Archives par mot-clé : phonologie historique

*sr- et *j-

Comme j’en ai discuté à plusieurs reprises déjà dans cet article et sur ce blog (voir ce billet et ce billet), le groupe initial *sr- en sino-tibétain est bien attesté dans plusieurs étymons, dont « pou » (japhug zrɯɣ), « honte » (nɤzraʁ), « racine » (tɤ-zrɤm), et ses réflexes sont japhug zr-, proto-kiranti *s-, tibétain ɕ-, chinois moyen ʂ-, proto-kuki-chin *hr- et jinghpo ts- (par exemple dans tsí’ « pou »).

Le cas de « honte » est intéressant; si le japhug –zraʁ, le LB *hrak et le chinois 色 ʂik < *srək reflètent *sr-, certaines langues, dont le jinghpo gayà’ “害羞” (le coup de glotte final vient d’un *-k) et le hakha lai nı̀ŋ-zak-I, -zaʔ-II, ont une initiale remontant à *j-: on retrouve les mêmes correspondances que dans lai zâa-I, zaat-II  et jinghpo gayá « gratter » (japhug rɤʑa « gratter », voir d’autres cognats dans cet article).

Il me semble inacceptable de postuler ici un groupe plus complexe *srj- donnant *sr- dans certaines langues et *j- dans d’autres (*sr- et *rj- donnent ts- en jinghpo, comme le montre matsát « huit »), et il n’existe pas de processus morphologique permettant une alternance entre *sr- et *j-.

La question se pose donc de savoir si nous avons affaire à une ressemblance fortuite (après tout la correspondance est unique, et la ressemblance est limitée à la rime), s’il s’agit de mots diffusés en jinghpo et en lai à partir d’une langue où *sr- donne j- (mais il faudrait identifier cette langue — par ailleurs, l’emprunt aurait été au moins proto-kuki-chin puisqu’il prédaterait le changement *j- > *z-) ou si une explication plus compliquée encore est justifiée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "*sr- et *j-," Panchronica, 28/06/2017, https://panchr.hypotheses.org/1859 (ISSN 2494-775X)

Une trace des groupes de consonnes en kulung?

Le kulung fait partie des langues kiranties qui ont perdu les groupes initiaux; citons ainsi les paires suivantes (données de Tolsma 2006 et khaling de ce dictionnaire). Notons que comme le montre Boyd Michailovsky, les voisées *b, *d *g du proto-kiranti correspondent à des voisées en khaling et à des sourdes en kulung, et que les *p et *t du proto-kiranti correspondent à des voisées en kulung (Starostin et Opgenort posent une série additionnelle d’occlusive, maise c’est selon moi une erreur, voir cet article.

kumma |kup| « brood » :: Khaling |glumt|
khəmma |khəp| « cover, put the lid on » :: Khaling |khropt|
khumma |khum| « bury » :: Khaling |khlum|
phamma |phap| « bend over, fold » :: Khaling |phlɛpt|
puima |put| « boil » :: Khaling |bhlitt|
etc..

Or, on trouve deux verbes ayant s- en kulung correspondant à kr- en khaling, tous deux devant i:

simma |sip| « cut (moving the object towards the knife), cut one’s hand, saw » :: khaling |kript| « cut » (avec des exemples comme ʔʌ̄msu-ʔɛ ʔarasʌ̄ŋ krʌptɛsu. « They sawed the wood. »)
simma |sip| « close the eyes » :: khaling |krim| « close the eyes » (la correspondance de consonne finale n’est pas isolée).

Je n’ai pas d’autre exemple pour le moment, mais il semble vraisemblable de supposer, sur la base de ces exemples qui sont sémantiquement convaincants, un changement *kr- > s- /_i. Ainsi, même si le kulung a perdu les groupes de consonnes, ceux-ci n’auraient pas toujours disparu impunément.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace des groupes de consonnes en kulung?," Panchronica, 26/05/2017, https://panchr.hypotheses.org/1778 (ISSN 2494-775X)

La prénasalisation en hmong-mien

La reconstruction de Baxter et Sagart (2014) fait un grand usage de la prénasalisation en hmong-mien, suivant en cela certaines idées proposées par Downer dans cet article remarquable, qui n’a pas pris une ride en plus de 40 ans: les prénasalisées du chinois archaïque deviennent des voisées en mien, la distinction de voisement étant transphonologisée registre tonal, et celle d’aspiration étant perdue (*mp-, *mpʰ- > b-; *nt-, *nth- > d etc).

Ils se sont servis dans leur reconstruction essentiellement des mots reconstruits en proto-hmong-mien (Wang Fushi et Mao Zongwu 苗瑶语古音构拟et Ratliff 2010), mais il est facile, en étudiant le dictionnaire du mien de Jiangdi 江底 de Mao Zongwu (汉瑶词典(勉语)), de trouver de nombreux cas de mots ayant des voisées en mien (venant de préinitiales) correspondant à des sourdes aspirées ou non-aspirées en chinois.

Certains de ces mots, comme bjoːt8 « bouillir » (chinois 沸 pjɨjH < *Nə-puts; notons qu’il existe un autre verbe bwei5 « bouillir » en mien avec un -i correspondant au *-ts du chinois archaïque, donc tardif, qui se retrouve toutefois en hmong et semble suivre les correspondances des mots hmong-miens natifs), semblent d'une grande antiquité (la préservation du -t final est ici probablement indicatrice d'un emprunt pré-Han). D'autres toutefois, comme beu1 "jeter" (chinois 抛 phæw), ont des correspondances indicatrice d’un emprunt d’une langue de type chinois moyen. Signalons le mémoire de mastaire de
Li Lizhi (《汉瑶词典》中勉语汉语借词的研究) qui propose une stratification détaillée des emprunts en mien sur la base du dictionnaire de Mao Zongwu.

Pourrait-il s’agir d’une innovation en mien? Bien sûr, dans le cas de mots à voisée en chinois moyen, comme le mien dzoːi2 « complet », qui vient du chinois 齐 dzej (dont un des sens est « complet », dans des expressions telles que 齐全), il serait possible d’argumenter que le voisement est dû au fait que le mot est emprunté à un dialecte chinois qui aurait préservé le voisement jusqu’à une période postérieure à la perte de celui-ci en mien et à la conversion de la prénasalisation en voisement dans cette langue. Un tel argument n’est pas possible pour les mots à sourdes aspirées et non-aspirées en chinois moyen, bien entendu.

Une autre question est de savoir s’il pourrait s’agir d’une alternance interne au mien; même si les langues hmong-mien sont presque complètement isolante, on remarque quelques trace de morphologie ancienne(Ratliff 2010:199-213).

L’une des plus étonnante, notée à juste titre par Martha Ratliff (2010: 210) est la paire entre « tuer » (mien tai5 < *təjH) et "mourir" (mien tai6 < *dəjH), qui rappelle l'austronésien *paCay "tuer" / *maCay "mourir" (*C, quelque soit son interprétation phonétique, correspond à t dans la plupart des langues austronésiennes). Cette paire de verbes soulève de nombreuses questions concernant la parenté du hmong-mien (ce ne sont pas les seules formes ressemblant à l'austronésien dans la famille), et en tous les cas montre des alternances morphologiques de voisement (manifestée en mien par les tons de série haute (1,3,5,7) opposés à ceux de série basse (2,4,6,8)) ont pu avoir un jour existé. Néanmoins, il ne semble pas qu'il y ait d'exemples clairs de paires de verbes natifs ayant une alternance de prénasalisation (cf Downer 1973). Il est donc peu vraisemblable que la prénasalisation dans les verbes empruntés au chinois aient pu être dus à un préfixe en hmong-mien (contrairement par exemple aux langues rgyalronguiques, où les verbes récemment empruntés au chinois prennent des préfixes dénominaux, tels que – en japhug, voir cet article).

Nous avons donc une large couche d’emprunts au chinois ayant des initiales remontant à des prénasalisées, mais qui du point de vue des autres caractéristiques phonologiques ressemble à un dialecte chinois moyen; nous avons donc affaire à un dialecte chinois d’époque post-Han, qui n’était distinct du système du qieyun que parla préservation de quelques traits comme la prénasalisation, et qui comme le suggère Downer pourrait même être ancestral à la couche la plus ancienne du cantonais et du hakka. La prénasalisation en hmong-mien n’est donc pas une curiosité remontant à une époque archaïque, dont l’ajout à la reconstruction serait extrêmement spéculatif comme le suggère Schuessler (2015), mais un trait encore présent en chinois des Han et probablement assez général dans les dialectes du sud jusqu’à l’époque Tang.

Pour finir, on trouve en hmong-mien des mots sino-tibétains non-chinois, probablement venant d’une langue birmo-rgyalronguique ancienne, dont certains ont une prénasalisation. Si l’on prend bwan5 « neige, glace », probablement apparenté au japhug tɤjpa (*lpa < **lpan; le -n est attesté en trong tɯ³¹wɑn⁵³  »neige »), on observe que la prénasalisation en hmong-mien, à une époque encore plus ancienne, provient de la confusion de préinitiales nasale et d’autres prénitiales sonantes comme *l-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La prénasalisation en hmong-mien," Panchronica, 19/03/2017, https://panchr.hypotheses.org/1694 (ISSN 2494-775X)

D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?

Les lois phonétiques du khaling présentées dans cet article montrent que les *a du pré-khaling ne restent a que lorsque suivies de vélaires, et deviennent ɛ en syllabe ouverte et suivies des codas labiales et dentales. Toutefois, on trouve un nombre non-négligeable de noms en -ap et en -am. Quelle peut-être donc leur origine?

L’étymon khaling dhâm धाःम् « ciel » offre peut-être la solution. Son cognat thulung est dha:mu (les données thulung viennent d’Aimée Lahaussois). La correspondance entre le ton tombant et le -u final perdu de la seconde syllabe est attendue (voir cet article). Le limbou a quant à lui taŋsaŋba « ciel » (données limbou tirées de ce dictionnaire). Je proposerais donc une reconstruction *daŋ en proto-kiranti, avec une proto-forme intermédiaire *daŋmu dans l’ancêtre commun au thulung et au khaling; la seconde syllabe pourrait être cognate de l’étymon reflété par le japhug tɯ-mɯ « ciel, pluie », qui a des cognats répandus); le limbou aurait de son côté formé un composé différent (notons que le changement *d- > t- est parfaitement régulier en limbou, voir cet article parmi d’autres).

En khaling, le *-ŋ a dû disparaître tardivement, après le passage de *a > ɛ et probablement avant la chute des voyelles hautes finales:

*daŋmu > *da:mu > dʰâm

En thulung, le -N a chuté avec allongement compensatoire de la voyelle précédente, sans modifier le timbre de la voyelle.

La reconstruction proposée ici diffère fondammentalement de celle de Starostin, qui n’a pas pris en compte le mot limbou.

La même règle s’observe dans le nom khaling ʔā:p आप् « pin », qui correspond au limbou aːŋ « pin », et aussi peut-être khaling -tā:p -ताप् « soi-même » que l’on pourrait comparer au limbou thaŋbɛn « young man »(d’un pré-khaling *taŋbi ?). Notons que cette idée a le mérite additionnel d’expliquer pourquoi les noms « pin » et « soi-même » ont une voyelle longue en khaling au ton plat suivie d’une occlusive finale (normalement ce type de syllabe n’est pas possible dans cette langue).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?," Panchronica, 23/02/2017, https://panchr.hypotheses.org/1684 (ISSN 2494-775X)

Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha

Dans ce billet, j’aborde la questions des deux exceptions à la métathèse *pk- > *kp- proposées par J. Koontz: le nom « tortue » et le verbe « désirer ». Dans des billets ultérieurs, je discuterai du paradigme archaïque phú « je viens », škú « tu viens » et des paradigmes à lénition.

(1) « tortue »
Concernant le nom « tortue », le seul indice d’une reconstruction *pk- est la forme mandan pké. Il est en particulier manifeste que le lakota khé et l’omaha kké peuvent s’expliquer par une proto-forme *hke, car les pré-aspirées du proto-siouane de la vallée du Mississippi (pSVM) donnent des post-aspirées en lakota.

L’élément p- en mandan, comme l’indique le CSD, est un préfixe de classe *wi- réduit qui se retrouve dans beaucoup de noms d’animaux sous forme fossilisée (notamment dans lakota pté « bison », omaha tté). Le fait qu’il s’agisse d’un élément morphologique implique également qu’il est tout à fait possible de poser plusieurs proto-formes en proto-sioux, l’une préfixée *wi-hké d’où proviendrait le mandan, et l’autre non-préfixée qui aurait donné le pSVM.

L’étymon « tortue » n’est donc pas un contre-exemple à la loi de métathèse; d’autre part, notons qu’il serait surprenant que *pk- donne kh- en lakhota, car dans cette langue les autres groupes *Ck ne donnent pas des aspirées.

(2) le verbe « désirer »
Rappelons le paradigme de ce verbe en omaha:
1sg kką́bðe,
2sg šką́hne
3sg gą́ða

voici celui de l’osage (tiré de Quintero 2009):
1sg hkǫ́bra
2sg škǫ́šta
3sg kǫ́ða

Le proto-Dhegiha était (*A note la voyelle à Ablaut, sujet que je réserve pour une autre fois).
1sg *hkǫ́=brA
2sg *škǫ́=šrA
3sg *kǫ́=rA

Le second élément est un thème en *r-. comme le souligne Lameen Souag, les paradigmes en *r- sont plus clairs que ceux à occlusive pour montrer la nécessité de reconstruire un préfixe *w- à la 1sg. Je discute de ce paradigme, et de celui du thème en *y- qui s’est confondu avec lui, dans cet article.

Il y a à mon avis plusieurs façon de rendre compte de la forme de 1sg. Celle que propose Lameen Souag, à savoir un blocage de la règle de métathèse dans les verbes monosyllabiques en *ka-, n’est pas absolument impossible (même si, comme il le reconnait, elle semble peu motivée phonétiquement).

A mon avis, une autre possibilité est de prendre en compte qu’il s’agit d’un verbe à double indiciation (le seul, d’ailleurs, préservé dans ces langues). Mon expérience avec les langues kiranti et rgyalronguiques, où ce genre de phénomène est beaucoup plus courant, est que les indices personnels ont souvent des formes idiosyncratiques dans les verbes de ce type (je prépare un article sur cette question). La solution que j’envisagerais est la suivante.

(1) *w-kǫ=w-rA
(2) *pkǫ=brA (obstruentisation)
(3) *kkǫ=brA (dissimilation des deux groupes à labiale)

La règle (3) fait des prédictions concernant le reste du vocabulaire: on ne devrait pas trouver de mots reconstructibles du type pCVpCV (mis à part les mots rédupliqués, bien sûr). A ma connaissance (et j’ai vérifié dans le CSD), il n’y a pas de racine de ce type, mais au vu du faible nombre de racines reconstruite, cette absence pourrait être accidentelle. Précisons toutefois qu’il existe plusieurs règles de dissimilation labiale dans les langues siouanes, et que ce changement ne serait pas isolé.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha," Panchronica, 01/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1623 (ISSN 2494-775X)

L’harmonie d’uvularité en japhug

Même s’il existe certains indices dans des langues tibétaines modernes périphériques suggérant que le tibétain commun ait pu avoir des uvulaires non représentées dans l’écriture, cette question est encore mal comprise. Les emprunts tibétains en japhug, langue ayant une opposition phonémique entre uvulaires et vélaires, pourraient contribuer à ce débat.

Parmi les mots ayant une occlusive uvulaire en japhug correspondant à une vélaire se trouve le nom tɯ-qhoχpa « organes, état d’esprit », qui provient du tibétain ཁོག་པ་ kʰog.pa. Cette forme apporterait-elle la preuve que le radical /kʰog/ avait une uvulaire en tibétain commun ?
Dans le cas particulier de ce mot, une explication interne au japhug est possible. En effet, il existe dans cette langue une contrainte phonotactique synchronique liée à la distribution des consonnes dorsales : lorsqu’une syllabe a une consonne initiale et une coda dorsale, les deux doivent être soit vélaires (kɤɣ « courber ») ou uvulaires (qaʁ « éplucher, écorcher, enlever la peau »). Cette contrainte ne s’applique pas aux consonnes médianes ou préinitiales (par exemple mbɣaʁ « se retourner »).

Or, les rimes -ag(s)/-eg(s) et -og(s) du tibétain sont régulièrement empruntées comme -aʁ et -oʁ respectivement; la présence d’une uvulaire est ici due au fait que, aussi bien en japhug qu’en tibétain (ancien et amdo, voir dans cet article), les codas uvulaires et vélaires sont en distribution complémentaire. Ainsi, on s’attendrait à ce que kʰog.pa soit emprunté comme *(tɯ-)kʰoχpa. Or, une telle forme violerait la contrainte phonotactique d’harmonie d’uvularité mentionnée ci-dessus. Le nom tɯ-qhoχpa peut donc s’expliquer si l’on admet l’existence d’une loi phonétique *k(ʰ)Vʁ > q(ʰ)Vʁ en japhug. Il existe des preuves indépendantes de cette loi phonétique dans le vocabulaire natif (sujet qui est traité dans un article en train d’être écrit par Gong Xun).

Cette étymologie montre donc que les données des emprunts dans les langues gyalronguiques doivent être utilisées avec précaution pour reconstruire l’histoire du tibétain.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’harmonie d’uvularité en japhug," Panchronica, 04/11/2016, https://panchr.hypotheses.org/1528 (ISSN 2494-775X)

Les réduplications qui n’en sont plus

Les réduplications, lorsqu’elles subissent des changements phonétiques même relativement modérés, peuvent parfois devenir méconnaissables, et synchroniquement immotivées.

Un cas bien connu est celui de la forme d’aoriste/injonctif qui donne le grec εἶπον eipon ‘je dis’ (qui fonctionne comme l’aoriste de φημί phêmi et de λέγω legô « dire ») et le sanskrit vocam (aoriste avec augment avocam). Ces deux formes verbales n’ont aucune réduplication apparente ni en grec ni en sanskrit, mais tous les spécialistes s’accordent pour reconstruire ici un aoriste à réduplication *we-wkʷ-om (ce sujet est discuté dans ce billet). Notons que la 1sg vocam en sanskrit est refaite (on attendrait †vokam) dû à la généralisation de l’alternant palatalisé.

En grec notons que le *w se dissimile en -i- entre deux labiovélaires, une loi qui saigne la règle de boukolos, et qui s’observe dans un autre aoriste rédupliqué moins souvent cité (merci à Romain Garnier pour me l’avoir appris), le participe aoriste εἴβων eíbōn « versant » < *we-wgw-ónt- (de la racine *wegw- qui donne le grec ὑγρός hugrós « humide » < *ugw-ró-).

Le germanique contient aussi un certain nombre de formes rédupliquées fossiles (l'anglais wheel, par exemple).

Des réduplications fossiles sont aussi identifiées dans certaines familles dont la phonologie historique est bien comprise; ainsi, en sémitique on peut citer l’hébreu כוכב kôxāβ < *kabkab "étoile" par exemple.

En sino-tibétain/trans-himalayen, le parent pauvre de la méthode comparative, ce type de phénomène est plus difficile à détecter. Je ne connais pas d'exemple de ce type clairement identifié en chinois, en tibétain ou en rgyalronguique. J'ai proposé dans mon étude du tangoute (Jacques 2014:197) que la voix tendue (marquée par un point souscrit dans la reconstruction) du numéral "trois" sọ¹ (qui peut remonter mécaniquement à quelque chose comme *sə-sum) soit un cas de réduplication fossile; cette proposition, dont j'avoue le caractère hypothétique, n'a pour le moment pas fait l'objet d'une discussion détaillée (voir cependant ce billet de Marc Miyake).

Connaissez-vous d’autres exemples de réduplications fossilisées dans d’autres familles?

======================
Jacques, Guillaume 2014. Esquisse de phonologie et de morphologie historique du tangoute. Global Oriental. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les réduplications qui n’en sont plus," Panchronica, 27/10/2016, https://panchr.hypotheses.org/1506 (ISSN 2494-775X)

Un article à propos de la diffusion lexicale

Dans un billet écrit il y a plus d’un an, j’avais présenté une critique de certains problèmes liés à cet article paru dans la nouvelle revue International Journal of Chinese Linguistic. Nathan W. Hill a récemment rendu disponible sa réponse à cet article, qui paraîtra très prochainement dans la même revue.

L’article de Nathan a le mérite, outre de réfuter très en détail l’article calamiteux, de présenter une critique claire et convaincante de la « diffusion lexicale », et de la supériorité de l’approche néogrammairienne sur celle-ci.

=======
Hill, Nathan W. (2016) ‘A refutation of Song’s (2014) explanation of the ‘stop coda problem’ in Old Chinese.’ International Journal of Chinese Linguistics, 3(2): 272–283

L’unification d’étymons distincts par pression homophonique

Lorsqu’une langue subit des changements phonétiques massifs, il peut arriver que des mots sans relations étymologiques mais de sens proches deviennent fortuitement homophones. Le cas le plus extrême que je connaisse est celui du chinois 指 zhǐ « doigt » et 趾 zhǐ « doigt de pied » (qui en mandarin ne s’emploient que comme éléments de composés, notamment 手指 shǒuzhǐ « doigt (de la main) » et 脚趾 jiǎozhǐ « doigt de pied »).

En chinois moyen, ces deux syllabes étaient encore légèrement différentes; leur consonne initiale était la même (章 tɕ-), elles avaient le même ton, mais leurs rimes n’étaient pas identiques (脂 -ij vs 之 -i). En chinois archaïque en revanche (et ceci quel que soit le système de reconstruction adopté), les deux étymons étaient radicalement différents. 趾 zhǐ < tɕiX "doigt de pied" provient de façon non-ambiguë d'une forme *təʔ, tandis que 指 zhǐ < tɕijX "doigt de la main" fait partie des mots à initiale vélaire ayant subi une palatalisation tardive (devant voyelles antérieures) et remonte à *kijʔ (Baxter et Sagart 2014:79 reconstruisent *mə-kijʔ). La présence d'une vélaire ici est prouvée par (a) le fait que certaines langues chinoises min ont échappé à cette palatalisation (建瓯 jianou ki6 "doigt"), (b) dans certaines conditions, les vélaires devant voyelles antérieures ne palatalisent pas, si bien que certains mots des mêmes séries phonétiques ont toujours une vélaire en chinois moyen (comme 耆 gij).

Si l'écriture chinoise n'existait pas et que l'on ignorait tout des langues min, aurait-on eu l'idée que ces deux mots aient pu avoir une origine différente et aient été aussi divergent phonétiquement à une époque antérieure? Connaissez-vous d'autres exemples du même type?

==========
Baxter, William and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: A New Reconstruction. Oxford: Oxford University Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’unification d’étymons distincts par pression homophonique," Panchronica, 16/10/2016, https://panchr.hypotheses.org/1461 (ISSN 2494-775X)

Un préfixe de nominalisation en jinghpo

Dans un précédent billet, j’avais mentionné l’existence de la fortition du *l en t en jinghpo après ʃə- et mə-; j’ai depuis trouvé d’autres exceptions à celle fortition, comme mə̀là « âme » (tibétain བླ་ bla, japhug tɯ-rla).

Il est intéressant de noter que cette loi phonétique ne s’applique pas non plus dans les mots dérivés par le préfixe causative ʃə- (sha-). Je me suis posé la question de savoir si c’était le cas aussi avec les préfixes mə-; la grammaire de Dai Qingxia ne semble pas indiquer clairement de dérivation en mə-, mais en fouillant un peu, il est assez évident qu’il existe en fait un préfixe de nominalisation mə- (en orthographe ma-; j’utilise l’orthographe du jinghpo avec les tons et coups de glotte rajoutés dans ce qui suit):

  • gūn « porter sur le dos 背;担任;携带 » => mà-gún « (un) fardeau » (classificateur; exemple suggéré sans explication p115 de la grammaire de Dai), cognat du tibétain ɴkʰur འཁུར་
  • yúʔ « descendre 下 » => mà-yúʔ « contrebas 下坡 »
  • rà « manque, avoir de besoin de, commettre une erreur 差欠;需要;差错 » => mà-rà « erreur, faute 错误;罪 »
  • ràʔ « aimer 爱 » => mà-ràʔ « souhait 意愿 »
  • lún « placer en haut (往高处放东西) » => ma-lún « chemin en pente vers haut 上坡路 » ; noter que lún dérive de lùng « monter » par l’application de la dérivation applicative (*-t), qui se manifeste ici par un changement tonal et -ng > -n
  • lái « échanger 换 » => mà-lái « remplacement 替身;代用品 », cognat du tibétain brdʑe བརྗེ་

Le dernier exemple montre que cette dérivation (quelle que soit l’étymologie de ce préfixe ma-) non plus ne cause pas la fortition des latérales.

Un autre exemple de préfixe ma- est le causatif dans:
lūm « chaud, tiède 温 »=> ma-lūm « cuire (de la soupe de riz) 煮(稀饭) »

La non plus, la fortition ne s’applique pas. La non-fortition dans ces dérivations a plusieurs interprétations:
(i) Réfection analogique (assez probable, mais l’on devrait s’attendre à trouver quelques exceptions fossilisées)
(ii) Conditionnement phonologique des préfixes (Etant donné que certains mots de toute façon échappent à la fortition, comme « âme » mentionné plus haut, on peut imaginer que les mots à fortition avaient en fait de vrais groupes de consonnes, qui auraient été brisés après la fortition par l’insertion d’une voyelle d’anaptyxe (*slV > ʃə-tV etc), tandis que les mots sans fortition, y compris les causatifs et les noms dérivés mentionnés ci-dessus, avaient une voyelle qui empêchait le contact direct entre consonne et latérale)
(iii) Si le préfixe mə- de nominalisation est une innovation (une question qui se pose malgré tout), il n’est pas impossible qu’il ait été grammaticalisé après la fortition.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un préfixe de nominalisation en jinghpo," Panchronica, 18/08/2016, https://panchr.hypotheses.org/1450 (ISSN 2494-775X)

Brahma le vénérable

Dans un article paru il y a quelques années, Michel Ferlus propose une nouvelle interprétation du nom de personne 范師蔓 (en mandarin fànshīmàn, chinois moyen bjomX ʂij manH); en se basant sur la reconstruction en chinois archaïque *bromʔ sri man-s. Selon lui, les premières syllabes correspondent à brāhmaṇa- ब्रह्मण: ‘brahmane’ d’une part et à śrī- श्री qu’il traduit par ‘éminent’, le sens qu’il a lorsqu’il est préfixé à un nom personnel, mais qui est aussi un nom féminin que le Monnier-Williams traduit comme « light, lustre, radiance, splendour, glory, beauty, grace, loveliness ». Il interprète la dernière syllabe comme un nom local non-intelligible en sanskrit.

Cette comparaison, qui comme on va le voir n’est pas fausse mais incomplète, a une certaine importance pour la phonologie historique du chinois puisqu’il s’agit d’une des très rares attestations directes potentielle du -r- médian du chinois transcrivant un -r- deuxième élément de groupe de consonne dans un nom étranger. Même dans les plus anciens textes bouddhiques de l’époque Han, les groupes Cr- sont transcrits par deux caractères.

Je propose une interprétation légèrement différente. La première syllabe pourrait être simplement le nom Brahman- ब्रह्मा, au nominatif brahmā, sous une forme thématisée brahma- (on trouve en sanskrit tardif, notamment dans les textes bouddhiques, d’anciens noms à thèmes en consonnes déclinés comme des noms thématiques). Pour le reste, je pense que l’idée de M. Ferlus n’est pas nécessaire; une solution plus simple est de considérer qu’il s’agirait de l’adjectif possessif śrīmat- ‘beautiful, charming, lovely, pleasant, splendid, glorious MBh. Ka1v. &c. ; possessed of fortune, fortunate, auspicious, wealthy, prosperous, eminent, illustrious, venerable’, dont le nominatif masculin singulier est śrīmān श्रीमान् — un mot extrêmement courant au point que citer des exemples de textes serait superflu. Ce mot sanskrit a été entre autres emprunté en népali dans le sens de ‘mari’ (prononcé [siriman]).

Cette solution a trois avantages:

(1) Si śrī était ici le préfixe signifiant ‘éminent’, il devrait se trouver en première place.
(2) Il explique de façon satisfaisante de vocalisme /a/ (=skt ā) de la dernière syllabe, par opposition au /o/ (=skt a) de la première.
(3) Il ne demande pas de faire appel à un nom local inconnu invérifiable.

Elle n’explique pas le qusheng dans le dernier caractère, mais il pourrait s’agir d’un indice que *-s n’est pas la seule origine du qusheng. Encore que… en sandhi précédant un c- ou un t-, le nominatif śrīmān devient śrīmāṃś श्रीमांश्च ou śrīmāṃs श्रीमांस् respectivement — il est toutefois improbable que ces formes de sandhi aient servi de base à la transcription.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Brahma le vénérable," Panchronica, 28/05/2016, https://panchr.hypotheses.org/1309 (ISSN 2494-775X)

Un étymon utile pour la paléontologie linguistique

En lisant ce matin un article sur une langue lolo-birmane, je suis tombé sur le mot « banane » (citons simplement le birman hŋak), qui m’a rappelé le khaling leŋaksi लेङाक्सी ‘banane’ (-si ici est un suffixe signifiant « fruit »). En fait, le STEDT a déjà noté cette étymologie: l’étymon « banane » se retrouve dans quasiment toutes les branches primaires de la famille, y compris birmo-gyalronguique, tani et kiranti (mais pas en chinois apparemment).

Etant donné le caractère tropical de cette plante, il pourrait s’agir d’un mot utile pour la paléontologie linguistique, si l’on parvient à exclure la possibilité d’un mot voyageur diffusé dans toutes les langues. Il est trop tôt pour décider de cette question, mais notons déjà qu’en khaling, une forme dissyllabique *ŋaksi dans l’ancêtre commun au khaling et au doumi devrait donner †ŋas en khaling d’après les lois phonétiques décrites dans cet article. Il est donc assez probable qu’il s’agisse en khaling d’un emprunt récent à une autre langue kirantie (ce qui n’empêche pas toutefois qu’il soit d’un mot très ancien en kiranti).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un étymon utile pour la paléontologie linguistique," Panchronica, 15/05/2016, https://panchr.hypotheses.org/1282 (ISSN 2494-775X)

A propos d’un compte-rendu de Baxter et Sagart (2014)

Dans le dernier numéro du Journal of Chinese Linguistics, où est aussi paru cet article de votre serviteur sur les relatives du japhug, se trouve un compte-rendu assez sévère, voire injurieux, du livre de Baxter et Sagart par He Da’an 何大安, où l’on peut lire par exemple « the authors know nothing about 训诂学 xunguxue » et autres délicatesses.

Est-il justifié? Comme je ne connais moi-même probablement rien à propos du xunguxue, je ne commenterai donc pas les parties de son long compte-rendu (57 pages!) portant sur la philologie. Je vais me contenter de discuter l’un des six reproches à l’encontre de ce livre, et qui porte sur le mot buyang ma lɔk 11 « cerf ». Le buyang est une langue assez extraordinaire, c’est la seule parmi les langues kra-dai à préserver les dissyllabes hérités de l’autronésien (voir à ce propos les comparaisons dans le tableau 6 de cet article) dont l’existence avaient été pressentie par Haudricourt.

Selon BS2014, le buyang, ayant maintenu ces dissyllabes, a également préservé les présyllabes dans les mots empruntés au chinois à l’époque antique, et selon leur interprétation ma lɔk 11 « cerf », qui provient de 鹿 lù (chinois médiéval luwk) « cerf » à une époque où ce mot avait encore une présyllabe *mə, d’où leur reconstruction *mə-rˁok (la présence d’une préinitiale est confirmée par d’autres données).

He Da’an objecte en affirmant que ce mot est d’origine Zhuang, et que la présyllabe a été rajoutée par un mécanisme morphologique. Sur quoi se base la première affirmation? He Daan cite Li Jinfang (1999) de la façon suivante:

Ainsi, comme le mot ma lɔk 11 est au ton 11, il serait nécessairement un emprunt, d’après l’interprétation que He Da’an propose de cette source. Il cite aussi l’original, et j’ai revérifié ce matin que la citation est bien exacte:

Toutefois, He Da’an ne s’est pas rendu compte que la phrase était ambiguë. En effet dans:

塞声韵只出现在11、54调上,少数出现在31调,是壮语借词

la dernière proposition (是壮语借词 « ce sont des emprunts zhuang ») n’a de portée que sur la proposition qui précède immédiatement (少数出现在31调 « il y en a une minorité (de mots à occlusives finales) qui apparaissent au ton 31 ») et non pas sur la précédente (塞声韵只出现在11、54调上 « les rimes à occlusives n’apparaissent qu’aux tons 11 et 54 »). La traduction de He Da’an est donc erronée, et il faut comprendre:

Les rimes à occlusives finales n’apparaissent qu’aux tons 11 et 54; une minorité apparaissent au ton 31, ce sont des emprunts zhuang.

La phrase étant ambiguë, comment puis-je affirmer avec certitude que le découpage syntaxique de He Daan est incorrect, et que le mien l’est? Il suffit de regarder quelques mots au ton 11, comme « l’oiseau » ma nuk 11, dont la première syllabe correspond clairement à celle du mot austronésien *manuk, alors le zhuang de Wuming a ɣok avec lénition (d’autres dialectes on des initiales différentes comme l-, mais pas n-) du *n dans les mots à anciennes présyllabes. De toute évidence, ce mot ne peut pas être un emprunt au zhuang (et l’on peut citer une montagne d’exemples du même type).

Donc, l’argument de He Da’an sur l’origine Zhuang prétendue de ce mot ne tient pas. Chacun a le droit de commettre des erreurs (et j’en ai commis moi-même, notamment lorsque j’ai le malheur de citer du birman sans tout revérifier…), mais même les philologues ont parfois besoin d’explication de texte.

Les emprunts entre langues kiranti

Les verbes conjugués en kiranti, contrairement à ceux des langues gyalronguiques, sont une classe quasi-fermée; il est très difficile d’ajouter de nouvelles racines verbales, et la façon productive de créer de nouveaux verbes est d’utiliser une construction avec auxiliaire. Les emprunts de verbes sont très rares. En khaling, je ne connais que याल्न्य |jal| ‘frapper’ (emprunté au thulung yalmu, voir cet article p.1110) et हेल्न्य |ɦel| « détourner l’eau », qui vient du népali हेल्नु helnu de même sens). On peut s’interroger aussi sur le verbe |pil| « traire, presser », qui pourrait être emprunté à pelnu « presser », mais si c’était le cas, l’emprunt aurait eu lieu en proto-kiranti, ce qui semble peu probable, car des cognats existent ailleurs pour ce mot. Il est intéressant qu’il s’agisse de mots à finale -l: c’est une des rares consonnes finales sans alternance en khaling, ce qui a pu favoriser l’empruntabilité de racines de ce type.

Les emprunts de noms en revanche sont probablement très courants, mais il est encore difficile d’avoir des critères stricts pour les distinguer des cognats. Ce matin, en travaillant sur le wambule, j’ai trouvé deux noms ressemblant au khaling, dont il est difficile de dire à ce stade s’il s’agit d’emprunts ou de cognats: khalamba « rhume » (khaling ख्यल्याम्ब्य khɛ́lɛmbɛ) et lima « mensonge » (khaling लेम lémʌ). La loi de réduction des syllabes ne devrait pas s’appliquer dans ces mots (puisqu’il n’y a pas de voyelle haute), et l’on ne peut donc facilement prouver qu’il s’agit d’emprunts, mais la structure de ces mots est complètement opaque et ne semble pas analysable historiquement. Si ce sont vraiment des cognats (au moins reconstructibles à l’ancêtre commun du khaling et du wambule, ce qui n’est pas forcément le proto-kiranti), cela impliquerait qu’il existait déjà des mots trisyllabiques dans cette proto-langue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts entre langues kiranti," Panchronica, 19/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/830 (ISSN 2494-775X)

L’origine des -u finaux en khaling

Dans un article qui va bientôt paraître, je propose une série de lois phonétiques en khaling pour expliquer l’origine des tons et de certaines alternances vocalique dans la flexion verbale de cette langue. Une question laissée en suspens dans ce travail est celle de l’origine des -u et des -o finaux: normalement, les -u et -o deviennent -ʉ et -ɵ respectivement, sauf lorsqu’ils sont suivis de vélaires auquel cas on observe *-uk > -ûː (*kruk > क्रू: krûː « il mugit ») et *-uŋ > -uŋ (*luŋ > लुङ् lūŋ « pierre »). Comment donc expliquer les noms en -u (मुपु mupu « ventre ») et les suffixes verbaux en -u (comme la 1sg>3 des verbes transitifs)?

La 1sg>3 -u correspond à -uŋ dans les autres langues (au moins celles qui préservent le -ŋ final, bien sûr) comme le limbou. Mais si des noms comme लुङ् lūŋ « pierre » ont toujours le -ŋ final, pourquoi donc est-il tombé dans लोबु lobu « j’attrape », si effectivement cette forme vient de *lop-uŋ? De même, le -pu de मुपु mupu « ventre » semble correspondre à une syllabe en -k final dans d’autres langues (limbou sappok « ventre »), mais si elle provient de qqch comme *mupuk, pourquoi n’a-t-on pas *mʉpûː ?

Je pense que la réponse doit avoir à faire avec le placement de l’accent à un certain stade du proto-khaling, voire du proto-kiranti: les correspondances *-uk > -ûː et *-uŋ > -uŋ s’appliquent dans les monosyllabes et les syllabes accentuées (notons que l’on a aussi *-uŋ > -ūː devant certaines consonnes, mais laissons cette question de côté pour le moment), mais ces rimes donnaient -u dans les syllabes finales non-accentuées. Ainsi, *lópuŋ > *lɵbu > lobu (notons que la première syllabe est toujours celle qui est accentuée) et *múpuk > *mʉ́pu > mupu (avec harmonie vocalique régulière).

Le problème avec cette hypothèse, c’est qu’elle n’est pas complètement compatible avec l’embryon de modèle de reconstruction de l’accent proposé dans l’article ci-dessus, puisque selon lui l’accent dans les formes verbales en première syllabe allonge la voyelle, pour expliquer les formes de 3sg>3 *lópu > ल्योऽब्यु lɵ̄ːbʉ « il l’attrape » avec voyelle longue. Si la piste de l’accentuation pour expliquer les -u finaux est correcte, alors il faut rendre compte de l’allongement vocalique à la 3sg>3 d’une autre façon (ou en supposant des lois phonétiques accentuelles à époques différentes). Malheureusement, les langues les plus proches (doumi et koyi) ne sont pas assez informatives pour élucider cette question, car elles font moins de distinctions phonologiques que le khaling.

J’espère que ce mystère attirera d’autres chercheurs; nous disposons pour le kiranti de suffisamment de données fiables sur près de la moitié des langues pour commencer à entreprendre une vraie reconstruction néo-grammairienne de la phonologie et de morphologie de ce groupe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’origine des -u finaux en khaling," Panchronica, 04/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/769 (ISSN 2494-775X)