Archives par mot-clé : khaling

Un étymon kiranti-kuki-chin

En étudiant le proto-kuki-chin, j’ai trouvé le verbe suivant du Hakha Lai tûm-I, tǔm-II ‘beat a drum, play music’ qui remonte à un étymon reconstructible en proto-kuki-chin. Ce verbe rappelle le khaling |tup| त:म्न्य « play music, beat metal », qui se retrouve en proto-kiranti (voir tableau 5 de cet article). Le sens primaire semble être celui de « frapper le métal », d’où dérive ensuite celui de jouer d’un instrument (pas exclusivement à percussion).

On trouve dans certaines langues naga un étymon potentiellement apparenté, voir cette entrée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un étymon kiranti-kuki-chin," Panchronica, 16/04/2017, http://panchr.hypotheses.org/1752 (ISSN 2494-775X)

L’étymologie de ginseng

La deuxième syllabe du chinois 人參 rénshēn « ginseng » remonte au chinois moyen ʂim, qui lui-même vient d’une forme *srəm en chinois archaïque. Dans cet article, j’ai proposé une étymologie comparant ce nom au japhug tɤ-zrɤm « racine » (proto-rgyalrong *srɐm) et au khaling स्याम् sɛ̄m « racine » ( *s dès le proto-kiranti).

Ce mot, que je croyais restreint jusqu’ici au chinois, au kiranti et au rgyalronguique, se trouve en fait aussi en kuki-chin, comme en hakha lai où l’on a hram « racine », selon le dictionnaire de Van Bik. Malgré son absence du Stedt, la présence de cet étymon en kuki-chin renforce l’hypothèse d’une origine proto-sino-tibétaine pour ce mot. Il est concevable d’ailleurs que le tibétain གཤམ་ gɕam « le bas » reflète le même étymon, le g- étant la trace du préfixe de possession indéfini (le tɤ- du japhug), qui subi la loi de Saskya Pandita (*t- > g- devant coronale), et le ɕ- représente le traitement de *sr- observé dans ཤིག་ ɕig « pou » (japhug zrɯɣ)

La différence avec les formes concurrentes, notamment celle qui donne le chinois 本 n’est pas encore claire. Notons que la second edonne des sens comme « tronc », voir « arbre » en bodo-garo (garo bol). Il est possible que le mot donnant chinois 本/garo bol désignait les racines d’arbre ou la souche, tandis que celui qui a donné tɤ-zrɤm/hram/參 désignait les racines de plantes plus petites.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de ginseng," Panchronica, 12/04/2017, http://panchr.hypotheses.org/1719 (ISSN 2494-775X)

D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?

Les lois phonétiques du khaling présentées dans cet article montrent que les *a du pré-khaling ne restent a que lorsque suivies de vélaires, et deviennent ɛ en syllabe ouverte et suivies des codas labiales et dentales. Toutefois, on trouve un nombre non-négligeable de noms en -ap et en -am. Quelle peut-être donc leur origine?

L’étymon khaling dhâm धाःम् « ciel » offre peut-être la solution. Son cognat thulung est dha:mu (les données thulung viennent d’Aimée Lahaussois). La correspondance entre le ton tombant et le -u final perdu de la seconde syllabe est attendue (voir cet article). Le limbou a quant à lui taŋsaŋba « ciel » (données limbou tirées de ce dictionnaire). Je proposerais donc une reconstruction *daŋ en proto-kiranti, avec une proto-forme intermédiaire *daŋmu dans l’ancêtre commun au thulung et au khaling; la seconde syllabe pourrait être cognate de l’étymon reflété par le japhug tɯ-mɯ « ciel, pluie », qui a des cognats répandus); le limbou aurait de son côté formé un composé différent (notons que le changement *d- > t- est parfaitement régulier en limbou, voir cet article parmi d’autres).

En khaling, le *-ŋ a dû disparaître tardivement, après le passage de *a > ɛ et probablement avant la chute des voyelles hautes finales:

*daŋmu > *da:mu > dʰâm

En thulung, le -N a chuté avec allongement compensatoire de la voyelle précédente, sans modifier le timbre de la voyelle.

La reconstruction proposée ici diffère fondammentalement de celle de Starostin, qui n’a pas pris en compte le mot limbou.

La même règle s’observe dans le nom khaling ʔā:p आप् « pin », qui correspond au limbou aːŋ « pin », et aussi peut-être khaling -tā:p -ताप् « soi-même » que l’on pourrait comparer au limbou thaŋbɛn « young man »(d’un pré-khaling *taŋbi ?). Notons que cette idée a le mérite additionnel d’expliquer pourquoi les noms « pin » et « soi-même » ont une voyelle longue en khaling au ton plat suivie d’une occlusive finale (normalement ce type de syllabe n’est pas possible dans cette langue).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "D’où viennent les -ā:p et -am du khaling?," Panchronica, 23/02/2017, http://panchr.hypotheses.org/1684 (ISSN 2494-775X)

La racine sino-tibétaine « traverser »

En lisant cet article qui parle entre autres du verbe 越 hjwot < *ɢwat "traverser" en chinois et de ses dérivés, je me suis rappelé du verbe khaling |wett| « cross over a ridge » (voir aussi ce lien au cas où l’autre ne fonctionnerait plus).

Cette comparaison fonctionne du point du vue du sens (on dit communément en chinois 翻山越岭, bien qu’il faudrait revérifier l’antiquité de cette collocation). La comparaison phonétique est aussi presque parfaite, mais mérite quelques commentaires.

Tout d’abord, la correspondance du chinois *a au khaling *e n’est pas surprenante. Dans cet article sur le proto-kiranti, je postule au §6.2.4, Table 19, un changement de *a > *ɛ (> e en khaling) dans les rimes fermées en *-t et *-l. Ce verbe est un exemple de plus qui confirme cette correspondance.

Ensuite, la correspondance de la consonne initiale que Baxter et Sagart reconstruisent *ɢw- et que d’autres systèmes reconstruisent comme *w- au proto-kiranti *w- (khaling w-) est attestée par d’autres exemples, en particulier le Limbu |wa| ‘be, exist’ et le chinois 有 *ɢwəʔ.

La double consonne finale -tt est une question d’ordre morphologique (voir cet article); elle mérite un examen plus détaillé, mais qui requiert la recherche de cognats de la racine khaling |wett| dans d’autres langues kiranti.

La comparaison avec le tibétain སྐྱོད་ skʲod, un verbe qui signifie « agiter (par exemple, un drapeau) » ou « aller » est quant à elle en fait assez douteuse. Le /o/ du tibétain peut sans doute provenir d’un plus ancien *wa (c’est la loi de Laufer, à propose de laquelle voir cet article, celui-ci et celui-là (Tableau 11)), mais un ancien *s-wat devrait donner †sod; difficile d’accepter une comparaison qui pose de tels problèmes sémantiques et phonétiques sans exemples additionnels d’une telle correspondance.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La racine sino-tibétaine « traverser »," Panchronica, 11/02/2017, http://panchr.hypotheses.org/1676 (ISSN 2494-775X)

Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey

Le khaling |keŋ| केऽन्य ‘refroidir’, qui s’emploie en particulier à propos de la nourriture (jûː kêŋtɛ यु: के:ङ्त्य ‘le repas a refroidi’) pourrait être apparenté au tibétain ɴkʰeŋ འཁེང་ ‘se solidifier après avoir refroidi, geler’ (à ne pas confondre avec le verbe kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’, dont on a parlé dans ce billet).

Cette comparaison soulève néanmoins un problème: d’après la loi de Dempsey, les *-eŋ du pré-tibétain deviennent -iŋ, et par conséquent tous les -eŋ du tibétain sont secondaires: soit des emprunts, soit des formes analogiques. l’explication analogique, qui fonctionne pour les verbes transitifs traités par Hill (2014) et pour kʰeŋs ཁེངས་ ‘se remplir de’ (où l’on pourrait argumenter d’une analogie avec une forme comme kʰebs), n’est en revanche pas possible pour ce verbe. Pourrait-il s’agir d’un mot dialectal emprunté à une variété n’ayant pas subi la loi de Dempsey (il faut signaler que ce mot n’est pas très courant)?

Références
Dempsey, Jakob (2003). Analysis of Rime-Groups in Northern-Burmish. Linguistics of the Tibeto-Burman Area 26.1: 63-124.
Hill, Nathan W. (2014). Some Tibetan verb forms that violate Dempsey’s law, Revue d’Etudes Tibétaines 29. pp. 91-101.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Khaling keŋ ‘refroidir’ et la loi de Dempsey," Panchronica, 01/06/2016, http://panchr.hypotheses.org/1332 (ISSN 2494-775X)

Un étymon utile pour la paléontologie linguistique

En lisant ce matin un article sur une langue lolo-birmane, je suis tombé sur le mot « banane » (citons simplement le birman hŋak), qui m’a rappelé le khaling leŋaksi लेङाक्सी ‘banane’ (-si ici est un suffixe signifiant « fruit »). En fait, le STEDT a déjà noté cette étymologie: l’étymon « banane » se retrouve dans quasiment toutes les branches primaires de la famille, y compris birmo-gyalronguique, tani et kiranti (mais pas en chinois apparemment).

Etant donné le caractère tropical de cette plante, il pourrait s’agir d’un mot utile pour la paléontologie linguistique, si l’on parvient à exclure la possibilité d’un mot voyageur diffusé dans toutes les langues. Il est trop tôt pour décider de cette question, mais notons déjà qu’en khaling, une forme dissyllabique *ŋaksi dans l’ancêtre commun au khaling et au doumi devrait donner †ŋas en khaling d’après les lois phonétiques décrites dans cet article. Il est donc assez probable qu’il s’agisse en khaling d’un emprunt récent à une autre langue kirantie (ce qui n’empêche pas toutefois qu’il soit d’un mot très ancien en kiranti).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un étymon utile pour la paléontologie linguistique," Panchronica, 15/05/2016, http://panchr.hypotheses.org/1282 (ISSN 2494-775X)

Un corpus inattendu

Le plus grand obstacle à la description et l’étude historique et typologique des langues kiranties et gyalronguiques (et de la majorité des langues du monde, d’ailleurs) est la taille limitée des corpus de textes disponibles. A ce titre, tous les corpus de textes de taille respectable, même incongrus, méritent d’être utilisés.

Etant donné les ressources financières de certains groupes évangélistes américains, il n’est pas surprenant que pour un certain nombre de langues mal dotées, les seuls matériaux disponibles en ligne soient ceux créés par des missionnaires.

Une ressource inattendue, dont j’ai découvert l’existence grâce à ce billet de Yvonne Treis, est le Jesus film, un film sur la vie de Yēšūăʕ bēn Yôsēp̄ (ישוע בן יוסף) de 128 minutes, apparemment traduit dans près de 1000 langues. Dans la liste on ne trouve aucune langue gyalronguique, mais il est traduit dans plusieurs langues kiranties: en limbou, en bantawa, en lohorung et en chamling. En l’absence de sous-titre, ces documents ne sont pas utilisables tels quels sans un certain travail, mais pourraient contenir des données utiles. Par comparaison, le corpus limbou sur Pangloss fait en tout 95 minutes environ.

Pour le khaling, il n’y a apparemment pas de « Jesus film », mais on trouve en revanche quelques documents du même genre sur Youtube. Même si les histoires traditionnelles sont sans le moindre doute un matériau plus intéressant pour étudier ces langues, nous n’avons pas encore assez de documents sur ces langues pour nous permettre de négliger complètement ces données.

Dictionnaire khaling: la version népalaise enfin parue

La version papier népalaise du dictionnaire Khaling-népali-anglais a été publiée par le किरात खालिङ राई उत्थान संघ (Kirat Khaling Rai Development association):

khaling_zabdakoS

Cette version diffère de celle publiée sur internet: outre l’adaptation au format A5, elle ne contient que la version en dévanagari des paradigmes verbaux. Il coûte 350 roupies, prix qui reste abordable pour les habitants des villages.

Quand j’ai commencé l’étude du khaling en 2011, frappé par la complexité du système verbal, j’ai décidé de concevoir l’équivalent d’un « Bescherelle » pour le khaling; c’est maintenant chose faite!

« Chauve-souris » en sino-tibétain

On trouve dans le vocabulaire potentiellement reconstructible du sino-tibétain (je dis « potentiellement » car sommes très loin d’avoir quoi que ce soit ressemblant à un système de reconstruction) des mots inattendus, pour lesquels aucun étymon équivalent n’existe dans le vocabulaire hérité de familles mieux connues comme l’indo-européen.

L’un de ces étymons est celui de la chauve-souris; le STEDT présente une liste de mots qui sont assez certainement cognats, et qui incluent le Khaling पाक्ति pakti et le chinois 蝠 *pɨk. En kiranti, ce mot n’est attesté sinon à ma connaissance qu’en dumi (on l’on a प्वाक्ती pwakti dans le dictionnaire de Netramani Rai; le -w- est inattendu).

Le fait que cet étymon soit attesté en chinois, en sal (bobo-garo, naga du nord), en kuki-chin et en kiranti mais pas en tibéto-birman central (tibétain, birmo-qianguique) est à mon avis une bonne indication qu’il n’a pas pu être transmis par contact, et qu’il est donc très certainement hérité dans toutes ces langues. Par contraste, en indo-européen chaque branche a créé, et renouvelé en permanence, le vocabulaire pour désigner cet animal. Comment expliquer sa préservation en ST? Peut-être son usage culinaire?
En tous les cas, je doute que cette information soit cruciale pour déterminer l’emplacement de l’Urheimat sino-tibétaine, car on trouve des espèces de chauves-souris dans toutes les régions pour lesquelles le berceau de la famille a été proposé (y compris la Chine du nord, le Sichuan, l’Arunachal, le Bhutan etc).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Chauve-souris » en sino-tibétain," Panchronica, 28/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/885 (ISSN 2494-775X)

Les animaux domestiqués des proto-sino-tibétains

Parmi les rares mots apparentés entre langues gyalrong et chinois (si l’on exclut les emprunts récents et les emprunts passés par le tibétain), on trouve quatre ou cinq mammifères domestiques (le cinquième étant plus spéculatif):

(1) « mouton »:
japhug qaʑo < *-jaŋ « mouton » (qa- est un préfixe de noms d’animaux)
chinois 羊 *jaŋ « ovin » (je pense qu’il faut reconstruire un *j primaire ici en chinois — cette solution diffère de celle de de Baxter/ Sagart, mais je prépare un article sur la question où ce problème sera discuté).

(2) « vache »:
japhug nɯŋa < *-ŋwa (l’élément nɯ- est à mon avis l’état construit de tɯ-nɯ « sein » c’est à dire « la vache à pis »)
chinois 牛 *ŋwə.

(3) « yak »:
japhug qambrɯ « yak mâle » < *mru)
chinois 犛 *mˁrə

(4) « cheval »:
japhug mbro < *mraŋ)
chinois 马 *mˁraʔ

(5) « cochon »:
Laurent Sagart propose que l’étymon correspondant au japhug paʁ « cochon » soit apparenté au chinois 富 *pək-s « riche » ce qui fonctionne phonétiquement et n’est pas absurde du point de vue sémantique, même si cette étymologie ne peut se mettre au même plan que les autres.

Les noms du yak et le cheval sont clairement des Wanderwörter: leur phonologie se correspond mal entre branches éloignées du sino-tibétain, et l’archéologie ne semble pas indiquer une origine suffisamment ancienne pour justifier l’hypothèse que la domestication de ces animaux pré-daterait la séparation du sino-tibétain (voir par exemple cet article sur le yak).

En revanche, les autres mot semblent se conformer aux lois phonétiques des cognats; notamment, le *ə du chinois correspond bien au *a du proto-gyalrong.

Il n’y a guère de doute que la domestication du cochon est très ancienne en Asie orientale; pour le mouton et la vache en revanche, la question est plus compliquée. J’avais l’impression jusqu’ici que les trace d’ovins et de bovins dans les sites archéologiques chinois étaient trop tardifs pour supposer que les proto-sino-tibétains avaient déjà domestiqués ces animaux, et qu’il ne pouvait s’agir que de mots voyageurs très anciens.

Néanmoins, au moins certains travaux indiquent qu’une domestication indépendante de bovins aurait eu lieu en Chine du nord, ce qui pourrait malgré tout ne pas exclure d’office l’hypothèse que le chinois 牛 *ŋwə soit bien un cognat du gyalrong *ŋwa.

Les étymons correspondant au chinois 牛 *ŋwə et 羊 *jaŋ « ovin » sont toutefois mal attestés dans la famille sino-tibétaine. En kiranti par exemple, on ne trouve de cognat que pour « cochon » (Khaling पो: pô: < *pɑk); pour les ovins, les mots sont empruntés à des langues indo-aryennes (bhēnde « mouton » est un emprunt ancien au népali भेडा bheɖa « mouton ») et le mot pour la vache semble spécifique aux langues kiranti (khaling बै: bʌ̂j, Limbu pit < *bit). La question de la reconstructibilité des noms de mammifères domestiques en ST est donc un problème assez compliqué.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les animaux domestiqués des proto-sino-tibétains," Panchronica, 27/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/721 (ISSN 2494-775X)

Une trace du suffixe de réfléchi en tibétain?

Comme l’a fait remarquer Nathan W. Hill dans cet article, on trouve en tibétain, non pas deux, mais trois séries de verbes où l’alternance de voisement s’accompagne d’une alternance de transitivité. Voici les exemples qu’il donne dans son article (ici adaptés dans ma transcription du tibétain). Dans la forme B, je n’indique que le présent (la première forme) et le passé (la seconde).

A: འགག་ ɴgag ‘be stopped, break off ’
B: འགེགས་ ɴgegs, བཀག་ bkag ‘hinder, prohibit’
C: ཁེགས་ kʰegs ‘be hindered, be prohibited’

A: གང་ gaŋ ‘fill intr.’
B: འགེངས་ ɴgeŋs, བཀང་ bkaŋ ‘fill tr.’
C: ཁེངས་ kʰeŋs ‘be full’

A: གབ་ gab ‘hide intr.’
B: འགེབས་ ɴgebs, བཀབ་ bkab ‘cover tr.’
C: ཁེབས་ kʰebs ‘be covered over’

A: གྲོལ་ grol ‘be free’
B: འགྲོལ་ ɴgrol བཀྲོལ་ bkrol ‘liberate’
C: ཁྲོལ་ kʰrol ‘unravel’

A: དུལ་ dul ‘be tame’
B: འདུལ ɴdul བཏུལ་ btul ‘tame, subdue’
C: ཐུལ་ tʰul ‘be tame’

A: ཟུག་ zug ‘pierce, penetrate’
B: འཛུགས་ ɴdzugs བཙུགས་ btsugs, gzugs ‘plant, establish, insert’
C: ཚུགས་ tsʰugs ‘go into, begin’

J’ai déjà discuté des séries A et B dans cet article. Je pense que ces séries avaient une non-voisée à l’origine, qui est voisée dans la forme A par une dérivation anticausative et au présent de la forme B par un préfixe historiquement non-apparenté.

La forme C est mystérieuse. On observe qu’elle est intransitive, mais avec une initiale sourde, lorsque la racine a une voyelle /a/ celle-ci subi un umlaut en /e/, et un suffixe -s est rajouté (sauf dans les cas où le groupe résultant aurait été impossible, comme avec le -l final).

Je viens d’avoir une idée pour expliquer ces formes. En kiranti, on trouve un suffixe de réfléchi/moyen dont la forme est -si (parfois sous une forme réduite, comme en wambule). Pour une description de l’usage de ce suffixe, voir par exemple cet article qui porte sur le khaling, qui va bientôt paraître dans LTBA.

Cette hypothèse explique:

(1) Pourquoi on a une initiale sourde (c’est toute simplement l’initiale de la racine)
(2) Pourquoi on a un umlaut (c’est une trace du *i du suffixe)
(3) Pourquoi on a un suffixe -s (c’est tout ce qui reste du suffixe segmentalement)

Un problème avec cette hypothèse, c’est que comme je l’indique dans cet article, les occlusives finales sont nasalisées dans les paradigmes en -si (comme si la forme sous-jacente était qqch comme *-nsi). On s’attendrait donc, si le tibétain était comme le kiranti, à ce que les formes C aient une nasale finale au lieu d’une occlusive orale. Toutefois, je ne pense pas que cette objection soit suffisante pour démolir l’hypothèse — on peut tout à fait imaginer que les alternances complexes liées au suffixe -si aient été simplifiée par analogie en pré-tibétain.

Je suis ouvert à des commentaires sur cette hypothèse, que je compte intégrer à une future version de cet article, en cours de relecture actuellement.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace du suffixe de réfléchi en tibétain?," Panchronica, 22/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/875 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts entre langues kiranti

Les verbes conjugués en kiranti, contrairement à ceux des langues gyalronguiques, sont une classe quasi-fermée; il est très difficile d’ajouter de nouvelles racines verbales, et la façon productive de créer de nouveaux verbes est d’utiliser une construction avec auxiliaire. Les emprunts de verbes sont très rares. En khaling, je ne connais que याल्न्य |jal| ‘frapper’ (emprunté au thulung yalmu, voir cet article p.1110) et हेल्न्य |ɦel| « détourner l’eau », qui vient du népali हेल्नु helnu de même sens). On peut s’interroger aussi sur le verbe |pil| « traire, presser », qui pourrait être emprunté à pelnu « presser », mais si c’était le cas, l’emprunt aurait eu lieu en proto-kiranti, ce qui semble peu probable, car des cognats existent ailleurs pour ce mot. Il est intéressant qu’il s’agisse de mots à finale -l: c’est une des rares consonnes finales sans alternance en khaling, ce qui a pu favoriser l’empruntabilité de racines de ce type.

Les emprunts de noms en revanche sont probablement très courants, mais il est encore difficile d’avoir des critères stricts pour les distinguer des cognats. Ce matin, en travaillant sur le wambule, j’ai trouvé deux noms ressemblant au khaling, dont il est difficile de dire à ce stade s’il s’agit d’emprunts ou de cognats: khalamba « rhume » (khaling ख्यल्याम्ब्य khɛ́lɛmbɛ) et lima « mensonge » (khaling लेम lémʌ). La loi de réduction des syllabes ne devrait pas s’appliquer dans ces mots (puisqu’il n’y a pas de voyelle haute), et l’on ne peut donc facilement prouver qu’il s’agit d’emprunts, mais la structure de ces mots est complètement opaque et ne semble pas analysable historiquement. Si ce sont vraiment des cognats (au moins reconstructibles à l’ancêtre commun du khaling et du wambule, ce qui n’est pas forcément le proto-kiranti), cela impliquerait qu’il existait déjà des mots trisyllabiques dans cette proto-langue.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts entre langues kiranti," Panchronica, 19/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/830 (ISSN 2494-775X)

Voir > entendre

Je suis en train de préparer une liste de racines verbales reconstructibles au proto-kiranti, et je pense que le cognat khaling du limbou √nis « savoir, voir » doit être ङिन्य |ŋi| « entendre ». Les finales -s ont toutes été perdues en khaling dans les radicaux verbaux (si c’est effectivement un *-s qu’il faut reconstruire ici, une question pas du tout triviale), et le limbou confond *ŋ et *n du proto-kiranti en n- en début de mot.

On trouve cette racine verbale dans d’autres langues (par exemple le yakkha nis- « voir, regarder »; le yakkha garde les ŋ- initiaux mais semble avoir néanmoins neutralisé l’opposition entre ŋ- et n- devant -i). Je ne connais pas de cognats extra-kiranti, mais il est plus vraisemblable que le sens originel de cette racine ait été « voir » (avec l’extension vers « connaitre » comme en indo-européen), et qu’il soit passé à « entendre » en khaling. Il est curieux que ce changement sémantique ait eu lieu précisément dans la langue qui a innové un démonstratif auditif, mais avant d’en tirer des conclusions capillotractées sur les rapports entre grammaire et culture, et sur la place de l’audition par rapport aux autres sens chez les khaling, il faut noter que ces deux innovations n’ont pas eu lieu en même temps, puisque le passage de « voir » vers « entendre » pour cette racine est au moins partagé avec le doumi, où l’on trouve le cognat ŋyiːnɨ « entendre ».

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Voir > entendre," Panchronica, 16/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/803 (ISSN 2494-775X)

L’origine des -u finaux en khaling

Dans un article qui va bientôt paraître, je propose une série de lois phonétiques en khaling pour expliquer l’origine des tons et de certaines alternances vocalique dans la flexion verbale de cette langue. Une question laissée en suspens dans ce travail est celle de l’origine des -u et des -o finaux: normalement, les -u et -o deviennent -ʉ et -ɵ respectivement, sauf lorsqu’ils sont suivis de vélaires auquel cas on observe *-uk > -ûː (*kruk > क्रू: krûː « il mugit ») et *-uŋ > -uŋ (*luŋ > लुङ् lūŋ « pierre »). Comment donc expliquer les noms en -u (मुपु mupu « ventre ») et les suffixes verbaux en -u (comme la 1sg>3 des verbes transitifs)?

La 1sg>3 -u correspond à -uŋ dans les autres langues (au moins celles qui préservent le -ŋ final, bien sûr) comme le limbou. Mais si des noms comme लुङ् lūŋ « pierre » ont toujours le -ŋ final, pourquoi donc est-il tombé dans लोबु lobu « j’attrape », si effectivement cette forme vient de *lop-uŋ? De même, le -pu de मुपु mupu « ventre » semble correspondre à une syllabe en -k final dans d’autres langues (limbou sappok « ventre »), mais si elle provient de qqch comme *mupuk, pourquoi n’a-t-on pas *mʉpûː ?

Je pense que la réponse doit avoir à faire avec le placement de l’accent à un certain stade du proto-khaling, voire du proto-kiranti: les correspondances *-uk > -ûː et *-uŋ > -uŋ s’appliquent dans les monosyllabes et les syllabes accentuées (notons que l’on a aussi *-uŋ > -ūː devant certaines consonnes, mais laissons cette question de côté pour le moment), mais ces rimes donnaient -u dans les syllabes finales non-accentuées. Ainsi, *lópuŋ > *lɵbu > lobu (notons que la première syllabe est toujours celle qui est accentuée) et *múpuk > *mʉ́pu > mupu (avec harmonie vocalique régulière).

Le problème avec cette hypothèse, c’est qu’elle n’est pas complètement compatible avec l’embryon de modèle de reconstruction de l’accent proposé dans l’article ci-dessus, puisque selon lui l’accent dans les formes verbales en première syllabe allonge la voyelle, pour expliquer les formes de 3sg>3 *lópu > ल्योऽब्यु lɵ̄ːbʉ « il l’attrape » avec voyelle longue. Si la piste de l’accentuation pour expliquer les -u finaux est correcte, alors il faut rendre compte de l’allongement vocalique à la 3sg>3 d’une autre façon (ou en supposant des lois phonétiques accentuelles à époques différentes). Malheureusement, les langues les plus proches (doumi et koyi) ne sont pas assez informatives pour élucider cette question, car elles font moins de distinctions phonologiques que le khaling.

J’espère que ce mystère attirera d’autres chercheurs; nous disposons pour le kiranti de suffisamment de données fiables sur près de la moitié des langues pour commencer à entreprendre une vraie reconstruction néo-grammairienne de la phonologie et de morphologie de ce groupe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’origine des -u finaux en khaling," Panchronica, 04/02/2016, http://panchr.hypotheses.org/769 (ISSN 2494-775X)

Les origines du *-s en chinois archaïque

Je viens de rendre disponible sur academia cet article, soumis au Bulletin of Chinese Linguistics, une version modifiée de ma présentation à la conférence de novembre dernier.

Les lecteurs intéressés peuvent me faire part de leurs commentaires en privé ou sur ce site s’ils le souhaitent. Une partie des idées présentées ici sont nouvelles, en particulier (1) le changement phonétique *-t => *-s /C_# (où C représente une consonne labiale ou vélaire) et (2) la comparaison des valeurs passives et antipassives de la dérivation par ton partant en chinois avec le réfléchi en -si du kiranti.

Ce travail soulève une question à laquelle je ne me sens pas nécessairement capable de répondre dans l’immédiat: si les comparaisons proposées sont valides, et si effectivement les suffixes *-s du chinois archaïque ont des origines sino-tibétaines distinctes, avait-on encore synchroniquement en chinois archaïque plusieurs suffixes productifs différents, ou le système s’était-il déjà opacifié à un point qu’ils n’étaient plus distincts?

Si les différentes valeurs de la dérivation par ton partant étaient encore distincte en chinois archaïque, on devrait s’attendre à des différences dans les alternances phonétiques. En particulier, une question que je n’ai pas encore abordée dans la version en ligne de l’article, mais que j’ajouterai dans la version finale, est que le réfléchi en -si du kiranti s’accompagne de la nasalisation des occlusives finales, comme en khaling |ʔipt-si| ‘dormir’ donne ʔʌ̂msiŋʌ अ:म्सिङ ‘je dors’. On s’attend donc en chinois à des paires où la forme passive ou antipassive aurait un ton partant (venant de *-s) et une finale -m -n ou -ŋ en chinois moyen dans certains cas où la forme de base est à occlusive finale -p -t -k (un type d’alternance appelé 对转 en linguistique traditionnelle du chinois). J’ignore encore si de telles paires existent, mais comme personne ne s’est posé cette question en ces termes, il est possible que nous puissions trouver des exemples.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les origines du *-s en chinois archaïque," Panchronica, 17/01/2016, http://panchr.hypotheses.org/718 (ISSN 2494-775X)