Archives par mot-clé : français

Le français parlé, langue polysynthétique?

Le statut des éléments appelés « pronoms clitiques » dans la grammaire traditionnelle du français est l’un des sujets à propos desquels la linguistique générale typologique s’oppose le plus clairement à l’approche scolaire de la linguistique francisante.

Tous les écoliers apprennent que le verbe peut être précédé d’une série de « pronoms clitiques », indexant le sujet (je, tu, il), l’objet (me, te, le), l’objet indirect (me, te, lui) et aussi des adjoints (y, en). Ils sont traités comme des mots par l’orthographe, étant séparés par des espaces les uns des autres.

Néanmoins, dans les conversations informelles sur ce sujet que j’ai pu avoir avec de nombreux typologues, locuteurs natifs ou non du français, et travaillant sur des langues autres que le français, il semble qu’une majorité de chercheurs penchent en faveur d’une analyse complètement différente: ces éléments ne sont pas des clitiques, mais des préfixes, et le français serait de ce fait une langue présentant certaines propriétés polysynthétiques (un terme nous venant de Duponceau). Les arguments en faveur de cette idée sont les suivants:

i) On ne peut rien insérer entre le verbe et ces éléments, mis à part la négation ne (qui, dans cette analyse, est elle-même un préfixe). La seule exception que je connaisse vient de la langue du droit « je soussigné XXX, reconnais… », mais il s’agit là d’un archaïsme fossilisé dans ce registre particulier, et n’a aucune productivité (il ne peut pas s’employer avec la deuxième ou la troisième personne  » †tu soussigné…. »).

ii) Ils ne peuvent pas apparaître en isolation (notamment pour répondre à la question « qui? »).

iii) Le pronom « je » fusionne avec la forme « suis » du verbe « être » en [ʃɥi], une règle qui ne peut pas s’appliquer avec tous les verbes en s- initial, et notamment pas avec la forme « suis » du verbe « suivre » (néanmoins, certains collègues ont un avis divergent sur ce point).

iv) L’ordre de ces éléments est rigide, et certaines combinaisons concevable a priori sont en fait strictement interdites. Par exemple, pour les verbes triactanciels comme « donner », il n’est pas possible d’avoir un « pronom clitique » objet de première ou de deuxième personne avec un datif de troisième personne. Ainsi, on ne peut pas dire (1a) (une phrase inintelligible), seule une phrase telle que (1b) est acceptable dans un contexte très particulier.

(1a) †Tu me lui donnes.
(1b) Tu me donnes à lui.

De même, on observe que les « pronoms clitiques » adjoints et datifs ne peuvent pas se combiner lorsque le verbe a déjà un objet préfixé. Ainsi, il est possible de dire (2a) et (2b).

(2a) Je te le donnerai à la maison.
(2b) Je t’y donnerai ton cadeau.

En revanche, (2c) me semble inacceptable (je suis ouvert à des avis alternatifs de la part des lecteurs).

(2c) †Je te l’y donnerai.

Dans l’analyse que je soutiens selon laquelle les « pronoms clitiques » sont des préfixes d’indexation, le verbe français a au plus quatre préfixes (utilisant le schwa ə pour marquer la voyelle [ø] optionnelle qui peut apparaître dans ces contextes), comme l’illustre (3).

(3) Je ne te le donnerai pas.
ʒə-nə-tə-lə-dɔnə-ʁ-e pa
1SG.S/A-NEG-2SG.DAT-3SG.O-donner-FUT-1SG NEG

Une telle façon de présenter les données pourtant bien connues du français le rapproche typologiquement davantage de langues telles que l’abkhaze que des autres langues romanes ou du latin. Même si le concept de polysynthèse a fait l’objet de critiques, dont certaines ont un certain degré de pertinence (Haspelmath 2018), il n’en est pas moins vrai qu’une confrontation de la morphosyntaxe du français parlé à celle de langues à marquage sur la tête (head-marking) pourrait apporter une lumière sur de nombreux phénomènes intéressants, notamment dans l’acquisition de cette langue, qui sont obscurcis par l’approche traditionnelle.

Ainsi, un point où le français n’est pas encore complètement polysynthétique est l’incompatibilité entre un préfixe et le groupe nominal ou prépositionnel qu’il indexe dans la même phrase. Ainsi, les phrases (4a-b) sont mal formées en français standard.

(4a) †Le garçon il dort
(4b) †Le garçon il la voit la fille.
(4c) †Le garçon il le lui dit son avis à la fille.
(4d) †Le garçon il y va à Paris.

Toutefois, ces phrases sont possibles si l’on traite des groupes nominaux/prépositionnels comme des constituants disloqués à gauche ou à droite:

(5a) Le garçon, il dort
(5b) Le garçon, il la voit, la fille.
(5c) Le garçon, il le lui dit, son avis, à la fille.
(5d) Le garçon, il y va, à Paris.

Pour que le français se conforme au canon polysynthétique, il faudrait que des phrases comme (4) deviennent non seulement possibles, mais obligatoires. Or, j’ai pu entendre des phrases du même type chez mon fils et certains de ses camarades lorsqu’il était à l’école maternelle. Notamment, il prononçait l’infinif du verbe « aller » comme [jale], en y intégrant le préfixe -y-, comme dans des phrases telles que:

(6) ɔ̃-va j-ale a l-ekol
« On va aller à l’école. »

Il pouvait également préfixer à cette forme le préfixe re-:

(7) i-fo ʁø-j-al-e.
« Il faut y aller à nouveau. »

Un autre indice que les « pronoms clitiques » sont en fait des préfixes dans la langue parlée provient d’un exercice pour les élèves de CE1 dans lequel il est demandé aux enfants de souligner les verbes dans un texte. Dans les premiers devoirs de ce type, mon fils (et certains de ses camarades) soulignaient non seulement le radical du verbe (et ses suffixes), mais aussi le « pronom clitique » sujet, comme s’il s’agissait d’un seul mot.

Si je ne suggère pas de réformes pédagogiques (et que j’enseigne à mon fils ce que l’éducation nationale attend de lui), il me semble néanmoins que la langue écrite masque tout un ensemble de phénomènes morphosyntaxiques du français parlé, ce qui rend difficile l’étude de cette langue dans une perspective typologique, en dépit de son immense documentation.

Références
Haspelmath, Martin 2018. The last word on polysynthesis: A review article. Linguistic Typology 22(2):307-326. https://www.researchgate.net/publication/327152270_The_last_word_on_polysynthesis_A_review_article

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le français parlé, langue polysynthétique?," Panchronica, 25/02/2021, https://panchr.hypotheses.org/3354 (ISSN 2494-775X)

Le français vulgaire est-il inférieur au français policé?

Il est relativement aisé de remarquer l’absence de certaines conjugaisons et de certaines constructions grammaticales du français écrit en français parlé contemporain, comme celle de l’imparfait du subjonctif ou même du passé simple. L’obsolescence de ces formes grammaticales donne facilement l’impression que le français parlé, surtout dans ses formes les plus innovantes, serait plus simple, voire intrinsèquement inférieur au français écrit et normatif. Est-ce objectivement le cas?

Définir la complexité d’une langue est un sujet intéressant, mais un blog n’est pas un médium adéquat pour traiter d’une telle question. Dans ce billet, je me contenterai de montrer que le français parlé vulgaire présente au moins dans la formation des propositions relatives une plus grande richesse syntaxique que le français écrit. Cette idée m’est venue en donnant un cours de morphosyntaxe la semaine dernière, et n’est pas fondée sur une étude de corpus (je laisse à d’autres le soin d’en tirer une étude approfondie rigoureuse).

Dans un article assez fondamental, Keenan et Comrie ont suggéré une généralisation appelée la hiérarchie d’accessibilité à la relativisation, selon laquelle les arguments et adjoints qui peuvent être relativisés (en terme de grammaire scolaire du français, les antécédents — il y a plusieurs raisons pour lesquelles ce terme n’est pas approprié dans une perspective de linguistique générale) dans une langue particulière ne sont pas distribués de façon aléatoire, mais obéissent à une hiérarchie (ici un peu modifiée):

Sujet > objet direct > objet indirect > oblique > possesseur > standard de la comparaison

Si des travaux ultérieurs ont pu affiner cette hiérarchie et modifier certains détails, l’observation générale de Keenan et Comrie semble assez robuste.

Certaines langues, comme l’anglais, permettent de relativiser tous les arguments et adjoints inclus dans la hiérarchie. Le français écrit, comme le japhug (voir cet article qui paraîtra dans le prochain numéro du Journal of Chinese Linguistics), permet de relativiser tous les éléments de la hiérarchie, à l’exception du standard de la comparaison. De quoi s’agit-il?

Dans une phrase comparative telle que:

(1) Pierre est plus intelligent que Marie

Pierre est le comparé, et Marie le standard. On peut relativiser le comparé:

(2) Celui qui est plus intelligent que Marie.

En revanche c’est impossible pour le standard — essayez par vous-même de dire en français standard l’équivalent de the person than whom I am smarter (ce n’est pas très courant en anglais, mais apparemment c’est possible).

Certaines formes de français parlé généralisent que à la place de presque tous les pronoms relatifs, comme par exemple dont utilisé dans la relativisation des syntagmes prépositionnels en de dans (3).

(3) Le truc que j’ai besoin

à la place de:

(4) La chose dont j’ai besoin

Le relatives en que dans cet état de langue fonctionnent en fait d’une façon très différente des relatives du français standard. Entre autres propriétés, elles permettent de relativiser le standard de la comparaison, dans des exemples tels que:

(5) Le type que je suis plus intelligent que lui.

Je suis à peu près certain qu’une phrase telle que (5) est possible, même si je n’ai pas réussi à en trouver sur Google, du fait de la censure (et l’auto-censure) de la langue parlée et naturelle qui sévit dans les pays francophones (les lecteurs de ce blogs sont invités à indiquer des exemples s’ils en trouvent ou en connaissent — des liens vers des vidéo d’interviews par exemple).

Les relatives en que du français parlé autorisent donc, dans des exemples tels que (5), une plus grande souplesse syntaxique que les relatives normales, et cette possibilité mériterait de pouvoir entrer dans la langue standard afin de l’enrichir, et lui faire rejoindre le cercle très restreint des langues omnirelativisantes.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le français vulgaire est-il inférieur au français policé?," Panchronica, 20/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/659 (ISSN 2494-775X)