Archives par mot-clé : grec

Les réduplications qui n’en sont plus

Les réduplications, lorsqu’elles subissent des changements phonétiques même relativement modérés, peuvent parfois devenir méconnaissables, et synchroniquement immotivées.

Un cas bien connu est celui de la forme d’aoriste/injonctif qui donne le grec εἶπον eipon ‘je dis’ (qui fonctionne comme l’aoriste de φημί phêmi et de λέγω legô « dire ») et le sanskrit vocam (aoriste avec augment avocam). Ces deux formes verbales n’ont aucune réduplication apparente ni en grec ni en sanskrit, mais tous les spécialistes s’accordent pour reconstruire ici un aoriste à réduplication *we-wkʷ-om (ce sujet est discuté dans ce billet). Notons que la 1sg vocam en sanskrit est refaite (on attendrait †vokam) dû à la généralisation de l’alternant palatalisé.

En grec notons que le *w se dissimile en -i- entre deux labiovélaires, une loi qui saigne la règle de boukolos, et qui s’observe dans un autre aoriste rédupliqué moins souvent cité (merci à Romain Garnier pour me l’avoir appris), le participe aoriste εἴβων eíbōn « versant » < *we-wgw-ónt- (de la racine *wegw- qui donne le grec ὑγρός hugrós « humide » < *ugw-ró-).

Le germanique contient aussi un certain nombre de formes rédupliquées fossiles (l'anglais wheel, par exemple).

Des réduplications fossiles sont aussi identifiées dans certaines familles dont la phonologie historique est bien comprise; ainsi, en sémitique on peut citer l’hébreu כוכב kôxāβ < *kabkab "étoile" par exemple.

En sino-tibétain/trans-himalayen, le parent pauvre de la méthode comparative, ce type de phénomène est plus difficile à détecter. Je ne connais pas d'exemple de ce type clairement identifié en chinois, en tibétain ou en rgyalronguique. J'ai proposé dans mon étude du tangoute (Jacques 2014:197) que la voix tendue (marquée par un point souscrit dans la reconstruction) du numéral "trois" sọ¹ (qui peut remonter mécaniquement à quelque chose comme *sə-sum) soit un cas de réduplication fossile; cette proposition, dont j'avoue le caractère hypothétique, n'a pour le moment pas fait l'objet d'une discussion détaillée (voir cependant ce billet de Marc Miyake).

Connaissez-vous d’autres exemples de réduplications fossilisées dans d’autres familles?

======================
Jacques, Guillaume 2014. Esquisse de phonologie et de morphologie historique du tangoute. Global Oriental. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les réduplications qui n’en sont plus," Panchronica, 27/10/2016, https://panchr.hypotheses.org/1506 (ISSN 2494-775X)

La linguistique de la longue durée

Il existe quatre langues pour lesquelles on dispose d’une documentation quasi-continue sur plus trois mille ans. Il s’agit du grec, du chinois, de l’araméen et de l’égyptien-copte. J’exclus de ce groupe très restreint l’hébreu (qui, s’il n’a jamais été oublié, a cessé d’être une langue maternelle jusqu’à sa renaissance à la fin du dix-neuvième siècle) et les langues indo-aryennes (car d’une part le védique est difficile à dater, et d’autre part les étapes intermédiaires entre sanskrit et langues modernes sont insuffisamment bien attestées).

Ces quatre langues ont un rôle prééminent à jouer en linguistique historique car elles offrent une fenêtre unique sur l’évolution morphosyntaxique sur le long terme. Si la méthode comparative permet de reconstruire phonologie et morphologie, cette méthode est beaucoup plus difficile à appliquer à la syntaxe, et les études en syntaxe panchronique doivent, à mon avis, se baser en priorité sur des évolutions attestées dans des textes. Pour la plupart des langues du monde, on ne dispose hélas au mieux que de deux ou trois siècles d’attestation continue, ce qui est insuffisant pour observer des changements de grande ampleur.

Peu, voire aucun linguiste, ne maîtrise ces quatre langues (même si certains s’en approchent, comme par exemple Eitan Grossman, qui connaît le grec et les langues sémitiques du nord-ouest en plus de l’égyptien, sa spécialité première), et les études sur ces langues appartiennent à des traditions d’études assez distinctes, ce qui élève des obstacles à la mise en place d’une linguistique de la longue durée: l’observation détaillée des changements morphosyntaxiques sur plusieurs millénaires et la mesure de la durée et de la vitesse à laquelle ils ont lieu.

Les langues de l’antiquité la plus profonde présentent des difficultés spécifiques: les systèmes d’écritures de ces quatre langues, à leurs stades les plus anciens, ne représentent qu’imparfaitement la prononciation et n’indiquent qu’une faible partie de la morphologie. Le cas le plus évident est celui du chinois, dont l’écriture est difficile à interpréter et omet presque complètement la morphologie dérivationnelle que l’on peut reconstruire indépendamment (Sagart 1999). Néanmoins, pour l’araméen non-vocalisé et l’égyptien (pré-copte), les voyelles, qui pourtant apportent des informations cruciales sur la morphologie (ne serait-ce que la distinction des suffixes de personne à l’accompli), ne sont pas représentées dans l’écriture. Dans le cas du grec, on dispose d’un système perfectionné qui représente de façon relativement fiable le système phonologique du Ve siècle avant notre ère, mais qui est trompeur pour les textes épiques (où certains passages préservent des vers datant de l’époque où le grec avait encore des r voyelle). Le grec mycénien quand à lui est transcrit dans un système d’écriture profondément inadapté qui rend malaisée l’interprétation des documents les plus anciens dans cette langue. Néanmoins, ces difficultés peuvent être contournées grâce à des stades ultérieurs mieux attestés de ces langues (y compris les emprunts dans les langues voisines et le comparatisme) qui permettent d’extrapoler les données manquantes.

Les spécialistes de ces quatre domaines pourraient gagner à travailler ensemble et à considérer que l’étude de ces quatre langues (plus l’indo-iranien et éventuellement le latin, car la richesse des langues romanes compense partiellement sa moins grande profondeur historique) forment un sous-domaine cohérent de la linguistique historique. Il faut démocratiser l’accès à la compréhension détaillée de l’histoire de ces langues cruciales, souvent engluées dans une tradition philologique peu abordable, et leur redonner la place centrale qu’elles méritent dans notre discipline.

Bibliographie
Sagart, Laurent. 1999. The roots of Old Chinese. Amsterdam: Benjamins.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La linguistique de la longue durée," Panchronica, 06/05/2015, https://panchr.hypotheses.org/242 (ISSN 2494-775X)

La beauté des étymologies

Le programme de recherche le plus important de la linguistique historique est sans nul doute d’établir les principes généraux des changements linguistiques et de comprendre les conséquences de ces principes sur la structure des langues. Néanmoins, il serait fâcheux de développer l’approche panchronique sur l’histoire des langues en négligeant entièrement l’art de l’étymologie.

L’étymologie apparaît au premier abord comme une science du détail futile et de la contingence. Ce jugement, qui semble partagé par de nombreux linguistes et spécialistes d’autres disciplines, est toutefois injuste, et délétère pour le développement de la linguistique dans son ensemble.

Il est vrai que les articles avancés d’étymologie, surtout dans des disciplines comme l’indoeuropéen où les connaissances accumulées depuis près de deux siècles sont considérables, sont souvent d’un abord très difficile voire impossible pour les non-spécialistes. Les raccourcis que s’autorisent souvent les auteurs de tels articles contribuent à rendre des raisonnements subtils complètement opaques et donnent l’apparence d’élucubrations et de châteaux de cartes spéculatifs.

C’est toutefois la combinaison du raisonnement spéculatif avec la rigueur technique qui fait la beauté de certains articles, une beauté malheureusement difficilement communicable aux non-initiés. Toutes les étymologies ne sont pas d’une beauté égale. Les étymologies évidentes (par exemple les numéraux de l’indoeuropéen, comme la comparaison du russe dva au latin duo « deux »), si elles sont par ailleurs utiles pour établir les lois phonétiques, n’ont aucun attrait esthétique.

Il en va de même pour des étymologies moins évidentes au premier abord, mais triviales une fois que les lois phonétiques sont connues. Ainsi j’hésiterais à considérer comme « belle » l’étymologie rapprochant l’ojibwe wanagek « écorce » à l’arapaho hinóoox et au blackfoot otokssksi de même sens (proto-algonquien *welakeeθkwa) car malgré leur différence de surface impressionnante, ces trois mots ont des sens identiques et se correspondent presque parfaitement lorsque l’on connaît les lois phonétiques de cette famille; leur rapprochement en est une conséquence mécanique (voir Goddard 1974 et Proulx 2005 pour la démonstration de ces lois; si des lecteurs du blog en font la demande, j’exposerai l’évolution détaillée de ces trois formes).

Les étymologies les plus belles ont toutes en elle une étincelle de génie, une idée surprenante qui résout un problème resté insoluble depuis des générations, et qui paraît évidente une fois que l’on connaît la solution. Je n’en donnerai ici qu’un exemple, même si je reviendrai sans doute sur ce sujet dans de prochains billets.
L’étymologie de la négation du grec ancien oukí (et ses variantes ouk et ou) par Warren Cowgill (1960) est probablement l’une des plus impressionnantes du vingtième siècle. Il s’agit d’un des mot les plus courants de la langue dont l’histoire a été la mieux étudiée de toutes. Néanmoins, il se trouvait sans correspondant certain dans les autres langues de la famille, qui présentent toutes des formes remontant directement ou indirectement à *né; aucun indoeuropéaniste ne pouvait rester insensible à ce problème, et pourtant plus d’une centaine d’années se sont passées entre les débuts de la grammaire comparée et la parution de cet article.

Dans cet article, le savant américain montre qu’il est vain de chercher un mot à sens négatif correspondant à oukí; au contraire, il faut partir d’une locution originelle signifiant « jamais » *ne Hoyu kʷit, où *ne est la négation normale de l’indoeuropéen (sanskrit na), *Hoyu un nom neutre signifiant « durée de la vie » (sanskrit āyu-« durée de la vie ») et *kʷit
l’indéfini « un quelconque » (sanskrit cit). Suivant un cycle de Jespersen (voir Jespersen 1917, comme la négation française « pas »), la négation originelle *ne a été perdue et le sens de négation a été reporté sur l’ancien syntagme indéfini *Hoyu kʷit. Phonétiquement, cette proposition est parfaite: en grec *H disparaît en début de mot, *y chute toujours entre voyelles et *kʷ se délabialise en *k au contact du *u précédent (sinon on attendrait *oupi ou *outi selon les dialectes grecs).

La solution de Cowgill résout deux problèmes en même temps. Premièrement, elle éclaire d’une façon simple l’origine de cette négation sans équivalent ailleurs (sauf en arménien). Deuxièmement, elle explique pourquoi le grec a deux formes ouk(i) et ou (la première vient de *Hoyukʷit et la seconde de *Hoyu).

La beauté de cette étymologie tient en cela que son auteur a pensé à recourir à un principe général bien connu (le remplacement cyclique des négations) pour rechercher une solution à ce problème particulier. Cet article n’est toutefois pas qu’une ingénieuse trouvaille sur un point de détail. C’est une contribution importante à l’étude des cycles de Jespersen, et la première application de ces cycles à des états de langues non-attestés (Jespersen travaillait uniquement sur l’histoire attestée par des textes). Après l’article de Cowgill, un comparatiste travaillant sur une autre famille de langues et observant une négation difficile à étymologiser pensera au même principe d’analyse.

La linguistique panchronique et l’étymologie sont deux disciplines qui peuvent bénéficier considérablement l’une de l’autre: les principes généraux des changements ne peuvent être établis qu’en compilant un grand nombre d’études de cas particuliers; à l’inverse, les cas particuliers difficiles à résoudre peuvent bénéficier de l’éclairage de principes généraux.

Références:
Cowgill, Warren. 1960. Greek ou and Armenian oč. Language 36.3:347-350.
Jespersen, Otto. 1917. Negation in English and other languages. Det Kgl. Danske Videnskabemes Selskab. Historisk-filologiske Meddelelser 1: 1-151.
Proulx, Paul. 2005. Initial change in Blackfoot. Calgary Papers in Linguistics 26.
Goddard, Ives. 1974. An outline of the historical phonology of Arapaho and Atsina. International Journal of American Linguistics 40.2: 102–116.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La beauté des étymologies," Panchronica, 28/05/2013, https://panchr.hypotheses.org/15 (ISSN 2494-775X)