Archives par mot-clé : superlatif

linguistique et langues classiques

Autrefois langues reines de la linguistique comparée et modèles pour la description des grammaires des langues de tous les continents, le latin et le grec depuis une décennie connaissent un déclin accablant dans les universités françaises, comme le rappelle cet article, et le cas particulièrement regrettable de cet étudiant, dernier doctorant de lettres classiques de son université avant la fermeture complète de son département.

Malgré le degré élevé des connaissances sur la grammaire et la diachronie du latin et du grec, ces langues ont encore à contribuer à la fois à la linguistique typologique et à la grammaire comparée, et méritent d’être davantage étudiées qu’elle ne le sont par les linguistes non-indo-européanistes.

En syntaxe, le latin et le grec sont en fait très éloignées du “standard average European” — les caractéristiques typologiques courantes dans les langues d’Europe actuelles, et présentent de multiples phénomènes rares parmi les langues du monde, voire unique.

A titre d’exemple, observons par exemple un cas de l’emploi des superlatifs en grec ancien. La relation sémantique entre l’adjectif superlatif ἀκρότατος “le plus haut” dans l’exemple (1) et le nom τύμβος “tertre, tumulus” (datif τύμβῳ) dont il est l’épithète est surprenante; l’adjectif qualifie non pas l’entité désignée par ce nom, mais une de ses parties: ἀκρότατος τύμβος doit se comprendre non pas comme “le plus haut tertre”, mais comme “la partie la plus haute du tertre”.

(1) πήξαμεν ἀκροτάτῳ τύμβῳ ἐυῆρες ἐρετμόν
‘Nous plaçâmes au sommet du tertre sa rame bien polie.’ (Odyssée 12.15)

Si les travaux en linguistique typologique sur les constructions comparatives et superlatives dans les langues du monde en manquent pas, (voir par exemple le Volume 16, Issue 1 (2018) de Linguistic Discovery édité par Yvonne Treis et Kasia Wojtylak), il ne me semble pas avoir trouvé dans mes lectures d’emplois d’adjectifs superlatifs comparables à celui exemplifié par (1) en dehors du grec ancien et du latin. Il s’agit donc potentiellement d’un fait syntaxique très rare (malgré sa banalité aux yeux des hellénistes), qui pourrait davantage mériter d’être pris en considération par les typologues travaillant sur ces questions.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "linguistique et langues classiques," Panchronica, 18/06/2019, https://panchr.hypotheses.org/2968 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) II

Le travail linguistique à Mbarkham est peu éprouvant physiquement, et l’on peut y bénéficier du même confort moderne que dans une grande ville, au point qu’on hésite un peu à parler de “terrain”, en comparaison notamment avec le Népal. Mis à part des problèmes d’indigestion, et un morceau de dent que j’ai perdu en 2014 (en mangeant une “pizza” qui contenait un clou — Gong Xun a été témoin de l’incident), je n’ai jamais vraiment souffert lors de mes séjours ici et n’ai pas d’histoire pittoresque à raconter contrairement à certains de mes collègues.

Néanmoins, le terrain réserve des petites surprises auxquelles il faut être préparé. Mon enregistreur (un Tascam DR-100) refuse aujourd’hui sans crier gare de se connecter à l’ordinateur par le câble à prise USB (je passe sur les détails). C’est la première fois qu’un tel accident m’arrive, mais Alexis Michaud que j’ai contacté, m’a appris que ce problème survient parfois avec les enregistreurs. Il est heureusement possible de contourner cet ennui en utilisant un lecteur de carte mémoire. Dans une ville comme Mbarkham où les magasins de portables poussent comme des champignons dans la rue principale, on aurait pu s’attendre à ce que des lecteurs de carte soient faciles à trouver, mais j’ai dû passer par une dizaine de magasins avant d’en trouver un. Moralité: ayez toujours un lecteur de carte mémoire avec vous quand vous partez sur le terrain, en plus de votre enregistreur.

Parmi les découvertes intéressantes d’aujourd’hui…

Une des façons d’exprimer le superlatif en japhug est d’utiliser une construction où le verbe principal est combiné avec un verbe existentiel négatif tel que me ou maŋe, comme dans l’exemple suivant, tiré d’une histoire:

(1) aʑo nɯ kɯ-fse tu-sɯz-a me
1SG DEM NMLZ:S/A-être.ainsi IPFV-savoir ne.pas.exister
‘Il n’y a rien que je connaisse mieux que ceci.’

Le verbe sɯz ‘savoir’ sélectionne normalement la direction ‘vers le bas’, et son imperfectif régulier est donc pjɯ-sɯz-a. Si l’on utilise cette forme, la portée de la négation change, et le sens de la phrase avec:

(2) aʑo nɯ kɯ-fse pjɯ-sɯz-a me
1SG DEM NMLZ:S/A-être.ainsi IPFV-savoir ne.pas.exister
‘Je ne connais rien de tel.’

étonnant, non ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) II," Panchronica, 02/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1377 (ISSN 2494-775X)