Archives par mot-clé : phonologie historique

Les changements phonétiques peuvent-ils être conditionnés par la morphologie?

Dans un article récent, Hill (2014) ré-affirme la doctrine néo-grammairienne selon laquelle les changements phonétiques ne sont jamais conditionnés par la morphologie, y compris les frontières morphémiques ou les parties du discours.

Il exclut à juste titre les cas, comme en nahuatl, où les différentes parties du discours constituent des contextes phonologiques différents: le *p devient zéro en initiale de mot dans le cas des noms mais pas dans celui des verbes. L’explication tient à ce que les radicaux des verbes sont toujours préfixés sauf à la troisième personne des verbes intransitifs de certains tiroirs verbaux (plusieurs tiroirs verbaux sont préfixés d’un ‘augment’). La chute du *p initial dans les formes non-préfixées du paradigme a dû être immédiatement éliminée dans les paradigmes intransitifs du fait de la pression analogique (voir Campbell et Langacker 1978). Une même explication s’applique à beaucoup de changements conditionnés, par exemple, le fait que le *s- initial en arapaho correspond bien à n- en initiale de radical, même dans les formes préfixées (comme celles de l’irréel qui viennent de l’ordre indépendant) alors qu’on s’attendrait à une alternance n-/h- dans ces formes. La aussi, l’analogie les a immédiatement éliminées.

Toutefois, il existe un cas pour lequel une explication en termes d’analogie semble difficile: celui du onbin 音便 en japonais, qui ne s’est produit que de façon sporadique dans les noms composés, mais s’est appliqué régulièrement, à époque historique, exclusivement dans le système verbal, notamment les formes converbales en -te (voir Frellesvig 1995, 2010:192-199):

(yom-) yomite > yonde ‘lire’
(tor-) torite > totte ‘prendre’
(mot-) motite > motte ‘prendre’

Contrairement à l’absence de chute de *p initial dans les verbes en nahualt ou de la réfection du *-s- de l’aoriste en grec, ce phénomène ne peut s’expliquer comme l’annulation d’un changement phonétique par l’analogie. Aucun conditionnement phonologique qui distinguerait les combinaisons -VCit- dans les noms et dans les verbes ne semble non plus apparente.

Il est louable de vouloir préserver la rigueur néogrammairienne et je conçois qu’il est préférable, avant d’abandonner une hypothèse comme l’impossibilité de conditionnement morphologique des changements phonétiques, d’explorer toutes les alternatives. Néanmoins, le cas du onbin me semble un des cas les plus clairs d’exception à ce principe; ceux qui souhaitent le défendre ne peuvent pas omettre de rendre compte de ce cas particulier.

Bibliographie
Campbell, Lyle and Ronald Langacker. (1978) Proto-Aztecan vowels: part II. International Journal of American Linguistics 44(3). 197–210.
Frellesvig, Bjarke. 1995. A Case Study in Diachronic Phonology: The Japanese Onbin Sound Changes. Aarhus University Press.
Frellesvig, Bjarke. 2010. A History of the Japanese Language. Cambridge University Press.
Hill, Nathan W. 2014. ‘Grammatically Conditioned Sound Change.’ Language and Linguistics Compass 8, 211–22. http://eprints.soas.ac.uk/18595/

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les changements phonétiques peuvent-ils être conditionnés par la morphologie?," Panchronica, 18/04/2015, https://panchr.hypotheses.org/184 (ISSN 2494-775X)

Les scissions non-conditionnées: mythe ou réalité?

La linguistique historique de l’indo-européen n’est devenue une discipline rigoureuse que lorsque l’idée de la régularité des changements phonétiques a été adoptée par l’ensemble de la communauté des spécialistes de ce domaine. Ce principe simple a des conséquences nombreuses et parfois inattendues, sur lesquelles nous reviendrons dans d’autres billets. L’une d’entre elles est l’impossibilité des scissions non-conditionnées (unconditioned split).

Ainsi, dans une perspective strictement néo-grammairienne, si entre plusieurs langues on observe des correspondances multiples pour un même son, seulement quatre hypothèses sont possibles:

  • Reconstruction d’un phonème qui n’est distinct dans aucune des langues étudiées, mais qui s’est confondu de façon différente dans chaque langue.
  • Changement phonétique conditionné (qui ne s’applique que dans un contexte très précis)
  • Effet de la morphologie (à l’intérieur d’un même paradigme, des effets d’analogie vont obscurcir les lois phonétiques régulières)
  • Mélange de dialectes ou emprunts.

Ce principe a été remis en cause par l’école de la diffusion lexicale (lexical diffusion, voir par exemple Wang 1977), qui ne sera pas l’objet du présent billet mais à propos de laquelle je reviendrai plus tard. Mon but aujourd’hui portera uniquement sur les travaux de chercheurs d’obédience néo-grammairienne, qui souscrivent au principe de la régularité des changements phonétiques.

Plusieurs écoles de linguistique historique admettent néanmoins, souvent implicitement, l’existence de scissions non-conditionnées.

C’est le cas en austronésien, où Blust par exemple (2008) reconstruit *b > b et *b > ɓ dans certaines langues sans conditionnement visible. Dans ce cas, l’idée est que la reconstruction du proto-austronésien est si solide que des ‘aberrations’ spécifiques à une langues ou un petit groupe de langues peuvent être négligée. N’étant pas spécialiste du domaine, il m’est difficile de juger mais je suis peu déçu de ne pas voir un débat sur ce sujet.

En algonquien, on suppose une scission non-conditionnée pour le passage à zéro du *p et du *k en cheyenne (à l’initiale, la correspondance de *k est particulière, voir Leman 1980 et Proulx 1982). Proulx (1982) propose qu’il s’agit là du résultat d’un mélange de dialectes (certains dialectes proto-cheyenne auraient subi *k,p > zéro, et d’autres auraient préservé ces obstruentes comme k et v). Goddard (1988) montre toutefois que cette idée ne mène à rien, car on trouve de nombreux mots dans lesquelles les deux groupes de correspondances *k,p > zéro et *k,p > k,v sont attestées. Le traitement du cheyenne reste inexpliqué; la seule solution viable à mon avis serait de supposer une opposition, par exemple de voisement, neutralisée dans toutes les autres langues, comme *k, p > k, v ; *g, b > zéro. Il faudrait cependant trouver une trace de cette opposition dans une langue autre que le cheyenne pour que cette hypothèse soit satisfaisante; par ailleurs, si une telle opposition doit être supposée pour *k/g et *p/b, on s’attendrait aussi à *t/d, or aucune trace apparente d’une telle opposition n’existe. Bref, le cas du cheyenne est particulièrement épineux, et ne pourra être résolu que si davantage de spécialistes se penchent sur cette question.

Un autre cas auquel je pense est celui du turcique. Les langues oghouzes ont une opposition de voisement qui ne semble pas avoir d’équivalent dans les autres groupes de la famille. Par ailleurs, comme le montre Georg (2004), il existe des preuves claires que le voisement est secondaire, puisque des mots empruntés au persan ayant des sourdes dans cette langue ont des voisées en oghouze. Toutefois, à mon avis, si ces données prouvent que la prononciation voisée est secondaire, elle ne montrent en aucun cas que l’opposition elle-même le soit. Il est tout à fait possible de supposer qu’un autre type d’opposition (disons, aspirée/non-aspirée ou géminée/non-géminée) ait été transphonologisée en voisement après l’emprunt au persan. Même si la nature phonétique de l’opposition pose problème, et même si le turc ancien et les autres variétés de turc ne préservent pas de trace de cette opposition, il me semble préférable de la reconstruire malgré tout à la proto-langue que de sacrifier le principe de régularité des changements phonétiques et supposer une scission non-conditionnée en oghouze.

Références

Antonov, Anton and Jacques, Guillaume. 2011. [2012] Turkic kümüš ‘silver’ and the lambdaism vs
sigmatism debate. Turkic Languages 15, 151–170.

Blust, Robert. 2008. Is There a Bima-Sumba Subgroup? Oceanic Linguistics. 47.1:45-113.

Georg, Stefan. 2004. Starostin, Sergei,  Anna Dybo and Oldeg Mudrak: Etymological Dictionary of the Altaic Languages. Diachronica. 21.2, pp. 445–450.

Goddard, Ives. 1988. Pre-Cheyenne *y. in In Honor of Mary Haas, W. Shipley (ed), Berlin: Mouton de Gruyter, pp. 345-360.

Proulx, Paul. 1982. Proto-Algonquian *k in Cheyenne. IJAL 48:467-471.

Leman, Wayne. 1980. Evidence for a PA *k: Cheyenne n correspondence IJAL 46:316-8.

Wang, William S.-Y. 1977. The Lexicon in Phonological Change. Berlin: Mouton de Gruyter.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les scissions non-conditionnées: mythe ou réalité?," Panchronica, 18/04/2015, https://panchr.hypotheses.org/44 (ISSN 2494-775X)

Cours sur la phonologie panchronique

Voici une vidéo du cours que j’ai donné sur la phonologie panchronique et la question de l’unidirectionalité des changements phonétiques à l’école d’été du LACITO à Roscoff:

Pour plus d’informations sur les données, voir:

Jacques, Guillaume. 2011. A panchronic study of aspirated fricatives, with new evidence from Pumi. Lingua 121:1518–1538.

Nouvel article sur l’arapaho

Mon premier article sur les langues algonquiennes ( Jacques 2013) vient de paraître. Dans ce travail, je propose deux interprétations de la correspondance entre le proto-algonquien *s- et l’arapaho n- à l’initiale, loi phonétique découverte par Goddard (1974).

Ce travail se place dans une perspective panchronique: pour chaque changement phonétique intermédiaire postulé entre *s- et n-, je propose des parallèles dans des langues d’autres familles, en tenant compte non seulement du changement phonétique lui-même, mais surtout de l’ensemble du système.

La correspondance entre *s- et n- (exclusivement à l’initiale; on a *s- > h- partout ailleurs) ne peut pas s’interpréter comme un changement phonétique direct; il est donc nécessaire de postuler un certain nombre d’étapes intermédiaires, mais il faut tenir compte (1) des autres sons qui fusionnent avec *s- en n- à l’initiale, à savoir *w-, *r- et n- (2) des correspondances dans les autres langues proches, le cheyenne, l’atsina et le nawathinehena.

On peut considérer deux changements: soit *s- > *z- > *r- > n- (un rhotacisme initial, changement par ailleurs uniquement attesté en vietnamien (voir Ferlus 1982); soit *s- > *ɬ- > *l- > n-. A ce propos, les relecteurs anonymes de l’article avaient des avis divergents: l’un a suggéré que le premier scénario était improbable (en raison de l’hypothèse du rhotacisme initial), tandis que l’autre avait la même opinion à propos du second scénario. Je pense pour ma part qu’il est trop tôt pour départager entre ces deux possibilités.

D’autre part, je donne aussi quelques nouvelles étymologies illustrant cette loi, comme nónoyoo- ‘avoir tort’ qui provient d’un *sanak-yaa- ou *sarak-yaa-. Paradoxalement, je pense que ces étymologies sont une contribution aussi grande sinon plus que la discussion sur les étapes intermédiaires de la loi *s- > n-.

Comme les lois phonétiques de l’arapaho sont connues avec une certaine précision, il pourrait sembler que découvrir de nouvelles étymologies est une affaire triviale et automatisable. En fait, il n’en est rien. J’ai appliqué au dictionnaire étymologique de Hewson le programme dont j’ai parlé dans le billet précédent qui applique les lois phonétiques automatiquement, mais le résultat est décevant: la quasi-totalité des étymologies correctes obtenues sont déjà connues.

Quelle est la raison de ce semi-échec? Je vais l’illustrer avec une étymologie que j’ai découverte en appliquant le programme mentionné ci-dessus. En arapaho, on trouve le verbe intransitif inanimé niicisóó- ‘être creux’. Les origines possibles de cette formes si l’on applique les lois phonétiques à l’envers sont très nombreuses: *[w|r|s][ii|oo]p[i|o][θk|šk|š][y|0]aa-. Avec la dictionnaire de Hewson+l’applicateur de loi phonétiques, j’obtiens le résultat suivant:

*niicex TI_hollow *wiimpeʃkamwa

*wiimpeʃkamwa est une forme proto-algonquienne reconstruite (elle aussi automatiquement), et *niicex est la forme obtenue en appliquant les lois phonétiques de façon mécanique (cette forme n’existe pas en arapaho).

Cette comparaison permet au moins de commencer l’étymologie de niicisóó-: ce verbe a le même radical initial que *wiimpeʃkamwa, c’est à dire *wiimp- (qui donne effectivement niic- d’après les lois régulières), mais le reste du mot a une structure différente. La terminaison -óó est un suffixe bien connu (*-yaa/ee-) qui sert à former des verbes intransitifs inanimés (comme nónoyoo- ci dessus). Maintenant, l’élément –is– restant est difficile à analyser. Ses origines possibles sont multiples (plus précisément, *[i|o][θk|šk|š] au moins), mais on ne trouve rien de tel dans les listes de suffixes établies par Bloomfield ou Hewson.

Ainsi, même si les lois phonétiques sont comprises, il n’est pas possible de mécaniser complètement la reconstruction, car les formes de chaque langue ne sont pas complètement superposables, d’une part parce qu’elles ont subi de l’analogie (un sujet dont je parlerai dans un autre billet), et d’autre part parce que dans des mots contenant plusieurs éléments (polymorphémiques), il est rare que des langues éloignées préservent pour chaque mot la même combinaison d’éléments.

C’est donc la morphologie, et non la phonologie, qui constitue le sujet d’étude principal de l’étymologie. Pour le cas de niicisóó- ‘être creux’, son étymologie ne pourra être considérée comme résolue que si l’on découvre un jour un élément postradical (selon le jargon algonquianiste) comparable à *-is- dans une autre langue de la famille qui corresponde selon les lois phonétiques connues et qui soit sémantiquement et morphologiquement similaire.

Même si les lois phonétiques des langues algonquiennes autre que le blackfoot sont connues, l’étymologie de ces langues est un champ d’étude encore vaste; j’espère que ce billet contribuera à susciter des vocations.

Références
Ferlus, Michel. 1982. Spirantisation des obstruantes médiales et formation du système consonantique du vietnamien, Cahiers de Linguistique – Asie Orientale, 11.1: 83–106.

Goddard, Ives. 1974. An Outline of the Historical Phonology of Arapaho and Atsina. International Journal of American Linguistics 40.2: 102–116.

Jacques, Guillaume 2013. The sound change *s > n in Arapaho. Folia Linguistica Historica 34:43-57.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Nouvel article sur l’arapaho," Panchronica, 22/10/2013, https://panchr.hypotheses.org/110 (ISSN 2494-775X)