Archives par mot-clé : idéophones

Les termes de couleur en japhug

Quels sont les “termes de couleur de base” en japhug et dans les langues rgyalronguiques? Pour répondre à cette question, observons tout d’abord les différentes classes de mots pouvant servir à désigner les couleurs; il y en a quatre.

Premièrement, on trouve six verbes de couleur primaires, dont la plupart sont cognats avec le Khroskyabs et donc reconstructible au moins au proto-rgyalronguique (parmi ceux-ci certains comme “noir” et “rouge” remontent même plus haut).

Tableau 1: Verbes statifs primaires de couleur en japhug et leurs cognats khroskyabs

Japhug Khroskyabs sens
arŋi rŋə̂ être bleu/vert
qarŋe ʁrɲə̂ɣ être jaune
ɣɯrni mnə̂ɣ être rouge
wɣrum pʰrə̂m être blanc
ɲaʁ ɲá être noir
qandʐi être sombre, noirâtre

Ces verbes peuvent subir les dérivations causatives et tropatives, comme sɤrŋi ‘rendre bleu/vert’ ou nɤrŋi ‘trouver bleu/vert’.

Deuxièmement, on observe une série de noms généralement empruntés au tibétain (Jacques 2021:140):

ldʑaŋkɯ ‘vert’ < ldʑaŋ.gu
ʁmɤrsmɯɣ ‘rouge foncé’ < dmar.smug
kʰatoʁ ‘multicolore’ < ཁ་དོག་ kʰa.dog

On peut également employer un nom commun suivi de ɯ-mdoʁ, comme dans (1) (voir la glose dans Jacques 2021: 964; noter la collocation avec le verbe ndo “prendre, tenir”)

(1) ci nɯ xɕaj ɯ-mdoʁ tsa ɯ-kɯ-ndo nɯ mɤ-nɯɣɯmto.

“L’autre, qui a à peu près la couleur de l’herbe, n’est pas facile à voir.’ (https://doi.org/10.24397/pangloss-0003424#S56)

Troisièmement, il existe une pléthore d’idéophones de couleurs. Certains sont apparemment ‘dérivés’ de noms, comme ldʑɯŋldʑɯŋ “bleu”, qui semble une déformation de ldʑaŋkɯ ‘vert’ par gradation consonantique, ou qhluqhlu ‘laiteux’ (tɤ-lu kɯ-tu kɯ-fse ɯ-mdoʁ ɯ-kɯ-ndo), qui rappelle le nom tɤ-lu “lait”. Toutefois, le processus de création des idéophones à partir des mots non idéophonique ne suivant pas des loi phonétiques régulières ou des procédés morphologiques clairement identifiables (Jacques 2021:442-445), il est donc difficile d’avoir une idée claire de leur origine.

Enfin, on trouve des verbes dénominaux en arɯ-, aɣɯ-, ou a– certains tirés des noms de couleur, comme arɯ-ldʑaŋkɯ “être vert”, et d’autres composés d’un verbe de couleur primaire (à l’état lié=bound state, voir Jacques 2021:147) et d’un radical idéophonique, tels que:

arŋɯ-lɯz “être bleuâtre” < arŋi “être bleu/vert”
a-ɣɯrnɯ-ɕɯr “être rougeâtre” < ɣɯrni “être rouge”

Au vu des données ci-dessus, la notion de “couleur de base” (Berlin and Kay) en japhug est avant tout une question de morphologie et de linguistique historique: seuls les lexèmes du tableau 1, qui ne sont ni dérivés ni empruntés, peuvent être considérés comme tels. L’étranger dans cette liste est le verbe qandʐi “noirâtre”, que l’on n’attend guère d’après la hiérarchie de Berlin et Kay, mais c’est aussi celui qui semble ne pas avoir de cognats en ouest-rgyalronguique.

Références
Berlin, B. and P. Kay 1969. Basic Color Terms: Their Universality and Evolution. Berkeley: University of California Press.
Jacques, Guillaume 2021. A grammar of Japhug. Berlin: Language Science Press. https://langsci-press.org/catalog/book/295
Lai Yunfan 2017. Grammaire du khroskyabs de Wobzi. Thèse de doctorat, université Paris III.

 

Carnet de terrain (2016) IX

Le japhug, comme les autres langues rgyalronguiques, a un système d’idéophones (et de verbes déidéophoniques) très complexe, dont cet article offre un court aperçu. Leur usage détaillé et leur sens précis est très difficile à décrire clairement et à traduire correctement, ce qui complique considérablement le travail de lexicographie, mais contribue à l’expressivité et à la richesse de ces langues.
Il suffit de commencer à poser des questions sur ce sujet pour découvrir de nouveaux idéophones et des sens nouveaux à des idéophones déjà connus. Parmi les idéophones que j’ai appris aujourd’hui, il y a par exemple ɟrɯɣɟrɯɣ, qui peut signifier “sensation inconfortable dans le ventre qui annonce une diarrhée” (sans bruit de gargouillement, contrairement au verbe déidéophonique ɣɤɟɯɟrɯɣ “gargouiller”) ou “beaucoup d’objets en désordre” (dans ce sens, presque synonyme de l’idéophone presque identique crɯɣcrɯɣ), thrɤβthrɤβ (avec un groupe de consonne thr peu commun) “dont l’épaisseur n’est pas homogène (à propos de la soupe de riz)” ou crɯcrɯ “crasseux, plein de morve (enfant)”.
Pour les quelques jours qui me restent ici, j’ai décidé d’enregistrer des définitions détaillées du plus grand nombre d’idéophones possible en japhug, ainsi que des comparaisons entre idéophones de sens proche. Il y a matière à rédiger une monographie sur ce sujet, et j’espère tout au moins dans ma future grammaire inclure un inventaire systématique des formes qui existent et celles qui n’existent pas, ainsi qu’un description aussi précise que possible des nuances de sens de ces idéophones.

Le verbe de mouvement ‘voler’ en sino-tibétain

On trouve dans les langues sino-tibétaines de nombreuses racines distinctes pour ‘voler’ (comme un oiseau), dont les trois principales peuvent être illustrées par:

(i) le tibétain ɴpʰur
(ii) le japhug nɯqambɯmbjom < (proto-gyalrong *mbjam)
(iii) le khaling |bʰer| (voir cet article pour plus d’explication sur cette notation)

Laquelle de ces trois racines a le meilleur potentiel d’être proto-sino-tibétaine?

La racine reflétée par le proto-gyalrong *mbjam (et attestée en lolo-birman, entre autres, peut-être une innovation birmo-qianguique) est probablement apparentée à 泛 phjomH (chinois archaïque *p[ro]m-s) ‘flotter’ selon le changement unidirectionnel flotter > planer > voler (je dois cette idée à Laurent Sagart).

La racine du khaling |bʰer|, malgré une distribution limitée (kiranti, tani et trung, voir le STEDT, où le tibétain ɴpʰur est inclus), me semble avoir un meilleur potentiel. On trouve en effet en tibétain bʲer ‘s’enfuir’, attesté par exemple dans l’exemple ci dessous qui provient de ce texte:

(1) | de’i tshe dge slong de dag gis sbrul chen po de’i gzugs de
mthong nas sngangs skrag ste| phyogs su ‘byer par ‘gyur ro|
Then after the form of that great snake is seen by those monks, they will be afraid and unable to breathe and (they) will flee in (all) directions.

Le changement voler > s’envoler > s’enfuir me semble tout à fait naturel, et lui aussi unidirectionnel (les lecteurs de ces blogs sont invités naturellement à proposer des exemples et contre-exemples dans les langues qu’ils connaissent).

En ce qui concerne le tibétain ɴpʰur et le chinois 飞 pjɨj (*Cə.pə[r]), je pense que l’hypothèse de verbes déidéophoniques est plus probable que celle d’héritage sino-tibétain (noter le japhug sɤphɤr ‘battre des ailes, secouer etc’). Le chinois 翩翩 phjien (*pʰe[n]), qui est aussi parfois comparé au tibétain ɴpʰur, est assez évidemment un idéophone.

Naturellement, il semble possible que la racine reflétée par le khaling |bʰer| soit aussi d’origne idéophonique, mais dans ce cas précis la présence d’une voisée initiale (ou probablement originellement prénasalisée, car selon moi c’est une des origines des voisées aspirées du khaling) suggère une dérivation déidéophonique plus ancienne.

Mon travail sur le japhug (1)

La langue japhug est parlée dans la partie tibétaine du Sichuan (par moins de dix mille personnes); j’étudie la variété du village de Kamnyu, situé ici:

J’invite tout d’abord les lecteurs de ce blog à se faire par eux-mêmes une idée de la sonorité de cette langue en consultant le corpus japhug sur l’archive Pangloss.

Je travaille sur le japhug depuis 2002; mon travail consiste à collecter des histoires traditionnelles et des conversations, à compiler un dictionnaire multimédia (qui devrait paraître très bientôt sur le site Pangloss) et à analyser la grammaire de cette langue à travers des livres et des articles. Cette approche boasienne me semble la seule appropriée pour obtenir des données fiables en linguistique et en ethnologie sur les langues et les cultures de tradition orale menacées.

Voici une photographie de mes informateurs principaux, Tshendzin 陈珍 et Dpalcan 柏尔青, prise chez eux en 2012 (malheureusement je suis un piètre photographe). En plus de séjours de terrain presque tous les ans, je suis en contact téléphonique régulier avec eux et d’autres amis de la région.

IMG_0185

Quel est l’intérêt plus général de travailler sur une langue obscure, inconnue du grand public en Chine et même dans les régions tibétaines, où on la considère comme un dialecte bizarre du tibétain?

Tout d’abord, c’est le véhicule de la culture locale. Le corpus d’histoires traditionnelles et de films que j’ai recueilli (transcrit mais pas encore traduit) contient des descriptions originales de la faune et de la flore locale, ainsi que des informations d’un grand intérêt sur les techniques agricoles, de construction de maisons et de tissage.

Ensuite, c’est une langue dont la structure grammaticale est très particulière, voire unique au monde. Le japhug et quelques langues voisines sont les seules langues en dehors des Amériques à avoir un système d’accord de type direct-inverse, font partie des rares langues à la fois verbe-finales et majoritairement préfixantes, les seules langues de Chine à incorporation nominale et quasiment les seules langues d’Eurasie avec un antipassif qui ne soit pas en même temps moyen, autobénéfactif ou réfléchi. Le japhug est la seule langue au monde dont l’inverse marque aussi le générique du sujet transitif. Il a aussi un système très riche d’idéophones, qui donnent à cette langue une forme d’expressivité peu commune.

Enfin, c’est une langue qui présente des traits conservateurs parmi les langues sino-tibétaines du point de vue de la morphologie verbale et de la phonologie. Cette langue permet de mieux comprendre l’histoire de langues littéraires plus “importantes” comme le chinois et le tibétain. Son importance pour la reconstruction de l’histoire des langues sino-tibétaines est comparable à celle du sanskrit pour l’indo-européen. Mais si personne n’oserait se prétendre indo-européaniste sans connaître le sanskrit, le japhug et les autres langues gyalrongs sont malheureusement négligées par les linguistes.

C’est pour cette raison que j’essaie de mettre en place à Paris une équipe de spécialistes de langues gyalronguiques, comprenant pour le moment Lai Yunfan, spécialiste du Khroskyabs et Gong Xun du zbu. Espérons que nous parviendrons à terme à décrire de façon satisfaisante ces langues vulnérables, et à leur donner la place qu’elle méritent en linguistique historique et typologique. Peut-être qu’un jour la connaissance d’une langue rgyalrong, en plus du chinois et du tibétain, sera un pré-requis pour faire un doctorat en linguistique comparée du sino-tibétain, comme c’est le cas avec le sanskrit en indo-européen.