Archives par mot-clé : phonologie historique

Le kiranti est-il paraphylétique? (1)

Dans un article récent, Gerber et Grollmann (2018) passent en revue les innovations proposées par différents auteurs pour définir le groupe kiranti, et concluent que les arguments en faveur de la monophylie du kiranti ne sont pas décisifs.

Parmi les innovations qu’ils critiquent, notons ma proposition d’une loi phonétique *-a[tl] à *-ɛ[tl] en proto-kiranti (Jacques 2017:205), basée sur les exemples suivants:

A cette idée, Gerber et Grollmann (2018:217) apportent l’objection suivante:

Il est clair qu’il existe des *-at et et -al en proto-kiranti (qui deviennent -ɛt et -ɛl respectivement en kiranti), et que leur existence soulève une question pour mon hypothèse: soit il s’agit de mots empruntés, ou formés par suffixation de -t après le changement de *-a[tl] à *-ɛ[tl], soit il faut postuler en pré-proto-kiranti une voyelle distincte de *a dans ces mots.

Néanmoins, les données du lohorung discutées dans ce passage n’infirment en rien l’hypothèse que j’avais proposée. Le verbe |khɛt| “aller” du lohorung cité dans ces paragraphes correspond au khaling |kʰot| “aller”, qui se reconstruit régulièrement comme *|kʰɑt| selon mon système (voir p.6). Le fait que le lohorung ait une rime -ɛt alternant avec -ar est une observation très intéressante, mais ce qu’elle montre est que (i) le *-ɑt du proto-kiranti devient -ɛt en lohorung , mais que par contre (ii) devant voyelle, où le -t- se lénifie en -r-, et où le *ɑ doit être en syllabe ouverte (le r devenant l’attaque de la syllabe suivante, comme en limbu |sɛt| tuer qui donne /sɛr-uŋ/ [sɛ.ruŋ] ‘je le tue(rai)’).

Cette question est complètement indépendante que celle du *-ɛt proto-kiranti, qui se confond avec *-et dans les langues autres que le le limbou. Comme le montrent les données de Gerber dans ce document de travail, le mewahang (et le lohorung) présente une voyelle /e/ dans le verbe “tuer”, qui s’oppose au /ɛ/ provenant de *-at ou *-ɑt: “The mid-low front vowel ɛ contrasts with mid-high e, viz. seʔma ‘to kill’ vs. sɛʔma ‘to pull’” (p.4). Le mewahang a donc subi des changements phonétiques similaires à celui du khaling: *-ɛt et *-at devenant respectivement /-et/ et /-ɛt/. Le conditionnement du second changement est légèrement différent, puisqu’en khaling le passage de *a à ɛ affecte tous les *a qui ne sont pas suivis d’une vélaire, y compris en syllabe ouverte, pas seulement ceux suivis de -t.

Un réel contre-exemple à mon hypothèse serait de trouver une langue kiranti où l’un des cognats des quatre verbes du tableau ci-dessus aurait préservé un vocalisme /a/: l’hypothèse ne porte pas sur un trait typologique (un changement *-at à *-ɛt, qui naturellement peut avoir lieu dans n’importe quelle région du monde) mais sur le fait que certains étymons kiranti ont une voyelle antérieure (ɛ en limbou et e dans les autres langues) correspondant à une voyelle ouverte ailleurs dans le famille.

Références
Gerber, Pascal et Selin Grollmann 2018. What is Kiranti? Bulletin of Chinese Linguistics, 11(2): 99-152. lien 1,lien 2
Jacques, Guillaume 2017. A reconstruction of Proto-Kiranti verb roots, Folia Linguistica Historica 38. 177–215.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le kiranti est-il paraphylétique? (1)," Panchronica, 03/04/2020, https://panchr.hypotheses.org/3234 (ISSN 2494-775X)

Problèmes de comparatisme rgyalronguique (2): les correspondances vocaliques

Le japhug et certaines variétés de situ se distinguent des autres langues rgyalronguiques en cela que leur rime -a correspond bien au tibétain -a (ou au tibétain -al, -an, suite à la chute des sonantes finales *-l et *-n, ou au tibétain -o suite à la loi de Laufer) ou d’autres langues extérieures au rgyalronguiques, et préservent vraisemblablement le *-a du proto-rgyalronguique.

Les quelques paires de cognats suivants entre japhug et tibétain illustrent ces correspondances:
|ndza| “manger” : ཟ་ za “manger”
|pa| “faire” : བྱས་ bʲas “faire” (passé, racine -bʲa-)
tɯ-rna “oreille” : རྣ་ rna “oreille”
tɯ-ɕna “nez” : སྣ་ sna “nez”
tɯ-tɣa “empant” : མཐོ་ mtʰo “empant” (pré-tibétain *mtwa)
tɯ-ɕɣa “dent” : སོ་ so “dent” (pré-tibétain *swa)

La plupart des langues rgyalronguiques, y compris certains dialectes du situ comme celui de Bragbar , ont toutefois des voyelles antérieures (en bragbar -iɛ, en tshobdun -e, en zbu -i, -ie ou -e) correspondant au japhug -a. Ces correspondances s’observent dans des emprunts au tibétain, comme nous allons le voir plus bas, ce qui indique leur caractère relativement récent; par ailleurs, le fait que le tshobdun soit affecté par l’antériorisation des voyelles, tandis que le japhug ne l’est pas, alors que ces deux langues sont sans nul doute les plus proches phylogénétiquement, implique que ces changements ont eu lieu indépendamment dans les différentes langues rgyalronguiques (au moins en partie).

Néanmoins, si l’on s’intéresse de près aux correspondances, il est évident que l’on ne peut se contenter de supposer un changement d’antériorisation non-conditionné du *-a. Simplement entre le tshobdun et le japhug, ont observe les deux correspondances principales suivantes (les données tshobdun viennent des textes édités par Jackson T.-S. Sun):

Japhug : Tshobdun

(1) -a : -e
qarma “crossoptilon” : qɐrme
ra “être nécessaire” : reʔ
sna “être bien” : sneʔ
spa “être capable” : ‘spe
tɤjpa “neige” : tɐjpe
tɯ-ŋga “habits” : tə́-ⁿge
tɯ-rpa “hache” : tərpe
tɯ-tɣa “empant” : kə-tʰwe

La correspondance (1) est très courante dans les emprunts au tibétain:
tɤ-zgra “bruit” : o-zgre : སྒྲ་ sgra
smɤnba “médecin” : smɐ́nbe : སྨན་པ་ sman.pa

(2) -a : -ɐ
iɕqha “à l’instant” : ʃqʰɐʔ
nɤɕqa “supporter” : nɐ́ʃqɐ
ɴqa “être dur” : mqɐ
sqa “cuire” : sqɐ
tɤ-ʁa “temps libre” : tɐqɐ
βʁa “gagner, être puissant” : fqɐ
ɯ-qa “fond”: o-qʰɐ


cha “pouvoir” : cʰɐ
nɤma “faire, travailler sur” : nɐmɐ
tɤrka “mule”: tɐrkɐ

Cette correspondance est aussi attestée dans certains emprunts (plus rares que la précédentes)
ɯ-tshɯɣa “forme”: o-tsʰəɣɐ : ཚུག་ཀ་ tsʰug.ka

Il est manifeste que la correspondance (2) contient une part disproportionnée de mots à initiales uvulaires. Il est donc vraisemblable de supposer que le changement de *-a à -e en tshobdun a été bloqué dans les mots à initiales uvulaires (à cause de l’effet bien connu des uvulaires sur le F1). Les mots à initiales non-uvulaires seront discutés plus tard, mais notons dans un premier temps que leurs cognats en zbu (chɐ̂ “pouvoir”, nɐmɐʔ II:nɐmɐ “travailler”; données personnelles) n’ont pas subi l’antériorisation (et que certains d’entre eux, comme “mule”, sont probablement des emprunts internes aux langues rgyalrong).

Il semble exister un contre-exemple au blocage de l’antériosation par les uvulaires: le verbe transitif qha “haïr”, dont le cognat tshobdun est qʰeʔ (dans ⁿge-qʰeʔ-nə “ils détestent” à l’imperfectif 3pl, thème I). Néanmoins, ont trouve aussi une forme qʰɐ (p.156, qʰɐ-nə “ils détestent” qui semble analysable comme un thème I. Son cognat zbu qɐ̂ II: ´qhɐ III: (données de Gong 2018, dialecte zbu distinct de celui cité ailleurs dans ce billet) n’a de forme à voyelle antérieure qu’au thème III. Le dérivé propriétif sɐqʰɐ “être détestable” a bien la voyelle -ɐ attendue, et quelle que soit la raison pour la forme imperfective ⁿge-qʰeʔ-nə (une généralisation analogique à partir du thème III, qui comme en japhug qʰe a une voyelle antérieure?), cette exemple n’infirme pas l’hypothèse que les uvulaires bloquent l’antériorisation en tshobdun.

Une complication aux correspondances (1) et (2) est le fait qu’il existe des alternances -e / -ɐ entre le thème I et II d’une part, et entre I/II et III d’autre part.

Le premier cas s’observe dans fceʔ “changer” II: fcɐ, III: fcɛʔ et ɐmqeʔ “se battre” II : ɐmqɐ (dont l’applicatif nɐmqeʔ a pour cognate japhug nɤmqe “insulter”).

Néanmoins, la plupart des verbes en -e ou -ɐ n’ont pas d’alternance vocaliques entre les thèmes I et II; c’est le cas des autres verbes correspondant au -a du japhug:

rɐmɐ “travailler”, II: rɐmɐʔ (japhug rɤma)
sqɐ “cuire en faisant bouillir” II:sqɐʔ (japhug sqa)

Au thème III, les verbes en -e aux thèmes I et II ont toutefois régulièrement -ɐ:
ⁿdze “manger”, II:ⁿdzeʔ, III:ⁿdzɐ (japhug ndza)
ntʃʰe”tuer”, II:ntʃʰeʔ, III:ntʃʰɐ (japhug ntɕha)

Si l’origine de l’alternance -e / -ɐ au thème III est encore inconnue, notons aussi que certains mots à -e ou -i en japhug correspondent à des mots en -ɐ en tshobdun (ou en zbu), suggérant une centralisation d’anciennes voyelles antérieures dans certains contextes (liste non-exhaustive):

tɤ-rte “chapeau”: tɐrtɐ
tɯrme “homme”: tərmɐ
tɤ-se “sang” : tɐsɐ
tɤ-jme “queue” : o-jmɐ
tɤ-re “rire”: tɐrɐ
tɯtsɣe “commerce”: tətswɐ
ɯ-mke “cou”: o-mkɐ
ŋke “marcher”: nkɐ
tɤŋe “soleil”: tɐ́ŋɐ

Le verb qɐrte “porter (un chapeau)”, pourtant vraisemblablement dérivé de tɐrtɐ “chapeau”, a en revanche une voyelle antérieure.

Toutes ces observations indiquent que d’anciens *-e sont devenus -ɐ en tshobdun (il deviennent normalement -ɛ), et que certains verbes à *-e ont subi ce changement phonétique au thème II, mais pas au thème I (il est donc possible que cette alternance soit liée à l’accentuation), comme les verbes à alternances -e / -ɐ fceʔ “changer” et ɐmqeʔ “se battre”. Il est encore trop tôt pour déterminer avec précision le contexte phonétique précis de ce changement, car il est inévitable que l’analogie a dû jouer, comme l’atteste le fait que certains verbes semblent présenter des formes alternatives en tshobdun: ntsweʔ “vendre” (cognat du japhug ntsɣe) a pour thèmes II ntswɐ (ne-ntswɐ “he sold them out”, p.202) et ne-ntswe (ne-ntswe “after he had sold …”, p.203).

Références
Gong, Xun. Le rgyalrong zbu, une langue tibéto-birmane de Chine du Sud-ouest. Une étude descriptive, typologique et comparative. Université Sorbonne Paris Cité. https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01894726v2/
Sun, Jackson T.-S. and Bstan’dzin Blogros 2019. Tshobdun Rgyalrong Spoken Texts With a Grammatical Introduction. Language and Linguistics Monograph Series 62. http://www.ling.sinica.edu.tw/LL/zh/monographs.Contect/%E8%8D%89%E7%99%BB%E5%98%89%E6%88%8E%E8%AA%9E%E5%8F%A3%E8%AA%9E%E6%96%87%E6%9C%AC%E5%88%86%E6%9E%90%E6%9A%A8%E8%AA%9E%E6%B3%95%E7%B6%B1%E8%A6%81/

Problèmes de comparatisme rgyalronguique (1): la monosyllabisation sporadique

La documentation des langues rgyalronguiques a connu récemment des progrès importants, notamment avec la parution des textes tshobdun, et nous commençons à disposer des matériaux pour jeter les bases d’une vraie grammaire comparée du rgyalronguique. Dans cette série de billets, je vais présenter plusieurs questions particulièrement épineuses de comparatisme des langues rgyalronguiques.

On trouve entre les langues rgyalrongs certains cognats ayant un radicale dissyllabique dans une langue, et monosyllabique dans une autre.

Le japhug tɤ-pɤri “dîner” (et ses dérivés comme le verbe dénominal nɤpɤri “prendre son dîner”), au radical dissyllabique -pɤri (tɤ- est le préfixe de possesseur indéfini), correspond à tɐ-priʔ en tshobdun avec un radical monosyllabique -priʔ.

Il s’agit là d’un exemple isolé, et l’on trouve dans un autre cas la situation inverse: le nom possédé tshobdun o-múru “(sa) colère” au radical dissyllabique correspondant au japhug tɤ-mbrɯ “colère”, avec chute de la voyelle de la première syllabe du radical et insertion d’un -b- épenthétique *-mVru > *-mru > *-mbru.

Un troisième type de correspondance s’observe avec le verbe sɐⁿbrovʔ, que J. T-S. Sun traduit comme “eat main food with”, correspondant au japhug zmɤrɤβ de même sens. Ici, les deux langues ont des radicaux dissyllabiques. Le japhug zmɤrɤβ “manger avec” n’est pas synchroniquement analysable, mais a la forme du causatif d’un verbe †mɤrɤβ, qui lui-même pourrait être le dénominal d’un nom †tɤ-rɤβ. Si un tel nom n’est pas attesté à ma connaissance, on trouve en revanche le tshobdun tɐrovʔ “viande cuite” qui en serait le cognat attendu. Il est donc possible que le verbe tshobdun sɐⁿbrovʔ vienne d’un plus ancien *sɐ-m-rovʔ avec insertion d’un -b- épenthétique ici aussi, où le *-m- serait l’allomorphe non-syllabique d’un préfixe dénominal, et *sɐ- celui du causatif.

Le japhug et le tshobdun auraient donc ici deux verbes partageant la même racine et les même préfixes dérivationnels, mais avec une position différente de la voyelle de la chaîne préfixale:

*sɐ-m-rovʔ
*z-mɤ-rɤβ

Ces trois types de correspondances divergentes des radicaux dissyllabiques en japhug et en tshobdun ont sans doute leur explication dans des règles morphophonologiques de réduction vocalique aujourd’hui non-productives, et qu’il est prématuré de tenter de reconstruire. Notons qu’à l’intérieur du japhug on trouve des traces de phénomènes de réduction des premières syllabes de radical (lorsque certains préfixes sont ajoutés), comme l’illustre le nom ɯ-ʁle “réputation, face”, nom possédé dérivé de qale “vent”, où le préfixe qa- est devenu ʁ-.

Si les langues rgyalronguiques ne sont pas “monosyllabiques”, ces observations rappellent le caractère apparemment sporadique de la monosyllabicisation dans ses premières étapes observé par exemple en viet-muong. Ces phénomènes ne sont pas incompatibles avec une approche néogrammairienne, mais pour les interpréter correctement, il est nécessaire de faire l’hypothèse de règles morphologiques disparues. Dans le cas du rgyalronguique celles-ci pourront sans doute bientôt être établie avec un certaine plausibilité lorsque nous aurons des grammaires synchroniques, des textes et des dictionnaires pour toutes les langues.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Problèmes de comparatisme rgyalronguique (1): la monosyllabisation sporadique," Panchronica, 19/01/2020, https://panchr.hypotheses.org/3150 (ISSN 2494-775X)

Une scission tonale du Hakka

Une des caractéristiques définitoires des dialectes Hakka, selon Norman (1986), est la scission des mots à ton shang avec initiale cizhuo (sonante), dont une partie reste au ton shang 3, et l’autre se retrouve au ton 1 yinping. Le tableau ci-dessous, tiré de Sagart (1998:285), présente des mots ayant le ton shang avec sonante en chinois moyen et soit le ton 3 soit le ton 1 en hakka, les mots en grisé étant ceux qui se conforment aux critères de Norman.

Indépendamment de la question de la validité du groupe Hakka tel qu’il est conçu par Norman et de son opposition au dialectes Gan (voir Laurent Sagart 1993, 1998), cette scission est un phénomène d’un grand intérêt.

Il n’est pas évident à première vue s’il s’agit d’un archaïsme ou d’une innovation. Dans le premier cas, son utilisation pour classifier les dialectes serait moindre.

Pour expliquer la scission j’avais à l’origine pensé à des sonantes préglottalisées; par exemple, pour 马 “cheval”, en chinois moyen mæX (*mrˤaʔ dans la reconstruction de Baxter/Sagart) on pourrait imaginer un pré-Hakka *ʔmAʔ (le *A représentant le réflexe de *Cra en type A), avec dissimilation perte de l’occlusive glottale *ʔmrA. Le problème d’une telle hypothèse est qu’on s’attendrait à ce que cette dissimilation s’applique aussi aux mots à occlusive glottale initiale, donnant 影 ʔ- en chinois moyen, et donc que des mots (voire tous les mots) à initiale ʔ- au ton shang soient passés au ton ping, ce qui n’est évidemment pas le cas.

Cette scission rappelle toutefois une évolution particulière observée en viet-muong. Il est bien connu depuis Haudricourt que les mots à tons sắc-nặng en vietnamien correspondent à des mots à occlusive glottale finale dans des langues plus conservatrices telles que le khamou (et que cette occlusive glottale est l’origine principale de ces tons). Néanmoins, il existe également un certain nombre d’exemples ayant des occlusives glottales en khamou, mais les tons ngang-huyền (ping) en vietnamien, comme dans les exemples ci-dessous, tirés de Ferlus (2004:309):

khamou kmaʔ, vietnamien mưa “pluie”
khamou sŋiʔ, vietnamien ngày “jour”

Ces correspondances apparemment irrégulières s’expliquent selon Ferlus par la tension exercée par la consonne obstruente préinitiale (les k- et s- préservés en khamou) en viet-muong, qui a causé dans le cas des syllabes à occlusive glottale finale une chute de celle-ci.

Si l’on revient maintenant au Hakka, une possibilité alternative serait que les mots qui sont passés au ton ping auraient eu une présyllabe obstruente, tandis que ceux qui sont restés au ton shang n’auraient pas eu de présyllabes, et donc de restituer par exemple pour “cheval” un stade à présyllabe *C-mAʔ avec chute de l’occlusive finale suivant le même mécanisme qu’en vietnamien. La différence fondamentale entre chinois et viet-muong dans cette idée serait le statut des syllabes à sonantes finales à occlsuive finale: le chinois avait des sonantes finales glottalisées (comme les langues rgyalronguiques) qui ont subi la chute de l’occlusive glottale comme leurs équivalents à syllabe ouverte, tandis qu’en viet-muong, les syllabes à sonante finale ayant des présyllabes en pré-viet-muong auraient selon Ferlus au contraire développé de occlusives finales.

Références
Ferlus, Michel 2004. The origin of tones in Viet-Muong lien
Norman, Jerry 1986. What is a Kejia dialect ?
Sagart, Laurent 1993. Les dialectes gan lien
Sagart, Laurent 1998. ON DISTINGUISHING HAKKA AND NON-HAKKA DIALECTS. Journal of Chinese Linguistics, Vol. 26, No. 2, pp. 281-302.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une scission tonale du Hakka," Panchronica, 12/01/2019, https://panchr.hypotheses.org/2879 (ISSN 2494-775X)

Le yod initial en chinois archaïque

Le verbe 與 joX “donner” est reconstruit avec une uvulaire dans le système Baxter/Sagart *m-q(r)aʔ — et s’oppose à son homophone 予 joX en chinois moyen, qu’ils reconstruisent avec une latérale *laʔ.

Comme je l’ai proposé dans cet article, je pense qu’une partie des j- du chinois moyen viennent d’un *j- primaire en chinois archaïque (une idée que soutient aussi Schuessler). Pour la série phonétique de 羊, je préfère donc des reconstructions telles que:

羊 jaŋ < *jaŋ (Japhug qaʑo < *qajaŋ)
祥 zjaŋ < *s-jaŋ (Tibétain གཡང་ gjaŋ)
癢 jaŋX < *jaŋʔ (Japhug rɤʑa < *rɐja)
etc…

à celles avec uvulaires ou latérales.

Or, dans le cas de 與 joX "donner", il existe un cognat potentiel dans les langues trans-himalayennes non-chinoises, qui suggère un *j- primaire dans cette série aussi: le jinhgpo yā “donner”, le kham ya-nya, le dura hyo-i (voir Schorer 2016:287) (le STEDT regroupe ces formes ici; le thulung yak- n’est pas nécessairement cognat). Schuessler (2007) cite la forme jinghpo comme alternative à d’autres étymologies, sans pourtant en tirer la conclusion qu’implique une telle étymologie.

Si l’on admet l’existence d’un *j- primaire dans la série de 與, on peut donc proposer la reconstruction 與 joX < *jaʔ. Le verbe 舉 kjoX pourrait dans cette hypothèse s'expliquer comme venant d’un groupe *k-jaʔ (comme le suggère le tibétain བཀྱག་ bkʲag).

Notons que les séries à yod primaire initial reconstruites ici ne contiennent que des caractères de troisième division en chinois moyen, ce qui soulève le problème du traitement du *j- supposé en type A (pharyngalisé selon Baxter et Sagart). Mon point de vue est que l'opposition A/B est neutralisée avec cette initiale (donc que *j- devient j- aussi bien en type A et en type B, et probablement de même avec les groupes de consonnes).

L’idée de yod primaire initial n’est pas nécessairement contradictoire avec la théorie des uvulaires (qui dans sa formulation actuelle présente néanmoins de sérieux problèmes), mais si les deux idées sont valides, distinguer entre séries à uvulaire et série à j- sur la base exclusive du chinois moyen et des séries phonétiques peut être difficile.

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Schorer, Nicholas 2016. The Dura Language: Grammar and Phylogeny. Leiden: Brill
Schuessler, Axel 2007. ABC Etymological Dictionary of Old Chinese.
Watters, David 2004. A Dictionary of Kham: Taka Dialect. Tribhuvan University.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le yod initial en chinois archaïque," Panchronica, 02/11/2018, https://panchr.hypotheses.org/2723 (ISSN 2494-775X)

A propos de l’interprétation des “divisions” en tangoute

Si le système phonologique du tangoute est relativement compris du point de vue de sa structure grâce à l’analysis systématique des fanqie des dictionnaires natifs (voir par exemple cette introduction), l’interprétation phonétique des catégories phonologiques est très difficile, et les reconstructions actuellement disponibles du tangoute inspirent peu confiance — je me sers moi-même de celle de Gong Hwang-cherng comme d’une représentation orthographique de l’information phonologique contenue dans les dictionnaires plutôt que comme essai réel de reconstituer la prononciation de cette langue.

Grâce à sa connaissance du zbu et des autres langues rgyalronguiques, Gong Xun a fait des avancées importante sur l’interprétation phonétique des distinctions phonologiques du tangoute. Ses travaux ne sont pas publiés, mais heureusement le SOAS vient de mettre en ligne une vidéo de son intervention à une conférence à Londres l’année dernière, où ses idées sur les uvulaires et les qualités de voix sont présentées en détail:

Même s’il n’a pas été publié au format papier (un article a été soumis, mais la relecture prend un temps inhabituellement long), ce travail est citable sous la forme suivante:

Gong, Xun (2017) ‘Grade II in Tangut and Hexi Late Middle Chinese’. Workshop “Recent Advances in Tangut Studies”, London, SOAS, 28 February 2017.

Il en va de même de cette présentation sur le bai dont nous avions déjà parlé (ici et ici):

Elle n’est malheureusement toujours pas publiée, mais je suggère de citer cette présentation sous la forme suivante:

Gong, Xun (2015) ‘How old is the Chinese in Bái? Reexamining Sino-Bái under the Baxter-Sagart reconstruction’. Workshop “Recent Advances in Old Chinese Historical Phonology”, London, SOAS, 6 November 2015.

Un article sur le proto-kiranti

Dans le dernier numéro de Folia Linguistica Historica vient de paraître cet article accompagné de son appendice en ligne. C’est un premier essai, basé sur quatre langues (wamboule, khaling, bantawa et limbou), de rendre compte de façon systématique à la fois des correspondances entre langues et des alternances morphologiques, et d’introduire une approche réellement néo-grammairienne au comparatisme kiranti (et sino-tibétaine en général), en analysant les correspondances observées sur la base exclusive de trois principes: (i) les changements phonétiques sans exceptions, (ii) l’analogie et (iii) les emprunts.

Ce travail est en opposition radicale à deux courants de pensée molle, qui ont causé un dommage considérable au comparatisme sino-tibétain en particulier: la doctrine de la diffusion lexicale, malheureusement très influente en Chine (je réfère le lecteur de ce blog à cet article de Nathan W Hill) et celle des “allofams” qui sous-tend l’ensemble de la base de donnée STEDT).

Il est en revanche dans la continuité directe de la tradition kirantologique, en particulier des travaux de Boyd Michailovsky (en particulier celui-ci). A ce titre, je dois apporter deux corrections concernant certaines références dans l’article:

(a) p. 177++ parmi les travaux concernant la reconstruction interne des verbes kiranti, je ne mentionne que les travaux récent, et ai oublié d’ajouter cet article, qui a servi de base aux travaux qui l’ont suivi.

(b) p 190, § 5.1.1, l’idée d’un stade préglottalisé pour rendre compte des correspondances des séries d’occlusives en kiranti du sud et kiranti de l’ouest et du nord-est est déjà discutée dans cet article que j’ai omis de mentionner dans cette section.

Mon article n’est naturellement qu’une ébauche de reconstruction, et je compte progressivement ajouter des langues, à commencer par le kouloung (dont j’ai déjà préparé une base de donnée comparative) et le yakkha.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un article sur le proto-kiranti," Panchronica, 25/11/2017, https://panchr.hypotheses.org/2061 (ISSN 2494-775X)

La réception du système de Baxter-Sagart : premier bilan

Depuis sa parution en 2014, le livre de Baxter et Sagart, lauréat du prix Bloomfield, a été l’objet d’une vif débat.

Une conférence dont l’intégralité peut être écoutée sur youtube a porté sur ce livre, et un nombre important de compte-rendus et de réponses à ceux-ci sont parus. Comme le débat commence à devenir touffu et difficile à suivre, il m’a paru utile de présenter la liste des CRs et des réponses.

Parmi ceux-ci, Goldstein (2015) et Ma Kun (2017) sont les plus positifs, Starostin (2015) et Hill (2017) sont relativement sympathiques, tandis que Schuessler (2015), Harbsmeier (2016) (voir aussi la vidéo) et surtout Ho (2016) sont hostiles. Deux articles déjà parus, Jacques (2017) à propos de l’interprétation du buyang et List et al.(2017) concernant la pureté des voyelles dans les rimes (das Vokalreinheitsgebot), répondent sur des points spécifiques du CR de Ho (2016) (les lecteurs de ce blog peuvent se faire un avis par eux-mêmes; je peux fournir le PDF de Ho 2016 sur demande). Baxter et Sagart (2017), qui est sur le point de paraître, répond à Schuessler (2015).

Lai Guolong (2017) contient un commentaire de Pan Wuyun sur OCNR, qui malheureusement illustre à quel point la linguistique néo-grammairienne a été vaincue par la “diffusion lexicale” en Chine: “在新语法学派的假设下,音变是线性的——一个音段p在条件C下,在某一时代毫无例外地变为p1。但我们发现,许多音会发生非线性音变——音p在相同条件C下,有的变成p1,有的变成p2。[…………]前人已经注意到了这一现象,并试图通过“词汇扩散理论”、“竞争性音变”等理论来解释(王士元、潘悟云等);总之,必须对新语法学派假设进行修正,尤其要重视非线性音变的发生条件。从这个角度看,白-沙体系的构拟有一些混乱之处,其可能原因之一就是没有考虑到非线性音变。”, je traduis rapidement: “D’après l’hypothèse néogrammairienne, les changements phonétiques sont linéaires (= “déterministes”) — le segment p dans le contexte C, à un moment donné donne sans exception p1. Mais on se rend compte que de nombreux sons subissent des changements non-linéaires– un son p dans le même contexte C peut soit devenir p1, soit p2. Ce phénomène a été remarqué par des chercheurs tels que William S. Wang et Pan Wuyun, qui ont essayé de les expliquer au moyen des théories de la diffusion lexicale et de la compétition des changements phonétiques. En résumé, il est nécessaire de corriger l’hypothèse néogrammairienne, et en particulier de porter attention aux contextes dans lesquels les changements phonétiques non-linéaires se produisent. De ce point de vue, les points confus du système Baxter/Sagart sont peut-être dus au fait qu’ils n’ont pas considéré les changements phonétiques non-linéaires.”

Ce passage se passe de commentaire, car il est difficile de débattre avec ceux qui abandonnent les lois phonétiques sans exceptions. Je ne peux que référer les lecteurs de ce blog à l’article de Nathan W Hill (voir aussi ce billet). J’y reviendrai dans un article futur, mais je pense que le manque de succès de la linguistique néogrammairienne en Chine (et aussi dans l’école de Matisoff) est dû au fait que les linguistes chinois (et les matisoviens) étudient peu les langues à morphologie complexe, et n’ont donc pas une conscience aussi aiguë de la nécessité de l’analogie que les indo-européanistes — or la doctrine néogrammairienne est autant basée sur l’analogie que sur les changements phonétiques.

======================
Goldstein, David (2015) Review of: William H. Baxter, Laurent Sagart. Old Chinese. BSOAS, 78(2):413-414. lien

Starostin, Georges (2015) Review of: William H. Baxter, Laurent Sagart. Old Chinese. A New Reconstruction. Oxford: Oxford University Press, 2014. Journal of Language Relationship, 13/4, 2015, pp. 383-389. lien

Schuessler, Axel (2015) New Old Chinese. Diachronica 32(4): 571–598.

Ho, Dah-an. (2016) Such errors could have been avoided. Review of “Old Chinese: A new reconstruction” by William H Baxter and Laurent Sagart. Journal of Chinese Linguistics 44(1): 175–230.
(il existe une version en chinois 這樣的錯誤不該有―評白一平、沙加爾的《上古音新構擬》 qui n’est pas parue apparemment)

Christoph Harbsmeier (2016) Irrefutable Conjectures. A Review of William H. Baxter and Laurent Sagart, Old Chinese. A New Reconstruction, Monumenta Serica, 64(2): 445-504 lien

Hill, Nathan W. (2017) Old Chinese: A New Reconstruction.Archiv Orientální 85(1): 135-140. lien

Jacques, Guillaume 2017. On the status of Buyang presyllables: A Response to Professor Ho Dah-An
Journal of Chinese Linguistics 45(2): 451-457. lien (voir aussi ce billet)

List, Johann-Mattis et al. 2017 Vowel purity and rhyme evidence in Old Chinese reconstruction, Lingua sinica (2017) 3: 5 lien

Baxter, William H. and Laurent Sagart 2017. Old Chinese reconstruction: A response to Schuessler. Diachronica 34(4)

马坤 2017 史比较下的上古汉语构拟——白一平、沙加尔(2014)体系述评,《中国语文》4期 496-509 lien

来过龙 2017 多维视野下的上古音研究《文汇学人》
lien1 lien2

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La réception du système de Baxter-Sagart : premier bilan," Panchronica, 20/10/2017, https://panchr.hypotheses.org/1990 (ISSN 2494-775X)

*sr- et *j-

Comme j’en ai discuté à plusieurs reprises déjà dans cet article et sur ce blog (voir ce billet et ce billet), le groupe initial *sr- en sino-tibétain est bien attesté dans plusieurs étymons, dont “pou” (japhug zrɯɣ), “honte” (nɤzraʁ), “racine” (tɤ-zrɤm), et ses réflexes sont japhug zr-, proto-kiranti *s-, tibétain ɕ-, chinois moyen ʂ-, proto-kuki-chin *hr- et jinghpo ts- (par exemple dans tsí’ “pou”).

Le cas de “honte” est intéressant; si le japhug –zraʁ, le LB *hrak et le chinois 色 ʂik < *srək reflètent *sr-, certaines langues, dont le jinghpo gayà’ “害羞” (le coup de glotte final vient d’un *-k) et le hakha lai nı̀ŋ-zak-I, -zaʔ-II, ont une initiale remontant à *j-: on retrouve les mêmes correspondances que dans lai zâa-I, zaat-II  et jinghpo gayá “gratter” (japhug rɤʑa “gratter”, voir d’autres cognats dans cet article).

Il me semble inacceptable de postuler ici un groupe plus complexe *srj- donnant *sr- dans certaines langues et *j- dans d’autres (*sr- et *rj- donnent ts- en jinghpo, comme le montre matsát “huit”), et il n’existe pas de processus morphologique permettant une alternance entre *sr- et *j-.

La question se pose donc de savoir si nous avons affaire à une ressemblance fortuite (après tout la correspondance est unique, et la ressemblance est limitée à la rime), s’il s’agit de mots diffusés en jinghpo et en lai à partir d’une langue où *sr- donne j- (mais il faudrait identifier cette langue — par ailleurs, l’emprunt aurait été au moins proto-kuki-chin puisqu’il prédaterait le changement *j- > *z-) ou si une explication plus compliquée encore est justifiée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "*sr- et *j-," Panchronica, 28/06/2017, https://panchr.hypotheses.org/1859 (ISSN 2494-775X)

Une trace des groupes de consonnes en kulung?

Le kulung fait partie des langues kiranties qui ont perdu les groupes initiaux; citons ainsi les paires suivantes (données de Tolsma 2006 et khaling de ce dictionnaire). Notons que comme le montre Boyd Michailovsky, les voisées *b, *d *g du proto-kiranti correspondent à des voisées en khaling et à des sourdes en kulung, et que les *p et *t du proto-kiranti correspondent à des voisées en kulung (Starostin et Opgenort posent une série additionnelle d’occlusive, maise c’est selon moi une erreur, voir cet article.

kumma |kup| “brood” :: Khaling |glumt|
khəmma |khəp| “cover, put the lid on” :: Khaling |khropt|
khumma |khum| “bury” :: Khaling |khlum|
phamma |phap| “bend over, fold” :: Khaling |phlɛpt|
puima |put| “boil” :: Khaling |bhlitt|
etc..

Or, on trouve deux verbes ayant s- en kulung correspondant à kr- en khaling, tous deux devant i:

simma |sip| “cut (moving the object towards the knife), cut one’s hand, saw” :: khaling |kript| “cut” (avec des exemples comme ʔʌ̄msu-ʔɛ ʔarasʌ̄ŋ krʌptɛsu. “They sawed the wood.”)
simma |sip| “close the eyes” :: khaling |krim| “close the eyes” (la correspondance de consonne finale n’est pas isolée).

Je n’ai pas d’autre exemple pour le moment, mais il semble vraisemblable de supposer, sur la base de ces exemples qui sont sémantiquement convaincants, un changement *kr- > s- /_i. Ainsi, même si le kulung a perdu les groupes de consonnes, ceux-ci n’auraient pas toujours disparu impunément.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace des groupes de consonnes en kulung?," Panchronica, 26/05/2017, https://panchr.hypotheses.org/1778 (ISSN 2494-775X)

La prénasalisation en hmong-mien

La reconstruction de Baxter et Sagart (2014) fait un grand usage de la prénasalisation en hmong-mien, suivant en cela certaines idées proposées par Downer dans cet article remarquable, qui n’a pas pris une ride en plus de 40 ans: les prénasalisées du chinois archaïque deviennent des voisées en mien, la distinction de voisement étant transphonologisée registre tonal, et celle d’aspiration étant perdue (*mp-, *mpʰ- > b-; *nt-, *nth- > d etc).

Ils se sont servis dans leur reconstruction essentiellement des mots reconstruits en proto-hmong-mien (Wang Fushi et Mao Zongwu 苗瑶语古音构拟et Ratliff 2010), mais il est facile, en étudiant le dictionnaire du mien de Jiangdi 江底 de Mao Zongwu (汉瑶词典(勉语)), de trouver de nombreux cas de mots ayant des voisées en mien (venant de préinitiales) correspondant à des sourdes aspirées ou non-aspirées en chinois.

Certains de ces mots, comme bjoːt8 “bouillir” (chinois 沸 pjɨjH < *Nə-puts; notons qu’il existe un autre verbe bwei5 “bouillir” en mien avec un -i correspondant au *-ts du chinois archaïque, donc tardif, qui se retrouve toutefois en hmong et semble suivre les correspondances des mots hmong-miens natifs), semblent d'une grande antiquité (la préservation du -t final est ici probablement indicatrice d'un emprunt pré-Han). D'autres toutefois, comme beu1 "jeter" (chinois 抛 phæw), ont des correspondances indicatrice d’un emprunt d’une langue de type chinois moyen. Signalons le mémoire de mastaire de
Li Lizhi (《汉瑶词典》中勉语汉语借词的研究) qui propose une stratification détaillée des emprunts en mien sur la base du dictionnaire de Mao Zongwu.

Pourrait-il s’agir d’une innovation en mien? Bien sûr, dans le cas de mots à voisée en chinois moyen, comme le mien dzoːi2 “complet”, qui vient du chinois 齐 dzej (dont un des sens est “complet”, dans des expressions telles que 齐全), il serait possible d’argumenter que le voisement est dû au fait que le mot est emprunté à un dialecte chinois qui aurait préservé le voisement jusqu’à une période postérieure à la perte de celui-ci en mien et à la conversion de la prénasalisation en voisement dans cette langue. Un tel argument n’est pas possible pour les mots à sourdes aspirées et non-aspirées en chinois moyen, bien entendu.

Une autre question est de savoir s’il pourrait s’agir d’une alternance interne au mien; même si les langues hmong-mien sont presque complètement isolante, on remarque quelques trace de morphologie ancienne(Ratliff 2010:199-213).

L’une des plus étonnante, notée à juste titre par Martha Ratliff (2010: 210) est la paire entre “tuer” (mien tai5 < *təjH) et "mourir" (mien tai6 < *dəjH), qui rappelle l'austronésien *paCay "tuer" / *maCay "mourir" (*C, quelque soit son interprétation phonétique, correspond à t dans la plupart des langues austronésiennes). Cette paire de verbes soulève de nombreuses questions concernant la parenté du hmong-mien (ce ne sont pas les seules formes ressemblant à l'austronésien dans la famille), et en tous les cas montre des alternances morphologiques de voisement (manifestée en mien par les tons de série haute (1,3,5,7) opposés à ceux de série basse (2,4,6,8)) ont pu avoir un jour existé. Néanmoins, il ne semble pas qu'il y ait d'exemples clairs de paires de verbes natifs ayant une alternance de prénasalisation (cf Downer 1973). Il est donc peu vraisemblable que la prénasalisation dans les verbes empruntés au chinois aient pu être dus à un préfixe en hmong-mien (contrairement par exemple aux langues rgyalronguiques, où les verbes récemment empruntés au chinois prennent des préfixes dénominaux, tels que – en japhug, voir cet article).

Nous avons donc une large couche d’emprunts au chinois ayant des initiales remontant à des prénasalisées, mais qui du point de vue des autres caractéristiques phonologiques ressemble à un dialecte chinois moyen; nous avons donc affaire à un dialecte chinois d’époque post-Han, qui n’était distinct du système du qieyun que parla préservation de quelques traits comme la prénasalisation, et qui comme le suggère Downer pourrait même être ancestral à la couche la plus ancienne du cantonais et du hakka. La prénasalisation en hmong-mien n’est donc pas une curiosité remontant à une époque archaïque, dont l’ajout à la reconstruction serait extrêmement spéculatif comme le suggère Schuessler (2015), mais un trait encore présent en chinois des Han et probablement assez général dans les dialectes du sud jusqu’à l’époque Tang.

Pour finir, on trouve en hmong-mien des mots sino-tibétains non-chinois, probablement venant d’une langue birmo-rgyalronguique ancienne, dont certains ont une prénasalisation. Si l’on prend bwan5 “neige, glace”, probablement apparenté au japhug tɤjpa (*lpa < **lpan; le -n est attesté en trong tɯ³¹wɑn⁵³ ”neige”), on observe que la prénasalisation en hmong-mien, à une époque encore plus ancienne, provient de la confusion de préinitiales nasale et d’autres prénitiales sonantes comme *l-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La prénasalisation en hmong-mien," Panchronica, 19/03/2017, https://panchr.hypotheses.org/1694 (ISSN 2494-775X)

D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?

Les lois phonétiques du khaling présentées dans cet article montrent que les *a du pré-khaling ne restent a que lorsque suivies de vélaires, et deviennent ɛ en syllabe ouverte et suivies des codas labiales et dentales. Toutefois, on trouve un nombre non-négligeable de noms en -ap et en -am. Quelle peut-être donc leur origine?

L’étymon khaling dhâm धाःम् “ciel” offre peut-être la solution. Son cognat thulung est dha:mu (les données thulung viennent d’Aimée Lahaussois). La correspondance entre le ton tombant et le -u final perdu de la seconde syllabe est attendue (voir cet article). Le limbou a quant à lui taŋsaŋba “ciel” (données limbou tirées de ce dictionnaire). Je proposerais donc une reconstruction *daŋ en proto-kiranti, avec une proto-forme intermédiaire *daŋmu dans l’ancêtre commun au thulung et au khaling; la seconde syllabe pourrait être cognate de l’étymon reflété par le japhug tɯ-mɯ “ciel, pluie”, qui a des cognats répandus); le limbou aurait de son côté formé un composé différent (notons que le changement *d- > t- est parfaitement régulier en limbou, voir cet article parmi d’autres).

En khaling, le *-ŋ a dû disparaître tardivement, après le passage de *a > ɛ et probablement avant la chute des voyelles hautes finales:

*daŋmu > *da:mu > dʰâm

En thulung, le -N a chuté avec allongement compensatoire de la voyelle précédente, sans modifier le timbre de la voyelle.

La reconstruction proposée ici diffère fondammentalement de celle de Starostin, qui n’a pas pris en compte le mot limbou.

La même règle s’observe dans le nom khaling ʔā:p आप् “pin”, qui correspond au limbou aːŋ “pin”, et aussi peut-être khaling -tā:p -ताप् “soi-même” que l’on pourrait comparer au limbou thaŋbɛn “young man”(d’un pré-khaling *taŋbi ?). Notons que cette idée a le mérite additionnel d’expliquer pourquoi les noms “pin” et “soi-même” ont une voyelle longue en khaling au ton plat suivie d’une occlusive finale (normalement ce type de syllabe n’est pas possible dans cette langue).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?," Panchronica, 23/02/2017, https://panchr.hypotheses.org/1684 (ISSN 2494-775X)

Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha

Dans ce billet, j’aborde la questions des deux exceptions à la métathèse *pk- > *kp- proposées par J. Koontz: le nom “tortue” et le verbe “désirer”. Dans des billets ultérieurs, je discuterai du paradigme archaïque phú “je viens”, škú “tu viens” et des paradigmes à lénition.

(1) “tortue”
Concernant le nom “tortue”, le seul indice d’une reconstruction *pk- est la forme mandan pké. Il est en particulier manifeste que le lakota khé et l’omaha kké peuvent s’expliquer par une proto-forme *hke, car les pré-aspirées du proto-siouane de la vallée du Mississippi (pSVM) donnent des post-aspirées en lakota.

L’élément p- en mandan, comme l’indique le CSD, est un préfixe de classe *wi- réduit qui se retrouve dans beaucoup de noms d’animaux sous forme fossilisée (notamment dans lakota pté “bison”, omaha tté). Le fait qu’il s’agisse d’un élément morphologique implique également qu’il est tout à fait possible de poser plusieurs proto-formes en proto-sioux, l’une préfixée *wi-hké d’où proviendrait le mandan, et l’autre non-préfixée qui aurait donné le pSVM.

L’étymon “tortue” n’est donc pas un contre-exemple à la loi de métathèse; d’autre part, notons qu’il serait surprenant que *pk- donne kh- en lakhota, car dans cette langue les autres groupes *Ck ne donnent pas des aspirées.

(2) le verbe “désirer”
Rappelons le paradigme de ce verbe en omaha:
1sg kką́bðe,
2sg šką́hne
3sg gą́ða

voici celui de l’osage (tiré de Quintero 2009):
1sg hkǫ́bra
2sg škǫ́šta
3sg kǫ́ða

Le proto-Dhegiha était (*A note la voyelle à Ablaut, sujet que je réserve pour une autre fois).
1sg *hkǫ́=brA
2sg *škǫ́=šrA
3sg *kǫ́=rA

Le second élément est un thème en *r-. comme le souligne Lameen Souag, les paradigmes en *r- sont plus clairs que ceux à occlusive pour montrer la nécessité de reconstruire un préfixe *w- à la 1sg. Je discute de ce paradigme, et de celui du thème en *y- qui s’est confondu avec lui, dans cet article.

Il y a à mon avis plusieurs façon de rendre compte de la forme de 1sg. Celle que propose Lameen Souag, à savoir un blocage de la règle de métathèse dans les verbes monosyllabiques en *ka-, n’est pas absolument impossible (même si, comme il le reconnait, elle semble peu motivée phonétiquement).

A mon avis, une autre possibilité est de prendre en compte qu’il s’agit d’un verbe à double indiciation (le seul, d’ailleurs, préservé dans ces langues). Mon expérience avec les langues kiranti et rgyalronguiques, où ce genre de phénomène est beaucoup plus courant, est que les indices personnels ont souvent des formes idiosyncratiques dans les verbes de ce type (je prépare un article sur cette question). La solution que j’envisagerais est la suivante.

(1) *w-kǫ=w-rA
(2) *pkǫ=brA (obstruentisation)
(3) *kkǫ=brA (dissimilation des deux groupes à labiale)

La règle (3) fait des prédictions concernant le reste du vocabulaire: on ne devrait pas trouver de mots reconstructibles du type pCVpCV (mis à part les mots rédupliqués, bien sûr). A ma connaissance (et j’ai vérifié dans le CSD), il n’y a pas de racine de ce type, mais au vu du faible nombre de racines reconstruite, cette absence pourrait être accidentelle. Précisons toutefois qu’il existe plusieurs règles de dissimilation labiale dans les langues siouanes, et que ce changement ne serait pas isolé.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha," Panchronica, 01/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1623 (ISSN 2494-775X)

L’harmonie d’uvularité en japhug

Même s’il existe certains indices dans des langues tibétaines modernes périphériques suggérant que le tibétain commun ait pu avoir des uvulaires non représentées dans l’écriture, cette question est encore mal comprise. Les emprunts tibétains en japhug, langue ayant une opposition phonémique entre uvulaires et vélaires, pourraient contribuer à ce débat.

Parmi les mots ayant une occlusive uvulaire en japhug correspondant à une vélaire se trouve le nom tɯ-qhoχpa “organes, état d’esprit”, qui provient du tibétain ཁོག་པ་ kʰog.pa. Cette forme apporterait-elle la preuve que le radical /kʰog/ avait une uvulaire en tibétain commun ?
Dans le cas particulier de ce mot, une explication interne au japhug est possible. En effet, il existe dans cette langue une contrainte phonotactique synchronique liée à la distribution des consonnes dorsales : lorsqu’une syllabe a une consonne initiale et une coda dorsale, les deux doivent être soit vélaires (kɤɣ “courber”) ou uvulaires (qaʁ “éplucher, écorcher, enlever la peau”). Cette contrainte ne s’applique pas aux consonnes médianes ou préinitiales (par exemple mbɣaʁ “se retourner”).

Or, les rimes -ag(s)/-eg(s) et -og(s) du tibétain sont régulièrement empruntées comme -aʁ et -oʁ respectivement; la présence d’une uvulaire est ici due au fait que, aussi bien en japhug qu’en tibétain (ancien et amdo, voir dans cet article), les codas uvulaires et vélaires sont en distribution complémentaire. Ainsi, on s’attendrait à ce que kʰog.pa soit emprunté comme *(tɯ-)kʰoχpa. Or, une telle forme violerait la contrainte phonotactique d’harmonie d’uvularité mentionnée ci-dessus. Le nom tɯ-qhoχpa peut donc s’expliquer si l’on admet l’existence d’une loi phonétique *k(ʰ)Vʁ > q(ʰ)Vʁ en japhug. Il existe des preuves indépendantes de cette loi phonétique dans le vocabulaire natif (sujet qui est traité dans un article en train d’être écrit par Gong Xun).

Cette étymologie montre donc que les données des emprunts dans les langues gyalronguiques doivent être utilisées avec précaution pour reconstruire l’histoire du tibétain.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’harmonie d’uvularité en japhug," Panchronica, 04/11/2016, https://panchr.hypotheses.org/1528 (ISSN 2494-775X)

Les réduplications qui n’en sont plus

Les réduplications, lorsqu’elles subissent des changements phonétiques même relativement modérés, peuvent parfois devenir méconnaissables, et synchroniquement immotivées.

Un cas bien connu est celui de la forme d’aoriste/injonctif qui donne le grec εἶπον eipon ‘je dis’ (qui fonctionne comme l’aoriste de φημί phêmi et de λέγω legô “dire”) et le sanskrit vocam (aoriste avec augment avocam). Ces deux formes verbales n’ont aucune réduplication apparente ni en grec ni en sanskrit, mais tous les spécialistes s’accordent pour reconstruire ici un aoriste à réduplication *we-wkʷ-om (ce sujet est discuté dans ce billet). Notons que la 1sg vocam en sanskrit est refaite (on attendrait †vokam) dû à la généralisation de l’alternant palatalisé.

En grec notons que le *w se dissimile en -i- entre deux labiovélaires, une loi qui saigne la règle de boukolos, et qui s’observe dans un autre aoriste rédupliqué moins souvent cité (merci à Romain Garnier pour me l’avoir appris), le participe aoriste εἴβων eíbōn “versant” < *we-wgw-ónt- (de la racine *wegw- qui donne le grec ὑγρός hugrós “humide” < *ugw-ró-).

Le germanique contient aussi un certain nombre de formes rédupliquées fossiles (l'anglais wheel, par exemple).

Des réduplications fossiles sont aussi identifiées dans certaines familles dont la phonologie historique est bien comprise; ainsi, en sémitique on peut citer l’hébreu כוכב kôxāβ < *kabkab "étoile" par exemple.

En sino-tibétain/trans-himalayen, le parent pauvre de la méthode comparative, ce type de phénomène est plus difficile à détecter. Je ne connais pas d'exemple de ce type clairement identifié en chinois, en tibétain ou en rgyalronguique. J'ai proposé dans mon étude du tangoute (Jacques 2014:197) que la voix tendue (marquée par un point souscrit dans la reconstruction) du numéral "trois" sọ¹ (qui peut remonter mécaniquement à quelque chose comme *sə-sum) soit un cas de réduplication fossile; cette proposition, dont j'avoue le caractère hypothétique, n'a pour le moment pas fait l'objet d'une discussion détaillée (voir cependant ce billet de Marc Miyake).

Connaissez-vous d’autres exemples de réduplications fossilisées dans d’autres familles?

======================
Jacques, Guillaume 2014. Esquisse de phonologie et de morphologie historique du tangoute. Global Oriental. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les réduplications qui n’en sont plus," Panchronica, 27/10/2016, https://panchr.hypotheses.org/1506 (ISSN 2494-775X)