Archives par mot-clé : mouvement associé

Thèse de Zhang Shuya sur le situ de Bragbar

Zhang Shuya 章舒娅 a soutenu vendredi 6 novembre 2020 sa thèse de doctorat intitulée Le rgyalrong situ de Brag-bar et sa contribution à la typologie de l’expression des relations spatiales : L’orientation et le mouvement associé devant un jury comprenant ses directeurs (Christine Lamarre et moi-même), Alexis Michaud, Nathan Hill, Antoine Guillaume et Françoise Robin. Lai Yunfan a déjà écrit une présentation détaillée de cette thèse sur ce blog; elle a par ailleurs été lauréate du prix jeune chercheur de la fondation des Treilles.

Même si le situ est l’une des premières langues rgyalrong à avoir été décrite, la variété de Bragbar se distingue fortement des dialectes précédemment étudiés, comme le cogtse, notamment par la richesse de sa système d’alternances, sujet qui a fait déjà l’objet de cet article.

Zhang Shuya est la dernière en date des « Jung-rgyalrongologen » à soutenir sa thèse, qui fait suite à celles de Lai Yunfan sur le khroskyabs et de Gong Xun sur le zbu. Elle comprend une description générale de l’ensemble de la langue, suivie d’une étude plus approfondie de l’orientation et du mouvement associé. C’est d’ailleurs, comme l’a indiqué Antoine Guillaume pendant la soutenance, la première thèse à avoir le terme « mouvement associé » dans son titre.

Si cette thèse a beaucoup bénéficié de l’environnement de travail à l’INaLCO et au CRLAO, et de l’émulation des autres doctorants, en particulier Lai Yunfan, c’est un travail dont la qualité démontre le caractère collaboratif et cumulatif de la recherche en linguistique. Il ne s’agit pas en effet d’une simple application scolaire des travaux précédents, mais d’une recherche de grande envergure et d’une réelle originalité.

Étant donnée la taille de la thèse, je vais illustrer les contributions de Zhang Shuya à la linguistique rgyalronguique et à la typologie morphosyntaxique, en restreignant la discussion à trois points particuliers concernant le mouvement associé.

Premièrement, concernant le degré d’intégration du mouvement et de l’action (p.567), Zhang Shuya montre dans l’exemple (645) que contrairement à ce que l’on savait concernant le japhug, en situ de bragbar l’emploi du cislocatif au perfectif n’implique pas que le mouvement ET l’action du verbe soient tous deux achevés, mais simplement le premier.

(645) nəɟə̂ thə̂ nə-ɟɐ-ˈtə-va-n ?
2sg quoi pfv:aval-cisloc-2-faireII-2sg
Qu’est-ce que tu es venu faire?

Malgré mon scepticisme lorsque Zhang Shuya m’a montré cet exemple, j’ai dû me rendre à l’évidence que le mouvement associé en situ est très différent de celui du japhug, où le sens de (645) ne pourrait être exprimé que par un verbe de mouvement avec complément de but. Cette découverte illustre d’une part que le paramètre du degré d’intégration du mouvement n’est pas essentiel à la définition du mouvement associé, qu’il n’est pas stable diachroniquement, et qu’au sein d’un même système de mouvement associé, tous les marqueurs ne fonctionnement pas nécessairement de la même façon: en effet, dans le cas du translocatif, il n’est pas possible de séparer ainsi la réalisation du mouvement et de l’action du verbe en bragbar (voir aussi cet article). La dissymétrie entre cislocatif et translocatif n’avait jamais été illustrée de façon aussi claire auparavant.

Deuxièmement, Zhang Shuya montre également (p.587) qu’au sein des dialectes situ, on observe à la fois une évolution diachronique d’un marqueur de mouvement associé translocatif à un marqueur d’orientation non-spécifiée (en bragbar), ainsi que l’évolution inverse (en cogtse), ce qui réfute l’idée d’une unidirectionnalité dans l’évolution des systèmes de mouvement associé de d’orientation.

Troisièmement, on observe en bragbar une fusion entre mouvement associé et préfixes d’orientation dans le cas du préfixe composé ɕo- (p.592) très inattendue que Zhang Shuya analyse avec raison comme résultant d’un ordonnancement irrégulier mouvement MA-orientation, inverse de celui qui est général dans la langue, mais identique à celui que l’on trouve en rgyalrong du nord, ce qui a naturellement des implications importantes pour la linguistique historique.

Des cas similaires de contributions très spécifiques peuvent se trouver dans l’ensemble de la thèse.

Par ailleurs, le travail de Zhang Shuya ne se limite pas à sa thèse, puisqu’elle a d’une part enregistré et transcrit un corpus de 48 heures, qui a vocation à être conservé dans la collection Pangloss, et qu’elle se consacre à des projets de recherches sur les systèmes de parentés (Zhang et Fan à paraître) et sur l’ethnobotanique.

Références
Jacques, Guillaume, Aimée Lahaussois, and Shuya Zhang Forthcoming. Associated motion in Sino-Tibetan, with a focus on Gyalrongic and Kiranti. In Guillaume, Antoine and Harold Koch (eds.), Associated Motion. Moutonde Gruyter.
Koch, Harold 1984. The category of « Associated Motion » in Kaytej.Languages in Central Australia (1) : 23–24.
Zhang, Shuya and Jingming Fan (à paraître). Brag-bar kinship system in synchronic and diachronic perspectives. Bulletin of the School of Oriental and African Studies.

Le manchou, une langue injustement négligée

Je viens de rendre public mon premier travail sur la grammaire du mandchou, co-écrit avec José Andrés Alonso de la Fuente, à propos du mouvement associé dans cette langue.

Le mandchou, langue maintenant préservée de façon vivante uniquement par les Sibe de Cabcal, a la fausse réputation d’une langue « simple » à apprendre, et dont la littérature serait essentiellement traduite du chinois. Ces deux idées reçues sont fausses, et le mandchou mérite d’être davantage étudié qu’il ne l’est actuellement.

Tout d’abord, concernant la simplicité supposée de cette langue; il est vrai que la morphologie verbale du mandchou n’est pas aussi riche que celle d’une langue gyalronguique (ou même tout simplement celle des autres langues toungouses), et contient peu d’irrégularités. Toutefois, comprendre les textes en mandchou peut être difficile, notamment en raison de la polysémie d’un certain nombre de verbes très courants, et de l’ambiguïté de certaines constructions. Par ailleurs, la morphologie du mandchou présente des points typologiquement intéressants, dont le mouvement associé traité dans l’article ci-dessus.

En ce qui concerne les textes mandchou, si effectivement une grande partie de la littérature de cette langue est traduite du chinois, on trouve néanmoins une quantité non négligeable de textes originaux, dont certains sont disponibles en ligne. Je mentionnerai tout d’abord le journal de campagne de Dzengšeo (增寿), qui présente peut-être l’un des seuls témoignages non-officiels sur la rébellion de Wu Sangui, et qui me semble d’un grand intérêt pour les historiens de l’époque Qing.

Pour ceux qui s’intéressent aux langues gyalrong, le mandchou présente un intérêt direct, car en raison des guerres du Jinchuan, on dispose de plusieurs documents historiques en mandchou qui contiennent des informations précieuses sur les toponymes et noms de personnes du pays Gyalrong au dix-huitième siècle, en particulier le Zanla cucin-i ba be necihiyeme toktobuha bodogon-i bithe (dont quelques pages sont traduites dans le manuel de Haenisch, pp 96-106; la version chinoise s’intitule 《平定两川述略》) et cette chanson traduite par le père Amiot, qui était contemporain des faits. Il est possible que je prépare un jour l’édition de ce texte, en vue d’une recherche plus approfondie sur l’histoire du pays Gyalrong.

Le blog Tales of Manchu life présente dans ce billet la traduction d’un court passage du Zanla cucin-i ba be necihiyeme toktobuha bodogon-i bithe.