Archives par mot-clé : mien

“sentir” et “entendre” en hmong-mien

La quasi-totalité des langues hmong-mien ont un cognat pour le verbe “entendre” (“听见” dans Wang et Mao 1995:189), que Ratliff (2010:66) reconstruit *hnəumX “to hear”, sur la base des données suivantes:

(I)
Yanghao: n̥haŋ3
Jiwei: n̥hɑŋ3
Hmong blanc: hn̥ɔ3
Zongdi: nɔ3b
Fuyuan: n̥uB
Jiongnai: n̥ɐŋ3
Pahng: n̥ɔ̃3
Mien de Luoxiang: nom3
Mien de Lanjin: num3
Biaomin: n̥ən3

Wang et Mao (1995) compte davantage de langues, mais pour les dialectes mien de Jiangdi et de Xiangjiang, qui ne sont pas inclus dans Ratliff (2010), aucun cognat n’est indiqué (p.190). Toutefois, si l’on consulte un autre groupe de cognats, celui de “sentir” p.100 (“闻;嗅”; sélection d’une partie des langues), on trouve des formes suivantes:

(II)
Yanghao: m̥hi5
Zongdi: mi5b
Qingyan: m̥jou5
Fuyuan: m̥jenC
Jiongnai: m̥ai5
Mien de Jiangdi: n̥om3
Mien de Xiangjiang: n̥uŋ3
Mien de Luoxiang: hom5
Mien de Lanjin: hɔːm5’
Biaomin: m̥ja5

Parmi ces formes, on remarque que les cognats donnés pour les dialectes mien de Jiangdi et Xiangjiang sont irréguliers aussi bien du point de vue du ton (3 au lieu de 5) que de l’initiale (n̥ au lieu de m̥ ou h attendus). Or, ces deux formes sont en revanche phonétiquement compatibles avec celles du groupe de cognats (I) pour “entendre” ci-dessus, et il est préférable de considérer qu’elles sont cognates avec (I) plutôt qu’avec les autres formes de (II).

Un changement sémantique de “entendre” à “sentir” est tout à fait possible: un tel changement a eu lieu en chinois (闻), et le verbe mtshɤm “entendre” en japhug peut s’employer pour toutes les perceptions non-visuelles non-volitionnelles (incluant les odeurs, ou les vibrations, voir l’exemple (2) dans cet billet). Comme le sens “sentir” est restreint à une sous-branche de la famille, il est plus économique de supposer que le changement sémantique a eu lieu dans ce sens.

La forme mien n̥om3 rappelle fortement l’étymon trans-himalayen que l’on retrouve en tibétain snom, bsnams སྣོམ་ བསྣམས་ “sentir” ou en japhug ɕɯmnɤm ‘donner une odeur’ (voir la discussion de la phonétique de ce verbe dans cet article), mais cette ressemblance serait probablement fortuite, à moins de supposer le même changement sémantique indépendant dans plusieurs branches de la famille.

Ratliff (2010:12;50) suggère que le groupe de cognat (II), pour lequel elle donne la reconstruction *hmji̯əmH, serait emprunté à l’étymon trans-himalayen. Si l’on exclut les dialectes mien de Jiangdi et Xiangjiang (qui de toute façon ne peuvent pas dériver sans problème de *hmji̯əmH), on pourrait sauver cette idée en supposant que le *hm- reflète ici en fait le groupe complexe *s-mn- que je suppose en tibétain (*bV-s-mnam-s > bsnams).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "“sentir” et “entendre” en hmong-mien," Panchronica, 11/03/2020, https://panchr.hypotheses.org/3228 (ISSN 2494-775X)

Une trace de préfixation en proto-Hmong-Mien?

Le hmong-mien est peut-être l’une des familles d’Asie présentant le moins de trace de morphologie; néanmoins, la paire “tuer” (Mien tai5, pHM *təj C) et “mourir” (Mien tai6, pHM *dəj C, Ratliff 2010:210) montre sans ambiguïté non seulement que des alternances de voix ont dû exister, mais en plus qu’une parenté ancienne avec l’austronésien ne peut être exclue d’un revers de la main.

Je propose la paire suivante, qui me semble sémantiquement et phonologiquement assez plausible:

“sommeil, dormir”, Mien pwei5, pHM *pwei C
“rêve, rêver”, Mien bei5, pHM *mpei C

Ces deux étymons sont reconstructibles sans difficulté au proto-HM, et ne sont ni des emprunts au chinois, ni apparemment à aucune langue de la région. Ils partagent la même rime, le même ton et la même initiale, et ne diffèrent que par la prénasalisation (pour “rêver”) et la présence d’une médiane *-w- (pour “dormir”).

Pour le rapport entre “dormir” et “rêve”, notons le cas du russe сон, сна (< *sup-no-) "sommeil, rêve", qui s'emploie dans la collocation видеть сон "rêver", le nom composé сновидение "rêve" et le dénominal сниться "rêver". On a de même en sanskrit une collocation du même type svapnam dṛś “rêver”, et le dérivé duḥsvapna- “mauvais rêve”. J’ignore si la directionnalité inverse (“rêver” –> “dormir”) est possible.

Le problème pour relier ces formes est “simplement” une question de morphologie: comme la Wortbildung du HM n’est pas connue, la relation entre ces étymons peut se prêter à toutes sortes d’interprétations: la prénasalisation est assez probablement la trace d’un préfixe (dont la fonction est à déterminer, mais qui pourrait être dénominal), et la médiane *-w- dans “dormir” pourrait être la trace de labialité de la voyelle ou la consonne d’un préfixe (autrement dit, les deux formes seraient dérivées).

Ces observations sont condamnées à ne rester que des curiosités, à moins qu’un plus grand nombre de paires présentant des caractéristiques phonologiques et morphologiques similaires ne soient mises en évidence.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace de préfixation en proto-Hmong-Mien?," Panchronica, 19/06/2018, https://panchr.hypotheses.org/2262 (ISSN 2494-775X)

La fonction nominalisante de la prénasalisation en chinois archaïque

Parmi les multiples fonctions de l’alternance de voisement en chinois archaïque, on trouve des exemples potentiels de nominalisation, que Baxter et Sagart (2014:55) reconstruisent comme *m- dans des exemples tels que 拄 *t(r)oʔ > ʈjuX ‘prop up, support (v.)’ ==> 柱 *m-t(r)oʔ > ɖjuX ‘pillar’(je convertis le chinois moyen dans la transcription APisée décrite ici). Des cognats potentiels de ce préfixe ailleurs en sino-tibétain existent, en particulier le ma– du Jinghpo dont j’ai parlé dans un autre billet; je suis en train de préparer un article qui traite (entre autre) de ce sujet.

Parmi les formes qu’ils donnent se trouve la paire suivante:

(1) 稱 *tʰəŋ > tɕʰiŋ ‘weigh; evaluate; call’ ==> 稱 *mə-tʰəŋ-s > tɕʰiŋH ‘steelyard’;
Il n’y a pas de trace de voisement en chinois moyen, mais la reconstruction d’un préfixe nasal est assurée par le Hmong-Mien. B/S citent le proto-pHM *nthju̯əŋH, et la forme est bien attestée par exemple en mien de Jiangdi dzjaŋ5 ‘balance’ (le ton de série haute indique bien une initiale de type *N-t(sʰ), voir ce billet).

Néanmoins, si la présence d’une présyllabe nasale n’est guère problématique, son interprétation ici comme préfixe de nominalisation l’est. Outre le fait que le nom ‘balance’ est au qusheng, processus bien connu de nominalisation), si l’on recherche dans le dictionnaire mien de Mao Zongwu (1992:167), on peut trouver le verbe dzjaŋ1 “peser” (un exemple de phrase nous assure que c’est la bonne traduction de 称), qui doit refléter le verbe 稱 *tʰəŋ > tɕʰiŋ dans la même couche de vocabulaire. Cette forme implique que le verbe aussi avait une présyllabe nasale, et sa reconstruction correcte dans le système B/S serait donc *mə-tʰəŋ. Cet exemple illustre à la fois l’importance du hmong-mien pour le chinois, et l’urgence d’une étude systématique des emprunts chinois anciens au moins en mien.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La fonction nominalisante de la prénasalisation en chinois archaïque," Panchronica, 01/02/2018, https://panchr.hypotheses.org/2129 (ISSN 2494-775X)

Un autre Wanderwort commun au Hmong-Mien et au rgyalronguique?

On trouve en hmong un verbe reconstruit comme *qe (ton C, Rattliff 2010:138) “scold”, attesté par les formes suivantes (Wang et Mao 1995:327, n°613)
“骂”:
青岩 qai (5)
高坡 qe (5)
宗地 he (5a)
复员 qe (c)
枫香 qɛ (5)

Wang Fushi et Mao Zongwu comparent cet étymon au mien de 江底 Jiangdi he:m (5) “骂”; toutefois, la correspondance entre une rime en -m et la rime du proto-hmong *-e serait unique; celle-ci correspond normalement à syllable ouverte ou en *-j en chinois, et cette comparaison est donc douteuse.

On trouve toutefois une racine superficiellement ressemblante en rgyalronguique, représentée par le verbe transitif nɤmqe “gronder” et le réciproque amqaj “se disputer” (l’alternance -e / -aj est unique). Pourrait-il s’agir d’un nouvel emprunt birmo-qianguique en hmong? La plupart des autres mots, comme “noix“, sont des noms, mais on y trouve aussi des numéraux de base et il n’est pas absurde de penser que des verbes ont pu aussi faire partie de cette ancienne couche d’emprunts, qui est peut-être plus large qu’on ne le croit.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un autre Wanderwort commun au Hmong-Mien et au rgyalronguique?," Panchronica, 13/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2087 (ISSN 2494-775X)

Une correspondance irrégulière en hmong de Fuyuan

Les langues hmong-mien ont pour désigner la “crinière” des mots empruntés au chinois 鬃 tsuŋ à différentes époques (voir Wang et Mao 1995: 141, Ratliff 2010: 71-73). En mien de Jiangdi 江底 la forme dzoŋ¹ avec un ton de série haute indique une ancienne prénasalisée (*n-ts-) qui peut refléter une présyllabe nasale du chinois archaïque (voir ce billet).

Dans les langues hmong, on ne retrouve pas cette prénasalisation. En revanche, le hmong de Fuyuan 复员 (parlé au Guizhou) a pjoŋ (A), une forme non expliquée. Le groupe pj- dans cette variété peut remontrer à *pr- (comme dans pjoŋ (B) de *prɔŋ(B) ‘winnow 簸(米)’, Wang et Mao 1995:117, Ratliff 2010:49).

Pour expliquer cette correspondance irrégulière, ma première intuition aurait été une lénition “vietnamienne” *pə-s- –> *pə-r-, comme ce que j’ai proposé en Kra-Dai dans cet
article
pour l’étymon proto-tai *prɤm (A) “cheveux” (Buyang ma°ɕam⁵⁴). Toutefois, comme les anciens *ts restent ts- dans cette variété, il n’est pas possible d’admettre un changement *pə-ts –> *pə-s- –> *pr- se confondant avec les anciens *pr- dans ce mot (la présyllabe *pə- pouvant potentiellement être la trace de quelque chose en chinois). S’agit-il de la trace d’une ancienne présyllabe qui s’est fusionnée avec la syllabe principale suivant un changement encore plus compliqué que celui auquel j’avais pensé, du croisement entre un mot natif et l’emprunt chinois, ou encore d’un mot non-apparenté qui a fortuitement la même rime? Cette question me semble difficilement soluble sans davantage de données sur cette variété.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une correspondance irrégulière en hmong de Fuyuan," Panchronica, 06/08/2017, https://panchr.hypotheses.org/1927 (ISSN 2494-775X)

La prénasalisation en hmong-mien

La reconstruction de Baxter et Sagart (2014) fait un grand usage de la prénasalisation en hmong-mien, suivant en cela certaines idées proposées par Downer dans cet article remarquable, qui n’a pas pris une ride en plus de 40 ans: les prénasalisées du chinois archaïque deviennent des voisées en mien, la distinction de voisement étant transphonologisée registre tonal, et celle d’aspiration étant perdue (*mp-, *mpʰ- > b-; *nt-, *nth- > d etc).

Ils se sont servis dans leur reconstruction essentiellement des mots reconstruits en proto-hmong-mien (Wang Fushi et Mao Zongwu 苗瑶语古音构拟et Ratliff 2010), mais il est facile, en étudiant le dictionnaire du mien de Jiangdi 江底 de Mao Zongwu (汉瑶词典(勉语)), de trouver de nombreux cas de mots ayant des voisées en mien (venant de préinitiales) correspondant à des sourdes aspirées ou non-aspirées en chinois.

Certains de ces mots, comme bjoːt8 “bouillir” (chinois 沸 pjɨjH < *Nə-puts; notons qu’il existe un autre verbe bwei5 “bouillir” en mien avec un -i correspondant au *-ts du chinois archaïque, donc tardif, qui se retrouve toutefois en hmong et semble suivre les correspondances des mots hmong-miens natifs), semblent d'une grande antiquité (la préservation du -t final est ici probablement indicatrice d'un emprunt pré-Han). D'autres toutefois, comme beu1 "jeter" (chinois 抛 phæw), ont des correspondances indicatrice d’un emprunt d’une langue de type chinois moyen. Signalons le mémoire de mastaire de
Li Lizhi (《汉瑶词典》中勉语汉语借词的研究) qui propose une stratification détaillée des emprunts en mien sur la base du dictionnaire de Mao Zongwu.

Pourrait-il s’agir d’une innovation en mien? Bien sûr, dans le cas de mots à voisée en chinois moyen, comme le mien dzoːi2 “complet”, qui vient du chinois 齐 dzej (dont un des sens est “complet”, dans des expressions telles que 齐全), il serait possible d’argumenter que le voisement est dû au fait que le mot est emprunté à un dialecte chinois qui aurait préservé le voisement jusqu’à une période postérieure à la perte de celui-ci en mien et à la conversion de la prénasalisation en voisement dans cette langue. Un tel argument n’est pas possible pour les mots à sourdes aspirées et non-aspirées en chinois moyen, bien entendu.

Une autre question est de savoir s’il pourrait s’agir d’une alternance interne au mien; même si les langues hmong-mien sont presque complètement isolante, on remarque quelques trace de morphologie ancienne(Ratliff 2010:199-213).

L’une des plus étonnante, notée à juste titre par Martha Ratliff (2010: 210) est la paire entre “tuer” (mien tai5 < *təjH) et "mourir" (mien tai6 < *dəjH), qui rappelle l'austronésien *paCay "tuer" / *maCay "mourir" (*C, quelque soit son interprétation phonétique, correspond à t dans la plupart des langues austronésiennes). Cette paire de verbes soulève de nombreuses questions concernant la parenté du hmong-mien (ce ne sont pas les seules formes ressemblant à l'austronésien dans la famille), et en tous les cas montre des alternances morphologiques de voisement (manifestée en mien par les tons de série haute (1,3,5,7) opposés à ceux de série basse (2,4,6,8)) ont pu avoir un jour existé. Néanmoins, il ne semble pas qu'il y ait d'exemples clairs de paires de verbes natifs ayant une alternance de prénasalisation (cf Downer 1973). Il est donc peu vraisemblable que la prénasalisation dans les verbes empruntés au chinois aient pu être dus à un préfixe en hmong-mien (contrairement par exemple aux langues rgyalronguiques, où les verbes récemment empruntés au chinois prennent des préfixes dénominaux, tels que – en japhug, voir cet article).

Nous avons donc une large couche d’emprunts au chinois ayant des initiales remontant à des prénasalisées, mais qui du point de vue des autres caractéristiques phonologiques ressemble à un dialecte chinois moyen; nous avons donc affaire à un dialecte chinois d’époque post-Han, qui n’était distinct du système du qieyun que parla préservation de quelques traits comme la prénasalisation, et qui comme le suggère Downer pourrait même être ancestral à la couche la plus ancienne du cantonais et du hakka. La prénasalisation en hmong-mien n’est donc pas une curiosité remontant à une époque archaïque, dont l’ajout à la reconstruction serait extrêmement spéculatif comme le suggère Schuessler (2015), mais un trait encore présent en chinois des Han et probablement assez général dans les dialectes du sud jusqu’à l’époque Tang.

Pour finir, on trouve en hmong-mien des mots sino-tibétains non-chinois, probablement venant d’une langue birmo-rgyalronguique ancienne, dont certains ont une prénasalisation. Si l’on prend bwan5 “neige, glace”, probablement apparenté au japhug tɤjpa (*lpa < **lpan; le -n est attesté en trong tɯ³¹wɑn⁵³ ”neige”), on observe que la prénasalisation en hmong-mien, à une époque encore plus ancienne, provient de la confusion de préinitiales nasale et d’autres prénitiales sonantes comme *l-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La prénasalisation en hmong-mien," Panchronica, 19/03/2017, https://panchr.hypotheses.org/1694 (ISSN 2494-775X)