Archives par mot-clé : orientation

Etymologie de quelques adverbes d’orientation en japhug

Les adverbes tɤton ‘vers le haut (de la pente)’ et tɤʑɯn « vers le bas (de la pente) » en japhug sont doublement anormaux: i) ils ont une coda –n qui ne se trouve pas dans les mots du vocabulaire hérité (le –n ayant disparu, comme le –l, suite à un changement phonétique), ii) le radical ʑɯ(n) de l’adverbe ‘vers le bas’ a une consonne initiale différente à la fois de celles des préverbes d’orientation « vers le bas » et des autres adverbes indiquant cette orientation (préverbes: pɯ-, pjɯ-; adverbes: aki, tɕeki; noms: ɯ-pa « le bas ») que de ceux de l’orientation « vers l’aval » (préverbes: thɯ-, chɯ-; adverbes: athi, tɕethi; noms: ɯ-thɤcu).

La comparaison avec le tshobdun permet d’aller plus loin. Les cognats de ces deux adverbes sont tɐ́təm `uphill’ et tɐ́ɟət `downhill’ respectivement; les formes japhug attendues à partir de celles du tshobdun seraient †tɤtom et †tɤʑɯt respectivement. C’est donc la coda qui demande une explication; la plus simple est la coalescence avec soit le démonstratif , soit l’additif , qui ne sont pas accentués et peuvent tendre à perdre leur voyelle.

Les premières syllabes – / – pourraient s’interpréter soit comme des préfixes possessifs indéfinis (dans ce cas les bases –təm et –ɟət seraient nominales) ou des préfixes de nominalisation (les bases ci-dessus seraient alors d’origine verbale);

L’adverbe ‘vers le haut de la pente’ ressemble superficiellement aux noms et adverbes tels que japhug atu « haut » ou le situ atô « en amont ». Néanmoins, la coda -m en tshobdun indique que cette ressemblance est sans doute fortuite. Je n’essaierai pas de proposer une étymologie pour –ton et –təm.

En ce qui concerne –ʑɯn et –ɟət, notons que cette correspondance remonte à la consonne proto-rgyalrong que j’ai reconstruite *j-, et qui correspond à j– en situ de cogtse. or dans cette langue, il existe un verbe jə̂ ‘to go downwards’ (Lin 2016:61) dont la forme serait compatible avec les adverbes du tshobdun et du japhug, modulo la coda -t. Le cogtse confond les *j- et les *lj- du proto-rgyalrong (japhug ʑ- et j- respectivement), mais le situ de bragbar les distingue (comme ɟ- et j-), et l’on a bien dans ce dialecte la forme ɟə̂ (Zhang 2019:319) attendue pour un mot à initiale *j-.

Si ce verbe et toute la série à laquelle il appartient n’existe pas en rgyalrong du nord, les adverbes tɤʑɯn et tɐ́ɟət sont interprétables comme des formes originellement nominales dérivées de ce verbe, par application conjointe d’un suffixe de nominalization –t (très rare en rgyalronguique, cf tibétain -d) et d’un préfixe de nominalization tɤ- (ou de la forme du préfixe de possession indéfini, après la nominalisation par la suffixe -t).

Ces formes indiquent donc que la racine verbale jə̂ ‘to go downwards’ du situ est un archaïsme, hypothèse renforcée par le fait que l’on trouve dans les langues kiranties un verbes de deixis élévationnelle cognat: khaling |je| येन्य ‘come down’, limbou |yu|’come down’ (d’un lieu à altitude plus haute). Il est donc possible que l’opposition d’élévation que l’on trouve dans les verbes de mouvement du situ et ceux de nombreuses langues kiranties (à propos desquelles un article est en préparation) soit au moins en partie une préservation de leur ancêtre commun.

Réferences
Lin, Youjing 2016. How grammar encodes space in Cogtse Rgyalrong. Himalayan Linguisttics, 16(1), Special Issue on the Grammatical Encoding of Space, Carol Genetti and Kristine Hildebrandt (eds.), pp 59-83. https://escholarship.org/content/qt7k7535h6/qt7k7535h6.pdf
Sun, Jackson T.-S. and Bstan’dzin Blogros 2019. Tshobdun Rgyalrong Spoken Texts With a Grammatical Introduction. Language and Linguistics Monograph Series 62. http://www.ling.sinica.edu.tw/LL/zh/monographs.Contect/%E8%8D%89%E7%99%BB%E5%98%89%E6%88%8E%E8%AA%9E%E5%8F%A3%E8%AA%9E%E6%96%87%E6%9C%AC%E5%88%86%E6%9E%90%E6%9A%A8%E8%AA%9E%E6%B3%95%E7%B6%B1%E8%A6%81/
Zhang, Shuya 2019. Stem alternations in the Brag-bar dialect of Situ Rgyalrong, Linguistics of the Tibeto-Burman Area, 41(2):294-330. https://www.academia.edu/38302707/Stem_alternations_in_the_Brag-bar_dialect_of_Situ_Rgyalrong

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Etymologie de quelques adverbes d’orientation en japhug," Panchronica, 22/02/2020, https://panchr.hypotheses.org/3206 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) VIII

Il existe en japhug de nombreuses expressions pour dire « le soleil s’est couché », mais la plus surprenante est sans doute (1):
(1) tɤŋe tɤ-a<nɯ>ri
soleil PFV:HAUT-<VERTITIF>aller[II]
« Le soleil est retourné (vers le haut) »

Avec d’autres verbes, on trouve les directionnels attendu – « vers le bas » ou – « vers l’ouest’:
(2) tɤŋe nɯ-ɕqhlɤt
soleil PFV:OUEST-disparaître
(3) tɤŋe pɯ-ɕqhlɤt
soleil PFV:BAS-disparaître

Pourquoi donc employer le préfixe « vers le haut » en (1), direction qui semble être l’inverse du mouvement apparent du soleil lorsqu’il se couche? J’ai eu aujourd’hui la réponse: le mouvement « vers le haut » en question auquel il est fait référence n’est pas celui du soleil directement mais de l’ombre sur l’adret (rndzɤkɤŋe — il doit y avoir un terme technique en français, je serais reconnaissant pour toute suggestion) qui monte à mesure que le soleil descend.

Cet exemple illustre que les usages apparemment irrationnels des préfixes directionnels dans les langues rgyalronguiques peuvent sans doute avoir une explication lorsque le contexte culturel est bien compris, mais ce type d’information n’est souvent pas disponible.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) VIII," Panchronica, 17/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1405 (ISSN 2494-775X)