Archives par mot-clé : hmong-mien

Une trace de préfixation en proto-Hmong-Mien?

Le hmong-mien est peut-être l’une des familles d’Asie présentant le moins de trace de morphologie; néanmoins, la paire « tuer » (Mien tai5, pHM *təj C) et « mourir » (Mien tai6, pHM *dəj C, Ratliff 2010:210) montre sans ambiguïté non seulement que des alternances de voix ont dû exister, mais en plus qu’une parenté ancienne avec l’austronésien ne peut être exclue d’un revers de la main.

Je propose la paire suivante, qui me semble sémantiquement et phonologiquement assez plausible:

« sommeil, dormir », Mien pwei5, pHM *pwei C
« rêve, rêver », Mien bei5, pHM *mpei C

Ces deux étymons sont reconstructibles sans difficulté au proto-HM, et ne sont ni des emprunts au chinois, ni apparemment à aucune langue de la région. Ils partagent la même rime, le même ton et la même initiale, et ne diffèrent que par la prénasalisation (pour « rêver ») et la présence d’une médiane *-w- (pour « dormir »).

Pour le rapport entre « dormir » et « rêve », notons le cas du russe сон, сна (< *sup-no-) "sommeil, rêve", qui s'emploie dans la collocation видеть сон "rêver", le nom composé сновидение "rêve" et le dénominal сниться "rêver". On a de même en sanskrit une collocation du même type svapnam dṛś « rêver », et le dérivé duḥsvapna- « mauvais rêve ». J’ignore si la directionnalité inverse (« rêver » –> « dormir ») est possible.

Le problème pour relier ces formes est « simplement » une question de morphologie: comme la Wortbildung du HM n’est pas connue, la relation entre ces étymons peut se prêter à toutes sortes d’interprétations: la prénasalisation est assez probablement la trace d’un préfixe (dont la fonction est à déterminer, mais qui pourrait être dénominal), et la médiane *-w- dans « dormir » pourrait être la trace de labialité de la voyelle ou la consonne d’un préfixe (autrement dit, les deux formes seraient dérivées).

Ces observations sont condamnées à ne rester que des curiosités, à moins qu’un plus grand nombre de paires présentant des caractéristiques phonologiques et morphologiques similaires ne soient mises en évidence.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une trace de préfixation en proto-Hmong-Mien?," Panchronica, 19/06/2018, https://panchr.hypotheses.org/2262 (ISSN 2494-775X)

Le nom de la crinière en Hmong de Yejipo

Dans un billet écrit l’année dernière, j’avais mentionné le nom de la « crinière » pjoŋ A en hmong de 复员 Fuyuan / 野鸡坡 Yejipo (罗泊河 Luopohe) qui diffère de toutes les autres langues hmongiques, où l’on trouve un mot à initiale ts- emprunté au chinois 鬃 tsuwŋ de même sens. Tous les hmongistes analysent ce mot comme un réflexe irrégulier de l’emprunt chinois dans ce dialecte (c’est le cas par exemple de cette thèse récente) mais au vu de la correspondance pj– à ts– irrégulière et difficilement explicable (je reconnais que l’explication que j’ai proposée est assez contestable), cette comparaison est en fait assez improbable. Cette question n’est pas qu’un détail de la phonologie de hmong, et peut avoir des incidences sur la reconstruction du chinois (notamment la question de la présence ou non d’une présyllabe dans ce mot).

Une explication alternative serait que ce pjoŋ A n’aurait aucun lien avec le mot chinois et les emprunts de celui-ci dans les langues HM. Comme le hmong confond presque complètement les codas nasales *-m, *n, *-ŋ du proto-HM, il me semble possible de considérer qu’il s’agirait d’un emprunt au mot Kra-Dai pour les « cheveux », reconstruit comme *prɤm (A) par Pittayaporn (voir la discussion de ce mot aussi ici). Le passage de *-r- à -j- aurait pu être interne au hmong (comme je le précise dans le précédent billet, *Cr- passe à Cj- dans cette variété) ou bien avoir eu lieu dans la langue Kra-dai donneuse (par exemple le mak pjam¹ « cheveux »). Le seul problème est de trouver une langue kra-dai où ‘crinière’ se désigne effectivement par une expression telle que ‘chevelure de cheval’; ce n’est pas le cas en Zhuang standard, où un emprunt au chinois 鬃 tsuwŋ est employé, et je n’ai pu trouver une telle langue en fouillant rapidement dans les descriptions récentes de langues kra-dai, mais cette possibilité me semble mériter d’être considérée.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le nom de la crinière en Hmong de Yejipo," Panchronica, 15/06/2018, https://panchr.hypotheses.org/2255 (ISSN 2494-775X)

Old Chinese and friends

前两天在耶拿马普所举行的Old Chinese and friends研讨会,我因为在马尔康做田野调查没有能参席,但仍然通过SKYPE远程参加了一部分讨论。

在会议第二天的公开讨论中,与会专家探讨了上古音构拟和汉藏比较之间的关系。针对这个问题各家的看法不同,争论也比较多。下面我将总结一下对其中部分话题的一些想法,希望引起大家的讨论。

(1)汉藏语比较为什么落后于印欧语比较?
造成这个现状的原因有几种,其中当然包括古代语言的稀缺,文字创制年代(汉语除外)比较晚,以及大部分的现代语言的描写不够深入等等。然而,我认为最关键的问题就是,我们领域的出发点主要还是汉语,又因为汉语的形态本来就已大大简化,所以形态的构拟没有得到应当的重视。很多学者都认为,形态的构拟必须在语音构拟完成后才可以开始进行。
实际上,印欧语历史比较研究积累下来的经验告诉我们,语音构拟、形态的研究和词源研究必须同时进行,因为语言之间的同源词实际上只有很少一部分是直接从原始语遗传下来的,大部分同源词在各个语言中发生了一系列的形态交替和类推所引起的变化,这些变化有时候会产生语言之间“假”的语音对应关系,历史语言学家的首要任务之一就是分辨纯语音演变的对应关系和形态变化引起的对应关系。为了区分这两种对应关系,我们在比较语言的同时需要一个构拟形态的框架。在印欧语研究中,希腊语和梵文的形态结构很接近,所以建立形态构拟框架并不难,但是在汉藏语系中,没有这么明显的共同形态(特别在汉语和藏语之间),因此学者们一直没有把这一问题当成是首先需要解决的大事。然而,既然连希腊语和梵文之间的大部分同源词都有类推和形态变化等现象,而且很少有完全符合遗传下来的语音对应关系的例子,那么汉语和藏语之间应该也是一样。我们如果直接把藏语和汉语拿来比较,所比较的就很可能根本不是纯词根,而是附加(已经融合了的)词缀的词根,这样我们就不难理解汉语和藏语之间的对应关系为何如此凌乱。
以我的观点,为汉藏语系建立形态的构拟框架是我们领域的第一任务。因此,我们的出发点不一定是文字创制年代最早的语言,反而是形态最复杂的、哪怕是现代的语言。诚然,形态复杂的语言的形态也不一定是从原始汉藏语一脉相承遗传下来的,肯定有很多后期产生的词缀和语音交替,但是既然可以在嘉绒语支语言中清楚地看到与汉语清浊交替同源的语法现象,运用这种活语言的形态结构来解析汉语中其它词汇和交替的残留也不失为一个合理的方法。

(2)上古音的清浊交替和苗瑶语系的鼻冠音
另一个引起了激烈争论的问题就是苗瑶语中汉语借词的鼻冠音。汉语借词占苗瑶语词汇的一大部分,其中上古和中古借词层次里都可以找到带鼻冠音的例子(以下引用的是毛宗武1992的江底瑶语资料,瑶语的浊音声母都来自于原始苗瑶语的鼻冠音):

鼻冠清不送气塞擦音:
dzip7 < *N-ts- “接”(精三開鹽A入)
鼻冠清送气塞音:
beu1 < *N-pʰ- “抛”(滂二開肴平)
鼻冠清擦音:
dzaːn5 < *N-s- “散“(心一開寒去)

金理新先生在公开讨论中提出,苗瑶语汉借中的鼻冠音并不是汉语借出方言的特征,而是苗瑶语系语言在借入后添加上去的。这种想法也许能解释鼻冠浊音和汉语全浊声母的对应关系(有些苗语方言借法语借词时用鼻冠音来代替法语的浊塞音),但是绝对不能解释为什么清塞音和清擦音会增生一个鼻音成分,这个鼻音成分不可能无中生有。

Downer早在1973年指出,瑶语中有两对动词有清浊交替,浊声母(来自原始苗瑶语的鼻冠音)为不及物动词,清声母是及物动词:

khoːi1 “打开”(溪一開咍平)
goːi1 “开(多作补语或自然开裂、开放)

tshɛʔ7 “拆”
dzɛʔ7 “拆开;皴”

除此之外也可以找到不送气清塞音和浊音的交替:
pɛːŋ1 “绷;拉紧;拔”
bɛːŋ1 “裂开”

后来沙加尔(1994:280-281, 2003)指出,所有有这种交替的动词都是汉语借词,没有任何一个本土词,因此声母浊化(来自原始语的鼻冠音化)不可能是瑶语本身的形态变化,只能分析为汉语借出方言中的交替。

从上述的例子可以看出,带鼻冠音的汉语借词多数都有中古音特征,例如beu1 < *N-pʰ- “抛”是二等字,但是在瑶语中没有*-r-介音的痕迹,因此不可能是上古时代的借词。
因此,苗瑶语中的汉语借词为我们保存了一个中古时代的非主流南方方言,这个方言或者方言群的语音系统跟切韵系统很接近,但是多了一系列的鼻冠音声母。我认为,构拟上古音时(包括汉代音),我们绝不能无视这种宝贵的资料,它的重要性不亚于闽方言。虽然在文献资料中没有任何鼻冠音的痕迹,但苗瑶语的证据足以让我们在上古汉语中构拟鼻冠音。 音韵学需要摆脱对切韵系统的盲目崇拜,逐渐采用非主流方言的资料,包括闽方言、白语还有苗瑶语和侗台语系语言中的汉语借词,才能有健康的发展。

参考目录
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Downer, G.B. 1973 Strata of Chinese loanwords in the Mien dialect of Yao. Asia Major 13:1-33.
Mao Zongwu 毛宗武 1992 《汉瑶词典(勉语)》成都:四川民族出版社
Laurent Sagart 1994 Proto-Austronesian and Old Chinese Evidence for Sino-Austronesian, Oceanic Linguistics, Vol. 33, No. 2, pp. 271-308.
Sagart, Laurent. 2003. Sources of Middle Chinese manner types: Old Chinese prenasalized initials in Hmong-Mien and Sino-Tibetan perspective. Language and Linguistics 4.757–768.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Old Chinese and friends," Panchronica, 29/04/2018, https://panchr.hypotheses.org/2227 (ISSN 2494-775X)

La fonction nominalisante de la prénasalisation en chinois archaïque

Parmi les multiples fonctions de l’alternance de voisement en chinois archaïque, on trouve des exemples potentiels de nominalisation, que Baxter et Sagart (2014:55) reconstruisent comme *m- dans des exemples tels que 拄 *t(r)oʔ > ʈjuX ‘prop up, support (v.)’ ==> 柱 *m-t(r)oʔ > ɖjuX ‘pillar’(je convertis le chinois moyen dans la transcription APisée décrite ici). Des cognats potentiels de ce préfixe ailleurs en sino-tibétain existent, en particulier le ma– du Jinghpo dont j’ai parlé dans un autre billet; je suis en train de préparer un article qui traite (entre autre) de ce sujet.

Parmi les formes qu’ils donnent se trouve la paire suivante:

(1) 稱 *tʰəŋ > tɕʰiŋ ‘weigh; evaluate; call’ ==> 稱 *mə-tʰəŋ-s > tɕʰiŋH ‘steelyard’;
Il n’y a pas de trace de voisement en chinois moyen, mais la reconstruction d’un préfixe nasal est assurée par le Hmong-Mien. B/S citent le proto-pHM *nthju̯əŋH, et la forme est bien attestée par exemple en mien de Jiangdi dzjaŋ5 ‘balance’ (le ton de série haute indique bien une initiale de type *N-t(sʰ), voir ce billet).

Néanmoins, si la présence d’une présyllabe nasale n’est guère problématique, son interprétation ici comme préfixe de nominalisation l’est. Outre le fait que le nom ‘balance’ est au qusheng, processus bien connu de nominalisation), si l’on recherche dans le dictionnaire mien de Mao Zongwu (1992:167), on peut trouver le verbe dzjaŋ1 « peser » (un exemple de phrase nous assure que c’est la bonne traduction de 称), qui doit refléter le verbe 稱 *tʰəŋ > tɕʰiŋ dans la même couche de vocabulaire. Cette forme implique que le verbe aussi avait une présyllabe nasale, et sa reconstruction correcte dans le système B/S serait donc *mə-tʰəŋ. Cet exemple illustre à la fois l’importance du hmong-mien pour le chinois, et l’urgence d’une étude systématique des emprunts chinois anciens au moins en mien.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La fonction nominalisante de la prénasalisation en chinois archaïque," Panchronica, 01/02/2018, https://panchr.hypotheses.org/2129 (ISSN 2494-775X)

Un autre Wanderwort commun au Hmong-Mien et au rgyalronguique?

On trouve en hmong un verbe reconstruit comme *qe (ton C, Rattliff 2010:138) « scold », attesté par les formes suivantes (Wang et Mao 1995:327, n°613)
“骂”:
青岩 qai (5)
高坡 qe (5)
宗地 he (5a)
复员 qe (c)
枫香 qɛ (5)

Wang Fushi et Mao Zongwu comparent cet étymon au mien de 江底 Jiangdi he:m (5) “骂”; toutefois, la correspondance entre une rime en -m et la rime du proto-hmong *-e serait unique; celle-ci correspond normalement à syllable ouverte ou en *-j en chinois, et cette comparaison est donc douteuse.

On trouve toutefois une racine superficiellement ressemblante en rgyalronguique, représentée par le verbe transitif nɤmqe « gronder » et le réciproque amqaj « se disputer » (l’alternance -e / -aj est unique). Pourrait-il s’agir d’un nouvel emprunt birmo-qianguique en hmong? La plupart des autres mots, comme « noix« , sont des noms, mais on y trouve aussi des numéraux de base et il n’est pas absurde de penser que des verbes ont pu aussi faire partie de cette ancienne couche d’emprunts, qui est peut-être plus large qu’on ne le croit.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Un autre Wanderwort commun au Hmong-Mien et au rgyalronguique?," Panchronica, 13/01/2018, https://panchr.hypotheses.org/2087 (ISSN 2494-775X)

Une correspondance irrégulière en hmong de Fuyuan

Les langues hmong-mien ont pour désigner la « crinière » des mots empruntés au chinois 鬃 tsuŋ à différentes époques (voir Wang et Mao 1995: 141, Ratliff 2010: 71-73). En mien de Jiangdi 江底 la forme dzoŋ¹ avec un ton de série haute indique une ancienne prénasalisée (*n-ts-) qui peut refléter une présyllabe nasale du chinois archaïque (voir ce billet).

Dans les langues hmong, on ne retrouve pas cette prénasalisation. En revanche, le hmong de Fuyuan 复员 (parlé au Guizhou) a pjoŋ (A), une forme non expliquée. Le groupe pj- dans cette variété peut remontrer à *pr- (comme dans pjoŋ (B) de *prɔŋ(B) ‘winnow 簸(米)’, Wang et Mao 1995:117, Ratliff 2010:49).

Pour expliquer cette correspondance irrégulière, ma première intuition aurait été une lénition « vietnamienne » *pə-s- –> *pə-r-, comme ce que j’ai proposé en Kra-Dai dans cet
article
pour l’étymon proto-tai *prɤm (A) « cheveux » (Buyang ma°ɕam⁵⁴). Toutefois, comme les anciens *ts restent ts- dans cette variété, il n’est pas possible d’admettre un changement *pə-ts –> *pə-s- –> *pr- se confondant avec les anciens *pr- dans ce mot (la présyllabe *pə- pouvant potentiellement être la trace de quelque chose en chinois). S’agit-il de la trace d’une ancienne présyllabe qui s’est fusionnée avec la syllabe principale suivant un changement encore plus compliqué que celui auquel j’avais pensé, du croisement entre un mot natif et l’emprunt chinois, ou encore d’un mot non-apparenté qui a fortuitement la même rime? Cette question me semble difficilement soluble sans davantage de données sur cette variété.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une correspondance irrégulière en hmong de Fuyuan," Panchronica, 06/08/2017, https://panchr.hypotheses.org/1927 (ISSN 2494-775X)

La noix en hmong et en rgyalronguique

Le terme japhug de la noix, ʑɴɢɯloʁ (que je transcrivais autrefois comme ʑɴɢoloʁ car la voyelle de la première syllabe a dans ce mot une prononciation particulière due à son environnement — la transcription ʑɴɢɯloʁ représente la variante lente hyper-articulée), a des cognats dans les autres langues rgyalronguiques; il est encore difficile de déterminer s’il s’agit d’un mot voyageur ou d’un mot hérité au sein du rgyalronguique lui-même (rappelons que le -ʁ du japhug vient d’une coda *-q).

Ratliff (2010, §6.31, §13), sur la base du Zongdi hlə(5) et du Fuyuan qlo(C) reconstruit un proto-hmong *qlow (C) pour « walnut ». Notons que le proto-hmong avait déjà perdu les occlusives finales, mais que le *-k du mien correspond généralement à des rimes au ton C de série haute, ce qui est le cas ici; rien n’interdit donc, du point de vue interne au hmonguique, de supposer qu’une coda *-k a pu avoir existé ici. Ces langues sont parlées au Guizhou, à plus d’un millier de kilomètres au sud-est de la région Rgyalrong, et l’hypothèse d’un mot voyageur pour « noix » présent uniquement en hmong et en rgyalronguique, sans attestation dans les langues situées au milieu, est sans doute contestable. Néanmoins, nous savons qu’il existe en hmong-mien des emprunts anciens à une langue birmo-qianguique, et il est possible que ce mot pour « noix » fasse partie de la même couche. L’étude du rgyalronguique d’une part, et du hmong-mien d’autre part, peuvent bénéficier l’une de l’autre.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La noix en hmong et en rgyalronguique," Panchronica, 17/04/2017, https://panchr.hypotheses.org/1758 (ISSN 2494-775X)

L’étain en jiongnai: un emprunt au chinois archaïque

En lisant ce livre, je suis tombé sur ce mot pour l’étain (dans deux dialectes):

炯奈语(龙华)lei35
炯奈语(六巷)lhe22

On lui trouve des cognats dans d’autres langues hmong:
吉卫 lhja54
阳孟 lhja35
中心 lje31

Ce mot est de toute évidence un emprunt au chinois archaïque 锡 sek < *s-lˁek; le groupe de consonne ici, admis par la plupart des spécialistes du chinois archaïque, est basé sur la partie phonétique 易 yek < *lek (voir cet article pour une explication de la méthodologie qui sous-tend la reconstruction de groupes consonantiques en chinois archaïque).

Il s'agit du ton C1, de la même classe tonale que le mot "fer" (autre emprunt ancien au chinois 鐵 thet < *lhˁik), et il doit contenir des anciens rusheng:

炯奈语(龙华)lhɔ35
炯奈语(六巷)lhəu22
吉卫 lho54
阳孟 lho35
中心 lho31

Il s'agit d'une nouvelle confirmation que les emprunts anciens au chinois dans les langues hmong-mien peuvent avoir préservés des caractéristiques phonétiques plus archaïques qu'aucun dialecte chinois; c'est à ma connaissance le premier exemple de chinois *sl- correspondant à lh- en hmong-mien.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étain en jiongnai: un emprunt au chinois archaïque," Panchronica, 31/03/2017, https://panchr.hypotheses.org/1703 (ISSN 2494-775X)

La prénasalisation en hmong-mien

La reconstruction de Baxter et Sagart (2014) fait un grand usage de la prénasalisation en hmong-mien, suivant en cela certaines idées proposées par Downer dans cet article remarquable, qui n’a pas pris une ride en plus de 40 ans: les prénasalisées du chinois archaïque deviennent des voisées en mien, la distinction de voisement étant transphonologisée registre tonal, et celle d’aspiration étant perdue (*mp-, *mpʰ- > b-; *nt-, *nth- > d etc).

Ils se sont servis dans leur reconstruction essentiellement des mots reconstruits en proto-hmong-mien (Wang Fushi et Mao Zongwu 苗瑶语古音构拟et Ratliff 2010), mais il est facile, en étudiant le dictionnaire du mien de Jiangdi 江底 de Mao Zongwu (汉瑶词典(勉语)), de trouver de nombreux cas de mots ayant des voisées en mien (venant de préinitiales) correspondant à des sourdes aspirées ou non-aspirées en chinois.

Certains de ces mots, comme bjoːt8 « bouillir » (chinois 沸 pjɨjH < *Nə-puts; notons qu’il existe un autre verbe bwei5 « bouillir » en mien avec un -i correspondant au *-ts du chinois archaïque, donc tardif, qui se retrouve toutefois en hmong et semble suivre les correspondances des mots hmong-miens natifs), semblent d'une grande antiquité (la préservation du -t final est ici probablement indicatrice d'un emprunt pré-Han). D'autres toutefois, comme beu1 "jeter" (chinois 抛 phæw), ont des correspondances indicatrice d’un emprunt d’une langue de type chinois moyen. Signalons le mémoire de mastaire de
Li Lizhi (《汉瑶词典》中勉语汉语借词的研究) qui propose une stratification détaillée des emprunts en mien sur la base du dictionnaire de Mao Zongwu.

Pourrait-il s’agir d’une innovation en mien? Bien sûr, dans le cas de mots à voisée en chinois moyen, comme le mien dzoːi2 « complet », qui vient du chinois 齐 dzej (dont un des sens est « complet », dans des expressions telles que 齐全), il serait possible d’argumenter que le voisement est dû au fait que le mot est emprunté à un dialecte chinois qui aurait préservé le voisement jusqu’à une période postérieure à la perte de celui-ci en mien et à la conversion de la prénasalisation en voisement dans cette langue. Un tel argument n’est pas possible pour les mots à sourdes aspirées et non-aspirées en chinois moyen, bien entendu.

Une autre question est de savoir s’il pourrait s’agir d’une alternance interne au mien; même si les langues hmong-mien sont presque complètement isolante, on remarque quelques trace de morphologie ancienne(Ratliff 2010:199-213).

L’une des plus étonnante, notée à juste titre par Martha Ratliff (2010: 210) est la paire entre « tuer » (mien tai5 < *təjH) et "mourir" (mien tai6 < *dəjH), qui rappelle l'austronésien *paCay "tuer" / *maCay "mourir" (*C, quelque soit son interprétation phonétique, correspond à t dans la plupart des langues austronésiennes). Cette paire de verbes soulève de nombreuses questions concernant la parenté du hmong-mien (ce ne sont pas les seules formes ressemblant à l'austronésien dans la famille), et en tous les cas montre des alternances morphologiques de voisement (manifestée en mien par les tons de série haute (1,3,5,7) opposés à ceux de série basse (2,4,6,8)) ont pu avoir un jour existé. Néanmoins, il ne semble pas qu'il y ait d'exemples clairs de paires de verbes natifs ayant une alternance de prénasalisation (cf Downer 1973). Il est donc peu vraisemblable que la prénasalisation dans les verbes empruntés au chinois aient pu être dus à un préfixe en hmong-mien (contrairement par exemple aux langues rgyalronguiques, où les verbes récemment empruntés au chinois prennent des préfixes dénominaux, tels que – en japhug, voir cet article).

Nous avons donc une large couche d’emprunts au chinois ayant des initiales remontant à des prénasalisées, mais qui du point de vue des autres caractéristiques phonologiques ressemble à un dialecte chinois moyen; nous avons donc affaire à un dialecte chinois d’époque post-Han, qui n’était distinct du système du qieyun que parla préservation de quelques traits comme la prénasalisation, et qui comme le suggère Downer pourrait même être ancestral à la couche la plus ancienne du cantonais et du hakka. La prénasalisation en hmong-mien n’est donc pas une curiosité remontant à une époque archaïque, dont l’ajout à la reconstruction serait extrêmement spéculatif comme le suggère Schuessler (2015), mais un trait encore présent en chinois des Han et probablement assez général dans les dialectes du sud jusqu’à l’époque Tang.

Pour finir, on trouve en hmong-mien des mots sino-tibétains non-chinois, probablement venant d’une langue birmo-rgyalronguique ancienne, dont certains ont une prénasalisation. Si l’on prend bwan5 « neige, glace », probablement apparenté au japhug tɤjpa (*lpa < **lpan; le -n est attesté en trong tɯ³¹wɑn⁵³  »neige »), on observe que la prénasalisation en hmong-mien, à une époque encore plus ancienne, provient de la confusion de préinitiales nasale et d’autres prénitiales sonantes comme *l-.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La prénasalisation en hmong-mien," Panchronica, 19/03/2017, https://panchr.hypotheses.org/1694 (ISSN 2494-775X)