Archives par mot-clé : lexicographie

La suppression des exemples

La difficulté de compiler un dictionnaire pour une langue peu documentée comme le japhug n’est pas tant d’accumuler des données et découvrir de nouveaux mots — quoique cette tâche demande de longues années de travail — que de s’assurer de la validité des traductions et même des phrases d’exemple elles-mêmes. Que les phrases d’exemples soient tirées d’histoires et de conversations ou bien directement élicitées, il arrive en effet que les informateurs aient des avis divergent sur leur validité, voire même (et c’est assez courant) changent d’avis. Le compilateur du dictionnaire a donc un choix à faire pour décider s’il est préférable de garder ou non une phrase qui ne fait pas l’unanimité; dans ces cas, ma décision est généralement de supprimer l’exemple. C’est pour cette raison que certains exemples présent dans la version 1.0 du dictionnaire ont disparu de la version 1.1, et qu’il en sera de même dans la prochaine version, en cours de préparation.

A titre d’exemple, Dpalcan en 2010, sollicité pour avoir des phrases avec le verbe saʁdɤt « être glissant » (déexpérienceur de aʁdɤt « tomber par terre ») m’a donné la phrase suivante:

(1) qaɟy ɲɯ-saʁdɤt
poisson SENS-être.glissant
« Le poisson (a la peau) glissant(e) »

Or, cette phrase me semblait suspecte car le sens attendu serait « glissant » à propos du sol, mais son emploi pour désigner la peau visqueuse des poissons était quelque peu surprenante. J’ai pu vérifier avec Tshendzin ce matin effectivement que le verbe nɤŋgiolo, dérivation de « direction distribuée » de ŋgio « glisser » (lui-même anticausatif de kio « faire glisser ») était plus approprié pour exprimer ce sens, car:

(2) tɯ-mi nɯnɯ ɯ-thoʁ tɕe ɲɯ-kɯ-ŋgio « ɲɯ-saʁdɤt » tu-kɯ-ti ŋu
GENR.POSS-pied DEM 3SG.POSS-sol LNK IPFV-GENR:S/P-glisser SENS-être.glissant IPFV-GENR-dire être:FACT
« On dit « ɲɯ-saʁdɤt » ‘c’est glissant’ lorsque son pied glisse par terre. »

Le principal problème pour déterminer la correction d’une phrase dans une langue comme le japhug est la taille du corpus. Dans une langue comme le français ou le chinois, une simple requête sur un moteur de recherche permet rapidement d’avoir une idée précise de la variété d’usage d’un mot et de ses collocations (sans parler l’existence d’une armée de dictionnaires diverses), mais dans une langue avec un corpus d’à peine 80 heures, beaucoup de mots sont soit insuffisamment, soit pas du tout attestés, ce qui rend difficile d’avoir des certitudes sur leur emploi afin d’apprendre à parler la langue le mieux possible.

La seule solution est de revérifier plusieurs fois tous les exemples, et surtout de collecter un corpus de la taille la plus conséquente possible. Plus celui-ci sera important et varié, et plus les erreurs et les phrases bancales pourront être facilement détectables (y compris les phrases incorrectes que l’on trouve dans les histoires).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La suppression des exemples," Panchronica, 10/11/2017, http://panchr.hypotheses.org/2045 (ISSN 2494-775X)

Dictionnaire Japhug, version 1.1

Je viens de rendre disponible la version 1.1 de mon dictionnaire japhug, qui contient environ 300 nouvelles entrées, et corrige un certain nombre de phrases imparfaites, voire agrammaticales, que j’avais laissées dans la version précédente.

La version sans son peut être téléchargée aux adresses suivantes:
version 1.1 (sans son), academia.edu
version 1.1 (sans son), Himalco

La version plus lourde, comprenant les fichiers sons, est disponible ici:
version 1.1 (sans son), Himalco

Carnet de terrain (2016) IX

Le japhug, comme les autres langues rgyalronguiques, a un système d’idéophones (et de verbes déidéophoniques) très complexe, dont cet article offre un court aperçu. Leur usage détaillé et leur sens précis est très difficile à décrire clairement et à traduire correctement, ce qui complique considérablement le travail de lexicographie, mais contribue à l’expressivité et à la richesse de ces langues.
Il suffit de commencer à poser des questions sur ce sujet pour découvrir de nouveaux idéophones et des sens nouveaux à des idéophones déjà connus. Parmi les idéophones que j’ai appris aujourd’hui, il y a par exemple ɟrɯɣɟrɯɣ, qui peut signifier « sensation inconfortable dans le ventre qui annonce une diarrhée » (sans bruit de gargouillement, contrairement au verbe déidéophonique ɣɤɟɯɟrɯɣ « gargouiller ») ou « beaucoup d’objets en désordre » (dans ce sens, presque synonyme de l’idéophone presque identique crɯɣcrɯɣ), thrɤβthrɤβ (avec un groupe de consonne thr peu commun) « dont l’épaisseur n’est pas homogène (à propos de la soupe de riz) » ou crɯcrɯ « crasseux, plein de morve (enfant) ».
Pour les quelques jours qui me restent ici, j’ai décidé d’enregistrer des définitions détaillées du plus grand nombre d’idéophones possible en japhug, ainsi que des comparaisons entre idéophones de sens proche. Il y a matière à rédiger une monographie sur ce sujet, et j’espère tout au moins dans ma future grammaire inclure un inventaire systématique des formes qui existent et celles qui n’existent pas, ainsi qu’un description aussi précise que possible des nuances de sens de ces idéophones.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) IX," Panchronica, 19/07/2016, http://panchr.hypotheses.org/1409 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) VII

La compilation d’un dictionnaire est une tâche qui de toute évidence ne peut jamais être tout à fait finie, et qui nécessite un travail constant. Contrairement aux histoires ou aux conversations, où l’on trouve souvent des phrases bancales qui ne sont pas bien graves (car elles sont immergées dans le reste et il suffit de mettre une note dans la transcription), dans le cas d’un dictionnaire il est nécessaire de faire attention à la représentativité des exemples (éviter tout exemple pragmatiquement / culturellement bizarre ou choquant) et à plus forte raisons les phrases incorrectes grammaticalement. La tâche pourrait sembler facile, mais même les locuteurs changent souvent d’avis sur l’opportunité d’inclure tel exemple dans le dictionnaire, et rejettent parfois des phrases qu’ils avaient eux-mêmes prononcées. Travailler à un dictionnaire consiste donc parfois autant à rajouter des exemples qu’à en exclure. A mon avis, mieux vaut mentir par omission qu’en incluant des données douteuses: en cas de doute, supprimer!

Cette année, j’ai décidé de faire le grand ménage, et d’examiner systématiquement tous les exemples douteux dans le dictionnaire, ce qui a pris une part importante des derniers jours et va probablement occuper une grande part de mon temps d’ici jusqu’à mon départ. J’ai par ailleurs atteint aujourd’hui les 7000 mots; mon dictionnaire est de taille modeste en comparaison même de ceux que l’on peut trouver même pour des langues minoritaires d’Europe, voire de certaines langues d’Amérique (Navajo, Lakota), mais la lexicographie des langues rgyalrong du nord part vraiment de zéro, et présente des difficultés particulières (notamment dues au fait que les dérivations sont effectuées par des préfixes dans cette langue, ce qui rend l’ordre du dictionnaire peu maniable).

J’espère pouvoir rendre disponible une version révisée 1.1 du dictionnaire japhug après mon séjour.

Dictionnaire khaling: la version népalaise enfin parue

La version papier népalaise du dictionnaire Khaling-népali-anglais a été publiée par le किरात खालिङ राई उत्थान संघ (Kirat Khaling Rai Development association):

khaling_zabdakoS

Cette version diffère de celle publiée sur internet: outre l’adaptation au format A5, elle ne contient que la version en dévanagari des paradigmes verbaux. Il coûte 350 roupies, prix qui reste abordable pour les habitants des villages.

Quand j’ai commencé l’étude du khaling en 2011, frappé par la complexité du système verbal, j’ai décidé de concevoir l’équivalent d’un « Bescherelle » pour le khaling; c’est maintenant chose faite!

Les dictionnaires japhug et khaling

Les versions 1.0 des deux dictionnaires multimédia auxquels j’ai participé, le dictionnaire des verbes khaling-népali-anglais et le dictionnaire japhug-chinois-français, sont désormais disponibles sur le site de notre project ANR http://himalco.huma-num.fr/

Le dictionnaire khaling inclut les conjugaisons de chaque verbe, dans l’orthographe devanagarie et en API.

Ces dictionnaires ont chacun une version HMTL, une version PDF sans fichiers sons et une version avec fichiers sons, plus lourde (+200mo).

Les fichiers PDF simples des dictionnaires japhug et khaling sont disponibles sur ce site. Pour les versions pourvues de fichiers sons, voir les liens suivants pour le japhug et le khaling respectivement.

Les versions HTML peuvent être consultées sur à partir des liens suivants: japhug et khaling.

Tous les commentaires susceptibles d’améliorer ces dictionnaires sont bienvenus, car je compte continuer à travailler sur ces dictionnaires, à les compléter et à les corriger à l’avenir.