Archives par mot-clé : langues de l’Orégon

Une attestation ancienne du kalapouyen ?

Dans un numéro de la revue Anthropological Linguistics paru cette année (NB: cette revue a un an de retard systématique) se trouve l’article ‘Francis Drake’s 1579 Voyage: Assessing Linguistic Evidence for an Oregon Landing’ par John Lyon, dont une version est accessible en ligne.

Il analyse une liste de mots transcrits au seizième siècle (l’antiquité, pour l’Amérique du nord) par des membres des expéditions de Francis Drake.

Parmi les mots discutés se trouve la forme petáh ‘root whereof they make a kind of meal, and either bake it into bread or eat it raw’, à laquelle John Lyon compare le kalapouyen pdoʔ, à propos de laquelle j’avais consacré un billet il y a quelques années. Si cette comparaison est confirmée, il s’agirait de la plus ancienne attestation d’une langue kalapouyenne.

D’après cet article, pdoʔ désigne plus particulièrement la plante Sagittaria latifolia, et une forme ressemblante (peut-être empruntée au kalapouyen, comme le suggèrent Zenk et al. 2010, à l’entrée waptʰu) se retrouve en chinook sous la forme wapato, le wa- étant un préfixe possessif féminin en chinook (voir cet article de Sapir). Ce mot chinook lui-même, par l’intermédiaire du jargon chinook, est devenu un mot d’usage en anglais américain pour cette plante.

Dans mon billet précédant, j’avais proposé qu’il pouvait s’agir d’un mot voyageur aussi reflété par le Lakhota bló ‘pomme de terre’ (voir les cognats de ce mots dans les autres langues siouanes). La ressemblance du kalapouyen pdoʔ avec laforme bdó des dialectes sioux en d- est moins évidente lorsque le chinook et cette ancienne attestation sont prises en considération, d’autant qu’il ne s’agit pas du tout de la même plante malgré les traductions par ‘potato’ en anglais qui sont données.

Références
Lyon, John 2016. Francis Drake’s 1579 Voyage: Assessing Linguistic Evidence for an Oregon Landing, Anthropological Linguistics 58(1):1-51. PDF
Zenk, Henry, Tony Johnson, Sarah Braun Hamilton 2010. Chinuk Wawa (Chinook Jargon) etymologies PDF

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une attestation ancienne du kalapouyen ?," Panchronica, 15/07/2017, https://panchr.hypotheses.org/1883 (ISSN 2494-775X)

Des langues qui attendent d’être déchiffrées

Mis à part la documentation de langues non (ou mal) décrites et la reconstruction des proto-langues, l’un des plus grand défis intellectuels qui existent en linguistique est le déchiffrement des langues inconnues. Si certaines langues pourtant presque complètement désespérées comme l’étrusque ou le lemnien attirent une foule de travaux érudits (comme par exemple celui-ci) ou plus fantaisistes, les linguistes et anthropologues de la première moitié du siècle dernier nous ont laissé des données brutes non analysées sur de nombreuses langues maintenant défuntes. Un cas notable est celui de Melville Jacobs, un anthropologue qui a étudié de nombreuses langues et cultures de l’Orégon et du Nord-Ouest des Etats-Unis et qui était apparemment plus doué en transcription phonétique et en méthodologie de terrain que son prédécesseur Frachtenberg (dont j’ai parlé dans ce billet). Jacobs a transcrit une grande quantité de textes dans les langues kalapouyennes, en alsea, en hanis et en milouk, sur lesquelles on a peu de documentation par ailleurs. Toutefois, il n’employait pas de gloses morphémiques et n’a pas produit de travaux sur la grammaires de ces langues. C’est particulièrement critique pour les langues kalapouyennes, sur lesquelles on ne dispose quasiment pas d’autre documentation. Le linguiste qui s’attaque à l’étude de ces langues est donc dans une situation comparable à celle des déchiffreurs du tokharien: on dispose de textes bilingues dans une écriture facile à interpréter, mais l’on n’a quasiment aucune indication sur la grammaire ou le vocabulaire de ces langues, qu’ils faut reconstituer à partir des textes.

Si la priorité de la recherche en linguistique doit naturellement être la documentation des langues encore parlées, il ne faut pas s’interdire de s’intéresser à ces documents. Les travaux de Banks (2007) et Doty (2012) représentent des contributions importantes au déchiffrement de ces langues, mais ces documents restent sous-exploités. En particulier, les langues kalapouyennes autres que le santiam sont presque complètement inconnues, bien que des textes publiés soient disponibles, et que des textes non-publiés accumulent la poussière (ou pire) dans d’obscures archives. Si une fraction des amateurs étruscologues s’intéressaient plutôt à ces langues, un travail magnifique pourrait être réalisé!

Références
Banks, Jonathan. 2007. The Verbal Morphology of Santiam Kalapuya. Northwest Journal of Linguistics 1. 1-98.
Doty, Christopher 2012 A Reassessment of the Genetic Classification of Miluk Coos, thèse de doctorat, université de l’Orégon à Eugene.
Jacobs, Melville. 1939. Coos Narrative and Ethnographic Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1940. Coos Myth Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1945. Kalapuya Texts. Seattle: University of Washington.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Des langues qui attendent d’être déchiffrées," Panchronica, 06/03/2016, https://panchr.hypotheses.org/912 (ISSN 2494-775X)

Le siuslaw : une langue mal documentée

La lecture des travaux du siècle dernier sur des langues maintenant disparues est souvent instructive pour les linguistes de terrain actuels, à la fois par les informations précieuses qu’ils contiennent, mais aussi par leurs limitations, qui nous invitent à mieux faire.

Le siuslaw, langue (isolée?) de la côté de l’Orégon, dont la documentation est essentiellement limitée aux Lower Umpqua Texts: And Notes on the Kusan Dialects et à l’esquisse grammaticale de Frachtenberg (aussi disponible ici), me semblait une langue relativement mieux documentée que d’autres langues de la région. Cela jusqu’à ce que je lise l’introduction du volume de texte, où Frachtenberg écrit:

« The collection of these texts was accomplished under great difficulties […] Louisa’s advanced age rendered her practically useless as a narrator. […] I was forced to resort to her husband’s services as a narrator. Since he was not familiar with the traditions of the Lower Umpqua Indians, the following procedure had to be adopted. He was asked to obtain from his wife, through the medium of Chinook jargon, such stories, and in such form, as she could remember, and to retell them to me in English. I then arranged the facts in what seemed to be the most likely consecutive order, whereupon William was instructed to dictate these facts in the Lower Umpqua language, – a task which at times was too much for his limited intelligence [sic!]. »

Autrement dit, l’essentiel du corpus est retraduit de l’anglais, raconté par un locuteur non-natif qui rapportait des traditions qu’il ne connaissait pas lui-même (je passe sur la remarque concernant l’intelligence de son informateur). L’aspect relativement bien organisé des textes siuslaw est donc un artefact de la méthode choisie pour collecter les textes, et il n’est pas clair jusqu’à quel point ces documents sont une représentation fidèle de cette langue. Il eût peut-être mieux valu que F. enregistre les histoires, même décousues, de son informatrice locutrice native (en dépit des passages en jargon chinook), et éventuellement rajouter ensuite des émendations de son mari. Utiliser les textes que nous a laissés Frachtenberg pour faire de la typologie ou de la linguistique historique me semble assez risqué.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le siuslaw : une langue mal documentée," Panchronica, 22/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/863 (ISSN 2494-775X)

A quelle famille appartient le miluk?

L’Orégon était jusqu’à l’invasion des Européens l’une des régions linguistiquement les plus diverses au monde. Le long de la côte (sans compter les langues de l’intérieur), on trouve, du nord au sud, le chinook, le tillamook (langue salish), l’alsea, le siuslaw (deux langues isolées), le miluk et le hanis (traditionnellement considérées comme appartenant à une famille « coosan ») et enfin, à la frontière avec la Californie, le tolowa (une langue athabasque).

Mis à part peut-être le tolowa, toutes ces langues ont disparu, et dans le cas de l’alsea, du siuslaw, du miluk et du hanis, elles sont uniquement connues par des données de la première moitié du vingtième siècle, en particulier celles collectées par Frachtenberg et Melville Jacobs.

Dans une thèse soutenue en 2012 sous la direction de Scott DeLancey, Christopher Doty présente tout d’abord une reconstruction de la phonologie et de la morphologie du miluk sur la base des recueils de textes de Jacobs (1939, 1940); une telle reconstruction est nécessaire car Jacobs, si on doit lui reconnaître le grand mérite d’avoir collecté des textes dans un grand nombre de langues disparues (y compris le kalapouya, dont j’ai parlé dans un précédent billet), transcrivait sans apporter d’analyse phonologique ou grammaticale des langues étudiées. Ainsi, un réel travail de déchiffrement, basé sur la traduction anglaise des textes transcrits, est nécessaire avant de pouvoir utiliser ces données pour des investigations en linguistique historique.

Doty montre ensuite que la parenté supposée du miluk et du hanis (considérée pourtant comme assurée par la plupart des ouvrages de références sur les langues d’Amérique du nord, y compris Mithun 1999) est très contestable.

Enfin, il propose l’hypothèse d’une parenté (lointaine) possible entre le miluk et le salish. Cette conclusion très surprenante est toutefois argumentée de façon très convaincante, et si elle n’a pas gagné l’approbation des spécialistes du domaine (voir par exemple Kroeber 2013), elle me semble tout à fait digne de recherches plus approfondies. Espérons que l’auteur rendra disponible son corpus annoté du miluk, qui pourrait permettre à d’autres chercheurs de naviguer plus rapidement dans le corpus, restreint mais d’un grand intérêt aussi bien pour la typologie morphosyntaxique que pour la linguistique historique.

Références
Doty, Christopher. 2012. A Reassessment of the Genetic Classification of Miluk Coos, thèse de doctorat, université de l’Orégon à Eugene. http://www.csdoty.com/resources/Doty-Dissertation.pdf
Jacobs, Melville. 1939. Coos Narrative and Ethnographic Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Jacobs, Melville. 1940. Coos Myth Texts, University of Washington Publications in Anthropology, vol. 8. Seattle, WA: The University of Washington.
Kroeber, Paul. 2013. Pronominal Clitics and Indexability Hierarchies in Hanis and Miluk Coosan, Anthropological Linguistics 55.2:105-157.

Voir aussi le blog https://shichils.wordpress.com/ qui porte en partie sur les langues de la côte de l’Orégon.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A quelle famille appartient le miluk?," Panchronica, 11/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/343 (ISSN 2494-775X)

L’inverse en sens inverse

Dans un article qui vient de paraître, Konnerth (2015) propose le chemin de grammaticalisation suivant en karbi (mikir), une langue du nord-est de l’Inde (si je n’ai pas commis de contresens):

pronom de 2sg > inverse > cislocatif (directionnel) > cislocatif (mouvement associé)

L’élément en question est le proclitique naŋ=, dérivé selon l’auteur du pronom de second personne nàŋ. Dans son usage comme marque d’inverse, naŋ= apparaît dans les formes 2/3>1 et 1/3>2 (tableau 2 p. 34).

Le chemin proposé va exactement dans le sens inverse du chemin bien attesté (en nez percé en particulier, voir Jacques et Antonov 2014:313):
venir > cislocatif (mouvement associé > directionel) > (action soudaine?) > inverse

Cet article présente donc des données d’un grand intérêt pour la typologie diachronique des systèmes d’indexation, et même de la grammaticalisation en général. Il me semble que si les données et la discussion semblent fiables, il manque à ce travail une approche réellement diachronique et comparative. Une telle étude est bien entendu rendue difficile par le fait qu’il n’existe pas de langue suffisamment proche du karbi pour éclairer directement sa diachronie. Il n’est pas inenvisageable malgré tout que le proclitique naŋ= soit grammaticalisé d’un verbe de mouvement qui est sorti de l’usage en karbi actuel (je pense par exemple au verbe qui a donné le Japhug no < *naŋ ‘chasser’ et le chinois 让 ‘laisser, ouvrir le passage’). Il est à espérer que cet article ouvre le débat, et que des études de terrain et des travaux de linguistique historique complémentaires sur le karbi et d’autres langues sino-tibétaines permettront de mieux comprendre l’origine de ce marqueur.

Bibliographie
Jacques, Guillaume et Anton Antonov. 2014. Language and Linguistics Compass 8/7: 301–318, 10.1111/lnc3.12079
https://www.academia.edu/3619660/Direct-Inverse_systems

Konnerth, Linda. 2015. “A new type of convergence at the deictic center: Second person and cislocative in Karbi (Tibeto-Burman).” Studies in Language 39 (1): 24–45
https://www.academia.edu/13332895/A_new_type_of_convergence_at_the_deictic_center_Second_person_and_cislocative_in_Karbi_Tibeto-Burman_

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’inverse en sens inverse," Panchronica, 27/06/2015, https://panchr.hypotheses.org/331 (ISSN 2494-775X)

Un Wanderwort dans les langues kalapouyennes?

Les langues kalapouyennes, famille disparue de l’Orégon, font partie des moins bien documentées de l’Amérique du nord, et sont connues essentiellement par les données de terrain de Gatschet, de Frachtenberg et de Melville Jacobs (voir Banks 2007 pour ce qui s’approche le plus d’une description utilisable d’une des langues de ce groupe, le santiam).

En lisant Berman (1990:54 — je peux fournir cette référence aux lecteurs de ce blog intéressés), j’ai été frappé par le mot pour ‘pomme de terre’, en santiam pdoʔ (et ses cognats en yonkalla gampduʔ, et en tualatin mampdu) qui ressemblent fortement à l’étymon sioux pour ‘pomme de terre’ (bló, en lakhota et bdó en Yankton et en Sisseton, voir Ullrich 2008 et sa version en ligne). La distance géographique entre les langues sioux et l’Orégon est assez considérable, mais cette ressemblance est-elle le seul fruit du hasard? Pour confirmer cette idée, il faudrait trouver des traces de ce Wanderwort potentiel ailleurs.

Banks, Jonathan. 2007. The Verbal Morphology of Santiam Kalapuya. Northwest Journal of Linguistics 1. 1-98.
Berman, Howard. 1990. An outline of Kalapuya historical phonology. International Journal of American Linguistics 56. 27-59.
Ullrich, Jan. 2008. New Lakota dictionary. Bloomington: Lakota Language Consortium.
Zenk, Henry. 2006. The Kalapuyan Presence in Oregon’s Geographic Names

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un Wanderwort dans les langues kalapouyennes?," Panchronica, 19/05/2015, https://panchr.hypotheses.org/296 (ISSN 2494-775X)