Archives par mot-clé : textes confucéens

Un indice indirect pour l’hétérophonie de 戈 et 過 en chinois archaïque

Le caractère 過 a deux lectures en chinois moyen, kwa et kwaH, la seconde étant la lecture par défaut, qui a donné notamment la prononciation guò du mandarin. La première lecture est homophone avec celle de 戈 kwa, qui désigne l’arme la plus utilisée dans les armées de la Chine archaïque. Ce dernier se prononce en mandarin, lecture irrégulière mais sans ancienneté — il s’agit d’un mot de la couche littéraire, qui n’est employé en mandarin parlé que dans des expressions venues de la langue écrite.

Si l’on projette 過 kwa et 戈 kwa en chinois archaïque, la reconstruction dans la système de Baxter (1992) serait *kʷaj pour les deux: ils seraient donc homophones en chinois moyen et en chinois archaïque. Néanmoins, Baxter et Sagart (2014) proposent une reconstruction *Cə.kʷˤaj « tough, fibrous (vegetables) » pour 過 kwa (les données soutenant cette reconstruction ne sont pas incluses dans le livre), s’opposant à 戈 kwa *kʷˤaj.

Indépendamment de la question de la présence ou non d’une présyllabe dans ce mot, il existe à mon avis un indice indirect que 過 kwa et 戈 kwa n’étaient PAS homophones en chinois archaïque.

Dans un passage du Zuozhuan (襄公四年) portant sur l’archer Yi (羿 ŋejH), nous lisons le récit suivant (la traduction reprend Durrant, Li et Schaberg, mais les noms ont été modifiés pour se conformer aux gloses phonétiques; j’indique la prononciation en chinois moyen, toutes les lectures ont été revérifiées avec le jingdian shiwen):

浞因羿室,生澆及豷,
dʐæwk ʔjin ŋejH ɕit, ʂæŋ ŋewH gip xijH,
« Han Zhuo took over Archer Yi’s wives and concubines and fathered Yao 澆 and Xi 豷.

恃其讒慝詐偽而不德于民,使澆用師滅斟灌及斟尋氏。
dʑiX gi dʐɛm tʰok tʂæH hjweH ɲi pjuw tok hju mjin, ʂiX ŋewH jowŋH ʂij, mjiet tɕim-kwanH gip tɕim-zim dʑeX
« Relying on his slanderous wickedness and deceitful treachery, he showed no virtue toward the people and sent Yao 澆 to employ troops to eliminate the Zhenguan and Zhenxun lineages. »

處澆于過,處豷于戈
tɕʰjoX ŋewH hju kwa, tɕʰjoX xijH hju kwa
« He placed Yao 澆 in Guo 過 and Xi 豷 in Ge 戈. » (Zuozhuan, Xiang 4)

Ici 過 et 戈 indiquent des noms de lieux. Leur lecture en chinois moyen suit le jingdian shiwen: 過,古禾反,注及下同。戈,古禾反。

Même s’il n’est pas clair si 過 et 戈 ici sont des toponymes mythologiques ou s’il font référence à des lieux réels, il semble absurde, dans un tel passage, que les deux toponymes aient été homophones à l’époque où ce texte a été rédigé, puisqu’ils font parties des caractéristiques qui distinguent les deux fils de Han Zhuo. Même si ce type de données ne permet pas de juger de la nature de la distinction phonétique, il s’agit néanmoins d’un indice indirect qui me semble confirmer l’idée d’une opposition phonétique invisible à partir du chinois moyen, des rimes, et des séries phonétiques.

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Durrant, Stephen, Wai-yee Li & David Schaberg. 2016. Zuo tradition / Zuozhuan, commentary on the “spring and autumn annals”. Seattle: University of Washington Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un indice indirect pour l’hétérophonie de 戈 et 過 en chinois archaïque," Panchronica, 17/05/2021, https://panchr.hypotheses.org/3402 (ISSN 2494-775X)

L’embarras de Couvreur

Dans le Zuozhuan, on trouve a trois reprises l’expression 猶有鬼神 « si les fantômes et les esprits existent vraiment », l’une des plus anciennes attestation dans la littérature chinoise de scepticisme (modéré) envers la notion de vie après la mort, ainsi qu’envers l’existence d’êtres et de phénomènes surnaturels, et qui n’est pas sans rappeler l’oraison funèbre d’Hypéride pour les soldats athéniens morts à la bataille, écrite avant Epicure:

εἰ μέν ἐστι τὸ ἀποθανεῖν ὅμοιον τῷ μὴ γενέσθαι, ἀπηλλαγμένοι εἰσὶ νόσων καὶ λύπης καὶ τῶν ἄλλων τῶν προσπιπτόντων εἰς τὸν ἀνθρώπινον βίον· εἰ δ᾽ ἔστιν αἴσθησις ἐν Ἅιδου καὶ ἐπιμέλεια παρὰ τοῦ δαιμονίου, ὥσπερ ὑπολαμβάνομεν,

« Si le fait de mourir est semblable à celui de ne pas exister, alors ils sont délivrés des maladies, des chagrins et des toutes les autres choses qui s’abattent sur la vie humaine. Si en revanche il y a bien une sensibilité dans l’Hadès (si les morts ressentent quelque chose), et une sollicitude de la puissance divine (envers les humains), comme nous le soutenons, … »

Il est à ce titre intéressant de voir comment le jésuite Séraphin Couvreur (1835-1919), a rendu ces trois passages dans sa traduction du Zuozhuan. Dans ce qui suit, je cite les trois occurrences de l’expression 猶有鬼神, la traduction anglaise récente de Durrant et al, et enfin celle de Couvreur.

10ème année de Xiang gong (563 avant notre ère)
10.2c 我辭禮矣,彼則以之。猶有鬼神,於彼加之
Durrant et al: “We had already declined the ritual, but they used it nonetheless. If there are indeed ghosts and spirits, they will inflict the consequences on Song.”
Couvreur: “J’ai refusé cette cérémonie (l’exécution du chant Sang lin). Eux (le prince et les officiers de Soung) l’ont employée quand même. Ensuite, s’il y a un esprit qui soit offensé, c’est sur eux qu’il doit exercer sa vengeance.”

20ème année de Xiang gong (553 avant notre ère)
20.7 若不能,猶有鬼神,吾有餒而已,不來食矣。
Durrant et al: “If you cannot, then I will not come to imbibe your offerings even if there are ghosts and spirits and I am one of them: I would rather suffer hunger.”
Couvreur: “Sinon, mon âme subsistera encore après ma mort. Elle souffrira de la faim, et voilà tout. Elle ne viendra pas se rassasier des mets que vous lui présenterez. (Elle ne les agréera pas).”

27ème année de Zhao gong (515 avant notre ère)
27.5 天既禍之,而自福也,不亦難乎!猶有鬼神,此必敗
Durrant et al: “Is it not a problem that they consider themselves blessed when Heaven has already brought trouble down on them? If ghosts and spirits exist, these men are bound to be defeated.”
Couvreur: “Le ciel envoie au prince des malheurs ; n’est-il pas bien difficile que le prince par lui-même se rende heureux ? Quand même il aurait pour lui les esprits, il serait battu.”

Couvreur a la réputation de suivre très fidèlement, voire trop, les commentaires de Zhu Xi dans ses traductions. Néanmoins, dans les trois extraits si dessus, il a clairement innové, et détourné le sens de ces passages, en effaçant le scepticisme du texte original. Pour y parvenir, il propose des traductions très différentes pour chacune de ces occurrences, « s’il y a un esprit (qui soit offensé) », « Sinon, mon âme subsistera encore après ma mort », « Quand même il aurait pour lui les esprits », qui ne sont pas basées sur les commentaires traditionnels — je précise en outre que les commentaires récents de Yang Bojun, ainsi que les traductions contemporaines en chinois du Zuozhuan, s’accordent avec la traduction de Durrant et al. sur ce point.

Il est émouvant d’observer à quel point le missionnaire a pu être embarrassé par cette révélation d’un scepticisme somme toute modéré, et portant sur une religion non-abrahamique, pour qu’il ressente le besoin d’altérer à ce point le sens du texte. Cela soulève aussi la question de savoir si ses convictions religieuses ont pu influencer la traduction d’autres passages.

Références
Couvreur, Séraphin. 1914. La chronique de la principauté de Lòu (721-480) par Confucius
Commentaire sous le nom de Tso K’ieou-ming. Paris: Les Belles Lettres. https://www.chineancienne.fr/king/tch-ouen-ts-iou-et-tso-tchouan-chunqiu-zuozhuan-tome-1-trad-s-couvreur/
Durrant, Stephen, Wai-yee Li & David Schaberg. 2016. Zuo tradition / Zuozhuan, commentary on the “spring and autumn annals”. Seattle: University of Washington Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’embarras de Couvreur," Panchronica, 10/04/2021, https://panchr.hypotheses.org/3382 (ISSN 2494-775X)

Langues rgyalrong et textes confucéens

Dans le Mengzi (1.7), on peut lire le passage suivant (la traduction proposée ici n’a aucune prétention littéraire, et suit le texte de près):

(1)「挾太山以超北海,語人曰:『我不能』,是誠不能也;為長者折枝,語人曰:「我不能」,是不為也,非不能也。
« Concernant le fait de sauter au-dessus de la Mer du Nord en tenant le mont Tai sous le bras, Si l’on dit à des gens « je ne peux pas le faire », c’est qu’on ne peut vraiment pas le faire; si l’on dit la même chose à propos de casser des branches pour les personnes âgées, c’est qu’on ne (veut pas prendre la peine de) le faire, et non qu’on ne peut pas le faire. »

Si le sens de littéral de la phrase 為長者折枝 hjweH ʈjaŋX tɕæX tɕet tɕe « casser des branches pour les personnes âgées » ne pose pas de problème, le sens précis de cette expression n’est pas immédiatement clair et fait l’objet de commentaires divergents. Voici une nouvelle interprétation, basée sur la phrase japhug (2) tirée de ce texte (l’histoire de Padma ‘Od’bar).

(2) a-mu rcanɯ ndʑu tɯ-ldʑa cinɤ a-mɤ-pɯ-tɯ-sɯ-qlɯt-nɯ ra
1SG.POSS-mère FOC baguette un-CL même.pas IRR-NEG-PFV-CAUS-casser falloir:FACT
« Faites en sorte que ma mère n’ait même pas besoin de casser (une branche pour faire) une baguette. »

Cette phrase n’est pas dans l’original tibétain pour autant que j’aie pu le voir, et doit être une expression japhug locale. Comme dans le Mengzi, elle fait référence à la tâche la plus facile à exécuter parmi tous les soins et les services aux personnes âgées que se doit d’observer celui qui respecte la piété filiale.

La similitude entre les deux passages ne suggère pas un héritage commun (puisque les mots employés ne sont pas cognats), mais rend vraisemblable l’idée que « casser des branches » dans le passage du Mengzi doive avoir la même interprétation que dans la phrase (2).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Langues rgyalrong et textes confucéens," Panchronica, 17/05/2017, https://panchr.hypotheses.org/1767 (ISSN 2494-775X)