Archives par mot-clé : syntaxe

Le français vulgaire est-il inférieur au français policé?

Il est relativement aisé de remarquer l’absence de certaines conjugaisons et de certaines constructions grammaticales du français écrit en français parlé contemporain, comme celle de l’imparfait du subjonctif ou même du passé simple. L’obsolescence de ces formes grammaticales donne facilement l’impression que le français parlé, surtout dans ses formes les plus innovantes, serait plus simple, voire intrinsèquement inférieur au français écrit et normatif. Est-ce objectivement le cas?

Définir la complexité d’une langue est un sujet intéressant, mais un blog n’est pas un médium adéquat pour traiter d’une telle question. Dans ce billet, je me contenterai de montrer que le français parlé vulgaire présente au moins dans la formation des propositions relatives une plus grande richesse syntaxique que le français écrit. Cette idée m’est venue en donnant un cours de morphosyntaxe la semaine dernière, et n’est pas fondée sur une étude de corpus (je laisse à d’autres le soin d’en tirer une étude approfondie rigoureuse).

Dans un article assez fondamental, Keenan et Comrie ont suggéré une généralisation appelée la hiérarchie d’accessibilité à la relativisation, selon laquelle les arguments et adjoints qui peuvent être relativisés (en terme de grammaire scolaire du français, les antécédents — il y a plusieurs raisons pour lesquelles ce terme n’est pas approprié dans une perspective de linguistique générale) dans une langue particulière ne sont pas distribués de façon aléatoire, mais obéissent à une hiérarchie (ici un peu modifiée):

Sujet > objet direct > objet indirect > oblique > possesseur > standard de la comparaison

Si des travaux ultérieurs ont pu affiner cette hiérarchie et modifier certains détails, l’observation générale de Keenan et Comrie semble assez robuste.

Certaines langues, comme l’anglais, permettent de relativiser tous les arguments et adjoints inclus dans la hiérarchie. Le français écrit, comme le japhug (voir cet article qui paraîtra dans le prochain numéro du Journal of Chinese Linguistics), permet de relativiser tous les éléments de la hiérarchie, à l’exception du standard de la comparaison. De quoi s’agit-il?

Dans une phrase comparative telle que:

(1) Pierre est plus intelligent que Marie

Pierre est le comparé, et Marie le standard. On peut relativiser le comparé:

(2) Celui qui est plus intelligent que Marie.

En revanche c’est impossible pour le standard — essayez par vous-même de dire en français standard l’équivalent de the person than whom I am smarter (ce n’est pas très courant en anglais, mais apparemment c’est possible).

Certaines formes de français parlé généralisent que à la place de presque tous les pronoms relatifs, comme par exemple dont utilisé dans la relativisation des syntagmes prépositionnels en de dans (3).

(3) Le truc que j’ai besoin

à la place de:

(4) La chose dont j’ai besoin

Le relatives en que dans cet état de langue fonctionnent en fait d’une façon très différente des relatives du français standard. Entre autres propriétés, elles permettent de relativiser le standard de la comparaison, dans des exemples tels que:

(5) Le type que je suis plus intelligent que lui.

Je suis à peu près certain qu’une phrase telle que (5) est possible, même si je n’ai pas réussi à en trouver sur Google, du fait de la censure (et l’auto-censure) de la langue parlée et naturelle qui sévit dans les pays francophones (les lecteurs de ce blogs sont invités à indiquer des exemples s’ils en trouvent ou en connaissent — des liens vers des vidéo d’interviews par exemple).

Les relatives en que du français parlé autorisent donc, dans des exemples tels que (5), une plus grande souplesse syntaxique que les relatives normales, et cette possibilité mériterait de pouvoir entrer dans la langue standard afin de l’enrichir, et lui faire rejoindre le cercle très restreint des langues omnirelativisantes.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le français vulgaire est-il inférieur au français policé?," Panchronica, 20/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/659 (ISSN 2494-775X)

Une contrefactuelle en japhug

Il est difficile de décrire une langue sur la base exclusive de données “naturelles”, c’est à dire en utilisant seulement des phrases tirées de conversations ou d’histoires traditionnelles et en évitant les phrases élicitées. En effet, certaines structures grammaticales peuvent tout simplement ne pas être attestées (pour une raison fortuite) dans le corpus.

C’est ainsi que je n’avais pas trouvé d’exemple satisfaisant de contrefactuelles dans mon corpus de japhug (qui pourtant dépasse les 60 heures) lorsque j’ai écrit mon dernier article (Jacques 2014) sur les subordonnées temporelles et conditionnelles. J’avais dû recourir à des exemples élicités pour décrire ces constructions.

Or, la semaine dernière, j’ai appelé au téléphone Tshendzin un peu plus tard que d’habitude pour lui poser des questions, et elle me dit:

ʑatsa a-jɤ-tɯ-lɤt tɕe pɯ-pe
tôt IRR-PFV-2-jeter LNK PST.IPFV-être.bien
“C’eût été mieux si tu (m’)avais appelé plus tôt”

car elle n’avait plus le temps de me parler à ce moment-là (alors qu’elle l’aurait eu une heure plus tôt). J’ai bien fait de l’appeler trop tard, c’était inespéré!

Cet exemple correspond à ce que j’avais pu constater avec les phrases élicitées, notamment l’usage du passé imperfectif dans cette construction. C’est donc une confirmation rassurante des travaux précédents, et une petite pierre de plus dans l’édifice de la grammaire du japhug.

Références
Jacques, Guillaume. 2014. Clause linking in Japhug. Linguistics of the Tibeto-Burman Area 37:2:264–328.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une contrefactuelle en japhug," Panchronica, 17/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/362 (ISSN 2494-775X)