) ou uvulaires (qaʁ “éplucher, écorcher, enlever la peau”). Cette contrainte ne s’applique pas aux consonnes médianes ou préinitiales (par exemple mbɣaʁ “se retourner”).

Or, les rimes -ag(s)/-eg(s) et -og(s) du tibétain sont régulièrement empruntées comme -aʁ et -oʁ respectivement; la présence d’une uvulaire est ici due au fait que, aussi bien en japhug qu’en tibétain (ancien et amdo, voir dans cet article), les codas uvulaires et vélaires sont en distribution complémentaire. Ainsi, on s’attendrait à ce que kʰog.pa soit emprunté comme *(tɯ-)kʰoχpa. Or, une telle forme violerait la contrainte phonotactique d’harmonie d’uvularité mentionnée ci-dessus. Le nom tɯ-qhoχpa peut donc s’expliquer si l’on admet l’existence d’une loi phonétique *k(ʰ)Vʁ > q(ʰ)Vʁ en japhug. Il existe des preuves indépendantes de cette loi phonétique dans le vocabulaire natif (sujet qui est traité dans un article en train d’être écrit par Gong Xun).

Cette étymologie montre donc que les données des emprunts dans les langues gyalronguiques doivent être utilisées avec précaution pour reconstruire l’histoire du tibétain.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’harmonie d’uvularité en japhug," Panchronica, 04/11/2016, https://panchr.hypotheses.org/1528 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) VI

On trouve en japhug un nom désignant l’embryon des poulains, ɯ-rti, emprunté au tibétain rteɦu རྟེའུ་ ‘poulain’ (le diminutif de rta རྟ་ ‘cheval’). On dit par exemple pour une jument enceinte rgonma ɯ-rti kɯ-tu avec une relative à tête interne.

Ce mot est intéressant à deux titres. D’abord, le japhug est une langue dans laquelle il y a un mot pour ’embryon de cheval’, mais pas de mots spécifiques pour ceux des autres animaux, y compris les humains (on dit ‘enfant’ tɤ-pɤtso pour un embryon humain). Je n’y avais jamais pensé jusqu’à aujourd’hui, mais je trouve ce fait pour le moins inattendu.
Ensuite, le mot tibétain lui-même désigne le poulain, et il y a un déjà un mot natif en japhug (kɤjpɯ, non emprunté au tibétain) pour désigner les poulains. Par quel chemin ce nom a-t-il eu cette acceptation? S’agit-il d’un changement à l’intérieur de la langue tibétaine qui a donné ce mot, ou d’une évolution interne, après avoir emprunté le nom dans le sens de ‘poulain’?

Carnet de terrain (2016) V

Dans les langues rgyalrongs et kiranties, l’ordre normal pour dire “père et mère” est l’inverse de celui du français, du chinois ou du tibétain; on dit ainsi en japhug a-mu a-wa “ma mère et mon père”, avec la mère en premier.

Dans le registre de langue aujourd’hui disparu des nobles (on ne le retrouve guère que dans les histoires traditionnelles) on employait pour désigner les parents les noms d’origine tibétaine -pa ‘père’ et -ma ‘mère’ de ཨ་ཕ་ ʔa.pʰa et ཨ་མ་ ʔa.ma respectivement. Notons que l’absence d’aspiration dans le mot ‘père’ n’est pas un obstacle contre l’étymologie tibétaine: la consonne -p- est en position intervocalique, précédée par le préfixe ʔa-, est n’était pas aspirée dans le dialecte tibétain donneur; à l’inverse, l’expression phama “père et mère” en japhug, non-préfixée, a bien une aspiration comme son équivalent tibétain ཕ་མ་ pʰa.ma.

Or, l’ordre des parents avec ces noms d’origine tibétaine suit celui du tibétain: on dit donc a-pa a-ma “mon père et ma mère” à l’inverse des noms natifs. C’est un cas intéressant qui illustre que l’influence du contact du tibétain sur le japhug ne se limite pas au lexique (à ce propos, voir aussi cet article).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) V," Panchronica, 06/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1392 (ISSN 2494-775X)

Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey

Le khaling |keŋ| केऽन्य ‘refroidir’, qui s’emploie en particulier à propos de la nourriture (jûː kêŋtɛ यु: के:ङ्त्य ‘le repas a refroidi’) pourrait être apparenté au tibétain ɴkʰeŋ འཁེང་ ‘se solidifier après avoir refroidi, geler’ (à ne pas confondre avec le verbe kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’, dont on a parlé dans ce billet).

Cette comparaison soulève néanmoins un problème: d’après la loi de Dempsey, les *-eŋ du pré-tibétain deviennent -iŋ, et par conséquent tous les -eŋ du tibétain sont secondaires: soit des emprunts, soit des formes analogiques. l’explication analogique, qui fonctionne pour les verbes transitifs traités par Hill (2014) et pour kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’ (où l’on pourrait argumenter d’une analogie avec une forme comme kʰebs), n’est en revanche pas possible pour ce verbe. Pourrait-il s’agir d’un mot dialectal emprunté à une variété n’ayant pas subi la loi de Dempsey (il faut signaler que ce mot n’est pas très courant)?

Références
Dempsey, Jakob (2003). Analysis of Rime-Groups in Northern-Burmish. Linguistics of the Tibeto-Burman Area 26.1: 63-124.
Hill, Nathan W. (2014). Some Tibetan verb forms that violate Dempsey’s law, Revue d’Etudes Tibétaines 29. pp. 91-101.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey," Panchronica, 01/06/2016, https://panchr.hypotheses.org/1332 (ISSN 2494-775X)