Archives par mot-clé : phonologie

Karlgren et la phonologie

Ce billet est une première réaction (tardive) au compte-rendu de Christoph Harbsmeier (CH) de l’ouvrage de Baxter et Sagart.

Cet article porte sur des sujets très différents, et il serait fastidieux d’essayer de répondre à toutes les objections offertes par CH. Certaines d’entre elles sont pour le moins surprenantes, comme sa décision d’ἐπέχειν concernant l’appartenance du hittite à la famille indo-européenne (‘And one may be forgiven for suspending one’s judgement by a judicious form of epochē even in the case of Hittite as Indo-European’), négligeant le fait que la démonstration de la parenté du hittite à l’indo-européen n’est qu’un sous-produit du déchiffrement de cette langue, et que sans la grammaire comparée de l’indo-européen, ce déchiffrement aurait été beaucoup plus hasardeux. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer notre connaissance actuelle du hittite à celle de langues de la même époque comme le hourrite ou l’élamite qui n’ont pas de parentes actuelles.

Comme le compte-rendu de CH se place davantage dans le domaine de l’histoire des idées que de la linguistique à proprement parler, je vais discuter ici d’une objection concernant l’interprétation des travaux de Karlgren.

CH déclare que Karlgren « never showed any interest in phonology » et qu’il était même « intellectually allergic to phonology ». Il est indéniable que l’on peut trouver dans certains écrits de Karlgren des affirmations de ce type. Néanmoins, plus que la représentation que Karlgren lui-même avait de son travail, il me semble plus important de considérer sa pratique de la reconstruction, et de ne pas colporter une vision surannée de l’opposition entre phonétique et phonologie.

Karlgren s’était donné pour but la reconstruction précise des détails phonétiques du chinois moyen et archaïque, et rejetait la pratique, qu’il percevait comme une simplification abusive, d’unifier des catégories en distribution complémentaire par un même symbole, ce en quoi consistait selon lui la « phonologie ». Néanmoins, si sa reconstruction des voyelles peut sembler obscure et souvent arbitraire (en grande partie à cause de son emploi d’un système de notation phonétique qui était déjà obsolète à l’époque où il écrivait), son analyse de l’inventaire des consonnes démontre par contraste une capacité de réflexion en terme d’oppositions phonologiques.

En particulier, comme le fait remarquer Haudricourt (1954:353) concernant la reconstruction d’initiales sonores simples *d- et *g- (correspondant entre autres à *l- et à *ɢʷ- dans le système de B/S), « Karlgren […], phonologue avant la lettre, a considéré l’absence de sonores ordinaires dans son tableau comme des « cases vides » à remplir. » En effet, ayant reconstruit les obstruentes sonores 全濁 comme des sonores aspirées (pour rendre compte de leur réflexes dans certaines langues sinitiques contemporaines), il a ressenti l’anomalie que représente le fait d’avoir une série de sonores aspirées sans les sonores simples correspondantes, un raisonnement proche de celui de Jakobson concernant l’indo-européen. Même si la solution choisie par Karlgren n’est acceptée par aucun chercheur actuel, il est important de saluer l’originalité de cette idée pour son époque.

Ainsi, de la même façon que Montaigne mérite le titre de philosophe malgré son affirmation du contraire, Karlgren faisait de la phonologie sans le savoir, malgré son opposition véhémente à la phonologie de son époque.

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Harbsmeier, Christoph (2016) Irrefutable Conjectures. A Review of WilliamH. Baxter and Laurent Sagart, Old Chinese. A New Reconstruction, Monumenta Serica, 64:2,445-504, DOI: 10.1080/02549948.2016.1259882
Haudricourt, André G. (1954) Comment Reconstruire Le Chinois Archaïque,WORD, 10:2-3, 351-364, DOI: 10.1080/00437956.1954.11659532

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Karlgren et la phonologie," Panchronica, 30/12/2020, https://panchr.hypotheses.org/3333 (ISSN 2494-775X)

A propos de l’interprétation des « divisions » en tangoute

Si le système phonologique du tangoute est relativement compris du point de vue de sa structure grâce à l’analysis systématique des fanqie des dictionnaires natifs (voir par exemple cette introduction), l’interprétation phonétique des catégories phonologiques est très difficile, et les reconstructions actuellement disponibles du tangoute inspirent peu confiance — je me sers moi-même de celle de Gong Hwang-cherng comme d’une représentation orthographique de l’information phonologique contenue dans les dictionnaires plutôt que comme essai réel de reconstituer la prononciation de cette langue.

Grâce à sa connaissance du zbu et des autres langues rgyalronguiques, Gong Xun a fait des avancées importante sur l’interprétation phonétique des distinctions phonologiques du tangoute. Ses travaux ne sont pas publiés, mais heureusement le SOAS vient de mettre en ligne une vidéo de son intervention à une conférence à Londres l’année dernière, où ses idées sur les uvulaires et les qualités de voix sont présentées en détail:

Même s’il n’a pas été publié au format papier (un article a été soumis, mais la relecture prend un temps inhabituellement long), ce travail est citable sous la forme suivante:

Gong, Xun (2017) ‘Grade II in Tangut and Hexi Late Middle Chinese’. Workshop “Recent Advances in Tangut Studies”, London, SOAS, 28 February 2017.

Il en va de même de cette présentation sur le bai dont nous avions déjà parlé (ici et ici):

Elle n’est malheureusement toujours pas publiée, mais je suggère de citer cette présentation sous la forme suivante:

Gong, Xun (2015) ‘How old is the Chinese in Bái? Reexamining Sino-Bái under the Baxter-Sagart reconstruction’. Workshop “Recent Advances in Old Chinese Historical Phonology”, London, SOAS, 6 November 2015.

La phonologie des auto-corrections

La transcription des textes japhug, activité à laquelle je consacre au moins une demi-heure tous les jours, me donne l’occasion d’observer « en direct » des phénomènes grammaticaux et phonologiques intéressants.

Un phénomène sur lequel je n’ai jamais écrit, mais à propos duquel je commence à disposer d’une quantité de données suffisante pour pouvoir faire des observations non-triviales, est celle des auto-corrections, lorsque le locuteur se trompe et reprend la forme correcte.

Voici quelques exemples que je trouve particulièrement intéressants.

(1) chɯ-sthɯt-nɯ ɯ-tɯ-me sara… saχaʁ ʑo ŋgrɤl
« (lorsqu’ils commencent à tondre les moutons), Ils n’en finissent pas »

Tshendzin prononce ici le verbe statif saχaʁ « être extrêmement » comme sara(ʁ), avec un /r/ qui remplace le /χ/: je suis très surpris par une telle substitution, les deux segments n’ayant aucun traits phonologique en commun dans ce système, et en l’absence d’un mot ressemblant (notons toutefois qu’en tant que locuteur du français, il m’arrive d’intervertir des /r/ et des /ʁ/ lorsque j’apprends des langues ayant les deux phonèmes, mais c’est un cas différent)

(2) tɕe apow ɣɯ ɯ-mɲo… ɯ-jmŋo ku-sɯntɕhɤr pjɤ-ŋu.
« Il apparaissait dans les rêves d’Abao. »

Ici ɯ-jmŋo « rêve » est d’abord prononcé comme /ɯmɲo/: autrement dit, le groupe à trois éléments /jmŋ/ (à l’histoire compliquée, venant de *lm devant voyelle vélarisée, c’est le seul exemple de groupe dans la langue) est remplacé par /mɲ/, un groupe à deux éléments, dont le deuxième combine le lieu d’articulation du /j/ et le mode d’articulation du /ŋ/. Cet exemple précieux nous donne un indice sur la façon dont un groupe comme /jmŋ/ peut se simplifier diachroniquement.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La phonologie des auto-corrections," Panchronica, 27/08/2017, https://panchr.hypotheses.org/1940 (ISSN 2494-775X)