Archives par mot-clé : phylogénie

Modèle arborescent et tri de lignées incomplet

Un numéro récent de la revue Journal of Historical Linguistics (dirigé par Siva Kalyan, Alexandre François et Harald Hammarström) contient un article en faveur d’un usage raisonné du modèle arborescent en linguistique par Johann-Mattis List et moi-même, et une réaction à celui-ci par Siva Kalyan et Alexandre François, dont le modèle glottométrique se place comme une alternative au modèle de l’arbre.

Le débat entre “dendrophiles” et “dendrosceptiques” qui a eu lieu sur academia.edu il y a quelques années, et sous une forme finalisée dans ce numéro spécial, révèle que nos positions ne sont pas aussi éloignées qu’il n’y paraît à premier abord, et que nos divergences sont dues notamment à une compréhension différente de la notion d’innovation (Kalyan et François 2019:167-170).

En outre, la notion de tri de lignées incomplet (sans article wikipédia en français au moment où j’écris), empruntée à la biologie de l’évolution, peut notamment rendre compte des croisements d’isoglosses qui semblent remettre en cause la validité du modèle de l’arbre. Siva Kalyan et Alexandre François concluent d’ailleurs (p. 174) que:

We hope to have shown that Historical Glottometry does not challenge the family tree model once incomplete lineage sorting has been taken into account. Our approach is actually meant as a critique of the tree model as traditionally understood, where an innovation must necessarily affect the
whole of the population in which it occurs. The crucial observation of the wave model – that innovations frequently overlap – pertains to the developments that occur in a proto-language before it splits up (i.e., when it is still a network of mutually intelligible dialects). Thus, this observation is naturally captured within the framework of “incomplete lineage sorting” proposed by J&L; the only difference in our argument is that we allow for “variation” in the proto-language that is not only morphological or sociolinguistic, but also areal (dialectal).

Juho Pystynen présente aussi dans un billet écrit il y a quelques années une illustration claire de la notion de tri de lignées incomplet en linguistique.

Avec cette notion, le modèle arborescent est très loin de la caricature qui en est parfois faite. En particulier, dans un entretien récent publié dans un numéro spécial de la revue Romantisme sur les indo-européens, où il réagit notamment à notre compte-rendu critique de son livre (Pellard et al. 2019), et à propos duquel Thomas Pellard a déjà écrit un commentaire détaillé, Jean-Paul Demoule affirme que (p.22):

Plus généralement, derrière le modèle en arbre, il y a le modèle de l’État-nation, avec sa langue, ses frontières, son organisation et ses croyances homogènes – ce qui n’est nullement attesté dans les sociétés pré-étatiques telles qu’elles ont pu être observées de par le monde

L’idée d’une relation entre modèle de l’arbre et celui “d’état-nation homogène” m’est très étrange. Ces deux notions me semblent absolument dénuées de tout rapport.
Tout d’abord, notons que les humains ont par exemple dans les parties non-recombinantes de leur génome (chromosome Y et ADN mitochondrial) des lignées patrilinéaires et matrilinéaires qui se prêtent à une phylogénie en arbre, et ceci indépendamment de toute considération sur la structure sociale ou l’idéologie politique.
D’autre part, le modèle de l’arbre ne demande pas de faire l’hypothèse d’une proto-langue absolument uniforme, comme nous l’avons mentionné plus haut dans ce billet.
Enfin, la corrélation entre langue et ethnicité est une question complexe dans les peuples que nous pouvons observer à notre époque, et il n’y a pas de raison de penser qu’il en allait autrement aux époques anciennes. Pour un cas que je connais de première main, notons par exemple que l’idée même d’un “peuple japhug” semblerait aux locuteurs de cette langue complètement grotesque et incongrue (voir même offensante; ils se considèrent tous avant tout comme tibétains). Pourtant, nul ne peut nier la réalité de l’existence d’une langue japhug. En outre, le monolinguisme qui est devenu récemment une norme dans certains pays d’Europe n’était pas nécessairement pratiqué dans toutes les sociétés anciennes. Dans une société comptant une proportion importante de bilingues (ne connaissant pas tous forcément la même paire de langues), la connaissance d’une langue n’était qu’un élément parmi d’autres, peut-être pas le plus important, de l’identité ethnique, pour autant que cette question même ait eu un sens.

Références
Demoule, Jean-Paul. 2019. La question indo-européenne : Un défi toujours actuel pour les sciences humaines et sociales (entretien réalisé par Aurélien Aramini et Arnaud Macé). Romantisme 185(3). 14−25. doi.org/10.3917/rom.185.0014
Jacques, Guillaume & List, Johann-Mattis 2019. Save the trees. Journal of Historical Linguistics 9. 128−166. https://doi.org/10.1075/jhl.17008.mat
Kalyan, Siva & François, Alexandre. 2019. When the waves meet the trees. Journal of Historical Linguistics 9. 167−176. https://doi.org/10.1075/jhl.18019.kal https://www.academia.edu/39808238/_Kalyan_Fran%C3%A7ois_When_the_waves_meet_the_trees_A_response_to_Jacques_and_List
Pellard, Thomas & Sagart, Laurent & Jacques, Guillaume. 2018. L’indo-européen n’est pas un mythe. Bulletin de la Société de Linguistique de Paris. 113(1). 79−102. https://doi.org/10.2143/BSL.113.1.3285465 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01871582

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Modèle arborescent et tri de lignées incomplet," Panchronica, 15/11/2019, https://panchr.hypotheses.org/3025 (ISSN 2494-775X)

Nouvelles publications à propos de La phylogénie du sino-tibétain/trans-himalayen

La phylogénie du sino-tibétain/trans-himalayen est un sujet hautement controversé. Les linguistes qui se sont intéressés à cette question et à celle de l’Urheimat de la famille ont des opinions très diverses, qui portent en particulier sur la question du groupe extérieur. La position traditionnelle, selon laquelle le chinois serait le groupe extérieur (et que toutes les autres langues appartiendrait à un clade “tibéto-birman”) est généralement associée à l’idée que la famille proviendrait de la Chine du nord, avec une diversification secondaire. Un point de vue alternatif, qui soutient l’idée d’une diversification “en étoile” de la famille, dont le chinois ne serait qu’une des branches (voire la sous-branche d’un groupe), voit l’Urheimat au centre de diversité des sous-branches de la famille (avec des foyers proposés en Inde du nord-est ou au Sichuan).

Un autre question liée à la phylogénie est celle de l’antiquité de l’indexation en personne et de la typologie polysynthétique telle qu’on l’observe en rgyalronguique ou en kiranti: s’agit-il d’une innovation d’une sous-branche de la famille ou d’un trait archaïque à reconstruire jusqu’au proto-TH?

Malheureusement, de nombreuses publications portant sur ces questions présentent des arbres qui se veulent phylogénétiques parfois détaillés, mais sans innovations explicites justifiant les clades proposés (ce sont donc plus des vues de l’esprit que de vraies hypothèses scientifiques), et consacrent plus d’énergie à discuter de sujets frivoles tels que la dénomination de la famille comme “sino-tibétain” ou “trans-himalayen” plutôt que d’étymologie.

Deux articles utilisant l’inférence bayésienne viennent de paraître presque en même temps à propos du sino-tibétain: Zhang et al. (2019) et Sagart et al. (2019). La première publication utilise directement les groupes de cognats de la base de donnée STEDT (http://stedt.berkeley.edu/~stedt-cgi/rootcanal.pl), tandis que la seconde, à laquelle j’ai participé, est basée sur une base de donnée lexicale décrite dans ce ce billet de Johann-Mattis List.

Il est trop tôt pour comparer de façon détaillée les résultats de ces deux articles — cette comparaison demandera une série de publications additionnelles. Ce billet présente quelques observations préliminaires (voir aussi cette conférence faite à l’université Xinan de Chongqing la semaine dernière).

Concernant la question du groupe extérieur, l’article de Zhang et al. (2019) a un groupe non-chinois avec une probabilité postérieure de 68% (l’arbre principal n’indique pas les probabilités postérieures, ce qui est assez surprenant, mais celles-ci peuvent se trouver dans les matériaux supplémentaires). Les résultats de Sagart et al. sont assez différents sur cette question selon la méthode employée: le covarion avec horloge relâchée (qui n’impose pas une vitesse unique d’évolution sur l’ensemble de l’arbre) et le Dollo stochastique (implémenté avec le programme Traitlab conçu par Robin Ryder, coauteur de l’article) ont peu de structure à la racine (avec 33% et 43% respectivement de probabilités postérieures soutenant le chinois comme groupe extérieur), tandis que le covarion à horloge stricte a un fort soutien pour le chinois comme groupe extérieur (99%). L’himalayen de l’ouest apparaît comme un groupe extérieur alternatif possible dans les analyses à horloge relâchée et Dollo, mais il ce résultat être peut-être dû à la quantité importante d’emprunts à l’indo-aryen et au tibétain, qui ont remplacé un partie conséquente du vocabulaire hérité dans notre base de données.

Les résultats des deux articles n’indiquent donc pas de façon définitive que le chinois est le groupe extérieur du sino-tibétain, mais c’est néanmoins l’hypothèse la plus probable, qui demandera à être confirmée par les études futures sur la question.

Un résultat non-trivial assez solide de Sagart et al. (2019) est le clade tibéto-rgyalronguique (avec un sous-groupe birmo-rgyalronguique) qui ressort de toutes les analyses obtenues. Ce clade obtenu sur la base du vocabulaire soutient l’idée que la morphologie verbale commune au rgyalronguique et au kiranti doit être aussi ancestrale au tibétain et au lolo-birman (puisque le kiranti est extérieur au tibéto-rgyalronguique), et donc que le tibétain et les lolo-birman ont perdu l’indexation en personne et les préfixes de nominalisation.

Zhang et al. (2019) ont un soutien presque négligeable pour le tibéto-rgyalronguique (35%), mais ont aussi 100% de probabilités postérieures pour le birmo-rgyalronguique, pourtant en utilisant les groupes de cognats rassemblés par J. Matisoff, qui m’a affirmé s’opposer à cette idée. Il est possible que la faible probabilité du groupe tibéto-rgyalronguique chez Zhang et al. (2019) est due aux emprunts au tibétain non-reconnus dans le STEDT, mais cette hypothèse demande à être évaluée en détail.

L’existence du clade tibéto-rgyalronguique, s’il est bien confirmé par les travaux futurs sur la phylogénie de la famille, implique que la typologie polysynthétique remonte assez haut dans l’histoire de la famille. Par ailleurs, le terme “tibéto-birman” devra être abandonné pour désigner le clade non-chinois si le chinois est bien le groupe extérieur de la famille.

Références
Laurent Sagart, Guillaume Jacques, Yunfan Lai, Robin J. Ryder, Valentin Thouzeau, Simon J. Greenhill, Johann-Mattis List. 2019. Dated language phylogenies shed light on the ancestry of Sino-Tibetan. Proceedings of the National Academy of Sciences May 2019, 116 (21) 10317-10322. https://doi.org/10.1073/pnas.1817972116

Zhang Menghan, Yan Shi, Pan Wuyun and Jin Li 2019. Phylogenetic evidence for Sino-Tibetan origin in northern China in the Late Neolithic. Nature volume 569, pages 112–115. https://www.nature.com/articles/s41586-019-1153-z

Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (2) : la paléontologie linguistique

Ce billet s’inscrit dans une série d’articles portant sur le livre Mais où sont passés les Indo-Européens ? de J.-P. Demoule sur ce blog (1) et celui de Thomas Pellard (1, 2 et 3).

La “paléontologie linguistique” — la confrontation du vocabulaire reconstructible par la linguistique avec des données archéologiques, pour tenter de placer dans l’espace et le temps les locuteurs de proto-langues, est un sujet auquel J.-P. Demoule consacre un chapitre entier et qui fait l’objet d’une de ses 12 “antithèses” (p 597):

L’utilisation de la paléontologie linguistique débouche sur de nombreuses contradictions et apories, et sur des raisonnements circulaires.

Aux pages 530-2, il présente quelques observations soutenant selon lui l’idée que la paléontologie linguistique mènerait à une impasse. Minimisant la masse du vocabulaire et de la morphologie communes aux langues indo-européennes, en particulier en répétant l’affirmation fausse selon laquelle seule une racine serait commune à toutes les langues indo-européennes, il insiste sur le caractère trompeur du vocabulaire commun:

On connaît aussi la démonstration par l’absurde d’Ernest Pulgram à la même époque, qui, sur la foi des mots communs aux langues romanes, proposait de reconstruire une culture “proto-romane” ou “latine”, domainée par des rois, des prêtres et des évêques, où l’on fumait du tabac, buvait de la bière et du café […]. En réalité, on le sait, tous ces mots, et ce qu’ils désignaient, sont apparus dans les langues romanes postérieurement à l’époque romaine. Mais encore faut-il disposer d’évidences [sic] textuelles.

On pourrait plaider que l’on sait que le café est un produit originaire d’Arabie, et que le mot (non indo-européen) est arrivé avec la chose.

La notion qui est singulièrement absente dans tout ce passage, ainsi que dans l’ensemble du livre, est celle de correspondance phonétique (connue de Pulgram mais ignorée par Demoule). En effet, sans même connaître l’origine du café et du tabac, et quand bien même le latin nous aurait été inconnu, il serait possible, en comparant les langues romanes, de remarquer que les correspondances phonétiques observées dans ces mots diffèrent de celles du vocabulaire hérité. Ainsi, le c– de l’espagnol devant a– correspond régulièrement à ch– en français (comme dans cantar et chanter), ce qui suffit à montrer (mais peut se confirmer par d’autres critères phonétiques et morphologiques) que la ressemblance entre le français café et l’espagnol cafe ne peut pas être due à un héritage commun. Si les lois phonétiques sont comprises (et comme l’a démontré Bloomfield pour l’algonquien, il n’est pas nécessaire pour cela de disposer d’une langue anciennement attestée), distinguer les emprunts les plus récents ne présente pas de difficulté; il est donc possible par cette méthode (dont l’application précise est très technique) de reconnaître, dans chaque langue indo-européennes (ainsi que dans les autres familles de langues dont la grammaire comparée est bien étudiée), les différentes couches d’emprunts, d’identifier leur sources et de leur donner une chronologie au moins relative, et ceci même pour les états préhistoriques pour lesquels nous ne disposons pas de textes.

Certes, même en connaissant les lois phonétiques, des cas d’emprunts indétectables et d’emprunts nativisés sont attestés, comme J.-M. List et moi-même l’avons illustré dans cet article. Néanmoins, ces cas sont nettement minoritaires et ne concernent guère que les noms.

Or, la paléontologie linguistique ne se limite pas à l’examen des noms reconstructibles (seuls des noms sont cités par J.-P. Demoule), mais aussi à celui des verbes, en général beaucoup moins empruntables. Dans cet article (le livre complet est accessible à cette adresse), R. Garnier, B. Sagot et L. Sagart discutent du rôle possible du lait dans l’expansion de la famille indo-européenne, et une part importante de leur argumentation porte sur la racine verbale *h2melǵ “traire” qui est solidement reconstructible en indo-européen non-anatolien; notons que les formes attestées sont trop dissemblables superficiellement aussi bien du fait des changements réguliers qu’ils ont subis que de leur structure morphologique pour pouvoir être des emprunts anciens nativisés ou des emprunts indétectables, et qu’il ne peut s’agir que de cognats.

La paléontologie linguistique représente un défi : ce domaine exige de synthétiser sans les édulcorer et les simplifier les données de l’archéologie et de la linguistique. Du fait de la quantité de connaissances requises, il est sans doute préférable que ce type de recherche soit effectué en équipe, combinant l’expertise de spécialistes de disciplines différentes, mais la difficulté de l’exercice ne signifie pas pour autant que ce domaine doive être abandonné. Négliger la paléontologie linguistique, comme le font trop d’indo-européanistes, me semble dommageable à la fois pour l’archéologie et la linguistique historique, disciplines sœurs qui ont tout à perdre d’une polémique simplificatrice.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (2) : la paléontologie linguistique," Panchronica, 15/03/2018, https://panchr.hypotheses.org/2160 (ISSN 2494-775X)

Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! Notes de lecture sur l’ouvrage “Mais où sont passés les Indo-Européens ?”

Les études indo-européennes, et en particulier la grammaire comparée, sont victimes en France d’une suspicion d’accointance avec l’extrême droite, voire le nazisme. Le livre Mais où sont passés les Indo-Européens ? de l’archéologue Jean-Paul Demoule, dans lequel l’auteur jette le doute sur l’existence d’une langue proto-indo-européenne, est une manifestation de ce phénomène franco-français, qui étonne même nos collègues canadiens francophones.

Ce livre a été primé, et a reçu certains compte-rendus positifs, y compris de la part de philologues tels que Gérard Fussman; cette émission radiophonique donne un aperçu des idées défendues par J.-P. Demoule et de son mode d’argumentation. En dehors de France, ce livre n’a eu que peu d’echo, si ce n’est la réponse de la linguiste Asya Pereltsvaig, qui a donné lieu à un échange public avec l’intéressé sur ce même blog.

Les indo-européanistes français ont dans leur grande majorité (mis à part Romain Garnier et Xavier Delamarre dans leur compte-rendus dans *wékʷesi) malheureusement choisi le silence. Mon collègue et ami Thomas Pellard vient de publier sur son blog deux billets, dans lesquels il aborde deux points concernant l’ouvrage de J.-P. Demoule (parmi une myriade d’autres problèmes):

(i) L’assertion selon laquelle seule une racine serait commune à l’ensemble des branches de l’indo-européen — Thomas Pellard démontre que cette affirmation est fausse et contredit la source de J.-P. Demoule à la page même qu’il cite.
(ii) Un contresens de J.-P. Demoule concernant les statistiques et leur application à l’étude de la parenté des langues.

La question de la relation possible des études indo-européennes avec le nazisme n’a en aucun cas été passée au silence par les indo-européanistes eux-mêmes (notons par exemple cet article de H.H. Hock), mais elle est de toute façon indépendante de la réalité d’une langue indo-européenne, et plus généralement de la possibilité de reconstruire une proto-langue hypothétique à partir de langues attestées.

L’indo-européen n’est que la famille dont on connait le mieux l’histoire — la même méthode s’applique de façon identique à toute les familles, qu’il s’agisse de langues de grande civilisation étatiques (sémitique, chinois etc), ou de langues à tradition orales avec ou sans agriculture (langues kiranties, langues austronésiennes de Taiwan, langues algonquiennes etc).

J.-P. Demoule mentionne dans ses écrits la nécessité d’un “modèle plus complexe” que le modèle arborescent; or, les linguistes comparatistes sont pleinement conscient de ses limites (cet article à paraître avec J.-M. List présente ma position sur le sujet; voir aussi le débat qu’il a suscité et ce billet de l’ouraliste Juho Pystynen). C’est justement l’application rigoureuse d’une méthodologie néogrammairienne et l’usage d’un modèle arborescent, basés sur un nombre réduit de présupposés de base, qui permet de mettre au jour avec précision les phénomènes de contact et d’interférences entre langues, et de dépasser le stade des vagues suggestions.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! Notes de lecture sur l’ouvrage “Mais où sont passés les Indo-Européens ?”," Panchronica, 08/03/2018, https://panchr.hypotheses.org/2145 (ISSN 2494-775X)

Sauvons les arbres

Johann-Mattis List et moi-même avons mis en ligne la première version d’un article (qui sera soumis à un numéro spécial du Journal of Historical Linguistics) où nous défendons l’usage des arbres phylogénétiques en linguistique. Il y a en effet plusieurs courants phylosceptiques de plus en plus influents en linguistique; l’un des plus intéressants est la glottométrie d’Alexandre François (voir par exemple cet article en français, celui-ci et surtout celui-là). Il nous a semblé utile d’apporter des pistes de réponses aux questions importantes soulevées par ces travaux.

“Tibéto-birman”: un terme à abandonner

Le terme “tibéto-birman”, dont l’usage est très répandu aussi bien parmi les linguistes généralistes que chez les spécialistes du domaine, pose à mon avis un problème fondamental. Il est généralement compris comme englobant toutes les langues sino-tibétaines mis à part le chinois, et permet ainsi d’opposer artificiellement le chinois aux autres langues. Or:

(1) Il n’existe pas la moindre ombre de preuve que le chinois est la première branche de la famille — aucune innovation commune à toutes les langues sino-tibétaines non-chinoise ne permet de suggérer qu’elles forment un clade auquel le chinois n’appartiendrait pas (les apparences d’innovations communes, comme la confusion supposée de l’opposition entre *a et *ə, sont dues à un examen superficiel des données des langues autres que le chinois). La différence manifeste des langues chinoises avec le reste peut tout aussi bien s’expliquer par des innovations massives du côté chinois. Il n’est pas absolument impossible que le chinois soit le premier embranchement de la famille, mais tant que les lois phonétiques et surtout la morphologie de la famille sont aussi mal comprises, ce n’est pas à mes yeux la question prioritaire, d’autant que le chinois, très innovateur, va de toute façon peu contribuer dans l’ensemble à la reconstruction du sino-tibétain. Son importance est essentiellement due aux emprunts qu’il a diffusés dans une grande partie des langues de la région, et qui doivent être minutieusement distingués des mots cognats.

(2) La diversité typologique des langues ST non-chinoises est immense (c’est même potentiellement la famille la plus diverse au monde du point de vue de la diversité morphosyntaxique), et même donc en tant que groupement typologique, la notion de “tibéto-birman” ne tient pas la route — le birman par exemple ressemble beaucoup plus typologiquement au chinois qu’aux langues gyalronguiques (même si phylogénétiquement il est assez clair qu’il existe un groupe birmo-gyalronguique).

Malheureusement, le fait que le mot “tibéto-birman” existe rend possible de parler de ce groupement artificiel comme s’il s’agissait d’une entité réelle, un peu comme s’il existait un mot pour désigner “les langues indo-européennes autres que l’anglais”. Cela a plusieurs conséquences délétères sur la discipline. Du côté des linguistes spécialistes du chinois, c’est un prétexte de plus pour ignorer complètement les autres langues de la famille. Pour ceux qui s’intéressent au comparatisme sino-tibétain, cela divise la discipline en deux camps qui jusqu’à récemment communiquaient peu, les “tibéto-birmanistes” (ceux qui font du terrain sur des langues à tradition orale et du comparatisme sur la base de langues modernes) et les sino-tibétanistes (qui comparent la reconstruction du chinois archaïque avec la reconstruction du “proto-tibéto-birman”). Le résultat est que les premiers n’intègrent pas le chinois dans leur reconstruction (mais lui donnent néanmoins implicitement un rôle prééminent, suggérant que le chinois vaut autant que toutes les autres langues réunies) et que les seconds se contentent d’étudier le chinois, et ne connaissent aucune autre langue de la famille.

Outre un cloisonnement disciplinaire, je pense que la notion de “tibéto-birman” est profondément sinocentrique et dénigre la valeur des langues à tradition orale de la famille. Il contribue à marginaliser des langues déjà trop peu étudiées en minimisant leur diversité et leur valeur propre individuelle. A mon avis il est préférable d’adopter des périphrases du type “les langues ST autres que le chinois” si besoin est plutôt que de continuer à promouvoir ce terme.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "“Tibéto-birman”: un terme à abandonner," Panchronica, 05/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/900 (ISSN 2494-775X)