Archives par mot-clé : sanskrit

Rgveda 1.29

Comme exemple de ce à quoi pourrait ressembler une édition multimédia du Rgveda (qui pourrait presque trouver sa place dans l’archive pangloss), j’ai choisi un poème parmi les plus court et les plus répétitifs et ai découpé pour chaque vers un extrait sonore tiré des fichiers présenté ici. La traduction est mienne, mais a été revue avec Jamison et Elizarenkova.


1.029.01a yác cid dhí satya somapā
1.029.01b anāśastā́ iva smási

1.029.01c ā́ tū́ na indra śaṃsaya
1.029.01d góṣv áśveṣu śubhríṣu
1.029.01e sahásreṣu tuvīmagha

sandhi:
yác cid dhí > yad/cid/hi
anāśastā́ > anāśastā́s
na > nas
góṣv > góṣu

vocabulaire:
yad: si/quand (neutre sg de ya-)
cid: indéfini
hi: particule
satya- (adj): « véritable » (satya: voc.m.sg)
soma-pā-: « buveur de soma »
iva: comme
anāśasta- : an- (négation), participe passé (en -ta-) de ā+|śaṃs| « espérer » (āśaṃsā- « espoir », āśaṃsu- « espérant ») « sans espoir » (nom.m.pl)
smasi: /as/ « être » présent 1pl
ā́+śaṃsaya: causatif (classe X) de ā+|śaṃs, « donner de l’espoir »
tū: particule
nas: pronom clitique, 1pl.dat
indra: vocatif
go- f. « vache » (góṣu loc.pl)
áśva- m. cheval (áśveṣu loc.pl)
śubhrí- (adj): magnifique (śubhríṣu loc.pl)
sahásra-: millier (sahásreṣu loc.pl)
tuvīmagha- (adj) très généreux

« Chaque fois que nous sommes désespérés, ô véritable buveur de soma, donne-nous de l’espoir, (consistant) en milliers de magnifiques bœufs et chevaux, ô très généreux Indra. »


1.029.02a śíprin vājānãm pate
1.029.02b śácīvas táva daṃsánā
1.029.01c ā́ tū́…

śíprin- (adj): joufflu, (vocatif.ms.sg, pourvu de śiprā- f. « joue »)
vāja- m: prix, butin (gen.pl)
pati- m: maître (voc.sg)
śácīvas: puissant (voc.sg)
tava: 2sg.gen
daṃsánā-f: « wunderbare That, Kraft der Götter » (Grassmann), instr.fem.sg (en sanskrit classique on aurait daṃsanayā)

« Joufflu, puissant maître des butins, par ta puissance extraordinaire, donne-nous… »


1.029.03a ní ṣvāpayā mithūdŕ̥śā
1.029.03b sastā́m ábudhyamāne
1.029.03c ā́ tū́…
sandhi: ṣvāpayā > svāpaya

ní ṣvāpaya-: imp.2sg du causatif de ni+|svap| « dormir »
mithūdŕ̥ś- : « visible |dṛś| par intermittence »
sastā́m: imp.2du de |sas| « dormir »
á-budhyamāne : « non éveillées » (duel » a- négatif+ participe passé médio-passif nom.fem.du de |budh| « être réveillé »

« Fait dormir les deux qui sont visibles par intermittence.
Qu’elles dorment, non éveillées; donne-nous… »
(les entités en question ne sont pas clairement identifiées, peut-être les deux hapax kuṇḍr̥ṇā́cī- et kr̥kadāśū- mentionnées plus bas).


1.029.04a sasántu tyā́ árātayo
1.029.04b bódhantu śūra rātáyaḥ
1.029.04c ā́ tū́…
sandhi:
tyā́ > tyā́s
árātayo > árātayas

sasántu: 3pl.imp de |sas| « dormir »
tyā́s: démonstratif (nom.pl)
rāti-: généreux (dérivé de |rā| « donner ») (nom.pl)
árāti- : non-généreux, avare (de |rā| « donner ») ou « ennemi » (nom.pl)
bódhantu : 3pl.imp de |budh| « se réveiller »
rāti-: généreux/don (dérivé de |rā| « donner ») ou peut-être « calme » (*rmH-tí- de |ram|, ramṇāti)
śūra- m: « héro » (voc.m.sg)

« Que dorment les avares, et que se réveillent les généreux, ô héro, donne-nous… »
(peut-être un double sens avec généreux/don/calme et avare/ennemi/ »non-calme »))


1.029.05a sám indra gardabhám mr̥ṇa
1.029.05b nuvántam pāpáyāmuyā́
1.029.05c ā́ tū́…
sandhi: pāpáyāmuyā́> pāpáyā amuyā́

sam+mr̥ṇa: imp.sg de sam+|mr̥ṇ| « écraser »
gardabha-: âne
nuvántam : participe présent acc.m.sg de |nu| « émettre un son »
pāpā- f. : mal (instr.sg)
amuyā́ : démonstratif (instr.sg.fem de asau)

« Ecrase, ô Indra, l’âne qui braie d’une façon aussi détestable; donne-nous… »


1.029.06a pátāti kuṇḍr̥ṇā́ciyā
1.029.06b dūráṃ vā́to vánād ádhi
1.029.06c ā́ tū́…
sandhi: vā́to > vā́tas

pátāti : subjonctif 3sg de |pat| « voler »
kuṇḍr̥ṇā́cī : « ein in Kreisen sich bewegender Raubvogel » (Grassmann, hapax, instr.sg)
dūráṃ : de loin (adjectif converti en adverbe)
vā́ta- m. : vent (nom.sg)
vána- n.: forêt (instr.sg)
adhi: postposition « dessus » (ici avec l’ablatif)

« Que le vent s’envole loin de la forêt avec l’oiseau de proie; donne-nous… »


1.029.07a sárvam parikrośáṃ jahi
1.029.07b jambháyā kr̥kadāśúvam
1.029.07c ā́ tū́…
sandhi: jambháyā > jambháya

sárva- : tout (acc.sg)
parikrośá- : « démon hurleur » pari-+|kruś| « hurler » (acc.sg)
jahi: imp.2sg de |han| « tuer »
jambháya: imp.2sg de |jambh| « mordre, écraser »
kr̥kadāśū- : (hapax,acc.sg)

« Tue chaque hurleur, écrase la ???, donne-nous… »

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Rgveda 1.29," Panchronica, 27/05/2017, https://panchr.hypotheses.org/1790 (ISSN 2494-775X)

Le védique : une philologie à tradition orale

Le védique est l’une des seules langues anciennes à disposer d’une tradition ininterrompue de récitation orale (l’arabe coranique est peut-être un autre exemple, encore que les traditions de récitation actuelles ne doivent pas être indépendantes de la version écrite), ce qui offre un attrait supplémentaire indéniable à cette langue: je n’ai personnellement jamais pu étudier le grec de façon satisfaisante à cause de la prononciation francisée absurde qui est enseignée (dans laquelle ἀλλὰ γὰρ ἐλπὶς ἔφη κακά devient une blague scatologique niveau maternelle).

La récitation du rigvéda complet est par ailleurs disponible intégralement sur ce site et d’autres, en une cinquantaine de fichiers mp3 (voici par exemple ici ou le texte complet; plusieurs traductions sont disponibles, dont celle-ci en français, qui n’est toutefois pas très recommandée; les meilleures sont celles de Geldner, Renou, Yelizarenkova et Jamison, qui sont toutes trouvables d’une façon ou d’une autre sur internet).

Le premier fichier commence par une invocation à Ganapati (Ganesha), dont on peut trouver une analyse dans le magnum opus de Watkins p. 242.

Le premier hymne du RV « agním īḷe puróhitaṃ » (dont ce site donne une analyse détaillée) commence à 1:45. Le début du second fichier est bizarrement au milieu de l’hymne 1.23 (ligne 16).

Notons que la prononciation recèle des subtilités phonologiques qui indiquent clairement que cette récitation n’est pas basée sur le système phonologique des langues indo-aryennes modernes; ainsi, le sandhi entre puróhitaṃ et yajñásya, où l’on entend clairement un [j̃] nasalisé, alors que ce détail n’apparaît pas dans la transcription du texte samhita. Les règles de prononciation de l’accent védique sont peu intuitives au début, mais sont bien connues (voir cet article).

Je présenterai dans un billet suivant un hymne védique ligne par ligne, accompagné du son.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le védique : une philologie à tradition orale," Panchronica, 27/05/2017, https://panchr.hypotheses.org/1783 (ISSN 2494-775X)

Le nom du « foie » en indo-iranien et l’analogie proportionnelle

Le nom du « foie » en indo-européen fait partie des noms neutres hétéroclitiques, avec une alternance entre r au nominatif/accusatif et n aux cas obliques (voir cet article de Schindler à propos de cette classe de noms). En sanskrit, on a par exemple nom/acc yak-ṛt, abl/gen yak-nas, instr yak-nā, un paradigme alternant qui n’est partagé qu’avec le nom śak-ṛt « excrément, bouse de vache » (notons que la présence du -t au nom/acc est encore mal expliquée, voir la thèse d’Aurelijus Vijūnas pour une discussion de ce sujet).

Or, on trouve dans certaines langues iraniennes des formes remontant à *yakṛna-, combinant les deux thèmes, proto-forme qui sous-tend le khotanais gyagarrä (voir Mayrhofer, EWA, tome II:391). Cette forme a été proposée comme exemple d’analogie non-proportionnelle dans une discussion sur académia. Je pense néanmoins qu’il est possible d’en rendre compte par une analogie proportionnelle stricte.

Le paradigme de ce nom en iranien a dû être:

Nom/acc *yak-ṛ (sans le -t, dont on ne trouve de traces qu’en sanskrit; l’avestique jeune a yākarə)
Gen/Abl *yak-nah

Or, les thèmes en -n neutres on le paradigme suivant en sanskrit (en prenant nāma < *h3nomṇ "nom")
Nom/acc nām-a (le a venant du n syllabique)
Gen/Abl nām-nas

En iranien, le paradigme devait être à peu de choses identique:
Nom/acc *nāma
Gen/Abl *nāmnah

Or, dans un état de langue précédant le khotanais attesté, où les voyelles finales avaient déjà chuté, le paradigme des noms neutres en -n serait:
Nom/acc *nām
Gen/Abl *nāmnah (avec préservation du -a du fait du -h)

A ce stade, les cas obliques des thèmes en -n serait formés synchroniquement par le simple ajout de désinences combinant un élément -n- avec les suffixes des thèmes consonantiques (Instr -nā, Gen/abl -nah etc). Si à ce stade le paradigme de "foie" est réanalysé comme étant un thème en -n neutre (n’oublions pas ici que « foie », comme tous les hétéroclitiques, est neutre), et le *ṛ comme une partie du radical, il devient possible d'appliquer l'analogie proportionnelle:

*nām ==== *yakṛ
*nām-nah ==== X
X=*yakṛ-nah

ce qui donne le prototype du nom khotanais, sans avoir à supposer de changement analogique exotique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le nom du « foie » en indo-iranien et l’analogie proportionnelle," Panchronica, 08/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1710 (ISSN 2494-775X)

========================
Correctif (12 avril 2017)

Comme l’indique ce livre, p 341, les thèmes en -n neutres du khotanais n’avaient pas perdu le -a final (venant de *-ṇ) en khotanais ancien; c’est une caractéristique du khotanais tardif, et donc l’explication proposée ci-dessus est problématique.

Les réduplications qui n’en sont plus

Les réduplications, lorsqu’elles subissent des changements phonétiques même relativement modérés, peuvent parfois devenir méconnaissables, et synchroniquement immotivées.

Un cas bien connu est celui de la forme d’aoriste/injonctif qui donne le grec εἶπον eipon ‘je dis’ (qui fonctionne comme l’aoriste de φημί phêmi et de λέγω legô « dire ») et le sanskrit vocam (aoriste avec augment avocam). Ces deux formes verbales n’ont aucune réduplication apparente ni en grec ni en sanskrit, mais tous les spécialistes s’accordent pour reconstruire ici un aoriste à réduplication *we-wkʷ-om (ce sujet est discuté dans ce billet). Notons que la 1sg vocam en sanskrit est refaite (on attendrait †vokam) dû à la généralisation de l’alternant palatalisé.

En grec notons que le *w se dissimile en -i- entre deux labiovélaires, une loi qui saigne la règle de boukolos, et qui s’observe dans un autre aoriste rédupliqué moins souvent cité (merci à Romain Garnier pour me l’avoir appris), le participe aoriste εἴβων eíbōn « versant » < *we-wgw-ónt- (de la racine *wegw- qui donne le grec ὑγρός hugrós « humide » < *ugw-ró-).

Le germanique contient aussi un certain nombre de formes rédupliquées fossiles (l'anglais wheel, par exemple).

Des réduplications fossiles sont aussi identifiées dans certaines familles dont la phonologie historique est bien comprise; ainsi, en sémitique on peut citer l’hébreu כוכב kôxāβ < *kabkab "étoile" par exemple.

En sino-tibétain/trans-himalayen, le parent pauvre de la méthode comparative, ce type de phénomène est plus difficile à détecter. Je ne connais pas d'exemple de ce type clairement identifié en chinois, en tibétain ou en rgyalronguique. J'ai proposé dans mon étude du tangoute (Jacques 2014:197) que la voix tendue (marquée par un point souscrit dans la reconstruction) du numéral "trois" sọ¹ (qui peut remonter mécaniquement à quelque chose comme *sə-sum) soit un cas de réduplication fossile; cette proposition, dont j'avoue le caractère hypothétique, n'a pour le moment pas fait l'objet d'une discussion détaillée (voir cependant ce billet de Marc Miyake).

Connaissez-vous d’autres exemples de réduplications fossilisées dans d’autres familles?

======================
Jacques, Guillaume 2014. Esquisse de phonologie et de morphologie historique du tangoute. Global Oriental. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les réduplications qui n’en sont plus," Panchronica, 27/10/2016, https://panchr.hypotheses.org/1506 (ISSN 2494-775X)

Brahma le vénérable

Dans un article paru il y a quelques années, Michel Ferlus propose une nouvelle interprétation du nom de personne 范師蔓 (en mandarin fànshīmàn, chinois moyen bjomX ʂij manH); en se basant sur la reconstruction en chinois archaïque *bromʔ sri man-s. Selon lui, les premières syllabes correspondent à brāhmaṇa- ब्रह्मण: ‘brahmane’ d’une part et à śrī- श्री qu’il traduit par ‘éminent’, le sens qu’il a lorsqu’il est préfixé à un nom personnel, mais qui est aussi un nom féminin que le Monnier-Williams traduit comme « light, lustre, radiance, splendour, glory, beauty, grace, loveliness ». Il interprète la dernière syllabe comme un nom local non-intelligible en sanskrit.

Cette comparaison, qui comme on va le voir n’est pas fausse mais incomplète, a une certaine importance pour la phonologie historique du chinois puisqu’il s’agit d’une des très rares attestations directes potentielle du -r- médian du chinois transcrivant un -r- deuxième élément de groupe de consonne dans un nom étranger. Même dans les plus anciens textes bouddhiques de l’époque Han, les groupes Cr- sont transcrits par deux caractères.

Je propose une interprétation légèrement différente. La première syllabe pourrait être simplement le nom Brahman- ब्रह्मा, au nominatif brahmā, sous une forme thématisée brahma- (on trouve en sanskrit tardif, notamment dans les textes bouddhiques, d’anciens noms à thèmes en consonnes déclinés comme des noms thématiques). Pour le reste, je pense que l’idée de M. Ferlus n’est pas nécessaire; une solution plus simple est de considérer qu’il s’agirait de l’adjectif possessif śrīmat- ‘beautiful, charming, lovely, pleasant, splendid, glorious MBh. Ka1v. &c. ; possessed of fortune, fortunate, auspicious, wealthy, prosperous, eminent, illustrious, venerable’, dont le nominatif masculin singulier est śrīmān श्रीमान् — un mot extrêmement courant au point que citer des exemples de textes serait superflu. Ce mot sanskrit a été entre autres emprunté en népali dans le sens de ‘mari’ (prononcé [siriman]).

Cette solution a trois avantages:

(1) Si śrī était ici le préfixe signifiant ‘éminent’, il devrait se trouver en première place.
(2) Il explique de façon satisfaisante de vocalisme /a/ (=skt ā) de la dernière syllabe, par opposition au /o/ (=skt a) de la première.
(3) Il ne demande pas de faire appel à un nom local inconnu invérifiable.

Elle n’explique pas le qusheng dans le dernier caractère, mais il pourrait s’agir d’un indice que *-s n’est pas la seule origine du qusheng. Encore que… en sandhi précédant un c- ou un t-, le nominatif śrīmān devient śrīmāṃś श्रीमांश्च ou śrīmāṃs श्रीमांस् respectivement — il est toutefois improbable que ces formes de sandhi aient servi de base à la transcription.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Brahma le vénérable," Panchronica, 28/05/2016, https://panchr.hypotheses.org/1309 (ISSN 2494-775X)

Indo-européen et linguistique historique

La linguistique indo-européenne a une place à part parmi les sous-domaines de la linguistique historique. Cette discipline, née de la combinaison de la grammaire paninéenne et de la philologie classique du latin et du grec, a une avancée considérable sur les études portant sur les autres familles de langues, et un degré de sophistication inégalé.

Cette avancée est due à une combinaison de plusieurs facteurs. Tout d’abord, à l’exception de la famille afro-asiatique, l’indo-européen est la seule famille pour laquelle on dispose d’autant de données anciennes remontant pour certaines à l’âge du bronze. Ensuite, le nombre d’indo-européanistes est bien supérieur à l’ensemble des spécialistes de linguistique historique de toutes les autres familles de langue combinés — c’est dû en grande partie au fait que les linguistes dans les départements d’études gréco-latines (qui malheureusement sont en train de dépérir dans tous les pays, sauf la Chine) étaient tous traditionnellement des indo-européanistes. Enfin, la méthode comparative néogrammairienne a été développée tout d’abord en indo-européen, avant d’avoir été appliquée à d’autres familles.

Il existe bien sûr des traditions remarquables de linguistique comparée en dehors de l’indo-européen, en particulier pour le sémitique, l’ouralique, l’algonquien, l’austronésien et le bantou, mais (mis à part peut-être le cas de l’austronésien) le nombre de chercheurs dans ces spécialités est trop restreint pour permettre des études d’un niveau de détail comparable. Par exemple, alors que des dictionnaires étymologiques existent pour les plus obscures des langues indo-européennes, pas une seule langue algonquienne n’a de dictionnaire étymologique (en sino-tibétain de même: même le tibétain n’en a pas).

Pour les spécialistes d’autres familles de langues, même de langues sans contact historique avec des langues indo-européennes, une connaissance de l’indo-européen est d’une grande utilité, voire indispensable si l’on s’intéresse à la morphologie historique. En effet, on ne peut pas étudier la linguistique historique en lisant passivement des manuels, on ne peut l’apprendre qu’en s’exerçant sur des données réelles. Pour les étudiants qui se destinent à une spécialisation en linguistique historique, voici mes suggestions:

(1) Etudier les bases du sanskrit (je conseille en particulier les Textes épiques sanskrits de Romain Garnier). Si l’on ne doit apprendre qu’une langue indo-européenne ancienne, c’est celle-là, sans discussion.
(2) Prendre un manuel d’indo-européen (comme celui de Fortson ou de Schmidt-Brandt; malheureusement il n’y a pas l’équivalent en français) et regarder les listes de cognats et les paradigmes comparés un par un mais cacher les reconstructions, et essayer de parvenir à des reconstructions soi-même.
(3) Prendre les paradigmes reconstruits et essayer d’appliquer mécaniquement les lois phonétiques: cet exercice simple permet de se rendre compte qu’absolument aucun paradigme dans aucune langue, même celui de οἶδα ‘je sais’ (sans doute le plus archaïque et le plus bizarre de tous les paradigmes indo-européen), n’est parvenu jusqu’à nous sans changement analogique. Essayer par soi-même de déterminer quels changements analogiques ont eu lieu, puis lire la « solution » dans les manuels.

Le but de cet exercice n’est pas de devenir indo-européaniste, mais de bien comprendre l’interaction entre changements phonétiques et analogie, et de mémoriser des exemples qui pourront ensuite servir de parallèle à l’analyse des données d’autres familles de langues. En outre, il est crucial à mon avis, plus que d’apprendre une solution particulière (qui peut être fausse), de se faire une opinion personnelle, même sur la base de données restreintes et pré-sélectionnées. Ainsi, c’est pour moi un non-sens que d’apprendre les reconstructions à laryngales sans avoir au préalable essayé d’analyser les classes de présent du sanskrit.

Le problème des *-r- du chinois archaïque

Tous les systèmes de reconstruction du chinois archaïque actuellement utilisés, y compris celui de Baxter et Sagart, reconstruisent des médianes *-r- en grande quantité, pour des raisons essentiellement internes au chinois. La proportion des syllabes ayant des médianes *-r- est bien supérieure à celle que l’on trouve en tibétain et en rgyalronguique (voir
cet article), et même sans doute à celle de n’importe quelle langue humaine attestée (si l’on compte tout, on dépasse 30% des syllabes de la langue!). A la différence des autres langues sino-tibétaines, on trouve beaucoup de groupes de type dentale+r (en rgyalronguique, ils sont restreints aux mots d’origine idéophoniques, car *tr > tʂ, et en tibétain, on ne trouve que dr-, ou d- est toujours un préfixes).

Le problème toutefois que je trouve le plus gênant est l’absence presque complète de preuves directes de *-r- dans les emprunts au chinois archaïque en viêtique et en kra-dai, langues qui pourtant ont des médianes -r-. (Dans les cognats du chinois en tibétain et en rgyalronguique, les correspondances de la médiane *-r- sont assez peu claires, mais ce problème peut être dû à la morphologie, et je n’entre pas dans le débat ici.)

Je pense que c’est le signe que ce que nous reconstruisons comme *-r- doit résulter de la confusion de nombreux types de groupes de consonnes différents. Notons d’emblée que dans les langues dont l’histoire est mieux connue, la rétroflexion a de nombreuses origines — notons la loi de ruki par exemple en indo-iranien.

Je ne vais toutefois pas résoudre ce problème d’une immense complexité dans ce petit billet (mais les lecteurs de ce blogs peuvent réagir à ces idées préliminaires).

Dans cet article, Zev Handel a proposé qu’une des origines pour les syllabes reconstruites traditionnellement comme ayant des *-r- avaient en fait des préinitiales *r-, en particulier les dentales; ainsi les occlusives rétroflexes du chinois moyen ʈ, ʈʰ et ɖ (traditionnellement appelées 知徹澄) viendraient de *rt-, *rtʰ, *rd-.

Je pense que cette idée, bien qu’elle n’ait pas fait l’objet d’une discussion ouverte de la part des spécialistes du domaine est assez certainement correcte. Elle ne résout pas le problème du *-r- (car même si on compte en tibétain ou en rgyalronguique les syllabes à attaque de Cr- ET rC-, ont est toujours très très loin du compte pour parvenir à une langue aussi rhotophile que le chinois archaïque traditionnellement reconstruit), mais c’est déjà un premier pas.

A la lecture de l’article de Zev, Michel Ferlus avait fait part d’un doute concernant la vraisemblance phonétique d’un changement tel que *rt > ʈ, et avait proposé qu’une métathèse avait dû avoir lieu.
Je pense toutefois que c’est une hypothèse inutile. Nous avons un parallèle typologique extrêmement bien attesté pour un changement direct de type *rt > ʈ, le sanskrit et les prakrits.

En sanskrit, selon la loi de Fortunatov, le groupe *-lt- de l’indo-européen devient ट (ʈ); dans les prakrits, on a ensuite une correspondance généralisée de *rT vers les rétroflexes, comme vartate > vaṭṭai avec un gémination (voir l’article de Burrow; je peux envoyer un PDF aux lecteurs intéressés). Le passage de *rt à -ʈʈ- en moyen-indien n’a pas pu passer par une étape *tr, car tr > t sans rétroflexion.

Il me semble donc qu’il n’y a pas d’obstacle à accepter l’hypothèse de Zev Handel; toutefois, ce n’est qu’un premier pas pour tenter de rassembler des hypothèses additionnelles pour expliquer le surplus de *-r- dans la reconstruction actuelle (quelles sont, mis à part *r, les segments rhotogènes dans les langues du monde?).

Références
Handel, Zev. 2002. Rethinking the medials of Old Chinese : where are the r’s ? Cahiers de linguistique – Asie orientale 31(1): 3-32. https://www.academia.edu/11754167/On_the_cluster_sr_in_Sino-Tibetan

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le problème des *-r- du chinois archaïque," Panchronica, 16/11/2015, https://panchr.hypotheses.org/518 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts sanskrit en japhug

Même si les langues gyalrong ne sont pas en contact direct avec les langues indo-aryennes, on trouve néanmoins quelques emprunts au sanskrit, tous passés par l’intermédiaire du tibétain.

Le seul « vrai » emprunt au sanskrit en japhug est le nom tɯ-kɤpɤla « sommet de la tête » du sanskrit kapāla- कपाल: ‘bol’ > ‘sommet du crâne’ (NB: le préfixe tɯ- en japhug est celui de possesseur indéfini, car c’est un nom inaliénablement possédé, comme tous ceux de partie du corps). Comme ce mot n’est pas vraiment utilisé en tibétain, on peut s’interroger sur la façon dont il a pu se retrouver en japhug. Il ne peut toutefois pas s’agir d’un mot local, même si la syllabe kɤ- peut ressembler à l’état construit du nom tɯ-ku « tête »; il n’y a pas de formes en japhug qui pourraient correspondre à la partie « -pɤla » de ce mot.

On a sinon des emprunts à des mots indo-aryens, mais pas forcément sanskrit, comme sɯŋgi ‘lion’ du tibétain seŋ.ge, un Wanderwort qui se retrouve en sanskrit siṃha- « lion ».

Enfin, on trouve parmi les emprunts au tibétain quelques mots calqués sur le sanskrit, comme tɯ-rnamɕɤz « âme » < rnam.ɕes = rnam.par.ɕes.pa, calque du sanskrit vijñāna– (voir cette page pour plus d’information sur le sens de ce concept en philosophie bouddhique). En tibétain, le préfixe du sanskrit vi– (qui correspond du point de vue du sens au grec dia– « de part et d’autre, d’un côté à l’autre ») est calqué par rnam.par-, qui est abrégé habituellement en rnam-, et la racine verbale jñā- « savoir » par le verbe ɕes « savoir ».

L’étude des contacts de langue ne doit donc pas se réduire aux langues en contact direct, mais inclure également les influences lexicales indirectes, transmises par une langue intermédiaire.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts sanskrit en japhug," Panchronica, 09/08/2015, https://panchr.hypotheses.org/416 (ISSN 2494-775X)

*āat̰ mraot̰ zaraθuštrō

Le titre de ce billet *āat̰ mraot̰ zaraθuštrō est un essai de retraduction en avestique jeune du fameux « Also sprach Zarathustra. » Il est amusant de noter que cette phrase n’existe pas dans l’Avesta (c’est pourquoi je la marque d’une astérisque), où l’on trouve en revanche de nombreuses attestations de āat̰ mraot̰ ahurō mazdā̊ (ainsi dit Ahura Mazda). Le verbe mraot̰ est une forme de troisième singulier de « l’injonctif » (correspondant plus ou moins au sanskrit abravīt « il dit » sans l’augment).

Le nom zaraθuštra- (au nominatif zaraθuštrō) est intéressant. C’est un composé possessif (que l’on appelle, en indo-européen bahuvrīhi selon la terminologie du sanskrit) composé de zarat- « vieux » (= sankrit jarat- < *ǵerṇt- un participe dérivé de la racine jṝ « vieillir ») et de uštra- « chameau » (= sanskrit uṣṭra-), autrement dit, « celui qui a de vieux chameaux » (un nom qui, il faut bien le dire, présume mal de la postérité du personnage).

On attendrait toutefois plutôt quelque chose comme *zaraδuštra- avec le voisement du t par sandhi en composé puis spirantisation intervocalique, plutôt que θ, qui est mal expliqué. Lubotsky (2001), dans son étude sur les mots non-indo-européens communs à l’iranien et à l’indo-aryen, discute du nom du chameau uštra-, pour lequel il reconstruit donc une laryngale *Huštra-, qui au contact du *t- final de l’élément précédent, doit donner un th en sanskrit et un θ en avestique (comme dans la désinence de 2pl du présent -tha en sanskrit, -θa/-θā en avestique, venant de *-th2e, ou raθa– « char » = sanskrit ratha-). Cette solution phonétiquement possible me semble problématique dans la mesure où elle impliquerait de reconstruire un composé *j́arat-Huštra- en proto-indo-iranien, et de supposer que ce composé aurait évolué lautgesetzlich en avestique sans subir d’analogie. Ce serait à la rigueur acceptable s’il s’agissait d’un épithète courant (notamment pour un personnage mythologique), mais dans ce cas particulier, cette idée me semble trop mécanique.

Une solution alternative (à laquelle ont sans doute pensé des indo-iranistes, mais je n’ai pas les documents sous la main pour le vérifier) serait de prendre en compte la loi phonétique t > θ devant consonne (Martinez et de Vaan 2014:31), comme dans θraiias- = sanskrit trayas « trois ». En tant que premier élément de composé, zarat- a dû avoir plusieurs allomorphes, dont *zaraθ- lorsque le second membre du composé commençait en consonne. zaraθuštra- résulterait de la surgénéralisation de cet allomorphe à tous les contextes, nivellement peut-être dû à la perte de motivation sémantique de cet élément de composé, comme c’est courant dans les noms de personnes dans les langues indo-européennes.

Références
Lubotsky, A. 2001. The Indo-Iranian Substratum, in: Early Contacts between Uralic and Indo-European: Linguistic and Archaeological Considerations, ed. Chr. Carpelan, A. Parpola, P.Koskikallio (Helsinki, Suomalais- Ugrilainen Seura), pp. 301-317.
Martinez, Javier et Michiel de Vaan. 2014. Introduction to Avestan. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "*āat̰ mraot̰ zaraθuštrō," Panchronica, 28/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/378 (ISSN 2494-775X)

šn- > xšn- en iranien

Les langues iraniennes anciennes présentent un changement phonétique inhabituel, l’insertion d’un x avant les groupes šn- et šw- en début de mot (Martinez et de Vaan 2014:31, §11.16; 71 §22.1), comme dans les exemples suivants:

*ǵneh2- > *j́nā- ‘savoir’ > Av. xšnā-, VP xšnā-, Skt jñā– ‘savoir’
*šwaipa ‘queue’ > Av. xšuuaēpā-, Skt śepa-
*sweḱs ‘six’ > Av. xšuuaaš, Skt ṣaṭ
*(yu)šmākam ‘2PL.GEN’ > Av. yūšmākəm, inaccentué xšmākəm

A noter que l’indoeuropéen *ǵn- donne dans certaines formes žn- plutôt que xšn-, comme dans Av žnātar- ‘connaisseur’, Skt jñātar- (le conditionnement n’est pas expliqué dans Martinez et de Vaan).

Ma première réaction pour expliquer cet ajout d’une fricative surnuméraire serait un changement phonétique du type:

s, ʃ > [ɧ] / #_{m,n,w}

Avec un passage à la fricative doublement articulée [ɧ] du suédois, que les scribes achéménides et les rédacteurs de l’Avesta auraient transcrite faute de mieux comme x + š. Néanmoins, connaissant le penchant des inventeurs de l’alphabet avestique pour les signes surnuméraires destinés à noter à l’infini les allophones de tous les phonèmes de la langue, il n’est pas certain que ce soit l’idée la plus simple. Je suis néanmoins curieux de savoir si des explications pour ce changement ont été proposées. Kümmel (2007:234, note 160) mentionne ce ‘x-Vorschlag’ mais sans explication détaillée de la motivation phonétique de ce changement.

Quelle que soit sa réalité phonétique, on doit noter que les *šn- se confondent avec les *kšn- en xšn- en avestique; ainsi, le LIV (p.373) donne Skt kṣṇaumi ‘(ich) wetze, schärfe’ comme cognat de l’av. xšnəuuīšā ‘mögest anhören’, avec un changement sémantique en iranien ‘(die Sinne) schärfen’ > ‘achtgeben auf’ > ‘zuhören’).

Bibliographie
Kümmel, Martin. 2007. Konsonantenwandel, Bausteine zu einer Typologie des Lautwandels und ihre Konsequenzen für die vergleichende Rekonstruktion. Wiesbaden: Reichert Verlag.
Rix, Helmut et al. 2001 LIV (Lexikon der Indogermanischen Verben). Wiesbaden: Reichert Verlag.
Martinez, Javier et Michiel de Vaan. 2014. Introduction to Avestan. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "šn- > xšn- en iranien," Panchronica, 26/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/370 (ISSN 2494-775X)

Les scissions non-conditionnées (2): *st- en brittonique

Les langues brittoniques offrent des exemples intéressants de scissions non-conditionnées, en particulier le traitement du proto-indo-européen *st et *s à l’initiale de mot (Scrijver 399-430, 377). Si la phonologie et la morphologie de ces langues n’est pas élucidée au même niveau que celle du grec ou du sanskrit, ce sont néanmoins des cas très instructifs pour une étude générale des scissions non-conditionnées.

Le groupe *-st- à l’intervocalique correspond régulièrement à -s- en gallois, en cornique en breton, comme dans les exemples suivants:
pIE *upo-sth2o- > proto-celtique *ufosto- > *wostos > breton gwas (m.) ‘homme’, gallois gwas ‘serviteur’; voir aussi l’irlandais foss ‘serviteur’. Le sens originel était ‘celui qui se tient (debout) sous X’ (Scrijver 1995:407); on trouve un correspondant exact en sanskrit upastha- ‘qui se tient sous’, qui est probablement toutefois une création indépendante à partie de matériaux hérités communs.
pIE *kʷeh2s-to- ‘toux’ > proto-celtique *kwasto- > breton pas (m.) ‘toux’, gallois pas ‘id.’; cf sanskrit kās- f. ‘toux’ (Scrijver 1995:408).

En revanche, en initiale de mots, le proto-IE *st- correspond soit à st- soit à s- en breton et soit à yst- soit à s- en gallois (le gallois rajoute toujours une voyelle prothétique aux groupes initiaux en sC-). Non seulement la correspondance avec le pIE est aléatoire, mais la correspondance entre breton et gallois l’est aussi. Les quatre paires d’exemples ci-dessous illustrent les quatre possibilités:

(1) pIE *st- : breton st- : gallois yst-
breton stern, starn (m) ‘métier à tisser, harnais’, gallois ystarn (f) ‘harness, saddle’ < *starnā- (plusieurs étymologies possibles, en particulier un dérivé de la racine *sterh3- ‘étendre’, Schrijver 1995:418)

(2) pIE *st- : breton st- : gallois s-
pCl *stamnā- > breton staoñ f. ‘palais’, gallois safn f. ‘bouche’ (cf grec stoma- < *stomn-, Schrijver 1995:422)

(3) pIE *st- : breton s- : gallois yst-
breton sankañ ‘enfoncer’, gallois ystanc m. ‘stake’, comparés à la racine *stenk attestée en germanique (vieil anglais stingan ‘prick, stab’, Schrijver 1995:423)

(4) pIE *st- : breton s- : gallois s-
breton sav-, sevel ‘élever’, gallois sefyll, verbes dénominaux provenant d’un thème proto-celtique *stamo- < *sth2-mo- (Schrijver 1995:421)

Aucune de ces correspondances n’est attestée par un nombre d’exemples plus important que les autres, et si l’on rajoute le cornique, la situation devient encore plus confuse. Schrijver (p.428) en conclut:

« Thus, we are faced with a basically random distribution of the two reflexes of PCl. *st-. On the one hand, this deprives us of the means to formulate a sound law. But, on the other hand, the randomness itself may provide a clue to the solution. »

Selon lui, les mots en *st- en proto-brittonique ont développé une alternance entre *st- (le traitement après les mots finissant en consonne) et *s- (après les mots finissant en voyelle). Un des deux allomorphes a ensuite été généralisé à tous les contextes. Un point important en faveur de cette hypothèse est que la quasi-totalité des verbes hérités de formes en *st- ont s- en breton et en gallois, et que l’on a des paires avec un nom en (y)st- et un verbe en s- (voir l’exemple avec sankañ ‘enfoncer’ ci-dessus). Or, les verbes en celtique portaient généralement des proclitiques de forme CV-, si bien que le radical du verbe devait être le plus souvent en contexte postvocalique; la généralisation de l’allomorphe s- serait donc tout à fait déductible d’autres faits indépendamment attestés.

L’hypothèse de Schrijver pour expliquer les différentes scissions non-conditionnées des langues brittoniques est convaincante dans la mesure où ces langues on par ailleurs des traces de l’allomorphie généralisée de toutes les consonnes initiales: les fameuses mutations consonantiques.

La généralisation aléatoire d’allomorphes est-elle une source fréquente de scissions non-conditionnées? Les cas bien documentés sont trop rares pour pouvoir encore répondre à cette question. Avant de postuler un changement du même type dans une autre langue, il me semble important qu’il existe par ailleurs dans le groupe de langue en question des cas d’alternances complexes dans le même contexte.

Références
Schrijver, Peter. 1995. Studies in British Celtic Historical Phonology. Amsterdam: Rodopi.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les scissions non-conditionnées (2): *st- en brittonique," Panchronica, 26/04/2015, https://panchr.hypotheses.org/228 (ISSN 2494-775X)