Archives par mot-clé : langues de l’Eurasie

La diversité linguistique perdue de l’Eurasie

En terme de nombre de familles de langues, l’Eurasie fait pâle figure par rapport aux Amériques ou à la Papouasie. Parmi les langues parlées ou récemment éteintes, on compte seulement 29 familles distinctes en Eurasie (en comptant les isolats: bourouchaski, basque, nahali, kusunda et nivkh comme des familles). Ce chiffre inclut des langues insulaires, qui ne sont pas parlées sur le continent proprement dit: deux groupes des îles Andaman, et le japonique.

C’est exactement le chiffre auquel on parvient si l’on additionne le nombre de familles de langues amérindiennes des régions correspondant aux états actuels de Californie, d’Orégon et de Washington aux Etats-unis. Simplement en Californie, on comptait au minimum, avant le contact avec les européens, au moins 17 familles de langues irréductibles.

La haute diversité linguistique de l’Amérique du nord (surtout sur sa côte ouest) peut sembler surprenante étant donné le peuplement plus tardif des Amériques par rapport à celui de l’Eurasie. Le problème, selon moi, est inverse: ce qu’il convient d’expliquer, c’est la faible diversité de l’Eurasie. Je pense qu’elle a dû connaître à une certaine époque une diversité comparable, mais que celle-ci a été « tuée » par l’expansion de l’agriculture, des grands empires et du nomadisme pastoral scytho-altaïque. De ce point de vue, l’existence d’isolats tels que le basque ou le sumérien n’est pas un « mystère »; ces langues sont plutôt des îlots de normalité.

Les langues isolées disparues qui ont été préservées dans des inscriptions, le sumérien bien sûr, mais aussi le hourrite, l’élamite, le hattien et l’étrusque, témoignent de cette diversité plus ancienne, laminée par les langues indo-européennes et sémitiques au moyen-orient. Il reste également quelques traces indirectes d’autres langues non-identifiables, sous la forme d’emprunts dans des langues attestées, comme par exemple le fameux substrat commun aux langues indo-iraniennes (voir l’article de Lubotsky à ce propos). Toutefois, la majorité des familles de l’Eurasie a été vouée à l’oubli sans laisser la moindre trace.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La diversité linguistique perdue de l’Eurasie," Panchronica, 11/08/2015, https://panchr.hypotheses.org/422 (ISSN 2494-775X)

La linguistique de la longue durée

Il existe quatre langues pour lesquelles on dispose d’une documentation quasi-continue sur plus trois mille ans. Il s’agit du grec, du chinois, de l’araméen et de l’égyptien-copte. J’exclus de ce groupe très restreint l’hébreu (qui, s’il n’a jamais été oublié, a cessé d’être une langue maternelle jusqu’à sa renaissance à la fin du dix-neuvième siècle) et les langues indo-aryennes (car d’une part le védique est difficile à dater, et d’autre part les étapes intermédiaires entre sanskrit et langues modernes sont insuffisamment bien attestées).

Ces quatre langues ont un rôle prééminent à jouer en linguistique historique car elles offrent une fenêtre unique sur l’évolution morphosyntaxique sur le long terme. Si la méthode comparative permet de reconstruire phonologie et morphologie, cette méthode est beaucoup plus difficile à appliquer à la syntaxe, et les études en syntaxe panchronique doivent, à mon avis, se baser en priorité sur des évolutions attestées dans des textes. Pour la plupart des langues du monde, on ne dispose hélas au mieux que de deux ou trois siècles d’attestation continue, ce qui est insuffisant pour observer des changements de grande ampleur.

Peu, voire aucun linguiste, ne maîtrise ces quatre langues (même si certains s’en approchent, comme par exemple Eitan Grossman, qui connaît le grec et les langues sémitiques du nord-ouest en plus de l’égyptien, sa spécialité première), et les études sur ces langues appartiennent à des traditions d’études assez distinctes, ce qui élève des obstacles à la mise en place d’une linguistique de la longue durée: l’observation détaillée des changements morphosyntaxiques sur plusieurs millénaires et la mesure de la durée et de la vitesse à laquelle ils ont lieu.

Les langues de l’antiquité la plus profonde présentent des difficultés spécifiques: les systèmes d’écritures de ces quatre langues, à leurs stades les plus anciens, ne représentent qu’imparfaitement la prononciation et n’indiquent qu’une faible partie de la morphologie. Le cas le plus évident est celui du chinois, dont l’écriture est difficile à interpréter et omet presque complètement la morphologie dérivationnelle que l’on peut reconstruire indépendamment (Sagart 1999). Néanmoins, pour l’araméen non-vocalisé et l’égyptien (pré-copte), les voyelles, qui pourtant apportent des informations cruciales sur la morphologie (ne serait-ce que la distinction des suffixes de personne à l’accompli), ne sont pas représentées dans l’écriture. Dans le cas du grec, on dispose d’un système perfectionné qui représente de façon relativement fiable le système phonologique du Ve siècle avant notre ère, mais qui est trompeur pour les textes épiques (où certains passages préservent des vers datant de l’époque où le grec avait encore des r voyelle). Le grec mycénien quand à lui est transcrit dans un système d’écriture profondément inadapté qui rend malaisée l’interprétation des documents les plus anciens dans cette langue. Néanmoins, ces difficultés peuvent être contournées grâce à des stades ultérieurs mieux attestés de ces langues (y compris les emprunts dans les langues voisines et le comparatisme) qui permettent d’extrapoler les données manquantes.

Les spécialistes de ces quatre domaines pourraient gagner à travailler ensemble et à considérer que l’étude de ces quatre langues (plus l’indo-iranien et éventuellement le latin, car la richesse des langues romanes compense partiellement sa moins grande profondeur historique) forment un sous-domaine cohérent de la linguistique historique. Il faut démocratiser l’accès à la compréhension détaillée de l’histoire de ces langues cruciales, souvent engluées dans une tradition philologique peu abordable, et leur redonner la place centrale qu’elles méritent dans notre discipline.

Bibliographie
Sagart, Laurent. 1999. The roots of Old Chinese. Amsterdam: Benjamins.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La linguistique de la longue durée," Panchronica, 06/05/2015, https://panchr.hypotheses.org/242 (ISSN 2494-775X)