Archives par mot-clé : limbou

Etymologie de quelques adverbes d’orientation en japhug

Les adverbes tɤton ‘vers le haut (de la pente)’ et tɤʑɯn « vers le bas (de la pente) » en japhug sont doublement anormaux: i) ils ont une coda –n qui ne se trouve pas dans les mots du vocabulaire hérité (le –n ayant disparu, comme le –l, suite à un changement phonétique), ii) le radical ʑɯ(n) de l’adverbe ‘vers le bas’ a une consonne initiale différente à la fois de celles des préverbes d’orientation « vers le bas » et des autres adverbes indiquant cette orientation (préverbes: pɯ-, pjɯ-; adverbes: aki, tɕeki; noms: ɯ-pa « le bas ») que de ceux de l’orientation « vers l’aval » (préverbes: thɯ-, chɯ-; adverbes: athi, tɕethi; noms: ɯ-thɤcu).

La comparaison avec le tshobdun permet d’aller plus loin. Les cognats de ces deux adverbes sont tɐ́təm `uphill’ et tɐ́ɟət `downhill’ respectivement; les formes japhug attendues à partir de celles du tshobdun seraient †tɤtom et †tɤʑɯt respectivement. C’est donc la coda qui demande une explication; la plus simple est la coalescence avec soit le démonstratif , soit l’additif , qui ne sont pas accentués et peuvent tendre à perdre leur voyelle.

Les premières syllabes – / – pourraient s’interpréter soit comme des préfixes possessifs indéfinis (dans ce cas les bases –təm et –ɟət seraient nominales) ou des préfixes de nominalisation (les bases ci-dessus seraient alors d’origine verbale);

L’adverbe ‘vers le haut de la pente’ ressemble superficiellement aux noms et adverbes tels que japhug atu « haut » ou le situ atô « en amont ». Néanmoins, la coda -m en tshobdun indique que cette ressemblance est sans doute fortuite. Je n’essaierai pas de proposer une étymologie pour –ton et –təm.

En ce qui concerne –ʑɯn et –ɟət, notons que cette correspondance remonte à la consonne proto-rgyalrong que j’ai reconstruite *j-, et qui correspond à j– en situ de cogtse. or dans cette langue, il existe un verbe jə̂ ‘to go downwards’ (Lin 2016:61) dont la forme serait compatible avec les adverbes du tshobdun et du japhug, modulo la coda -t. Le cogtse confond les *j- et les *lj- du proto-rgyalrong (japhug ʑ- et j- respectivement), mais le situ de bragbar les distingue (comme ɟ- et j-), et l’on a bien dans ce dialecte la forme ɟə̂ (Zhang 2019:319) attendue pour un mot à initiale *j-.

Si ce verbe et toute la série à laquelle il appartient n’existe pas en rgyalrong du nord, les adverbes tɤʑɯn et tɐ́ɟət sont interprétables comme des formes originellement nominales dérivées de ce verbe, par application conjointe d’un suffixe de nominalization –t (très rare en rgyalronguique, cf tibétain -d) et d’un préfixe de nominalization tɤ- (ou de la forme du préfixe de possession indéfini, après la nominalisation par la suffixe -t).

Ces formes indiquent donc que la racine verbale jə̂ ‘to go downwards’ du situ est un archaïsme, hypothèse renforcée par le fait que l’on trouve dans les langues kiranties un verbes de deixis élévationnelle cognat: khaling |je| येन्य ‘come down’, limbou |yu|’come down’ (d’un lieu à altitude plus haute). Il est donc possible que l’opposition d’élévation que l’on trouve dans les verbes de mouvement du situ et ceux de nombreuses langues kiranties (à propos desquelles un article est en préparation) soit au moins en partie une préservation de leur ancêtre commun.

Réferences
Lin, Youjing 2016. How grammar encodes space in Cogtse Rgyalrong. Himalayan Linguisttics, 16(1), Special Issue on the Grammatical Encoding of Space, Carol Genetti and Kristine Hildebrandt (eds.), pp 59-83. https://escholarship.org/content/qt7k7535h6/qt7k7535h6.pdf
Sun, Jackson T.-S. and Bstan’dzin Blogros 2019. Tshobdun Rgyalrong Spoken Texts With a Grammatical Introduction. Language and Linguistics Monograph Series 62. http://www.ling.sinica.edu.tw/LL/zh/monographs.Contect/%E8%8D%89%E7%99%BB%E5%98%89%E6%88%8E%E8%AA%9E%E5%8F%A3%E8%AA%9E%E6%96%87%E6%9C%AC%E5%88%86%E6%9E%90%E6%9A%A8%E8%AA%9E%E6%B3%95%E7%B6%B1%E8%A6%81/
Zhang, Shuya 2019. Stem alternations in the Brag-bar dialect of Situ Rgyalrong, Linguistics of the Tibeto-Burman Area, 41(2):294-330. https://www.academia.edu/38302707/Stem_alternations_in_the_Brag-bar_dialect_of_Situ_Rgyalrong

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Etymologie de quelques adverbes d’orientation en japhug," Panchronica, 22/02/2020, https://panchr.hypotheses.org/3206 (ISSN 2494-775X)

Bibles dans plusieurs langues transhimalayennes

Pour ceux qui s’intéressent aux corpus de langues en danger, ce site, qui comprend des bibles souvent complètes, pour certaines avec enregistrements sonores intégraux, est une mine d’or, bien plus exploitable que le Jesus film mentionné dans un précédant billet.

Pour la famille trans-himalayenne, on y trouve notamment les langues suivantes:

Kiranti:
Limbu
Sunwar
Kulung/a>

Newar:
Newar

Sal:
Garo
Jinghpo (dans l’orthographe traditionnelle qui ne note malheureusement pas les tons)

Tibétain:
Dzongkha

Chinois:
De nombreuses version pour le mandarin et le cantonais, comme celle-ci et celle-là.
Hakha
Hokkien

Kuki-Chin:
Bualkhaw (sans le son)
Cho (sans le son)
Darlong (sans le son)
Hakha
Falam
Khumi
Lamkang (sans le son)
Matu
Mizo (sans le son)
Mro
Ngawn
Tiddim/Tedim
Zotung
Zokam

Rongmei:
Inpui

Nungish:
Rawang

Lolo-birman:
Akha
Birman
Bisu
Lahu
Lhaovo
Lisu
Zaiwa

Il n’y a donc maintenant plus d’excuse à ignorer le jinghpo biblique et le rawang, langues cruciales aux comparatisme trans-himalayen qui grâce à cette ressource sont devenues apprennables.

En algonquien, je n’ai trouvé que l’ojibwe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Bibles dans plusieurs langues transhimalayennes," Panchronica, 16/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2648 (ISSN 2494-775X)

D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?

Les lois phonétiques du khaling présentées dans cet article montrent que les *a du pré-khaling ne restent a que lorsque suivies de vélaires, et deviennent ɛ en syllabe ouverte et suivies des codas labiales et dentales. Toutefois, on trouve un nombre non-négligeable de noms en -ap et en -am. Quelle peut-être donc leur origine?

L’étymon khaling dhâm धाःम् « ciel » offre peut-être la solution. Son cognat thulung est dha:mu (les données thulung viennent d’Aimée Lahaussois). La correspondance entre le ton tombant et le -u final perdu de la seconde syllabe est attendue (voir cet article). Le limbou a quant à lui taŋsaŋba « ciel » (données limbou tirées de ce dictionnaire). Je proposerais donc une reconstruction *daŋ en proto-kiranti, avec une proto-forme intermédiaire *daŋmu dans l’ancêtre commun au thulung et au khaling; la seconde syllabe pourrait être cognate de l’étymon reflété par le japhug tɯ-mɯ « ciel, pluie », qui a des cognats répandus); le limbou aurait de son côté formé un composé différent (notons que le changement *d- > t- est parfaitement régulier en limbou, voir cet article parmi d’autres).

En khaling, le *-ŋ a dû disparaître tardivement, après le passage de *a > ɛ et probablement avant la chute des voyelles hautes finales:

*daŋmu > *da:mu > dʰâm

En thulung, le -N a chuté avec allongement compensatoire de la voyelle précédente, sans modifier le timbre de la voyelle.

La reconstruction proposée ici diffère fondammentalement de celle de Starostin, qui n’a pas pris en compte le mot limbou.

La même règle s’observe dans le nom khaling ʔā:p आप् « pin », qui correspond au limbou aːŋ « pin », et aussi peut-être khaling -tā:p -ताप् « soi-même » que l’on pourrait comparer au limbou thaŋbɛn « young man »(d’un pré-khaling *taŋbi ?). Notons que cette idée a le mérite additionnel d’expliquer pourquoi les noms « pin » et « soi-même » ont une voyelle longue en khaling au ton plat suivie d’une occlusive finale (normalement ce type de syllabe n’est pas possible dans cette langue).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?," Panchronica, 23/02/2017, https://panchr.hypotheses.org/1684 (ISSN 2494-775X)

La nasale intrusive en limbou

Les correspondances phonétiques des mots apparentés entre le chinois et le tibétain sont très complexes pour un grand nombre de raisons; l’une d’entre elle est à mon avis la perte dans ces deux langues d’une morphologie plus complexe de type gyalrong-kiranti.

Pour illustrer ce problème, notons par exemple le nom de parenté pour ‘père’, tibétain pʰa ཕ་, chinois 父 bju < *N-paʔ (selon Baxter et Sagart). Si l'on part de l'idée qu'il ne s'agit pas d'un mot d'origine enfantine (une objection tout à fait recevable), on se retrouve façe à une correspondance inexplicable entre p(h)-en tibétain et *N-p- avec prénasalisation anormale en chinois.

Or, en limbou, les noms de parentés (dont pa "père", voir le dictionnaire limbou en ligne) ont à leurs formes possessives un élément nasal intrusif non-expliqué (a-mba « mon père »). En l’occurrence, le nom pa « père » en limbou pose problème du point de vue comparatif (puisque le limbou p vient de proto-kiranti *b, voir cet article), mais la nasale homorganique intrusive pourrait tout à fait être un phénomène ancien.

Si l’on accepte cette dernière idée, le tibétain pourrait représenter la racine nue, et le chinois une généralisation de la forme possédée à la forme nue: *pa « père », *ŋa-N-pa « mon père » aurait été réanalysé comme *N-pa « père », *ŋa-N-pa « mon père ». Cette correspondance irrégulière entre chinois et tibétain ne serait donc pas un problème de phonologie comparée, mais plutôt de morphologie historique. Trouve-t-on d’autres traces de nasales préfixées inexpliquées dans les noms de parentés ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La nasale intrusive en limbou," Panchronica, 21/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1654 (ISSN 2494-775X)

Un corpus inattendu

Le plus grand obstacle à la description et l’étude historique et typologique des langues kiranties et gyalronguiques (et de la majorité des langues du monde, d’ailleurs) est la taille limitée des corpus de textes disponibles. A ce titre, tous les corpus de textes de taille respectable, même incongrus, méritent d’être utilisés.

Etant donné les ressources financières de certains groupes évangélistes américains, il n’est pas surprenant que pour un certain nombre de langues mal dotées, les seuls matériaux disponibles en ligne soient ceux créés par des missionnaires.

Une ressource inattendue, dont j’ai découvert l’existence grâce à ce billet de Yvonne Treis, est le Jesus film, un film sur la vie de Yēšūăʕ bēn Yôsēp̄ (ישוע בן יוסף) de 128 minutes, apparemment traduit dans près de 1000 langues. Dans la liste on ne trouve aucune langue gyalronguique, mais il est traduit dans plusieurs langues kiranties: en limbou, en bantawa, en lohorung et en chamling. En l’absence de sous-titre, ces documents ne sont pas utilisables tels quels sans un certain travail, mais pourraient contenir des données utiles. Par comparaison, le corpus limbou sur Pangloss fait en tout 95 minutes environ.

Pour le khaling, il n’y a apparemment pas de « Jesus film », mais on trouve en revanche quelques documents du même genre sur Youtube. Même si les histoires traditionnelles sont sans le moindre doute un matériau plus intéressant pour étudier ces langues, nous n’avons pas encore assez de documents sur ces langues pour nous permettre de négliger complètement ces données.

Voir > entendre

Je suis en train de préparer une liste de racines verbales reconstructibles au proto-kiranti, et je pense que le cognat khaling du limbou √nis « savoir, voir » doit être ङिन्य |ŋi| « entendre ». Les finales -s ont toutes été perdues en khaling dans les radicaux verbaux (si c’est effectivement un *-s qu’il faut reconstruire ici, une question pas du tout triviale), et le limbou confond *ŋ et *n du proto-kiranti en n- en début de mot.

On trouve cette racine verbale dans d’autres langues (par exemple le yakkha nis- « voir, regarder »; le yakkha garde les ŋ- initiaux mais semble avoir néanmoins neutralisé l’opposition entre ŋ- et n- devant -i). Je ne connais pas de cognats extra-kiranti, mais il est plus vraisemblable que le sens originel de cette racine ait été « voir » (avec l’extension vers « connaitre » comme en indo-européen), et qu’il soit passé à « entendre » en khaling. Il est curieux que ce changement sémantique ait eu lieu précisément dans la langue qui a innové un démonstratif auditif, mais avant d’en tirer des conclusions capillotractées sur les rapports entre grammaire et culture, et sur la place de l’audition par rapport aux autres sens chez les khaling, il faut noter que ces deux innovations n’ont pas eu lieu en même temps, puisque le passage de « voir » vers « entendre » pour cette racine est au moins partagé avec le doumi, où l’on trouve le cognat ŋyiːnɨ « entendre ».

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Voir > entendre," Panchronica, 16/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/803 (ISSN 2494-775X)

L’origine des -u finaux en khaling

Dans un article qui va bientôt paraître, je propose une série de lois phonétiques en khaling pour expliquer l’origine des tons et de certaines alternances vocalique dans la flexion verbale de cette langue. Une question laissée en suspens dans ce travail est celle de l’origine des -u et des -o finaux: normalement, les -u et -o deviennent -ʉ et -ɵ respectivement, sauf lorsqu’ils sont suivis de vélaires auquel cas on observe *-uk > -ûː (*kruk > क्रू: krûː « il mugit ») et *-uŋ > -uŋ (*luŋ > लुङ् lūŋ « pierre »). Comment donc expliquer les noms en -u (मुपु mupu « ventre ») et les suffixes verbaux en -u (comme la 1sg>3 des verbes transitifs)?

La 1sg>3 -u correspond à -uŋ dans les autres langues (au moins celles qui préservent le -ŋ final, bien sûr) comme le limbou. Mais si des noms comme लुङ् lūŋ « pierre » ont toujours le -ŋ final, pourquoi donc est-il tombé dans लोबु lobu « j’attrape », si effectivement cette forme vient de *lop-uŋ? De même, le -pu de मुपु mupu « ventre » semble correspondre à une syllabe en -k final dans d’autres langues (limbou sappok « ventre »), mais si elle provient de qqch comme *mupuk, pourquoi n’a-t-on pas *mʉpûː ?

Je pense que la réponse doit avoir à faire avec le placement de l’accent à un certain stade du proto-khaling, voire du proto-kiranti: les correspondances *-uk > -ûː et *-uŋ > -uŋ s’appliquent dans les monosyllabes et les syllabes accentuées (notons que l’on a aussi *-uŋ > -ūː devant certaines consonnes, mais laissons cette question de côté pour le moment), mais ces rimes donnaient -u dans les syllabes finales non-accentuées. Ainsi, *lópuŋ > *lɵbu > lobu (notons que la première syllabe est toujours celle qui est accentuée) et *múpuk > *mʉ́pu > mupu (avec harmonie vocalique régulière).

Le problème avec cette hypothèse, c’est qu’elle n’est pas complètement compatible avec l’embryon de modèle de reconstruction de l’accent proposé dans l’article ci-dessus, puisque selon lui l’accent dans les formes verbales en première syllabe allonge la voyelle, pour expliquer les formes de 3sg>3 *lópu > ल्योऽब्यु lɵ̄ːbʉ « il l’attrape » avec voyelle longue. Si la piste de l’accentuation pour expliquer les -u finaux est correcte, alors il faut rendre compte de l’allongement vocalique à la 3sg>3 d’une autre façon (ou en supposant des lois phonétiques accentuelles à époques différentes). Malheureusement, les langues les plus proches (doumi et koyi) ne sont pas assez informatives pour élucider cette question, car elles font moins de distinctions phonologiques que le khaling.

J’espère que ce mystère attirera d’autres chercheurs; nous disposons pour le kiranti de suffisamment de données fiables sur près de la moitié des langues pour commencer à entreprendre une vraie reconstruction néo-grammairienne de la phonologie et de morphologie de ce groupe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’origine des -u finaux en khaling," Panchronica, 04/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/769 (ISSN 2494-775X)