Archives par mot-clé : onomastique

Un nom galate dans une inscription phrygienne

Cet article présente une inscription gréco-phrygienne qui contient le nom de personne Βρογιμαρος Ἐπικράτου (Brogimaros Epikratou). L’article ne le mentionne pas, mais ce nom est sans le moindre doute celtique, composé de brogi– « pays, marche » (= breton bro) et -maros « grand » (=breton meur), deux éléments amplement attestés dans l’onomastique gauloise (voir Delamarre 2001), signifiant « dont le pays est grand/qui a un grand pays ». Xavier Delamarre a d’ailleurs pu me confirmer que ce nom Brogimaros est attesté ailleurs.

La présence d’un nom celtique en Phrygie n’a rien de surprenant, surtout au troisième siècle de notre ère, longtemps après la conquête de ce pays par les galates, dont la langue était très proche du gaulois. Etant donnée néanmoins la taille réduite du corpus d’inscriptions phrygiennes, la présence d’un nom galate dans une de ces inscriptions me semble intéressante et révélatrice de la situation linguistique de l’époque; je serais curieux de savoir si d’autres cas existent dans le corpus néo-phrygien.

Addendum: L’étymologie celtique de ce nom avait déjà été remarquée par Alexandru Avram dans son article sur cette inscription en 2015.

==============
Delamarre, Xavier 2001. Dictionnaire de la langue gauloise. Paris: Editions errance.

Brahma le vénérable

Dans un article paru il y a quelques années, Michel Ferlus propose une nouvelle interprétation du nom de personne 范師蔓 (en mandarin fànshīmàn, chinois moyen bjomX ʂij manH); en se basant sur la reconstruction en chinois archaïque *bromʔ sri man-s. Selon lui, les premières syllabes correspondent à brāhmaṇa- ब्रह्मण: ‘brahmane’ d’une part et à śrī- श्री qu’il traduit par ‘éminent’, le sens qu’il a lorsqu’il est préfixé à un nom personnel, mais qui est aussi un nom féminin que le Monnier-Williams traduit comme « light, lustre, radiance, splendour, glory, beauty, grace, loveliness ». Il interprète la dernière syllabe comme un nom local non-intelligible en sanskrit.

Cette comparaison, qui comme on va le voir n’est pas fausse mais incomplète, a une certaine importance pour la phonologie historique du chinois puisqu’il s’agit d’une des très rares attestations directes potentielle du -r- médian du chinois transcrivant un -r- deuxième élément de groupe de consonne dans un nom étranger. Même dans les plus anciens textes bouddhiques de l’époque Han, les groupes Cr- sont transcrits par deux caractères.

Je propose une interprétation légèrement différente. La première syllabe pourrait être simplement le nom Brahman- ब्रह्मा, au nominatif brahmā, sous une forme thématisée brahma- (on trouve en sanskrit tardif, notamment dans les textes bouddhiques, d’anciens noms à thèmes en consonnes déclinés comme des noms thématiques). Pour le reste, je pense que l’idée de M. Ferlus n’est pas nécessaire; une solution plus simple est de considérer qu’il s’agirait de l’adjectif possessif śrīmat- ‘beautiful, charming, lovely, pleasant, splendid, glorious MBh. Ka1v. &c. ; possessed of fortune, fortunate, auspicious, wealthy, prosperous, eminent, illustrious, venerable’, dont le nominatif masculin singulier est śrīmān श्रीमान् — un mot extrêmement courant au point que citer des exemples de textes serait superflu. Ce mot sanskrit a été entre autres emprunté en népali dans le sens de ‘mari’ (prononcé [siriman]).

Cette solution a trois avantages:

(1) Si śrī était ici le préfixe signifiant ‘éminent’, il devrait se trouver en première place.
(2) Il explique de façon satisfaisante de vocalisme /a/ (=skt ā) de la dernière syllabe, par opposition au /o/ (=skt a) de la première.
(3) Il ne demande pas de faire appel à un nom local inconnu invérifiable.

Elle n’explique pas le qusheng dans le dernier caractère, mais il pourrait s’agir d’un indice que *-s n’est pas la seule origine du qusheng. Encore que… en sandhi précédant un c- ou un t-, le nominatif śrīmān devient śrīmāṃś श्रीमांश्च ou śrīmāṃs श्रीमांस् respectivement — il est toutefois improbable que ces formes de sandhi aient servi de base à la transcription.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Brahma le vénérable," Panchronica, 28/05/2016, https://panchr.hypotheses.org/1309 (ISSN 2494-775X)

L’onomastique : une source de données pour la phonologie historique du chinois?

La lecture des textes chinois antique est ardue pour de nombreuses raisons; en ce qui me concerne personnellement, n’ayant pas reçu une éducation classique suffisamment sérieuse, je suis assez frustré par ma méconnaissance du contexte historique et en particulier des personnages importants. Il est commun en plus que la même personne soit mentionnée par des noms différents dans plusieurs sources, ce qui rajoute à la confusion pour les non-initiés.

Hier soir, alors que je relisais ce chapitre des Entretiens de Confucius, un nom propre a retenu mon attention.

Au verset 5 de ce chapitre, un nom de personne présente une variante: 公山弗擾 Gongshan Furao; un commentaire indique que ce personnage avait un nom alternatif 公山不狃 Gongshan Buniu. La similitude phonétique entre 弗擾 Furao et 不狃 Buniu n’est pas évidente à priori si l’on se base sur la lecture en mandarin. En chinois archaïque en revanche, on a:

弗擾 pjut ɲewX < *put *niwX
不狃 pjuw ɳjuwX < *pəʔ *Cә.nruʔ

Il convient de noter que le caractère 擾 ɲewX est un peu bizarre au sein de sa série phonétique (il n’est pas inclus dans la liste de Baxter/Sagart, la reconstruction est de moi mais je ne pense pas qu’il y ait ici de grande controverse); les autres caractères de la même série sont de la forme 憂 yōu ‘juw < *ʔ(r)u avec une rime *-u (normalement *-u et -iw n’apparaissent pas dans la même série).

J’ignore comment expliquer le rapport de série phonétique entre 擾 ɲewX et 憂 ‘juw, mais en tous les cas, il ne semble pas complètement inconcevable que le caractère 擾 ait pu avoir été utilisé pour transcrire une syllabe à rime *-u (les caractères utilisés pour noter des noms de personnes ou de lieu ont parfois des lectures qui diffèrent de leur lecture habituelle), auquel cas la ressemblance phonétique entre les deux variantes serait moins spéculative.

Cet exemple suggère à mon avis au moins la possibilité que des traces de variantes dialectales du chinois archaïque se cachent dans les textes classiques. Toutefois, même si c’est le cas, il n’est pas certain que ces variantes soient suffisamment nombreuses et systématiques pour n’être autre chose qu’une curiosité philologique, et qu’elles puissent réellement contribuer à la reconstruction du chinois archaïque.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’onomastique : une source de données pour la phonologie historique du chinois?," Panchronica, 28/01/2016, https://panchr.hypotheses.org/747 (ISSN 2494-775X)