Archives par mot-clé : phonologie historique

Cours sur la phonologie panchronique

Voici une vidéo du cours que j’ai donné sur la phonologie panchronique et la question de l’unidirectionalité des changements phonétiques à l’école d’été du LACITO à Roscoff:

Pour plus d’informations sur les données, voir:

Jacques, Guillaume. 2011. A panchronic study of aspirated fricatives, with new evidence from Pumi. Lingua 121:1518–1538.

Nouvel article sur l’arapaho

Mon premier article sur les langues algonquiennes ( Jacques 2013) vient de paraître. Dans ce travail, je propose deux interprétations de la correspondance entre le proto-algonquien *s- et l’arapaho n- à l’initiale, loi phonétique découverte par Goddard (1974).

Ce travail se place dans une perspective panchronique: pour chaque changement phonétique intermédiaire postulé entre *s- et n-, je propose des parallèles dans des langues d’autres familles, en tenant compte non seulement du changement phonétique lui-même, mais surtout de l’ensemble du système.

La correspondance entre *s- et n- (exclusivement à l’initiale; on a *s- > h- partout ailleurs) ne peut pas s’interpréter comme un changement phonétique direct; il est donc nécessaire de postuler un certain nombre d’étapes intermédiaires, mais il faut tenir compte (1) des autres sons qui fusionnent avec *s- en n- à l’initiale, à savoir *w-, *r- et n- (2) des correspondances dans les autres langues proches, le cheyenne, l’atsina et le nawathinehena.

On peut considérer deux changements: soit *s- > *z- > *r- > n- (un rhotacisme initial, changement par ailleurs uniquement attesté en vietnamien (voir Ferlus 1982); soit *s- > *ɬ- > *l- > n-. A ce propos, les relecteurs anonymes de l’article avaient des avis divergents: l’un a suggéré que le premier scénario était improbable (en raison de l’hypothèse du rhotacisme initial), tandis que l’autre avait la même opinion à propos du second scénario. Je pense pour ma part qu’il est trop tôt pour départager entre ces deux possibilités.

D’autre part, je donne aussi quelques nouvelles étymologies illustrant cette loi, comme nónoyoo- ‘avoir tort’ qui provient d’un *sanak-yaa- ou *sarak-yaa-. Paradoxalement, je pense que ces étymologies sont une contribution aussi grande sinon plus que la discussion sur les étapes intermédiaires de la loi *s- > n-.

Comme les lois phonétiques de l’arapaho sont connues avec une certaine précision, il pourrait sembler que découvrir de nouvelles étymologies est une affaire triviale et automatisable. En fait, il n’en est rien. J’ai appliqué au dictionnaire étymologique de Hewson le programme dont j’ai parlé dans le billet précédent qui applique les lois phonétiques automatiquement, mais le résultat est décevant: la quasi-totalité des étymologies correctes obtenues sont déjà connues.

Quelle est la raison de ce semi-échec? Je vais l’illustrer avec une étymologie que j’ai découverte en appliquant le programme mentionné ci-dessus. En arapaho, on trouve le verbe intransitif inanimé niicisóó- ‘être creux’. Les origines possibles de cette formes si l’on applique les lois phonétiques à l’envers sont très nombreuses: *[w|r|s][ii|oo]p[i|o][θk|šk|š][y|0]aa-. Avec la dictionnaire de Hewson+l’applicateur de loi phonétiques, j’obtiens le résultat suivant:

*niicex TI_hollow *wiimpeʃkamwa

*wiimpeʃkamwa est une forme proto-algonquienne reconstruite (elle aussi automatiquement), et *niicex est la forme obtenue en appliquant les lois phonétiques de façon mécanique (cette forme n’existe pas en arapaho).

Cette comparaison permet au moins de commencer l’étymologie de niicisóó-: ce verbe a le même radical initial que *wiimpeʃkamwa, c’est à dire *wiimp- (qui donne effectivement niic- d’après les lois régulières), mais le reste du mot a une structure différente. La terminaison -óó est un suffixe bien connu (*-yaa/ee-) qui sert à former des verbes intransitifs inanimés (comme nónoyoo- ci dessus). Maintenant, l’élément –is– restant est difficile à analyser. Ses origines possibles sont multiples (plus précisément, *[i|o][θk|šk|š] au moins), mais on ne trouve rien de tel dans les listes de suffixes établies par Bloomfield ou Hewson.

Ainsi, même si les lois phonétiques sont comprises, il n’est pas possible de mécaniser complètement la reconstruction, car les formes de chaque langue ne sont pas complètement superposables, d’une part parce qu’elles ont subi de l’analogie (un sujet dont je parlerai dans un autre billet), et d’autre part parce que dans des mots contenant plusieurs éléments (polymorphémiques), il est rare que des langues éloignées préservent pour chaque mot la même combinaison d’éléments.

C’est donc la morphologie, et non la phonologie, qui constitue le sujet d’étude principal de l’étymologie. Pour le cas de niicisóó- ‘être creux’, son étymologie ne pourra être considérée comme résolue que si l’on découvre un jour un élément postradical (selon le jargon algonquianiste) comparable à *-is- dans une autre langue de la famille qui corresponde selon les lois phonétiques connues et qui soit sémantiquement et morphologiquement similaire.

Même si les lois phonétiques des langues algonquiennes autre que le blackfoot sont connues, l’étymologie de ces langues est un champ d’étude encore vaste; j’espère que ce billet contribuera à susciter des vocations.

Références
Ferlus, Michel. 1982. Spirantisation des obstruantes médiales et formation du système consonantique du vietnamien, Cahiers de Linguistique – Asie Orientale, 11.1: 83–106.

Goddard, Ives. 1974. An Outline of the Historical Phonology of Arapaho and Atsina. International Journal of American Linguistics 40.2: 102–116.

Jacques, Guillaume 2013. The sound change *s > n in Arapaho. Folia Linguistica Historica 34:43-57.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Nouvel article sur l’arapaho," Panchronica, 22/10/2013, https://panchr.hypotheses.org/110 (ISSN 2494-775X)