Archives par mot-clé : japhug

La noix en hmong et en rgyalronguique

Le terme japhug de la noix, ʑɴɢɯloʁ (que je transcrivais autrefois comme ʑɴɢoloʁ car la voyelle de la première syllabe a dans ce mot une prononciation particulière due à son environnement — la transcription ʑɴɢɯloʁ représente la variante lente hyper-articulée), a des cognats dans les autres langues rgyalronguiques; il est encore difficile de déterminer s’il s’agit d’un mot voyageur ou d’un mot hérité au sein du rgyalronguique lui-même (rappelons que le -ʁ du japhug vient d’une coda *-q).

Ratliff (2010, §6.31, §13), sur la base du Zongdi hlə(5) et du Fuyuan qlo(C) reconstruit un proto-hmong *qlow (C) pour « walnut ». Notons que le proto-hmong avait déjà perdu les occlusives finales, mais que le *-k du mien correspond généralement à des rimes au ton C de série haute, ce qui est le cas ici; rien n’interdit donc, du point de vue interne au hmonguique, de supposer qu’une coda *-k a pu avoir existé ici. Ces langues sont parlées au Guizhou, à plus d’un millier de kilomètres au sud-est de la région Rgyalrong, et l’hypothèse d’un mot voyageur pour « noix » présent uniquement en hmong et en rgyalronguique, sans attestation dans les langues situées au milieu, est sans doute contestable. Néanmoins, nous savons qu’il existe en hmong-mien des emprunts anciens à une langue birmo-qianguique, et il est possible que ce mot pour « noix » fasse partie de la même couche. L’étude du rgyalronguique d’une part, et du hmong-mien d’autre part, peuvent bénéficier l’une de l’autre.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La noix en hmong et en rgyalronguique," Panchronica, 17/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1758 (ISSN 2494-775X)

L’étymologie de ginseng

La deuxième syllabe du chinois 人參 rénshēn « ginseng » remonte au chinois moyen ʂim, qui lui-même vient d’une forme *srəm en chinois archaïque. Dans cet article, j’ai proposé une étymologie comparant ce nom au japhug tɤ-zrɤm « racine » (proto-rgyalrong *srɐm) et au khaling स्याम् sɛ̄m « racine » ( *s dès le proto-kiranti).

Ce mot, que je croyais restreint jusqu’ici au chinois, au kiranti et au rgyalronguique, se trouve en fait aussi en kuki-chin, comme en hakha lai où l’on a hram « racine », selon le dictionnaire de Van Bik. Malgré son absence du Stedt, la présence de cet étymon en kuki-chin renforce l’hypothèse d’une origine proto-sino-tibétaine pour ce mot. Il est concevable d’ailleurs que le tibétain གཤམ་ gɕam « le bas » reflète le même étymon, le g- étant la trace du préfixe de possession indéfini (le tɤ- du japhug), qui subi la loi de Saskya Pandita (*t- > g- devant coronale), et le ɕ- représente le traitement de *sr- observé dans ཤིག་ ɕig « pou » (japhug zrɯɣ)

La différence avec les formes concurrentes, notamment celle qui donne le chinois 本 n’est pas encore claire. Notons que la second edonne des sens comme « tronc », voir « arbre » en bodo-garo (garo bol). Il est possible que le mot donnant chinois 本/garo bol désignait les racines d’arbre ou la souche, tandis que celui qui a donné tɤ-zrɤm/hram/參 désignait les racines de plantes plus petites.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de ginseng," Panchronica, 12/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1719 (ISSN 2494-775X)

La prénasalisation en hmong-mien

La reconstruction de Baxter et Sagart (2014) fait un grand usage de la prénasalisation en hmong-mien, suivant en cela certaines idées proposées par Downer dans cet article remarquable, qui n’a pas pris une ride en plus de 40 ans: les prénasalisées du chinois archaïque deviennent des voisées en mien, la distinction de voisement étant transphonologisée registre tonal, et celle d’aspiration étant perdue (*mp-, *mpʰ- > b-; *nt-, *nth- > d etc).

Ils se sont servis dans leur reconstruction essentiellement des mots reconstruits en proto-hmong-mien (Wang Fushi et Mao Zongwu 苗瑶语古音构拟et Ratliff 2010), mais il est facile, en étudiant le dictionnaire du mien de Jiangdi 江底 de Mao Zongwu (汉瑶词典(勉语)), de trouver de nombreux cas de mots ayant des voisées en mien (venant de préinitiales) correspondant à des sourdes aspirées ou non-aspirées en chinois.

Certains de ces mots, comme bjoːt8 « bouillir » (chinois 沸 pjɨjH < *Nə-puts; notons qu’il existe un autre verbe bwei5 « bouillir » en mien avec un -i correspondant au *-ts du chinois archaïque, donc tardif, qui se retrouve toutefois en hmong et semble suivre les correspondances des mots hmong-miens natifs), semblent d'une grande antiquité (la préservation du -t final est ici probablement indicatrice d'un emprunt pré-Han). D'autres toutefois, comme beu1 "jeter" (chinois 抛 phæw), ont des correspondances indicatrice d’un emprunt d’une langue de type chinois moyen. Signalons le mémoire de mastaire de
Li Lizhi (《汉瑶词典》中勉语汉语借词的研究) qui propose une stratification détaillée des emprunts en mien sur la base du dictionnaire de Mao Zongwu.

Pourrait-il s’agir d’une innovation en mien? Bien sûr, dans le cas de mots à voisée en chinois moyen, comme le mien dzoːi2 « complet », qui vient du chinois 齐 dzej (dont un des sens est « complet », dans des expressions telles que 齐全), il serait possible d’argumenter que le voisement est dû au fait que le mot est emprunté à un dialecte chinois qui aurait préservé le voisement jusqu’à une période postérieure à la perte de celui-ci en mien et à la conversion de la prénasalisation en voisement dans cette langue. Un tel argument n’est pas possible pour les mots à sourdes aspirées et non-aspirées en chinois moyen, bien entendu.

Une autre question est de savoir s’il pourrait s’agir d’une alternance interne au mien; même si les langues hmong-mien sont presque complètement isolante, on remarque quelques trace de morphologie ancienne(Ratliff 2010:199-213).

L’une des plus étonnante, notée à juste titre par Martha Ratliff (2010: 210) est la paire entre « tuer » (mien tai5 < *təjH) et "mourir" (mien tai6 < *dəjH), qui rappelle l'austronésien *paCay "tuer" / *maCay "mourir" (*C, quelque soit son interprétation phonétique, correspond à t dans la plupart des langues austronésiennes). Cette paire de verbes soulève de nombreuses questions concernant la parenté du hmong-mien (ce ne sont pas les seules formes ressemblant à l'austronésien dans la famille), et en tous les cas montre des alternances morphologiques de voisement (manifestée en mien par les tons de série haute (1,3,5,7) opposés à ceux de série basse (2,4,6,8)) ont pu avoir un jour existé. Néanmoins, il ne semble pas qu'il y ait d'exemples clairs de paires de verbes natifs ayant une alternance de prénasalisation (cf Downer 1973). Il est donc peu vraisemblable que la prénasalisation dans les verbes empruntés au chinois aient pu être dus à un préfixe en hmong-mien (contrairement par exemple aux langues rgyalronguiques, où les verbes récemment empruntés au chinois prennent des préfixes dénominaux, tels que – en japhug, voir cet article).

Nous avons donc une large couche d’emprunts au chinois ayant des initiales remontant à des prénasalisées, mais qui du point de vue des autres caractéristiques phonologiques ressemble à un dialecte chinois moyen; nous avons donc affaire à un dialecte chinois d’époque post-Han, qui n’était distinct du système du qieyun que parla préservation de quelques traits comme la prénasalisation, et qui comme le suggère Downer pourrait même être ancestral à la couche la plus ancienne du cantonais et du hakka. La prénasalisation en hmong-mien n’est donc pas une curiosité remontant à une époque archaïque, dont l’ajout à la reconstruction serait extrêmement spéculatif comme le suggère Schuessler (2015), mais un trait encore présent en chinois des Han et probablement assez général dans les dialectes du sud jusqu’à l’époque Tang.

Pour finir, on trouve en hmong-mien des mots sino-tibétains non-chinois, probablement venant d’une langue birmo-rgyalronguique ancienne, dont certains ont une prénasalisation. Si l’on prend bwan5 « neige, glace », probablement apparenté au japhug tɤjpa (*lpa < **lpan; le -n est attesté en trong tɯ³¹wɑn⁵³  »neige »), on observe que la prénasalisation en hmong-mien, à une époque encore plus ancienne, provient de la confusion de préinitiales nasale et d’autres prénitiales sonantes comme *l-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La prénasalisation en hmong-mien," Panchronica, 19/03/2017, https://panchr.hypotheses.org/1694 (ISSN 2494-775X)

L’hébreu à la rescousse du gyalronguique

Un des problèmes non-résolus de la linguistique gyalronguique est la reconstruction des suffixes d’indexation personnelle. Si certaines langues, comme le situ et le zbu présentent des alternances non-triviales, notamment pour marquer la 1sg, le japhug a un système complètement parallèle entre pronoms, préfixes possessifs et suffixes d’indexation, comme le montre le tableau suivant tiré de cet article:

japhug_pronoms

Etant donné les points communs entre les systèmes d’indexation du gyalronguique et ceux du kiranti (en particulier le situ et le kiranti du sud), notamment les préfixes, le système d’indexation dans son ensemble ne peut pas être une innovation récente des langues rgyalronguiques. Si c’était le cas, outre que les ressemblances avec le kiranti et d’autres langues devraient être considérées comme fortuites, il faudrait admettre que les pronoms aient été grammaticalisés indépendanmment dans chaque langue individuelle, puisque les correspondances irrégulières entre langues gyalrong dans les suffixes d’indexation sont les mêmes que dans les pronoms: ainsi le zbu et le situ ont des suffixes et des pronoms palatalisés pour le pluriel et le duel (-ndʑə et -ɲə), tandis que le tshobdun a des formes non-palatalisés (-ndzə, -nə) et le japhug a seulement le duel qui est palatalisé (-ndʑi, -nɯ).

Une telle hypothèse ne serait acceptée par personne, pas même ceux qui veulent remettre en cause l’antiquité des systèmes d’indexations en ST comme LaPolla. Toutefois, l’isomorphie entre suffixes d’indexation et pronoms/préfixes possessifs néanmoins demande une explication. Il me semble qu’il faut considérer la possibilité d’une analogie massive entre pronoms et suffixes d’indexations. Ce type de cas est rare dans les langues dont l’histoire est bien connue, mais il existe un exemple bien attesté: celui des suffixes d’accompli en hébreu (voir Joüon et Muraoka, pp 122-3).

Observons d’abord le paradigme régulier de l’inaccompli en hébreu (avec le verbe qāṭal « tuer »), comparé avec celui de l’arabe (avec kataba « écrire »). Le formes phonétiquement irrégulières en hébreu sont en gras:

1sg qāṭál-tî — katab-tu
1pl qāṭál-nû — katab-nā

2m.sg qāṭál-tā — katab-ta
2f.sg qāṭal-t — katab-ti
2m.pl qāṭal-tem — katab-tum
2f.pl qāṭal-ten — katab-tunna

3m.sg qāṭal — katab-a
3f.sg qāṭəlâ — katab-at
3pl qāṭəl-û — katab-ū / katab-na

Voici le paradigme des suffixes possessifs (avec sûs « cheval ») et des pronoms:

1sg sûs-î — ʔănî, ʔănōxî
1pl sûsḗ-nû — ănáħnû

2m.sg sûsə-xā — ʔattâ
2f.sg sûsē-x — ʔat
2m.pl sûsə-xem — ʔattem
2f.pl sûsə-xen — ʔatten

3m.sg sûs-ô — hûʔ
3f.sg sûs-āh — hîʔ
3m.pl sûs-ām — hēm, hḗmmâ
3f.pl sûs-ān — hēn, hḗnnâ

Une analyse exhaustive de ces paradigmes dépasse le cadre de ce billet, mais notons que plusieurs suffixes de l’inaccompli ont des formes inexplicables si l’on admet pour le proto-sémitique du nord-ouest des suffixes similaires à ceux de l’arabe:
(i) La 1sg *-ta devrait donner †-t en hébreu, et non -tî, qui ajoute à la désinence le -î du suffixe possessif et du pronom ʔănî.
(ii) La 1pl *-na ou *-nâ devrait donner soit †-n soit †-nô en hébreu; le -nû est rigoureusement identique au suffixe possessif.
(iii) La 2m.sg devrait être †-t comme le féminin, et les formes du pluriel devraient être différentes; on observe le même paradigme -â, zéro, -em, -en entre pronoms, suffixes possessifs et suffixes d’inaccompli.

L’hébreu offre donc un exemple de contamination entre les paradigmes possessifs et pronoms d’une part, et suffixes d’indexation d’autre part, ce qui peut servir de modèle pour expliquer les formes des langues gyalronguiques, qui ont apparemment poussé plus loin cette analogie entre les trois paradigmes — l’analogie semble est restée constamment active, et a maintenu la ressemblance entre les paradigmes en supprimant à intervalles réguliers les accidences dues aux changements phonétiques réguliers.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’hébreu à la rescousse du gyalronguique," Panchronica, 22/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1660 (ISSN 2494-775X)

Le duel inclusif est-il compatible avec un autre argument de première personne?

Dans un article précédent (p85), j’ai affirmé qu’il était impossible dans une même forme verbale en japhug de combiner une première personne inclusive avec un autre argument de première ou deuxième personne. Ainsi, pour exprimer le sens de la phrase « Je nous ai vu tous les deux dans le miroir », il faut dire:

(1) χɕɤlzgoŋ ɯ-ŋgɯ kɤ-ntɕhɤr-tɕi nɯra pɯ-mto-t-a
miroir 3SG.POSS-intérieur PFV-apparaître-1DU DEM:PL PFV-voir-PST-1SG
« Je nous ai vu dans le miroir = j’ai vu que nous étions visibles dans le miroir. »

Une contrainte similaire existe en limbou, et j’en avais tiré la conclusion hâtive que cette configuration était impossible dans tous les cas. Je n’ai jamais trouvé de cas de ce type dans le corpus japhug.

Toutefois, inspiré par une suggestion d’Aimée Lahaussois durant les journées d’étude sur les langues kiranties, j’ai essayé ce matin la phrase « tu vas nous retarder », un des rares cas de configuration combinant duel inclusif avec une première personne qui ne soit pas étrange du point de vue pragmatique. Sans hésiter, Tshendzin a proposé la phrase (2), ici présentée avec l’enregistrement obtenu par Skype. J’ai bien revérifié que l’interprétation n’est pas avec l’exclusif « tu vas nous (moi et lui) faire arriver en retard. »

(2) mɯ́j-tɯ-mbɣom ri tha kɯ-z-maqhu-tɕi
NEG:SENS-2-être.pressé LNK bientôt 2>1-CAUS-être.après-1du
‘(Comme) tu ne te presses pas, tu vas nous (toi et moi) faire arriver en retard.’

La forme utilisée est celle de 2 > 1DU (kɯ-…-tɕi; les langues rgyalrongs ne distinguent pas l’inclusif et l’exclusif dans la morphologie verbale). Plus de recherches vont donc être nécessaires pour évaluer quelles sont les configurations possibles. Espérons que des exemples pourront être mis au jour dans le corpus de textes.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le duel inclusif est-il compatible avec un autre argument de première personne?," Panchronica, 28/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1586 (ISSN 2494-775X)

Les histoires traduites du chinois en japhug

Le corpus du japhug accessible sur l’archive Pangloss comprend des histoires traditionnelles, des textes procéduraux et des textes traduits du chinois (je n’ai pas inclus les conversations, au moins pour le moment).

Il peut sembler contestable d’employer des histoires traduites pour décrire la grammaire de cette langue, mais voici ma position sur la question. Tout d’abord, le corpus des histoires traditionnelles dont les locuteurs se souviennent encore est restreint, et j’ai enregistré au moins deux versions (parfois cinq versions) des histoires que j’ai pu trouver; si l’on se limite à ces histoires, le corpus narratif aurait déjà atteint ses limites. Ensuite, les traductions, si elles peuvent induire des phrases et constructions peu naturelles, sont aussi l’occasion pour les locuteurs habiles à cet exercice de produire des phrases relativement plus compliquées que celle utilisées dans la vie courante, et d’explorer les limites des possibilités grammaticales de leur langue. Il est manifeste que les traductions que j’ai obtenues sont plus longues que l’original, et que j’ai pu apprendre de nombreux mots et expressions traditionnelles grâce à ce travail.

Naturellement, une phrase tirée d’un corpus traduit doit être traitée avec plus de suspicion qu’une phrase venue d’un document plus authentique. Si l’on observe par exemple une construction sans équivalent dans le corpus non-traduit, et qui de plus suit servilement l’original chinois, il n’y a guère de doute que cette construction ne doit pas être utilisée dans la grammaire, à moins de spécifier que l’on s’intéresse spécifiquement aux calques dus à la traduction.

Les traductions que Tshendzin a faites pour moi (à partir de recueils d’histoires illustrés pour enfants) sont toutefois assez souvent ingénieuse et trop éloignées du mot-à-mot pour avoir la suspicion d’être des calques serviles. Observons par exemple la phrase (1):

(1) 大人,请为小人做主啊!
Seigneur, aidez-moi (prenez mon parti dans cette affaire).

Elle est traduite par (2):

(2) nɤʑo ji-βɣo ra, aʑɯɣ a-qhu tɤ-βze ma maka, tu-kɯ-qur-a ma,
2SG 1PL.POSS-oncle.paternel PL 1G:GEN 1SG:arrière IMP-faire[III] car complètement, IMPF-2>1-aider-1SG car
‘Oncle, défends-moi, aide-moi, car…’

L’épithète 大人 dàrén « seigneur » (s’adressant à un fonctionnaire) a été traduite par ji-βɣo « notre oncle », la formule d’adresse en particulier utilisée pour un lama; le pluriel ra est ici honorifique (sans équivalent en chinois). L’expression chinoise 为……做主 (做主 signifie « décider, être responsable », mais 为……做主 signifie « soutenir X en prenant son parti », en particulier d’un supérieur dans une affaire qui concerne des subalternes) est rendue par la collocation ɯ-qhu,βzu « défendre » (littéralement « faire l’arrière ») de même sens, mais de forme complètement différente.

Il n’est pas possible d’en conclure sans confirmation additionnelle que (2) soit la façon exacte de s’exprimer qu’aurait un locuteur de la langue dans un tel contexte, mais (i) la même interrogation existe aussi pour les phrases tirées de conversations venues des histoires traditionnelles (parfois en fait traduites du tibétain durant la deuxième moitié du 20ème siècle, et donc pas si traditionnelles que ça), et (ii) même si ces traductions peuvent garder une part d’artificialité, elles sont néanmoins utiles lorsqu’elles sont utilisées en combinaison avec un corpus plus naturel, et lorsque l’on peut systématiquement les revérifier avec des locuteurs natifs.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les histoires traduites du chinois en japhug," Panchronica, 18/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1570 (ISSN 2494-775X)

L’usage de la vidéo en documentation linguistique

Dans un précédent billet, j’avais mentionné un film expliquant les techniques de tissage. La première partie de ce film (avec la transcription complète) est maintenant disponible sur l’archive Pangloss. C’est le premier document vidéo de la collection sur le japhug.

Ce document illustre entre autre pourquoi la vidéo n’est pas un simple gadget, mais un outil indispensable à la documentation des langues. Dans le cas des textes procéduraux (qui expliquent comment réaliser une activité traditionnelle), en effet, il est très courant que le locuteur se serve de gestes et autres signaux non-verbaux pour expliquer une action, qui de toute évidence sont perdus si l’on ne dispose que d’un enregistrement audio. Ainsi, la phrase la plus courante du texte sur le tissage (les lecteurs de ce blog peuvent s’en convaincre par eux-même) est (1), qui est absolument ininterprétable sans vidéo.

(1) ki tú-wɣ-stu tɕe
DEM/PROX IPFV-INV-faire.ainsi LNK
On fait de cette façon.

Mais non seulement la vidéo permet de mieux comprendre les phrases ambiguës ou insuffisamment spécifiques, elle rend aussi possible de saisir les emplois précis de certains affixes ou constructions grammaticales en contexte. C’est notamment le ça ici avec les préfixes directionnels. Certains verbes (comme taʁ « tisser » βzu « faire », ʑa « commencer ») apparaissent dans ce texte avec deux préfixes directionnels imperfectifs: lu- (vers l’amont) et chɯ- (vers l’aval). Le premier (lú-wɣ-ʑa « on commence », lú-wɣ-taʁ « on tisse ») s’emploie pour désigner les mouvements depuis la partie du métier à tisser la plus éloignée du tisserand, tandis que le second est utilisé lorsque le mouvement part de la partie la plus proche du tisserand. Autrement dit, la dimension fluviale amont-aval est métaphoriquement étendue à l’axe des fils de chaîne.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’usage de la vidéo en documentation linguistique," Panchronica, 03/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1553 (ISSN 2494-775X)

L’harmonie d’uvularité en japhug

Même s’il existe certains indices dans des langues tibétaines modernes périphériques suggérant que le tibétain commun ait pu avoir des uvulaires non représentées dans l’écriture, cette question est encore mal comprise. Les emprunts tibétains en japhug, langue ayant une opposition phonémique entre uvulaires et vélaires, pourraient contribuer à ce débat.

Parmi les mots ayant une occlusive uvulaire en japhug correspondant à une vélaire se trouve le nom tɯ-qhoχpa « organes, état d’esprit », qui provient du tibétain ཁོག་པ་ kʰog.pa. Cette forme apporterait-elle la preuve que le radical /kʰog/ avait une uvulaire en tibétain commun ?
Dans le cas particulier de ce mot, une explication interne au japhug est possible. En effet, il existe dans cette langue une contrainte phonotactique synchronique liée à la distribution des consonnes dorsales : lorsqu’une syllabe a une consonne initiale et une coda dorsale, les deux doivent être soit vélaires (kɤɣ « courber ») ou uvulaires (qaʁ « éplucher, écorcher, enlever la peau »). Cette contrainte ne s’applique pas aux consonnes médianes ou préinitiales (par exemple mbɣaʁ « se retourner »).

Or, les rimes -ag(s)/-eg(s) et -og(s) du tibétain sont régulièrement empruntées comme -aʁ et -oʁ respectivement; la présence d’une uvulaire est ici due au fait que, aussi bien en japhug qu’en tibétain (ancien et amdo, voir dans cet article), les codas uvulaires et vélaires sont en distribution complémentaire. Ainsi, on s’attendrait à ce que kʰog.pa soit emprunté comme *(tɯ-)kʰoχpa. Or, une telle forme violerait la contrainte phonotactique d’harmonie d’uvularité mentionnée ci-dessus. Le nom tɯ-qhoχpa peut donc s’expliquer si l’on admet l’existence d’une loi phonétique *k(ʰ)Vʁ > q(ʰ)Vʁ en japhug. Il existe des preuves indépendantes de cette loi phonétique dans le vocabulaire natif (sujet qui est traité dans un article en train d’être écrit par Gong Xun).

Cette étymologie montre donc que les données des emprunts dans les langues gyalronguiques doivent être utilisées avec précaution pour reconstruire l’histoire du tibétain.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’harmonie d’uvularité en japhug," Panchronica, 04/11/2016, https://panchr.hypotheses.org/1528 (ISSN 2494-775X)

Le roi des rgyalrongois

En japhug, la possession est exprimée par un préfixe possessif coréférent avec le possesseur sur le possédé, auquel peut s’adjoindre optionnellement une marque de génitif, comme en (1) et en (2).

(1) rɟɤlpu (ɣɯ) ɯ-ŋga
roi (GEN) 3SG.POSS-habit
« les habits du roi »

(2) jla nɯni (ɣɯ) ndʑi-rpaʁ
yak.hybride DEM.DUEL (GEN) 3DU.POSS-épaule
« Les épaules des deux yaks hybrides »

Pour les possesseurs de troisième personne, ce préfixe est ɯ- au singulier (1), ndʑi- au duel (2) et nɯ- au pluriel.

Un fait intéressant, que je n’ai pas pour le moment observé dans d’autres langues, est que lorsque l’on désigne le seigneur ou le roi d’une région, il est impératif d’employer un préfixe de pluriel, comme dans:

(3) ndzaʁlaŋ ʑɯŋkhɤm nɯ-rɟɤlpu
Jambudvîpa pays 3PL.POSS-roi
« Le roi de Jambudvîpa »

La raison pour ce fait curieux est à mon avis que l’expression signifie en fait non pas « roi de X » mais « roi de ceux de X », car l’on peut ajouter une marque de pluriel optionnelle ra:

(4) iɕqha sɤtɕha ra ɣɯ nɯ-rɟɤlpu
à.l’instant endroit PL GEN 3PL.POSS-roi
« Le roi de (ceux de) cet endroit »

Toutefois, dans les textes que j’ai fait traduire du chinois, cette expression se retrouve même pour des lieux qui ne sont pas censé avoir d’habitants; ainsi « le seigneur du mont Taishan » (泰山之主) est traduit par taishan ra ɣɯ nɯ-rɟɤlpu.

En français et dans les autres langues d’Europe, on trouve au moins deux constructions, illustrées par les titres historiquement attestés de roi de France et de roi des français. Le japhug (et peut-être d’autres langues de la région) semble ne permettre que la seconde possibilité.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le roi des rgyalrongois," Panchronica, 29/10/2016, https://panchr.hypotheses.org/1516 (ISSN 2494-775X)

Dictionnaire Japhug, version 1.1

Je viens de rendre disponible la version 1.1 de mon dictionnaire japhug, qui contient environ 300 nouvelles entrées, et corrige un certain nombre de phrases imparfaites, voire agrammaticales, que j’avais laissées dans la version précédente.

La version sans son peut être téléchargée aux adresses suivantes:
version 1.1 (sans son), academia.edu
version 1.1 (sans son), Himalco

La version plus lourde, comprenant les fichiers sons, est disponible ici:
version 1.1 (sans son), Himalco

Carnet de terrain (2016) IX

Le japhug, comme les autres langues rgyalronguiques, a un système d’idéophones (et de verbes déidéophoniques) très complexe, dont cet article offre un court aperçu. Leur usage détaillé et leur sens précis est très difficile à décrire clairement et à traduire correctement, ce qui complique considérablement le travail de lexicographie, mais contribue à l’expressivité et à la richesse de ces langues.
Il suffit de commencer à poser des questions sur ce sujet pour découvrir de nouveaux idéophones et des sens nouveaux à des idéophones déjà connus. Parmi les idéophones que j’ai appris aujourd’hui, il y a par exemple ɟrɯɣɟrɯɣ, qui peut signifier « sensation inconfortable dans le ventre qui annonce une diarrhée » (sans bruit de gargouillement, contrairement au verbe déidéophonique ɣɤɟɯɟrɯɣ « gargouiller ») ou « beaucoup d’objets en désordre » (dans ce sens, presque synonyme de l’idéophone presque identique crɯɣcrɯɣ), thrɤβthrɤβ (avec un groupe de consonne thr peu commun) « dont l’épaisseur n’est pas homogène (à propos de la soupe de riz) » ou crɯcrɯ « crasseux, plein de morve (enfant) ».
Pour les quelques jours qui me restent ici, j’ai décidé d’enregistrer des définitions détaillées du plus grand nombre d’idéophones possible en japhug, ainsi que des comparaisons entre idéophones de sens proche. Il y a matière à rédiger une monographie sur ce sujet, et j’espère tout au moins dans ma future grammaire inclure un inventaire systématique des formes qui existent et celles qui n’existent pas, ainsi qu’un description aussi précise que possible des nuances de sens de ces idéophones.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) IX," Panchronica, 19/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1409 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) VIII

Il existe en japhug de nombreuses expressions pour dire « le soleil s’est couché », mais la plus surprenante est sans doute (1):
(1) tɤŋe tɤ-a<nɯ>ri
soleil PFV:HAUT-<VERTITIF>aller[II]
« Le soleil est retourné (vers le haut) »

Avec d’autres verbes, on trouve les directionnels attendu – « vers le bas » ou – « vers l’ouest’:
(2) tɤŋe nɯ-ɕqhlɤt
soleil PFV:OUEST-disparaître
(3) tɤŋe pɯ-ɕqhlɤt
soleil PFV:BAS-disparaître

Pourquoi donc employer le préfixe « vers le haut » en (1), direction qui semble être l’inverse du mouvement apparent du soleil lorsqu’il se couche? J’ai eu aujourd’hui la réponse: le mouvement « vers le haut » en question auquel il est fait référence n’est pas celui du soleil directement mais de l’ombre sur l’adret (rndzɤkɤŋe — il doit y avoir un terme technique en français, je serais reconnaissant pour toute suggestion) qui monte à mesure que le soleil descend.

Cet exemple illustre que les usages apparemment irrationnels des préfixes directionnels dans les langues rgyalronguiques peuvent sans doute avoir une explication lorsque le contexte culturel est bien compris, mais ce type d’information n’est souvent pas disponible.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) VIII," Panchronica, 17/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1405 (ISSN 2494-775X)

Carnet de terrain (2016) VII

La compilation d’un dictionnaire est une tâche qui de toute évidence ne peut jamais être tout à fait finie, et qui nécessite un travail constant. Contrairement aux histoires ou aux conversations, où l’on trouve souvent des phrases bancales qui ne sont pas bien graves (car elles sont immergées dans le reste et il suffit de mettre une note dans la transcription), dans le cas d’un dictionnaire il est nécessaire de faire attention à la représentativité des exemples (éviter tout exemple pragmatiquement / culturellement bizarre ou choquant) et à plus forte raisons les phrases incorrectes grammaticalement. La tâche pourrait sembler facile, mais même les locuteurs changent souvent d’avis sur l’opportunité d’inclure tel exemple dans le dictionnaire, et rejettent parfois des phrases qu’ils avaient eux-mêmes prononcées. Travailler à un dictionnaire consiste donc parfois autant à rajouter des exemples qu’à en exclure. A mon avis, mieux vaut mentir par omission qu’en incluant des données douteuses: en cas de doute, supprimer!

Cette année, j’ai décidé de faire le grand ménage, et d’examiner systématiquement tous les exemples douteux dans le dictionnaire, ce qui a pris une part importante des derniers jours et va probablement occuper une grande part de mon temps d’ici jusqu’à mon départ. J’ai par ailleurs atteint aujourd’hui les 7000 mots; mon dictionnaire est de taille modeste en comparaison même de ceux que l’on peut trouver même pour des langues minoritaires d’Europe, voire de certaines langues d’Amérique (Navajo, Lakota), mais la lexicographie des langues rgyalrong du nord part vraiment de zéro, et présente des difficultés particulières (notamment dues au fait que les dérivations sont effectuées par des préfixes dans cette langue, ce qui rend l’ordre du dictionnaire peu maniable).

J’espère pouvoir rendre disponible une version révisée 1.1 du dictionnaire japhug après mon séjour.

Carnet de terrain (2016) VI

On trouve en japhug un nom désignant l’embryon des poulains, ɯ-rti, emprunté au tibétain rteɦu རྟེའུ་ ‘poulain’ (le diminutif de rta རྟ་ ‘cheval’). On dit par exemple pour une jument enceinte rgonma ɯ-rti kɯ-tu avec une relative à tête interne.

Ce mot est intéressant à deux titres. D’abord, le japhug est une langue dans laquelle il y a un mot pour ’embryon de cheval’, mais pas de mots spécifiques pour ceux des autres animaux, y compris les humains (on dit ‘enfant’ tɤ-pɤtso pour un embryon humain). Je n’y avais jamais pensé jusqu’à aujourd’hui, mais je trouve ce fait pour le moins inattendu.
Ensuite, le mot tibétain lui-même désigne le poulain, et il y a un déjà un mot natif en japhug (kɤjpɯ, non emprunté au tibétain) pour désigner les poulains. Par quel chemin ce nom a-t-il eu cette acceptation? S’agit-il d’un changement à l’intérieur de la langue tibétaine qui a donné ce mot, ou d’une évolution interne, après avoir emprunté le nom dans le sens de ‘poulain’?

Carnet de terrain (2016) V

Dans les langues rgyalrongs et kiranties, l’ordre normal pour dire « père et mère » est l’inverse de celui du français, du chinois ou du tibétain; on dit ainsi en japhug a-mu a-wa « ma mère et mon père », avec la mère en premier.

Dans le registre de langue aujourd’hui disparu des nobles (on ne le retrouve guère que dans les histoires traditionnelles) on employait pour désigner les parents les noms d’origine tibétaine -pa ‘père’ et -ma ‘mère’ de ཨ་ཕ་ ʔa.pʰa et ཨ་མ་ ʔa.ma respectivement. Notons que l’absence d’aspiration dans le mot ‘père’ n’est pas un obstacle contre l’étymologie tibétaine: la consonne -p- est en position intervocalique, précédée par le préfixe ʔa-, est n’était pas aspirée dans le dialecte tibétain donneur; à l’inverse, l’expression phama « père et mère » en japhug, non-préfixée, a bien une aspiration comme son équivalent tibétain ཕ་མ་ pʰa.ma.

Or, l’ordre des parents avec ces noms d’origine tibétaine suit celui du tibétain: on dit donc a-pa a-ma « mon père et ma mère » à l’inverse des noms natifs. C’est un cas intéressant qui illustre que l’influence du contact du tibétain sur le japhug ne se limite pas au lexique (à ce propos, voir aussi cet article).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Carnet de terrain (2016) V," Panchronica, 06/07/2016, https://panchr.hypotheses.org/1392 (ISSN 2494-775X)