Archives par mot-clé : indexation personnelle

L’indexation de personne en satar

Dans un document rendu public sur academia.edu en 2015 traitant du Meyor-Zakhring, Roger Blench affirme que le Satar, langue mounda du népal, aurait le même système d’indexation que les langues kiranti voisines.

DeLancey (2015) has recently claimed Meyor is part of a grouping he calls ‘Central’ Trans-Himalayan, aka a subgroup of Tibeto-Burman. The branches said to constitute this include Jinghpaw [Jingpho], Meyor, Northern Naga, and Kuki-Chin. The basis of his argument is that Meyor shows pronominal coreferencing and that the pronoun paradigms resemble Northern Naga languages such as Nocte and Monsang. This is not the place to judge the argument relating the other languages discussed, but there is a strong case for not making genetic claims based on a single piece of morphosyntax. To cite a striking example, the Satar language, spoken in Nepal, is affiliated to Munda, and thus Austroasiatic. However, it has the same pronominal coreferencing system as the neighbouring Kiranti languages (Tolsma 2003). We usually assume such systems are borrowed, and in this case a complete body of morphosyntax has been absorbed by a language of a different phylum.

Cette idée est due à une interprétation erronée du l’article de Tolsma. Dans celui-ci, l’auteur dit simplement que cette langue, comme les langues kiranties, a une indexation sur le verbe, mais rien dans cet article n’indique que ni les morphèmes d’indexation, ni la structure du système, ne ressemblent en rien à ceux des langues kiranties. Pour que chacun puisse s’en convaincre, voici les affixes de personne (en regard des pronoms) que donne Tolsma (2003:237); il est utile de les reproduire ici, car son article est difficile à trouver, et cette langue relativement obscure, n’étant même pas référencée dans Anderson (2008).

Ni les pronoms, ni les formes cliticisées correspondantes ne présentent de ressemblance particulières avec les langues kiranties (voir par exemple les paradigmes du khaling). G. Tolsma donne les formes du paradigme du verbe im ‘donner’, qui présente un alignement nominatif-accusatif sans rapport avec celui observé en kiranti; même l’hypothèse selon laquelle le système d’indexation du Satar aurait vu le jour du fait d’une convergence typologique avec les langues kiranties est plus que discutable.

En toute honnêteté, il faut admettre que la seconde personne am pourrait rappeler le préfixe possessif des noms bantawa am- (qui n’a pas de cognat que je connaisse ailleurs en kiranti), mais il ne s’agit pas d’un préfixe verbal (dans le verbe la seconde personne est marquée par le préfixe tɨ-). Par ailleurs, il aurait été surprenant qu’aucune ressemblance fortuite ne soit observable avec au moins l’une des 22 langues kiranties.

Réferences
Anderson, Gregory 2008. The Munda Languages. Routledge.
Blench, Roger 2015. The classification of Meyor (Zakhring). https://www.academia.edu/15754880/The_classification_of_Meyor_Zakhring_
DeLancey Scott (2015) Morphological evidence for a central branch of Trans-Himalayan (Sino-Tibetan). Cahier de Linguistique d’Asie Orientale 44:122–149.
Gerard J. Tolsma. 2003. A survey of Satar, an endangered language in Nepal: An interim report. In Descriptive theoretical studies in minority languages of East and Southeast Asia 3, 235-251. Tokyo: ELPR.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’indexation de personne en satar," Panchronica, 21/10/2019, https://panchr.hypotheses.org/3002 (ISSN 2494-775X)

Nouvelles publications à propos de La phylogénie du sino-tibétain/trans-himalayen

La phylogénie du sino-tibétain/trans-himalayen est un sujet hautement controversé. Les linguistes qui se sont intéressés à cette question et à celle de l’Urheimat de la famille ont des opinions très diverses, qui portent en particulier sur la question du groupe extérieur. La position traditionnelle, selon laquelle le chinois serait le groupe extérieur (et que toutes les autres langues appartiendrait à un clade “tibéto-birman”) est généralement associée à l’idée que la famille proviendrait de la Chine du nord, avec une diversification secondaire. Un point de vue alternatif, qui soutient l’idée d’une diversification “en étoile” de la famille, dont le chinois ne serait qu’une des branches (voire la sous-branche d’un groupe), voit l’Urheimat au centre de diversité des sous-branches de la famille (avec des foyers proposés en Inde du nord-est ou au Sichuan).

Un autre question liée à la phylogénie est celle de l’antiquité de l’indexation en personne et de la typologie polysynthétique telle qu’on l’observe en rgyalronguique ou en kiranti: s’agit-il d’une innovation d’une sous-branche de la famille ou d’un trait archaïque à reconstruire jusqu’au proto-TH?

Malheureusement, de nombreuses publications portant sur ces questions présentent des arbres qui se veulent phylogénétiques parfois détaillés, mais sans innovations explicites justifiant les clades proposés (ce sont donc plus des vues de l’esprit que de vraies hypothèses scientifiques), et consacrent plus d’énergie à discuter de sujets frivoles tels que la dénomination de la famille comme “sino-tibétain” ou “trans-himalayen” plutôt que d’étymologie.

Deux articles utilisant l’inférence bayésienne viennent de paraître presque en même temps à propos du sino-tibétain: Zhang et al. (2019) et Sagart et al. (2019). La première publication utilise directement les groupes de cognats de la base de donnée STEDT (http://stedt.berkeley.edu/~stedt-cgi/rootcanal.pl), tandis que la seconde, à laquelle j’ai participé, est basée sur une base de donnée lexicale décrite dans ce ce billet de Johann-Mattis List.

Il est trop tôt pour comparer de façon détaillée les résultats de ces deux articles — cette comparaison demandera une série de publications additionnelles. Ce billet présente quelques observations préliminaires (voir aussi cette conférence faite à l’université Xinan de Chongqing la semaine dernière).

Concernant la question du groupe extérieur, l’article de Zhang et al. (2019) a un groupe non-chinois avec une probabilité postérieure de 68% (l’arbre principal n’indique pas les probabilités postérieures, ce qui est assez surprenant, mais celles-ci peuvent se trouver dans les matériaux supplémentaires). Les résultats de Sagart et al. sont assez différents sur cette question selon la méthode employée: le covarion avec horloge relâchée (qui n’impose pas une vitesse unique d’évolution sur l’ensemble de l’arbre) et le Dollo stochastique (implémenté avec le programme Traitlab conçu par Robin Ryder, coauteur de l’article) ont peu de structure à la racine (avec 33% et 43% respectivement de probabilités postérieures soutenant le chinois comme groupe extérieur), tandis que le covarion à horloge stricte a un fort soutien pour le chinois comme groupe extérieur (99%). L’himalayen de l’ouest apparaît comme un groupe extérieur alternatif possible dans les analyses à horloge relâchée et Dollo, mais il ce résultat être peut-être dû à la quantité importante d’emprunts à l’indo-aryen et au tibétain, qui ont remplacé un partie conséquente du vocabulaire hérité dans notre base de données.

Les résultats des deux articles n’indiquent donc pas de façon définitive que le chinois est le groupe extérieur du sino-tibétain, mais c’est néanmoins l’hypothèse la plus probable, qui demandera à être confirmée par les études futures sur la question.

Un résultat non-trivial assez solide de Sagart et al. (2019) est le clade tibéto-rgyalronguique (avec un sous-groupe birmo-rgyalronguique) qui ressort de toutes les analyses obtenues. Ce clade obtenu sur la base du vocabulaire soutient l’idée que la morphologie verbale commune au rgyalronguique et au kiranti doit être aussi ancestrale au tibétain et au lolo-birman (puisque le kiranti est extérieur au tibéto-rgyalronguique), et donc que le tibétain et les lolo-birman ont perdu l’indexation en personne et les préfixes de nominalisation.

Zhang et al. (2019) ont un soutien presque négligeable pour le tibéto-rgyalronguique (35%), mais ont aussi 100% de probabilités postérieures pour le birmo-rgyalronguique, pourtant en utilisant les groupes de cognats rassemblés par J. Matisoff, qui m’a affirmé s’opposer à cette idée. Il est possible que la faible probabilité du groupe tibéto-rgyalronguique chez Zhang et al. (2019) est due aux emprunts au tibétain non-reconnus dans le STEDT, mais cette hypothèse demande à être évaluée en détail.

L’existence du clade tibéto-rgyalronguique, s’il est bien confirmé par les travaux futurs sur la phylogénie de la famille, implique que la typologie polysynthétique remonte assez haut dans l’histoire de la famille. Par ailleurs, le terme “tibéto-birman” devra être abandonné pour désigner le clade non-chinois si le chinois est bien le groupe extérieur de la famille.

Références
Laurent Sagart, Guillaume Jacques, Yunfan Lai, Robin J. Ryder, Valentin Thouzeau, Simon J. Greenhill, Johann-Mattis List. 2019. Dated language phylogenies shed light on the ancestry of Sino-Tibetan. Proceedings of the National Academy of Sciences May 2019, 116 (21) 10317-10322. https://doi.org/10.1073/pnas.1817972116

Zhang Menghan, Yan Shi, Pan Wuyun and Jin Li 2019. Phylogenetic evidence for Sino-Tibetan origin in northern China in the Late Neolithic. Nature volume 569, pages 112–115. https://www.nature.com/articles/s41586-019-1153-z

L’hébreu à la rescousse du gyalronguique

Un des problèmes non-résolus de la linguistique gyalronguique est la reconstruction des suffixes d’indexation personnelle. Si certaines langues, comme le situ et le zbu présentent des alternances non-triviales, notamment pour marquer la 1sg, le japhug a un système complètement parallèle entre pronoms, préfixes possessifs et suffixes d’indexation, comme le montre le tableau suivant tiré de cet article:

japhug_pronoms

Etant donné les points communs entre les systèmes d’indexation du gyalronguique et ceux du kiranti (en particulier le situ et le kiranti du sud), notamment les préfixes, le système d’indexation dans son ensemble ne peut pas être une innovation récente des langues rgyalronguiques. Si c’était le cas, outre que les ressemblances avec le kiranti et d’autres langues devraient être considérées comme fortuites, il faudrait admettre que les pronoms aient été grammaticalisés indépendanmment dans chaque langue individuelle, puisque les correspondances irrégulières entre langues gyalrong dans les suffixes d’indexation sont les mêmes que dans les pronoms: ainsi le zbu et le situ ont des suffixes et des pronoms palatalisés pour le pluriel et le duel (-ndʑə et -ɲə), tandis que le tshobdun a des formes non-palatalisés (-ndzə, -nə) et le japhug a seulement le duel qui est palatalisé (-ndʑi, -nɯ).

Une telle hypothèse ne serait acceptée par personne, pas même ceux qui veulent remettre en cause l’antiquité des systèmes d’indexations en ST comme LaPolla. Toutefois, l’isomorphie entre suffixes d’indexation et pronoms/préfixes possessifs néanmoins demande une explication. Il me semble qu’il faut considérer la possibilité d’une analogie massive entre pronoms et suffixes d’indexations. Ce type de cas est rare dans les langues dont l’histoire est bien connue, mais il existe un exemple bien attesté: celui des suffixes d’accompli en hébreu (voir Joüon et Muraoka, pp 122-3).

Observons d’abord le paradigme régulier de l’inaccompli en hébreu (avec le verbe qāṭal “tuer”), comparé avec celui de l’arabe (avec kataba “écrire”). Le formes phonétiquement irrégulières en hébreu sont en gras:

1sg qāṭál-tî — katab-tu
1pl qāṭál-nû — katab-nā

2m.sg qāṭál-tā — katab-ta
2f.sg qāṭal-t — katab-ti
2m.pl qāṭal-tem — katab-tum
2f.pl qāṭal-ten — katab-tunna

3m.sg qāṭal — katab-a
3f.sg qāṭəlâ — katab-at
3pl qāṭəl-û — katab-ū / katab-na

Voici le paradigme des suffixes possessifs (avec sûs “cheval”) et des pronoms:

1sg sûs-î — ʔănî, ʔănōxî
1pl sûsḗ-nû — ănáħnû

2m.sg sûsə-xā — ʔattâ
2f.sg sûsē-x — ʔat
2m.pl sûsə-xem — ʔattem
2f.pl sûsə-xen — ʔatten

3m.sg sûs-ô — hûʔ
3f.sg sûs-āh — hîʔ
3m.pl sûs-ām — hēm, hḗmmâ
3f.pl sûs-ān — hēn, hḗnnâ

Une analyse exhaustive de ces paradigmes dépasse le cadre de ce billet, mais notons que plusieurs suffixes de l’inaccompli ont des formes inexplicables si l’on admet pour le proto-sémitique du nord-ouest des suffixes similaires à ceux de l’arabe:
(i) La 1sg *-ta devrait donner †-t en hébreu, et non -tî, qui ajoute à la désinence le -î du suffixe possessif et du pronom ʔănî.
(ii) La 1pl *-na ou *-nâ devrait donner soit †-n soit †-nô en hébreu; le -nû est rigoureusement identique au suffixe possessif.
(iii) La 2m.sg devrait être †-t comme le féminin, et les formes du pluriel devraient être différentes; on observe le même paradigme -â, zéro, -em, -en entre pronoms, suffixes possessifs et suffixes d’inaccompli.

L’hébreu offre donc un exemple de contamination entre les paradigmes possessifs et pronoms d’une part, et suffixes d’indexation d’autre part, ce qui peut servir de modèle pour expliquer les formes des langues gyalronguiques, qui ont apparemment poussé plus loin cette analogie entre les trois paradigmes — l’analogie semble est restée constamment active, et a maintenu la ressemblance entre les paradigmes en supprimant à intervalles réguliers les accidences dues aux changements phonétiques réguliers.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’hébreu à la rescousse du gyalronguique," Panchronica, 22/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1660 (ISSN 2494-775X)

Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha

Dans ce billet, j’aborde la questions des deux exceptions à la métathèse *pk- > *kp- proposées par J. Koontz: le nom “tortue” et le verbe “désirer”. Dans des billets ultérieurs, je discuterai du paradigme archaïque phú “je viens”, škú “tu viens” et des paradigmes à lénition.

(1) “tortue”
Concernant le nom “tortue”, le seul indice d’une reconstruction *pk- est la forme mandan pké. Il est en particulier manifeste que le lakota khé et l’omaha kké peuvent s’expliquer par une proto-forme *hke, car les pré-aspirées du proto-siouane de la vallée du Mississippi (pSVM) donnent des post-aspirées en lakota.

L’élément p- en mandan, comme l’indique le CSD, est un préfixe de classe *wi- réduit qui se retrouve dans beaucoup de noms d’animaux sous forme fossilisée (notamment dans lakota pté “bison”, omaha tté). Le fait qu’il s’agisse d’un élément morphologique implique également qu’il est tout à fait possible de poser plusieurs proto-formes en proto-sioux, l’une préfixée *wi-hké d’où proviendrait le mandan, et l’autre non-préfixée qui aurait donné le pSVM.

L’étymon “tortue” n’est donc pas un contre-exemple à la loi de métathèse; d’autre part, notons qu’il serait surprenant que *pk- donne kh- en lakhota, car dans cette langue les autres groupes *Ck ne donnent pas des aspirées.

(2) le verbe “désirer”
Rappelons le paradigme de ce verbe en omaha:
1sg kką́bðe,
2sg šką́hne
3sg gą́ða

voici celui de l’osage (tiré de Quintero 2009):
1sg hkǫ́bra
2sg škǫ́šta
3sg kǫ́ða

Le proto-Dhegiha était (*A note la voyelle à Ablaut, sujet que je réserve pour une autre fois).
1sg *hkǫ́=brA
2sg *škǫ́=šrA
3sg *kǫ́=rA

Le second élément est un thème en *r-. comme le souligne Lameen Souag, les paradigmes en *r- sont plus clairs que ceux à occlusive pour montrer la nécessité de reconstruire un préfixe *w- à la 1sg. Je discute de ce paradigme, et de celui du thème en *y- qui s’est confondu avec lui, dans cet article.

Il y a à mon avis plusieurs façon de rendre compte de la forme de 1sg. Celle que propose Lameen Souag, à savoir un blocage de la règle de métathèse dans les verbes monosyllabiques en *ka-, n’est pas absolument impossible (même si, comme il le reconnait, elle semble peu motivée phonétiquement).

A mon avis, une autre possibilité est de prendre en compte qu’il s’agit d’un verbe à double indiciation (le seul, d’ailleurs, préservé dans ces langues). Mon expérience avec les langues kiranti et rgyalronguiques, où ce genre de phénomène est beaucoup plus courant, est que les indices personnels ont souvent des formes idiosyncratiques dans les verbes de ce type (je prépare un article sur cette question). La solution que j’envisagerais est la suivante.

(1) *w-kǫ=w-rA
(2) *pkǫ=brA (obstruentisation)
(3) *kkǫ=brA (dissimilation des deux groupes à labiale)

La règle (3) fait des prédictions concernant le reste du vocabulaire: on ne devrait pas trouver de mots reconstructibles du type pCVpCV (mis à part les mots rédupliqués, bien sûr). A ma connaissance (et j’ai vérifié dans le CSD), il n’y a pas de racine de ce type, mais au vu du faible nombre de racines reconstruite, cette absence pourrait être accidentelle. Précisons toutefois qu’il existe plusieurs règles de dissimilation labiale dans les langues siouanes, et que ce changement ne serait pas isolé.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les exceptions à la métathèse *pk- > *kp- en Dhegiha," Panchronica, 01/01/2017, https://panchr.hypotheses.org/1623 (ISSN 2494-775X)

La métathèse *pk- > *kp- > pp- en Dhegiha

Parmi les langues siouanes, les langues Dhegiha (omaha, kansa, osage, quapaw) ont le système verbal le plus irrégulier; ces paradigmes, qui ont été presque intégralement régularisés dans les langues de l’ouest (crow, hidatsa, mandan) et considérablement simplifiés dans toutes les autres langues (à l’exception du hochank et du chiwere), sont riches en information sur la phonologie historique.

Dans ce billet, je discute du cas des verbes à consonne initiale venant de *k- (g- en omaha), comme par exemple le verbe “faire” (données tirées du livre “500+ Verbs in Umoⁿhoⁿ (Omaha)”de Eschenberg et Saunsoci, dans l’orthographe d’usage et dans la transcription siouaniste; voir le mémoire de Julie Marsault, pp.202-3, pour les correspondances), qui présentent une alternance synchroniquement étrange entre pp- à la première personne et g- à la troisième:

1sg páxe (ppaxe)
2sg shkáxe (škaxe)
3sg gáxa (gáxa)

Les verbes à *p- (>b-)et *t- (>d-) initiaux ont des initiales pp- et tt- respectivement:

“pousser dans”
1sg pásnu (ppásnu)
2sg shpásnu (špásnu)
3sg basnú (basnú)

“voir”
1sg tóⁿbe (ttąbe)
2sg shtóⁿbe (štąbe)
3sg dóⁿba (dąba)

On explique le tt- à la 1sg des thèmes en *t- par l’idée qu’il provient d’un groupe *pt-, lui-même provenant d’une forme plus ancienne *w-t- avec obstruentisation du *w-en position préconsonantique; le *št- lui-même viendrait d’un plus ancien *y-t- obstruentisé.

La reconstruction d’un préfixe *w- à la première personne des verbes à occlusive en Dhegiha vient de l’idée qu’il s’agit de la forme réduite du préfixe wa- de première personne (paradigme actif) que l’on trouve toujours en Lakhota (en Dhegiha la 1sg des verbes réguliers actifs est a-, forme encore inexpliquée), d’où le nom de ‘paradigme à syncope’ employé en linguistique siouane pour les trois paradigmes ci-dessus et d’autres du même type (je reviendrai sur cette question dans un billet futur). Cette idée est confirmée par le fait que le Lakhota pt- correspond systématiquement à tt- en Dhegiha (par exemple, Lakhota pté ‘bison’, Omaha tté).

Pour les verbes en *p-, qui ont pp- à la 1sg, on peut admettre un changement du même type *w-p- > pp- et *y-p- > šp-. Pour les verbes en *k-, en revanche (à l’exception du verbe très particulier gą́ða “désirer”, 1sg kką́bðe, 2sg šką́hne qui a une double indiciation du sujet), on a pp- à la première personne au lieu de kk- comme on l’attendrait. Si l’on accepte que la reconstruction *pt- > tt- pour les verbes en *t- est correcte, il est logique de supposer que pour les verbes en *k- du type de “faire”, le paradigme était

*w-k- > *pk- > *kp- > pp-
*y-k- > *šk- > *šk- > šk-
*k- > *k- > *k- > g-

Le changement *kp- > pp- n’est pas problématique, car le Lakhota kp- correspond par ailleurs régulièrement à pp- en Dhegiha (L. kpázA “être sombre”, O. ppáze “soir”).

A-t-on des preuves indépendantes en Dhegiha de la métathèse *pk- > *kp-? Malheureusement, la phonotactique du lakhota (qui préserve généralement mieux les groupes de consonne que les autres langues siouanes) ne permet pas de groupe †pk-.

Seul un exemple de *pk- à *kp- en Dhegiha est explicitement indiqué dans le CSD : l’étymon *tappa “être court”, (doⁿppá en omaha, čáahpa en osage), qui comporte une racine *tap- suivie du suffixe *-ka (très productif en lakhota, voir le New Lakota Dictionary pour une description de ses fonctions); Notons au passage que cette étymologie présente des problèmes non expliqués, comme la nasalisation de la première voyelle en omaha.

La question de la métathèse *pk- > *kp- devient plus complexe lorsque l’on prend en compte la suggestion de John Koontz (1985), selon laquelle les formes verbales archaïques phú “I come”, škú “you come”, seraient les traces du paradigme à syncope en *k- — il les analyse comme les formes anciennes du verbe “revenir” (vertitif de ‘ú “venir”; les formes actuelles sont régulières, wa-kú, ya-kú).

Pour rendre compte de la 1sg phú, il faudrait admettre que ph- en lakota est le réflexe régulier de *pk-; notons que kp- ne peut pas être une étape intermédiaire de de *pk- à ph- (puisque le kp- ancien existe toujours en lakota).

Koontz note en plus que *pk- semble donner Dhegiha kk- et Lakhota kh- dans certains cas:

(i) Le nom *kké “tortue” (O. kké, L. khé), qui correspond à pké en mandan.

(ii) La forme omaha kką́bðe “je désire” (des formes identiques modulo les changements phonétiques existent dans toutes les langues Dhegiha), qui doit venir d’une protoforme du type *w-ką=w-re.

Comme seule la première page est visible sur le site de IJAL, voici une copie d’écran de la deuxième page de cet article:

koontz

Je suis d’accord avec Koontz avec l’idée que le verbe “venir” en Lakhota prouve que cette langue a connu autrefois des verbes à occlusive à syncope. En revanche, son idée, pour expliquer l’alternance entre vélaires et labiales, d’une analogie avec les thèmes en *p- me semble difficilement acceptable, et irréconciliable avec l’étymon “être court” mentionné ci-dessus. Je reviendrai sur cette question dans un billet ultérieur.

===================
Koontz, John 1985. A Syncopating Conjugation *k-Stem in Lakota. International Journal of American Linguistics, Vol. 51, No. 4, pp. 483-484.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La métathèse *pk- > *kp- > pp- en Dhegiha," Panchronica, 30/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1596 (ISSN 2494-775X)

Le duel inclusif est-il compatible avec un autre argument de première personne?

Dans un article précédent (p85), j’ai affirmé qu’il était impossible dans une même forme verbale en japhug de combiner une première personne inclusive avec un autre argument de première ou deuxième personne. Ainsi, pour exprimer le sens de la phrase “Je nous ai vu tous les deux dans le miroir”, il faut dire:

(1) χɕɤlzgoŋ ɯ-ŋgɯ kɤ-ntɕhɤr-tɕi nɯra pɯ-mto-t-a
miroir 3SG.POSS-intérieur PFV-apparaître-1DU DEM:PL PFV-voir-PST-1SG
“Je nous ai vu dans le miroir = j’ai vu que nous étions visibles dans le miroir.”

Une contrainte similaire existe en limbou, et j’en avais tiré la conclusion hâtive que cette configuration était impossible dans tous les cas. Je n’ai jamais trouvé de cas de ce type dans le corpus japhug.

Toutefois, inspiré par une suggestion d’Aimée Lahaussois durant les journées d’étude sur les langues kiranties, j’ai essayé ce matin la phrase “tu vas nous retarder”, un des rares cas de configuration combinant duel inclusif avec une première personne qui ne soit pas étrange du point de vue pragmatique. Sans hésiter, Tshendzin a proposé la phrase (2), ici présentée avec l’enregistrement obtenu par Skype. J’ai bien revérifié que l’interprétation n’est pas avec l’exclusif “tu vas nous (moi et lui) faire arriver en retard.”

(2) mɯ́j-tɯ-mbɣom ri tha kɯ-z-maqhu-tɕi
NEG:SENS-2-être.pressé LNK bientôt 2>1-CAUS-être.après-1du
‘(Comme) tu ne te presses pas, tu vas nous (toi et moi) faire arriver en retard.’

La forme utilisée est celle de 2 > 1DU (kɯ-…-tɕi; les langues rgyalrongs ne distinguent pas l’inclusif et l’exclusif dans la morphologie verbale). Plus de recherches vont donc être nécessaires pour évaluer quelles sont les configurations possibles. Espérons que des exemples pourront être mis au jour dans le corpus de textes.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le duel inclusif est-il compatible avec un autre argument de première personne?," Panchronica, 28/12/2016, https://panchr.hypotheses.org/1586 (ISSN 2494-775X)

Le proto-sino-tibétain, une langue flexionnelle?

Un des plus grands débats en linguistique du sino-tibétain porte sur l’ancienneté de l’indexation en personne qui est présente dans certaines branches (gyalronguique, kiranti, kouki-tchin, dulong/rawang etc) mais absente dans d’autres, et notamment dans les “grandes” langues littéraires comme le chinois, le tibétain et le birman.

Ma position sur la question a déjà été suggérée dans cet article: au vu de la ressemblance frappante entre les paradigmes verbaux du kiranti du sud (bantawa, pouma et chintang) et du rgyalrong situ, et étant donné que certains des affixes marquant la personne dans ces langues ne ressemblent pas aux pronoms, il est difficile de concevoir que cette morphologie ne serait pas reconstructible en partie au moins à l’ancêtre commun du rgyalrongique et du kiranti. Je pense également que les langues sans indexation personnelle, y compris le chinois et le tibétain, l’ont perdue en conservant peut-être quelques traces comme l’irrégularité du verbe “manger”, une idée que Sprigg avait eu déjà plus de trente ans auparavant mais n’avait jamais jugé utile de publier.

Ce point de vue est partagé par des auteurs tels que George van Driem et Scott DeLancey, lequel a été très prolifique sur la question et a récemment publié une grande quantité d’articles: 2010, 2011, 2013, 2014, 2015a, 2015b.

Un point de vue opposé, défendu essentiellement par Randy LaPolla (1992, 2003, 2012a, 2012b), et plus récemment soutenu aussi par Bettina Zeisler, serait que les systèmes d’indexation personnelle seraient des innovations indépendantes, que les langues sans indexation telles que le chinois et le tibétain ne l’auraient jamais eu, et que dans certaines langues, comme le tangoute, elle serait très récente et à peine grammaticalisée.

Dans cet article, qui vient d’être publié dans la revue Linguistic Vanguard, je clarifie un certain nombre d’imprécisions concernant l’interprétation des données du tangoute, des langues rgyalronguiques et kiranties, et j’espère ainsi contribuer à ce que cet important débat avance sur des bases saines.

Le suffixe -im- d’obviatif en ojibwe

Ce matin dans le bus en lisant ce livre, je suis tombé sur une paire minimale illustrant l’usage du suffixe –im– obviatif en ojibwe. C’est un bon exemple que je compte sans doute réutiliser dans des articles sur la question.

Page 162, nous lisons, au paragraphe 7:

(1) Mii sa gaa-izhi-banaaji’ag a’aw waawaashkeshiwayaan.
banaaji’- : “abîmer” verbe transitif à objet animé, –ag est le suffixe de 1sg>3 du conjunct order, gaa– est le préfixe de passé avec le initial change, et –izhi– un préfixe adverbial signifiant “de cette façon”.
a’aw: démonstratif animé, singulier, proximatif
waawaashkeshiwayaan: “peau de cerf”, singulier, proximatif (nom du genre animé)
“So I ruined the deerhide.”

Et deux phrases plus loin:
(2) Mii gii-panaaji’imag iniw owaawaashkeshiwayaanan.
gii-panaaji’-im-ag: le même verbe “abîmer” avec une alternance b > p qui apparaît parfois devant certains suffixes:
passé-abîmer-obviatif-1sg>3
iniw: démonstratif animé singulier obviatif
o-waawaashkeshiwayaan-an
3.possessif-peau.de.cerf-obviatif
“I ruined that deerhide of hers.”

Dans la phrase (2), –im– apparaît car l’objet owaawaashkeshiwayaanan “sa peau de cerf” est à l’obviatif, alors qu’il est au proximatif en (1) (non-suffixé au singulier en ojibwe); l’usage de l’obviatif ici est automatique, car ce nom est possédé et en algonquien les noms animés possédés par une troisième personne sont obligatoirement obviatifs.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le suffixe -im- d’obviatif en ojibwe," Panchronica, 14/04/2016, https://panchr.hypotheses.org/1110 (ISSN 2494-775X)

Première rencontre avec le thulung

La semaine dernière Gong Xun, Lai Yunfan et moi avons étudié pendant une journée avec Chandra Thulung, qui est venue à Paris pendant deux semaines pour travailler Aimée Lahaussois, sur sa langue éponyme.

Nous avons pu confirmer l’observation d’Aimée selon laquelle dans la variété parlée par Chandra existe une opposition de longueur, dans des paires minimales telles que duŋi (‘boire’, 1pl.incl, Khaling tūŋki तु्ङ्‍कि) et du:ku (‘boire’, 1pl.excl, Khaling tūŋkʌ तु्ङ्‍क), dans ce cas par allongement compensatoire dû à la chute du ŋ dans un contexte particulier. Toutefois, la transcription de la longueur dans cette langue est d’une difficulté redoutable.

Les alternances vocaliques du verbe thulung sont riches et assez différentes de celles observées en khaling, par exemple le verbe ‘faire’ comprend pas moins de quatre radicaux différents (j’indique ici les formes du non-passé):

1sg beu
1du.incl botsi
1pl.incl bi:
3sg by:

On reconnaît ici la racine de ‘faire’ qui se trouve en japhug (pa) et en tibétain (bʲed, bʲas). Les alternances ci-dessus sont caractéristiques des verbes transitifs à racine à syllabe ouverte en *a dans cette langue, et résultent sans doute en partie de fusion avec l’ancien suffixe *-u de patient de troisième personne direct.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Première rencontre avec le thulung," Panchronica, 14/10/2015, https://panchr.hypotheses.org/436 (ISSN 2494-775X)

L’inverse en sens inverse

Dans un article qui vient de paraître, Konnerth (2015) propose le chemin de grammaticalisation suivant en karbi (mikir), une langue du nord-est de l’Inde (si je n’ai pas commis de contresens):

pronom de 2sg > inverse > cislocatif (directionnel) > cislocatif (mouvement associé)

L’élément en question est le proclitique naŋ=, dérivé selon l’auteur du pronom de second personne nàŋ. Dans son usage comme marque d’inverse, naŋ= apparaît dans les formes 2/3>1 et 1/3>2 (tableau 2 p. 34).

Le chemin proposé va exactement dans le sens inverse du chemin bien attesté (en nez percé en particulier, voir Jacques et Antonov 2014:313):
venir > cislocatif (mouvement associé > directionel) > (action soudaine?) > inverse

Cet article présente donc des données d’un grand intérêt pour la typologie diachronique des systèmes d’indexation, et même de la grammaticalisation en général. Il me semble que si les données et la discussion semblent fiables, il manque à ce travail une approche réellement diachronique et comparative. Une telle étude est bien entendu rendue difficile par le fait qu’il n’existe pas de langue suffisamment proche du karbi pour éclairer directement sa diachronie. Il n’est pas inenvisageable malgré tout que le proclitique naŋ= soit grammaticalisé d’un verbe de mouvement qui est sorti de l’usage en karbi actuel (je pense par exemple au verbe qui a donné le Japhug no < *naŋ ‘chasser’ et le chinois 让 ‘laisser, ouvrir le passage’). Il est à espérer que cet article ouvre le débat, et que des études de terrain et des travaux de linguistique historique complémentaires sur le karbi et d’autres langues sino-tibétaines permettront de mieux comprendre l’origine de ce marqueur.

Bibliographie
Jacques, Guillaume et Anton Antonov. 2014. Language and Linguistics Compass 8/7: 301–318, 10.1111/lnc3.12079
https://www.academia.edu/3619660/Direct-Inverse_systems

Konnerth, Linda. 2015. “A new type of convergence at the deictic center: Second person and cislocative in Karbi (Tibeto-Burman).” Studies in Language 39 (1): 24–45
https://www.academia.edu/13332895/A_new_type_of_convergence_at_the_deictic_center_Second_person_and_cislocative_in_Karbi_Tibeto-Burman_

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’inverse en sens inverse," Panchronica, 27/06/2015, https://panchr.hypotheses.org/331 (ISSN 2494-775X)