Archives par mot-clé : lénition

A propos de la loi de Meillet

La correspondance de l’arménien rk avec l’indoeuropéen *dw en initiale de mot, observation connue sous le nom de ‘loi de Meillet’, est l’un des cas les plus connus de correspondances phonologiques sans ressemblance phonétique de surface, souvent cité dans les manuels de linguistique historique. Néanmoins, la suite d’étapes intermédiaires menant de *dw à rk ne fait pas encore l’objet d’un consensus. Le problème n’est pas tant la présence d’une occlusive vélaire, puisque le *w passe régulièrement à g en arménien, mais le fait que cette vélaire est sourde. En effet, si les voisées simples de l’IE deviennent sourdes en arménien, ce changement a eu lieu avant *w > g, (sans quoi la correspondance serait *w : k).

Rémy Viredaz propose dans cet article la solution suivante:

*dw > *tw > *tkʷ > *rkʷ > rk

L’étape *dw > *tw ne pose aucun problème, car comme mentionné ci-dessus, les occlusives s’assourdissent régulièrement. *tw > *tkʷ serait un cas particulier du changement *w > *gʷ > g, reflétant le stade où *w et *gʷ ou ẉ et kʷ (en contact avec une obstruante sourde) étaient en variation libre.

A propos de l’étape *tkʷ > *rkʷ, toutefois, R. Viredaz reconnaît que ‘An exact parallel for this step has still not been found’.

Les langues tibétaines offrent cependant un bon exemple d’un changement de ce type. Le groupe écrit dk- du tibétain ancien était probablement prononcé d’abord *tə-k-, puis *tk-, car l’opposition de voisement est neutralisée en coda et comme premier élément de groupe de consonne, et l’écriture tibétaine note l’occlusive voisée dans tous les contextes à neutralisation. Ce groupe devient rk- (phonétiquement ʂk- ou ṛk-), se confondant avec l’ancien rk-, dans un grand nombre de langues modernes, y compris dans la couche principale des emprunts au tibétain en japhug (où dkon ‘rare’ par exemple devient rkɯn), le dialecte tibétain donneur ayant subi ce changement phonétique.

Cet exemple d’un changement phonétique tk- > rk-, se confondant avec l’ancien rk-, offre donc un parallèle à l’arménien, et évacue la dernière objection contre la suite de changements phonétiques proposée par R. Viredaz pour expliquer la loi de Meillet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de la loi de Meillet," Panchronica, 18/10/2015, https://panchr.hypotheses.org/485 (ISSN 2494-775X)

*āat̰ mraot̰ zaraθuštrō

Le titre de ce billet *āat̰ mraot̰ zaraθuštrō est un essai de retraduction en avestique jeune du fameux « Also sprach Zarathustra. » Il est amusant de noter que cette phrase n’existe pas dans l’Avesta (c’est pourquoi je la marque d’une astérisque), où l’on trouve en revanche de nombreuses attestations de āat̰ mraot̰ ahurō mazdā̊ (ainsi dit Ahura Mazda). Le verbe mraot̰ est une forme de troisième singulier de « l’injonctif » (correspondant plus ou moins au sanskrit abravīt « il dit » sans l’augment).

Le nom zaraθuštra- (au nominatif zaraθuštrō) est intéressant. C’est un composé possessif (que l’on appelle, en indo-européen bahuvrīhi selon la terminologie du sanskrit) composé de zarat- « vieux » (= sankrit jarat- < *ǵerṇt- un participe dérivé de la racine jṝ « vieillir ») et de uštra- « chameau » (= sanskrit uṣṭra-), autrement dit, « celui qui a de vieux chameaux » (un nom qui, il faut bien le dire, présume mal de la postérité du personnage).

On attendrait toutefois plutôt quelque chose comme *zaraδuštra- avec le voisement du t par sandhi en composé puis spirantisation intervocalique, plutôt que θ, qui est mal expliqué. Lubotsky (2001), dans son étude sur les mots non-indo-européens communs à l’iranien et à l’indo-aryen, discute du nom du chameau uštra-, pour lequel il reconstruit donc une laryngale *Huštra-, qui au contact du *t- final de l’élément précédent, doit donner un th en sanskrit et un θ en avestique (comme dans la désinence de 2pl du présent -tha en sanskrit, -θa/-θā en avestique, venant de *-th2e, ou raθa– « char » = sanskrit ratha-). Cette solution phonétiquement possible me semble problématique dans la mesure où elle impliquerait de reconstruire un composé *j́arat-Huštra- en proto-indo-iranien, et de supposer que ce composé aurait évolué lautgesetzlich en avestique sans subir d’analogie. Ce serait à la rigueur acceptable s’il s’agissait d’un épithète courant (notamment pour un personnage mythologique), mais dans ce cas particulier, cette idée me semble trop mécanique.

Une solution alternative (à laquelle ont sans doute pensé des indo-iranistes, mais je n’ai pas les documents sous la main pour le vérifier) serait de prendre en compte la loi phonétique t > θ devant consonne (Martinez et de Vaan 2014:31), comme dans θraiias- = sanskrit trayas « trois ». En tant que premier élément de composé, zarat- a dû avoir plusieurs allomorphes, dont *zaraθ- lorsque le second membre du composé commençait en consonne. zaraθuštra- résulterait de la surgénéralisation de cet allomorphe à tous les contextes, nivellement peut-être dû à la perte de motivation sémantique de cet élément de composé, comme c’est courant dans les noms de personnes dans les langues indo-européennes.

Références
Lubotsky, A. 2001. The Indo-Iranian Substratum, in: Early Contacts between Uralic and Indo-European: Linguistic and Archaeological Considerations, ed. Chr. Carpelan, A. Parpola, P.Koskikallio (Helsinki, Suomalais- Ugrilainen Seura), pp. 301-317.
Martinez, Javier et Michiel de Vaan. 2014. Introduction to Avestan. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "*āat̰ mraot̰ zaraθuštrō," Panchronica, 28/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/378 (ISSN 2494-775X)

knech ha thnou

Je l’ignorais jusqu’à récemment, mais il existe un texte arthurien en moyen-breton, An Dialog etre Arzur Roe d’an Bretounet ha Guynglaff datant du quinzième siècle, qui malgré sa brièveté (247 vers) est d’un grand intérêt à plusieurs égards. J’ai reçu aujourd’hui l’édition de Hervé Le Bihan:

http://www.brezhoneg.org/fr/livres/dialog-etre-arzur-roe-d-bretounet-ha-guynglaff-le-dialogue-entre-arthur-roi-des-bretons-et

L’édition comprend une transcription du texte datant du dix-huitième siècle accompagnée d’une traduction, une restitution du texte original, un glossaire détaillé et certains textes en français et en breton permettant de contextualiser ce document, ainsi qu’une introduction détaillée expliquant l’histoire tortueuse de la transmission de ce texte.

Ce texte en vers présente des exemples de rimes internes, et témoigne d’une tradition indigène de versification sophistiquée (je reviendrai sur ce sujet dans un autre billet).

J’ai eu le grand plaisir, en feuilletant ce livre, de trouver l’expression knech ha thnou (187) ‘en tous lieux’, correspondant à peu près au français ‘par monts et par vaux’. knech ‘colline’ correspond au breton moderne krec’h, et thnou ‘vallée’, est devenu traoñ dans les dialectes KLT. Dans ces deux mots, le n est devenu r en deuxième élément du groupe, et la nasalité passe sur la voyelle suivante, au moins dans le mot pour ‘vallée’. C’est là un des exemples que nous avions analysés dans l’article Michaud et al. (2012) dans une perspective panchronique. Le Dialog nous offre la plus ancienne attestation de ces mots en moyen-breton, et peut contribuer à déterminer avec une certaine précision la date où ce changement phonétique a eu lieu, et je regrette de ne pas avoir cité ce texte dans notre article. Il s’agit donc d’un nouvel exemple de l’importance fondamentale de la philologie pour la linguistique panchronique.

Bibliographie
Michaud, Alexis, Guillaume Jacques, and Robert Rankin. 2012. Historical transfer of nasality between consonantal onset and vowel : from C to V or from V to C ? Diachronica 29.2 :201–230.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "knech ha thnou," Panchronica, 07/05/2015, https://panchr.hypotheses.org/252 (ISSN 2494-775X)

Les changements phonétiques peuvent-ils être conditionnés par la morphologie?

Dans un article récent, Hill (2014) ré-affirme la doctrine néo-grammairienne selon laquelle les changements phonétiques ne sont jamais conditionnés par la morphologie, y compris les frontières morphémiques ou les parties du discours.

Il exclut à juste titre les cas, comme en nahuatl, où les différentes parties du discours constituent des contextes phonologiques différents: le *p devient zéro en initiale de mot dans le cas des noms mais pas dans celui des verbes. L’explication tient à ce que les radicaux des verbes sont toujours préfixés sauf à la troisième personne des verbes intransitifs de certains tiroirs verbaux (plusieurs tiroirs verbaux sont préfixés d’un ‘augment’). La chute du *p initial dans les formes non-préfixées du paradigme a dû être immédiatement éliminée dans les paradigmes intransitifs du fait de la pression analogique (voir Campbell et Langacker 1978). Une même explication s’applique à beaucoup de changements conditionnés, par exemple, le fait que le *s- initial en arapaho correspond bien à n- en initiale de radical, même dans les formes préfixées (comme celles de l’irréel qui viennent de l’ordre indépendant) alors qu’on s’attendrait à une alternance n-/h- dans ces formes. La aussi, l’analogie les a immédiatement éliminées.

Toutefois, il existe un cas pour lequel une explication en termes d’analogie semble difficile: celui du onbin 音便 en japonais, qui ne s’est produit que de façon sporadique dans les noms composés, mais s’est appliqué régulièrement, à époque historique, exclusivement dans le système verbal, notamment les formes converbales en -te (voir Frellesvig 1995, 2010:192-199):

(yom-) yomite > yonde ‘lire’
(tor-) torite > totte ‘prendre’
(mot-) motite > motte ‘prendre’

Contrairement à l’absence de chute de *p initial dans les verbes en nahualt ou de la réfection du *-s- de l’aoriste en grec, ce phénomène ne peut s’expliquer comme l’annulation d’un changement phonétique par l’analogie. Aucun conditionnement phonologique qui distinguerait les combinaisons -VCit- dans les noms et dans les verbes ne semble non plus apparente.

Il est louable de vouloir préserver la rigueur néogrammairienne et je conçois qu’il est préférable, avant d’abandonner une hypothèse comme l’impossibilité de conditionnement morphologique des changements phonétiques, d’explorer toutes les alternatives. Néanmoins, le cas du onbin me semble un des cas les plus clairs d’exception à ce principe; ceux qui souhaitent le défendre ne peuvent pas omettre de rendre compte de ce cas particulier.

Bibliographie
Campbell, Lyle and Ronald Langacker. (1978) Proto-Aztecan vowels: part II. International Journal of American Linguistics 44(3). 197–210.
Frellesvig, Bjarke. 1995. A Case Study in Diachronic Phonology: The Japanese Onbin Sound Changes. Aarhus University Press.
Frellesvig, Bjarke. 2010. A History of the Japanese Language. Cambridge University Press.
Hill, Nathan W. 2014. ‘Grammatically Conditioned Sound Change.’ Language and Linguistics Compass 8, 211–22. http://eprints.soas.ac.uk/18595/

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les changements phonétiques peuvent-ils être conditionnés par la morphologie?," Panchronica, 18/04/2015, https://panchr.hypotheses.org/184 (ISSN 2494-775X)

Les scissions non-conditionnées: mythe ou réalité?

La linguistique historique de l’indo-européen n’est devenue une discipline rigoureuse que lorsque l’idée de la régularité des changements phonétiques a été adoptée par l’ensemble de la communauté des spécialistes de ce domaine. Ce principe simple a des conséquences nombreuses et parfois inattendues, sur lesquelles nous reviendrons dans d’autres billets. L’une d’entre elles est l’impossibilité des scissions non-conditionnées (unconditioned split).

Ainsi, dans une perspective strictement néo-grammairienne, si entre plusieurs langues on observe des correspondances multiples pour un même son, seulement quatre hypothèses sont possibles:

  • Reconstruction d’un phonème qui n’est distinct dans aucune des langues étudiées, mais qui s’est confondu de façon différente dans chaque langue.
  • Changement phonétique conditionné (qui ne s’applique que dans un contexte très précis)
  • Effet de la morphologie (à l’intérieur d’un même paradigme, des effets d’analogie vont obscurcir les lois phonétiques régulières)
  • Mélange de dialectes ou emprunts.

Ce principe a été remis en cause par l’école de la diffusion lexicale (lexical diffusion, voir par exemple Wang 1977), qui ne sera pas l’objet du présent billet mais à propos de laquelle je reviendrai plus tard. Mon but aujourd’hui portera uniquement sur les travaux de chercheurs d’obédience néo-grammairienne, qui souscrivent au principe de la régularité des changements phonétiques.

Plusieurs écoles de linguistique historique admettent néanmoins, souvent implicitement, l’existence de scissions non-conditionnées.

C’est le cas en austronésien, où Blust par exemple (2008) reconstruit *b > b et *b > ɓ dans certaines langues sans conditionnement visible. Dans ce cas, l’idée est que la reconstruction du proto-austronésien est si solide que des ‘aberrations’ spécifiques à une langues ou un petit groupe de langues peuvent être négligée. N’étant pas spécialiste du domaine, il m’est difficile de juger mais je suis peu déçu de ne pas voir un débat sur ce sujet.

En algonquien, on suppose une scission non-conditionnée pour le passage à zéro du *p et du *k en cheyenne (à l’initiale, la correspondance de *k est particulière, voir Leman 1980 et Proulx 1982). Proulx (1982) propose qu’il s’agit là du résultat d’un mélange de dialectes (certains dialectes proto-cheyenne auraient subi *k,p > zéro, et d’autres auraient préservé ces obstruentes comme k et v). Goddard (1988) montre toutefois que cette idée ne mène à rien, car on trouve de nombreux mots dans lesquelles les deux groupes de correspondances *k,p > zéro et *k,p > k,v sont attestées. Le traitement du cheyenne reste inexpliqué; la seule solution viable à mon avis serait de supposer une opposition, par exemple de voisement, neutralisée dans toutes les autres langues, comme *k, p > k, v ; *g, b > zéro. Il faudrait cependant trouver une trace de cette opposition dans une langue autre que le cheyenne pour que cette hypothèse soit satisfaisante; par ailleurs, si une telle opposition doit être supposée pour *k/g et *p/b, on s’attendrait aussi à *t/d, or aucune trace apparente d’une telle opposition n’existe. Bref, le cas du cheyenne est particulièrement épineux, et ne pourra être résolu que si davantage de spécialistes se penchent sur cette question.

Un autre cas auquel je pense est celui du turcique. Les langues oghouzes ont une opposition de voisement qui ne semble pas avoir d’équivalent dans les autres groupes de la famille. Par ailleurs, comme le montre Georg (2004), il existe des preuves claires que le voisement est secondaire, puisque des mots empruntés au persan ayant des sourdes dans cette langue ont des voisées en oghouze. Toutefois, à mon avis, si ces données prouvent que la prononciation voisée est secondaire, elle ne montrent en aucun cas que l’opposition elle-même le soit. Il est tout à fait possible de supposer qu’un autre type d’opposition (disons, aspirée/non-aspirée ou géminée/non-géminée) ait été transphonologisée en voisement après l’emprunt au persan. Même si la nature phonétique de l’opposition pose problème, et même si le turc ancien et les autres variétés de turc ne préservent pas de trace de cette opposition, il me semble préférable de la reconstruire malgré tout à la proto-langue que de sacrifier le principe de régularité des changements phonétiques et supposer une scission non-conditionnée en oghouze.

Références

Antonov, Anton and Jacques, Guillaume. 2011. [2012] Turkic kümüš ‘silver’ and the lambdaism vs
sigmatism debate. Turkic Languages 15, 151–170.

Blust, Robert. 2008. Is There a Bima-Sumba Subgroup? Oceanic Linguistics. 47.1:45-113.

Georg, Stefan. 2004. Starostin, Sergei,  Anna Dybo and Oldeg Mudrak: Etymological Dictionary of the Altaic Languages. Diachronica. 21.2, pp. 445–450.

Goddard, Ives. 1988. Pre-Cheyenne *y. in In Honor of Mary Haas, W. Shipley (ed), Berlin: Mouton de Gruyter, pp. 345-360.

Proulx, Paul. 1982. Proto-Algonquian *k in Cheyenne. IJAL 48:467-471.

Leman, Wayne. 1980. Evidence for a PA *k: Cheyenne n correspondence IJAL 46:316-8.

Wang, William S.-Y. 1977. The Lexicon in Phonological Change. Berlin: Mouton de Gruyter.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les scissions non-conditionnées: mythe ou réalité?," Panchronica, 18/04/2015, https://panchr.hypotheses.org/44 (ISSN 2494-775X)