Archives par mot-clé : étymologie

« Chauve-souris » en sino-tibétain

On trouve dans le vocabulaire potentiellement reconstructible du sino-tibétain (je dis « potentiellement » car sommes très loin d’avoir quoi que ce soit ressemblant à un système de reconstruction) des mots inattendus, pour lesquels aucun étymon équivalent n’existe dans le vocabulaire hérité de familles mieux connues comme l’indo-européen.

L’un de ces étymons est celui de la chauve-souris; le STEDT présente une liste de mots qui sont assez certainement cognats, et qui incluent le Khaling पाक्ति pakti et le chinois 蝠 *pɨk. En kiranti, ce mot n’est attesté sinon à ma connaissance qu’en dumi (on l’on a प्वाक्ती pwakti dans le dictionnaire de Netramani Rai; le -w- est inattendu).

Le fait que cet étymon soit attesté en chinois, en sal (bobo-garo, naga du nord), en kuki-chin et en kiranti mais pas en tibéto-birman central (tibétain, birmo-qianguique) est à mon avis une bonne indication qu’il n’a pas pu être transmis par contact, et qu’il est donc très certainement hérité dans toutes ces langues. Par contraste, en indo-européen chaque branche a créé, et renouvelé en permanence, le vocabulaire pour désigner cet animal. Comment expliquer sa préservation en ST? Peut-être son usage culinaire?
En tous les cas, je doute que cette information soit cruciale pour déterminer l’emplacement de l’Urheimat sino-tibétaine, car on trouve des espèces de chauves-souris dans toutes les régions pour lesquelles le berceau de la famille a été proposé (y compris la Chine du nord, le Sichuan, l’Arunachal, le Bhutan etc).

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "« Chauve-souris » en sino-tibétain," Panchronica, 28/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/885 (ISSN 2494-775X)

Voir > entendre

Je suis en train de préparer une liste de racines verbales reconstructibles au proto-kiranti, et je pense que le cognat khaling du limbou √nis « savoir, voir » doit être ङिन्य |ŋi| « entendre ». Les finales -s ont toutes été perdues en khaling dans les radicaux verbaux (si c’est effectivement un *-s qu’il faut reconstruire ici, une question pas du tout triviale), et le limbou confond *ŋ et *n du proto-kiranti en n- en début de mot.

On trouve cette racine verbale dans d’autres langues (par exemple le yakkha nis- « voir, regarder »; le yakkha garde les ŋ- initiaux mais semble avoir néanmoins neutralisé l’opposition entre ŋ- et n- devant -i). Je ne connais pas de cognats extra-kiranti, mais il est plus vraisemblable que le sens originel de cette racine ait été « voir » (avec l’extension vers « connaitre » comme en indo-européen), et qu’il soit passé à « entendre » en khaling. Il est curieux que ce changement sémantique ait eu lieu précisément dans la langue qui a innové un démonstratif auditif, mais avant d’en tirer des conclusions capillotractées sur les rapports entre grammaire et culture, et sur la place de l’audition par rapport aux autres sens chez les khaling, il faut noter que ces deux innovations n’ont pas eu lieu en même temps, puisque le passage de « voir » vers « entendre » pour cette racine est au moins partagé avec le doumi, où l’on trouve le cognat ŋyiːnɨ « entendre ».

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Voir > entendre," Panchronica, 16/02/2016, https://panchr.hypotheses.org/803 (ISSN 2494-775X)

L’étymologie de wemitigoozhi « français » en ojibwe

Avant de souhaiter un bon solstice d’hiver à tous les lecteurs de ce blog, voici une note complémentaire au billet d’hier. Ives Goddard m’a expliqué l’étymologie de wemitigoozhi `français’, et je vais ici la présenter d’une façon complètement explicite; comme cette information ne se trouve pas sur internet et doit être difficile à dénicher par soi-même, il est d’intérêt public que je la rendre disponible.

Le livre auquel j’avais fait référence hier a commis un contresens. Mais avant d’aller plus loin, il est nécessaire de dire deux mots à propos de ce que signifie une étymologie en algonquien. Les verbes algonquiens sont dans leur quasi-totalité bi- ou tripartite: ils comprennent au moins un thème initial (initial stem) et un thème final (final stem, une classe fermée) qui indique la sous-classe de verbe (transitif ou intransitif, animé ou inanimé). Certains verbes ont également un thème du milieu (middle stem) qui correspond notamment au noms incorporés (je parle brièvement de ce sujet dans cet article, voir aussi les articles de Goddard et de Garrett qui y sont cités; en gros historiquement, le thème final est un ancien verbe et tous les verbes bi- ou tripartites sont d’ancien prédicats complexes, déjà fossilisés en proto-algonquien; les lecteurs intéressés peuvent me contacter, je leur enverrai les PDF des articles les plus importants sur la question). Pour étymologiser un mot en algonquien, il faut donc identifier les différents thèmes, et rendre compte dans les cas nécessaires de dérivations entre verbes ou entre verbes et noms.

Pour expliquer wemitigoozhi, il faut partir d’un nom non attesté, mais conforme à la structure des mots algonquiens, (probablement inanimé) *meqtekw-ooš-i < *meqtekw-ooθ-i ‘bateau en bois’, qui comprend l’initiale *meqtekw- « bois » et la finale *ooθ- « bateau » (le *-i est le suffixe des noms inanimés au singulier; *θ se palatalise en *š devant *i en proto-algonquien, mais il y avait à un certain des alternances entre *θ et *š entre singulier et pluriels dans les noms inanimés de ce type; cette alternance existe toujours en ojibwe et dans la plupart des langues algonquiennes dans le système verbal, mais a été analogisée dans le cas des noms). *meqtekw- existe tout seul en ojibwe, on a mitig < *meqtekw-i ‘bâton’ et mitig < *meqtekw-a ‘arbre’. La finale *ooθ- existe en ojibwe sous sa forme non-palatalisée, qui donne régulièrement –oon-; on l’a dans des mots tels que l’adverbe anaam-oon-ag ‘sous le bateau’ (anaam– signifie ici ‘sous’,la nature de –ag est un sujet trop compliqué pour être discuté ici).

On peut dériver régulièrement à partir d’un nom X (sous sa forme possédée à la troisième personne du singulier) un verbe (intransitif inanimé) signifiant `avoir X’ en combinant le nom et la finale *–i. Ce procédé est toujours très productif en ojibwe; on peut citer par exemple:

odikomi < *wet-ehkw-em-i ‘avoir des poux’ (*-em est un suffixe nécessaire à former les formes possédées pour certains noms; *wet- est l’allomorphe du préfixe de possession de troisième personne *we- devant les radicaux en voyelle)

En appliquant le même procédé, on peut donc supposer l’existence d’un verbe *we-meqtekw-ooš-i- ‘avoir un bateau en bois’ (sans le suffixe *-em-; je ne m’étends pas sur cette question pour cause de temps).

Ce verbe aurait donné la forme *omitigoozhi en ojibwe; un tel verbe n’est pas attesté. Le participe à la troisième personne du singulier donnerait régulièrement *wemitigoozhid, avec le suffixe -d et le changement initial régulier o- => we-. On dérive ensuite un nom animé à partir du participe (en supprimant le suffixe de personne; je ne connais pas la fréquence de ce procédé de dérivation), ce qui donne la forme wemitigoozhi ‘Français’, originellement ‘ceux qui ont des bateaux en bois’.

Voilà, ce n’est pas une étymologie triviale, et présenté comme cela c’est un peu long (un vrai algonquianiste vous explique ça en deux phrases…). Pour ceux qui ont tenu jusqu’ici, voici comment dire ‘c’est Noël’ en ojibwe: niibaa-anama’e-giizhigad

C’est un verbe intransitif inanimé qui comporte giizhigad ‘être (le) jour’, dérivé du nom inanimé giizhig ‘jour’ (sur l’étymologie duquel au moins quatre articles ont été écrits), nibaa- est un préverbe signifiant ‘de nuit’ et anama’e– ‘chrétien’.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "L’étymologie de wemitigoozhi « français » en ojibwe," Panchronica, 24/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/686 (ISSN 2494-775X)

Les longs couteaux

L’ojibwe, le lakhota et peut-être d’autres langues d’Amérique du nord partagent une expression commune pour désigner les européens, bahuvrîhi- `les longs couteaux’, ce qui en dit long sur la nature des rapports entre colons et amérindiens. Selon le New Lakota Dictionary, cela fait référence aux sabres de la cavalerie américaine.

En lakhota la forme est míla háŋska; mi- est un morphème dépendant signifiant `couteau’, et -la le diminutif.

En ojibwe, la forme est gichi-mookomaan, avec le préfixe gichi- `grand’ qui peut s’adjoindre aussi bien aux noms qu’aux verbes (on l’a dans gichi-manidoo `le grand manitou’). mookomaan est un nom inanimé (pluriel mookomaanan), mais gichi-mookomaan est animé et forme son pluriel comme gichi-mookomaanag. On trouve aussi un verbe dénominal gichi-mookomaani-ayaa `être un Européen’ comme dans cet exemple, tiré des mémoires de Maude Kegg (1991: 142), ouvrage que je recommande à ceux qui veulent s’initier à cette langue. Ce verbe composé (avec ayaa- `être’) apparaît ici avec le suffixe de troisième personne pluriel -wag de la conjugaison intransitive animée de l’ordre indépendant.

(1) Gaawiin ogikendanziinaawaa gegoo go aapiji anishinaabe-izhichigewin. Gegaa go gichi-mookomaani-ayaawag.
They don’t know anything much about the Indian way. They are almost white people.

Notons que les Français ont le privilège d’avoir un nom distinct en lakota et en ojibwe. En lakota, nous sommes appelés wašíču ikčéka `européens ordinaires’ (ont dit háŋpa ikčéka pour moccasin, háŋpa pour chaussure en général en lakota moderne): au dix-neuvième siècle, avant l’arrivée massive de colons américains, les européens que rencontraient les sioux étaient essentiellement des trappeurs français.

En ojibwe, ont dit wemitigoozhi pour `Français’; l’étymologie de ce mot n’est pas évidente, apparemment Ives Goddard a écrit à ce sujet.

Références

Kegg, Maude and John Nichols. 1991. Portage Lake: Memories of an Ojibwe Childhood. University of Alberta Press.
Ullrich, Jan. 2008. New Lakota Dictionary. Bloomington: Lakota Language Consortium.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les longs couteaux," Panchronica, 23/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/679 (ISSN 2494-775X)

Les ressemblances fortuites entre mots apparentés

Le rma du nord (qiang) zdɤm ‘nuage’ ressemble furieusement au japhug zdɯm de même sens, et la quasi-identité entre les deux mots semble indiquer un rapport de cognation parfait. Si personne ne doute que ces mots sont apparentés, cette correspondance n’est pas aussi parfaite qu’elle en a l’air; en effet, les langues rma en général ont perdu les consonnes finales, et en particulier le –m final dans les mots natifs (par exemple, le numéral ‘trois’, χsɯm en japhug, a la forme khsə en rma du nord).

Le –m du rma ici est en fait un allomorphe de mu ‘ciel’ (cognat du japhug tɯ-mɯ de même sens) avec perte de la voyelle comme c’est régulier pour les éléments de composés non-accentués. Le japhug zdɯm ‘nuage’ correspond donc à proprement parler à la partie zdɤ- de la forme du rma, et cet exemple ne peut donc pas être utilisé pour proposer un correspondance de -m final entre japhug et rma.

Les cas paradoxaux de ce type, où un changement morphologique a rendu deux mots apparentés plus ressemblants qu’ils ne devraient l’être étant données les lois phonétiques régulières, sont rares mais en aucun cas exceptionnels. Les comparatistes doivent garder en tête les exemples de ce type pour éviter de proposer hâtivement des correspondances phonétiques fautives par un examen trop superficiel des données.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les ressemblances fortuites entre mots apparentés," Panchronica, 08/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/616 (ISSN 2494-775X)

Tibétain phrin ‘message, information’

Je viens de trouver un nouveau cognat entre tibétain et gyalronguique, un mot pourtant assez évident: le tibétain ཕྲིན་ pʰrin / འཕྲིན་ ⁿpʰrin ‘message’ et le japhug tɯpri de même sens. Le préfixe est ici le préfixe de possesseur indéfini qui a été réanalysé comme partie du radical, comme dans de nombreux noms (comme tɯrme ‘homme’, qui en situ est un nom inaliénablement possédé).

La correspondance entre -pri et ཕྲིན་ pʰrin est parfaite. L’initiale est triviale (cf. cet article de Nathan Hill), et la correspondance de -i à -in se retrouve dans d’autres mots, comme le Japhug smi ‘cuit’ et tibétain སྨིན་ smin ‘mûr’.

En japhug, cette racine a servi à construire des verbes dénominaux, comme znɯxpri ‘prendre pour prétexte’ (ce qui est étrange, car tɯpri n’a pas le sens de prétexte, il s’agit donc d’une innovation sémantique propre à ce verbe, qui devrait signifier ‘faire donner un message’).

J’en profite pour mentionner le rapport probable entre le tibétain སྤྲིང་ spriŋ ‘envoyer’ (j’y pense car འཕྲིན་སྤྲིང ⁿpʰrin spriŋ ‘envoyer un message’ est une collocation très courante) et le khaling फुऽन्य |pʰiŋ| ‘envoyer’; pourrait-il s’agir d’un cas de préfixation en *r- avec métathèse (cf ce billet)?

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Tibétain phrin ‘message, information’," Panchronica, 04/12/2015, https://panchr.hypotheses.org/610 (ISSN 2494-775X)

Tibétain mdzangs.pa ‘intelligent, sage, noble’

Le chinois 匠 dzjaŋH ‘artisan’ est reconstruit par Baxter et Sagart(2014) comme *s-baŋ-s, sur la base de l’idée que 匚 pjang < *paŋ serait phonétique.

Je viens d’avoir une idée alternative; à mon avis, on peut comparer 匠 dzjaŋH à མཛངས་པ་ mdzangs.pa ‘intelligent, sage, noble’ (emprunté en japhug et verbalisé comme rɯndzaŋspa ‘faire attention’). Ce mot me semble lui-même motivé à l’intérieur du tibétain: on trouve l’adjectif བཟང་ bzaŋ < *p-dzaŋ ‘bon’, d’où il serait dérivé par un préfixe nasalisant *N- et le nominalisateur -s (*mdzaŋs < *N-p-dzaŋ-s)– il y a plusieurs possibilités quant à la nature de ce préfixe *N-; peut-être un usage comparable à l’applicatif – du japhug ‘être bon’ > ‘bien agir’ > (nominalisateur) ‘qui agit bien’.

Notons que bzaŋ ‘bon’ lui-même fait partie des rares mots à avoir des cognats en Bodo-Garo (Bodo məzaŋ  ‘beau, bon, propre’) et en chinois 臧 tsaŋ < *[ts]ˤaŋ ‘bon’, qui dans cette hypothèse ferait partie de la même famille de mot que 匠 dzjaŋH ‘artisan’.

匠 dzjaŋH ‘artisan’ a *dzh- en proto-Min et *dz- dans le proto-HM de Ratliff (2010), et si j’interprète correctement les lois phonétiques de B&S (2014: 161) pourrait aussi être compatible avec des reconstructions telles que *k-dzaŋ-s (pour *m.dzaŋ-s on aurait bien *dzh en min mais on attendrait à priori *ndz- en HM, voir B&S 2014:132). Pour rendre compte de la relation avec 臧 tsaŋ < *[ts]ˤaŋ ‘bon’, il faudrait peut-être même postuler *k-N-tsaŋ-s, une reconstruction qui correspond à ce que je connais par ailleurs (*k-…-s nominalisation circumfixale comme en tibétain, *N- applicatif).

Dans cette hypothèse, le caractère 匠 devrait être expliqué autrement — peut-être simplement comme un 会意 huiyi (une hache sur une planche carrée?).

Références
Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Ratliff, Martha. 2010. Hmong-Mien Language History. Canberra: Pacific Linguistics.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Tibétain mdzangs.pa ‘intelligent, sage, noble’," Panchronica, 30/11/2015, https://panchr.hypotheses.org/571 (ISSN 2494-775X)

Tibétain snod et birman hnut

Le tibétain སྣོད་ snod ‘récipient, réceptacle’ (qui sert à traduire le sanskrit bhâjana– n. भाजनं) a été comparé par le STEDT à la racine correspondant au birman hnut ‘bouche’, qui signifie aussi apparemment ‘utérus’ dans certaines expressions (comme hnut ŋuṃ ‘être enceinte’). Cette comparaison pourrait paraître sémantiquement possible dans la mesure où l’on a le composé བུ་སྣོད་ bu snod ‘utérus’ (=’réceptacle de l’enfant’), et où snod peut aussi désigner des organes internes (snod drug = 六腑).

Je pense toutefois que cette comparaison est fausse, pour plusieurs raisons.

Premièrement, mis à part le birman, aucune langue n’utilise cette racine pour désigner des organes internes, elle désigne soit la bouche, les lèvres, le museau, voir comme en japhug le bout d’un fil (en japhug, l’emprunt au tibétain tɯ-mtɕhi est employé pour désigner la bouche et les lèvres) ou de toute entité filiforme comme un ver de terre, comme dans cet exemple (le texte n’est pas encore sur Pangloss):
(1) pjɯ-sɯ-ɲcɤr ʑo tɕe, ɯ-ɕnɤz nɯ ɯ-mtsioʁ nɯ kɯ tu-rɤɕi tɕe,
(la corneille) appuie (avec une de ses pattes sur l’un des bouts du ver de terre), et tire avec son bec sur (l’autre) bout.

J’ignore d’où viennent les autres acceptions que hnut a en birman, et étant donné mon manque de connaissances dans cette langue, je préfère laisser à d’autres le traitement de cette question.

Deuxièmement (et principalement), le tibétain snod a une étymologie interne, il dérive du verbe ནོད་ nod (présent) / མནོས་ mnos (passé) « recevoir ». Ce verbe s’emploie plutôt pour des concepts abstraits (notamment des enseignements religieux) en tibétain classique, mais en tibétain ancien c’est le verbe normal pour recevoir des objets concrets, notamment dans l’expression སྔ་གཡར་དུ་མནོསྟེ་ snga g.yar-du mnoste ’emprunter’ (littéralement ‘recevoir comme emprunt’):

(2) lha ris gyi stsang las khre shol khal bcu zhig snga g.yar du mnoste
« [the people] borrowed ten khal of millet from the grain of the monastic estate.
PT1104.07 (Takeuchi 1995:225-231)

Mais aussi simplement dans le sens de « recevoir »:
(3) im tsi hvan gis mnoste
« [the millet] was received by Im tsi hvan »
PT.1104.24

snod n’est apparemment pas un calque de bhâjana- dans sa formation morphologique (puisque ce dernier dérive de la racine bhaj– ‘partager’), ce qui n’est pas surprenant puisqu’à part གཟུངས་ gzungs ‘dhâraṇî- धारणी’, les termes sanskrits sont calqués au moyen de morphologie refaite, et non en utilisant la morphologie préfixale ancienne.

La racine est |no| « recevoir » (le passé mnos < *pV-no-s avec le circumfixe b-…-s du passé), et la forme snod comprend le préfixe de nominalisation oblique s- (cognat avec le préfixe de participe oblique sɤ- en japhug, dont l’usage est décrit ici et ici), couplé avec un suffixe de nominalisation -d comme c’est courant pour les noms préfixés en g-/d- ou en s-. C’est donc un nom déverbal qui suit des règles tout à fait régulières de formation en tibétain, aussi bien du point de vue sémantique que morphologique.

Il n’est pas vraisemblable que le nom ɯ-ɕnɤz du japhug et ses cognats soient des noms déverbaux fossilisés (ce qui serait une innovation lexicale du birmo-gyalronguique, le tibétain ayant conservé le verbe d’où ce nom serait dérivé). Premièrement, s’il existe des noms obliques irréguliers non productifs, ils sont toujours formés avec une dentale s- ou z-, jamais avec une palatale ɕ- en gyalronguique, et contrairement au tibétain, les noms déverbaux n’ont jamais deux marques préfixée et suffixée de nominalisation, on a toujours soit l’une soit l’autre en gyalronguique. Deuxièmement, il resterait à expliquer de façon claire l’évolution sémantique de ‘réceptacle > organe interne > bouche’ qui n’est pas très intelligible au moins pour moi.

Bibliographie
Takeuchi, Tsuguhito. 1995. Old Tibetan Contracts from Central Asia. Tokyo: Daizo Shuppan.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Tibétain snod et birman hnut," Panchronica, 29/11/2015, https://panchr.hypotheses.org/554 (ISSN 2494-775X)

Le métier à tisser en sino-tibétain

Parmi les rares mots communs aux langues rgyalronguiques et au chinois, on trouve deux verbes désignant des activités de tissage:

’tisser’: japhug taʁ, tibétain འཐག་ ɴtʰag, btags, chinois 織 *tək
‘filer’: japhug pɣo < *paˠŋ, tibétain འཕང་མ་ ɴpʰaŋ.ma ‘quenouille’, chinois 紡 *paŋʔ

Je pense néanmoins qu’il est probablement possible de reconstruire davantage de termes techniques liés à cette activité. Aujourd’hui, en feuillant un dictionnaire de birman, je suis tombé sur le mot hnat ‘(织布机上的)综’ (à lire ici zèng), un terme qui se traduit en français par lice, et qui désigne un élément du métier à tisser qui sert à croiser les fils de chaînes et à les séparer pour permettre le passage de la navette (织布机上使经线交错着上下分开以便梭子通过的装置).

Ceci me fait immédiatement penser au japhug ɕnat, qui désigne un fil (en chinois local 提线; voir ci-dessous sur la photographie, en violet, noir et blanc; Tshendzin indique du doigt le ɕnat violet) qui sert précisément à cela (ɯ-sqar ɯ-tu-kɯ-sɯ-βzu ɣɯ tɤ-ri ŋu = c’est le fil qui sert à faire l’intersection des fils de chaînes). NB: cette photographie est tirée d’un film assez détaillé sur le tissage que je publierai un jour, il est déjà transcrit.

Cnat

J’avais déjà remarqué le tibétain སྣས་ snas qui a l’air de vouloir dire la même chose, et je me demandais depuis ma thèse s’il s’agissait d’un emprunt très nativisé du tibétain en gyalrong. La découverte de ce cognat birman montre qu’il n’en est rien, il s’agit d’un mot (à l’étymologie par ailleurs opaque) qui doit être reconstruit à l’ancêtre commun du birmo-gyalronguique et du tibétain, voire plus loin si nous parvenons à trouver des cognats dans des langues plus éloignées. Je n’ai pas d’explication pour la différence de consonne finale. Si des lecteurs de ce blog ont des idées sur des étymologies dans d’autres langues, elles sont les bienvenues.

Il y a sans doute de nombreux autres termes du tissage dans le vocabulaire sino-tibétain. La reconstructibilité de ces termes me semble avoir une importance pour la détermination de l’Urheimat de la famille.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le métier à tisser en sino-tibétain," Panchronica, 28/11/2015, https://panchr.hypotheses.org/548 (ISSN 2494-775X)

Chevrons, avant-toits et uvulaires en chinois archaïque

Le mot tibétain lcam-shing (ltɕam.ɕiŋ dans ma transcription) désigne le chevron (en chinois 椽子 chuánzi). Une origine possible du tibétain lcam est *lhjam (voir cet article).

Cette reconstruction me fait penser au chinois 檐 yem ‘avant-toit’, dont la classe de rime en chinois archaïque (韵部) est *-am de façon non-ambiguë. Une des origines du chinois moyen y- est bien la latérale *l-, donc *lam serait une forme qui pourrait mécaniquement donner le chinois moyen yem et les formes qui en dérivent dans les langues chinoises modernes. Admettons pour le moment cette reconstruction, je reviendrai plus bas dans ce billet sur les problèmes qu’elle soulève.

Le proto-tibétain *lhjam et le chinois archaïque *lam se ressemblent suffisamment pour justifier une étude plus détaillée de la possibilité d’une relation entre les deux mots. Sémantiquement, le rapport entre ‘avant-toit’ et ‘chevron’ n’est pas immédiatement évident, mais comme le montre cette photographie, les chevrons sont en fait assez visibles sur les avant-toits dans l’architecture chinoise, et par conséquent il n’est pas exclu que le terme ‘avant-toit’ puisse avoir été formé à partir de celui désignant le chevron:

Phonétiquement, on observe deux différences entre la forme pré-tibétaine *lhjam et la reconstruction en chinois archaïque proposée *lam. Tout d’abord, la différence d’aspiration, sur laquelle je n’ai pas d’explication. Deuxièmement, la présence de palatalisation en tibétain, qui pourrait s’expliquer de deux façons: (1) lcam serait un emprunt au chinois 檐 yem < *lam à une étape intermédiaire (époque Han) où la palatalisation commençait à apparaître, mais avant la disparition de la latérale. (2) un certain nombre de mots tibétains natifs présentent une palatalisation mal expliquée (que je discute dans cet article), due dans certains cas à l’usage de la palatalisation pour former des mots du vocabulaire honorifique (ce qui n’est sans doute pas le cas ici).

Il semble peu probable qu’un mot aussi technique puisse être cognat entre les deux langues, mais nous ne pouvons pas exclure un emprunt dans un sens ou l’autre: la présence d’emprunts au chinois archaïque en tibétain est un fait avéré (lcags < *lhjaks ‘fer’ de 铁 *l̥ˤik, me.long ‘miroir’ de 铜 *lˁoŋ ‘bronze’ etc), ou du tibétain ou d’une langue himalayenne vers le chinois, comme c’est le cas pour le mot ‘yak’ (voir ce manuscrit).

Cette étymologie pose néanmoins un problème dans la nouvelle reconstruction de B. Baxter et L. Sagart (2014). En effet, alors que d’autres systèmes de reconstruction du chinois archaïque reconstruisent *l pour tous les y- du chinois moyen, Baxter et Sagart reconstruisent une uvulaire *ɢ dans certains cas, pour des raisons très convaincantes mais trop longues à expliquer sur ce blog. Dans leur nouvelle reconstruction, 檐 yem ‘avant-toit’ est reconstruit comme *Cə.[ɢ]am avec une uvulaire, et non avec une latérale.

La comparaison proposée avec le tibétain est-elle impossible pour cette raison? C’est là que la philologie du chinois doit entrer en jeu (malheureusement, ce n’est pas mon point fort). La reconstruction avec uvulaire dépend crucialement de l’usage de 詹 comme élément phonétique dans ce caractère, et une étude sur les textes excavés de l’usage de ce phonétique serait bien utile, mais je suis mal équipé pour m’en charger.
La série phonétique qui contient ce caractère a des occlusives dentales (膽 tamX < [t]ˤamʔ) et des affriquées alvéolo-palatales (瞻 tɕem, reconstruit *[t.q]am), mais pas à ma connaissance de caractères imposant une reconstruction d’uvulaire dans cette série. Ainsi, il serait tout aussi possible, dans le système de Baxter et Sagart, de reconstruire cette série comme une série à latérale:

yem < *lam
tamX < *t-lˤamʔ
tɕem < *t-lam

Dans cette hypothèse, la comparaison entre tibétain lcam et chinois 檐 yem ne serait pas un mirage de la reconstruction.

Références

Baxter, William H., and Laurent Sagart. 2014. Old Chinese: a new reconstruction. New York: Oxford University Press.
Jacques, Guillaume. 2013. On pre-Tibetan semi-vowels. Bulletin of the School of African and Oriental Studies 76.2:289–300.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Chevrons, avant-toits et uvulaires en chinois archaïque," Panchronica, 24/10/2015, https://panchr.hypotheses.org/490 (ISSN 2494-775X)

Le verbe de mouvement ‘voler’ en sino-tibétain

On trouve dans les langues sino-tibétaines de nombreuses racines distinctes pour ‘voler’ (comme un oiseau), dont les trois principales peuvent être illustrées par:

(i) le tibétain ɴpʰur
(ii) le japhug nɯqambɯmbjom < (proto-gyalrong *mbjam)
(iii) le khaling |bʰer| (voir cet article pour plus d’explication sur cette notation)

Laquelle de ces trois racines a le meilleur potentiel d’être proto-sino-tibétaine?

La racine reflétée par le proto-gyalrong *mbjam (et attestée en lolo-birman, entre autres, peut-être une innovation birmo-qianguique) est probablement apparentée à 泛 phjomH (chinois archaïque *p[ro]m-s) ‘flotter’ selon le changement unidirectionnel flotter > planer > voler (je dois cette idée à Laurent Sagart).

La racine du khaling |bʰer|, malgré une distribution limitée (kiranti, tani et trung, voir le STEDT, où le tibétain ɴpʰur est inclus), me semble avoir un meilleur potentiel. On trouve en effet en tibétain bʲer ‘s’enfuir’, attesté par exemple dans l’exemple ci dessous qui provient de ce texte:

(1) | de’i tshe dge slong de dag gis sbrul chen po de’i gzugs de
mthong nas sngangs skrag ste| phyogs su ‘byer par ‘gyur ro|
Then after the form of that great snake is seen by those monks, they will be afraid and unable to breathe and (they) will flee in (all) directions.

Le changement voler > s’envoler > s’enfuir me semble tout à fait naturel, et lui aussi unidirectionnel (les lecteurs de ces blogs sont invités naturellement à proposer des exemples et contre-exemples dans les langues qu’ils connaissent).

En ce qui concerne le tibétain ɴpʰur et le chinois 飞 pjɨj (*Cə.pə[r]), je pense que l’hypothèse de verbes déidéophoniques est plus probable que celle d’héritage sino-tibétain (noter le japhug sɤphɤr ‘battre des ailes, secouer etc’). Le chinois 翩翩 phjien (*pʰe[n]), qui est aussi parfois comparé au tibétain ɴpʰur, est assez évidemment un idéophone.

Naturellement, il semble possible que la racine reflétée par le khaling |bʰer| soit aussi d’origne idéophonique, mais dans ce cas précis la présence d’une voisée initiale (ou probablement originellement prénasalisée, car selon moi c’est une des origines des voisées aspirées du khaling) suggère une dérivation déidéophonique plus ancienne.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Le verbe de mouvement ‘voler’ en sino-tibétain," Panchronica, 16/10/2015, https://panchr.hypotheses.org/443 (ISSN 2494-775X)

Problème de directionalité sémantique

Ces derniers jours, Marc Miyake discute sur son blog de problèmes de phonologie historique du tangoute, et j’espère trouver le temps d’y participer. Pour le moment, je vais aborder une question très simple, qu’il mentionne dans ce billet.

Le caractère tangoute 2262 dʑjwow correspond à deux mots distincts (homophones), « oiseau » et « voler ». Marc s’interroge sur lequel des deux sens est le plus ancien; je pense qu’on peut apporter une réponse à cette question.

Je rapproche le tangoute dʑjwow dans mon livre sur la phonologie historique du tangoute de la racine verbale *(l)mbjam du proto-gyalronguique reflétée par la dernière syllabe du japhug nɯqambɯmbjom « voler », le situ bjâm « voler » et le khroskyabs jmbjə̂m. Or, dans certaines langues gyalronguiques, dont le situ kə-bjâm « oiseau » et le khroskyabs jbjæbjə̂m « oiseau », le nom « oiseau » est un participe dérivé du verbe « voler » (c’est à dire simplement « celui qui vole »). Il semble assez évident que la même évolution a dû avoir lieu en tangoute; dans cette langue les préfixes de participe en – ont disparu sous l’effet d’une règle générale d’attrition phonologique affectant toutes les présyllabes, si bien que le verbe et le nom dérivé ne peuvent plus être phonétiquement distingués (le même phénomène a d’ailleurs eu lieu en khroskyabs).

Même si mon hypothèse étymologique rapprochant dʑjwow de *(l)mbjam s’avérait fausse, il me semble que le changement sémantique voler ==> oiseau est le seul possible; j’imagine difficilement une langue où le verbe « voler » dérive du nom pour « oiseau ». Dans toutes les langues que je connais, les verbes dérivant de nom d’oiseaux signifient plutôt « chasser des oiseaux » ou « élever des oiseaux » (par exemple le japhug nɯpɣa « chasser des oiseaux » du nom pɣa « oiseau »).

Références
Lai Yunfan. 2013. La morphologie affixale du lavrung wobzi, mémoire de mastaire, université Paris III.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Problème de directionalité sémantique," Panchronica, 01/08/2015, https://panchr.hypotheses.org/397 (ISSN 2494-775X)

Les noms polysyllabiques khaling

Le vocabulaire du khaling contient une quantité importante de noms polysyllabiques, un fait surprenant pour deux raisons.

Premièrement, les racines verbales et la majorité des noms natifs dont l’étymologie peut être déterminée sont monosyllabiques (voir Jacques et al. 2012 concernant la notion de racine verbale; un dictionnaire des verbes khaling préparé par notre équipe, qui paraîtra d’ici peu). On trouve quelques rares mots polysyllabiques reconstructibles en proto-kiranti, comme le nom « orphelin » (reskʌp रेस्कप् en khaling, yɛtchaba en limbu etc; ce nom a d’ailleurs une importance dans la mythologie kirantie; j’y reviendrai dans un billet ultérieur), mais ils se comptent sur les doigts de la main.

Deuxièmement, on a pu mettre au jour récemment qu’une des origines du ton tombant en khaling est la réduction de dissyllabes en monosyllabes (voir Jacques à paraître), un changement qu’a d’ailleurs subi le nom du peuple khaling lui-même khɛ̂l ख्या:ल् en khaling, venant d’une forme pré-khaling *khali(ŋ), ce nom ayant été emprunté en népali avant le changement.

Or, on trouve des noms polysyllabiques à foison, dont l’étymologie est assez obscure (le nouveau dictionnaire de Toba et Toba 2014 en regorge). Par exemple, le nom koktsiŋgēl कोक्चिङ्‌गेल् « escargot » (un mot facile à mémoriser par sa ressemblance fortuite avec le français « coccinelle ») ne peut pas être facilement décomposé en éléments tels que kok+ tsiŋ + gel. D’autres polysyllabes sont analysables, mais ont une structure étrange, comme keksēr केक्सेर् ‘épouillage » dérivé de la racine |kekt| « pick » et du nom sēr « pou », très inhabituel en étant un composé verbe+nom alors que le khaling est une langue à verbe final strict (l’ordre habituel est agent-patient-verbe). Ce composé ne peut toutefois être ancien, car comme on peut le montrer (cf Jacques à paraître, ci-dessous), le groupe *ks entre deux voyelles s’est réduit de plusieurs façon en pré-khaling, notamment en -s- (comme dans mos मोस् « ours », cognat du dumi moksu). S’il était ancien, on aurait attendu une forme *kes.

L’étymologie de la grande majorité des noms en khaling est donc un mystère. Espérons que ce problème attirera l’intérêt de comparatistes!

Références
Jacques, Guillaume (à paraître). Tonogenesis and tonal alternations in Khaling.
Jacques, Guillaume, Aimée Lahaussois, Boyd Michailovsky and Dhan Bahadur Rai. 2012. An overview of Khaling verbal morphology. Language and Linguistics, 13.6:1095-1170
Toba, Sueyoshi and Ingrid Toba. 2014. Khaling-Nepali-English dictionary. Lalitpur: Nepali National Languages Preservation Institute.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Les noms polysyllabiques khaling," Panchronica, 31/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/389 (ISSN 2494-775X)

*āat̰ mraot̰ zaraθuštrō

Le titre de ce billet *āat̰ mraot̰ zaraθuštrō est un essai de retraduction en avestique jeune du fameux « Also sprach Zarathustra. » Il est amusant de noter que cette phrase n’existe pas dans l’Avesta (c’est pourquoi je la marque d’une astérisque), où l’on trouve en revanche de nombreuses attestations de āat̰ mraot̰ ahurō mazdā̊ (ainsi dit Ahura Mazda). Le verbe mraot̰ est une forme de troisième singulier de « l’injonctif » (correspondant plus ou moins au sanskrit abravīt « il dit » sans l’augment).

Le nom zaraθuštra- (au nominatif zaraθuštrō) est intéressant. C’est un composé possessif (que l’on appelle, en indo-européen bahuvrīhi selon la terminologie du sanskrit) composé de zarat- « vieux » (= sankrit jarat- < *ǵerṇt- un participe dérivé de la racine jṝ « vieillir ») et de uštra- « chameau » (= sanskrit uṣṭra-), autrement dit, « celui qui a de vieux chameaux » (un nom qui, il faut bien le dire, présume mal de la postérité du personnage).

On attendrait toutefois plutôt quelque chose comme *zaraδuštra- avec le voisement du t par sandhi en composé puis spirantisation intervocalique, plutôt que θ, qui est mal expliqué. Lubotsky (2001), dans son étude sur les mots non-indo-européens communs à l’iranien et à l’indo-aryen, discute du nom du chameau uštra-, pour lequel il reconstruit donc une laryngale *Huštra-, qui au contact du *t- final de l’élément précédent, doit donner un th en sanskrit et un θ en avestique (comme dans la désinence de 2pl du présent -tha en sanskrit, -θa/-θā en avestique, venant de *-th2e, ou raθa– « char » = sanskrit ratha-). Cette solution phonétiquement possible me semble problématique dans la mesure où elle impliquerait de reconstruire un composé *j́arat-Huštra- en proto-indo-iranien, et de supposer que ce composé aurait évolué lautgesetzlich en avestique sans subir d’analogie. Ce serait à la rigueur acceptable s’il s’agissait d’un épithète courant (notamment pour un personnage mythologique), mais dans ce cas particulier, cette idée me semble trop mécanique.

Une solution alternative (à laquelle ont sans doute pensé des indo-iranistes, mais je n’ai pas les documents sous la main pour le vérifier) serait de prendre en compte la loi phonétique t > θ devant consonne (Martinez et de Vaan 2014:31), comme dans θraiias- = sanskrit trayas « trois ». En tant que premier élément de composé, zarat- a dû avoir plusieurs allomorphes, dont *zaraθ- lorsque le second membre du composé commençait en consonne. zaraθuštra- résulterait de la surgénéralisation de cet allomorphe à tous les contextes, nivellement peut-être dû à la perte de motivation sémantique de cet élément de composé, comme c’est courant dans les noms de personnes dans les langues indo-européennes.

Références
Lubotsky, A. 2001. The Indo-Iranian Substratum, in: Early Contacts between Uralic and Indo-European: Linguistic and Archaeological Considerations, ed. Chr. Carpelan, A. Parpola, P.Koskikallio (Helsinki, Suomalais- Ugrilainen Seura), pp. 301-317.
Martinez, Javier et Michiel de Vaan. 2014. Introduction to Avestan. Leiden: Brill.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "*āat̰ mraot̰ zaraθuštrō," Panchronica, 28/07/2015, https://panchr.hypotheses.org/378 (ISSN 2494-775X)

Comparative Siouan Dictionary

Le Comparative Siouan Dictionary, oeuvre collective monumentale, est désormais publié sur internet:

http://csd.clld.org/

Ce dictionnaire était accessible sous forme d’un fichier PDF distribué aux chercheurs intéressés depuis de nombreuses années, et nous nous en étions notamment servi lors de la rédaction de notre article sur la nasalité avec Alexis Michaud et Bob Rankin (lui même rédacteur principal du CSD).

Cette version représente un effort considérable pour systématiser les notes et les transcriptions — même s’il reste quelques scories, c’est inévitable pour un travail de cette ampleur. Depuis le décès de Bob Rankin l’année dernière, j’étais inquiet que ce travail ne tombe dans l’oubli, mais le voici sous une forme finalisée et complètement citable, ce qui va permettre aux études sur la linguistique historique des langues sioux d’aller de l’avant.