Archives par mot-clé : morphologie verbale

Le verbe ‘écrire’ en brokpa

Le brokpa (འབྲོག་པ་ ⁿbrog.pa) est une langue tibétique du Bhoutan, qui, comme son nom l’indique, d’une part est parlée par des nomades et d’autre part préserve le groupe br- du tibétain ancien.

Cette langue est l’objet du dernier numéro de la revue Himalayan Linguistics. Dans l’une des contributions, les auteurs
notent que le verbe écrire ɖi (p.44), dont la forme de dictionnaire en tibétain classique est འབྲི་ ⁿbri, ne soit pas †bri comme on pourrait s’y attendre, mais a une occlusive rétroflexe comme s’il s’agissait de *dri. Ils en concluent qu’il s’agit d’un emprunt au Dzongkha ou a une autre langue tibétique. Si cette hypothèse ne peut pas être exclue, une autre possibilité doit néanmoins être prise en compte: il pourrait s’agir de la préservation de l’ancien présent འདྲི་ ⁿdri, dont འབྲི་ ⁿbri est la forme analogisée (Hill 2005). On s’attendrait en fait en brokpa à une alternance entre ɖi au présent et †bri au passé (de བྲིས་ bris) si l’on applique les lois phonétiques régulières, mais ce dialecte a peu d’alternances de radical, et il ne serait pas surprenant qu’il ait généralisé le présent.

Il est donc possible que cette langue, l’une des rares de la région a préserver l’opposition entre br- et dr-, a aussi préservé une forme de présent héritée du tibétain ancien; ce serait un archaïsme remarquable, car ni le tibétain de l’ouest (balti-ladakhi) ni l’amdo n’ont préservé la forme non-analogique.

Références
Rüfenacht, Sara et Waldis, Sereina 2020. Diachronic and areal aspects of Brokpa phonology, Himalayan Linguistics 19(1): 42-53.
Hill, Nathan W. (2005) ‘The verb ‘bri ‘to write’ in Old Tibetan’. Journal of Asian and African Studies, (68), pp 177-182.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe ‘écrire’ en brokpa," Panchronica, 24/08/2020, https://panchr.hypotheses.org/3275 (ISSN 2494-775X)

Le verbe irrégulier sbʲin « donner » en tibétain

Le verbe tibétain སྦྱིན་ sbʲin « donner » est surprenant à plus d’un titre.

Premièrement, sa consonne finale ne trouve pas de correspondant dans les cognats avec d’autres langues trans-himalayennes, comme le chinois 畀 pjijH (de *pi-s ou *pit-s, voire même peut-être *pik-s), le Khaling |bi| ou le hakha lai pèe-I, peek-II ‘give, offer’ (du proto-Kuki-Chin *pia-I, *piak-II selon VanBik 2009) — l’absence de coda en japhug (mbi « donner ») n’est pas décisif, car le *-n est perdu régulièrement en proto-rgyalrong.

Deuxièmement, (comme c’est le cas des verbes « donner » dans de nombreuses langues, du grec δίδωμι à l’hébreu nāṯan) sa flexion est unique: སྦྱིན་ sbʲin au présent et au futur, bʲin བྱིན་ au passé et à l’impératif, il a donc un préfixe s– au présent/futur, là ou d’autres verbes ont soit un préfixe nasal འ ɦ-, soit d-/g- (lesquels sont en distribution complémentaire).

Il est possible que ce préfixe soit unique, mais il pourrait aussi s’agir de la trace d’une loi phonétique particulière. Dans cette seconde hypothèse, on pourrait supposer que le préfixe qui donne g- devant coronale au présent (avec arrondissement de la voyelle), avait pour réflexe original s- devant labiale. On attendrait en principe d- devant labiale, mais notons qu’il n’y aucun verbe ayant une initiale labiale avec un d- marquant le présent alternant avec b- au passé.

Le g- du présent peut en principe soit se reconstruire comme *go-, soit comme *do- (le voisement étant non-distinctif, voir cet article et les références qui y sont citées). Si l’on suppose que le préfixe s- dans སྦྱིན་ sbʲin est le réflexe régulier de ce préfixe devant nasale, il faut supposer la règle (1), qui ne doit pas s’interpréter toutefois comme un changement phonétique unique.

(1) *g(o)- ou *d(o) > s- /_[labiale]

Cette hypothèse n’a d’intérêt que si elle permet de rendre compte d’autres faits apparemment sans relation. A ce titre, notons le nom སྨེ་བ་ sme.ba ‘grain de beauté’, qui semble avoir pour cognat en japhug qame de même sens, un des très rares noms de partie du corps à ne pas être inaliénablement possédé, et à avoir le préfixe de classe qa-. Dans l’hypothèse où le préfixe de présent était originellement dorsal, on pourrait modifier (1) en supposant que la règle était (2)

(2) *[dorsale]- > s- /_[labiale]

(au lieu donc de *[dorsale]- > d- /_[labiale], la règle habituellement admise)

On pourrait rendre comme de སྨེ་ sme– et de སྦྱིན་ sbʲin par (2) selon (3).
(3) a. *gV-me > sme
b. *go-bin > sbʲin

La préinitiale d- devant labiale aurait pour origine uniquement des dentales, et non des vélaires. La forme de futur སྦྱིན་ sbʲin dans cette hypothèse est analogique, car le futur des verbes à labiale ont d- et que donc selon (2) il ne peuvent pas provenir d’une dorsale.

Références

VanBik, Kenneth 2009. Proto-Kuki-Chin: A Reconstructed Ancestor of the Kuki-Chin Languages. STEDT Monograph 8 Lien

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe irrégulier sbʲin « donner » en tibétain," Panchronica, 18/07/2020, https://panchr.hypotheses.org/3271 (ISSN 2494-775X)

Le dialecte de Thebo et le proto-tibétain

En dialectologie tibétaine, le tibétain ancien (ou même simplement le tibétain classique sous sa forme écrite) est souvent pris par défaut comme l’ancêtre commun des langues tibétiques modernes (Tournadre 2014). Or, de la même façon que le latin classique n’est pas l’ancêtre exact des langues romanes modernes (voir notamment cet article pour des exemples de formes romanes qui ne sont pas dérivables du latin classique), il est reconnu qu’assimiler le tibétain impérial ou le tibétain littéraire postérieur au proto-tibétain est une simplification outrancière, et que l’on ne peut exclure l’hypothèse que certaines distinctions phonologiques des dialectes non-représentées dans l’écritures puissent potentiellement être archaïques (Hill 2010, Tournadre 2014).

Néanmoins, la recherche de traits plus archaïques que le tibétain ancien dans les langues tibétiques modernes a été jusqu’ici peu fructueuse. Shafer (1941) avait par exemple proposé que les dialectes tibétains de l’ouest (ladakhi-balti) avaient préservé une opposition phonologique entre *e et *ia confondus en tibétain ancien, mais cette idée s’est révélée basée sur une analyse incorrecte des données (Jacques 2009). Parmi les indices les plus clairs de formes plus archaïques que le tibétain ancien se trouvent la formes des numéraux « 8 » et « 100 » du dialecte de Bayan (Gong 2016), qui semblent avoir échappé à la loi de fortition *ry > rgy-.

L’article de Sangsrgyas Tshering (桑吉次力) sur le tibétain de Thebo (sa langue maternelle), que je me réjouis d’avoir publié dans les Cahiers de linguistique — Asie orientale, est à ce titre à mes yeux une contribution importantes à la linguistique tibétaine: il documente en effet un archaïsme remarquable et inattendu dans cette langue.

L’article porte principalement sur la mise en évidence d’une loi phonétique unique de ce dialecte: en Thebo, la préinitiale b-, lorsqu’elle est située avant une initiale sourde, voise cette dernière, comme on l’observe notamment dans la conjugaison de nombreux verbes transitifs, qui ont le préfixe b- au passé, comme par exemple « couper », qui au passé a une initiale dʒ- correspondant au groupe bc- du tibétain ancien:

進行體 /tʃeʔ/ གཅོད། ⟨gcod⟩ (現在時) -od : -eʔ
完成體 /dʒɛʔ/ བཅད། ⟨bcad⟩ (過去時) -ad : -ɛʔ
命令 /tʃʰeʔ/ ཆོད། ⟨chod⟩ (命令語氣) -od : -eʔ

Cette loi phonétique très étonnante, sans aucun équivalent dans les autres variétés de tibétain, ne fait pas de doute: on peut l’observer dans les données de Lin (2014), même si la loi n’est pas formulée dans cette publication. Cette loi phonétique implique que la préinitiale b- était bien voisée en tibétain ancien, même dans les groupes à initiale sourde. Comme les voisées du tibétain ancien deviennent des sourdes en initiale absolu, ce voisement a dû avoir lieu après le dévoisement des anciennes occlsuives sonores.

Le préfixe b- ne se trouve pas au passé des verbes à initiale labiale en tibétain classique. Ainsi, le verbe འབུབས་ ⁿbubs ཕུབ་ pʰub ཕུབ pʰub་ « couvrir (une maison d’un toit) » dont la racine est |pub| a un passé pʰub provenant selon Coblin (1976) d’un proto-forme *b-pub, avec dissimilation en *pub puis aspiration régulière.

En Thebo toutefois, on trouve plusieurs verbes à initiale labiale, dont le radical au présent et à l’impératif sont aspirés, et celui du passé est voisé, comme le montre les données suivantes (seule une partie est présente dans l’article; l’auteur a aimablement complété les paradigmes à ma demande pour ce billet):

présent: འབུབས་ ⁿbubs /pʰə/
passé: ཕུབ་ pʰub /bʊʔ/
impératif: ཕུབ pʰub /pʰʊʔ/ 蓋(房子)

présent: འབོགས་ ⁿbogs /pʰu/
passé: ཕོགས་ pʰogs /buʔ/
impératif: ཕོག་་ pʰog /pʰuʔ/ 卸(東西)

présent: འབིགས་ ⁿbigs /pʰə/
passé: ཕུག་ pʰug /bʊʔ/
impératif: ཕུགས་ pʰug /pʰʊʔ/ 穿(孔)

présent: ཕྲལ་་ pʰral /tʂiː/
passé: ཕྲལ་ pʰral /dʐɛː/
impératif: ཕྲོལ་་ pʰral /tʂiː/ 弄破

L’aspiration des formes du présent sont analogiques (de l’impératif et des verbes sans alternances de voisement). Le radical du présent provient d’une forme telle que *dprol avec vocalisme o pour expliquer l’alternance vocalique.

Le formes du passés en revanche ne sont pas explicables par analogie, mais ne peuvent pas non plus provenir directement des formes du tibétain classique listées ci-dessus. Sangsrgyas Tshering propose une idée très ingénieuse: le voisement serait la trace du *b- de passé dans ces verbes, qui avait été reconstruit dans ces formes par Coblin en 1976.

Ainsi:
*b-pug > *buk > bʊʔ
*b-pral > *bral > dʐɛː
etc.

Nous sommes ici face à un cas de confirmation à posteriori d’une reconstruction interne par des données sans rapport avec celle-ci, comme le cas des laryngales de l’indo-européen: Sangsrgyas Tshering est donc à Coblin ce que Kuryłowicz était à Saussure.

Cette découverte montre que les langues tibétiques non-littéraires, même celles qui ont une phonologie très innovatrices comme le Thebo, ont un rôle crucial à jouer non seulement pour la typologie des changements phonétiques, mais aussi pour la reconstruction du proto-tibétain. La documentation détaillée de toutes ces langues vulnérables est un impératif pour la discipline.

Références
Coblin, W. South. 1976. Notes on Tibetan Verbal Morphology. T’oung Pao 62. 45–70.
Hill, Nathan W. 2010. An Overview of Old Tibetan Synchronic Phonology. Transactions of the Philological Society 108(2). 110–125.
Gong Xun 2016. A Phonological History of Amdo Tibetan Rhymes. BSOAS, 79,2:347–374. https://www.academia.edu/27924827/A_Phonological_History_of_Amdo_Tibetan_Rhymes
Jacques, Guillaume 2009. Le développement du tibétain ancien -e- dans les dialectes occidentaux. EMSCAT. https://journals.openedition.org/emscat/1500
Lin, You-jing. 2014. Thebo. In Jackson T-S. Sun. Phonological Profile of Little-Studied Tibetic Varieties, 215–268. Taipei: Institute of Linguistics, Academia Sinica.
Sangsrgyas Tshering 桑吉次力 2020. 迭部藏語的“清音濁化”, Cahiers de Linguistique Asie Orientale 49(1):1–20.
Shafer, R. 1941 The Vocalism of Sino-Tibetan II, Journal of the American Oriental Society, 61, pp. 18-31
Tournadre, Nicolas. 2014. The Tibetic languages and their classification. In Thomas Owen Smith, & Nathan Hill (eds.), Trans-Himalayan linguistics, historical and descriptive linguistics of the Himalayan area, 105–130. Berlin: Mouton de Gruyter http://www.nicolas-tournadre.net/wp-content/uploads/multimedia/2014-The_Tibetic_languages.pdf

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le dialecte de Thebo et le proto-tibétain," Panchronica, 22/06/2020, https://panchr.hypotheses.org/3261 (ISSN 2494-775X)

Supplétisme et alternances phonologiques

S’il est connu que les formes alternantes d’une même racine peuvent finir, suite à des changements phonétiques, par devenir synchroniquement « supplétives » (voir cet article), comme c’est notamment le cas du degré *e et du de degré zéro du paradigme du verb « être » en français par exemple (« est » par opposition à « sont »), le processus opposé — le passage de formes supplétives à des alternances phonologiques, semblerait a priori impossible.

Néanmoins, il arrive parfois que des racines phonologiquement similaires, ou rendues similaires par des changements phonétiques, se trouvent associées fortuitement dans un même paradigme.

Le verbe βαίνω « aller, marcher » du grec présente un exemple de ce type de situation. Les présents βαίνω (*gʷṃ-yé/o-) et βάσκω (*gʷṃ-sḱé/o-, cognat exact de gacchati) sont basés sur la racine *gʷem, devenue βα- au degré zéro. A l’aoriste et au parfait de ce verbe, on trouve ἔβην et βέβηκα respectivement à la 1sg, où le η provient d’un a long. Un a court est attesté au pluriel du parfait βέβαμεν 1pl (en grec classique βεβήκαμεν, refait sur βέβηκα). Le radical -βα- de βέβαμεν est superficiellement similaire aux thèmes de présent de βαίνω et βάσκω. Néanmoins, le consensus général est que cette forme provient en fait de la racine *gʷeh2 « den Fuss aufsetzen, treten » (sanskrit jigāti), qui au degré zéro *gʷh2 donne aussi -βα- en grec, se confondant avec *gʷṃ.

Dans la langue tibétaine (ou yarloungique) de Cone, on observe une situation encore plus étonnante, avec le paradigme irrégulier du verbe « faire »: présent ɕi (B) passé ɕeː (B) imp. ɕiː (B) (voir cet article, p 337, tableau 120).

Les alternances entre i et e sont anormales dans cette langue (on attendrait plutôt ɪ et e). La forme du passé ɕeː (B) est compatible avec le passé བྱས་ bʲas du verbe བྱེད་ bʲed « faire »; l’impératif semble correspondre non pas à བྱོས་ bʲos, mais à l’impératif གྱིས་ gʲis de བགྱིད་ bgʲid, un autre verbe signifiant « faire » (si l’on admet que gʲ- donne ɕ- au ton bas — il n’y pas d’autre exemple de gʲ- sans préinitiale dans mes données). Le présent ɕi (B) quant à lui peut s’interpréter comme la fusion de †ɕɪː (B), descendant attendu du présent བྱེད་ bʲed, et de †ndʑiː (B) du présent བགྱིད་ bgʲid.

Dans le cas du paradigme du Cone, on a donc un mélange inextricable entre les formes rendues quasi-homophones de verbes non-apparentés.

En grec et en Cone, ces cas sont restés marginaux, ces verbes ayant une conjugaison unique. L’alternance βαίνω – βέβηκα/βέβαμεν n’a pas été généralisée à d’autres verbes, par exemple φαίνω n’a pas donné un parfait †πέφηκα/†πέφαμεν. Néanmoins, il n’est pas absolument exclu que des alternances nées de rapprochements entre formes supplétives non-apparentées finissent par être généralisées, et deviennent productives.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Supplétisme et alternances phonologiques," Panchronica, 26/09/2019, https://panchr.hypotheses.org/2992 (ISSN 2494-775X)

Le dénominal -t en khaling

Dans ce billet, j’avais proposé d’étymologiser cet étymon pour « riz » proposé par L. Sagart par le verbe khaling अ्वाम्न्य |ʔomt| « mûrir ».
En rediscutant du sens de ce verbe avec Dhana Rai lors de son dernier passage à Paris, je me suis rendu compte qu’une étymologie interne au khaling s’impose: le sens de « mûrir » dérive en fait de celui de « jaunir », et ce verbe est dénominal de l’adjectif अ्योअ्यो:म् ʔɵʔɵ̂m « jaune », une forme rédupliquée contenant le nominalisateur -m (venant probablement du nom « homme »). La racine verbale |ʔomt| peut donc s’analyser comme composé de |ʔo-|, la racine à proprement parler, de |-m| et du dénominal |-t|. C’est la preuve que le suffixe dénominal -t (voir §3.6 dans cet article) était toujours productif même après la grammaticalisation de -m.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le dénominal -t en khaling," Panchronica, 03/11/2018, https://panchr.hypotheses.org/2759 (ISSN 2494-775X)

Thèse de Gong Xun sur le zbu

La thèse de Gong Xun sur le zbu « Le rgyalrong zbu, une langue tibéto-birmane de Chine du Sud-ouest. Une étude descriptive, typologique et comparative », soutenue le 22 juin 2018, est maintenant accessible sur TEL.

Le zbu est la langue parlée la plus en amont de la région Gyalrong et la moins accessible géographiquement. Contrairement à d’autres langues comme le japhug dont les locuteurs sont nombreux dans la ville de Mbarkham, dans le cas du zbu il est impossible de trouver de bons locuteurs à la ville et il est nécessaire de travailler dans des villages reculés dans des conditions matériellement difficiles en comparaison avec celles d’autres chercheurs de terrain travaillant dans des régions tibétaines de Chine.

Par ailleurs, Gong Xun n’a eu la chance de travailler avec un informateur idéal capable à la fois de raconter des histoires traditionnelles et d’expliquer la grammaire, mais a été contraint d’effectuer des recherches avec de nombreux informateurs différents. Il a passé près de deux ans avant de trouver de bons informateurs, dont l’un est malheureusement décédé durant le travail de thèse.

En outre, le zbu est une langue à la phonologie difficile, qui demande une longue pratique avant de pouvoir être transcrite avec fiabilité; la quintuple opposition entre les rimes que Gong Xun note –ut, –ot, –uˠt, –oˠt et –at est particulièrement difficile à percevoir. Gong Xun ne s’est pas laissé allé à la facilité d’une transcription simplifiée, mais a préféré être certain de maîtriser le système phonologique avant de publier la moindre donnée sur cette langue.

Enfin, il est possible d’affirmer sans le moindre doute que le zbu est la langue à la morphologie verbale de loin la plus complexe de la famille sino-tibétaine et de toutes les langues parlées en Chine, en particulier en ce qui concerne les alternances de thèmes qui sont traitées en détail dans la thèse. Aux antipodes du type ‘isolant’ représenté par les langues mieux connues de la famille telles que le chinois ou le birman, le zbu est une langue polysynthétique au verbe touffu et irrégulier (voir en particulier le chapitre 6, pp 213-280), et dont le degré de complexité peut se comparer à celui d’une langue athabasque.

Les contributions de cette thèse sont très nombreuses. Gong Xun a tout d’abord mis en évidence la diversité dialectale jusqu’ici inconnue de la langue zbu, en particulier au niveau de la morphologie verbale. Cette langue, que l’on croyait jusqu’ici être relativement homogène, est en fait un continuum dialectal de plusieurs variétés à la limite de l’intercompréhension, et l’étude de Gong Xun montre que plus d’une grammaire et d’un dictionnaire seront nécessaires. Ensuite, cette thèse comble un manque dans la littérature sur les langues non-tibétaines du Sichuan: c’était jusqu’à la complétion de cette thèse la moins connue des cinq langues natives du district de Mbarkham. Par ailleurs, Gong Xun démontre l’intérêt considérable du zbu à la fois pour la typologie des relations grammaticales (en particulier concernant les systèmes direct-inverse), mais aussi pour la grammaire comparée des langues sino-tibétaines, car la complexité de la morphologie du zbu va de pair avec un archaïsme remarquable, qui se laisse démontrer par les nombreuses comparaisons avec le tangoute qui émaillent la thèse.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Thèse de Gong Xun sur le zbu," Panchronica, 21/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2688 (ISSN 2494-775X)

La productivité des affixes en japhug

Les mots d’origine chinoise, voire l’intrusion de phrases complètes en chinois, sont assez communs dans le japhug tel qu’il est actuellement communément parlé, même par les meilleurs locuteurs. Si les emprunts en grande quantité sont un signe du déclin de la langue, il serait réducteur d’y voir seulement un motif de contrariété pour le linguiste qui étudie cette langue. En effet, les emprunts sont le terrain idéal pour étudier la productivité de la morphologie.

Les verbes empruntés au chinois (contrairement à ceux qui viennent du tibétain, qui sont entrés dans la langue à une époque plus ancienne) le sont comme des noms, et doivent subir une dérivation dénominale au moyen des préfixes – ou – pour être utilisés comme verbes. Les bases verbales résultantes peuvent ensuite servir d’entrée à l’application d’autres procédés morphologiques; lorsque c’est le cas, on obtient la garantie que le procédé en question est synchroniquement productif.

La phrase (1) que j’ai entendue hier (et notée avec précipitation dans mon cahier), illustre le verbe nɯ-guanxin, du chinois 关心 guānxīn « se préoccuper, prendre soin » préfixé du réfléchi ʑɣɤ– (à propos duquel voir cet article).

(1) thɯ-kɯ-wxti tɕe tu-kɯ-ʑɣɤ-nɯ-guanxin ɲɯ-ra
PFV-GENR:S/P-être.grand CONJ IPFV-GENR:S/P-REFL-DENOMINAL-se.préoccuper SENS-être.nécessaire
« Lorsque l’on vieilli, il faut prendre soin de soi-même. »

Cet exemple spontané démontre la productivité actuelle du préfixe ʑɣɤ– en japhug (que l’on pouvait déjà subodorer du fait du nombre considérable de verbes portant ce préfixe). Le verbe nɯ- étant transitif, et permettant des objets humains, il est possible de s’en servir pour tester la productivité d’autres préfixes, par exemple l’antipassif -, qui dérive le verbe intransitive sɤ-nɯ-guanxin « se soucier/prendre soin des gens ».

Même si ce mélange avec le chinois est regardé avec désapprobation par les locuteurs qui prononcent ces phrases eux-mêmes, ces exemples (en particulier lorsqu’ils proviennent de la parole spontanée) sont en fait précieux et méritent tout à fait leur place dans une grammaire de la langue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La productivité des affixes en japhug," Panchronica, 04/05/2018, https://panchr.hypotheses.org/2238 (ISSN 2494-775X)

La causativisation par changement tonal en jinghpo (2)

Dans le billet d’hier, j’ai soulevé les problèmes que pose l’hypothèse selon laquelle l’alternance tonale dans certains verbes causatifs en jinghpo serait due à un préfixe sigmatique causatif. Explorons une hypothèse alternative. On remarque que dans les exemples suivants, les verbes ont tous une coda sonante (-i compte comme une coda, -oi n’est pas une diphtongue monophonémique):

(1)
rōng “在” , róng “使在、关”
yām “当(奴隶)” , yám “使当(奴隶)”
nōi “挂着” , nói “挂上”

Or, il existe un nombre conséquent de verbes ayant une trace du suffixe -t applicatif (voir cet article pour des exemples en kiranti):

(2)
màlāng “直” , màlán “使直”
màdī “湿” , màdìt “使湿”
shàmū “动” , shàmòt “使动”
lùng “上(山)”, lún “往高处放东西”

On observe qu’avec les verbes à syllabe ouverte, on ajoute simplement un -t (avec un changement vers le ton 31 dans le cas de ‘bouger’), et que les verbes à consonne finale -ng voient celle-ci devenir -n, par un stade *-ŋt > *-nt > -n (comme en khaling, dans l’article cité ci-dessus). Ces verbes développent un ton haut dans leur forme causative.

Si l’on admet maintenant qu’avec les sonantes autres que -ŋ, le suffixe applicatif dental ne cause pas d’assimilation (c’est le cas en khaling, où seul -ŋ est affecté), mais qu’il produit néanmoins l’alternance tonale vers le ton haut 55, il devient possible de considérer les exemples yám et nói en (1) comme un sous-groupe de (2). Le cas de róng “使在、关” est plus compliqué: celui-ci devrait être une extension analogique de l’alternance tonale sans changement segmental, basé sur des verbes tels que yám et nói. Cette hypothèse est un moindre mal par rapport aux problèmes que pose l’analyse de cette alternance tonale comme provenant d’un préfixe causatif. Alternativement, comme on note qu’en khaling le paradigme des verbes en -ŋt fait intervenir des alternances synchroniques entre -nd- et -ŋ- (voir les paradigmes complets dans cet article), de telles alternances peuvent se régulariser aussi bien comme -nd- ~ -nd- que comme -ŋ- ~ -ŋ- (voire même -ŋd- ~ -ŋd-), ce qui expliquerait, pour ce verbe, la combinaison de la trace tonale du suffixe d’applicatif avec l’absence d’assimilation.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La causativisation par changement tonal en jinghpo (2)," Panchronica, 28/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2119 (ISSN 2494-775X)

La causativisation par changement tonal en jinghpo

Le jinghpo fait partie des langues dont le préfixe causatif sigmatique a de nombreux allomorphes, et est resté productif (Stephen Morey le dit d’ailleurs explicitement dans sa grammaire du Turung).

On trouve quelques verbes à initiale sonante ayant une forme causative au ton haut 55 (Dai et al 1990:79; je garde ses gloses):

rōng “在” , róng “使在、关”
yām “当(奴隶)” , yám “使当(奴隶)”
nōi “挂着” , nói “挂上”

L’expérience des dialectes tibétains pourrait suggérer que les formes au ton haut ont développé celui-ci suite à la chute du préfixe sigmatique, toujours attesté dans certaines formes (sha-, ja- etc). Néanmoins, cette solution soulève deux problèmes:

(1) Il est possible pour des verbes à initiale sonante d’avoir un causatif régulier en sha-, comme mān “习惯” => shà-màn “使习惯”. Ce problème est minime, car on peut supposer que les forme régulières ont été créées analogiquement.
(2) Si l’on suppose qu’il existait un allomorphe du préfixe causatif sans voyelle devant les sonantes (comme c’est le cas du z- en japhug, voir par exemple cet article), il faut noter que pour les mots en r-, on attendrait un traitement *sr- > ts- comme celui de tsí’ « pou » (cf japhug zrɯɣ). Le fait que l’alternance est tonale et non segmentale suggère que s’il faut bien supposer un *sr- à une certaine étape de la proto-langue, ce groupe aurait été conçu à un époque où les *sr- primaires avaient déjà commencé à subir la chaîne de changements donnant ts-).

Notons au passage que l’absence de ton haut dans le mot gayà’ “害羞” discuté dans ce billet suggère que le y- ne doit pas s’explique comme un ancien groupe *sj-, et que le z- du japhug tɤzraʁ « honte » doit s’expliquer comme un préfixe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La causativisation par changement tonal en jinghpo," Panchronica, 27/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2115 (ISSN 2494-775X)

Un article sur le proto-kiranti

Dans le dernier numéro de Folia Linguistica Historica vient de paraître cet article accompagné de son appendice en ligne. C’est un premier essai, basé sur quatre langues (wamboule, khaling, bantawa et limbou), de rendre compte de façon systématique à la fois des correspondances entre langues et des alternances morphologiques, et d’introduire une approche réellement néo-grammairienne au comparatisme kiranti (et sino-tibétaine en général), en analysant les correspondances observées sur la base exclusive de trois principes: (i) les changements phonétiques sans exceptions, (ii) l’analogie et (iii) les emprunts.

Ce travail est en opposition radicale à deux courants de pensée molle, qui ont causé un dommage considérable au comparatisme sino-tibétain en particulier: la doctrine de la diffusion lexicale, malheureusement très influente en Chine (je réfère le lecteur de ce blog à cet article de Nathan W Hill) et celle des « allofams » qui sous-tend l’ensemble de la base de donnée STEDT).

Il est en revanche dans la continuité directe de la tradition kirantologique, en particulier des travaux de Boyd Michailovsky (en particulier celui-ci). A ce titre, je dois apporter deux corrections concernant certaines références dans l’article:

(a) p. 177++ parmi les travaux concernant la reconstruction interne des verbes kiranti, je ne mentionne que les travaux récent, et ai oublié d’ajouter cet article, qui a servi de base aux travaux qui l’ont suivi.

(b) p 190, § 5.1.1, l’idée d’un stade préglottalisé pour rendre compte des correspondances des séries d’occlusives en kiranti du sud et kiranti de l’ouest et du nord-est est déjà discutée dans cet article que j’ai omis de mentionner dans cette section.

Mon article n’est naturellement qu’une ébauche de reconstruction, et je compte progressivement ajouter des langues, à commencer par le kouloung (dont j’ai déjà préparé une base de donnée comparative) et le yakkha.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un article sur le proto-kiranti," Panchronica, 25/11/2017, https://panchr.hypotheses.org/2061 (ISSN 2494-775X)

L’impératif en tangoute

Il existe un encodage unicode pour les caractères tangoutes, ainsi qu’une police libre créée par Jing Yongshi 景永时, téléchargeable sur le site d’Andrew West. Le tableau de correspondances avec les numéros de référence du dictionnaire de Li Fanwen permet une conversion facile avec les données qui ont été insérées dans les polices pré-unicodes (ce site est aussi très utile).

Malheureusement, l’interface de hypothèses ne permettant pas d’utiliser la police unicode du tangoute, je n’ai que peu écrit sur ce blog à propos de cette langue: j’en suis réduit à insérer des images pour inclure des caractères tangoutes. Voici un premier billet à titre de test.

Le statut des suffixes d’indexation en tangoute est un sujet très controversé (voir cet article et les références mentionnées dans ce billet). Une question débattue, en particulier, concerne le caractère obligatoire ou optionnel des suffixes d’indexation. Dans cet article, j’ai affirmé que les suffixes d’indexation étaient obligatoires, et que les exceptions apparentes étaient dues aux formes converbiales. En particulier, avec le thème B (qui n’apparaît que dans les formes finies de verbes transitifs, avec un sujet de 1SG ou 2SG, et un objet de troisième personne).

Il existe toutefois une autre catégorie d’exceptions apparentes que j’avais laissées de côté pour une autre publication: les formes impératives.

En tangoute, les formes à l’impératif avec un sujet de seconde personne (et un objet à la troisième) peuvent être suffixée en 𘉞 -nja² (2SG) ou en 𗐱 -nji² (1/2PL) comme les autres formes finies. Au singulier, on trouve le thème B pour les verbes qui permettent cette alternance. Néanmoins, il existe bien des exemples de phrases à l’impératif avec le thème B, mais sans suffixe d’indexation, comme les exemples (1) et (2) ci-dessous:

On remarque qu’en (1), le verbe ‘donner’ a le thème B 𘎾 khjɨj¹ (le thème A khjow¹ se trouve en (2); il s’agit d’un verbe très irrégulier, dont l’histoire est compliquée; les formes remontent à *kham et *khim en pré-tangoute — le cognat japhug kʰo « donner, passer » est une Rückbildung basée sur le thème III kʰɤm), alors que l’on ne trouve pas de suffixe -nja², et d’autre part que l’objetdoit normalement être de 1sg (mais ici j’imagine qu’il s’agit d’un calque du chinois — le texte employant le nom 𗂸 bji² « fonctionnaire » à la place d’un pronom, le traducteur a choisi une forme 2sg>3).

Dans l’exemple (2), on a une situation similaire, mais ici on emploie des verbes à une forme invariable suivis de l’auxiliaire « faire » .wjo¹ au thème B, là aussi sans suffixe d’indexation -nja².

Il est donc manifeste que les suffixes d’indexations sont optionnels au moins à l’impératif. Cette observation est néanmoins peu surprenante d’un point de vue rgyalronguique. Dans les langues rgyalrong, l’impératif est isolé parmi les formes finies, par l’absence d’indexation préfixale de deuxième personne. Ainsi, l’impératif 2sg>3 du verbe ndza « manger » en japhug tɤ-ndze comprend le préfixe directionnel – et le thème III du radical |ndze| (utilisé pour les formes à sujet singulier et objet de troisième personne), mais pas le préfixe de seconde personne tɯ-, que l’on trouve sur toutes les autres formes finies de second personne (comme par exemple l’imperfectif 2sg>3 tu-tɯ-ndze avec un préfixe directe et un préfixe de second personne).

Ce sont donc plutôt les formes à l’impératif ayant un suffixe d’indexation qui sont anormales, et qui doivent être analogiques des autres formes finies. Des exemples tels que (1) et (2) ne peuvent démontrer à eux seuls l’optionalité des suffixes d’indexation en général.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’impératif en tangoute," Panchronica, 27/10/2017, https://panchr.hypotheses.org/2015 (ISSN 2494-775X)

Une trace du suffixe de réfléchi en rgyalronguique?

Parmi les langues à morphologie complexe de la famille sino-tibétaine, la branche rgyalronguique est la seule dans laquelle on ne trouve aucune trace apparente du suffixe de réfléchi, attesté non seulement en kiranti, en dulong-rawang et en kham, mais peut-être même en chinois et en tibétain.
A la place, les langues rgyalronguiques ont innové des préfixes comme le Japhug ʑɣɤ- dont l’origine est encore (presque) transparente.

Comme le rgyalronguique est par ailleurs assez clairement conservateur du point de vue morphologique, l’absence complète de toute trace de ce suffixe bien représenté est assez surprenante, et invite à en rechercher des traces potentielle. A quoi pourraient-elles ressembler? Il pourrait s’agir de paires où un verbe transitif a une contrepartie intransitive avec un suffixe -z ou même -t (du fait du changement « sporadique » encore mal compris de *-s > -t, voir ce billet).

Gong Xun présente dans sa thèse (en cours d’écriture) des arguments comparatifs convaincants pour considérer que le m de mɟa « ramasser, trouver » provient de la nasalisation d’un ancien *w (je n’en dis pas plus tant que sa thèse n’est pas publiée), et compare à l’intérieur du japhug le verbe intransitif βɟɤt « obtenir » (la syntaxe de ce verbe est un sujet non trivial, il peut prendre certains type de semi-objets, mais est morphologiquement intransitif). Cette suggestion me semble correcte; le sujet intransitif de βɟɤt correspond au sujet transitif de mɟa, c’est donc une sorte d’antipassif (que je pourrais rajouter à la liste de cet article), une dérivation qui pourrait s’expliquer comme la forme atrophiée d’un suffixe *-s (d’un plus ancien *-si?) ayant subi le changement vers -t. Si effectivement la paire mɟa « ramasser, trouver » / βɟɤt « obtenir » est une trace du suffixe de réfléchi, nous devrions pouvoir en trouver d’autres traces ailleurs en rgyalronguique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace du suffixe de réfléchi en rgyalronguique?," Panchronica, 15/10/2017, https://panchr.hypotheses.org/1981 (ISSN 2494-775X)

Les paradigmes négatifs en khaling

Dans mes publications précédentes sur le khaling (en particulier celle-ci et celle-là), les paradigmes négatifs n’avaient pas été inclus, car leur formation est pour l’essentiel assez prédictible: ils prennent un préfixe mu- (aux formes finies sans préfixe de seconde personne / inverse ʔi-, y compris l’impératif) ou mʌ- (aux formes ayant un préfixe ʔi- au positif et aux formes infinitive et participiales) et au passé, le suffixe -t- du passé est remplacé par le -w- de l’irréel (voir p 1102 de Jacques et al. 2012; comme je l’indique dans cet article, ce -w- est apparenté au verbe « être » du limbou).

En travaillant avec Benoît Sagot sur l’analyseur morphologique du khaling, je me suis rendu compte que les règles ci-dessus n’étaient pas suffisantes pour certaines formes. En effet, dans les cas des verbes à syllabe ouvertes, on a au passé des formes -tnu -त्नु au lieu de -tɛnu -त्यनु à l’intransitif 2pl et 3pl, comme l’illustre le paradigme suivant du passé (tirés de Jacques et al 2012:1124) de |je| ‘venir’ (vers le bas):

1sg jeŋʌtʌ
1di jêjti
1de jêjtu
1pi jektiki
1pe jektʌkʌ
2sg ʔijā:tɛ
2du ʔijêjti
2pl ʔijā:tnu
3sg jā:tɛ
3du jêjti
3pl jā:tnu

Les formes analogiques jā:tɛnu et ʔijā:tɛnu pour les 3pl et 2pl sont toutefois utilisées par certains locuteurs.

Si le négatif des formes autres que 2pl et 3pl peuvent se former selon la procédure indiquée ci-dessus, les 2pl et 3pl sont plus problématiques, puisque la forme attendue †jā:wnu contreviendrait à la phonotactique du khaling. Je n’avais pas noté cette forme dans mes cahiers de terrain, mais elle est heureusement attestée à plusieurs reprises dans cette histoire (enregistrée, transcrite et traduite par Aimée Lahaussois), qui a mujânwɛ मुया:न्‍व्य « ils ne sont pas descendus » (noté mujaːnwɛ, S77, S79, S83 etc). Notons que le conteur de cette histoire fait partie des gens qui disent jā:tɛnu pour la 3pl (et qui pourtant n’a pas formé un négatif †jā:wɛnu!).

La forme mujânwɛ est intéressante, car le ton tombant vient de la chute d’une voyelle haute, ici de toute évidence *u, donc d’un plus ancien *mu-jā:-nu-wɛ, autrement dit, d’une forme où le suffixe de pluriel –nu se positionnait avant le –; on a déjà observé de tels changements dans l’ordre des suffixes (notamment dans le paradigme des verbes réfléchis), et ils sont tout à fait attendus était donné l’origine des verbes bipartites en kiranti.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les paradigmes négatifs en khaling," Panchronica, 09/10/2017, https://panchr.hypotheses.org/1975 (ISSN 2494-775X)

Morphologie fossile en japhug

Même si le japhug et les autres langues rgyalronguiques ont une morphologie riche et productive, il n’en ont pas moins une quantité non-négligeable de traces de morphologie fossile non analysable. Un exemple est offert par le verbe courant mɯnmu ‘bouger’ qui apparemment contient un préfix mɯ-, car la base nmu est attestée par un verbe qui s’applique uniquement aux tremblements de terre (voir cet article).

Une autre paire de verbes ayant de la morphologie fossile est sna et mna, verbes statifs dont les sens sont les suivants:

sna: être bon (tɯrme ɲɯ-sna « c’est quelqu’un de bon »), être digne de (… mɤ-sna-a « je ne suis pas digne de…), être (kɤ-ndza sna « ça peut se manger »)

mna: être le meilleur (nɯ-kɯ-mna « leur chef », mbro stu kɯ-mna « le meilleur cheval ») guérir, aller mieux (ɯ-kɯ-mŋɤm to-mna « sa maladie a guéri »)

Je ne leur connais pas de cognat en dehors du rgyalronguique, et à moins que la ressemblance de sens entre ces deux mots ne soit un hasard, la nature des préfixes m- et s- que l’on semble pouvoir observer ici, ainsi que celle de la racine « na », est un mystère épais. Des données additionnelles tirées des autres langues rgyalronguiques permettront peut-être de mieux comprendre cette morphologie.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Morphologie fossile en japhug," Panchronica, 12/08/2017, https://panchr.hypotheses.org/1934 (ISSN 2494-775X)

A propos des alternances thématiques du kuki-chin et du tangsa

Outre les langues rgyalronguiques et kiranties, dont les alternances de thème sont particulièrement riches et de mieux en mieux documentées (voir par exemple cet article), la famille trans-himalayenne comprend de nombreuses langues ayant des traces d’alternance vocaliques et consonantiques, ce qui soulève naturellement la question de savoir si l’une de ces alternances est reconstructible pour la proto-langue.

Pour le kuki-chin, le livre de VanBik a l’immense mérite d’indiquer les deux thèmes I et II pour plusieurs langues, et donne une reconstruction en proto-kuki-chin, qui est proche de la forme toujours attestée en Hakha Lai. Observons quelques exemples des deux thèmes:

zâa-I, zaat-II ‘itch, tickle’
khàa-I, khaat-II 

zâaŋ-I, zǎan-II ‘light (not heavy)’
kǎaŋ-I, kaŋʔ-II  ‘blaze, burn’

liak-I, liaʔ-II ’lick’
sǎa-I, sak-II  ‘build, connect’

Le thème II ne semble pas complètement prédictible du thème I, ni le thème I du thème II, mais l’on peut offrir quelques généralisations: le thème II semble parfois formé à partir du thème I en rajoutant une coda -t ou en convertissant -ŋ en -n (peut être de *ŋt), ou en convertissant -k en -ʔ (ou -ŋ en -ŋʔ). On sait qu’une des origines de -ʔ en Kuki-chin est *-s (ruʔ « os » , cf tibétain rus.pa རུས་པ་) et il est donc concevable que les formes II sont en partie construites en rajoutant des suffixes *-t ou *-s. Quelle pourrait être la nature de ces suffixes?

Le thème II a une variété d’usages en KC, mais semble refléter une ancienne forme nominalisée; il n’est donc pas illégitime de supposer que ces suffixes puissent être la traces de suffixes de nominalisation, d’autant que *-t et *-s sont attestés comme tels dans de nombreuses langues, dont le tibétain, l’himalayen de l’ouest et le rgyalronguique (voir cet article, section 4.1). Une possibilité alternative serait de comparer le -t du et l’alternance de glottalisation dans le thème II du KC avec le thème 2 des langues rgyalronguiques (le -t est attesté avec le verbe ti, tɯt « dire » en japhug, qui est ici un vrai -t et non pas un ancien *-s). Le champs est ouvert pour tester laquelle de ces deux hypothèses, ou une autre, est la plus prometteuse.

Dans les langues tangsa maintenant, Stephen Morey, dans son chapitre de l’ouvrage collectif « The Sino-Tibetan languages », décrit un système d’alternance thématique qui rappelle fortement celui du kuki-chin. On trouve en Tangsa deux thèmes décrits comme « verbal » et « nominal » respectivement (voir Morey 2017:362-363). Or, certains exemples de verbes ont un thème nominal formé au moyen d’un suffixe *-t, comme le Ngaimong (langue où *-t passe à -l, comme le montre mul¹ « blow » = japhug ɣɤmɯt; le -t est préservé dans certaines variétés de tangsa comme le rinkhu ou le tikhak voir Morey 2017:361, tableau 17.9):

‘roast’: ʃu¹, ə-ʃɔl⁴
‘go’ ka¹, ə-kal⁴

Notons que cette alternance n’est pas productive (certains verbes à syllabe ouverte, au même ton, comme ʒu¹ « flee », n’ont pas de suffixe à la forme nominale).

Je n’ai pas encore trouvé de paire partagée par le KC et le tangsa, et encore moins par le rgyalronguique, mais il me semble que l’étude comparative de ce phénomène ouvre des perspectives fascinantes pour l’histoire de la famille.

========================
Références
Morey, Stephen 2017 Tangsa. In Graham Thurgood & Randy LaPolla (eds.), The Sino-Tibetan Languages, second edition, 350-368 London: Routledge.
Jacques, Guillaume. [2016]2017. How many *-s suffixes in Old Chinese? Bulletin of Chinese Linguistics 9(2). 205–217.
VanBik, Kenneth 2009. Proto-Kuki-Chin: A Reconstructed Ancestor of the Kuki-Chin Languages, STEDT Monograph Series 8, University of California, Berkeley.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos des alternances thématiques du kuki-chin et du tangsa," Panchronica, 29/06/2017, https://panchr.hypotheses.org/1868 (ISSN 2494-775X)