Archives par mot-clé : méthode comparative

Le dictionnaire proto-algonquien en ligne

Le dictionnaire du proto-algonquien de Hewson est maintenant disponible en ligne, en complément des PDF déjà présents à cette adresse. Ce dictionnaire, basé sur la reconstruction de Bloomfield (rajoutant uniquement le groupe *-θk- découvert par Siebert), est presque exclusivement basé sur les données du fox, du menomini, de l’ojibwe et du cree des plaines. Ce travail pourra, espérons-le, être un jour enrichi d’au moins une langue de l’est et des langues des plaines (blackfoot, cheyenne et arapaho). Notons que ce dictionnaire prend en entrée les étymons, qui comprennent pour une partie importante d’entre eux plusieurs racines — il est aussi possible de chercher par racine.

Le proto-algonquien de Bloomfield (avec des contributions importantes de Siebert et Goddard) est l’un de plus grand succès de la méthode comparative néogrammairienne, et ce dictionnaire a le mérite de rendre cette reconstruction facilement accessible à l’ensemble des linguistes comparatistes et des amateurs de langues algonquiennes (et amérindiennes en général).

Les formes de l’ojibwe sont données dans la transcription de Bloomfield, qui diffère de l’orthographe de Fiero employée dans la plupart des ressources en lignes sur cette langue, mais la conversion est assez triviale.

Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (3): Troubetskoï et l’indo-européen

Ce billet s’inscrit dans une série d’articles portant sur le livre Mais où sont passés les Indo-Européens ? de J.-P. Demoule sur ce blog (1, 2) et celui de Thomas Pellard (1, 2, 3 et 4).

Jean-Paul Demoule n’est pas le premier universitaire à mettre en doute l’existence d’une langue indo-européenne. Nikolaï S. Troubetskoï, linguiste principalement connu pour sa contribution fondamentale à la phonologie structuraliste (en particulier son ouvrage posthume Grundzüge der Phonologie), a aussi tenu une position similaire; il est d’ailleurs l’une des deux personnes auxquelles le livre est dédicacé (« à Vladimir Ivan-Pavlovitch pour des questions, à Nikolaï Sergueïevitch pour des réponses« ), et a manifestement été l’un des grands inspirateurs de J.-P. Demoule.

Troubetskoï est en effet l’auteur d’un article provocateur publié de façon posthume en 1939 intitulé Gedanken über das Indogermanenproblem, dont J.-P. Demoule cite une version antérieure parue en 1936 (pp.164-166), où l’on peut lire l’affirmation suivante (p. 82):

Es gibt also eigentlich gar keinen zwingenden Grund zur Annahme einer einheitlichen indogermanischen Ursprache, von der die einzelnen indogermanischen Sprachzweige abstammen würden. Ebenso gut denkbar ist, dass die Vorfahren der indogermanischen Sprachzweige ursprünglich einander unähnlich waren, sich aber durch ständigen Kontakt, gegenseitige Beeinflussung und Lehnverkehr allmählich einander bedeutend genahert haben, ohne jedoch jemals mit einander ganz identisch zu werden.

« Il n’existe en fait pas de raison contraignante d’accepter l’idée d’une proto-langue indo-européenne unifiée, de laquelle les branches indo-européennes individuelles proviendraient. Il est tout aussi imaginable que les prédécesseurs des branches indoeuropéennes étaient originellement distinctes, mais se sont rapprochées de façon significative progressivement par un contact constant, des influences réciproques et des emprunts, sans toutefois jamais devenir complètement identiques. »

Le plus étonnant dans cet article n’est pas tant le point de vue extrême cité ci-dessus, qui nie l’existence d’une langue proto-indo-européenne, mais de l’absence de réelle argumentation en faveur de cette hypothèse et de données présentées à son appui; il tente dans la suite de l’article de définir la famille indo-européenne sur la base de traits structuraux (comme la présence d’harmonie vocalique ou de marquage ergatif), essai infructueux comme l’a brillamment démontré Emile Benveniste dans son article La classification des langues (Problèmes de linguistique générale I, page 110), où il indique que le takelma, tel qu’il est décrit par Sapir, se conformait aux critères troubetskoïens de langue indo-européenne.

Il est manifeste que le point de vue de Troubetskoï n’a emporté l’adhésion d’aucun linguiste comparatisme. Par exemple, Ernst Pulgram (cité dans ce billet) dans un article pourtant polémique, mentionne en passant:

Let me first mention, and dispose of, the view (held by few, notably by Trubetzkoy, though perhaps only for a time and for the sake of argument) that there never was a Proto-Indo-European language, but that the similarity of the attested Indo-European idioms is due to progressive assimilation through constant and enduring contact with one another.

Néanmoins, l’opinion des spécialistes, si renommés et nombreux soient-ils, n’est pas un argument en soi contre le scénario historique esquissé par Troubetskoï. Le modèle troubetskoïen d’une convergence progressive entre langues originellement différentes, aussi iconoclaste soit-il, mérite d’être examiné de façon dépassionnée.

La première question qui doit être posée est si oui ou non des cas de langues mixtes, dont aussi bien le vocabulaire de base que l’ensemble de la morphologie (y compris les irrégularités) proviendraient de deux langues mères (ou plus). Ce point est assez contesté, mais il existe bien une poignée de langues, dont le michif (à propos duquel je recommande ce site), l’aléoute de Mednyj et le ma’a/mbugu, dont une partie significative du vocabulaire et base et la morphologie verbale proviennent de langues appartenant à deux langues de familles distinctes. Par exemple, l’essentiel des verbes et l’ensemble de la morphologie verbale du michif provient du cri des plaines et les noms et les adjectifs viennent du français canadien; toutefois, les verbes français « avoir » et « être » avec leur morphologie irrégulière ont été préservés et on trouve de la morphologie crise, en particulier l’obviatif –wa même sur les noms d’origine française.

Quand bien même on accepte la catégorie de « langue mixte », une observation s’impose: les cas de vraies langues mixtes sont non seulement très rares (entre 3 et 10 langues sur 6000), mais aussi tous très divergents les uns des autres (les lecteurs peuvent lire par eux-même l’article de Maarten Mous sur ma’a / mbugu plus haut pour voir à quel point il est « mixte » d’une façon très distincte du michif). Plutôt qu’à un type très minoritaire, on a affaire à des cas isolés et uniques, nés dans des circonstances sociales très spéciales et très différentes. Dans le cas du michif par exemple, cette langue provient d’une communauté de métis cri-français (avec aussi des personnes d’origine ojibwe, anglaise et écossaise) tous bilingues, qui ont volontairement créé une langue incompréhensible des monolingues français et des monolingues cris, et les locuteurs du michif n’ont jamais été monolingues dans cette langue.

De ce fait, il est complètement invraisemblable de suggérer que les ressemblances systématiques observées entre les langues indo-européennes anciennes, en particulier la présence de morphologie irrégulière commune, conformes aux correspondances phonétiques régulières observées dans le lexique, dans les noms et les verbes, pourrait s’expliquer par des modèles de type « michif » ou de type « ma’a ». Outre le fait qu’il est préférable en général de favoriser une hypothèse simple par rapport à une hypothèse complexe sans preuves contraignantes à supposer la seconde, si les ancêtres des branches de l’indo-européen provenaient effectivement de langues originellement mixtes, on devrait observer des ressemblances limitées à la morphologie ou à certaines parties du lexique (soit les verbes, soit les noms) et non réparties uniformément dans l’ensemble de la langue.

Troubetskoï propose donc un modèle pour expliquer les ressemblances entre langues qui exige de supposer une situation non observée parmi les langues actuelles (notons d’ailleurs qu’aucune des langues citées ci-dessus n’était décrite à l’époque où Troubetskoï écrivait). Il s’agit plus d’une vue de l’esprit à laquelle Troubetskoï ne croyait peut-être pas vraiment lui-même comme le suggère Pulgram, destinée à inciter un débat et une réflexion, plutôt que la réponse à une question controversée comme le comprend J.-P. Demoule.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (3): Troubetskoï et l’indo-européen," Panchronica, 17/03/2018, https://panchr.hypotheses.org/2185 (ISSN 2494-775X)

Les proto-langues en danger

Si appliquer le terme « d’extinction » à une proto-langue peut prêter à sourire, surtout du point de vue de familles de langues étudiées par un nombre important de spécialistes telles que l’indo-européen, il me semble important de souligner à quel point le savoir cumulatif en linguistique comparative est fragile.

En effet, même si les publications ne risquent pas (au moins à moyen terme) de disparaître, la linguistique comparative ne se limite pas aux livres et aux articles, c.à.d. aux résultats des travaux. En effet, apprendre cette discipline en lisant seulement des livres n’a pas de sens; c’est avant tout une pratique d’analyse des données, que l’on ne peut l’acquérir qu’en réfléchissant soi-même sur des problèmes concrets (étymologies, lois phonétiques, reconstruction de paradigmes), et l’on ne la développe de façon satisfaisante qu’avec l’aide de chercheurs plus expérimentés et par des collègues rigoureux.

La linguistique comparative a donc besoin pour vivre d’une communauté de chercheurs partageant les mêmes connaissances de bases et les mêmes compétences techniques. Malheureusement, de telles communautés n’existent que pour une infime minorité des familles de langues, telles que l’indo-européen, l’ouralique, le sémitique, l’austronésien ou le chinois.

En algonquien par exemple, si le niveau que les spécialistes sont parvenus à atteindre est très élevé, le nombre de chercheurs qui maîtrise vraiment ces connaissances se compte sur les doigts d’une seule main, et leur moyenne d’âge est malheureusement assez haute. On peut réellement s’interroger sur le devenir de cette discipline lorsque cette génération aura disparu.

En sioux, la situation est encore bien moins favorable. Si le Comparative Siouan Dictionary (essentiellement écrit par Bob Rankin) a été publié de façon posthume, c’est un travail qui a les marques d’une oeuvre inachevée – certaines contradictions n’ont pas été résolues, et il n’existe pas de traité explicitant dans tous leurs détails les lois phonétiques des langues sioux telles qu’elles sont admises par les auteurs du CSD. En outre: (i) une part importante, voire l’essentiel des travaux sur les langues de cette famille n’est accessible au mieux que sous forme de littérature grise, (ii) la majorité de ces langues sont disparues ou au bord de l’extinction (toutes à part le Dakota/Lakota/Nakoda et le Crow), (iii) les transcriptions anciennes ne sont pas d’une fiabilité sans reproche (en particulier en ce qui concerne la longueur des voyelles), et (iv) plus aucun siouaniste en activité ne comprend intégralement ce système de reconstruction. Utiliser le CSD demande donc en fait de comprendre le raisonnement des auteurs par rétro-ingénierie, et de redécouvrir le modèle de reconstruction implicite qui est à la base de ce travail.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les proto-langues en danger," Panchronica, 28/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1579 (ISSN 2494-775X)

La linguistique historique est-elle une démocratie?

Dans un article récent, James A. Matisoff critique sévèrement Nathan W. Hill, entre autre pour l’affirmation suivante, où Nathan suggère qu’il est préférable de baser la reconstruction du proto-lolo-birman sur le birman ancien, avant d’utiliser les langues lolo (dont ont sait qu’elles sont très érodées phonologiquement, et ont une phonologie historique très compliquée et difficile à interpréter).

‘Indo-Europeanists do not customarily give full consideration to the evidence of the Nuristani languages before directly comparing Sanskrit to other ancient languages such as Greek. Full consideration of Loloish languages before employing Old Burmese in the reconstruction of Tibeto-Burman is no more necessary.’

Je suis assez d’accord avec Nathan sur cette question. Il est assez évident pour tout comparatiste que certaines langues préservent davantage de quantité d’information sur la proto-langue que d’autres; le problème est de savoir dans quelle proportion. On peut diviser le problème en au moins trois sous-questions.

(I) Les langues anciennes sont-elles plus importantes que les langues attestées plus récemment pour reconstruire les proto-langues?

La formulation de Nathan pourrait laisser penser que les langues anciennement attestées sont nécessairement plus conservatrices que les langues plus récemment attestées. Même si c’est souvent le cas, des contre-exemples notoires existent, déjà mentionnés dans ce billet. En sino-tibétain, il est indéniable que le tibétain ancien est plus ou moins la proto-langue d’où dérivent les langues tibétaines modernes, et que le birman est nettement plus conservateur que les langues lolo. Au sein de ces sous-branches, il ne fait aucun doute que ces deux langues anciennes sont d’une importance considérable.

Néanmoins ni le tibétain ancien, ni le birman ancien ne sont particulièrement conservatrices par rapport à d’autres langues plus récemment attestées telles que les langues gyalronguiques ou le rawang, en particulier du point de vue de la morphologie: comme je pense l’avoir montré par exemple dans cet article, on trouve en tibétain des traces fossilisées de processus encore productifs en gyalronguique.

(II) Lorsque l’on reconstruit une proto-langue, est-il nécessaire de prendre en compte le témoignage de toutes les langues filles?

S’il serait préférable bien entendu d’utiliser toutes les données de toutes les langues pour établir une reconstruction, dans la pratique les systèmes de reconstruction ayant réussi ont tous été basés sur un échantillon de langues judicieusement choisies, que le linguiste connaissait bien, et qui étaient parmi les plus conservatrices. C’est le cas de:

(a) L’indo-européen (non anatolien), qui est quand même essentiellement grec+sanskrit, avec les autres langues pour combler les trous.
(b) L’algonquien, dont la reconstruction par Bloomfield était basée sur le fox, le cree, l’ojibwe et le menominee (et le fox est de très loin la langue qui préserve le mieux la structure morphologique générale du proto-algonquien, notamment en préservant toutes les voyelles finales).
(c) L’austronésien, que Dempwolff a reconstruit aussi sur la base de quatre langues.

Il n’y a pas de langues « inutiles » pour la linguistique historique. Les langues conservatrices permettent de reconstruire la structure générale du proto-système, tandis que les langues moins conservatrices, même si leur contribution est moindre pour reconstruire le proto-système, permettent d’observer des évolutions, ce qui est intéressant pour une autre raison. En algonquien par exemple, la contribution respective du fox et de l’arapaho à la reconstruction est très déséquilibrée: l’arapaho est une langue qui peut au mieux confirmer des choses que nous connaissons déjà sur la proto-langue; en revanche, son intérêt en tant qu’exemple de changements phonétiques (voir ici et ici) et morphologiques rares est très supérieur à celui du fox.

Il en va de même en lolo-birman et dans l’ensemble du sino-tibétain. La phrase de Nathan n’est pas un jugement de valeur suggérant que les langues lolo moins conservatrices seraient « inférieures » au birman, mais simplement que lorsque l’on établit un système de reconstruction, il faut se concentrer dans un premier temps sur les langues les plus faciles à interpréter (en ST, cela signifie en gros les langues qui ont au moins préservé la plupart des consonnes finales et certains groupes de consonnes) avant d’aborder les langues à phonologie érodée. Les langues érodées peuvent avoir des archaïsmes cachés (c’est certainement le cas de l’arapaho), mais ceux-ci demandent une connaissance technique très avancée pour être mis au jour, et c’est un travail qui ne peut être accompli que par un comparatiste très rodé.

Donc ma réponse à (II) est idéalement oui, mais probablement pas dans un premier temps.

(III) Dispose-t-on de critères objectifs pour déterminer la valeur relative du témoignage de chaque langue?

Cette question est la mère de tous les débats en linguistique historique. Je ne peux pas y répondre de façon complètement satisfaisante dans ce court billet, mais voici des éléments de réponse.

La directionalité des changements phonétiques est le plus souvent assez claire, notamment dans le cas de confusions phonologiques (merger). En ST, les langues sans groupes de consonnes initiaux et sans consonnes finales (comme le lolo-birman, le tujia, le karen, le naish etc), sont objectivement toutes très évoluées phonologiquement, et contribueront donc davantage à la typologie des changements phonétiques qu’à la reconstruction du proto-ST. Les langues ayant des groupes de consonnes en revanche ne sont pas nécessairement conservatrices, car certaines langues, en particulier le rma (qiang), ont créé des groupes de consonnes et des codas secondaires dus à la chute de voyelles (voir entre autre ce billet).

En morphologie, la question de la directionalité est plus ardue. Les langues à morphologie compliquée l’ont-elle innovée, ou celle à la morphologie plus simple l’ont-elle perdue? Le moyen de démontrer qu’une langue a perdu de la morphologie est de trouver des traces fossilisées de celle-ci, qui peuvent s’expliquer en prenant d’autres langues en compte. Je pense que c’est notamment le cas avec l’indexation en personne sur le verbe, qui a été perdue en tibétain, mais dont il subsiste une trace potentielle, une idée que Sprigg avait indépendamment proposée 20 avant moi.

En conclusion, les progrès futurs dans la reconstruction du sino-tibétain viendront du choix des langues sur lesquelles baser le cœur du système de reconstruction. Ce sont à mon avis:

(a) Le rgyalronguique (évidemment…), pour les préfixes et les groupes de consonnes.
(b) le kiranti, pour les suffixes (notamment, ils s’agit des rares langues à préserver les groupes finaux -Ct et -Cs).
(c) le rawang/dulong: moins conservateur pour les préfixes que le rgyalronguique, et moins que le kiranti pour les suffixes, mais très utile comme confirmation des reconstructions.

Le chinois et le tibétain, en revanche, sont beaucoup moins utiles pour bâtir le fondement du système de reconstruction, et c’est l’obstination à se servir de ces deux langues dans les précédents travaux (en particulier ceux de Starostin et de Gong Huangcheng) qui a conduit le domaine dans l’ornière. Le chinois en particulier, même s’il a peut-être quelques archaïsmes marginaux (le maintien du contraste entre *a et *ə), est très érodé phonologiquement (même à l’époque archaïque), et c’est une langue à interpréter au moyen de la reconstruction plutôt qu’une langue qui y contribuera.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La linguistique historique est-elle une démocratie?," Panchronica, 10/01/2016, https://panchr.hypotheses.org/700 (ISSN 2494-775X)