Archives par mot-clé : philologie

Un nouveau blog de linguistique: Cipanglossia

La blogosphère francophone de linguistique vient de s’enrichir d’un nouveau blog, Cipanglossia, tenu par Thomas Pellard, et qui commence par un billet sur la philologie numérique. Pour le tibétain, nous sommes bien moins pourvus que pour le japonais, mais grâce aux efforts de philologues (principalement japonais), nous disposons au moins d’un corpus de textes en tibétain ancien indispensable à quiconque s’intéresse à l’histoire du Tibet et à la linguistique sino-tibétaine. Nous n’avons pas encore de corpus étiqueté, mais Nathan Hill et ses collègues y travaillent (voir aussi cet article).

L’ode au tripitaka

Dans un nouveau billet sur son blog, Andrew West publie les résultats d’un travail de recherche dont il avait présenté en 2014 un premier aperçu à une conférence sur le tangoute organisée par Galambos Imre.

Andrew montre que le tripitaka tangoute numérote les volumes qu’il comporte au moyen d’une suite de caractères tangoutes à première vue aléatoire, mais qui s’avère en fait être un nouveau texte, et qui plus est un texte en langue secrète! Or, les textes de ce type se comptent sur les doigts de la main, et le travail d’Andrew est donc d’une grande importance non seulement pour l’étude du bouddhisme tangoute, mais aussi de la langue elle-même. Il n’est pas donné à tous les philologues de découvrir un nouveau texte, surtout un texte qui était d’un certain point de vue sous les yeux de tous; je salue ici l’ingéniosité d’Andrew, et espère qu’il trouvera le temps de mettre en forme ce travail pour le publier dans une revue.

knech ha thnou

Je l’ignorais jusqu’à récemment, mais il existe un texte arthurien en moyen-breton, An Dialog etre Arzur Roe d’an Bretounet ha Guynglaff datant du quinzième siècle, qui malgré sa brièveté (247 vers) est d’un grand intérêt à plusieurs égards. J’ai reçu aujourd’hui l’édition de Hervé Le Bihan:

http://www.brezhoneg.org/fr/livres/dialog-etre-arzur-roe-d-bretounet-ha-guynglaff-le-dialogue-entre-arthur-roi-des-bretons-et

L’édition comprend une transcription du texte datant du dix-huitième siècle accompagnée d’une traduction, une restitution du texte original, un glossaire détaillé et certains textes en français et en breton permettant de contextualiser ce document, ainsi qu’une introduction détaillée expliquant l’histoire tortueuse de la transmission de ce texte.

Ce texte en vers présente des exemples de rimes internes, et témoigne d’une tradition indigène de versification sophistiquée (je reviendrai sur ce sujet dans un autre billet).

J’ai eu le grand plaisir, en feuilletant ce livre, de trouver l’expression knech ha thnou (187) ‘en tous lieux’, correspondant à peu près au français ‘par monts et par vaux’. knech ‘colline’ correspond au breton moderne krec’h, et thnou ‘vallée’, est devenu traoñ dans les dialectes KLT. Dans ces deux mots, le n est devenu r en deuxième élément du groupe, et la nasalité passe sur la voyelle suivante, au moins dans le mot pour ‘vallée’. C’est là un des exemples que nous avions analysés dans l’article Michaud et al. (2012) dans une perspective panchronique. Le Dialog nous offre la plus ancienne attestation de ces mots en moyen-breton, et peut contribuer à déterminer avec une certaine précision la date où ce changement phonétique a eu lieu, et je regrette de ne pas avoir cité ce texte dans notre article. Il s’agit donc d’un nouvel exemple de l’importance fondamentale de la philologie pour la linguistique panchronique.

Bibliographie
Michaud, Alexis, Guillaume Jacques, and Robert Rankin. 2012. Historical transfer of nasality between consonantal onset and vowel : from C to V or from V to C ? Diachronica 29.2 :201–230.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "knech ha thnou," Panchronica, 07/05/2015, https://panchr.hypotheses.org/252 (ISSN 2494-775X)