Archives par mot-clé : grammaticalisation

Le prohibitif en tujia

Comme nous l’avons vu dans un précédant billet, en tujia les *-a deviennent -i après dentale (li35 « tigre », tsi21 « riz » = japhug ndza « manger ») et restent -a après vélaire (ŋa35 « moi », ka35 « manger, mordre » = japhug nɤŋka « ronger »).
Le tujia -a a visiblement de nombreuses autres origines, dont *-ak (tha55 « tisser » = japhug taʁ), certaines voyelles antérieures dans un contexte à préciser (-ma55 « suffixe pour les noms d’agent » = japhug tɯrme« homme »)
A ce titre, le prohibitif tha55 est intéressant (example 1, Chen 2006:114)

(1) a55xoŋ55 tha55 ka35
cru NEG manger
« Il ne faut pas manger d’aliments crus. »

Ce marqueur fait immédiatement penser au prohibitif qui se trouve dans beaucoup de langues trans-himalayennes (mais pas le tibétain et le rgyalrong), comme en tangoute 𘅇 1734 tji¹ < *tja¹, où il est homophone du verbe "poser" (japhug ta). Le STEDT considère en effet ce mot tujia comme un réflexe de cet étymon. La voyelle pose toutefois problème; devant dentale, on attendrait un -i.

Toutefois, on remarque que ce marqueur de prohibitif dérive en fait d’un verbe existentiel négatif tha55 (au futur thai35, au perfectif thau35), illustré par l’exemple suivant (Chen 2006:95-96) par une très banale grammaticalisation.

(2) lai53 lau21tshi21 thai35
aujourd’hui soleil ne.pas.avoir:FUT
« Aujourd’hui il n’y aura plus de soleil. »

A moins de supposer donc (i) que le changement *-a > -i après dentale n’a pas eu lieu dans ce mot (pour une raison à préciser) et (ii) que ce marqueur de prohibition a pu être dégrammaticalisé, pour devenir un verbe existentiel négatif, il est donc peu vraisemblable d’imaginer que, malgré la ressemblance superficielle de ce préfixe avec son équivalent en lolo-birman, il y soit apparenté. Même si j’ignore l’étymologie de l’existentiel négatif tha55 (mais aussi celle des mots tujia non empruntés au chinois dans leur très grande majorité), ce cas illustre à quel point il est dangereux et contre-productif de pratiquer l’étymologie à partir de listes de mots, sans s’intéresser à la grammaire et l’histoire détaillée de chaque mot.

Références
陈康 2006. 土家语研究。北京:中央民族大学出版社

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le prohibitif en tujia," Panchronica, 28/10/2017, https://panchr.hypotheses.org/2030 (ISSN 2494-775X)

L’inverse en sens inverse

Dans un article qui vient de paraître, Konnerth (2015) propose le chemin de grammaticalisation suivant en karbi (mikir), une langue du nord-est de l’Inde (si je n’ai pas commis de contresens):

pronom de 2sg > inverse > cislocatif (directionnel) > cislocatif (mouvement associé)

L’élément en question est le proclitique naŋ=, dérivé selon l’auteur du pronom de second personne nàŋ. Dans son usage comme marque d’inverse, naŋ= apparaît dans les formes 2/3>1 et 1/3>2 (tableau 2 p. 34).

Le chemin proposé va exactement dans le sens inverse du chemin bien attesté (en nez percé en particulier, voir Jacques et Antonov 2014:313):
venir > cislocatif (mouvement associé > directionel) > (action soudaine?) > inverse

Cet article présente donc des données d’un grand intérêt pour la typologie diachronique des systèmes d’indexation, et même de la grammaticalisation en général. Il me semble que si les données et la discussion semblent fiables, il manque à ce travail une approche réellement diachronique et comparative. Une telle étude est bien entendu rendue difficile par le fait qu’il n’existe pas de langue suffisamment proche du karbi pour éclairer directement sa diachronie. Il n’est pas inenvisageable malgré tout que le proclitique naŋ= soit grammaticalisé d’un verbe de mouvement qui est sorti de l’usage en karbi actuel (je pense par exemple au verbe qui a donné le Japhug no < *naŋ ‘chasser’ et le chinois 让 ‘laisser, ouvrir le passage’). Il est à espérer que cet article ouvre le débat, et que des études de terrain et des travaux de linguistique historique complémentaires sur le karbi et d’autres langues sino-tibétaines permettront de mieux comprendre l’origine de ce marqueur.

Bibliographie
Jacques, Guillaume et Anton Antonov. 2014. Language and Linguistics Compass 8/7: 301–318, 10.1111/lnc3.12079
https://www.academia.edu/3619660/Direct-Inverse_systems

Konnerth, Linda. 2015. “A new type of convergence at the deictic center: Second person and cislocative in Karbi (Tibeto-Burman).” Studies in Language 39 (1): 24–45
https://www.academia.edu/13332895/A_new_type_of_convergence_at_the_deictic_center_Second_person_and_cislocative_in_Karbi_Tibeto-Burman_

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’inverse en sens inverse," Panchronica, 27/06/2015, https://panchr.hypotheses.org/331 (ISSN 2494-775X)

La beauté des étymologies

Le programme de recherche le plus important de la linguistique historique est sans nul doute d’établir les principes généraux des changements linguistiques et de comprendre les conséquences de ces principes sur la structure des langues. Néanmoins, il serait fâcheux de développer l’approche panchronique sur l’histoire des langues en négligeant entièrement l’art de l’étymologie.

L’étymologie apparaît au premier abord comme une science du détail futile et de la contingence. Ce jugement, qui semble partagé par de nombreux linguistes et spécialistes d’autres disciplines, est toutefois injuste, et délétère pour le développement de la linguistique dans son ensemble.

Il est vrai que les articles avancés d’étymologie, surtout dans des disciplines comme l’indoeuropéen où les connaissances accumulées depuis près de deux siècles sont considérables, sont souvent d’un abord très difficile voire impossible pour les non-spécialistes. Les raccourcis que s’autorisent souvent les auteurs de tels articles contribuent à rendre des raisonnements subtils complètement opaques et donnent l’apparence d’élucubrations et de châteaux de cartes spéculatifs.

C’est toutefois la combinaison du raisonnement spéculatif avec la rigueur technique qui fait la beauté de certains articles, une beauté malheureusement difficilement communicable aux non-initiés. Toutes les étymologies ne sont pas d’une beauté égale. Les étymologies évidentes (par exemple les numéraux de l’indoeuropéen, comme la comparaison du russe dva au latin duo « deux »), si elles sont par ailleurs utiles pour établir les lois phonétiques, n’ont aucun attrait esthétique.

Il en va de même pour des étymologies moins évidentes au premier abord, mais triviales une fois que les lois phonétiques sont connues. Ainsi j’hésiterais à considérer comme « belle » l’étymologie rapprochant l’ojibwe wanagek « écorce » à l’arapaho hinóoox et au blackfoot otokssksi de même sens (proto-algonquien *welakeeθkwa) car malgré leur différence de surface impressionnante, ces trois mots ont des sens identiques et se correspondent presque parfaitement lorsque l’on connaît les lois phonétiques de cette famille; leur rapprochement en est une conséquence mécanique (voir Goddard 1974 et Proulx 2005 pour la démonstration de ces lois; si des lecteurs du blog en font la demande, j’exposerai l’évolution détaillée de ces trois formes).

Les étymologies les plus belles ont toutes en elle une étincelle de génie, une idée surprenante qui résout un problème resté insoluble depuis des générations, et qui paraît évidente une fois que l’on connaît la solution. Je n’en donnerai ici qu’un exemple, même si je reviendrai sans doute sur ce sujet dans de prochains billets.
L’étymologie de la négation du grec ancien oukí (et ses variantes ouk et ou) par Warren Cowgill (1960) est probablement l’une des plus impressionnantes du vingtième siècle. Il s’agit d’un des mot les plus courants de la langue dont l’histoire a été la mieux étudiée de toutes. Néanmoins, il se trouvait sans correspondant certain dans les autres langues de la famille, qui présentent toutes des formes remontant directement ou indirectement à *né; aucun indoeuropéaniste ne pouvait rester insensible à ce problème, et pourtant plus d’une centaine d’années se sont passées entre les débuts de la grammaire comparée et la parution de cet article.

Dans cet article, le savant américain montre qu’il est vain de chercher un mot à sens négatif correspondant à oukí; au contraire, il faut partir d’une locution originelle signifiant « jamais » *ne Hoyu kʷit, où *ne est la négation normale de l’indoeuropéen (sanskrit na), *Hoyu un nom neutre signifiant « durée de la vie » (sanskrit āyu-« durée de la vie ») et *kʷit
l’indéfini « un quelconque » (sanskrit cit). Suivant un cycle de Jespersen (voir Jespersen 1917, comme la négation française « pas »), la négation originelle *ne a été perdue et le sens de négation a été reporté sur l’ancien syntagme indéfini *Hoyu kʷit. Phonétiquement, cette proposition est parfaite: en grec *H disparaît en début de mot, *y chute toujours entre voyelles et *kʷ se délabialise en *k au contact du *u précédent (sinon on attendrait *oupi ou *outi selon les dialectes grecs).

La solution de Cowgill résout deux problèmes en même temps. Premièrement, elle éclaire d’une façon simple l’origine de cette négation sans équivalent ailleurs (sauf en arménien). Deuxièmement, elle explique pourquoi le grec a deux formes ouk(i) et ou (la première vient de *Hoyukʷit et la seconde de *Hoyu).

La beauté de cette étymologie tient en cela que son auteur a pensé à recourir à un principe général bien connu (le remplacement cyclique des négations) pour rechercher une solution à ce problème particulier. Cet article n’est toutefois pas qu’une ingénieuse trouvaille sur un point de détail. C’est une contribution importante à l’étude des cycles de Jespersen, et la première application de ces cycles à des états de langues non-attestés (Jespersen travaillait uniquement sur l’histoire attestée par des textes). Après l’article de Cowgill, un comparatiste travaillant sur une autre famille de langues et observant une négation difficile à étymologiser pensera au même principe d’analyse.

La linguistique panchronique et l’étymologie sont deux disciplines qui peuvent bénéficier considérablement l’une de l’autre: les principes généraux des changements ne peuvent être établis qu’en compilant un grand nombre d’études de cas particuliers; à l’inverse, les cas particuliers difficiles à résoudre peuvent bénéficier de l’éclairage de principes généraux.

Références:
Cowgill, Warren. 1960. Greek ou and Armenian oč. Language 36.3:347-350.
Jespersen, Otto. 1917. Negation in English and other languages. Det Kgl. Danske Videnskabemes Selskab. Historisk-filologiske Meddelelser 1: 1-151.
Proulx, Paul. 2005. Initial change in Blackfoot. Calgary Papers in Linguistics 26.
Goddard, Ives. 1974. An outline of the historical phonology of Arapaho and Atsina. International Journal of American Linguistics 40.2: 102–116.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "La beauté des étymologies," Panchronica, 28/05/2013, https://panchr.hypotheses.org/15 (ISSN 2494-775X)