Archives par mot-clé : propositions relatives

Les relatives à tête interne peuvent-elles être non-restrictives?

Les travaux de linguistique typologique ont noté de nombreuses contraintes sur les relatives à tête interne, en particulier concernant la définitude de l’élément relativisé et le caractère restrictif de ces relatives.

En japhug, comme je l’ai mentionné dans ce billet, les relatives à tête interne sont très courantes. Voici un passage qui me semble un exemple potentiel de relative à tête interne non-restrictive:

(1) tɕe ɲɯ-mɯnmu nɤ ɲɯ-mɯnmu tɕe tɕe, nɯ ɯ-ŋgɯ ɴɢoɕna kɯ-rɤʑi nɯ kɯ pjɯ-mtshɤm tɕe, tɕe chɯ-nɯɬoʁ tɕe ku-ndɤm ɲɯ-ŋu.

‘La proie se débat (bouge et bouge sans arrêt), et l’araignée, qui se trouve dans (la toile), sent (les vibrations), sort et l’attrape. » (pangloss)

La relative en question est glosée en (2); c’est une relative participiale dont la tête, ɴɢoɕna « araignée » est bien interne, comme le montre le complément locatif nɯ ɯ-ŋgɯ « à l’intérieur » qui appartient à la relative.
(2) [nɯ ɯ-ŋgɯ ɴɢoɕna kɯ-rɤʑi] nɯ kɯ pjɯ-mtshɤm tɕe
DEM 3SG.POSS-intérieur araignée NMLZ:S/A-rester DEM ERG IPFV-entendre LNK
« l’araignée, qui se trouve dans (la toile), le sent. »

Ici, le contexte montre qu’il doit s’agir d’une non-restrictive — il ne s’agit pas d’ajouter à l’araignée une caractéristique la distinguant des autres (« l’araignée qui reste dedans »), mais plutôt l’apposition d’une information supplémentaire la concernant.

La seule analyse alternative possible serait une apposition nɯ ɯ-ŋgɯ ɴɢoɕna « l’araignée à l’intérieur », kɯ-rɤʑi « celle qui s’y trouve », mais cette analyse semble forcée. Si (2) est un véritable exemple de relative à tête interne non-restrictive, il doit s’en trouver d’autres dans le corpus, que seule une recherche patiente permettra de mettre au jour.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les relatives à tête interne peuvent-elles être non-restrictives?," Panchronica, 23/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2108 (ISSN 2494-775X)

Les relatives à tête interne en japhug

Parmi les nombreux phénomènes grammaticaux passionnants que l’on observe en japhug, l’un des plus courants dans les textes est la présence de relatives à tête interne, c’est à dire où l’élément relativisé (l’antécédent en terme de grammaire traditionnelle, mais dans ce cas précis ce terme est impropre) n’est ni extraposé à gauche de la relative (comme dans les relatives postnominales du français) ni à sa droite (comme dans les prénominales du chinois par exemple), mais se situe dans la subordonnée à la même place (et avec le même marquage casuel) que dans une phrase indépendante. L’exemple suivant, tiré de cet article, illustre un exemple de relative à tête interne typique: qajɣi ‘pain’ est l’élément relativisé, mais il est pourtant placé entre le sujet (ɬamu kɯ) et le verbe, ici à une forme participiale (nɯ-kɤ-mbi ‘ce qu’elle lui avait donné’). (NB: je m’excuse d’insérer un image, mais il n’y a pas de moyen efficace de présenter des exemples glosés alignés autrement sur hypothèse.org).

Ce type d’exemple est très courant, mais les plus déroutants sont ceux où le verbe est en plus à une forme finie, comme le suivant:

où rien n’indique (à part le démonstratif , mais celui-ci n’est pas obligatoire), qu’il s’agit d’une phrase subordonnée.

Les relatives à tête interne sont relativement peu courantes dans les langues du monde; elles sont bien connues en navajo ou en lakota, mais parmi les langues à grande diffusion il n’y a guère que le japonais où elles sont censées exister (et encore, ce n’est certainement pas le type de relative le plus courant dans cette langue).

Or, dans la région tibétaine et aux alentours, elles sont omniprésentes, de l’ao naga jusqu’au japhug en passant par le tibétain de Lhasa (mais pas les langues kiranti à ma connaissance). L’étendue aréale de ce phénomène et aussi son histoire est un sujet qui mériterait une étude plus approfondie (et pour cela, outre des descriptions de langues modernes, nous aurions besoin d’une analyse de l’histoire des constructions relatives dans les textes tibétains de l’époque impériale jusqu’à maintenant; des volontaires?).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les relatives à tête interne en japhug," Panchronica, 20/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/836 (ISSN 2494-775X)

Le français vulgaire est-il inférieur au français policé?

Il est relativement aisé de remarquer l’absence de certaines conjugaisons et de certaines constructions grammaticales du français écrit en français parlé contemporain, comme celle de l’imparfait du subjonctif ou même du passé simple. L’obsolescence de ces formes grammaticales donne facilement l’impression que le français parlé, surtout dans ses formes les plus innovantes, serait plus simple, voire intrinsèquement inférieur au français écrit et normatif. Est-ce objectivement le cas?

Définir la complexité d’une langue est un sujet intéressant, mais un blog n’est pas un médium adéquat pour traiter d’une telle question. Dans ce billet, je me contenterai de montrer que le français parlé vulgaire présente au moins dans la formation des propositions relatives une plus grande richesse syntaxique que le français écrit. Cette idée m’est venue en donnant un cours de morphosyntaxe la semaine dernière, et n’est pas fondée sur une étude de corpus (je laisse à d’autres le soin d’en tirer une étude approfondie rigoureuse).

Dans un article assez fondamental, Keenan et Comrie ont suggéré une généralisation appelée la hiérarchie d’accessibilité à la relativisation, selon laquelle les arguments et adjoints qui peuvent être relativisés (en terme de grammaire scolaire du français, les antécédents — il y a plusieurs raisons pour lesquelles ce terme n’est pas approprié dans une perspective de linguistique générale) dans une langue particulière ne sont pas distribués de façon aléatoire, mais obéissent à une hiérarchie (ici un peu modifiée):

Sujet > objet direct > objet indirect > oblique > possesseur > standard de la comparaison

Si des travaux ultérieurs ont pu affiner cette hiérarchie et modifier certains détails, l’observation générale de Keenan et Comrie semble assez robuste.

Certaines langues, comme l’anglais, permettent de relativiser tous les arguments et adjoints inclus dans la hiérarchie. Le français écrit, comme le japhug (voir cet article qui paraîtra dans le prochain numéro du Journal of Chinese Linguistics), permet de relativiser tous les éléments de la hiérarchie, à l’exception du standard de la comparaison. De quoi s’agit-il?

Dans une phrase comparative telle que:

(1) Pierre est plus intelligent que Marie

Pierre est le comparé, et Marie le standard. On peut relativiser le comparé:

(2) Celui qui est plus intelligent que Marie.

En revanche c’est impossible pour le standard — essayez par vous-même de dire en français standard l’équivalent de the person than whom I am smarter (ce n’est pas très courant en anglais, mais apparemment c’est possible).

Certaines formes de français parlé généralisent que à la place de presque tous les pronoms relatifs, comme par exemple dont utilisé dans la relativisation des syntagmes prépositionnels en de dans (3).

(3) Le truc que j’ai besoin

à la place de:

(4) La chose dont j’ai besoin

Le relatives en que dans cet état de langue fonctionnent en fait d’une façon très différente des relatives du français standard. Entre autres propriétés, elles permettent de relativiser le standard de la comparaison, dans des exemples tels que:

(5) Le type que je suis plus intelligent que lui.

Je suis à peu près certain qu’une phrase telle que (5) est possible, même si je n’ai pas réussi à en trouver sur Google, du fait de la censure (et l’auto-censure) de la langue parlée et naturelle qui sévit dans les pays francophones (les lecteurs de ce blogs sont invités à indiquer des exemples s’ils en trouvent ou en connaissent — des liens vers des vidéo d’interviews par exemple).

Les relatives en que du français parlé autorisent donc, dans des exemples tels que (5), une plus grande souplesse syntaxique que les relatives normales, et cette possibilité mériterait de pouvoir entrer dans la langue standard afin de l’enrichir, et lui faire rejoindre le cercle très restreint des langues omnirelativisantes.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le français vulgaire est-il inférieur au français policé?," Panchronica, 20/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/659 (ISSN 2494-775X)