Archives par mot-clé : rma

Le préfixe de l’aspect continu en Rma

Ceci est un billet invité de Nathaniel Sims.

Comme c’est le cas pour d’autres variétés du Rma, (aussi appelé Qiang) le Yonghe utilise un préfixe pour exprimer l’aspect continu. Ce préfixe indique qu’un état ou une action est en cours et couvre la gamme sémantique des adverbes « encore » et « toujours » en français. Il est également assez similaire au morphème chinois 还 hai « encore ». Le préfixe d’aspect continu Yonghe présente certaines variations phonologiques et sémantiques. Cette section abordera d’abord les alternances phonologiques, puis les nuances sémantiques. Enfin, nous discuterons de l’utilisation de ce préfixe avec les emprunts provenant du chinois.

1. Alternances phonologiques

Le préfixe de marquage d’aspect continu présente deux types différents d’allomorphie. Premièrement, il y a une alternance vocalique entre [tæ] et [ta]. La première se produit avant les voyelles antérieures tandis que la seconde se produit avant les voyelles postérieures. Des exemples illustrant cette alternance sont donnés dans le Tableau 1 ci-dessous :

La figure 1 donne des exemples du préfixe continu par M. Yang Zhiquan dans le corpus. On y voit que la variante [tæ] est plus courante contrairement aux exemples correspondant à la variante [ta] qui est, malheureusement, plus rare.

Avec plus de données, il pourrait être démontré qu’il existe des sous-régularités en fonction de la voyelle qui suit le préfixe, et aussi de la position du préfixe relativement à la chaîne de préfixes dans laquelle il apparaît éventuellement.

Le deuxième type d’alternance est de nature tonale. Avant les verbes monosyllabiques de type I, le préfixe a un ton grave et le radical a un ton aigu. Avant les verbes monosyllabiques de type II (ainsi que les verbes irréguliers de type IV, tels que « boire »), le préfixe a un ton aigu.

L’exemple (1) illustre à la fois l’alternance vocale et tonale. Notez que « manger » est un verbe de type I et que « boire » est un verbe irrégulier de type IV.

 

(1) ká  hǐ tǽ-thæ̀, mòmó tà-dzá
1S vin  CONT-boire:1 brioche.vapeur   CONT-manger:1

‘Je bois encore du vin, je mange encore des brioches à la vapeur’ (YH-102_023)

Avant les verbes disyllabiques, le préfixe a un ton grave invariable et il y a une neutralisation de la distinction entre les verbes disyllabiques avec un ton aigu final et ceux avec un ton aigu initial. Le tableau 3 donne des exemples illustrant ce point.

2. Nuances sémantiques

La sémantique de ce préfixe est nuancée. D’une part, il peut désigner la continuation comme le montre l’exemple (1) qui a été produit par M. Yang Zhiquan au milieu du dîner. D’autre part et outre une signification purement aspectuelle, ce préfixe peut donner une signification emphatique. L’exemple (2), tiré de l’histoire d’un homme qui prend un cheval à son gendre, illustre cette fonction du préfixe. Plus tard, sa femme le réprimande pour avoir pris le cheval.

(2a)  méj:
EXCL

‘mon dieu!’

(2b) mútʌ̀ kʌ́tʌ̀ mà-tʂwá-j,
they thus NEG-have-EVID

‘ces gens sont si pauvres’

(2c)  jý ʔʌ̀-tʌ́  dzì-pú-kì-næ̀
horse one-CLF  ORT:towards-buy-AM:go-LNK

‘(ils) vont  acheter un cheval,’

(2d) ʔú tɕhjǽ tæ̀-jí-kì-wù-nì
you want:1 CONT-say-AM:go-APPL-2

‘et pourtant tu vas et tu leur dis « Je (le) veux »
OU ‘et tu es quand même allé leur dire que tu le voulais.’

Notez que le prédicat qui prend le préfixe de l’aspect continu est déjà apparu, et l’utilisation du préfixe reflète l’attitude critique de la femme qui parle à son mari.

Lorsqu’il est utilisé avec des verbes statiques, le préfixe peut donner un sens soit aspectuel, soit superlatif. Ainsi, [tà-ʂʌ́-j] CONT-joli-EVID peut signifier « encore joli » ou « encore plus joli ». Le préfixe peut également être utilisé avec au moins quelques verbes statifs après la construction de classification « un peu », et ce d’une manière légèrement emphatique, exprimant un dépassement des attentes. Un exemple de ce type d’utilisation est donné en (3).

(3) ʔʌ́-w tæ̀-ʑí-j
un-morceau CONT-délicieux-EVID

‘plutôt savoureux !’ cf. le chinois 还有点好吃 (littéralement « encore un peu bon à manger. »)

3. Utilisation avec les emprunts du chinois

Lorsque ce préfixe est utilisé avec les emprunts du chinois, l’assimilation vocale est toujours présente. Des exemples illustrant ce point sont donnés dans le tableau 4.

Il est intéressant de constater que, dans le cas des emprunts du chinois, le préfixe CONT a toujours un ton grave et que le motif des deux premières syllabes de ces constructions est invariablement bas-haut. Notez que les emprunts chinois [ɕín-thà] « pratiquer, permettre, autoriser » et [phàn-thá] « être gros » ont des motifs tonaux différents dans la forme de citation, mais que ces différences sont neutralisées lorsqu’elles sont préfixées par le préfixe d’aspect continu. Cela témoigne du degré d’intégration des emprunts chinois en Rma. Ils déclenchent les mêmes alternances segmentaires dans le préfixe d’aspect continu, et sont soumis aux mêmes types de neutralisations tonales lorsqu’ils sont préfixés par des verbes en Rma.

La guimbarde au pays Rgyalrong

En lisant cet article sur les voyelles uvularisées du rma du nord, je tombe sur le mot ʁdʐuʶ « guimbarde », qui me rappelle le japhug ʑɴɢro de même sens — notons que les rimes -u du rma du nord et -o du japhug remontent toutes deux à *-aŋ. Le groupe ʁdʐ- doit résulter de façon assez triviale de l’affrication d’un ancien groupe *ɴɢr-.

S’agit-il d’un cognat ou d’un emprunt ancien? Cet instrument (traditionnellement joué par les femmes) n’a plus été en usage dans la région Japhug depuis plus de cinquante ans, mais semble plus utilisé dans le sud de la région Rgyalrong et chez le Qiang/Rma.

Notons que de l’autre côté de l’Himâlaya, chez les khalingois, la guimbarde joŋbem योङ्‍बेम् est un objet culturel important omniprésent durant les festivités.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La guimbarde au pays Rgyalrong," Panchronica, 05/06/2016, https://panchr.hypotheses.org/1341 (ISSN 2494-775X)

Les ressemblances fortuites entre mots apparentés

Le rma du nord (qiang) zdɤm ‘nuage’ ressemble furieusement au japhug zdɯm de même sens, et la quasi-identité entre les deux mots semble indiquer un rapport de cognation parfait. Si personne ne doute que ces mots sont apparentés, cette correspondance n’est pas aussi parfaite qu’elle en a l’air; en effet, les langues rma en général ont perdu les consonnes finales, et en particulier le –m final dans les mots natifs (par exemple, le numéral ‘trois’, χsɯm en japhug, a la forme khsə en rma du nord).

Le –m du rma ici est en fait un allomorphe de mu ‘ciel’ (cognat du japhug tɯ-mɯ de même sens) avec perte de la voyelle comme c’est régulier pour les éléments de composés non-accentués. Le japhug zdɯm ‘nuage’ correspond donc à proprement parler à la partie zdɤ- de la forme du rma, et cet exemple ne peut donc pas être utilisé pour proposer un correspondance de -m final entre japhug et rma.

Les cas paradoxaux de ce type, où un changement morphologique a rendu deux mots apparentés plus ressemblants qu’ils ne devraient l’être étant données les lois phonétiques régulières, sont rares mais en aucun cas exceptionnels. Les comparatistes doivent garder en tête les exemples de ce type pour éviter de proposer hâtivement des correspondances phonétiques fautives par un examen trop superficiel des données.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les ressemblances fortuites entre mots apparentés," Panchronica, 08/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/616 (ISSN 2494-775X)