Archives par mot-clé : jinghpo

Le yod initial en chinois archaïque

Le verbe 與 joX « donner » est reconstruit avec une uvulaire dans le système Baxter/Sagart *m-q(r)aʔ — et s’oppose à son homophone 予 joX en chinois moyen, qu’ils reconstruisent avec une latérale *laʔ.

Comme je l’ai proposé dans cet article, je pense qu’une partie des j- du chinois moyen viennent d’un *j- primaire en chinois archaïque (une idée que soutient aussi Schuessler). Pour la série phonétique de 羊, je préfère donc des reconstructions telles que:

羊 jaŋ < *jaŋ (Japhug qaʑo < *qajaŋ)
祥 zjaŋ < *s-jaŋ (Tibétain གཡང་ gjaŋ)
癢 jaŋX < *jaŋʔ (Japhug rɤʑa < *rɐja)
etc…

à celles avec uvulaires ou latérales.

Or, dans le cas de 與 joX "donner", il existe un cognat potentiel dans les langues trans-himalayennes non-chinoises, qui suggère un *j- primaire dans cette série aussi: le jinhgpo yā « donner », le kham ya-nya, le dura hyo-i (voir Schorer 2016:287) (le STEDT regroupe ces formes ici; le thulung yak- n’est pas nécessairement cognat). Schuessler (2007) cite la forme jinghpo comme alternative à d’autres étymologies, sans pourtant en tirer la conclusion qu’implique une telle étymologie.

Si l’on admet l’existence d’un *j- primaire dans la série de 與, on peut donc proposer la reconstruction 與 joX < *jaʔ. Le verbe 舉 kjoX pourrait dans cette hypothèse s'expliquer comme venant d’un groupe *k-jaʔ (comme le suggère le tibétain བཀྱག་ bkʲag).

Notons que les séries à yod primaire initial reconstruites ici ne contiennent que des caractères de troisième division en chinois moyen, ce qui soulève le problème du traitement du *j- supposé en type A (pharyngalisé selon Baxter et Sagart). Mon point de vue est que l'opposition A/B est neutralisée avec cette initiale (donc que *j- devient j- aussi bien en type A et en type B, et probablement de même avec les groupes de consonnes).

L’idée de yod primaire initial n’est pas nécessairement contradictoire avec la théorie des uvulaires (qui dans sa formulation actuelle présente néanmoins de sérieux problèmes), mais si les deux idées sont valides, distinguer entre séries à uvulaire et série à j- sur la base exclusive du chinois moyen et des séries phonétiques peut être difficile.

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Schorer, Nicholas 2016. The Dura Language: Grammar and Phylogeny. Leiden: Brill
Schuessler, Axel 2007. ABC Etymological Dictionary of Old Chinese.
Watters, David 2004. A Dictionary of Kham: Taka Dialect. Tribhuvan University.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le yod initial en chinois archaïque," Panchronica, 02/11/2018, https://panchr.hypotheses.org/2723 (ISSN 2494-775X)

Bibles dans plusieurs langues transhimalayennes

Pour ceux qui s’intéressent aux corpus de langues en danger, ce site, qui comprend des bibles souvent complètes, pour certaines avec enregistrements sonores intégraux, est une mine d’or, bien plus exploitable que le Jesus film mentionné dans un précédant billet.

Pour la famille trans-himalayenne, on y trouve notamment les langues suivantes:

Kiranti:
Limbu
Sunwar
Kulung/a>

Newar:
Newar

Sal:
Garo
Jinghpo (dans l’orthographe traditionnelle qui ne note malheureusement pas les tons)

Tibétain:
Dzongkha

Chinois:
De nombreuses version pour le mandarin et le cantonais, comme celle-ci et celle-là.
Hakha
Hokkien

Kuki-Chin:
Bualkhaw (sans le son)
Cho (sans le son)
Darlong (sans le son)
Hakha
Falam
Khumi
Lamkang (sans le son)
Matu
Mizo (sans le son)
Mro
Ngawn
Tiddim/Tedim
Zotung
Zokam

Rongmei:
Inpui

Nungish:
Rawang

Lolo-birman:
Akha
Birman
Bisu
Lahu
Lhaovo
Lisu
Zaiwa

Il n’y a donc maintenant plus d’excuse à ignorer le jinghpo biblique et le rawang, langues cruciales aux comparatisme trans-himalayen qui grâce à cette ressource sont devenues apprennables.

En algonquien, je n’ai trouvé que l’ojibwe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Bibles dans plusieurs langues transhimalayennes," Panchronica, 16/10/2018, https://panchr.hypotheses.org/2648 (ISSN 2494-775X)

Jinghpo wànhkùt « fumée »

Le nom jinghpo wànhkùt « fumée » est un composé comprenant le nom wàn « feu » (l’une des innovations définitoires du groupe sal) et une syllabe -hkùt vraisemblablement apparentée à la racine que l’on trouve un peu partout dans la famille, par exempleen japhug tɤkhɯ avec un préfixe tɤ- qui est probablement un préfixe possessif indéfini de nom inaliénablement possédé fossilisé (noter les verbes dérivés ɣɤkhɯ « être enfumé » et sɤkhɯ « fumer »)

Comment expliquer la coda -t dans le jinghpo -hkùt ? Il est évident qu’une solution phonologique ne s’impose pas, et qu’il s’agit d’un suffixe. Or, il existe un verbe hkú traduit dans le dictionnaire de Dai et al. comme « 熏 » (le seul exemple donné est wànhkùt hkú « 烟熏 », ce qui suggère qu’il s’agit d’un verbe intransitif « enfumer »). La syllabe -hkùt est donc très vraisemblablement un dérivé nominal de ce verbe (même si je n’explique pas la différence de ton), avec un suffixe -t cognat du -d de nominalisation bien connu du tibétain (à propos duquel voir les exemples dans cet article, comme nad ནད་ « maladie » de na ན་ « malade »). Ce n’est donc qu’un cognat indirect de la forme japhug, passé par un stade verbal.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Jinghpo wànhkùt « fumée »," Panchronica, 29/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2124 (ISSN 2494-775X)

La causativisation par changement tonal en jinghpo (2)

Dans le billet d’hier, j’ai soulevé les problèmes que pose l’hypothèse selon laquelle l’alternance tonale dans certains verbes causatifs en jinghpo serait due à un préfixe sigmatique causatif. Explorons une hypothèse alternative. On remarque que dans les exemples suivants, les verbes ont tous une coda sonante (-i compte comme une coda, -oi n’est pas une diphtongue monophonémique):

(1)
rōng “在” , róng “使在、关”
yām “当(奴隶)” , yám “使当(奴隶)”
nōi “挂着” , nói “挂上”

Or, il existe un nombre conséquent de verbes ayant une trace du suffixe -t applicatif (voir cet article pour des exemples en kiranti):

(2)
màlāng “直” , màlán “使直”
màdī “湿” , màdìt “使湿”
shàmū “动” , shàmòt “使动”
lùng “上(山)”, lún “往高处放东西”

On observe qu’avec les verbes à syllabe ouverte, on ajoute simplement un -t (avec un changement vers le ton 31 dans le cas de ‘bouger’), et que les verbes à consonne finale -ng voient celle-ci devenir -n, par un stade *-ŋt > *-nt > -n (comme en khaling, dans l’article cité ci-dessus). Ces verbes développent un ton haut dans leur forme causative.

Si l’on admet maintenant qu’avec les sonantes autres que -ŋ, le suffixe applicatif dental ne cause pas d’assimilation (c’est le cas en khaling, où seul -ŋ est affecté), mais qu’il produit néanmoins l’alternance tonale vers le ton haut 55, il devient possible de considérer les exemples yám et nói en (1) comme un sous-groupe de (2). Le cas de róng “使在、关” est plus compliqué: celui-ci devrait être une extension analogique de l’alternance tonale sans changement segmental, basé sur des verbes tels que yám et nói. Cette hypothèse est un moindre mal par rapport aux problèmes que pose l’analyse de cette alternance tonale comme provenant d’un préfixe causatif. Alternativement, comme on note qu’en khaling le paradigme des verbes en -ŋt fait intervenir des alternances synchroniques entre -nd- et -ŋ- (voir les paradigmes complets dans cet article), de telles alternances peuvent se régulariser aussi bien comme -nd- ~ -nd- que comme -ŋ- ~ -ŋ- (voire même -ŋd- ~ -ŋd-), ce qui expliquerait, pour ce verbe, la combinaison de la trace tonale du suffixe d’applicatif avec l’absence d’assimilation.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La causativisation par changement tonal en jinghpo (2)," Panchronica, 28/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2119 (ISSN 2494-775X)

La causativisation par changement tonal en jinghpo

Le jinghpo fait partie des langues dont le préfixe causatif sigmatique a de nombreux allomorphes, et est resté productif (Stephen Morey le dit d’ailleurs explicitement dans sa grammaire du Turung).

On trouve quelques verbes à initiale sonante ayant une forme causative au ton haut 55 (Dai et al 1990:79; je garde ses gloses):

rōng “在” , róng “使在、关”
yām “当(奴隶)” , yám “使当(奴隶)”
nōi “挂着” , nói “挂上”

L’expérience des dialectes tibétains pourrait suggérer que les formes au ton haut ont développé celui-ci suite à la chute du préfixe sigmatique, toujours attesté dans certaines formes (sha-, ja- etc). Néanmoins, cette solution soulève deux problèmes:

(1) Il est possible pour des verbes à initiale sonante d’avoir un causatif régulier en sha-, comme mān “习惯” => shà-màn “使习惯”. Ce problème est minime, car on peut supposer que les forme régulières ont été créées analogiquement.
(2) Si l’on suppose qu’il existait un allomorphe du préfixe causatif sans voyelle devant les sonantes (comme c’est le cas du z- en japhug, voir par exemple cet article), il faut noter que pour les mots en r-, on attendrait un traitement *sr- > ts- comme celui de tsí’ « pou » (cf japhug zrɯɣ). Le fait que l’alternance est tonale et non segmentale suggère que s’il faut bien supposer un *sr- à une certaine étape de la proto-langue, ce groupe aurait été conçu à un époque où les *sr- primaires avaient déjà commencé à subir la chaîne de changements donnant ts-).

Notons au passage que l’absence de ton haut dans le mot gayà’ “害羞” discuté dans ce billet suggère que le y- ne doit pas s’explique comme un ancien groupe *sj-, et que le z- du japhug tɤzraʁ « honte » doit s’expliquer comme un préfixe.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La causativisation par changement tonal en jinghpo," Panchronica, 27/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2115 (ISSN 2494-775X)

Retour sur *sr- et *j-

Dans ce billet, j’avais soulevé le problème de la correspondance entre le *sr- le mot « honte » dans certaines langues (Japhug tɤ-zraʁ, nɤzraʁ etc) face au *j- observé en jinghpo gayà’ 害羞 et au hakha lai nı̀ŋ-zak-I, -zaʔ-II (z- vient de *j-).

Or si l’on oublie la comparaison avec le chinois 色 ʂik qui il faut bien le reconnaître est contestable, les langues ayant *sr- dans cet étymon appartiennent toutes à la branche birmo-qianguique.

Je propose donc l’idée suivante: le pré-birmo-qianguique avait une initiale *sj-, qui a subi une Verschärfung en *sr-, se confondant avec les anciens *sr-, comme le traitement du proto-sioux *y- en omaha dans les groupes de consonnes (*y- ne se confond pas avec *r- comme consonne simple, mais *wy- donne bð- ou br- dans les langues dhegiha comme *wr-). Pour rendre compte des formes jinghpo et kuki-chin, on peut supposer soit (i) que *sj- donne j- dans ces langues (ii) que *sj- en birmo-qianguique contient un préfixe *s- (mais il faudrait l’identifier, ce qui n’est pas évident).

Il existe bien sûr des groupes sj- et zj- en japhug et ailleurs, mais il s’agit soit d’idéophones, soit de mots à préfixe z-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Retour sur *sr- et *j-," Panchronica, 22/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2104 (ISSN 2494-775X)

Le verbe « donner » en jinghpo

Le verbe « donner » en jinghpo yā [ja33] (qui a de nombreuses fonctions dans cette langue, voir par exemple cet article) est rapproché par le STEDT d’un certain nombre de formes dans d’autres langues sal, en kham et en thulung, comparaisons sur lesquelles je ne préfère pas me prononcer pour le moment. En revanche, il me semble possible de rapprocher ce verbe du chinois 與 joX, reconstruit par Baxter et Sagart (2014) comme *m-q(r)aʔ, donc avec initiale non-latérale — il pensent en particulier que ce mot est étymologiquement distinct de son homophone en chinois moyen 予 joX qui aurait eu une latérale *laʔ. Comme je l’ai déjà expliqué dans cet article, si je suis d’accord avec l’idée que tous les j- (喻四) du chinois ne proviennent pas de latérales, lorsque des mots ayant cette initiale en chinois correspondent à des étymons ayant un j- dans une langue où les j- n’ont pas d’origines alternatives diverses (comme le Limbu où *r- devient j-), il est plus vraisemblable d’admettre que le chinois avait des *j- primaires dans ces mots, même si les données internes aux chinois ne sont pas claires.

Le verbe 與 joX pourrait être un nouvel exemple (outre la série de 羊癢祥 discutée dans cet article) de *j- primaire en chinois — ce qui n’exclut pas la possibilité que des uvulaires voisées soient la troisième origine du chinois moyen j-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe « donner » en jinghpo," Panchronica, 19/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2100 (ISSN 2494-775X)

Les emprunts du jingpo en dulong/rawang et en birmique

Un problème encore non résolu de la linguistique sino-tibétaine, mais assez crucial en raison de la place prééminente du jingpo et des autre langues sal (un groupe proposé par Burling comprenant jingpo, bodo-garo, naga du nord et sak), et celui des emprunts que cette langue a donnée à (et aussi reçu de) ses voisines, en particulier les langues birmiques parlées par les autres peuples kachin avec lesquels les locuteurs du jingpo pratiquent l’échange d’épouses selon un schéma qui a eu une influence importante pour la théorie de la parenté), et les langues rawang et dulong, qui sont très importantes pour la famille du fait de leur conservatisme morphologique.

A titre d’exemple, je vais présenter le cas du mot jingpo jà’ [tɕaʔ31] « 硬, dur ». On trouve en dulong et en rawang des mots ressemblants fortement à cet étymon jingpo: dʑɑʔ⁵⁵ et zaq « hard » (en orthographe non-API, voir ce dictionnaire) respectivement. Notons que le jingpo (mais pas tous les dialectes) et le dulong/rawang partagent un changement phonétique *-k > -ʔ, et que ces mots proviennent d’une proto-forme en *-k final.

Comme je l’ai mentionné dans un billet précédent, le jingpo j– a plusieurs origines, dont des groupes en *Cr- ou *rC- comme *sr- et *rj-.

Si l’on admet provisoirement que le mot jà’ n’est pas un emprunt du rawang en jinghpo, et qu’il s’agit d’un mot ST hérité, on peut supposer un proto-jingpo *Crak (j’omets ici les tons). Cette forme rappelle un certains nombre d’étymons dans d’autres langues de la famille, comme le tibétain མཁྲེགས་པོ་ mkʰregs.po « dur » (avec un e venant d’un Umlaut), le garo (langue sal) rak-a « difficult; expensive; fast; hard; strong; tough » (dictionnaire de Burling), le rabha rak « hard » (Joseph 2009). Il n’est donc pas illégitime de supposer que cet étymon jinghpo leur est apparenté, même si l’explication de la divergence du groupe de consonne (proto-jingpo *sr-, tibétain *mkr-, bodo-garo r-) est loin d’être limpide.

Si l’on accepte cette étymologie, un de ses corollaires est que les mots communs au jingpo, rawang et en dulong (langues qui ne partagent pas l’affrication des groupes en *Cr-) ayant la correspondance j: dʑ- : z- exclusivement partagés, et ayant des cognats potentiels en r- ailleurs, sont très probablement des emprunts du jingpo au dulong/rawang. En appliquant systématiquement une méthode du même type:

(i) identifications de changements phonétiques spécifiques au Jinghpo
(ii) collection des mots birmiques et dulong/rawang superficiellement similaires et partagés exclusivement avec le jingpo pouvant avoir été affectés par les changements en (i),

il me semble qu’il sera possible de tirer au clair au moins une partie des contacts compliqués entre ces langues.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les emprunts du jingpo en dulong/rawang et en birmique," Panchronica, 18/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2093 (ISSN 2494-775X)

*sr- et *j-

Comme j’en ai discuté à plusieurs reprises déjà dans cet article et sur ce blog (voir ce billet et ce billet), le groupe initial *sr- en sino-tibétain est bien attesté dans plusieurs étymons, dont « pou » (japhug zrɯɣ), « honte » (nɤzraʁ), « racine » (tɤ-zrɤm), et ses réflexes sont japhug zr-, proto-kiranti *s-, tibétain ɕ-, chinois moyen ʂ-, proto-kuki-chin *hr- et jinghpo ts- (par exemple dans tsí’ « pou »).

Le cas de « honte » est intéressant; si le japhug –zraʁ, le LB *hrak et le chinois 色 ʂik < *srək reflètent *sr-, certaines langues, dont le jinghpo gayà’ “害羞” (le coup de glotte final vient d’un *-k) et le hakha lai nı̀ŋ-zak-I, -zaʔ-II, ont une initiale remontant à *j-: on retrouve les mêmes correspondances que dans lai zâa-I, zaat-II  et jinghpo gayá « gratter » (japhug rɤʑa « gratter », voir d’autres cognats dans cet article).

Il me semble inacceptable de postuler ici un groupe plus complexe *srj- donnant *sr- dans certaines langues et *j- dans d’autres (*sr- et *rj- donnent ts- en jinghpo, comme le montre matsát « huit »), et il n’existe pas de processus morphologique permettant une alternance entre *sr- et *j-.

La question se pose donc de savoir si nous avons affaire à une ressemblance fortuite (après tout la correspondance est unique, et la ressemblance est limitée à la rime), s’il s’agit de mots diffusés en jinghpo et en lai à partir d’une langue où *sr- donne j- (mais il faudrait identifier cette langue — par ailleurs, l’emprunt aurait été au moins proto-kuki-chin puisqu’il prédaterait le changement *j- > *z-) ou si une explication plus compliquée encore est justifiée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "*sr- et *j-," Panchronica, 28/06/2017, https://panchr.hypotheses.org/1859 (ISSN 2494-775X)

Le causatif en jingpo

Dans un article écrit il y a quelques années, je m’intéressais à la question de savoir si le préfixe causatif à sifflante (japhug -, sɯɣ-, z– selon le contexte) était productif ou non dans d’autres langues. En jinghpo, comme en japhug le préfixe cognat a de nombreux allomorphes (sha-, sa-, ja-), mais la grammaire de Dai Qingxia ne précise pas si le préfixe est productif ou non. L’examen des exemples de verbes dérivés dans le dictionnaire permet néanmoins de trancher cette question.

En effet, on trouve (p.734) le verbe shàdáng « 使……挡住 », qui est dérivé du verbe dáng « 挡住 (bloquer) ». Or, ce dernier est de toute évidence un emprunt au chinois mandarin 挡 dǎng de même sens (avec une correspondance tonale attestée par ailleurs), ce qui prouve que le préfixe causatif peut en jinghpo s’appliquer aussi aux emprunts, et donc que ce préfixe est toujours productif. Il serait intéressant d’en recenser plus d’exemples auprès de locuteurs natifs. Cette observation ouvre aussi la question de savoir si d’autres langues que le jinghpo et le japhug ont un préfixe causatif productif en ST.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le causatif en jingpo," Panchronica, 14/06/2017, https://panchr.hypotheses.org/1831 (ISSN 2494-775X)

Un préfixe de nominalisation en jinghpo

Dans un précédent billet, j’avais mentionné l’existence de la fortition du *l en t en jinghpo après ʃə- et mə-; j’ai depuis trouvé d’autres exceptions à celle fortition, comme mə̀là « âme » (tibétain བླ་ bla, japhug tɯ-rla).

Il est intéressant de noter que cette loi phonétique ne s’applique pas non plus dans les mots dérivés par le préfixe causative ʃə- (sha-). Je me suis posé la question de savoir si c’était le cas aussi avec les préfixes mə-; la grammaire de Dai Qingxia ne semble pas indiquer clairement de dérivation en mə-, mais en fouillant un peu, il est assez évident qu’il existe en fait un préfixe de nominalisation mə- (en orthographe ma-; j’utilise l’orthographe du jinghpo avec les tons et coups de glotte rajoutés dans ce qui suit):

  • gūn « porter sur le dos 背;担任;携带 » => mà-gún « (un) fardeau » (classificateur; exemple suggéré sans explication p115 de la grammaire de Dai), cognat du tibétain ɴkʰur འཁུར་
  • yúʔ « descendre 下 » => mà-yúʔ « contrebas 下坡 »
  • rà « manque, avoir de besoin de, commettre une erreur 差欠;需要;差错 » => mà-rà « erreur, faute 错误;罪 »
  • ràʔ « aimer 爱 » => mà-ràʔ « souhait 意愿 »
  • lún « placer en haut (往高处放东西) » => ma-lún « chemin en pente vers haut 上坡路 » ; noter que lún dérive de lùng « monter » par l’application de la dérivation applicative (*-t), qui se manifeste ici par un changement tonal et -ng > -n
  • lái « échanger 换 » => mà-lái « remplacement 替身;代用品 », cognat du tibétain brdʑe བརྗེ་

Le dernier exemple montre que cette dérivation (quelle que soit l’étymologie de ce préfixe ma-) non plus ne cause pas la fortition des latérales.

Un autre exemple de préfixe ma- est le causatif dans:
lūm « chaud, tiède 温 »=> ma-lūm « cuire (de la soupe de riz) 煮(稀饭) »

La non plus, la fortition ne s’applique pas. La non-fortition dans ces dérivations a plusieurs interprétations:
(i) Réfection analogique (assez probable, mais l’on devrait s’attendre à trouver quelques exceptions fossilisées)
(ii) Conditionnement phonologique des préfixes (Etant donné que certains mots de toute façon échappent à la fortition, comme « âme » mentionné plus haut, on peut imaginer que les mots à fortition avaient en fait de vrais groupes de consonnes, qui auraient été brisés après la fortition par l’insertion d’une voyelle d’anaptyxe (*slV > ʃə-tV etc), tandis que les mots sans fortition, y compris les causatifs et les noms dérivés mentionnés ci-dessus, avaient une voyelle qui empêchait le contact direct entre consonne et latérale)
(iii) Si le préfixe mə- de nominalisation est une innovation (une question qui se pose malgré tout), il n’est pas impossible qu’il ait été grammaticalisé après la fortition.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un préfixe de nominalisation en jinghpo," Panchronica, 18/08/2016, https://panchr.hypotheses.org/1450 (ISSN 2494-775X)

L’obstruentisation du *l en jinghpo

Il est bien connu qu’en tibétain ancien, le *l du prétibétain devient -d- dans certains groupes, comme *md-, *Nd- > md-, ‘d-/ld- (d’après les lois de Bodman et de Conrady). Ce changement s’est poursuivi dans les langues tibétaines modernes, où en particulier zl- donne une occlusive ou une affriquée dans la quasi-totalité des variétés modernes (voir la présentation de Gong Xun à ce propos, en cours de relecture en ce moment).

Il est moins connu que le jinghpo a un changement du même type; le phénomène est mentionné dans Matisoff (2003:50-63), et mérite un développement plus détaillé. La table suivante montre les exemples les plus clairs:

Jinghpo sens Tibétain
mă³¹ta̱ʔ⁵⁵ « lécher » ldag < *N-lag
ʃă³ta̱³³ « lune » zla
lă³¹ta̱ʔ⁵⁵ « main » lag.pa
ʃă³¹tai³³ « nombril » lte.ba < *t-le

On remarque qu’il s’agit toujours de mots à présyllabe en jinghpo, jamais de mot en initiale absolue. Mon interprétation de cette correspondance (Matisoff ne propose pas de loi phonétique claire) est que la suite de lois phonétiques suivantes a opéré:
*Cl- > *Cd- > *Cə-d- > Că.t-

Autrement dit, le jinghpo avait originellement de vrais groupes de consonnes. Le *l a subi une fortition en *d lorsqu’il suivait certaines consonnes (au moins *s et les nasales *m et *n; lă³¹ta̱ʔ⁵⁵ vient peut-être de *n-lak > *l-dak comme en tibétain), ce qui explique l’absence de cette correspondance en début de mot.

Le nom pă̱⁵⁵la⁵⁵ ‘flèche’ (tibétain mda *məl-) suggère que l’obstruentalisation n’avait pas lieu devant occlusive (*pl- > *pəl- > pă̱.l).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’obstruentisation du *l en jinghpo," Panchronica, 25/01/2016, https://panchr.hypotheses.org/726 (ISSN 2494-775X)