Archives par mot-clé : réfléchi

Explorer la diversité morphosyntaxique des langues du monde

L’avenir de la typologie linguistique est assurément lié au développement de base de données telles que Grambank (voir aussi l’article associé), parue il y a quelques semaines, qui rassemble des données sur près de 2500 langues, et permet d’explorer la diversité morphosyntaxique des langues du monde au moyen de méthodes quantitatives, et qui rendent possible d’étudier systématiquement les liens entre phylogénie, traits structuraux des langues et géographie d’une façon qui était inaccessible dans l’approche traditionnelle de la typologie.

Celle-ci n’est cependant pas encore entièrement obsolète, car les grandes bases de données ont été fondamentalement conçues en prenant en compte des catégories grammaticales généralement reconnues comme importantes dans les grammaires des langues du monde. Or, le choix des traits morphosyntaxiques “dignes d’intérêt” est largement dicté par les catégories habituellement décrites dans les grammaires disponibles, lesquelles sont écrites par des linguistes ayant été formés avec un modèle basé, consciemment ou non, sur les grammaires de quelques-unes des grandes langues du monde.

Or, le cadre des sujets jugés comme indispensables dans une grammaires (expression de la personne, du temps-aspect-mode, de la voix, de la déclinaison, par exemple) est directement tiré de la grammaire traditionnelle des langues servant de modèles pour en décrire d’autres, au premier lieu desquelles le grec, le latin, l’arabe et le sanskrit. Il existe des catégories grammaticales qui ne sont que peu, ou absolument pas, représentées dans les langues les plus connues, et qui sont systématiquement ignorées. C’est ce type de sujets que j’ai exploré dans une partie des recherches que j’ai menées cette année, et qui a aussi fait l’objet de mon enseignement à l’école pratique des hautes études.

Le premier projet de ce type que j’ai mené portait sur les constructions estimatives ou tropatives, c’est à dire les catégories verbales signifiant “trouver+ADJECTIF” ou “considérer comme+NOM”. Si ce type de construction est couramment discutée dans les traditions grammaticales arabes et chinois (où elles sont appelées 意动用法), peu de linguistes s’y sont intéressés (une exception est Roman Tarasov, qui a en particulier constitué une base de données en ligne sur ce sujet). Il est frappant d’observer que les constructions de ce types ne sont décrites dans les grammaires presque exclusivement que dans les langues où celles-ci sont morphologiquement marquées; même dans celle-ci, l’information est très difficile à trouver. Par exemple, dans les langues de Nouvelle Guinée, le seul cas publié de construction tropative que j’aie pu observer est l’exemple (1) avec un adjectif incorporé en alamblak (Bruce 1979:273).

(1) yënr fëhm hɨti-bro-më-r-m
child pigs see-big-rem.pst-3sg.masc-3pl
`A child saw pig (as being) big.’

La carte suivante illustre les dérivations tropatives que j’ai identifiées, et montre notamment leur rareté en Afrique et en Europe, et leur plus grande fréquence dans les Amériques:

Le second concernait les dérivations simulatives (à ne pas confondre avec “simIlatives”), signifiant “faire semblant de X”, dont j’ai montré notamment qu’une des origines diachroniques principale était la combinaison de réfléchi et de causatif, marquée en bleu dans la carte suivante (les points rouges correspondent aux langues où cette dérivation provient d’origines autres que causatif+réfléchi):

Cette carte montre en particulier une concentration de dérivations simulatives au Sénégal dans les langues atlantiques; on en trouve aussi en tswana, et il est probable que des exemples du même type existent dans d’autres langues bantoues, mais attendent d’être décrites. En Amérique du nord, les dérivations simulatives existent en algonquien et en eskaleut et sont reconstructibles dans ces deux familles, ce qui explique en grande partie leur répartition assez massive sur ce continent.

Enfin, j’ai aussi abordé un sujet encore plus “exotique” du point de vue eurasiatique, ce que je propose d’appeler le temps périodique, à savoir l’encodage grammatical de la période de la journée ou de l’année où une action a lieu, par exemple le matutinal (“ayant lieu pendant le matin”) ou l’adauroral (“ayant lieu jusqu’à l’aube”). La répartition géographique du temps périodique est particulièrement restreinte à quelques régions du monde; cette catégorie est absente en Afrique et en Eurasie (à l’exception du tchoukchi, qui est pour le moins excentré sur ce continent), mais est en revanche fréquente en Amérique du nord et dans quelques régions d’Amérique du sud (Amazonie bolivienne), en Australie (terre d’Arnhem) et en Nouvelle Guinée (basin des fleuves Sépik et Ramu):

Le temps périodique est peut-être la catégorie grammaticale non-eurasiatique par excellence, dont l’existence même n’est pas prise en compte dans les grandes synthèses de typologie.

Que nous enseigne donc la répartition géographique très hétérogène de cette catégorie grammaticale? S’agit-il simplement d’une curiosité exotique, une aberration redondante vouée à n’être encodée grammaticalement que dans peu de langues, et sans importance pour l’étude de la faculté du langage? Au contraire, son absence en Eurasie et en Afrique ne serait-elle qu’un hasard de l’histoire? Les priorités en typologique linguistique auraient-elles été déterminées différemment si les grandes traditions de description linguistique avaient été établies par des locuteurs monolingues de l’ojibwe ou du yimas?

Je pense souvent à l’idée de Stephen Jay Gould, qui, dans son ouvrage de vulgarisation Wonderful life, propose de s’interroger sur ce qui se passerait si l’on pouvait “repasser la cassette de l’histoire de la vie” (replaying life’s tape): le destin fabuleux des chordés et des arthopodes était-il inévitable, ou est-ce une simple contingence historique? La même question pourrait être posée concernant les catégories sémantiques que les langues choisissent de grammaticaliser. Révèlent-elles réellement des informations cruciales sur les universaux de cognitions, ou leur succès est-il dû simplement à celui des locuteurs de certains groupes de langues qui présentaient ces caractéristiques?

Références
Bruce, Leslie P. 1979. A grammar of Alamblak (Papua New Guinea). Canberra:
PhD dissertation, Australian National University.
Jacques, Guillaume. Estimative constructions in crosslinguistic perspective. Linguistic Typology doi:10.1515/lingty-2021-0054
Jacques, Guillaume. Simulative derivations in crosslinguistic perspective and their diachronic sources. Studies in Language doi:10.1075/sl.22054.jac
Jacques, Guillaume Periodic tense markers in the world’s languages and their sources, Folia Linguistica doi:10.1515/flin-2023-2013
Hedvig Skirgård et al., Grambank reveals the importance of genealogical constraints on linguistic diversity and highlights the impact of language doi:10.1126/sciadv.adg6175
Tarasov, Roman. 2021. Grammaticalization and lexical expression of tropative from a typological perspective. Ahwaz Journal of Linguistics Studies 2(2). 81–88

Le comitatif du Lhokpu et le réciproque du Dhimal

Dans la revue Cahiers de linguistique — Asie Orientale que je co-dirige avec Thomas Pellard (et dont les anciens numéros sont accessibles ici) vient de paraître un article riche et bien documenté de Selin Grollmann and Pascal Gerber, Linguistic evidence for a closer relationship between Lhokpu and Dhimal Including some remarks on the Dhimalish subgroup, qui explore la question de la classification du Lhokpu et du Dhimal au sein de la famille trans-himalayenne.

Ce travail pionnier propose un nombre considérable de comparaisons lexicales et morphologiques et de lois phonétiques potentielles. Comme j’espère que cet article sera lu et commenté, je me propose ici de discuter d’un point précis qui mérite davantage de discussion.

Les auteurs rapprochent dans cet article le comitatif –su du Lhokpu avec le collectif-réciproque –su du Dhimal, une comparaison non-triviale:

The comitative case marker -su in Lhokpu finds a cognate in the collective-reciprocal marker -su in Dhimal verbal morphology. The Dhimal marker codes a collective action of a third person non-singular subject. The semantics of the Lhokpu comitative case -su coding a collective action may conceivably be relatable to the meaning of Dhimal -su which codes collective-reciprocal action. The plausibility of this cognacy is enhanced by the fact that the Lhokpu comitative -su is also marginally used as a verbal reciprocal marker.

Il me semble qu’une interprétation alternative, à laquelle je n’ai pas pensé lorsque l’article était en cours de révision, est possible. Le collectif-réciproque du dhimal me semble un bon candidat à une comparaison avec le suffixe de réfléchi-moyen que l’on trouve dans de nombreuses langues trans-himalayennes, en particulier le kiranti (par exemple le khalingsi), le tani et même sans doute le chinois et le tibétain. Selon cette analyse, l’emploi de –su en Lhokpu comme suffixe de réciproque pourrait toujours se comparer au suffixe du Dhimal, mais en revanche être sans rapport avec son usage comme comitatif.

Le comitatif du Lhokpu, quant à lui, pourrait être plutôt comparé avec le duel du kiranti (khaling –su), qui tout comme le pluriel a des usages associatifs et pourrait avoir été réinterprété comme un comitatif.

La productivité des affixes en japhug

Les mots d’origine chinoise, voire l’intrusion de phrases complètes en chinois, sont assez communs dans le japhug tel qu’il est actuellement communément parlé, même par les meilleurs locuteurs. Si les emprunts en grande quantité sont un signe du déclin de la langue, il serait réducteur d’y voir seulement un motif de contrariété pour le linguiste qui étudie cette langue. En effet, les emprunts sont le terrain idéal pour étudier la productivité de la morphologie.

Les verbes empruntés au chinois (contrairement à ceux qui viennent du tibétain, qui sont entrés dans la langue à une époque plus ancienne) le sont comme des noms, et doivent subir une dérivation dénominale au moyen des préfixes – ou – pour être utilisés comme verbes. Les bases verbales résultantes peuvent ensuite servir d’entrée à l’application d’autres procédés morphologiques; lorsque c’est le cas, on obtient la garantie que le procédé en question est synchroniquement productif.

La phrase (1) que j’ai entendue hier (et notée avec précipitation dans mon cahier), illustre le verbe nɯ-guanxin, du chinois 关心 guānxīn “se préoccuper, prendre soin” préfixé du réfléchi ʑɣɤ– (à propos duquel voir cet article).

(1) thɯ-kɯ-wxti tɕe tu-kɯ-ʑɣɤ-nɯ-guanxin ɲɯ-ra
PFV-GENR:S/P-être.grand CONJ IPFV-GENR:S/P-REFL-DENOMINAL-se.préoccuper SENS-être.nécessaire
“Lorsque l’on vieilli, il faut prendre soin de soi-même.”

Cet exemple spontané démontre la productivité actuelle du préfixe ʑɣɤ– en japhug (que l’on pouvait déjà subodorer du fait du nombre considérable de verbes portant ce préfixe). Le verbe nɯ- étant transitif, et permettant des objets humains, il est possible de s’en servir pour tester la productivité d’autres préfixes, par exemple l’antipassif -, qui dérive le verbe intransitive sɤ-nɯ-guanxin “se soucier/prendre soin des gens”.

Même si ce mélange avec le chinois est regardé avec désapprobation par les locuteurs qui prononcent ces phrases eux-mêmes, ces exemples (en particulier lorsqu’ils proviennent de la parole spontanée) sont en fait précieux et méritent tout à fait leur place dans une grammaire de la langue.