Archives par mot-clé : lakota

Note complémentaire à propos de l’omaha koⁿbthé « je désire »

Comme l’indique le CSD dans l’entrée sur le verbe « désirer », la première syllabe *kǫ- de ce verbe correspond au lakota kúŋ « désirer » et à la forme diminutive kúŋla. La seconde syllabe *-ra en revanche n’est pas cognate de -la en lakota (*-ra donnerait -ya dans cette langue).

Comment rendre compte plus précisément de l’étymologie de ce verbe? Dans le corpus de Dorsey, il s’emploie presque toujours (222 fois sur 235) avec le suffixe -goⁿ « comme », comme en (1): (l’étymologie de ce suffixe est discutée ici)

(1) wi-síthe ki, wi-tóⁿbe koⁿbthé-goⁿ
1>2-penser.à quand 1>2-1sg:voir désirer:1sg-comme
« Quand je pense à toi, j’ai envie de te voir. »

Or, le verbe « penser » (ebthé, ethé) s’emploie toujours en omaha (pas dans les autres langues dhegiha toutefois) aussi avec ce suffixe, au point que le manuel de conjugaison de Eschenberg et Saunsoci donner ethégoⁿ comme radical du verbe « penser ».
Comme je l’explique dans cet article, le verbe ebthé, ethé « penser » est étymologiquement un thème en *y-, ayant incorporé un élément démonstratif *e-, qui a été réanalysé comme un thème en *r- du fait de la confusion à la première personne des groupes *wy- et *wr- en bð-. Dans ce verbe la troisième personne ethé est refaite; on attendrait †ezhé si cette forme était phonétique.

Je pense maintenant que la seconde racine verbale de koⁿbthe, goⁿthe « désirer » doit en fait être la même que celle de ebthé, ethé, et qu’il faut donc reconstruire *kǫ=yA, 1sg *w-kǫ=w-yA en pre-proto-Dhegiha, cette racine subissant ensuite la même analogie que le verbe « penser » (sans quoi la 3sg devrait être †goⁿzhe), donnant la forme *kkǫ-wrA d’où dérivent les formes actuelles.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Note complémentaire à propos de l’omaha koⁿbthé « je désire »," Panchronica, 02/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1634 (ISSN 2494-775X)

Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha

Dans ce billet, j’aborde la questions des deux exceptions à la métathèse *pk- > *kp- proposées par J. Koontz: le nom « tortue » et le verbe « désirer ». Dans des billets ultérieurs, je discuterai du paradigme archaïque phú « je viens », škú « tu viens » et des paradigmes à lénition.

(1) « tortue »
Concernant le nom « tortue », le seul indice d’une reconstruction *pk- est la forme mandan pké. Il est en particulier manifeste que le lakota khé et l’omaha kké peuvent s’expliquer par une proto-forme *hke, car les pré-aspirées du proto-siouane de la vallée du Mississippi (pSVM) donnent des post-aspirées en lakota.

L’élément p- en mandan, comme l’indique le CSD, est un préfixe de classe *wi- réduit qui se retrouve dans beaucoup de noms d’animaux sous forme fossilisée (notamment dans lakota pté « bison », omaha tté). Le fait qu’il s’agisse d’un élément morphologique implique également qu’il est tout à fait possible de poser plusieurs proto-formes en proto-sioux, l’une préfixée *wi-hké d’où proviendrait le mandan, et l’autre non-préfixée qui aurait donné le pSVM.

L’étymon « tortue » n’est donc pas un contre-exemple à la loi de métathèse; d’autre part, notons qu’il serait surprenant que *pk- donne kh- en lakhota, car dans cette langue les autres groupes *Ck ne donnent pas des aspirées.

(2) le verbe « désirer »
Rappelons le paradigme de ce verbe en omaha:
1sg kką́bðe,
2sg šką́hne
3sg gą́ða

voici celui de l’osage (tiré de Quintero 2009):
1sg hkǫ́bra
2sg škǫ́šta
3sg kǫ́ða

Le proto-Dhegiha était (*A note la voyelle à Ablaut, sujet que je réserve pour une autre fois).
1sg *hkǫ́=brA
2sg *škǫ́=šrA
3sg *kǫ́=rA

Le second élément est un thème en *r-. comme le souligne Lameen Souag, les paradigmes en *r- sont plus clairs que ceux à occlusive pour montrer la nécessité de reconstruire un préfixe *w- à la 1sg. Je discute de ce paradigme, et de celui du thème en *y- qui s’est confondu avec lui, dans cet article.

Il y a à mon avis plusieurs façon de rendre compte de la forme de 1sg. Celle que propose Lameen Souag, à savoir un blocage de la règle de métathèse dans les verbes monosyllabiques en *ka-, n’est pas absolument impossible (même si, comme il le reconnait, elle semble peu motivée phonétiquement).

A mon avis, une autre possibilité est de prendre en compte qu’il s’agit d’un verbe à double indiciation (le seul, d’ailleurs, préservé dans ces langues). Mon expérience avec les langues kiranti et rgyalronguiques, où ce genre de phénomène est beaucoup plus courant, est que les indices personnels ont souvent des formes idiosyncratiques dans les verbes de ce type (je prépare un article sur cette question). La solution que j’envisagerais est la suivante.

(1) *w-kǫ=w-rA
(2) *pkǫ=brA (obstruentisation)
(3) *kkǫ=brA (dissimilation des deux groupes à labiale)

La règle (3) fait des prédictions concernant le reste du vocabulaire: on ne devrait pas trouver de mots reconstructibles du type pCVpCV (mis à part les mots rédupliqués, bien sûr). A ma connaissance (et j’ai vérifié dans le CSD), il n’y a pas de racine de ce type, mais au vu du faible nombre de racines reconstruite, cette absence pourrait être accidentelle. Précisons toutefois qu’il existe plusieurs règles de dissimilation labiale dans les langues siouanes, et que ce changement ne serait pas isolé.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha," Panchronica, 01/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1623 (ISSN 2494-775X)

Métathèse ou analogie

Avant de proposer de nouvelles idées pour rendre compte des données présentées dans ce billet précédent, il est tout d’abord nécessaire d’expliciter l’hypothèse de Koontz, qui n’est que rapidement esquissée dans son article.

Avant d’entrer dans les détails, notons tout d’abord, comme le dit Koontz, que les thèmes en *p- sont très nombreux en Dhegiha, car ce paradigme s’applique aux verbes pourvus du préfixe instrumental *pa- « en poussant » qui est très productif (voir Marsault 2016 p 120; originellement, probablement un verbe, mais j’aborderai cette question dans un billet ultérieur). S’il existe des préfixes en *k-, ceux-ci suivent une toute autre conjugaison (celle à lénition, voir Marsault 2016 p.80).

En lakota, les verbes à préfixe pa– n’ont pas d’alternance, comme le montre le paradigme du verbe pa-ská « pétrir (la pâte) »:

1sg wa-páska
2sg ya-páska
3sg paská

Rappelons le paradigme d’un verbe pourvu du préfixe ba- (de *pa-) en omaha:

« pousser dans »
1sg pásnu (ppásnu)
2sg shpásnu (špásnu)
3sg basnú (basnú)

Koontz suggère que le paradigme des verbes en *k- aurait prit sa 1sg au paradigme en *p- du fait de la plus grande fréquence de ce dernier, et qu’aucune métathèse n’aurait donc jamais eu lieu en Dhegiha. Autrement dit, à un stade plus ancien du Dhegiha (peut-être l’ancêtre commun au Dhegiha et au Lakhota), on avait pour les verbes à instrumental *pa- le paradigme:

1sg *ppa-
2sg *špa-
3sg *pa-

et pour les verbes en *k-:

1sg *kk-
2sg *šk-
3sg *k-

stade dont seul le verbe gą́ða « désirer » (1sg kką́bðe, 2sg šką́hne) garde une trace.

Ensuite, les formes de première personne en *kk- auraient tout simplement été remplacées par *pp- par analogie. Une telle hypothèse n’est pas absolument impossible, même si ce type de cas (la généralisation brutale d’une forme alternante d’un paradigme à un autre paradigme causant une alternance plus opaque que celle présente originellement) me semble très inhabituel. Il faudrait admettre que la première sg pp- a été réanalysée par fausse coupe comme étant un préfixe qui remplace la consonne initiale; autrement dit la règle synchronique d’alternance b- => pp- est réinterprétée comme (i) suppression du b- (ii) préfixation de pp-.

L’exemple le plus proche auquel je puisse penser est le cas, en Thulung, du suffixe de 1sg>3 -pu (voir ce travail d’Aimée Lahaussois, p14, qui apparemment résulte de la fausse coupe CVp-u > CV-pu des verbes en CVp-, généralisant ce -pu aux verbes à finale -k). Si les lecteurs de ce blog connaissent d’autres exemples comparables, je suis preneur.

Etant donné toutefois le fait que l’étymon *táppa mentionné dans le billet précédent offre une preuve indépendante de la métathèse *pk- > *kp-, l’hypothèse déjà fragile de Koontz devient intenable. Quelle alternative proposer pour expliquer le paradigme du verbe « désirer » et le nom « tortue », qui semblent soutenir l’hypothèse d’un changement *pk- > kk-? Nous discuterons de cette question dans un prochain billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Métathèse ou analogie," Panchronica, 30/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1578 (ISSN 2494-775X)

La métathèse *pk- > *kp- > pp- en Dhegiha

Parmi les langues siouanes, les langues Dhegiha (omaha, kansa, osage, quapaw) ont le système verbal le plus irrégulier; ces paradigmes, qui ont été presque intégralement régularisés dans les langues de l’ouest (crow, hidatsa, mandan) et considérablement simplifiés dans toutes les autres langues (à l’exception du hochank et du chiwere), sont riches en information sur la phonologie historique.

Dans ce billet, je discute du cas des verbes à consonne initiale venant de *k- (g- en omaha), comme par exemple le verbe « faire » (données tirées du livre « 500+ Verbs in Umoⁿhoⁿ (Omaha) »de Eschenberg et Saunsoci, dans l’orthographe d’usage et dans la transcription siouaniste; voir le mémoire de Julie Marsault, pp.202-3, pour les correspondances), qui présentent une alternance synchroniquement étrange entre pp- à la première personne et g- à la troisième:

1sg páxe (ppaxe)
2sg shkáxe (škaxe)
3sg gáxa (gáxa)

Les verbes à *p- (>b-)et *t- (>d-) initiaux ont des initiales pp- et tt- respectivement:

« pousser dans »
1sg pásnu (ppásnu)
2sg shpásnu (špásnu)
3sg basnú (basnú)

« voir »
1sg tóⁿbe (ttąbe)
2sg shtóⁿbe (štąbe)
3sg dóⁿba (dąba)

On explique le tt- à la 1sg des thèmes en *t- par l’idée qu’il provient d’un groupe *pt-, lui-même provenant d’une forme plus ancienne *w-t- avec obstruentisation du *w-en position préconsonantique; le *št- lui-même viendrait d’un plus ancien *y-t- obstruentisé.

La reconstruction d’un préfixe *w- à la première personne des verbes à occlusive en Dhegiha vient de l’idée qu’il s’agit de la forme réduite du préfixe wa- de première personne (paradigme actif) que l’on trouve toujours en Lakhota (en Dhegiha la 1sg des verbes réguliers actifs est a-, forme encore inexpliquée), d’où le nom de ‘paradigme à syncope’ employé en linguistique siouane pour les trois paradigmes ci-dessus et d’autres du même type (je reviendrai sur cette question dans un billet futur). Cette idée est confirmée par le fait que le Lakhota pt- correspond systématiquement à tt- en Dhegiha (par exemple, Lakhota pté ‘bison’, Omaha tté).

Pour les verbes en *p-, qui ont pp- à la 1sg, on peut admettre un changement du même type *w-p- > pp- et *y-p- > šp-. Pour les verbes en *k-, en revanche (à l’exception du verbe très particulier gą́ða « désirer », 1sg kką́bðe, 2sg šką́hne qui a une double indiciation du sujet), on a pp- à la première personne au lieu de kk- comme on l’attendrait. Si l’on accepte que la reconstruction *pt- > tt- pour les verbes en *t- est correcte, il est logique de supposer que pour les verbes en *k- du type de « faire », le paradigme était

*w-k- > *pk- > *kp- > pp-
*y-k- > *šk- > *šk- > šk-
*k- > *k- > *k- > g-

Le changement *kp- > pp- n’est pas problématique, car le Lakhota kp- correspond par ailleurs régulièrement à pp- en Dhegiha (L. kpázA « être sombre », O. ppáze « soir »).

A-t-on des preuves indépendantes en Dhegiha de la métathèse *pk- > *kp-? Malheureusement, la phonotactique du lakhota (qui préserve généralement mieux les groupes de consonne que les autres langues siouanes) ne permet pas de groupe †pk-.

Seul un exemple de *pk- à *kp- en Dhegiha est explicitement indiqué dans le CSD : l’étymon *tappa « être court », (doⁿppá en omaha, čáahpa en osage), qui comporte une racine *tap- suivie du suffixe *-ka (très productif en lakhota, voir le New Lakota Dictionary pour une description de ses fonctions); Notons au passage que cette étymologie présente des problèmes non expliqués, comme la nasalisation de la première voyelle en omaha.

La question de la métathèse *pk- > *kp- devient plus complexe lorsque l’on prend en compte la suggestion de John Koontz (1985), selon laquelle les formes verbales archaïques phú « I come », škú « you come », seraient les traces du paradigme à syncope en *k- — il les analyse comme les formes anciennes du verbe « revenir » (vertitif de ‘ú « venir »; les formes actuelles sont régulières, wa-kú, ya-kú).

Pour rendre compte de la 1sg phú, il faudrait admettre que ph- en lakota est le réflexe régulier de *pk-; notons que kp- ne peut pas être une étape intermédiaire de de *pk- à ph- (puisque le kp- ancien existe toujours en lakota).

Koontz note en plus que *pk- semble donner Dhegiha kk- et Lakhota kh- dans certains cas:

(i) Le nom *kké « tortue » (O. kké, L. khé), qui correspond à pké en mandan.

(ii) La forme omaha kką́bðe « je désire » (des formes identiques modulo les changements phonétiques existent dans toutes les langues Dhegiha), qui doit venir d’une protoforme du type *w-ką=w-re.

Comme seule la première page est visible sur le site de IJAL, voici une copie d’écran de la deuxième page de cet article:

koontz

Je suis d’accord avec Koontz avec l’idée que le verbe « venir » en Lakhota prouve que cette langue a connu autrefois des verbes à occlusive à syncope. En revanche, son idée, pour expliquer l’alternance entre vélaires et labiales, d’une analogie avec les thèmes en *p- me semble difficilement acceptable, et irréconciliable avec l’étymon « être court » mentionné ci-dessus. Je reviendrai sur cette question dans un billet ultérieur.

===================
Koontz, John 1985. A Syncopating Conjugation *k-Stem in Lakota. International Journal of American Linguistics, Vol. 51, No. 4, pp. 483-484.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La métathèse *pk- > *kp- > pp- en Dhegiha," Panchronica, 30/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1596 (ISSN 2494-775X)

bsam mno et bsam blo

On trouve en tibétain une forme bsam mno བསམ་མནོ་ ‘pensée’ de même sens que le composé plus courant bsam blo བསམ་བློ་ qui comporte le verbe « penser » à son radical passé et le nom blo ‘esprit’.

Que faire de la syllabe mno qui n’apparaît pas vraiment toute seule dans ce sens? Une relation avec nod ནོད་ / mnos མནོས་ ‘recevoir’, dont nous avons déjà parlé dans ce billet, quoique concevable, ne semble pas évidente. Serait-il possible que mno soit la forme nasalisée de blo sous l’effet de la coda -m de bsam བསམ་ ?

Le problème avec une telle hypothèse est que l’on ne s’attendrait pas à une nasalisation complète du groupe de consonne (qui rappelle le lakhota blé ‘je vais’, mni kte lo ‘j’irai’, même si en sioux la nasalisation a lieu dans l’autre sens). En effet, d’après les lois phonétiques connues du tibétain (voir cet article et ceux qu’il cite), le proto-tibétain *ml- donne md- et non pas mn-.

D’un autre côté, (1) il ne doit pas s’agir d’un composé pré-impérial (il est probablement né de la langue de traduction du sanskrit, encore qu’il faudrait le démontrer par la philologie) et (2) on peut concevoir l’existence d’une loi phonétique dialectale n’affectant que les seconds membres de composés. Pour confirmer cette hypothèse, il faudrait trouver d’autres cas similaires de nasalisation inattendue, mais une recherche rapide dans la version électronique du grand dictionnaire tibétain des mots disyllabiques à codas nasales suivi d’une syllabe à initiale nasale (en regex \w*[m|ng|n] [n|m]) n’a pas révélé de candidats potentiels.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "bsam mno et bsam blo," Panchronica, 29/05/2016, https://panchr.hypotheses.org/1321 (ISSN 2494-775X)

Les verbes à radical discontinu en sioux

L’existence de radicaux discontinus est un trait bien connu des langues sioux (voir par exemple cet article). On trouve dans les langues sioux de la vallée du Mississippi (Lakhota-Nakoda, Hochank/Chiwere, Dhegiha) une grande proportion de verbes où les préfixes d’indexation personnelle sont insérés à l’intérieur du radical, comme par exemple en Lakhota wot’é ‘tuer en jetant un projectile’ est à la première personne du singular wowát’e ‘je l’ai tué en jetant un projectile’ avec le préfixe wa-. L’origine de cette discontinuité est toutefois assez triviale: les radicaux en question sont quasiment tous historiquement bipartite, avec pour premier élément un préfixe locatif ou « instrumental », ici wo- « avec un impact à distance » avec le verbe t’é ‘mourir’ (noter au passage l’effet causativisateur du préfixe instrumental, aussi bien connu).

Néanmoins, on trouve des cas où l’origine de la discontinuité des radicaux n’est pas aussi évidente. Je traiterai dans le billet d’aujourd’hui d’un seul exemple, le verbe ‘entendre’, en lakota naȟ’úŋeten omaha na’óⁿ. Ce verbe est discontinu en lakota nawáȟ’uŋ ‘j’entends’ mais pas en omaha aná’oⁿ (NB: le préfixe de 1sg est a- en omaha et wa- en lakota; voir le mémoire de M1 de Julie Marsault pour une présentation des paradigmes verbaux de l’omaha).

L’étymologie de ce verbe est complètement opaque synchroniquement, et le premier élément na- n’a rien à voir avec l’instrument na- ‘avec le pied’. Comme l’indique le Comparative Siouan Dictionary, le radical de ce verbe doit être découpé en *rãx- ‘oreille’ et *ʔũ ‘utiliser’. Si en lakota ‘úŋ « utiliser » existe toujours, il n’en est pas de même de la première partie de ce radical, qui n’est préservée que dans ce mot. Or, il est intéressant de remarquer que le lieu de placement de la marque de personne, na_ȟ’úŋ, ne correspond pas à l’étymologie (on se serait attendu à des formes telles que †naȟwáuŋ si l’insertion du préfixe était conforme à l’étymologie). Il semble donc que la pression analogique avec les verbes à instrumental en na- ‘avec le pied’ comme nat’é ‘tuer en écrasant du pied/ en donnant des coups de pied’, dont la première personne du singulier est nawáte, a servi de modèle à la conjugaison de ce verbe, qui a été refaite sous une forme contraire à celle attendue étant donnée son étymologie. Cet exemple montre que malgré les apparences, l’histoire des verbes à radical discontinu est plus compliquée qu’on ne pourrait le penser au premier abord. Je reviendrai sur cette question dans un autre billet.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les verbes à radical discontinu en sioux," Panchronica, 06/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/777 (ISSN 2494-775X)

Les longs couteaux

L’ojibwe, le lakhota et peut-être d’autres langues d’Amérique du nord partagent une expression commune pour désigner les européens, bahuvrîhi- `les longs couteaux’, ce qui en dit long sur la nature des rapports entre colons et amérindiens. Selon le New Lakota Dictionary, cela fait référence aux sabres de la cavalerie américaine.

En lakhota la forme est míla háŋska; mi- est un morphème dépendant signifiant `couteau’, et -la le diminutif.

En ojibwe, la forme est gichi-mookomaan, avec le préfixe gichi- `grand’ qui peut s’adjoindre aussi bien aux noms qu’aux verbes (on l’a dans gichi-manidoo `le grand manitou’). mookomaan est un nom inanimé (pluriel mookomaanan), mais gichi-mookomaan est animé et forme son pluriel comme gichi-mookomaanag. On trouve aussi un verbe dénominal gichi-mookomaani-ayaa `être un Européen’ comme dans cet exemple, tiré des mémoires de Maude Kegg (1991: 142), ouvrage que je recommande à ceux qui veulent s’initier à cette langue. Ce verbe composé (avec ayaa- `être’) apparaît ici avec le suffixe de troisième personne pluriel -wag de la conjugaison intransitive animée de l’ordre indépendant.

(1) Gaawiin ogikendanziinaawaa gegoo go aapiji anishinaabe-izhichigewin. Gegaa go gichi-mookomaani-ayaawag.
They don’t know anything much about the Indian way. They are almost white people.

Notons que les Français ont le privilège d’avoir un nom distinct en lakota et en ojibwe. En lakota, nous sommes appelés wašíču ikčéka `européens ordinaires’ (ont dit háŋpa ikčéka pour moccasin, háŋpa pour chaussure en général en lakota moderne): au dix-neuvième siècle, avant l’arrivée massive de colons américains, les européens que rencontraient les sioux étaient essentiellement des trappeurs français.

En ojibwe, ont dit wemitigoozhi pour `Français’; l’étymologie de ce mot n’est pas évidente, apparemment Ives Goddard a écrit à ce sujet.

Références

Kegg, Maude and John Nichols. 1991. Portage Lake: Memories of an Ojibwe Childhood. University of Alberta Press.
Ullrich, Jan. 2008. New Lakota Dictionary. Bloomington: Lakota Language Consortium.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les longs couteaux," Panchronica, 23/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/679 (ISSN 2494-775X)

Comparative Siouan Dictionary

Le Comparative Siouan Dictionary, oeuvre collective monumentale, est désormais publié sur internet:

http://csd.clld.org/

Ce dictionnaire était accessible sous forme d’un fichier PDF distribué aux chercheurs intéressés depuis de nombreuses années, et nous nous en étions notamment servi lors de la rédaction de notre article sur la nasalité avec Alexis Michaud et Bob Rankin (lui même rédacteur principal du CSD).

Cette version représente un effort considérable pour systématiser les notes et les transcriptions — même s’il reste quelques scories, c’est inévitable pour un travail de cette ampleur. Depuis le décès de Bob Rankin l’année dernière, j’étais inquiet que ce travail ne tombe dans l’oubli, mais le voici sous une forme finalisée et complètement citable, ce qui va permettre aux études sur la linguistique historique des langues sioux d’aller de l’avant.

Un Wanderwort dans les langues kalapouyennes?

Les langues kalapouyennes, famille disparue de l’Orégon, font partie des moins bien documentées de l’Amérique du nord, et sont connues essentiellement par les données de terrain de Gatschet, de Frachtenberg et de Melville Jacobs (voir Banks 2007 pour ce qui s’approche le plus d’une description utilisable d’une des langues de ce groupe, le santiam).

En lisant Berman (1990:54 — je peux fournir cette référence aux lecteurs de ce blog intéressés), j’ai été frappé par le mot pour ‘pomme de terre’, en santiam pdoʔ (et ses cognats en yonkalla gampduʔ, et en tualatin mampdu) qui ressemblent fortement à l’étymon sioux pour ‘pomme de terre’ (bló, en lakhota et bdó en Yankton et en Sisseton, voir Ullrich 2008 et sa version en ligne). La distance géographique entre les langues sioux et l’Orégon est assez considérable, mais cette ressemblance est-elle le seul fruit du hasard? Pour confirmer cette idée, il faudrait trouver des traces de ce Wanderwort potentiel ailleurs.

Banks, Jonathan. 2007. The Verbal Morphology of Santiam Kalapuya. Northwest Journal of Linguistics 1. 1-98.
Berman, Howard. 1990. An outline of Kalapuya historical phonology. International Journal of American Linguistics 56. 27-59.
Ullrich, Jan. 2008. New Lakota dictionary. Bloomington: Lakota Language Consortium.
Zenk, Henry. 2006. The Kalapuyan Presence in Oregon’s Geographic Names

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un Wanderwort dans les langues kalapouyennes?," Panchronica, 19/05/2015, https://panchr.hypotheses.org/296 (ISSN 2494-775X)