Archives par mot-clé : hakka

Une scission tonale du Hakka

Une des caractéristiques définitoires des dialectes Hakka, selon Norman (1986), est la scission des mots à ton shang avec initiale cizhuo (sonante), dont une partie reste au ton shang 3, et l’autre se retrouve au ton 1 yinping. Le tableau ci-dessous, tiré de Sagart (1998:285), présente des mots ayant le ton shang avec sonante en chinois moyen et soit le ton 3 soit le ton 1 en hakka, les mots en grisé étant ceux qui se conforment aux critères de Norman.

Indépendamment de la question de la validité du groupe Hakka tel qu’il est conçu par Norman et de son opposition au dialectes Gan (voir Laurent Sagart 1993, 1998), cette scission est un phénomène d’un grand intérêt.

Il n’est pas évident à première vue s’il s’agit d’un archaïsme ou d’une innovation. Dans le premier cas, son utilisation pour classifier les dialectes serait moindre.

Pour expliquer la scission j’avais à l’origine pensé à des sonantes préglottalisées; par exemple, pour 马 “cheval”, en chinois moyen mæX (*mrˤaʔ dans la reconstruction de Baxter/Sagart) on pourrait imaginer un pré-Hakka *ʔmAʔ (le *A représentant le réflexe de *Cra en type A), avec dissimilation perte de l’occlusive glottale *ʔmrA. Le problème d’une telle hypothèse est qu’on s’attendrait à ce que cette dissimilation s’applique aussi aux mots à occlusive glottale initiale, donnant 影 ʔ- en chinois moyen, et donc que des mots (voire tous les mots) à initiale ʔ- au ton shang soient passés au ton ping, ce qui n’est évidemment pas le cas.

Cette scission rappelle toutefois une évolution particulière observée en viet-muong. Il est bien connu depuis Haudricourt que les mots à tons sắc-nặng en vietnamien correspondent à des mots à occlusive glottale finale dans des langues plus conservatrices telles que le khamou (et que cette occlusive glottale est l’origine principale de ces tons). Néanmoins, il existe également un certain nombre d’exemples ayant des occlusives glottales en khamou, mais les tons ngang-huyền (ping) en vietnamien, comme dans les exemples ci-dessous, tirés de Ferlus (2004:309):

khamou kmaʔ, vietnamien mưa “pluie”
khamou sŋiʔ, vietnamien ngày “jour”

Ces correspondances apparemment irrégulières s’expliquent selon Ferlus par la tension exercée par la consonne obstruente préinitiale (les k- et s- préservés en khamou) en viet-muong, qui a causé dans le cas des syllabes à occlusive glottale finale une chute de celle-ci.

Si l’on revient maintenant au Hakka, une possibilité alternative serait que les mots qui sont passés au ton ping auraient eu une présyllabe obstruente, tandis que ceux qui sont restés au ton shang n’auraient pas eu de présyllabes, et donc de restituer par exemple pour “cheval” un stade à présyllabe *C-mAʔ avec chute de l’occlusive finale suivant le même mécanisme qu’en vietnamien. La différence fondamentale entre chinois et viet-muong dans cette idée serait le statut des syllabes à sonantes finales à occlsuive finale: le chinois avait des sonantes finales glottalisées (comme les langues rgyalronguiques) qui ont subi la chute de l’occlusive glottale comme leurs équivalents à syllabe ouverte, tandis qu’en viet-muong, les syllabes à sonante finale ayant des présyllabes en pré-viet-muong auraient selon Ferlus au contraire développé de occlusives finales.

Références
Ferlus, Michel 2004. The origin of tones in Viet-Muong lien
Norman, Jerry 1986. What is a Kejia dialect ?
Sagart, Laurent 1993. Les dialectes gan lien
Sagart, Laurent 1998. ON DISTINGUISHING HAKKA AND NON-HAKKA DIALECTS. Journal of Chinese Linguistics, Vol. 26, No. 2, pp. 281-302.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Une scission tonale du Hakka," Panchronica, 12/01/2019, https://panchr.hypotheses.org/2879 (ISSN 2494-775X)