Archives par mot-clé : infinitif

Les phrases complétives en japhug

J’ai commencé à travailler sur un article à propos des phrases complétives en japhug, qui est un des derniers points majeurs de la grammaire, après les relatives, les comparatives, les subordonnées circonstancielles et l’évidentialité que j’ai besoin de défricher avant de pouvoir me mettre à la rédaction de la grammaire complète de la langue (ma précédente grammaire est toujours utile, mais déjà périmée).

Le japhug a des phrases infinitives avec dans le cas de certains verbes des restrictions de coréférence similaires à celles qu’on observe en français (je pense venir : le sujet de la phrase principale est nécessairement le même que de celle de la subordonnée infinitive).

La complémentation en japhug pourrait donc sembler un sujet relativement ennuyeux, d’autant qu’il existe déjà un très bon article sur le même sujet à propos du tshobdun, une langue très proche. Toutefois, lorsque l’on étudie ce sujet vraiment en détail, on peut trouver dans le corpus des phrases intéressantes dont je n’aurais pas soupçonné l’existence. Pour illustrer le type de phénomènes que l’on peut observer, et que je vais traiter dans cet article, je ne prendrai qu’un seul exemple.

En japhug, le verb mŋɤm ‘avoir mal’ ne peut pas accepter comme sujet (pour une définition de « sujet » en japhug, voir cet article) qu’une partie du corps (jamais un être humain, en particulier une première ou une deuxième personne), et on exprime la personne qui ressent la douleur par un préfixe possessif sur le nom:
(1) a-xtu ɲɯ-mŋɤm
1SG.POSS-ventre SENS-avoir.mal
« j’ai mal au ventre. »

Toutefois, on trouve la complétive suivante:
(2) aʑo pɯ-xtɕɯxtɕi-a ʑo ri tɯxtɤŋɤm nɯ-atɯɣ-a tɕe, nɯ kɤ-mŋɤm pɯ-rɲo-t-a
1SG PST.IPFV-être.petit-1SG EMPH LOC dysenterie, PFV-rencontrer-1SG CONJ DEM INF-avoir.mal PFV-faire.l’expérience.de-PST:TRANSITIF-1SG
« Quand j’étais petite, j’ai eu (une fois) la dysenterie, j’ai souffert (de douleurs aux ventre) ».

(NB: Ici on peut rajouter a-xtu « mon ventre » avant kɤ-mŋɤm INF-avoir.mal)

Qu’y a-t-il d’étrange dans la phrase (2)? L’infinitif en kɤ- est employé alors qu’il n’y a pas de coréférence entre le sujet de l’infinitive et celui du verbe de la phrase matrice (rɲo ‘faire l’expérience de’, qui a un sens proche de 曾经 en chinois), la coréférence est entre le sujet de la phrase matrice et le possesseur du sujet dans l’infinitive.

En d’autres mots, c’est comme si en français, à côté de la construction:
(3) Il me faut du temps.
le seul moyen de mettre (3) au futur périphrastique en « aller faire » était de dire:
(4) Je vais falloir du temps.
au lieu de « Il va me falloir du temps ».

Étonnant, non ?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les phrases complétives en japhug," Panchronica, 12/04/2016, https://panchr.hypotheses.org/1095 (ISSN 2494-775X)