Archives par mot-clé : palatalisation

La palatalisation des dentales en tibétain

L’ouvrage de Johanna Bialek sur les composés en tibétain est une contribution majeure non seulement à la philologie du tibétain ancien, mais aussi une source copieuse d’informations cruciales pour les linguistes qui s’intéressent à la reconstruction du pré-tibétain.

A titre d’exemple du type de données que l’on peut trouver dans ce livre, notons le passage suivant (p.216), qui mérite d’être cité dans son intégralité:

*-yul seems to have been replaced by -śul in the second syllable of compounds the first member of which ended in -s and was a clan name; thus ‘CLAN NAME+śul’ should be interpreted as “a land of the CLAN”. Other examples include dags śul (PT 1285: r23, r91, r178), mchims śul (PT 1285: r92, r179), and gnubs śul (ITJ 734: 7r300; although here it occurs as a part of the proper name yul gnubs śul kiṅ drug “a land Gnubs-śul-kiṅ-drug”). These variants appear side by side with the correct forms, cf.: mchims yul (PT 1285: r21–2), rṅegs yul (PT 1285: r24), dags yul (ITJ 734: 8r334).

Ces exemples démontrent de façon irréfutable que le groupe *sj (s+y) proto-tibétain donne ɕ- (ś dans la transcription de Bialek), aussi bien comme attaque que comme groupe hétérosyllabique; c’est une confirmation importante de la reconstruction interne des alvéolo-palatales comme provenant de fricatives et d’affriquée dentale suivies d’un yod (Gong 1977).

References
Bialek, Johanna 2018. Compounds and Compounding in Old Tibetan, A Corpus Based Approach. Marburg: Indica et Tibetica Verlag.
龔煌城 1977〈古藏文的y及其相關問題〉,《中研院史語所集刊》48.2

L’unification d’étymons distincts par pression homophonique

Lorsqu’une langue subit des changements phonétiques massifs, il peut arriver que des mots sans relations étymologiques mais de sens proches deviennent fortuitement homophones. Le cas le plus extrême que je connaisse est celui du chinois 指 zhǐ “doigt” et 趾 zhǐ “doigt de pied” (qui en mandarin ne s’emploient que comme éléments de composés, notamment 手指 shǒuzhǐ “doigt (de la main)” et 脚趾 jiǎozhǐ “doigt de pied”).

En chinois moyen, ces deux syllabes étaient encore légèrement différentes; leur consonne initiale était la même (章 tɕ-), elles avaient le même ton, mais leurs rimes n’étaient pas identiques (脂 -ij vs 之 -i). En chinois archaïque en revanche (et ceci quel que soit le système de reconstruction adopté), les deux étymons étaient radicalement différents. 趾 zhǐ < tɕiX "doigt de pied" provient de façon non-ambiguë d'une forme *təʔ, tandis que 指 zhǐ < tɕijX "doigt de la main" fait partie des mots à initiale vélaire ayant subi une palatalisation tardive (devant voyelles antérieures) et remonte à *kijʔ (Baxter et Sagart 2014:79 reconstruisent *mə-kijʔ). La présence d'une vélaire ici est prouvée par (a) le fait que certaines langues chinoises min ont échappé à cette palatalisation (建瓯 jianou ki6 "doigt"), (b) dans certaines conditions, les vélaires devant voyelles antérieures ne palatalisent pas, si bien que certains mots des mêmes séries phonétiques ont toujours une vélaire en chinois moyen (comme 耆 gij).

Si l'écriture chinoise n'existait pas et que l'on ignorait tout des langues min, aurait-on eu l'idée que ces deux mots aient pu avoir une origine différente et aient été aussi divergent phonétiquement à une époque antérieure? Connaissez-vous d'autres exemples du même type?

==========
Baxter, William and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: A New Reconstruction. Oxford: Oxford University Press.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’unification d’étymons distincts par pression homophonique," Panchronica, 16/10/2016, https://panchr.hypotheses.org/1461 (ISSN 2494-775X)