Archives par mot-clé : thèse en linguistique

Comment écrire une thèse de linguistique? (5)

Suite du billet n°1, du billet n°2, du billet n°3 et du billet n°4 de cette série.

7) Rédaction de la thèse
Pour mener à bien une thèse de doctorat, il ne suffit pas d’avoir des données et des idées originales, il faut également parvenir à rédiger un document construit d’une taille respectable. Dans des domaines comme la linguistique informatique, le corps du texte de la thèse est parfois relativement court (en dessous de 200 pages), mais c’est impossible pour une thèse en linguistique typologique ou diachronique — les bonnes thèses font au moins 400 pages (et atteindre plus de mille pages, comme celle d’Alex François), car simplement exposer les données collectées de façon claire requiert plusieurs centaines de pages.

C’est donc un travail d’une toute autre ampleur que la rédaction d’articles, et il y a plusieurs manières d’y parvenir, selon les intérêts et la personnalité du doctorant. Voici plusieurs suggestions.

(a) La méthode progressive
Une première méthode, adaptée pour les linguistes de terrain qui se destinent écrire une grammaire complète de la langue qu’ils ont choisie pour leur thèse, comporte deux temps: tout d’abord, après le premier terrain, écrire un résumé général de la grammaire de la langue comportant un inventaire phonologique de la langue, un aperçu de la morphologie verbale et nominale et un résumé des constructions grammaticales principales en 20~30 pages, un peu comme ce chapitre sur le japhug.

Ensuite, au cours de ses terrains successifs, le doctorant développe progressivement chacune des parties de ce résumé jusqu’à atteindre la taille attendue pour une thèse.

(b) La méthode concentrée
Cette méthode, qui selon mon expérience est celle adoptée par la plupart des doctorants (moi y compris), est de collecter une masse de données suffisante, puis de rédiger toute la thèse d’une traite. Pour que cette méthode fonctionne, le doctorant doit s’astreindre à un nombre de pages (minimum 2 ou 3) à écrire tous les jours, y compris bien sûr le samedi et le dimanche (et à rattraper lorsque des jours ont été manqués), sans compter le temps passé aux corrections des parties précédentes. Avec un tel rythme, qui n’est pas si difficile à maintenir si l’on a déjà collecté toutes les données et effectué les analyses nécessaires, on peut parvenir à rédiger une thèse respectable en l’espace de sept à huit mois de rédaction intensive.

Le désavantage de cette méthode est de rendre difficile la revérification des données si l’on s’aperçoit d’un problème au cours de la rédaction. On peut y circonvenir si les informateurs sont contactables par téléphone ou par skype. Dans le cas contraire il est sage de retourner sur le terrain une dernière fois après la rédaction presque finale, même brièvement, pour effectuer des revérifications.

(c) La méthode dispersée
Cette méthode consiste à écrire une série d’articles et à les publier, puis à les synthétiser en tout cohérent qui devient le texte de la thèse. Cette pratique est rare dans notre domaine, même si c’est plutôt la façon de faire normale dans de nombreuses disciplines. Elle peut être avantageuse pour les doctorants aux intérêts éclectiques qui ont des idées géniales sur des points très spécialisés mais qui n’ont pas la plume facile.

Je serais curieux de savoir si les lecteurs de ce blogs ont eu des expériences similaires ou différentes durant la rédaction de leur thèse.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique? (5)," Panchronica, 10/04/2016, https://panchr.hypotheses.org/1079 (ISSN 2494-775X)

Comment écrire une thèse de linguistique (4)

Suite du billet n°1, du billet n°2 et du billet n°3 de cette série.

(6) Terrain
S’il existe de bon linguistes qui n’ont jamais ou peu fait de terrain (notamment dans des domaines comme l’indo-européen ou le sémitique, où la philologie domine), c’est néanmoins une expérience irremplaçable, qui permet à la fois d’acquérir la capacité d’analyser un système phonologique, de s’intéresser à l’ensemble des phénomènes grammaticaux de la langue étudiée, de s’ouvrir à l’ethnologie, et de devenir sensible à la qualité des données d’autres chercheurs de terrain (ce qui est crucial lorsque l’on effectue des recherches en typologie ou en linguistique historique).

Le premier terrain sur une langue inconnue ne peut pas durer moins d’un mois (je dirais même deux mois), car la première tâche du chercheur est d’apprendre à transcrire correctement la langue de façon phonémique, en d’autres termes, de créer une ‘orthographe’ cohérente qui représente correctement toutes les oppositions phonologiques de la langue et n’invente pas des oppositions imaginaires. Même pour des langues à la phonologie claire (celles où les phénomènes suprasegmentaux et les sandhis ne sont pas trop compliqués), il ne faut pas se leurrer: c’est une tâche difficile, qui demande de la part du doctorant une grande rigueur. Certains ne parviennent d’ailleurs jamais à effectuer les transcriptions correctement — l’ensemble de leur travail est alors difficilement réutilisable sans étude complémentaire.

On peut considérer avoir compris l’essentiel du système phonologique d’une langue lorsque l’on parvient à transcrire des histoires traditionnelles avec fluidité. D’après mon expérience, même dans le cas de langues où les segments sont bien distincts, il est quasiment impossible d’y parvenir en moins de trois semaines de travail quotidien intensif, à moins de bien connaître une langue très proche (par exemple, pour une langue tibétaine on peut accélérer le processus si l’on comprend les correspondances phonétiques entre le tibétain ancien et la langue moderne).

Le linguiste de terrain a une responsabilité assez écrasante lorsqu’il est le seul à étudier une langue négligée. S’il commet une erreur dans sa description (ce qui est très facile si l’on ne fait pas attention — j’en ai commis moi-même ma part, lorsque je relis mes premiers travaux sur le japhug) et qu’elle n’est pas corrigée par la suite, on risque de n’avoir pour toute documentation de cette langue qu’une image fautive, qui induira en erreur en boule de neige les typologues et les comparatistes qui voudront se servir de ces données. C’est la raison pour laquelle il est crucial d’effectuer le plus d’enregistrements possible, afin que d’autres chercheurs puissent revérifier les transcriptions, et il est préférable d’apprendre les bonnes pratiques qu’expose Alexis Michaud dans ce billet.

D’un autre côté, même avec le meilleur équipement d’enregistrement au monde, il est impossible de parvenir à transcrire correctement une langue si l’on ne la prononce pas soi-même et si l’on ne se fait pas corriger par ses informateurs lorsque l’on prononce mal. Tous n’ont pas d’ailleurs la patience de le faire systématiquement. Les enregistrements seuls sont difficilement réutilisables, car il n’est pas clair de savoir quels paramètres phonétiques sont distinctifs sur la seule base d’un enregistrement.

Il est dommage qu’il n’existe pas de manuels récents de linguistique de terrain expliquant comment effectuer l’analyse phonologique d’une langue. Les manuels de terrain, comme la « Basic Linguistic Theory » de Dixon, ont pour la phonologie un certain dédain: c’est probablement dû au fait que les auteurs de ces travaux ont travaillé sur des langues où la transcription est relativement intuitive et « facile ». Pour le doctorant qui étudie une langue difficile à transcrire (comme la quasi-totalité des langues oto-mangues, par exemple), il peut falloir plusieurs années avant de parvenir à correctement distinguer toutes les oppositions phonologiques, et tout le reste de la description (morphologie et syntaxe) ne peut s’effectuer de façon satisfaisante que lorsque la phonologie a été résolue. La phonologie ne doit donc pas être traitée à la légère.

Si le doctorant en linguistique de terrain a une responsabilité envers la communauté qui l’accueille et l’humanité en général de collecter le plus de données de bonne qualité possible, il doit aussi finir sa thèse. Je ne pense pas qu’il n’y ait qu’un seul modèle pour effectuer le terrain. Dans l’école de Dixon et Aikhenvald, les doctorants effectuent d’abord un terrain de sept mois, puis en fin de thèse un terrain de trois mois pour corriger les données. C’est une manière de faire excellente, mais qui n’est pas nécessairement applicable à toutes les situations. Avec l’exigence croissante de finir la thèse en trois ou quatre ans (au moins en France), il me semble que la quantité de données minimale pour une thèse de linguistique de terrain devrait être de deux heures d’enregistrements originaux transcrits et glosés — la durée du terrain nécessaire pour y parvenir va varier considérablement selon la communauté.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (4)," Panchronica, 09/04/2016, https://panchr.hypotheses.org/1043 (ISSN 2494-775X)

Comment écrire une thèse de linguistique (3)

Suite du billet n°1 et du billet n°2 de cette série.

(4) Ouvrages collectifs
Une particularité de la linguistique par rapport à d’autres domaines est l’importance des ouvrages collectifs, dont le ou les directeur(s) (en anglais editor) se charge de sélectionner les auteurs, de faire relire anonymement les articles et d’harmoniser le tout. La majorité des ouvrages de ce type sont publiés par Benjamins, Mouton de Gruyter, Brill ou Language Science Press. Certains de ces livres collectifs sont indexés dans Scopus, mais la majorité ne l’est pas, ce qui signifie que les contributions à des volumes ont moins de visibilité que des articles de revue. D’un autre côté, certains livres collectifs sont de fait des références de base sur un sujet particulier, et avoir une contribution dedans peut être très utile pour un doctorant / jeune chercheur.

Certains, comme Martin Haspelmath dans ce billet, remettent en question cette omniprésence des ouvrages collectifs dans notre discipline. Je n’ai pas un avis tranché sur la question, j’ai participé moi-même comme auteur et relecteur à de nombreux ouvrages collectifs (jamais comme directeur d’ouvrage toutefois) et j’ai trouvé que les exigences des relecteurs sont en effet souvent moins élevées que pour des articles. Toutefois, il n’est pas certains pour autant que la qualité des contributions à des volumes soit plus basse, si le directeur a bien choisi ses collaborateurs.

Pour un doctorant, publier dans un volume collectif est à double tranchant: la contribution est sans doute moins difficile à publier que dans une revue, mais peut être moins prestigieuse dans le CV. D’un autre côté, un jeune chercheur peut difficilement refuser une invitation de participation à un volume, et c’est l’occasion de prouver au directeur de l’ouvrage sa capacité à tenir un délai. Cette question est d’ailleurs liée à celle des conférences invitées, abordée ci-dessous en (5).

(5) Conférences
En phonétique et en linguistique informatique, certaines conférences sont très prestigieuses, parfois plus qu’un article de revue. Il n’en est pas ainsi en linguistique descriptive/typologique/diachronique. Pour les commissions de spécialistes qui analysent les dossiers, aussi bien à l’université qu’au CNRS, les conférences comptent pour peu, à l’exception des présentations invitées (surtout lorsque ces dernières ont donné lieu à la publication d’un ouvrage collectif).

L’intérêt principal des conférences, pour un doctorant, est donc surtout de se faire connaître et de se créer un réseau de relation. Je ne minimise pas l’importance de ces contacts, mais avec des sites comme Academia, ce rôle des conférences est bien moins important qu’il ne l’était autrefois, et je ne conseille pas aux doctorants d’investir trop de temps dans les conférences — mieux vaut privilégier le terrain, la rédaction de la thèse et la rédaction d’articles (dans cet ordre).

Les conférences invitées, lorsque l’organisateur paie tous les frais de déplacement et de logement aux participants, sont naturellement un cas différent. Il est plus rare qu’un doctorant bénéficie d’invitations de ce type, mais lorsque c’est le cas, il est évident que la présentation en question doit être une priorité pour lui, d’autant qu’elle mène en général à une publication soit dans un ouvrage collectif, soit dans un numéro spécial de revue.

Les conférences les plus importantes dans notre domaine sont celle de l’Association for Linguistic Typology (qui a lieu tous les deux ans) et de la Societas Linguistica Europaea. Ce type de conférence, avec plus de 200 participants en général, sont très utiles pour avoir une vision générale du domaine, mais la brièveté des présentations (20 minutes) et l’organisation en sessions parallèles rend souvent difficile les échanges d’idées fructueux. Une autre conférence du même type est Syntax of the World’s Languages, qui se tient tous les deux ans en alternance avec la conférence de l’ALT.

Pour ma part, je préfère toutefois les journées d’études (workshop) spécialisées sur un domaine en particulier, comme la conférence sur les langues du Sichuan, où les participants disposent de 30 minutes de temps de parole, ce qui implique un nombre plus restreint de présentations, mais avec plus de temps pour comprendre les travaux des collègues.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (3)," Panchronica, 03/04/2016, https://panchr.hypotheses.org/1019 (ISSN 2494-775X)

Comment écrire une thèse de linguistique (2)

Suite de ce billet

(3) articles
Pour trouver un poste en linguistique après la thèse, que ce soit à l’université ou au CNRS, il est crucial d’avoir des publications dans des supports reconnus. En linguistique, les livres et les articles comptent à égalité, mais il est néanmoins préférable de commencer ses publications, pendant voire même avant la thèse, par des articles dans des revues à comité de lecture. Il est d’ailleurs important, lors du choix de son sujet de thèse, de bien réfléchir, en concertation avec son directeur et aux autres membre de l’équipe, aux articles potentiels auxquels ce sujet pourrait donner lieu — les bons sujets de thèse doivent ouvrir des perspectives de publications dans les meilleures revues du domaine.

L’auteur d’un article soumettant un article à une revue à comité de lecture, reçoit, après un délai qui peut aller de trois semaines (dans le meilleur des cas, lorsque les relecteurs sont très réactifs) à plus de 18 mois, un ou deux rapports écrits par des relecteurs anonymes, suggérant des corrections et des modifications, et indiquant si oui ou non l’article peut être accepté. Les critères de sélection dépendent de la revue. Les revues plus abordables (par lesquelles je conseille de commencer) sont celles spécialisées sur des aires géographiques particulières. Pour les revues généralistes (comme Linguistic typology ou Diachronica par exemple, il est plus rare d’avoir un article accepté sans deux séries de relectures, ce qui peut prendre près d’un an et demi au total.

La revue par les pairs ralentit considérablement la vitesse de publication, mais permet de garantir un minimum de qualité, et évite parfois des erreurs que l’auteur pourrait regretter d’avoir écrites par la suite. Les commentaires sont presque toujours constructifs (dans mon expérience) et jamais inutiles, même si le relecteur n’a pas compris un point de l’article — c’est sans doute le signe que le passage en question n’a pas été rédigé de façon assez claire. Il est crucial de ne pas se laisser démoraliser lorsque l’on a un article rejeté, cela arrive régulièrement à tous les linguistes, même chevronnés.

Je recommande aux étudiants de viser au moins trois articles parus ou acceptés à l’échéance de leur thèse. Etant donné les délais de publications en linguistique, il est important de songer à la rédaction d’un article le plus tôt possible.

Il est préférable de commencer par des revues plus spécialisées et moins sélectives dans un premier temps.

Pour les doctorants travaillant sur les langues d’Asie, je conseille en particulier pour commencer:
* Cahiers de linguistique — Asie orientale (revue dirigée par votre serviteur — soumissions bienvenues!)
* Journal of Chinese Linguistics
* Linguistics of the Tibeto-Burman Area
* Language and Linguistics

Pour les langues anciennes:
* Bulletin of the School of Asian and African Studies
*
Journal of the American Oriental Society.

Pour les langues des Amériques:
* Amérindia
* Journal de la société des américanistes
* International Journal of American Linguistics

Pour l’austronésien:
* Oceanic Linguistics
* Language and Linguistics

Il existe aussi de bonnes revues de linguistiques généralistes relativement accessibles pour des jeunes chercheurs, en particulier Transactions of the Philological Society (c’est en particulier dans cette revue que Gong Xun et Lai Yunfan ont publiés leur premier article), et en linguistique historique Folia Linguistica Historica.

Après avoir réussi à publier deux articles dans des revues de ce type, le doctorant peut songer à des revues plus sélectives, sachant que le travail sera infiniment plus exigeant, consommera plusieurs mois à temps plein, et pourra malgré tout mener à un rejet de la revue. Voici quelques revues de ce type auxquelles un doctorant peut essayer de s’attaquer:

* Glossa (remplace la défunte Lingua). Revue généraliste (y compris générativiste), sélective mais les relectures sont rapides (entre 2 et 4 mois), ce qui permet d’être fixé sur son sort sans avoir à languir de nombreux mois.
* Linguistic typology. Revue à rapidité moyenne, accepte rarement des articles sur un phénomène particulier dans une seule langue, mais peut être un bon choix si l’on observe un phénomène rarissime dans sa langue de spécialité, ou un phénomène qui contredit un universel proposé.
* Studies in Language. Je conseille en particulier de viser des articles courts dans la section News from the field.
* Diachronica. Pour un(e) doctorant(e) intéressé(e) par la diachronie, s’il(/si elle) découvre un chemin de grammaticalisation ou un changement phonétique rare.

Parvenir pour un doctorant à publier dans une revue de ce type (même comme co-auteur) est un exploit, et mérite d’être tenté.

Ecrire des articles en collaboration avec son directeur de thèse, avec les autres doctorants de l’équipe ou avec des chercheurs d’autres affiliations n’est pas encore une pratique courante chez les linguistes diachroniciens et typologues, mais j’invite vivement les doctorants à tenter cette expérience. On apprend mieux à rédiger et à problématiser ses données en travaillant en collaboration, surtout avec un chercheur plus expérimenté. On entend parfois l’affirmation selon laquelle la thèse serait un travail solitaire; je pense que si c’est le cas dans certains milieux, c’est une pratique à éviter, car un doctorant, même doué et brillant, peut difficilement s’en sortir dans les arcanes du monde académique.

Pour le moment, l’habitude de tout écrire en solitaire parmi les linguistes fait que, contrairement à d’autres domaines, il est indispensable en linguistique d’avoir quelques articles à son seul nom dans sa liste de publication.

Parallèlement aux « vrais » articles, les doctorants peuvent écrire des rapports de conférences ou des compte-rendus d’ouvrages. Ce type de publication ne dispose pas du même prestige (puisque non soumis à relecture anonyme), mais c’est néanmoins une occasion utile de se faire connaître et de présenter ses idées.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (2)," Panchronica, 31/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/997 (ISSN 2494-775X)

Comment écrire une thèse de linguistique (1)

Ce billet s’adresse aux étudiants qui écrivent ou se destinent à écrire une thèse en linguistique descriptive, en typologie ou en linguistique historique. Les suggestions qui suivent ne s’appliquent pas à d’autres domaines, comme la phonétique ou la linguistique informatique.

(1) Travail préparatoire
En complément des connaissances en linguistique et en langues indispensables pour envisager une thèse dans ce domaine, il peut être avantageux pour le doctorant ou le futur doctorant d’acquérir un minimum de formation en informatique et dans des domaines annexes.

Tout d’abord, je conseille fortement aux doctorants d’apprendre à utiliser LaTeX pour rédiger leur mémoire de M2 et leur thèse. Si l’usage de LaTeX était confidentiel en linguistique il y a seulement dix ans, depuis qu’il est possible d’utiliser Unicode (avec XeTeX), de plus en plus de linguistes de terrain s’en servent, et la grande majorité des bonnes revues de linguistiques (au moins celles éditées par Mouton de Gruyter, Benjamins et Brill) acceptent les soumissions en LaTeX. Les avantages d’utiliser LaTeX plutôt qu’un traitement de texte sont tellement nombreux qu’il est difficile de les énumérer, mais en particulier:
(a) Avec le package gb4e, il est possible d’aligner automatiquement les exemples glosés, ce qui représente un gain de temps considérable pour quasiment tous les articles de linguistiques, surtout ceux qui portent sur la morphosyntaxe.
(b) Les références croisées, la bibliographie et l’index sont générés automatiquement sans le moindre surcroît de travail (et se modifient sans risque d’erreur).
(c) Avec le package tikz, il est possible de concevoir des figures compliquées avec un effort relativement minime.
(d) Pour les utilisateurs plus avancés, il est possible de combiner LaTeX avec des langages de programmation ou avec R.
Pour les doctorants intéressés étudiant à Paris, Thomas Pellard offre une formation LaTeX à l’INALCO au premier semestre.

Ensuite, pour ceux qui s’intéressent à la morphologie (notamment les linguiste de terrain décrivant des langues à morphologie lourde), il existe des outils tout faits pour générer ou analyser des paradigmes; si l’on peut y parvenir avec des langages tels que Python et Perl (dont la connaissance peut être utile pour tout linguiste), les transducteurs (par exemple XFST) permettent d’appliquer la quasi-totalité des alternances morphonologiques imaginables à des formes abstraites (à l’exception de la réduplication, car ils sont limités aux expressions régulières strictes). Ecrire un programme pour générer des paradigmes (comme je l’ai fait pour le khaling) a l’avantage, outre d’apporter au linguiste un gain de temps considérable, de s’assurer que l’analyse proposée est correcte, ce qui est difficile, voire impossible à faire à la main.

Enfin, des connaissances en mathématiques, en particulier en probabilité et statistique et en théorie des langages formels et automates, peuvent s’avérer très utiles même pour les linguistes typologues / diachroniciens.

(2) Choisir un sujet de thèse
Le choix du sujet de thèse est crucial, et il est préférable de le choisir en concertation avec le directeur pressenti et l’équipe dans laquelle le doctorant souhaite s’insérer. Il faut savoir non seulement éviter les sujets de thèse catastrophiques, mais également déterminer un sujet optimal adapté à soi-même en particulier, en fonction de ses compétences, de ses intérêts, de la faisabilité du projet et de l’intérêt qu’il suscite dans l’équipe. Dans la plupart des disciplines, en particulier en mathématiques, les doctorants ne choisissent pas eux-mêmes leur sujet de recherche.

En linguistique, il devrait en être de même, à une exception près: pour les linguistes de terrain, il est possible de choisir soi-même la langue sur laquelle on souhaite travailler (même si son directeur ou les autres membres de l’équipe ne connaissent aucune langue du même groupe) à condition d’avoir un minimum de garantie concernant l’accès au terrain — il serait suicidaire de choisir pour une thèse une langue inétudiable soit parce que la région étudiée est fermée aux étrangers, soit parce qu’il s’agit d’une zone de guerre ou que la communauté ne souhaite pas partager sa langue.

La description grammaticale d’une langue non-décrite est un sujet possible, qui permet au doctorant de se former en même temps dans tous les domaines de la linguistique, de la phonologie à la pragmatique. Evidemment, décrire exhaustivement une langue inconnue en trois ans est impossible, même pour le plus doué des linguistes, et la faisabilité dépend de la langue et de la communauté, en particulier la facilité à collecter des textes: le don de raconter des histoires de façon cohérente n’est pas donné à tous les informateurs, et il faut donc choisir judicieusement les personnes avec qui travailler.

Toutefois, la rédaction d’une grammaire de référence n’est pas le seul sujet de thèse possible: en fonction des intérêts du doctorant et de son directeur de thèse, combiner terrain, philologie, linguistique historique et typologie me semble également une bonne façon de procéder. Ces quatre disciplines sont en effet complémentaires:

(a) La linguistique de terrain offre au doctorant d’avoir des données originales, qui peuvent lui évitent l’écueil de ressasser inlassablement les mêmes données. C’est aussi l’occasion de découvrir des faits intéressants inattendus, et d’ouvrir son esprit sur des domaines de la linguistique nouveaux (dans mon cas par exemple, j’avoue n’avoir commencé à m’intéresser à la syntaxe qu’à partir du moment où j’ai effectué mon premier terrain sur le japhug — or, c’est maintenant mon sujet de recherche principal).
(b) Il est possible également d’apporter de nouvelles données en étudiant des textes (en particulier des documents inédits) dans des langues anciennes ou disparues. Dans certaines disciplines, comme les études indo-européennes ou sémitiques, la quasi-totalité des linguistes sont en même temps philologues, alors que la linguistique de terrain a un rôle plus marginal.
(c) La typologie permet au descripteur de langue (qu’il soit chercheur de terrain ou philologue) de ne pas commettre des erreurs élémentaires dans sa description, et aussi de déterminer quels phénomènes sont rares, et lesquels sont plus courants (ce qui est bien entendu capital ensuite pour le choix de sujets sur lesquels écrire des articles).
(d) La diachronie permet d’expliquer les irrégularités dans la morphologie, de rendre compte de certaines constructions syntaxiques étranges. En outre, selon la langue étudiée, la contribution des données collectées par le doctorant soit à la typologie des changements linguistiques soit à la reconstruction de la proto-langue et à l’éclairage qu’elle offre sur les langues voisines, mérite d’être valorisée dans la thèse.

La thèse doit être pour le doctorant non seulement l’occasion de contribuer à la linguistique, mais aussi de se former et d’acquérir le plus de nouvelles connaissances possible. A ce titre, il me semble plus formateur de se spécialiser sur une langue que d’effectuer des recherches superficielles sur un grand nombre de langues. Je ne conseille pas, pour une thèse de linguistique, un travail de typologie pure basé exclusivement sur des données de seconde main. En effet, l’expérience montre que les linguistes qui n’ont pas effectué de terrain approfondi pendant leur thèse parviennent très rarement ensuite à s’y mettre, alors que les linguistes de terrain et les philologues n’ont aucun mal à écrire des articles de typologie.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (1)," Panchronica, 31/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/979 (ISSN 2494-775X)

Quelques sujets de thèse en linguistique à éviter

Il en va des thèses à l’inverse des familles; les bonnes thèses le sont pour des raisons différentes, tandis que les mauvaises thèses ont une forte tendance à se ressembler. A l’intention des étudiants qui se destinent à un doctorat en linguistique, en particulier sur les langues d’Asie, voici quelques exemples de sujets à éviter.

(1) La construction ba 把 en mandarin: le grand classique du mauvais sujet de thèse, qui a été l’objet de plus de travaux à lui tout seul que n’en ont été écrits sur toutes les autres langues de la famille réunies. Si ce sujet vous intéresse, mieux vaut travailler à la description de la grammaire d’une langue chinoise encore non décrite qui a une construction similaire.

(2) L’écriture Domba (东巴文) des naxi: j’ai vu à plusieurs reprises des étudiants essayer de s’intéresser à ce sujet, qui n’est pas intrinsèquement sans intérêt, mais dont les connaissances prérequises dépassent largement ce qu’un étudiant en thèse, même excellent et motivé, peut espérer atteindre en un espace de temps raisonnable. Si ce sujet vous intéresse, commencez par étudier une langue naïque moderne en vous basant notamment sur le travail d’Alexis Michaud (voir ce billet où il expose ses méthodes de travail de terrain) ET apprenez la philologie tibétaine, le bouddhisme et le bon. Après cela seulement, il sera possible de commencer à travailler sur ces textes sans accumuler les énormités.

(3) La différence entre « ceci » et « cela » dans la langue X (ou toute autre opposition sémantique très subtile entre deux formes): S’il est louable de vouloir décrire toute les finesses sémantiques des oppositions grammaticales dans les langues que l’on étudie, il faut fuir, pour un projet de thèse, les sujets où la différence entre deux formes peut être contrainte par de nombreux facteurs, y compris syntaxiques, pragmatiques et stylistiques. Les thèses résultantes sont des collections d’exemples indigestes qui au final ne montrent rien de clair. Si ce genre de sujet vous intéresse, essayez d’en faire une sous-partie d’une étude grammaticale plus générale sur la langue en question, et écrivez un article à ce propos, mais ne construisez pas toute votre thèse dessus.

(4) Les chengyu 成语: Encore un grand classique. Le sujet est aussi mauvais qu’il est populaire auprès des étudiants; si ce sujet vous intéresse, soit reconvertissez-vous dans l’étude de la philosophie chinoise, soit consacrez-vous à la syntaxe diachronique du chinois.

(5) L’évolution des caractères chinois: Quel étudiant de chinois n’a pas un moment été fasciné par les inscriptions sur bronze ou carapace de tortue? Si cet intérêt est légitime, il est préférable de vous former tout d’abord en phonologie historique du chinois en étudiant les travaux de Baxter et Sagart (voir aussi mon cours d’introduction sur ce domaine), et aussi en philologie, en archéologie et en histoire — la paléographie ne doit pas être étudiée en isolation.

(6) La question altaïque (y compris coréen-japonaique): Sujet de thèse potentiellement intéressant mais suicidaire; si ce sujet vous intéresse (NB: il m’intéresse aussi), étudiez d’abord très en détail la philologie d’une ou deux langues (nous avons la chance d’avoir au CRLAO Sasha Vovin qui peut diriger des travaux sur absolument toutes ces langues) ou effectuez du terrain, par exemple sur une langue des Ryûkyû (auquel cas Thomas Pellard est la personne à contacter).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Quelques sujets de thèse en linguistique à éviter," Panchronica, 18/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/818 (ISSN 2494-775X)

Deux nouvelles thèses

Deux doctorantes du CRLAO, Gao Yang 高扬 et Rao Min 饶敏, ont soutenu avec succès leurs thèses respectivement sur la grammaire du menya (muya 木雅) et du guiqiong (贵琼).

La thèse de Gao Yang est la première monographie sur le menya (məɲɑ su): on ne disposait jusqu’ici que d’une liste de mots et d’un résumé de grammaire d’une quarantaine de pages. Contrairement aux travaux précédents, la description de la grammaire est basée sur un petit corpus d’histoires traditionnelles. J’ai moi-même travaillé un petit peu sur le menya au Sichuan (et aussi à Paris!); même si je n’ai jamais rien publié sur cette langue, mon travail avec des locuteurs (différents des informateurs de Gao Yang) a considérablement facilité la direction de cette thèse.

J’ai également suivi de près la thèse de Rao Min; j’ai rencontré par hasard la personne qui allait devenir son informateur principal à Dartsemdo (康定) en 2009, sur le chemin du retour de Mbarkham (à l’époque, à cause du tremblement de terre de 2008, il fallait passer par Dartsemdo puis par Rongbrag (丹巴) pour arriver à Mbarkham, soit un détour considérable, le trajet de Chengdu à Mbarkham prenant 14h au lieu de 7h!). J’ai décidé d’en profiter pour passer deux jours à Dartsemdo pour prospecter la région et chercher des locuteurs de langues locales. Suivant les conseils que Nicolas Tournadre m’avait donnés quelques années plus tôt, je me suis donc dirigé au bar tibétain le plus proche. Je me suis assis à une table à côté de quelqu’un qui buvait du chang tout seul. J’engage la conversation, et lui demande son lieu d’origine; il m’affirme être tibétain, mais ne pas savoir parler le « vrai » tibétain, car dans son village, on ne parle qu’un dialecte que personne ne comprend… aussitôt, j’entre en mode « linguistique de terrain ». C’était en fait un locuteur du guiqiong (par un hasard amusant, il s’appelle Gao Yang 高杨); il a affirmé ne pas parler la langue assez bien pour me l’enseigner, et m’a présenté à Du Xiaobing 杜小兵, un chanteur traditionnel renommé localement pour sa connaissance de la langue. C’est ce dernier qui est devenu l’informateur principal de Rao Min.