Archives par mot-clé : linguistique de terrain

Les histoires traduites du chinois en japhug

Le corpus du japhug accessible sur l’archive Pangloss comprend des histoires traditionnelles, des textes procéduraux et des textes traduits du chinois (je n’ai pas inclus les conversations, au moins pour le moment).

Il peut sembler contestable d’employer des histoires traduites pour décrire la grammaire de cette langue, mais voici ma position sur la question. Tout d’abord, le corpus des histoires traditionnelles dont les locuteurs se souviennent encore est restreint, et j’ai enregistré au moins deux versions (parfois cinq versions) des histoires que j’ai pu trouver; si l’on se limite à ces histoires, le corpus narratif aurait déjà atteint ses limites. Ensuite, les traductions, si elles peuvent induire des phrases et constructions peu naturelles, sont aussi l’occasion pour les locuteurs habiles à cet exercice de produire des phrases relativement plus compliquées que celle utilisées dans la vie courante, et d’explorer les limites des possibilités grammaticales de leur langue. Il est manifeste que les traductions que j’ai obtenues sont plus longues que l’original, et que j’ai pu apprendre de nombreux mots et expressions traditionnelles grâce à ce travail.

Naturellement, une phrase tirée d’un corpus traduit doit être traitée avec plus de suspicion qu’une phrase venue d’un document plus authentique. Si l’on observe par exemple une construction sans équivalent dans le corpus non-traduit, et qui de plus suit servilement l’original chinois, il n’y a guère de doute que cette construction ne doit pas être utilisée dans la grammaire, à moins de spécifier que l’on s’intéresse spécifiquement aux calques dus à la traduction.

Les traductions que Tshendzin a faites pour moi (à partir de recueils d’histoires illustrés pour enfants) sont toutefois assez souvent ingénieuse et trop éloignées du mot-à-mot pour avoir la suspicion d’être des calques serviles. Observons par exemple la phrase (1):

(1) 大人,请为小人做主啊!
Seigneur, aidez-moi (prenez mon parti dans cette affaire).

Elle est traduite par (2):

(2) nɤʑo ji-βɣo ra, aʑɯɣ a-qhu tɤ-βze ma maka, tu-kɯ-qur-a ma,
2SG 1PL.POSS-oncle.paternel PL 1G:GEN 1SG:arrière IMP-faire[III] car complètement, IMPF-2>1-aider-1SG car
‘Oncle, défends-moi, aide-moi, car…’

L’épithète 大人 dàrén « seigneur » (s’adressant à un fonctionnaire) a été traduite par ji-βɣo « notre oncle », la formule d’adresse en particulier utilisée pour un lama; le pluriel ra est ici honorifique (sans équivalent en chinois). L’expression chinoise 为……做主 (做主 signifie « décider, être responsable », mais 为……做主 signifie « soutenir X en prenant son parti », en particulier d’un supérieur dans une affaire qui concerne des subalternes) est rendue par la collocation ɯ-qhu,βzu « défendre » (littéralement « faire l’arrière ») de même sens, mais de forme complètement différente.

Il n’est pas possible d’en conclure sans confirmation additionnelle que (2) soit la façon exacte de s’exprimer qu’aurait un locuteur de la langue dans un tel contexte, mais (i) la même interrogation existe aussi pour les phrases tirées de conversations venues des histoires traditionnelles (parfois en fait traduites du tibétain durant la deuxième moitié du 20ème siècle, et donc pas si traditionnelles que ça), et (ii) même si ces traductions peuvent garder une part d’artificialité, elles sont néanmoins utiles lorsqu’elles sont utilisées en combinaison avec un corpus plus naturel, et lorsque l’on peut systématiquement les revérifier avec des locuteurs natifs.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les histoires traduites du chinois en japhug," Panchronica, 18/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1570 (ISSN 2494-775X)

L’usage de la vidéo en documentation linguistique

Dans un précédent billet, j’avais mentionné un film expliquant les techniques de tissage. La première partie de ce film (avec la transcription complète) est maintenant disponible sur l’archive Pangloss. C’est le premier document vidéo de la collection sur le japhug.

Ce document illustre entre autre pourquoi la vidéo n’est pas un simple gadget, mais un outil indispensable à la documentation des langues. Dans le cas des textes procéduraux (qui expliquent comment réaliser une activité traditionnelle), en effet, il est très courant que le locuteur se serve de gestes et autres signaux non-verbaux pour expliquer une action, qui de toute évidence sont perdus si l’on ne dispose que d’un enregistrement audio. Ainsi, la phrase la plus courante du texte sur le tissage (les lecteurs de ce blog peuvent s’en convaincre par eux-même) est (1), qui est absolument ininterprétable sans vidéo.

(1) ki tú-wɣ-stu tɕe
DEM/PROX IPFV-INV-faire.ainsi LNK
On fait de cette façon.

Mais non seulement la vidéo permet de mieux comprendre les phrases ambiguës ou insuffisamment spécifiques, elle rend aussi possible de saisir les emplois précis de certains affixes ou constructions grammaticales en contexte. C’est notamment le ça ici avec les préfixes directionnels. Certains verbes (comme taʁ « tisser » βzu « faire », ʑa « commencer ») apparaissent dans ce texte avec deux préfixes directionnels imperfectifs: lu- (vers l’amont) et chɯ- (vers l’aval). Le premier (lú-wɣ-ʑa « on commence », lú-wɣ-taʁ « on tisse ») s’emploie pour désigner les mouvements depuis la partie du métier à tisser la plus éloignée du tisserand, tandis que le second est utilisé lorsque le mouvement part de la partie la plus proche du tisserand. Autrement dit, la dimension fluviale amont-aval est métaphoriquement étendue à l’axe des fils de chaîne.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’usage de la vidéo en documentation linguistique," Panchronica, 03/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1553 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) IX

Le japhug, comme les autres langues rgyalronguiques, a un système d’idéophones (et de verbes déidéophoniques) très complexe, dont cet article offre un court aperçu. Leur usage détaillé et leur sens précis est très difficile à décrire clairement et à traduire correctement, ce qui complique considérablement le travail de lexicographie, mais contribue à l’expressivité et à la richesse de ces langues.
Il suffit de commencer à poser des questions sur ce sujet pour découvrir de nouveaux idéophones et des sens nouveaux à des idéophones déjà connus. Parmi les idéophones que j’ai appris aujourd’hui, il y a par exemple ɟrɯɣɟrɯɣ, qui peut signifier « sensation inconfortable dans le ventre qui annonce une diarrhée » (sans bruit de gargouillement, contrairement au verbe déidéophonique ɣɤɟɯɟrɯɣ « gargouiller ») ou « beaucoup d’objets en désordre » (dans ce sens, presque synonyme de l’idéophone presque identique crɯɣcrɯɣ), thrɤβthrɤβ (avec un groupe de consonne thr peu commun) « dont l’épaisseur n’est pas homogène (à propos de la soupe de riz) » ou crɯcrɯ « crasseux, plein de morve (enfant) ».
Pour les quelques jours qui me restent ici, j’ai décidé d’enregistrer des définitions détaillées du plus grand nombre d’idéophones possible en japhug, ainsi que des comparaisons entre idéophones de sens proche. Il y a matière à rédiger une monographie sur ce sujet, et j’espère tout au moins dans ma future grammaire inclure un inventaire systématique des formes qui existent et celles qui n’existent pas, ainsi qu’un description aussi précise que possible des nuances de sens de ces idéophones.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) IX," Panchronica, 19/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1409 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) VIII

Il existe en japhug de nombreuses expressions pour dire « le soleil s’est couché », mais la plus surprenante est sans doute (1):
(1) tɤŋe tɤ-a<nɯ>ri
soleil PFV:HAUT-<VERTITIF>aller[II]
« Le soleil est retourné (vers le haut) »

Avec d’autres verbes, on trouve les directionnels attendu – « vers le bas » ou – « vers l’ouest’:
(2) tɤŋe nɯ-ɕqhlɤt
soleil PFV:OUEST-disparaître
(3) tɤŋe pɯ-ɕqhlɤt
soleil PFV:BAS-disparaître

Pourquoi donc employer le préfixe « vers le haut » en (1), direction qui semble être l’inverse du mouvement apparent du soleil lorsqu’il se couche? J’ai eu aujourd’hui la réponse: le mouvement « vers le haut » en question auquel il est fait référence n’est pas celui du soleil directement mais de l’ombre sur l’adret (rndzɤkɤŋe — il doit y avoir un terme technique en français, je serais reconnaissant pour toute suggestion) qui monte à mesure que le soleil descend.

Cet exemple illustre que les usages apparemment irrationnels des préfixes directionnels dans les langues rgyalronguiques peuvent sans doute avoir une explication lorsque le contexte culturel est bien compris, mais ce type d’information n’est souvent pas disponible.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) VIII," Panchronica, 17/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1405 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) VII

La compilation d’un dictionnaire est une tâche qui de toute évidence ne peut jamais être tout à fait finie, et qui nécessite un travail constant. Contrairement aux histoires ou aux conversations, où l’on trouve souvent des phrases bancales qui ne sont pas bien graves (car elles sont immergées dans le reste et il suffit de mettre une note dans la transcription), dans le cas d’un dictionnaire il est nécessaire de faire attention à la représentativité des exemples (éviter tout exemple pragmatiquement / culturellement bizarre ou choquant) et à plus forte raisons les phrases incorrectes grammaticalement. La tâche pourrait sembler facile, mais même les locuteurs changent souvent d’avis sur l’opportunité d’inclure tel exemple dans le dictionnaire, et rejettent parfois des phrases qu’ils avaient eux-mêmes prononcées. Travailler à un dictionnaire consiste donc parfois autant à rajouter des exemples qu’à en exclure. A mon avis, mieux vaut mentir par omission qu’en incluant des données douteuses: en cas de doute, supprimer!

Cette année, j’ai décidé de faire le grand ménage, et d’examiner systématiquement tous les exemples douteux dans le dictionnaire, ce qui a pris une part importante des derniers jours et va probablement occuper une grande part de mon temps d’ici jusqu’à mon départ. J’ai par ailleurs atteint aujourd’hui les 7000 mots; mon dictionnaire est de taille modeste en comparaison même de ceux que l’on peut trouver même pour des langues minoritaires d’Europe, voire de certaines langues d’Amérique (Navajo, Lakota), mais la lexicographie des langues rgyalrong du nord part vraiment de zéro, et présente des difficultés particulières (notamment dues au fait que les dérivations sont effectuées par des préfixes dans cette langue, ce qui rend l’ordre du dictionnaire peu maniable).

J’espère pouvoir rendre disponible une version révisée 1.1 du dictionnaire japhug après mon séjour.

Carnet de terrain (2016) V

Dans les langues rgyalrongs et kiranties, l’ordre normal pour dire « père et mère » est l’inverse de celui du français, du chinois ou du tibétain; on dit ainsi en japhug a-mu a-wa « ma mère et mon père », avec la mère en premier.

Dans le registre de langue aujourd’hui disparu des nobles (on ne le retrouve guère que dans les histoires traditionnelles) on employait pour désigner les parents les noms d’origine tibétaine -pa ‘père’ et -ma ‘mère’ de ཨ་ཕ་ ʔa.pʰa et ཨ་མ་ ʔa.ma respectivement. Notons que l’absence d’aspiration dans le mot ‘père’ n’est pas un obstacle contre l’étymologie tibétaine: la consonne -p- est en position intervocalique, précédée par le préfixe ʔa-, est n’était pas aspirée dans le dialecte tibétain donneur; à l’inverse, l’expression phama « père et mère » en japhug, non-préfixée, a bien une aspiration comme son équivalent tibétain ཕ་མ་ pʰa.ma.

Or, l’ordre des parents avec ces noms d’origine tibétaine suit celui du tibétain: on dit donc a-pa a-ma « mon père et ma mère » à l’inverse des noms natifs. C’est un cas intéressant qui illustre que l’influence du contact du tibétain sur le japhug ne se limite pas au lexique (à ce propos, voir aussi cet article).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) V," Panchronica, 06/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1392 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) IV

On trouve en japhug, comme dans les autres langues des régions tibétaines, un type de discours rapporté intermédiaire entre le discours direct et indirect que j’appelle, suivant la terminologie de Tournadre (2008) discours indirect hybride. Le fonctionnement de ce type de discours rapporté est expliqué dans la section 6 (p 24++) de ce document de travail: le verbe de la phrase rapportée prend la forme (personne+temps-aspect-mode) de la phrase originelle, mais les pronoms et les préfixes possessifs sur les noms suit le point de vue du locuteur prononçant la phrase (j’invite les lecteurs de ce blog intéressé d’en savoir plus de se reporter à l’article ci-dessus — je ne peux pas ici présenter le phénomène de façon détaillée).

Ce type de phénomène peut s’étudier au moyen d’un corpus, mais il est quasi-impossible d’en éliciter des exemples. Toutefois, la méthode que j’emploie cette année — traduire des histoires, les faire corriger puis re-raconter, permet de produire de nouveaux exemples de discours indirect hybride sans introduire trop d’artificialité.

Dans l’histoire du petit poucet que je suis en train de traduire (au moment où le personnage éponyme échange les bonnets de ses frères et les couronnes des filles de l’ogre), j’avais tout d’abord écrit (exprès) la phrase suivante:
(1) « iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-j » a-nɯ-sɯsɤm tɕe a-mɤ-tɤ́-wɣ-ndza-j
1PL 3SG.POSS-fille SENS-être-1SG IRR-PFV-penser[III] CONJ IRR-NEG-PFV-INV-manger-1PL
« Il pensera que nous sommes ses filles et ne nous mangera pas »
avec dans la phrase de discours rapporté (ici les pensées attribuées à l’ogre) la phrase au discours indirect iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-j « nous sommes ses filles ».

Conformément à mon attente, Tshendzin a corrigé la phrase du discours rapporté comme :

(2) « iʑora ɯ-me ɲɯ-ŋu-nɯ »
1PL 3SG.POSS-fille SENS-être-3PL

avec ici le pronom iʑora représentant le point de vue du petit poucet et la forme du verbe, à la troisième personne du pluriel, le point de vue de l’ogre (comme si l’on disait en français qqch comme « nous sont ses filles »).

Le discours indirect hybride est un phénomène délicat à étudier car son usage n’est jamais obligatoire; l’option d’utiliser le discours direct est toujours possible, et les bons exemples dans les textes ne sont pas en très grande quantité. Le discours indirect en revanche (comme dans l’exemple (1) ci-dessus) est mal toléré par les locuteurs, et tend à être corrigé en discours indirect hybride. L’élicitation par correction est donc un moyen de collecter davantage d’exemples de ce curieux phénomène, afin de pouvoir en proposer une description plus complète.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) IV," Panchronica, 05/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1387 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) III

Malgré l’omniprésence du chinois, une oreille avertie qui passe dans la rue à Mbarkham peut facilement repérer des conversations bien vivantes en situ, en japhug, en tshobdun et aussi en tibétain amdo. Cette diversité linguistique est précieuse mais potentiellement fragile; qu’en sera-t-il dans cinquante ans?

Parmi les découvertes d’aujourd’hui…

Les langues rgyalrong sont extrêmement verbo-centriques, et en comparaison avec la morphologie verbale, la morphologie nominale fait pâle figure. On trouve toutefois des noms à la structure intéressante. J’ai appris aujourd’hui le mot sɤqrɤcha qui désigne l’alcool d’orge que l’on offre aux invités lors des mariages. Ce mot n’est plus du tout employé et est tombé dans l’oubli, mais nous l’avons retrouvé dans une histoire enregistrée en 2003. C’est un composé de cha ‘alcool’ avec le participe oblique de qru ‘recevoir des hôtes, aller accueillir’, sɤ-qru à dans sa valeur instrumentale ‘ce qui sert à recevoir les hôtes’. Ce participe, servant de premier membre de composé, se met à l’état construit sɤqrɤ- (avec le changement régulier u > ɤ).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) III," Panchronica, 03/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1381 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) II

Le travail linguistique à Mbarkham est peu éprouvant physiquement, et l’on peut y bénéficier du même confort moderne que dans une grande ville, au point qu’on hésite un peu à parler de « terrain », en comparaison notamment avec le Népal. Mis à part des problèmes d’indigestion, et un morceau de dent que j’ai perdu en 2014 (en mangeant une « pizza » qui contenait un clou — Gong Xun a été témoin de l’incident), je n’ai jamais vraiment souffert lors de mes séjours ici et n’ai pas d’histoire pittoresque à raconter contrairement à certains de mes collègues.

Néanmoins, le terrain réserve des petites surprises auxquelles il faut être préparé. Mon enregistreur (un Tascam DR-100) refuse aujourd’hui sans crier gare de se connecter à l’ordinateur par le câble à prise USB (je passe sur les détails). C’est la première fois qu’un tel accident m’arrive, mais Alexis Michaud que j’ai contacté, m’a appris que ce problème survient parfois avec les enregistreurs. Il est heureusement possible de contourner cet ennui en utilisant un lecteur de carte mémoire. Dans une ville comme Mbarkham où les magasins de portables poussent comme des champignons dans la rue principale, on aurait pu s’attendre à ce que des lecteurs de carte soient faciles à trouver, mais j’ai dû passer par une dizaine de magasins avant d’en trouver un. Moralité: ayez toujours un lecteur de carte mémoire avec vous quand vous partez sur le terrain, en plus de votre enregistreur.

Parmi les découvertes intéressantes d’aujourd’hui…

Une des façons d’exprimer le superlatif en japhug est d’utiliser une construction où le verbe principal est combiné avec un verbe existentiel négatif tel que me ou maŋe, comme dans l’exemple suivant, tiré d’une histoire:

(1) aʑo nɯ kɯ-fse tu-sɯz-a me
1SG DEM NMLZ:S/A-être.ainsi IPFV-savoir ne.pas.exister
‘Il n’y a rien que je connaisse mieux que ceci.’

Le verbe sɯz ‘savoir’ sélectionne normalement la direction ‘vers le bas’, et son imperfectif régulier est donc pjɯ-sɯz-a. Si l’on utilise cette forme, la portée de la négation change, et le sens de la phrase avec:

(2) aʑo nɯ kɯ-fse pjɯ-sɯz-a me
1SG DEM NMLZ:S/A-être.ainsi IPFV-savoir ne.pas.exister
‘Je ne connais rien de tel.’

étonnant, non ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) II," Panchronica, 02/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1377 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) I

Je suis arrivé à Mbarkham hier pour continuer mon étude du japhug, en particulier corriger les transcriptions des histoires enregistrées les années précédentes, parfaire ma connaissance pratique de la langue et enregistrer de nouvelles histoires. Je vais essayer de maintenir un carnet de terrain pour présenter en direct mes réflexions et les données intéressantes que je découvre.

J’ai essayé cette année une nouvelle manière de produire de nouvelles histoires; je traduis tout d’abord une histoire en japhug (j’ai commencé par le petit poucet), et je la corrige phrase par phrase avec Tshendzin, puis après correction complète, je lui demande de raconter l’histoire à nouveau avec ses propres mots. Le résultat aujourd’hui a été très satisfaisant (mais le morceau d’histoire ne faisait que 4 minutes, ce qui est somme toute très court).

Parmi les découvertes intéressantes d’aujourd’hui, je mentionnerais le verbe mdɯt ‘vouloir de tout son cœur réussir à X’, qui dérive selon moi du verbe intransitive mdɯ ‘atteindre’ par l’ajout du suffixe -t d’applicatif. C’est le deuxième exemple d’applicatif en -t en japhug après le verbe ɣɯt ‘apporter’ (ceux-ci sont beaucoup plus courants en kiranti, voir cet article). Ce verbe est donc d’un grand intérêt pour la morphologie historique des langues rgyalronguiques.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) I," Panchronica, 30/06/2016, https://panchr.hypotheses.org/1370 (ISSN 2494-775X)

Skype: un outil pour la linguistique de terrain

Avec la généralisation des téléphones portables et parfois même des connexions internet dans les régions reculées du globe, il devient possible de garder contact avec ses informateurs entre deux terrains, ce qui a un intérêt social (ne pas s’oublier les uns les autres), linguistique (avoir une occasion de parler la langue) et académique (pouvoir poser des questions sur des points précis sans avoir à languir pendant des mois avant d’avoir la réponse).

Avec skype, il est possible d’entregistrer l’ensemble de la conversation au moyen d’outils tels que mp3 Skype Recorder que j’utilise personnellement (mais beaucoup d’autres programmes permettent de faire la même chose). Avantage additionnel: les voix des deux interlocuteurs sont séparées sur deux pistes, ce qui est utile lorsque les deux parlent en même temps, ce qui arrive souvent lors d’une conversation. Même pour parler de la pluie ou du beau temps, ce type de conversation peut être utile et révéler des phrases intéressantes et inattendues.

Même lorsque nos informateurs n’utilisent pas d’ordinateur, il est possible d’appeler un portable par skype. Le prix est assez prohibitif pour des pays comme le Népal, mais pour l’ensemble de la Chine, y compris les régions Gyalrong, les tarifs sont tout à fait abordables. J’appelle presque toutes les semaines Tshendzin au téléphone pour bavarder et poser quelques questions. Certaines des phrases obtenues de cette façon ont été incluses dans la version multimédia du dictionnaire japhug.

La qualité sonore de ce type de fichier son est évidemment assez mauvaise, mais pour les questions autres que celles de phonologie et de phonétique, elle est relativement suffisante si l’on connait déjà la langue (il fait s’attendre toutefois à avoir des problèmes avec les fricatives dont la friction est à des fréquences dépassant 4000 Hz; il peut être parfois difficile de distinguer par exemple entre [z] et [ʐ]). Cette méthode est en revanche naturellement tout à fait inacceptable pour des articles de phonétique, et je suis assez choqué de voir que des articles comme celui-ci, où « Due to difficult access into the language area, all audio recordings were obtained by Skype transmission », ait pu avoir été publiée dans une revue de phonétique.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Skype: un outil pour la linguistique de terrain," Panchronica, 10/04/2016, https://panchr.hypotheses.org/1089 (ISSN 2494-775X)

Comment écrire une thèse de linguistique? (5)

Suite du billet n°1, du billet n°2, du billet n°3 et du billet n°4 de cette série.

7) Rédaction de la thèse
Pour mener à bien une thèse de doctorat, il ne suffit pas d’avoir des données et des idées originales, il faut également parvenir à rédiger un document construit d’une taille respectable. Dans des domaines comme la linguistique informatique, le corps du texte de la thèse est parfois relativement court (en dessous de 200 pages), mais c’est impossible pour une thèse en linguistique typologique ou diachronique — les bonnes thèses font au moins 400 pages (et atteindre plus de mille pages, comme celle d’Alex François), car simplement exposer les données collectées de façon claire requiert plusieurs centaines de pages.

C’est donc un travail d’une toute autre ampleur que la rédaction d’articles, et il y a plusieurs manières d’y parvenir, selon les intérêts et la personnalité du doctorant. Voici plusieurs suggestions.

(a) La méthode progressive
Une première méthode, adaptée pour les linguistes de terrain qui se destinent écrire une grammaire complète de la langue qu’ils ont choisie pour leur thèse, comporte deux temps: tout d’abord, après le premier terrain, écrire un résumé général de la grammaire de la langue comportant un inventaire phonologique de la langue, un aperçu de la morphologie verbale et nominale et un résumé des constructions grammaticales principales en 20~30 pages, un peu comme ce chapitre sur le japhug.

Ensuite, au cours de ses terrains successifs, le doctorant développe progressivement chacune des parties de ce résumé jusqu’à atteindre la taille attendue pour une thèse.

(b) La méthode concentrée
Cette méthode, qui selon mon expérience est celle adoptée par la plupart des doctorants (moi y compris), est de collecter une masse de données suffisante, puis de rédiger toute la thèse d’une traite. Pour que cette méthode fonctionne, le doctorant doit s’astreindre à un nombre de pages (minimum 2 ou 3) à écrire tous les jours, y compris bien sûr le samedi et le dimanche (et à rattraper lorsque des jours ont été manqués), sans compter le temps passé aux corrections des parties précédentes. Avec un tel rythme, qui n’est pas si difficile à maintenir si l’on a déjà collecté toutes les données et effectué les analyses nécessaires, on peut parvenir à rédiger une thèse respectable en l’espace de sept à huit mois de rédaction intensive.

Le désavantage de cette méthode est de rendre difficile la revérification des données si l’on s’aperçoit d’un problème au cours de la rédaction. On peut y circonvenir si les informateurs sont contactables par téléphone ou par skype. Dans le cas contraire il est sage de retourner sur le terrain une dernière fois après la rédaction presque finale, même brièvement, pour effectuer des revérifications.

(c) La méthode dispersée
Cette méthode consiste à écrire une série d’articles et à les publier, puis à les synthétiser en tout cohérent qui devient le texte de la thèse. Cette pratique est rare dans notre domaine, même si c’est plutôt la façon de faire normale dans de nombreuses disciplines. Elle peut être avantageuse pour les doctorants aux intérêts éclectiques qui ont des idées géniales sur des points très spécialisés mais qui n’ont pas la plume facile.

Je serais curieux de savoir si les lecteurs de ce blogs ont eu des expériences similaires ou différentes durant la rédaction de leur thèse.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique? (5)," Panchronica, 10/04/2016, https://panchr.hypotheses.org/1079 (ISSN 2494-775X)

Les blogs de linguistique francophones

Il y a quelques années, ce billet se lamentait à juste titre de la pauvreté des blogs francophone de linguistique. Quelques années plus tard, il est réjouissant d’observer que la culture du blog commence à se propager parmi les linguistes non informaticiens en France, ce qui nous offre à mon avis une plateforme pour exposer nos recherches à nos collègues mais aussi à un public plus large.

En linguistique de terrain, typologie et diachronie (pour les autres domaines de la linguistique, je préfère laisser la tâche à d’autres), on trouve à ma connaissance les blogs suivants, avec l’année de fondation indiquée:

(Presque-)Exclusivement francophone:
Panchronica (2013)
Lacito (2015), Alex François, Alexis Michaud et Evangelia Adamou.
Sous le banyan (2013), Agnès Henri.
Cipanglossia (2016), Thomas Pellard.

Partiellement francophones:
Indo-Sinica (2015), Gong Xun, multilingue (anglais, français, chinois, vietnamien etc).
Jabal al-Lughat (2005), Lameen Souag, qui publie essentiellement en anglais, mais qui a écrit quelques billets en français, comme celui-ci.
History and Philosophy of the Language Sciences (2013), multi-auteurs et multilingue, contient quelques billets sur l’histoire de la linguistique historique et de la linguistique de terrain, comme celui-ci.

Il est important à mon avis que dans un domaine comme la linguistique, qui a pour but de préserver la diversité des langues, l’anglais ne deviennent pas la langue exclusive de communication. Espérons que d’autres chercheurs locuteurs natifs de langues autres que l’anglais se décident à blogguer dans leur langue aussi!

Comment écrire une thèse de linguistique (4)

Suite du billet n°1, du billet n°2 et du billet n°3 de cette série.

(6) Terrain
S’il existe de bon linguistes qui n’ont jamais ou peu fait de terrain (notamment dans des domaines comme l’indo-européen ou le sémitique, où la philologie domine), c’est néanmoins une expérience irremplaçable, qui permet à la fois d’acquérir la capacité d’analyser un système phonologique, de s’intéresser à l’ensemble des phénomènes grammaticaux de la langue étudiée, de s’ouvrir à l’ethnologie, et de devenir sensible à la qualité des données d’autres chercheurs de terrain (ce qui est crucial lorsque l’on effectue des recherches en typologie ou en linguistique historique).

Le premier terrain sur une langue inconnue ne peut pas durer moins d’un mois (je dirais même deux mois), car la première tâche du chercheur est d’apprendre à transcrire correctement la langue de façon phonémique, en d’autres termes, de créer une ‘orthographe’ cohérente qui représente correctement toutes les oppositions phonologiques de la langue et n’invente pas des oppositions imaginaires. Même pour des langues à la phonologie claire (celles où les phénomènes suprasegmentaux et les sandhis ne sont pas trop compliqués), il ne faut pas se leurrer: c’est une tâche difficile, qui demande de la part du doctorant une grande rigueur. Certains ne parviennent d’ailleurs jamais à effectuer les transcriptions correctement — l’ensemble de leur travail est alors difficilement réutilisable sans étude complémentaire.

On peut considérer avoir compris l’essentiel du système phonologique d’une langue lorsque l’on parvient à transcrire des histoires traditionnelles avec fluidité. D’après mon expérience, même dans le cas de langues où les segments sont bien distincts, il est quasiment impossible d’y parvenir en moins de trois semaines de travail quotidien intensif, à moins de bien connaître une langue très proche (par exemple, pour une langue tibétaine on peut accélérer le processus si l’on comprend les correspondances phonétiques entre le tibétain ancien et la langue moderne).

Le linguiste de terrain a une responsabilité assez écrasante lorsqu’il est le seul à étudier une langue négligée. S’il commet une erreur dans sa description (ce qui est très facile si l’on ne fait pas attention — j’en ai commis moi-même ma part, lorsque je relis mes premiers travaux sur le japhug) et qu’elle n’est pas corrigée par la suite, on risque de n’avoir pour toute documentation de cette langue qu’une image fautive, qui induira en erreur en boule de neige les typologues et les comparatistes qui voudront se servir de ces données. C’est la raison pour laquelle il est crucial d’effectuer le plus d’enregistrements possible, afin que d’autres chercheurs puissent revérifier les transcriptions, et il est préférable d’apprendre les bonnes pratiques qu’expose Alexis Michaud dans ce billet.

D’un autre côté, même avec le meilleur équipement d’enregistrement au monde, il est impossible de parvenir à transcrire correctement une langue si l’on ne la prononce pas soi-même et si l’on ne se fait pas corriger par ses informateurs lorsque l’on prononce mal. Tous n’ont pas d’ailleurs la patience de le faire systématiquement. Les enregistrements seuls sont difficilement réutilisables, car il n’est pas clair de savoir quels paramètres phonétiques sont distinctifs sur la seule base d’un enregistrement.

Il est dommage qu’il n’existe pas de manuels récents de linguistique de terrain expliquant comment effectuer l’analyse phonologique d’une langue. Les manuels de terrain, comme la « Basic Linguistic Theory » de Dixon, ont pour la phonologie un certain dédain: c’est probablement dû au fait que les auteurs de ces travaux ont travaillé sur des langues où la transcription est relativement intuitive et « facile ». Pour le doctorant qui étudie une langue difficile à transcrire (comme la quasi-totalité des langues oto-mangues, par exemple), il peut falloir plusieurs années avant de parvenir à correctement distinguer toutes les oppositions phonologiques, et tout le reste de la description (morphologie et syntaxe) ne peut s’effectuer de façon satisfaisante que lorsque la phonologie a été résolue. La phonologie ne doit donc pas être traitée à la légère.

Si le doctorant en linguistique de terrain a une responsabilité envers la communauté qui l’accueille et l’humanité en général de collecter le plus de données de bonne qualité possible, il doit aussi finir sa thèse. Je ne pense pas qu’il n’y ait qu’un seul modèle pour effectuer le terrain. Dans l’école de Dixon et Aikhenvald, les doctorants effectuent d’abord un terrain de sept mois, puis en fin de thèse un terrain de trois mois pour corriger les données. C’est une manière de faire excellente, mais qui n’est pas nécessairement applicable à toutes les situations. Avec l’exigence croissante de finir la thèse en trois ou quatre ans (au moins en France), il me semble que la quantité de données minimale pour une thèse de linguistique de terrain devrait être de deux heures d’enregistrements originaux transcrits et glosés — la durée du terrain nécessaire pour y parvenir va varier considérablement selon la communauté.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (4)," Panchronica, 09/04/2016, https://panchr.hypotheses.org/1043 (ISSN 2494-775X)

Comment écrire une thèse de linguistique (1)

Ce billet s’adresse aux étudiants qui écrivent ou se destinent à écrire une thèse en linguistique descriptive, en typologie ou en linguistique historique. Les suggestions qui suivent ne s’appliquent pas à d’autres domaines, comme la phonétique ou la linguistique informatique.

(1) Travail préparatoire
En complément des connaissances en linguistique et en langues indispensables pour envisager une thèse dans ce domaine, il peut être avantageux pour le doctorant ou le futur doctorant d’acquérir un minimum de formation en informatique et dans des domaines annexes.

Tout d’abord, je conseille fortement aux doctorants d’apprendre à utiliser LaTeX pour rédiger leur mémoire de M2 et leur thèse. Si l’usage de LaTeX était confidentiel en linguistique il y a seulement dix ans, depuis qu’il est possible d’utiliser Unicode (avec XeTeX), de plus en plus de linguistes de terrain s’en servent, et la grande majorité des bonnes revues de linguistiques (au moins celles éditées par Mouton de Gruyter, Benjamins et Brill) acceptent les soumissions en LaTeX. Les avantages d’utiliser LaTeX plutôt qu’un traitement de texte sont tellement nombreux qu’il est difficile de les énumérer, mais en particulier:
(a) Avec le package gb4e, il est possible d’aligner automatiquement les exemples glosés, ce qui représente un gain de temps considérable pour quasiment tous les articles de linguistiques, surtout ceux qui portent sur la morphosyntaxe.
(b) Les références croisées, la bibliographie et l’index sont générés automatiquement sans le moindre surcroît de travail (et se modifient sans risque d’erreur).
(c) Avec le package tikz, il est possible de concevoir des figures compliquées avec un effort relativement minime.
(d) Pour les utilisateurs plus avancés, il est possible de combiner LaTeX avec des langages de programmation ou avec R.
Pour les doctorants intéressés étudiant à Paris, Thomas Pellard offre une formation LaTeX à l’INALCO au premier semestre.

Ensuite, pour ceux qui s’intéressent à la morphologie (notamment les linguiste de terrain décrivant des langues à morphologie lourde), il existe des outils tout faits pour générer ou analyser des paradigmes; si l’on peut y parvenir avec des langages tels que Python et Perl (dont la connaissance peut être utile pour tout linguiste), les transducteurs (par exemple XFST) permettent d’appliquer la quasi-totalité des alternances morphonologiques imaginables à des formes abstraites (à l’exception de la réduplication, car ils sont limités aux expressions régulières strictes). Ecrire un programme pour générer des paradigmes (comme je l’ai fait pour le khaling) a l’avantage, outre d’apporter au linguiste un gain de temps considérable, de s’assurer que l’analyse proposée est correcte, ce qui est difficile, voire impossible à faire à la main.

Enfin, des connaissances en mathématiques, en particulier en probabilité et statistique et en théorie des langages formels et automates, peuvent s’avérer très utiles même pour les linguistes typologues / diachroniciens.

(2) Choisir un sujet de thèse
Le choix du sujet de thèse est crucial, et il est préférable de le choisir en concertation avec le directeur pressenti et l’équipe dans laquelle le doctorant souhaite s’insérer. Il faut savoir non seulement éviter les sujets de thèse catastrophiques, mais également déterminer un sujet optimal adapté à soi-même en particulier, en fonction de ses compétences, de ses intérêts, de la faisabilité du projet et de l’intérêt qu’il suscite dans l’équipe. Dans la plupart des disciplines, en particulier en mathématiques, les doctorants ne choisissent pas eux-mêmes leur sujet de recherche.

En linguistique, il devrait en être de même, à une exception près: pour les linguistes de terrain, il est possible de choisir soi-même la langue sur laquelle on souhaite travailler (même si son directeur ou les autres membres de l’équipe ne connaissent aucune langue du même groupe) à condition d’avoir un minimum de garantie concernant l’accès au terrain — il serait suicidaire de choisir pour une thèse une langue inétudiable soit parce que la région étudiée est fermée aux étrangers, soit parce qu’il s’agit d’une zone de guerre ou que la communauté ne souhaite pas partager sa langue.

La description grammaticale d’une langue non-décrite est un sujet possible, qui permet au doctorant de se former en même temps dans tous les domaines de la linguistique, de la phonologie à la pragmatique. Evidemment, décrire exhaustivement une langue inconnue en trois ans est impossible, même pour le plus doué des linguistes, et la faisabilité dépend de la langue et de la communauté, en particulier la facilité à collecter des textes: le don de raconter des histoires de façon cohérente n’est pas donné à tous les informateurs, et il faut donc choisir judicieusement les personnes avec qui travailler.

Toutefois, la rédaction d’une grammaire de référence n’est pas le seul sujet de thèse possible: en fonction des intérêts du doctorant et de son directeur de thèse, combiner terrain, philologie, linguistique historique et typologie me semble également une bonne façon de procéder. Ces quatre disciplines sont en effet complémentaires:

(a) La linguistique de terrain offre au doctorant d’avoir des données originales, qui peuvent lui évitent l’écueil de ressasser inlassablement les mêmes données. C’est aussi l’occasion de découvrir des faits intéressants inattendus, et d’ouvrir son esprit sur des domaines de la linguistique nouveaux (dans mon cas par exemple, j’avoue n’avoir commencé à m’intéresser à la syntaxe qu’à partir du moment où j’ai effectué mon premier terrain sur le japhug — or, c’est maintenant mon sujet de recherche principal).
(b) Il est possible également d’apporter de nouvelles données en étudiant des textes (en particulier des documents inédits) dans des langues anciennes ou disparues. Dans certaines disciplines, comme les études indo-européennes ou sémitiques, la quasi-totalité des linguistes sont en même temps philologues, alors que la linguistique de terrain a un rôle plus marginal.
(c) La typologie permet au descripteur de langue (qu’il soit chercheur de terrain ou philologue) de ne pas commettre des erreurs élémentaires dans sa description, et aussi de déterminer quels phénomènes sont rares, et lesquels sont plus courants (ce qui est bien entendu capital ensuite pour le choix de sujets sur lesquels écrire des articles).
(d) La diachronie permet d’expliquer les irrégularités dans la morphologie, de rendre compte de certaines constructions syntaxiques étranges. En outre, selon la langue étudiée, la contribution des données collectées par le doctorant soit à la typologie des changements linguistiques soit à la reconstruction de la proto-langue et à l’éclairage qu’elle offre sur les langues voisines, mérite d’être valorisée dans la thèse.

La thèse doit être pour le doctorant non seulement l’occasion de contribuer à la linguistique, mais aussi de se former et d’acquérir le plus de nouvelles connaissances possible. A ce titre, il me semble plus formateur de se spécialiser sur une langue que d’effectuer des recherches superficielles sur un grand nombre de langues. Je ne conseille pas, pour une thèse de linguistique, un travail de typologie pure basé exclusivement sur des données de seconde main. En effet, l’expérience montre que les linguistes qui n’ont pas effectué de terrain approfondi pendant leur thèse parviennent très rarement ensuite à s’y mettre, alors que les linguistes de terrain et les philologues n’ont aucun mal à écrire des articles de typologie.

(à suivre)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Comment écrire une thèse de linguistique (1)," Panchronica, 31/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/979 (ISSN 2494-775X)