Archives par mot-clé : réfléchi

Le comitatif du Lhokpu et le réciproque du Dhimal

Dans la revue Cahiers de linguistique — Asie Orientale que je co-dirige avec Thomas Pellard (et dont les anciens numéros sont accessibles ici) vient de paraître un article riche et bien documenté de Selin Grollmann and Pascal Gerber, Linguistic evidence for a closer relationship between Lhokpu and Dhimal Including some remarks on the Dhimalish subgroup, qui explore la question de la classification du Lhokpu et du Dhimal au sein de la famille trans-himalayenne.

Ce travail pionnier propose un nombre considérable de comparaisons lexicales et morphologiques et de lois phonétiques potentielles. Comme j’espère que cet article sera lu et commenté, je me propose ici de discuter d’un point précis qui mérite davantage de discussion.

Les auteurs rapprochent dans cet article le comitatif –su du Lhokpu avec le collectif-réciproque –su du Dhimal, une comparaison non-triviale:

The comitative case marker -su in Lhokpu finds a cognate in the collective-reciprocal marker -su in Dhimal verbal morphology. The Dhimal marker codes a collective action of a third person non-singular subject. The semantics of the Lhokpu comitative case -su coding a collective action may conceivably be relatable to the meaning of Dhimal -su which codes collective-reciprocal action. The plausibility of this cognacy is enhanced by the fact that the Lhokpu comitative -su is also marginally used as a verbal reciprocal marker.

Il me semble qu’une interprétation alternative, à laquelle je n’ai pas pensé lorsque l’article était en cours de révision, est possible. Le collectif-réciproque du dhimal me semble un bon candidat à une comparaison avec le suffixe de réfléchi-moyen que l’on trouve dans de nombreuses langues trans-himalayennes, en particulier le kiranti (par exemple le khalingsi), le tani et même sans doute le chinois et le tibétain. Selon cette analyse, l’emploi de –su en Lhokpu comme suffixe de réciproque pourrait toujours se comparer au suffixe du Dhimal, mais en revanche être sans rapport avec son usage comme comitatif.

Le comitatif du Lhokpu, quant à lui, pourrait être plutôt comparé avec le duel du kiranti (khaling –su), qui tout comme le pluriel a des usages associatifs et pourrait avoir été réinterprété comme un comitatif.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le comitatif du Lhokpu et le réciproque du Dhimal," Panchronica, 12/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2613 (ISSN 2494-775X)

La productivité des affixes en japhug

Les mots d’origine chinoise, voire l’intrusion de phrases complètes en chinois, sont assez communs dans le japhug tel qu’il est actuellement communément parlé, même par les meilleurs locuteurs. Si les emprunts en grande quantité sont un signe du déclin de la langue, il serait réducteur d’y voir seulement un motif de contrariété pour le linguiste qui étudie cette langue. En effet, les emprunts sont le terrain idéal pour étudier la productivité de la morphologie.

Les verbes empruntés au chinois (contrairement à ceux qui viennent du tibétain, qui sont entrés dans la langue à une époque plus ancienne) le sont comme des noms, et doivent subir une dérivation dénominale au moyen des préfixes – ou – pour être utilisés comme verbes. Les bases verbales résultantes peuvent ensuite servir d’entrée à l’application d’autres procédés morphologiques; lorsque c’est le cas, on obtient la garantie que le procédé en question est synchroniquement productif.

La phrase (1) que j’ai entendue hier (et notée avec précipitation dans mon cahier), illustre le verbe nɯ-guanxin, du chinois 关心 guānxīn « se préoccuper, prendre soin » préfixé du réfléchi ʑɣɤ– (à propos duquel voir cet article).

(1) thɯ-kɯ-wxti tɕe tu-kɯ-ʑɣɤ-nɯ-guanxin ɲɯ-ra
PFV-GENR:S/P-être.grand CONJ IPFV-GENR:S/P-REFL-DENOMINAL-se.préoccuper SENS-être.nécessaire
« Lorsque l’on vieilli, il faut prendre soin de soi-même. »

Cet exemple spontané démontre la productivité actuelle du préfixe ʑɣɤ– en japhug (que l’on pouvait déjà subodorer du fait du nombre considérable de verbes portant ce préfixe). Le verbe nɯ- étant transitif, et permettant des objets humains, il est possible de s’en servir pour tester la productivité d’autres préfixes, par exemple l’antipassif -, qui dérive le verbe intransitive sɤ-nɯ-guanxin « se soucier/prendre soin des gens ».

Même si ce mélange avec le chinois est regardé avec désapprobation par les locuteurs qui prononcent ces phrases eux-mêmes, ces exemples (en particulier lorsqu’ils proviennent de la parole spontanée) sont en fait précieux et méritent tout à fait leur place dans une grammaire de la langue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La productivité des affixes en japhug," Panchronica, 04/05/2018, https://panchr.hypotheses.org/2238 (ISSN 2494-775X)