Archives par mot-clé : miluk

Des langues qui attendent d’être déchiffrées

Mis à part la documentation de langues non (ou mal) décrites et la reconstruction des proto-langues, l’un des plus grand défis intellectuels qui existent en linguistique est le déchiffrement des langues inconnues. Si certaines langues pourtant presque complètement désespérées comme l’étrusque ou le lemnien attirent une foule de travaux érudits (comme par exemple celui-ci) ou plus fantaisistes, les linguistes et anthropologues de la première moitié du siècle dernier nous ont laissé des données brutes non analysées sur de nombreuses langues maintenant défuntes. Un cas notable est celui de Melville Jacobs, un anthropologue qui a étudié de nombreuses langues et cultures de l’Orégon et du Nord-Ouest des Etats-Unis et qui était apparemment plus doué en transcription phonétique et en méthodologie de terrain que son prédécesseur Frachtenberg (dont j’ai parlé dans ce billet). Jacobs a transcrit une grande quantité de textes dans les langues kalapouyennes, en alsea, en hanis et en milouk, sur lesquelles on a peu de documentation par ailleurs. Toutefois, il n’employait pas de gloses morphémiques et n’a pas produit de travaux sur la grammaires de ces langues. C’est particulièrement critique pour les langues kalapouyennes, sur lesquelles on ne dispose quasiment pas d’autre documentation. Le linguiste qui s’attaque à l’étude de ces langues est donc dans une situation comparable à celle des déchiffreurs du tokharien: on dispose de textes bilingues dans une écriture facile à interpréter, mais l’on n’a quasiment aucune indication sur la grammaire ou le vocabulaire de ces langues, qu’ils faut reconstituer à partir des textes.

Si la priorité de la recherche en linguistique doit naturellement être la documentation des langues encore parlées, il ne faut pas s’interdire de s’intéresser à ces documents. Les travaux de Banks (2007) et Doty (2012) représentent des contributions importantes au déchiffrement de ces langues, mais ces documents restent sous-exploités. En particulier, les langues kalapouyennes autres que le santiam sont presque complètement inconnues, bien que des textes publiés soient disponibles, et que des textes non-publiés accumulent la poussière (ou pire) dans d’obscures archives. Si une fraction des amateurs étruscologues s’intéressaient plutôt à ces langues, un travail magnifique pourrait être réalisé!

Références
Banks, Jonathan. 2007. The Verbal Morphology of Santiam Kalapuya. Northwest Journal of Linguistics 1. 1-98.
Doty, Christopher 2012 A Reassessment of the Genetic Classification of Miluk Coos, thèse de doctorat, université de l’Orégon à Eugene.
Jacobs, Melville. 1939. Coos Narrative and Ethnographic Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1940. Coos Myth Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1945. Kalapuya Texts. Seattle: University of Washington.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Des langues qui attendent d’être déchiffrées," Panchronica, 06/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/912 (ISSN 2494-775X)

A quelle famille appartient le miluk?

L’Orégon était jusqu’à l’invasion des Européens l’une des régions linguistiquement les plus diverses au monde. Le long de la côte (sans compter les langues de l’intérieur), on trouve, du nord au sud, le chinook, le tillamook (langue salish), l’alsea, le siuslaw (deux langues isolées), le miluk et le hanis (traditionnellement considérées comme appartenant à une famille « coosan ») et enfin, à la frontière avec la Californie, le tolowa (une langue athabasque).

Mis à part peut-être le tolowa, toutes ces langues ont disparu, et dans le cas de l’alsea, du siuslaw, du miluk et du hanis, elles sont uniquement connues par des données de la première moitié du vingtième siècle, en particulier celles collectées par Frachtenberg et Melville Jacobs.

Dans une thèse soutenue en 2012 sous la direction de Scott DeLancey, Christopher Doty présente tout d’abord une reconstruction de la phonologie et de la morphologie du miluk sur la base des recueils de textes de Jacobs (1939, 1940); une telle reconstruction est nécessaire car Jacobs, si on doit lui reconnaître le grand mérite d’avoir collecté des textes dans un grand nombre de langues disparues (y compris le kalapouya, dont j’ai parlé dans un précédent billet), transcrivait sans apporter d’analyse phonologique ou grammaticale des langues étudiées. Ainsi, un réel travail de déchiffrement, basé sur la traduction anglaise des textes transcrits, est nécessaire avant de pouvoir utiliser ces données pour des investigations en linguistique historique.

Doty montre ensuite que la parenté supposée du miluk et du hanis (considérée pourtant comme assurée par la plupart des ouvrages de références sur les langues d’Amérique du nord, y compris Mithun 1999) est très contestable.

Enfin, il propose l’hypothèse d’une parenté (lointaine) possible entre le miluk et le salish. Cette conclusion très surprenante est toutefois argumentée de façon très convaincante, et si elle n’a pas gagné l’approbation des spécialistes du domaine (voir par exemple Kroeber 2013), elle me semble tout à fait digne de recherches plus approfondies. Espérons que l’auteur rendra disponible son corpus annoté du miluk, qui pourrait permettre à d’autres chercheurs de naviguer plus rapidement dans le corpus, restreint mais d’un grand intérêt aussi bien pour la typologie morphosyntaxique que pour la linguistique historique.

Références
Doty, Christopher. 2012. A Reassessment of the Genetic Classification of Miluk Coos, thèse de doctorat, université de l’Orégon à Eugene. http://www.csdoty.com/resources/Doty-Dissertation.pdf
Jacobs, Melville. 1939. Coos Narrative and Ethnographic Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1940. Coos Myth Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Kroeber, Paul. 2013. Pronominal Clitics and Indexability Hierarchies in Hanis and Miluk Coosan, Anthropological Linguistics 55.2:105-157.

Voir aussi le blog https://shichils.wordpress.com/ qui porte en partie sur les langues de la côte de l’Orégon.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A quelle famille appartient le miluk?," Panchronica, 11/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/343 (ISSN 2494-775X)