Archives par mot-clé : mewahang

Le kiranti est-il paraphylétique? (1)

Dans un article récent, Gerber et Grollmann (2018) passent en revue les innovations proposées par différents auteurs pour définir le groupe kiranti, et concluent que les arguments en faveur de la monophylie du kiranti ne sont pas décisifs.

Parmi les innovations qu’ils critiquent, notons ma proposition d’une loi phonétique *-a[tl] à *-ɛ[tl] en proto-kiranti (Jacques 2017:205), basée sur les exemples suivants:

A cette idée, Gerber et Grollmann (2018:217) apportent l’objection suivante:

Il est clair qu’il existe des *-at et et -al en proto-kiranti (qui deviennent -ɛt et -ɛl respectivement en kiranti), et que leur existence soulève une question pour mon hypothèse: soit il s’agit de mots empruntés, ou formés par suffixation de -t après le changement de *-a[tl] à *-ɛ[tl], soit il faut postuler en pré-proto-kiranti une voyelle distincte de *a dans ces mots.

Néanmoins, les données du lohorung discutées dans ce passage n’infirment en rien l’hypothèse que j’avais proposée. Le verbe |khɛt| « aller » du lohorung cité dans ces paragraphes correspond au khaling |kʰot| « aller », qui se reconstruit régulièrement comme *|kʰɑt| selon mon système (voir p.6). Le fait que le lohorung ait une rime -ɛt alternant avec -ar est une observation très intéressante, mais ce qu’elle montre est que (i) le *-ɑt du proto-kiranti devient -ɛt en lohorung , mais que par contre (ii) devant voyelle, où le -t- se lénifie en -r-, et où le *ɑ doit être en syllabe ouverte (le r devenant l’attaque de la syllabe suivante, comme en limbu |sɛt| tuer qui donne /sɛr-uŋ/ [sɛ.ruŋ] ‘je le tue(rai)’).

Cette question est complètement indépendante que celle du *-ɛt proto-kiranti, qui se confond avec *-et dans les langues autres que le le limbou. Comme le montrent les données de Gerber dans ce document de travail, le mewahang (et le lohorung) présente une voyelle /e/ dans le verbe « tuer », qui s’oppose au /ɛ/ provenant de *-at ou *-ɑt: « The mid-low front vowel ɛ contrasts with mid-high e, viz. seʔma ‘to kill’ vs. sɛʔma ‘to pull’ » (p.4). Le mewahang a donc subi des changements phonétiques similaires à celui du khaling: *-ɛt et *-at devenant respectivement /-et/ et /-ɛt/. Le conditionnement du second changement est légèrement différent, puisqu’en khaling le passage de *a à ɛ affecte tous les *a qui ne sont pas suivis d’une vélaire, y compris en syllabe ouverte, pas seulement ceux suivis de -t.

Un réel contre-exemple à mon hypothèse serait de trouver une langue kiranti où l’un des cognats des quatre verbes du tableau ci-dessus aurait préservé un vocalisme /a/: l’hypothèse ne porte pas sur un trait typologique (un changement *-at à *-ɛt, qui naturellement peut avoir lieu dans n’importe quelle région du monde) mais sur le fait que certains étymons kiranti ont une voyelle antérieure (ɛ en limbou et e dans les autres langues) correspondant à une voyelle ouverte ailleurs dans le famille.

Références
Gerber, Pascal et Selin Grollmann 2018. What is Kiranti? Bulletin of Chinese Linguistics, 11(2): 99-152. lien 1,lien 2
Jacques, Guillaume 2017. A reconstruction of Proto-Kiranti verb roots, Folia Linguistica Historica 38. 177–215.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le kiranti est-il paraphylétique? (1)," Panchronica, 03/04/2020, https://panchr.hypotheses.org/3234 (ISSN 2494-775X)