Archives par mot-clé : khaling

Le dénominal -t en khaling

Dans ce billet, j’avais proposé d’étymologiser cet étymon pour « riz » proposé par L. Sagart par le verbe khaling अ्वाम्न्य |ʔomt| « mûrir ».
En rediscutant du sens de ce verbe avec Dhana Rai lors de son dernier passage à Paris, je me suis rendu compte qu’une étymologie interne au khaling s’impose: le sens de « mûrir » dérive en fait de celui de « jaunir », et ce verbe est dénominal de l’adjectif अ्योअ्यो:म् ʔɵʔɵ̂m « jaune », une forme rédupliquée contenant le nominalisateur -m (venant probablement du nom « homme »). La racine verbale |ʔomt| peut donc s’analyser comme composé de |ʔo-|, la racine à proprement parler, de |-m| et du dénominal |-t|. C’est la preuve que le suffixe dénominal -t (voir §3.6 dans cet article) était toujours productif même après la grammaticalisation de -m.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le dénominal -t en khaling," Panchronica, 03/11/2018, https://panchr.hypotheses.org/2759 (ISSN 2494-775X)

Le comitatif du Lhokpu et le réciproque du Dhimal

Dans la revue Cahiers de linguistique — Asie Orientale que je co-dirige avec Thomas Pellard (et dont les anciens numéros sont accessibles ici) vient de paraître un article riche et bien documenté de Selin Grollmann and Pascal Gerber, Linguistic evidence for a closer relationship between Lhokpu and Dhimal Including some remarks on the Dhimalish subgroup, qui explore la question de la classification du Lhokpu et du Dhimal au sein de la famille trans-himalayenne.

Ce travail pionnier propose un nombre considérable de comparaisons lexicales et morphologiques et de lois phonétiques potentielles. Comme j’espère que cet article sera lu et commenté, je me propose ici de discuter d’un point précis qui mérite davantage de discussion.

Les auteurs rapprochent dans cet article le comitatif –su du Lhokpu avec le collectif-réciproque –su du Dhimal, une comparaison non-triviale:

The comitative case marker -su in Lhokpu finds a cognate in the collective-reciprocal marker -su in Dhimal verbal morphology. The Dhimal marker codes a collective action of a third person non-singular subject. The semantics of the Lhokpu comitative case -su coding a collective action may conceivably be relatable to the meaning of Dhimal -su which codes collective-reciprocal action. The plausibility of this cognacy is enhanced by the fact that the Lhokpu comitative -su is also marginally used as a verbal reciprocal marker.

Il me semble qu’une interprétation alternative, à laquelle je n’ai pas pensé lorsque l’article était en cours de révision, est possible. Le collectif-réciproque du dhimal me semble un bon candidat à une comparaison avec le suffixe de réfléchi-moyen que l’on trouve dans de nombreuses langues trans-himalayennes, en particulier le kiranti (par exemple le khalingsi), le tani et même sans doute le chinois et le tibétain. Selon cette analyse, l’emploi de –su en Lhokpu comme suffixe de réciproque pourrait toujours se comparer au suffixe du Dhimal, mais en revanche être sans rapport avec son usage comme comitatif.

Le comitatif du Lhokpu, quant à lui, pourrait être plutôt comparé avec le duel du kiranti (khaling –su), qui tout comme le pluriel a des usages associatifs et pourrait avoir été réinterprété comme un comitatif.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le comitatif du Lhokpu et le réciproque du Dhimal," Panchronica, 12/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2613 (ISSN 2494-775X)

A propos de la reconstruction de 好 en chinois archaïque

Dans un certain nombre de textes de l’époque des Royaumes combattants, en particulier excavés dans des sites provenant de l’ancien royaume de Chu, le caractère 好, qui sert à écrire l’adjectif xawX « bon » et le verbe tropatif dérivé xawH « aimer », est écrit comme 丑+子, comme on peut le voir ici et par exemple dans cet extrait de la thèse de Li Songru (p 230):

Malgré des tentatives absurdes d’analyser [丑子] comme un idéogramme composé (会意 huìyì), l’hypothèse la plus probable est que 丑 soit ici un élément phonétique. La série phonétique de 丑 (GSR 1076, Schuessler 13-50) est clairement une série nasale, comme le montrent des mots comme 纽 ɳjuwX ← *nruʔ, contenant aussi 羞 sjuw ← *snu et bien sûr 丑 ʈʰjuwX ← *hnruʔ.

Or, l’une des origines du chinois moyen x– est *hn-, selon Baxter et Sagart (2014:112-113) dans les dialectes occidentaux du chinois archaïque (le traitement habituel de *hn- est-). Il serait donc possible de reconstruire 好 comme *hnˁuʔ(-s). Ce n’est d’ailleurs pas une idée nouvelle: Baxter lui-même la proposait en 2005 dans une présentation orale. Elle a toutefois été abandonnée sans même être mentionnée dans la nouvelle reconstruction de Baxter et Sagart (2014:59, 102-103;246), qui préfèrent maintenant reconstruire une uvulaire *qʰˁuʔ sur la base de rapprochements avec les séries de 休 xjuw et 畜 ʈʰjuwk/xjuwk. Le STEDT compare leur reconstruction avec diverses formes dans des langues très distantes qui ne sont probablement pas apparentées les unes aux autres.

Indépendamment des considérations internes au chinois, une raison de préférer la reconstruction *hnˁuʔ est qu’elle rend possible une comparaison avec l’étymon proto-kiranti « bon » *ʔnu reflété notamment par le Khaling |nu| न्युन्य. La nasale préglottalisée du kiranti qu’indique le wambule ɗu pourrait correspondre à la nasale sourde du chinois (il est bien connu que le thai confond en *hn- les *hn- et *ʔn- distingués par le sui, par exemple).

Références
(Je remercie Wolfgang Behr pour son aide avec les références utilisées dans ce billet).
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Jacques, Guillaume. 2017. A reconstruction of Proto-Kiranti verb roots. Folia Linguistica Historica 38. 177–215.
Li Songru 李松儒 2012 《战国简帛字迹研究——以上博简为中心》 thèse de doctorat de l’université du Jilin, publiée ensuite en 2015 à 上海古籍出版社

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "A propos de la reconstruction de 好 en chinois archaïque," Panchronica, 05/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2534 (ISSN 2494-775X)

L’un des noms du riz en ST

Laurent Sagart propose dans ce billet un étymon pour le riz domestiqué commun au sal, au dulong, au tani et au chepang (la forme dulong par exemple est am55). Cet nouvel étymon, qui semble se conformer à ce qui est connu des lois phonétiques et qui est présent dans des langues non contiguës géographiquement, est un bon candidat pour être un mot hérité de l’ancêtre commun de tous ces groupes.

La forme am55 rappelle le verb Khaling |ʔomt| « mûrir », qui peut s’employer à propos de céréales (voir ce dictionnaire, où nous l’avons traduit « ripen (of grains) »). Le -t se trouve dans un certain nombre de verbes déponents, dont certains impersonnels, une particularité partagée avec d’autres langues kiranties (voir cet article), et le o du khaling vient en partie d’une voyelle que je reconstruis *ɑ en proto-kiranti (voir ici) et ce verbe implique donc une racine verbale proto-kirantie *ʔɑm « mûrir » (dont il reste à trouver des cognats ailleurs en kiranti). Il est concevable qu’un terme désignant une céréale ait pu avoir été dérivé de cette racine, et je propose donc que l’étymon pour « riz » ci-dessus est une forme nominalisée de cette racine verbale. Si cette idée est valide, on devrait trouver des traces de cette racine verbale dans d’autres langues, y compris hors du kiranti.

PS: J’abandonne cette étymologie (2018-11-03, voir ce billet)

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’un des noms du riz en ST," Panchronica, 16/05/2018, https://panchr.hypotheses.org/2245 (ISSN 2494-775X)

Dictionnaires android du japhug et du khaling

Les versions android des dictionnaires du japhug et du khaling, générés par un programme développé par Rémy Bonnet dans le cadre de l’axe 6 du Labex EFL, sont déjà disponibles depuis un certain temps sur google store. Le dictionnaire khaling est très lourd, car il contient tous les fichiers son; pour celui du japhug, comme le total des fichiers sons, même dégradés, dépassait 100 mo, ils ne sont pas inclus dans l’application, et ne peuvent être écoutés qu’avec une connexion internet. Il s’agit encore de versions β, et les suggestions de corrections et d’améliorations, aussi bien du point de vue technique que du contenu, sont les bienvenus.

Les paradigmes négatifs en khaling

Dans mes publications précédentes sur le khaling (en particulier celle-ci et celle-là), les paradigmes négatifs n’avaient pas été inclus, car leur formation est pour l’essentiel assez prédictible: ils prennent un préfixe mu- (aux formes finies sans préfixe de seconde personne / inverse ʔi-, y compris l’impératif) ou mʌ- (aux formes ayant un préfixe ʔi- au positif et aux formes infinitive et participiales) et au passé, le suffixe -t- du passé est remplacé par le -w- de l’irréel (voir p 1102 de Jacques et al. 2012; comme je l’indique dans cet article, ce -w- est apparenté au verbe « être » du limbou).

En travaillant avec Benoît Sagot sur l’analyseur morphologique du khaling, je me suis rendu compte que les règles ci-dessus n’étaient pas suffisantes pour certaines formes. En effet, dans les cas des verbes à syllabe ouvertes, on a au passé des formes -tnu -त्नु au lieu de -tɛnu -त्यनु à l’intransitif 2pl et 3pl, comme l’illustre le paradigme suivant du passé (tirés de Jacques et al 2012:1124) de |je| ‘venir’ (vers le bas):

1sg jeŋʌtʌ
1di jêjti
1de jêjtu
1pi jektiki
1pe jektʌkʌ
2sg ʔijā:tɛ
2du ʔijêjti
2pl ʔijā:tnu
3sg jā:tɛ
3du jêjti
3pl jā:tnu

Les formes analogiques jā:tɛnu et ʔijā:tɛnu pour les 3pl et 2pl sont toutefois utilisées par certains locuteurs.

Si le négatif des formes autres que 2pl et 3pl peuvent se former selon la procédure indiquée ci-dessus, les 2pl et 3pl sont plus problématiques, puisque la forme attendue †jā:wnu contreviendrait à la phonotactique du khaling. Je n’avais pas noté cette forme dans mes cahiers de terrain, mais elle est heureusement attestée à plusieurs reprises dans cette histoire (enregistrée, transcrite et traduite par Aimée Lahaussois), qui a mujânwɛ मुया:न्‍व्य « ils ne sont pas descendus » (noté mujaːnwɛ, S77, S79, S83 etc). Notons que le conteur de cette histoire fait partie des gens qui disent jā:tɛnu pour la 3pl (et qui pourtant n’a pas formé un négatif †jā:wɛnu!).

La forme mujânwɛ est intéressante, car le ton tombant vient de la chute d’une voyelle haute, ici de toute évidence *u, donc d’un plus ancien *mu-jā:-nu-wɛ, autrement dit, d’une forme où le suffixe de pluriel –nu se positionnait avant le –; on a déjà observé de tels changements dans l’ordre des suffixes (notamment dans le paradigme des verbes réfléchis), et ils sont tout à fait attendus était donné l’origine des verbes bipartites en kiranti.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les paradigmes négatifs en khaling," Panchronica, 09/10/2017, https://panchr.hypotheses.org/1975 (ISSN 2494-775X)

Une trace des groupes de consonnes en kulung?

Le kulung fait partie des langues kiranties qui ont perdu les groupes initiaux; citons ainsi les paires suivantes (données de Tolsma 2006 et khaling de ce dictionnaire). Notons que comme le montre Boyd Michailovsky, les voisées *b, *d *g du proto-kiranti correspondent à des voisées en khaling et à des sourdes en kulung, et que les *p et *t du proto-kiranti correspondent à des voisées en kulung (Starostin et Opgenort posent une série additionnelle d’occlusive, maise c’est selon moi une erreur, voir cet article.

kumma |kup| « brood » :: Khaling |glumt|
khəmma |khəp| « cover, put the lid on » :: Khaling |khropt|
khumma |khum| « bury » :: Khaling |khlum|
phamma |phap| « bend over, fold » :: Khaling |phlɛpt|
puima |put| « boil » :: Khaling |bhlitt|
etc..

Or, on trouve deux verbes ayant s- en kulung correspondant à kr- en khaling, tous deux devant i:

simma |sip| « cut (moving the object towards the knife), cut one’s hand, saw » :: khaling |kript| « cut » (avec des exemples comme ʔʌ̄msu-ʔɛ ʔarasʌ̄ŋ krʌptɛsu. « They sawed the wood. »)
simma |sip| « close the eyes » :: khaling |krim| « close the eyes » (la correspondance de consonne finale n’est pas isolée).

Je n’ai pas d’autre exemple pour le moment, mais il semble vraisemblable de supposer, sur la base de ces exemples qui sont sémantiquement convaincants, un changement *kr- > s- /_i. Ainsi, même si le kulung a perdu les groupes de consonnes, ceux-ci n’auraient pas toujours disparu impunément.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace des groupes de consonnes en kulung?," Panchronica, 26/05/2017, https://panchr.hypotheses.org/1778 (ISSN 2494-775X)

Un emprunt kulung en khaling?

Dans un billet écrit l’année dernière, j’avais déjà mentionné le problème des emprunts entre langues kiranties. Je suis en ce moment en train de travailler sur la phonologie/morphologie historique du kulung, et je remarque que le mot kawa ‘eau’ rappelle le khaling कव kʌwʌ ‘rivière’. Notons que le mot khaling est anormal. Une proto-forme kirantie *kawa devrait donner en khaling †kɛ̂: avec chute du -w- intervocalique, tout comme *ŋgrawa > घ्र्या: ghrɛ̂: « crabe »(voir cet article).

Il est donc très vraisemblable que le khaling कव kʌwʌ soit un emprunt au kulung. Le mot kulung lui-même est peut-être cognat du khaling कु ku « eau », mais cette forme est encore non-expliquée (*ku devrait donner †kʉ), et la correspondance des voyelles n’est pas comprise.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un emprunt kulung en khaling?," Panchronica, 19/05/2017, https://panchr.hypotheses.org/1771 (ISSN 2494-775X)

Un étymon kiranti-kuki-chin

En étudiant le proto-kuki-chin, j’ai trouvé le verbe suivant du Hakha Lai tûm-I, tǔm-II ‘beat a drum, play music’ qui remonte à un étymon reconstructible en proto-kuki-chin. Ce verbe rappelle le khaling |tup| त:म्न्य « play music, beat metal », qui se retrouve en proto-kiranti (voir tableau 5 de cet article). Le sens primaire semble être celui de « frapper le métal », d’où dérive ensuite celui de jouer d’un instrument (pas exclusivement à percussion).

On trouve dans certaines langues naga un étymon potentiellement apparenté, voir cette entrée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un étymon kiranti-kuki-chin," Panchronica, 16/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1752 (ISSN 2494-775X)

L’étymologie de ginseng

La deuxième syllabe du chinois 人參 rénshēn « ginseng » remonte au chinois moyen ʂim, qui lui-même vient d’une forme *srəm en chinois archaïque. Dans cet article, j’ai proposé une étymologie comparant ce nom au japhug tɤ-zrɤm « racine » (proto-rgyalrong *srɐm) et au khaling स्याम् sɛ̄m « racine » ( *s dès le proto-kiranti).

Ce mot, que je croyais restreint jusqu’ici au chinois, au kiranti et au rgyalronguique, se trouve en fait aussi en kuki-chin, comme en hakha lai où l’on a hram « racine », selon le dictionnaire de Van Bik. Malgré son absence du Stedt, la présence de cet étymon en kuki-chin renforce l’hypothèse d’une origine proto-sino-tibétaine pour ce mot. Il est concevable d’ailleurs que le tibétain གཤམ་ gɕam « le bas » reflète le même étymon, le g- étant la trace du préfixe de possession indéfini (le tɤ- du japhug), qui subi la loi de Saskya Pandita (*t- > g- devant coronale), et le ɕ- représente le traitement de *sr- observé dans ཤིག་ ɕig « pou » (japhug zrɯɣ)

La différence avec les formes concurrentes, notamment celle qui donne le chinois 本 n’est pas encore claire. Notons que la second edonne des sens comme « tronc », voir « arbre » en bodo-garo (garo bol). Il est possible que le mot donnant chinois 本/garo bol désignait les racines d’arbre ou la souche, tandis que celui qui a donné tɤ-zrɤm/hram/參 désignait les racines de plantes plus petites.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de ginseng," Panchronica, 12/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1719 (ISSN 2494-775X)

D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?

Les lois phonétiques du khaling présentées dans cet article montrent que les *a du pré-khaling ne restent a que lorsque suivies de vélaires, et deviennent ɛ en syllabe ouverte et suivies des codas labiales et dentales. Toutefois, on trouve un nombre non-négligeable de noms en -ap et en -am. Quelle peut-être donc leur origine?

L’étymon khaling dhâm धाःम् « ciel » offre peut-être la solution. Son cognat thulung est dha:mu (les données thulung viennent d’Aimée Lahaussois). La correspondance entre le ton tombant et le -u final perdu de la seconde syllabe est attendue (voir cet article). Le limbou a quant à lui taŋsaŋba « ciel » (données limbou tirées de ce dictionnaire). Je proposerais donc une reconstruction *daŋ en proto-kiranti, avec une proto-forme intermédiaire *daŋmu dans l’ancêtre commun au thulung et au khaling; la seconde syllabe pourrait être cognate de l’étymon reflété par le japhug tɯ-mɯ « ciel, pluie », qui a des cognats répandus); le limbou aurait de son côté formé un composé différent (notons que le changement *d- > t- est parfaitement régulier en limbou, voir cet article parmi d’autres).

En khaling, le *-ŋ a dû disparaître tardivement, après le passage de *a > ɛ et probablement avant la chute des voyelles hautes finales:

*daŋmu > *da:mu > dʰâm

En thulung, le -N a chuté avec allongement compensatoire de la voyelle précédente, sans modifier le timbre de la voyelle.

La reconstruction proposée ici diffère fondammentalement de celle de Starostin, qui n’a pas pris en compte le mot limbou.

La même règle s’observe dans le nom khaling ʔā:p आप् « pin », qui correspond au limbou aːŋ « pin », et aussi peut-être khaling -tā:p -ताप् « soi-même » que l’on pourrait comparer au limbou thaŋbɛn « young man »(d’un pré-khaling *taŋbi ?). Notons que cette idée a le mérite additionnel d’expliquer pourquoi les noms « pin » et « soi-même » ont une voyelle longue en khaling au ton plat suivie d’une occlusive finale (normalement ce type de syllabe n’est pas possible dans cette langue).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?," Panchronica, 23/02/2017, https://panchr.hypotheses.org/1684 (ISSN 2494-775X)

La racine sino-tibétaine « traverser »

En lisant cet article qui parle entre autres du verbe 越 hjwot < *ɢwat "traverser" en chinois et de ses dérivés, je me suis rappelé du verbe khaling |wett| « cross over a ridge » (voir aussi ce lien au cas où l’autre ne fonctionnerait plus).

Cette comparaison fonctionne du point du vue du sens (on dit communément en chinois 翻山越岭, bien qu’il faudrait revérifier l’antiquité de cette collocation). La comparaison phonétique est aussi presque parfaite, mais mérite quelques commentaires.

Tout d’abord, la correspondance du chinois *a au khaling *e n’est pas surprenante. Dans cet article sur le proto-kiranti, je postule au §6.2.4, Table 19, un changement de *a > *ɛ (> e en khaling) dans les rimes fermées en *-t et *-l. Ce verbe est un exemple de plus qui confirme cette correspondance.

Ensuite, la correspondance de la consonne initiale que Baxter et Sagart reconstruisent *ɢw- et que d’autres systèmes reconstruisent comme *w- au proto-kiranti *w- (khaling w-) est attestée par d’autres exemples, en particulier le Limbu |wa| ‘be, exist’ et le chinois 有 *ɢwəʔ.

La double consonne finale -tt est une question d’ordre morphologique (voir cet article); elle mérite un examen plus détaillé, mais qui requiert la recherche de cognats de la racine khaling |wett| dans d’autres langues kiranti.

La comparaison avec le tibétain སྐྱོད་ skʲod, un verbe qui signifie « agiter (par exemple, un drapeau) » ou « aller » est quant à elle en fait assez douteuse. Le /o/ du tibétain peut sans doute provenir d’un plus ancien *wa (c’est la loi de Laufer, à propose de laquelle voir cet article, celui-ci et celui-là (Tableau 11)), mais un ancien *s-wat devrait donner †sod; difficile d’accepter une comparaison qui pose de tels problèmes sémantiques et phonétiques sans exemples additionnels d’une telle correspondance.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La racine sino-tibétaine « traverser »," Panchronica, 11/02/2017, https://panchr.hypotheses.org/1676 (ISSN 2494-775X)

Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey

Le khaling |keŋ| केऽन्य ‘refroidir’, qui s’emploie en particulier à propos de la nourriture (jûː kêŋtɛ यु: के:ङ्त्य ‘le repas a refroidi’) pourrait être apparenté au tibétain ɴkʰeŋ འཁེང་ ‘se solidifier après avoir refroidi, geler’ (à ne pas confondre avec le verbe kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’, dont on a parlé dans ce billet).

Cette comparaison soulève néanmoins un problème: d’après la loi de Dempsey, les *-eŋ du pré-tibétain deviennent -iŋ, et par conséquent tous les -eŋ du tibétain sont secondaires: soit des emprunts, soit des formes analogiques. l’explication analogique, qui fonctionne pour les verbes transitifs traités par Hill (2014) et pour kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’ (où l’on pourrait argumenter d’une analogie avec une forme comme kʰebs), n’est en revanche pas possible pour ce verbe. Pourrait-il s’agir d’un mot dialectal emprunté à une variété n’ayant pas subi la loi de Dempsey (il faut signaler que ce mot n’est pas très courant)?

Références
Dempsey, Jakob (2003). Analysis of Rime-Groups in Northern-Burmish. Linguistics of the Tibeto-Burman Area 26.1: 63-124.
Hill, Nathan W. (2014). Some Tibetan verb forms that violate Dempsey’s law, Revue d’Etudes Tibétaines 29. pp. 91-101.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey," Panchronica, 01/06/2016, https://panchr.hypotheses.org/1332 (ISSN 2494-775X)

Un étymon utile pour la paléontologie linguistique

En lisant ce matin un article sur une langue lolo-birmane, je suis tombé sur le mot « banane » (citons simplement le birman hŋak), qui m’a rappelé le khaling leŋaksi लेङाक्सी ‘banane’ (-si ici est un suffixe signifiant « fruit »). En fait, le STEDT a déjà noté cette étymologie: l’étymon « banane » se retrouve dans quasiment toutes les branches primaires de la famille, y compris birmo-gyalronguique, tani et kiranti (mais pas en chinois apparemment).

Etant donné le caractère tropical de cette plante, il pourrait s’agir d’un mot utile pour la paléontologie linguistique, si l’on parvient à exclure la possibilité d’un mot voyageur diffusé dans toutes les langues. Il est trop tôt pour décider de cette question, mais notons déjà qu’en khaling, une forme dissyllabique *ŋaksi dans l’ancêtre commun au khaling et au doumi devrait donner †ŋas en khaling d’après les lois phonétiques décrites dans cet article. Il est donc assez probable qu’il s’agisse en khaling d’un emprunt récent à une autre langue kirantie (ce qui n’empêche pas toutefois qu’il soit d’un mot très ancien en kiranti).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un étymon utile pour la paléontologie linguistique," Panchronica, 15/05/2016, https://panchr.hypotheses.org/1282 (ISSN 2494-775X)

Un corpus inattendu

Le plus grand obstacle à la description et l’étude historique et typologique des langues kiranties et gyalronguiques (et de la majorité des langues du monde, d’ailleurs) est la taille limitée des corpus de textes disponibles. A ce titre, tous les corpus de textes de taille respectable, même incongrus, méritent d’être utilisés.

Etant donné les ressources financières de certains groupes évangélistes américains, il n’est pas surprenant que pour un certain nombre de langues mal dotées, les seuls matériaux disponibles en ligne soient ceux créés par des missionnaires.

Une ressource inattendue, dont j’ai découvert l’existence grâce à ce billet de Yvonne Treis, est le Jesus film, un film sur la vie de Yēšūăʕ bēn Yôsēp̄ (ישוע בן יוסף) de 128 minutes, apparemment traduit dans près de 1000 langues. Dans la liste on ne trouve aucune langue gyalronguique, mais il est traduit dans plusieurs langues kiranties: en limbou, en bantawa, en lohorung et en chamling. En l’absence de sous-titre, ces documents ne sont pas utilisables tels quels sans un certain travail, mais pourraient contenir des données utiles. Par comparaison, le corpus limbou sur Pangloss fait en tout 95 minutes environ.

Pour le khaling, il n’y a apparemment pas de « Jesus film », mais on trouve en revanche quelques documents du même genre sur Youtube. Même si les histoires traditionnelles sont sans le moindre doute un matériau plus intéressant pour étudier ces langues, nous n’avons pas encore assez de documents sur ces langues pour nous permettre de négliger complètement ces données.