Archives par mot-clé : langue mixte

Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (3): Troubetskoï et l’indo-européen

Ce billet s’inscrit dans une série d’articles portant sur le livre Mais où sont passés les Indo-Européens ? de J.-P. Demoule sur ce blog (1, 2) et celui de Thomas Pellard (1, 2, 3 et 4).

Jean-Paul Demoule n’est pas le premier universitaire à mettre en doute l’existence d’une langue indo-européenne. Nikolaï S. Troubetskoï, linguiste principalement connu pour sa contribution fondamentale à la phonologie structuraliste (en particulier son ouvrage posthume Grundzüge der Phonologie), a aussi tenu une position similaire; il est d’ailleurs l’une des deux personnes auxquelles le livre est dédicacé (« à Vladimir Ivan-Pavlovitch pour des questions, à Nikolaï Sergueïevitch pour des réponses« ), et a manifestement été l’un des grands inspirateurs de J.-P. Demoule.

Troubetskoï est en effet l’auteur d’un article provocateur publié de façon posthume en 1939 intitulé Gedanken über das Indogermanenproblem, dont J.-P. Demoule cite une version antérieure parue en 1936 (pp.164-166), où l’on peut lire l’affirmation suivante (p. 82):

Es gibt also eigentlich gar keinen zwingenden Grund zur Annahme einer einheitlichen indogermanischen Ursprache, von der die einzelnen indogermanischen Sprachzweige abstammen würden. Ebenso gut denkbar ist, dass die Vorfahren der indogermanischen Sprachzweige ursprünglich einander unähnlich waren, sich aber durch ständigen Kontakt, gegenseitige Beeinflussung und Lehnverkehr allmählich einander bedeutend genahert haben, ohne jedoch jemals mit einander ganz identisch zu werden.

« Il n’existe en fait pas de raison contraignante d’accepter l’idée d’une proto-langue indo-européenne unifiée, de laquelle les branches indo-européennes individuelles proviendraient. Il est tout aussi imaginable que les prédécesseurs des branches indoeuropéennes étaient originellement distinctes, mais se sont rapprochées de façon significative progressivement par un contact constant, des influences réciproques et des emprunts, sans toutefois jamais devenir complètement identiques. »

Le plus étonnant dans cet article n’est pas tant le point de vue extrême cité ci-dessus, qui nie l’existence d’une langue proto-indo-européenne, mais de l’absence de réelle argumentation en faveur de cette hypothèse et de données présentées à son appui; il tente dans la suite de l’article de définir la famille indo-européenne sur la base de traits structuraux (comme la présence d’harmonie vocalique ou de marquage ergatif), essai infructueux comme l’a brillamment démontré Emile Benveniste dans son article La classification des langues (Problèmes de linguistique générale I, page 110), où il indique que le takelma, tel qu’il est décrit par Sapir, se conformait aux critères troubetskoïens de langue indo-européenne.

Il est manifeste que le point de vue de Troubetskoï n’a emporté l’adhésion d’aucun linguiste comparatisme. Par exemple, Ernst Pulgram (cité dans ce billet) dans un article pourtant polémique, mentionne en passant:

Let me first mention, and dispose of, the view (held by few, notably by Trubetzkoy, though perhaps only for a time and for the sake of argument) that there never was a Proto-Indo-European language, but that the similarity of the attested Indo-European idioms is due to progressive assimilation through constant and enduring contact with one another.

Néanmoins, l’opinion des spécialistes, si renommés et nombreux soient-ils, n’est pas un argument en soi contre le scénario historique esquissé par Troubetskoï. Le modèle troubetskoïen d’une convergence progressive entre langues originellement différentes, aussi iconoclaste soit-il, mérite d’être examiné de façon dépassionnée.

La première question qui doit être posée est si oui ou non des cas de langues mixtes, dont aussi bien le vocabulaire de base que l’ensemble de la morphologie (y compris les irrégularités) proviendraient de deux langues mères (ou plus). Ce point est assez contesté, mais il existe bien une poignée de langues, dont le michif (à propos duquel je recommande ce site), l’aléoute de Mednyj et le ma’a/mbugu, dont une partie significative du vocabulaire et base et la morphologie verbale proviennent de langues appartenant à deux langues de familles distinctes. Par exemple, l’essentiel des verbes et l’ensemble de la morphologie verbale du michif provient du cri des plaines et les noms et les adjectifs viennent du français canadien; toutefois, les verbes français « avoir » et « être » avec leur morphologie irrégulière ont été préservés et on trouve de la morphologie crise, en particulier l’obviatif –wa même sur les noms d’origine française.

Quand bien même on accepte la catégorie de « langue mixte », une observation s’impose: les cas de vraies langues mixtes sont non seulement très rares (entre 3 et 10 langues sur 6000), mais aussi tous très divergents les uns des autres (les lecteurs peuvent lire par eux-même l’article de Maarten Mous sur ma’a / mbugu plus haut pour voir à quel point il est « mixte » d’une façon très distincte du michif). Plutôt qu’à un type très minoritaire, on a affaire à des cas isolés et uniques, nés dans des circonstances sociales très spéciales et très différentes. Dans le cas du michif par exemple, cette langue provient d’une communauté de métis cri-français (avec aussi des personnes d’origine ojibwe, anglaise et écossaise) tous bilingues, qui ont volontairement créé une langue incompréhensible des monolingues français et des monolingues cris, et les locuteurs du michif n’ont jamais été monolingues dans cette langue.

De ce fait, il est complètement invraisemblable de suggérer que les ressemblances systématiques observées entre les langues indo-européennes anciennes, en particulier la présence de morphologie irrégulière commune, conformes aux correspondances phonétiques régulières observées dans le lexique, dans les noms et les verbes, pourrait s’expliquer par des modèles de type « michif » ou de type « ma’a ». Outre le fait qu’il est préférable en général de favoriser une hypothèse simple par rapport à une hypothèse complexe sans preuves contraignantes à supposer la seconde, si les ancêtres des branches de l’indo-européen provenaient effectivement de langues originellement mixtes, on devrait observer des ressemblances limitées à la morphologie ou à certaines parties du lexique (soit les verbes, soit les noms) et non réparties uniformément dans l’ensemble de la langue.

Troubetskoï propose donc un modèle pour expliquer les ressemblances entre langues qui exige de supposer une situation non observée parmi les langues actuelles (notons d’ailleurs qu’aucune des langues citées ci-dessus n’était décrite à l’époque où Troubetskoï écrivait). Il s’agit plus d’une vue de l’esprit à laquelle Troubetskoï ne croyait peut-être pas vraiment lui-même comme le suggère Pulgram, destinée à inciter un débat et une réflexion, plutôt que la réponse à une question controversée comme le comprend J.-P. Demoule.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (3): Troubetskoï et l’indo-européen," Panchronica, 17/03/2018, https://panchr.hypotheses.org/2185 (ISSN 2494-775X)