Archives par mot-clé : étymologie

Le verbe nhum-li “sentir” en dhimal

Le dhimal est une langue sino-tibétaine essentiellement du Népal connue grâce à la grammaire de King (2010), ayant un système d’indexation et un riche système de dérivation, qui est néanmoins largement innové. Il semble partager certains mots exclusivement avec des langues kiranties, tels que jiʔ(t)- “to be very wet and damp” ou keː(k)- “to crack open, hatch”, comparables respectivement au khaling झ:न्‍न्य |ʣhit| “be wet” et गे:न्य |gek| “hatch”, et une parenté plus proche avec ces langues n’est pas à exclure. Cette question pourra être mieux explorée lorsque le dhimal sera intégré à un projet de phylogénie bayésienne sur le sino-tibétain.

Le dhimal a un nh- initial qui correspond à des groupes Cn- en japhug ou en tibétain, par exemple dans nhatoŋ “ear” (Japhug tɯ-rna), nhapu “nose” (Japhug tɯ-ɕna) ou nhiʔloŋ “seven” (Japhug kɯɕnɯz).

Parmi les verbes à nh- initial se trouve le verbe intransitif nham- “to smell, to stink”, correspondant au japhug mnɤm, au tibétain mnam ou au khaling न्वाम्‍न्य |nom| “smell”. Le nh- initial suggère une forme pré-dhimal *s-nam, qui se rapproche davantage de la forme causative à valeur tropative snom, bsnams “sentir” en tibétain, dont le groupe sn- provient de la simplification d’un ancien *smn- (Jacques 2014).

Au premier abord, cela suggère d’interpréter le verbe intransitif nham- du dhimal comme une intransitivation zéro provenant de l’ancien causatif. Une telle hypothèse serait vraisemblable si nham- était labile, mais ce n’est pas le cas: le verbe causatif correspondant est nhum- “to smell something”, avec une alternance a/u qui semble isolée à l’intérieur du dhimal. Le vocalisme u ici n’est pas comparable au o du présent snom en tibétain, qui reflète en alternance fréquente dans cette langue mais isolée au sein du sino-tibétain.

Pour rendre compte de ces formes, je propose les hypothèses suivantes. Premièrement, la forme transitive nhum- provient bien d’un causatif de la racine *nam, mais avec un Umlaut dû au suffixe de troisième personne objet (Khaling -ʉ < *-u), autrement dit, *s-nam-u > nhum (comparer au Khaling nɵ̄ːm-ʉ “il le sent”). Cette hypothèse implique l’existence d’autres verbes transitifs à rime -uC correspondant à -aC dans d’autres langue de la famille, reflétant le même Umlaut.

Deuxièmement, pour la forme intransitive, il n’est pas nécessaire de supposer que le nh- vienne aussi d’un causatif. Il existe en japhug une dérivation dénominale propriétive en sɤ- (tɤndɤɣ “poison” > sɤ-ndɤɣ “empoisonné, vénéneux”) ou propriétive simple (ɕke “être brûlé” > sɤ-ɕke “être brûlant”) qui produit un verbe intransitif dont le sujet a pour rôle sémantique celui de stimulus, ce qui correspond bien au cas de nham- “émettre une odeur, puer”. Il dériverait dans ce cas soit d’un nom *nam “odeur” (lui-même tiré de la racine verbale “sentir”) soit d’un verbe *nam “sentir” avec sujet expérienceur.

Références
Jacques, Guillaume. 2014. On Coblin’s law. In Richard VanNess Simmons and Newell Ann Van Auken (eds.), Studies in Chinese and Sino-Tibetan linguistics, 155–166. Taipei: Institute of Linguistics, Academia Sinica.
King, John 2010 A Grammar of Dhimal. Leiden: Brill.

L’initiale proto-rGyalronguique *tj- et la racine ‘avoir peur’

(Dans cette article j’adopte les formes Cogtse de Hsie Fengfan 1999. L’accent du zbu B est difficile à déterminer, et il peut y avoir des erreurs.)

Jacques (2004: 299) donne les origines des japhug c– en Proto-rGyalrong (PGR) comme suit: *c-, *kj-, *tw-. Après Gong 2018 on sait actuellement que japhug c– peut venir aussi de *tj-: bas-zbu tjɐ́ʔ «vallée» (p.48) ~ Jp. co ~ Situ (Cogtse) co-kʰá (reconstruit comme *twaŋ dans Jacques 2004). *Tj- donne – dans zbu B (mon notes de terrain): 

  • tɣɐ́ «vallée»;
  • tɣó «pierre» ~ Jp. ;
  • tɣé «cerf d’eau, Hydropotes inermis» ~ Jp. ca.

Cela indique une contradiction possible à l’argument d’après lequel ‘No known morphological process in Gyalrongic languages could lead to an alternation between sc- and ʑd-.’ dans Jacques (2017: 126, note 4), qui nie l’apparentement entre Situ (Cogtse) ʑdɐ̂r «to be afraid» et nɐscɐ̂r «to be startled» ~ Jp. nɤscɤr «to be startled» ~ tɤscɤr «fear». En zbu B «avoir peur» se dit zdɣér (Dar.khug) / ‘zger (‘Dzam.mgo). zdɣér peut venir de pré-zbu B *zdjar < *zⁿdjar < PGR *nə-stjar, dont *nə- représente le préfixe anticausatif, donc *stjar signifierait «effrayer» et donnerait Jp. tɤscɤr. Concernant *zⁿdj- on ne trouve pas de – dans Hsie (1999) sauf nə-zɟú «to suffer losses» qui correspond à Jp. nɯzɟɯ (pas ✝nɯzɲɟɯ! La prénasalisation subsiste en japhug, pas comme en cogtse situ), donc on ne peut pas nier la possibilité d’une métathèse comme *zⁿdjar > *jzdar > ʑdɐ̂r.

Cette hypothèse n’est que très préliminaire, car les correspondances sont trop rares pour permettre une conclusion définitive. En plus, cogtse situ possède l’attaque jʑdtɐ-jʑdó «racine du navet» qui peut venir de *jzd-. Mais le Jp. a rɤ-jndoʁ et le zbu B a perdu cette racine, la reconstruction de cette racine est difficile.

Note supplémentaire:

Tous les – du zbu B ne viennent pas de *Tj-, le PGR *-a pouvant donner Proto-Zbu (PZB) *-je/*ji après les dentales:

  • zbu B (Dar.khug) ‘tʰɣit «poser» ~ bas-zbu ‘tʰji ~ Jp. ta;
  • zbu B ɐldɣí «bouillir» ~ bas-zbu ɐldî ~ Jp. ala;
  • zbu B (Dar.khug) stʰɣét «se reveiller» ~ bas-zbu ‘stʰji ~ Jp. sta.

D’ailleurs ‘Dzam.mgo zbu B a perdu la labialisation de Tɣʷ-, donc la part des – qui correspond à Dar.khug zbu B Tɣʷ– ne concerne pas le sujet ci-dessus. 

Les exemples possibles de PGR *sTj- sont rares, je n’en ai pu trouver qu’un autre cas incertain: Jp. sco «raccompagner (le départant)» ~ zbu B ‘stʰɣo (Dar.khug) / skú (‘Dzam.mgo, thème 2: ‘skʰo) «jeter». (Jp. βde «jeter, abandonner, perdre» correspond à zbu B (‘Dzam.mgo) ‘vdɣit «ne pouvoir que laisser tomber/couler (ne pouvant plus le tenir)»)

Quelques autres Jp. sc– avec correspondances (la plupart problématique):

  • Jp. scɤt «déplacer» (causatif de cit «bouger»?) ~ zbu B χcé;
  • Jp. nɤsci «changer» ~ zbu B pcí;
  • Jp. tɯ-scur «creux de la main» ~ zbu B kə-scór «contenance de deux mains, 一捧». 

Les autres – du zbu B (C) sont les suivants (les deux premiers viennent de latérales)ː

  • ʁldɣét «glisser» ~ Jp. ʁdɤt;
  • tə́-mdɣi «langue» ~ Jp. tɯ-mdʑu (cf. tangoute 𗢯 lhjwa1, birman hlyā);
  • nə́mdɣɐr «sauter» ~ Tshobdun nə́mder;
  • təmdɣé «fusil traditionelle» ~ bas-zbu təmdê ~ Tshobdun tomde ~ Jp. tɯmda (Jacques 2016 liste le dernier comme un emprunt au tibétain mda «flèche», cf. me.mda «fusil», littéralement ‘feu-flèche’. Jp. ɕɤmɯɣdɯ «arme à feu» se semble constituer de ɕɤm «fer» et un racine indéterminé, peut-être «arc»: Jp. tɯdi ~ zbu B (Dar.khug) tə́-ɣlɟə);
  • ʁɐ́ⁿdɣer «être vieux» ~ Khroskyabs dɑ́r.

Un mot zbu B à – sans correspondance: ‘tɣɐr «frapper, battre».

 

Références:

Gong Xun (龚勋) 2018. Le rgyalrong zbu, une langue tibéto-birmane de Cine du Sud-ouest. Une étude descriptive, typologique et comparative. Thèse de doctorat. INALCO.

Hsie Fengfan (謝豐帆) 1999. Theoretical Aspects of Zhuokeji rGyalrong Phonology. M.A. Thesis. National Tsing Hua University, Taiwan.

Jacques Guillaume 2004. Phonologie et Morphologie du Japhug (rGyalrong). Thèse de doctorat. Université Denis Diderot (Paris 7).

Jacques Guillaume 2016. Dictionnaire Japhug-Chinois-Français, version 1.1 嘉绒-汉-法 词典. Paris : Projet HimalCo. http://himalco.huma-num.fr/

Jacques Guillaume 2017. A Note on volitional and non-volitional prefixes in Gyalrongic languages. LTBA 40(2), pp. 124—132.

Lai Yunfan (赖云帆) 2017. Grammaire du khroskyabs de Wobzi. Thèse de doctorat. Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3). 

Sun Jackson T.-S. (孙天心) 2019. Tshobdun Rgyalrong Spoken Texts with a Grammatical Introduction. Taipei : Academia Sinica.

A propos du vietnamien dầu “huile”

Du point de vue des correspondances phonétiques, le vietnamien dầu “huile” ressemble à un emprunt ancien (pré-sino-vietnamien littéraire) au chinois 油 juw < *lu. Le d- initial ([z] en vietnamien du nord, provenant de *[ð] en vietnamien du XVIIème siècle) correspond de façon régulière avec le j- (喻四) du chinois moyen, et l’on retrouve la même correspondance en sino-vietnamien standard, où 油 se lit du.

La rime -juw du chinois moyen correspond généralement à -u ou -ưu en sino-vietnamien, mais l’on observe aussi une correspondance avec -âu dans certaines couches. Ainsi, le nom de la branche terrestrejuwX est dậu en vietnamien, avec le ton montant du chinois correspondant au ton nặng du vietnamien, une caractéristique des couches d’emprunts anciennes (en sino-vietnamien standard le ton ngã aurait été attendu). Au ton près, on trouve les mêmes correspondances entre 油 juw et dầu “huile” d’une part, et entre 酉 juwX et dậu d’autre part.

Du point de vue des tons maintenant, on sait que le ton plat du chinois moyen avec initiale sonante correspond, de façon un peu inattendue, au ton ngang (ton plat de série haute) en sino-vietnamien. Néanmoins, dans les couches non-littéraires, on trouve aussi des cas où le ton plat de série basse huyền est observé, par exemple dans rồng `dragon’, qui reflète la forme de 龍 ljowŋ < *(mə)-roŋ en chinois archaïque.

Il serait donc tout à fait raisonnable d’analyser dầu “huile” comme emprunt appartenant à la couche chinois ancienne en vietnamien. C’est d’ailleurs ce que propose Xian (2016) dans son ouvrage sur les emprunts chinois en vietnamien.

Néanmoins, on trouve dans certaines langues viêtiques des formes correspondant au vietnamien dầu “huile”, dont le thavung atuu¹ ‘huile’ (Ferlus 1979) et le maleng bro ntʊː. Il s’agit de mots à initiale de série haute, mais ce n’est pas un obstacle pour cette étymologie, étant donnés les cas de disharmonies entre tons de séries hautes et basses identifiés par Ferlus (1999) — même si je pense, contrairement à lui, qu’il doit y avoir une explication néogrammairienne pour ces irrégularités.

La consonne initiale d- ([z] < *[ð]) de dầu reflète donc la spirantisation d’un *d- en proto-vietnamien (pour rendre compte du ton de série basse en vietnamien) par une présyllabe qui a chuté, mais qui reste préservée dans les cognats en thavung et en maleng, selon un modèle bien identifié.

Il n’est donc pas possible de supposer que ce mot provient du chinois, et l’on ne peut non plus postuler un emprunt du viêtique vers le chinois, en raison du caractère irréconciliable des initiales (une latérale *l en chinois et une occlusive dentale en viêtique).

Le cas de dầu “huile” illustre donc que l’étymologie des emprunts chinois en vietnamien ne doit pas être entreprise sans une étude minutieuse des langues viêtiques, et des autres langues austroasiatiques, car les apparences peuvent être trompeuses: même des mots ayant des correspondances irréprochables avec le chinois peuvent se révéler être des étymons natifs, du fait d’une ressemblance fortuite.

Référence
Ferlus, Michel 1979 Lexique Thavung-Français, Cahiers de Linguistique – Asie Orientale, 5: 71-94 https://www.persee.fr/doc/clao_0153-3320_1979_num_5_1_1057
Ferlus, Michel 1999. Les disharmonies tonales en Viet-muong et leurs implications historiquesCahiers de Linguistique – Asie Orientale 28(1): 83-99. https://www.persee.fr/doc/clao_0153-3320_1999_num_28_1_1546
Xian Manxue 咸蔓雪 2016 《汉语越南语关系语素历史层次分析》上海:中西书局

Deux étymons pour “nom” en sino-tibétain?

A côté de l’étymon reflété par le Japhug tɤ-rmi “nom”, le chinois 名 mjieŋ < *meŋ et le tibétain miŋ, certaines langues sino-tibétaines ont un groupe initial br-:

Nungish:
Rawang: bø̀ng, brìng https://www.webonary.org/rawang/
Trung: ɑŋ³¹ bɹɯŋ⁵⁵ 

Lepcha ʔábryáng 

Kho-Bwa (Lieberherr and Bodt 2017, Sub-grouping Kho-Bwa based on shared core vocabulary:
Rupa azɛŋ
Chayangtajo Puroik a-bɹɛŋ

Le STEDT postule pour ces formes (il n’inclut que le nungish et le lepcha) un étymon distinct de celui du chinois 名 mjieŋ.

Malgré la ressemblance apparente entre les deux étymons, il est en effet possible qu’ils ne sont pas apparentés. Selon moi, il est même possible de proposer une étymologie pour cet isoglosse nungish-lepcha-kho-bwa

En japhug, le verbe mbri, qui désigne soit le bruit d’objets animés, soit le cri ou le chant d’animaux, se trouve en effet l’expression suivante:
(1) ɯ-rmi ɲɤ-mbri
3S.POSS-nom IFR-être.bruyant
“Il/elle est devenu célèbre” lien

Ce verbe, cognat du chinois 鳴 mjæŋ <*mreŋ, peut donc avoir été réanalysé comme "être renommé" (κλυτός), d'où ensuite une forme nominalisée "nom". Si cette étymologie est correcte, nous avons donc une innovation commune non-triviale regroupant ces trois sous-groupes.

Références
Lieberherr, I., & Bodt, T. A. (2017). Sub-grouping Kho-Bwa based on shared core vocabulary. Himalayan Linguistics, 16(2). http://dx.doi.org/10.5070/H916232254 Retrieved from https://escholarship.org/uc/item/4t27h5fg

Étymologie du chinois 豚

Parmi les nombreux termes désignant les cochons en chinois ancien, 豚 dwon (reconstruit comme *lˤu[n] par Baxter et Sagart) “petit cochon” a été comparé au gongduk don par George van Driem.

Toutefois, quelle que soit l’origine de ce mot gongduk, il me semble qu’il est possible de proposer une étymologie interne au chinois. Il existe en effet un adjectif 腯 dwot “gras”, qui s’emploie particulièrement pour les cochons (selon le Shuowen, 牛羊曰肥,豕曰腯), et dont voici un exemple d’utilisation dans le Zuozhuan:

(1) 吾牲牷肥腯,粢盛豐備
“Mes victimes, sont parfaites et d’une seule couleur ; elles sont bien grasses. Le millet offert dans les vases est abondant et les remplit.” (Huan 6, traduction de Couvreur)

La série de 盾 dwonX (< *lˤu[n]ʔ) est aussi reconstruite avec des latérales par Baxter et Sagart, et les deux séries phonétiques ne sont donc pas incompatibles. 豚 dwon et 腯 dwot sont d’ailleurs explicitement rapprochés par Wang Li (1982:457).

Le nom 豚 dwon pourrait s’expliquer comme une nominalisation par le suffixe -n (marginalement attesté en chinois, mais bien connu en tibétain) de 腯 dwot (< *lˤut), à reconstruire donc comme *lˤut-n, signifiant originellement "le gras", une épithète appropriée pour désigner un cochon engraissé. Cette hypothèse ne rend toutefois pas compte du sens spécifique de "cochonnet".

Références
Baxter, William H. & Laurent Sagart. 2014.Old Chinese: a new reconstruction. Oxford: Oxford University Press.
van Driem, George 2005. ‘Tibeto-Burman vs. Indo-Chinese: Implications for population geneticists, archaeologists and prehistorians’, pp. 81-106 in Laurent Sagart, Roger Blench and Alicia Sanchez-Mazas, eds. The Peopling of East Asia: Putting Together the Archaeology, Linguistics and Genetics. London: Routledge Curzon.
Wang Li 1982 《同源字典》商务印书馆

Etymologie de quelques adverbes d’orientation en japhug

Les adverbes tɤton ‘vers le haut (de la pente)’ et tɤʑɯn “vers le bas (de la pente)” en japhug sont doublement anormaux: i) ils ont une coda –n qui ne se trouve pas dans les mots du vocabulaire hérité (le –n ayant disparu, comme le –l, suite à un changement phonétique), ii) le radical ʑɯ(n) de l’adverbe ‘vers le bas’ a une consonne initiale différente à la fois de celles des préverbes d’orientation “vers le bas” et des autres adverbes indiquant cette orientation (préverbes: pɯ-, pjɯ-; adverbes: aki, tɕeki; noms: ɯ-pa “le bas”) que de ceux de l’orientation “vers l’aval” (préverbes: thɯ-, chɯ-; adverbes: athi, tɕethi; noms: ɯ-thɤcu).

La comparaison avec le tshobdun permet d’aller plus loin. Les cognats de ces deux adverbes sont tɐ́təm `uphill’ et tɐ́ɟət `downhill’ respectivement; les formes japhug attendues à partir de celles du tshobdun seraient †tɤtom et †tɤʑɯt respectivement. C’est donc la coda qui demande une explication; la plus simple est la coalescence avec soit le démonstratif , soit l’additif , qui ne sont pas accentués et peuvent tendre à perdre leur voyelle.

Les premières syllabes – / – pourraient s’interpréter soit comme des préfixes possessifs indéfinis (dans ce cas les bases –təm et –ɟət seraient nominales) ou des préfixes de nominalisation (les bases ci-dessus seraient alors d’origine verbale);

L’adverbe ‘vers le haut de la pente’ ressemble superficiellement aux noms et adverbes tels que japhug atu “haut” ou le situ atô “en amont”. Néanmoins, la coda -m en tshobdun indique que cette ressemblance est sans doute fortuite. Je n’essaierai pas de proposer une étymologie pour –ton et –təm.

En ce qui concerne –ʑɯn et –ɟət, notons que cette correspondance remonte à la consonne proto-rgyalrong que j’ai reconstruite *j-, et qui correspond à j– en situ de cogtse. or dans cette langue, il existe un verbe jə̂ ‘to go downwards’ (Lin 2016:61) dont la forme serait compatible avec les adverbes du tshobdun et du japhug, modulo la coda -t. Le cogtse confond les *j- et les *lj- du proto-rgyalrong (japhug ʑ- et j- respectivement), mais le situ de bragbar les distingue (comme ɟ- et j-), et l’on a bien dans ce dialecte la forme ɟə̂ (Zhang 2019:319) attendue pour un mot à initiale *j-.

Si ce verbe et toute la série à laquelle il appartient n’existe pas en rgyalrong du nord, les adverbes tɤʑɯn et tɐ́ɟət sont interprétables comme des formes originellement nominales dérivées de ce verbe, par application conjointe d’un suffixe de nominalization –t (très rare en rgyalronguique, cf tibétain -d) et d’un préfixe de nominalization tɤ- (ou de la forme du préfixe de possession indéfini, après la nominalisation par la suffixe -t).

Ces formes indiquent donc que la racine verbale jə̂ ‘to go downwards’ du situ est un archaïsme, hypothèse renforcée par le fait que l’on trouve dans les langues kiranties un verbes de deixis élévationnelle cognat: khaling |je| येन्य ‘come down’, limbou |yu|’come down’ (d’un lieu à altitude plus haute). Il est donc possible que l’opposition d’élévation que l’on trouve dans les verbes de mouvement du situ et ceux de nombreuses langues kiranties (à propos desquelles un article est en préparation) soit au moins en partie une préservation de leur ancêtre commun.

Réferences
Lin, Youjing 2016. How grammar encodes space in Cogtse Rgyalrong. Himalayan Linguisttics, 16(1), Special Issue on the Grammatical Encoding of Space, Carol Genetti and Kristine Hildebrandt (eds.), pp 59-83. https://escholarship.org/content/qt7k7535h6/qt7k7535h6.pdf
Sun, Jackson T.-S. and Bstan’dzin Blogros 2019. Tshobdun Rgyalrong Spoken Texts With a Grammatical Introduction. Language and Linguistics Monograph Series 62. http://www.ling.sinica.edu.tw/LL/zh/monographs.Contect/%E8%8D%89%E7%99%BB%E5%98%89%E6%88%8E%E8%AA%9E%E5%8F%A3%E8%AA%9E%E6%96%87%E6%9C%AC%E5%88%86%E6%9E%90%E6%9A%A8%E8%AA%9E%E6%B3%95%E7%B6%B1%E8%A6%81/
Zhang, Shuya 2019. Stem alternations in the Brag-bar dialect of Situ Rgyalrong, Linguistics of the Tibeto-Burman Area, 41(2):294-330. https://www.academia.edu/38302707/Stem_alternations_in_the_Brag-bar_dialect_of_Situ_Rgyalrong

Tibétain gɕen

Le terme gɕen གཤེན་ désigne un type de prêtre ou de “chamanes” de la religion bonpo, à propos desquels existe une quantité importante de travaux ethnographiques et philologiques (voir par exemple cet article et les références qu’il cite).

Selon moi, une étymologie interne au tibétain pourrait être proposée pour ce terme. Si l’on part de l’idée que le g-…-n est un circumfixe de nominalisation, comme celui que l’on observe avec le nom གཉེན་ gɲen “ami, proche” (cognat au japhug tɯ-ɣɲi “ami”) dérivé de l’adjectif ཉེ་ ɲe “proche, près” (voir cet article), le verbe de base pourrait être ཤེས་ ɕes “savoir”: le -s dans ce verbe est certainement un suffixe, comme le suggèrent les cognats rgyalronguiques: si le japhug a sɯz “savoir”, on trouve dans la même langue la forme irrégulière générique mɤ-xsi “on ne sait pas” sans -z, et le cognat situ ɕə̂ aussi est dépourvu de coda.

Le nom gɕen གཤེན་ serait donc étymologiquement *kə-ɕe-n “celui qui sait”, un terme approprié pour “prêtre”, rappelant le mot gaulois *dru-wid- “druide”, un composé dont le second membre serait (degré zéro de) la racine *weid- “savoir”.

L’un des noms du riz en ST

Laurent Sagart propose dans ce billet un étymon pour le riz domestiqué commun au sal, au dulong, au tani et au chepang (la forme dulong par exemple est am55). Cet nouvel étymon, qui semble se conformer à ce qui est connu des lois phonétiques et qui est présent dans des langues non contiguës géographiquement, est un bon candidat pour être un mot hérité de l’ancêtre commun de tous ces groupes.

La forme am55 rappelle le verb Khaling |ʔomt| “mûrir”, qui peut s’employer à propos de céréales (voir ce dictionnaire, où nous l’avons traduit “ripen (of grains)”). Le -t se trouve dans un certain nombre de verbes déponents, dont certains impersonnels, une particularité partagée avec d’autres langues kiranties (voir cet article), et le o du khaling vient en partie d’une voyelle que je reconstruis *ɑ en proto-kiranti (voir ici) et ce verbe implique donc une racine verbale proto-kirantie *ʔɑm “mûrir” (dont il reste à trouver des cognats ailleurs en kiranti). Il est concevable qu’un terme désignant une céréale ait pu avoir été dérivé de cette racine, et je propose donc que l’étymon pour “riz” ci-dessus est une forme nominalisée de cette racine verbale. Si cette idée est valide, on devrait trouver des traces de cette racine verbale dans d’autres langues, y compris hors du kiranti.

PS: J’abandonne cette étymologie (2018-11-03, voir ce billet)

Jean-Paul Demoule : halte à l’imposture ! (2) : la paléontologie linguistique

Ce billet s’inscrit dans une série d’articles portant sur le livre Mais où sont passés les Indo-Européens ? de J.-P. Demoule sur ce blog (1) et celui de Thomas Pellard (1, 2 et 3).

La “paléontologie linguistique” — la confrontation du vocabulaire reconstructible par la linguistique avec des données archéologiques, pour tenter de placer dans l’espace et le temps les locuteurs de proto-langues, est un sujet auquel J.-P. Demoule consacre un chapitre entier et qui fait l’objet d’une de ses 12 “antithèses” (p 597):

L’utilisation de la paléontologie linguistique débouche sur de nombreuses contradictions et apories, et sur des raisonnements circulaires.

Aux pages 530-2, il présente quelques observations soutenant selon lui l’idée que la paléontologie linguistique mènerait à une impasse. Minimisant la masse du vocabulaire et de la morphologie communes aux langues indo-européennes, en particulier en répétant l’affirmation fausse selon laquelle seule une racine serait commune à toutes les langues indo-européennes, il insiste sur le caractère trompeur du vocabulaire commun:

On connaît aussi la démonstration par l’absurde d’Ernest Pulgram à la même époque, qui, sur la foi des mots communs aux langues romanes, proposait de reconstruire une culture “proto-romane” ou “latine”, domainée par des rois, des prêtres et des évêques, où l’on fumait du tabac, buvait de la bière et du café […]. En réalité, on le sait, tous ces mots, et ce qu’ils désignaient, sont apparus dans les langues romanes postérieurement à l’époque romaine. Mais encore faut-il disposer d’évidences [sic] textuelles.

On pourrait plaider que l’on sait que le café est un produit originaire d’Arabie, et que le mot (non indo-européen) est arrivé avec la chose.

La notion qui est singulièrement absente dans tout ce passage, ainsi que dans l’ensemble du livre, est celle de correspondance phonétique (connue de Pulgram mais ignorée par Demoule). En effet, sans même connaître l’origine du café et du tabac, et quand bien même le latin nous aurait été inconnu, il serait possible, en comparant les langues romanes, de remarquer que les correspondances phonétiques observées dans ces mots diffèrent de celles du vocabulaire hérité. Ainsi, le c– de l’espagnol devant a– correspond régulièrement à ch– en français (comme dans cantar et chanter), ce qui suffit à montrer (mais peut se confirmer par d’autres critères phonétiques et morphologiques) que la ressemblance entre le français café et l’espagnol cafe ne peut pas être due à un héritage commun. Si les lois phonétiques sont comprises (et comme l’a démontré Bloomfield pour l’algonquien, il n’est pas nécessaire pour cela de disposer d’une langue anciennement attestée), distinguer les emprunts les plus récents ne présente pas de difficulté; il est donc possible par cette méthode (dont l’application précise est très technique) de reconnaître, dans chaque langue indo-européennes (ainsi que dans les autres familles de langues dont la grammaire comparée est bien étudiée), les différentes couches d’emprunts, d’identifier leur sources et de leur donner une chronologie au moins relative, et ceci même pour les états préhistoriques pour lesquels nous ne disposons pas de textes.

Certes, même en connaissant les lois phonétiques, des cas d’emprunts indétectables et d’emprunts nativisés sont attestés, comme J.-M. List et moi-même l’avons illustré dans cet article. Néanmoins, ces cas sont nettement minoritaires et ne concernent guère que les noms.

Or, la paléontologie linguistique ne se limite pas à l’examen des noms reconstructibles (seuls des noms sont cités par J.-P. Demoule), mais aussi à celui des verbes, en général beaucoup moins empruntables. Dans cet article (le livre complet est accessible à cette adresse), R. Garnier, B. Sagot et L. Sagart discutent du rôle possible du lait dans l’expansion de la famille indo-européenne, et une part importante de leur argumentation porte sur la racine verbale *h2melǵ “traire” qui est solidement reconstructible en indo-européen non-anatolien; notons que les formes attestées sont trop dissemblables superficiellement aussi bien du fait des changements réguliers qu’ils ont subis que de leur structure morphologique pour pouvoir être des emprunts anciens nativisés ou des emprunts indétectables, et qu’il ne peut s’agir que de cognats.

La paléontologie linguistique représente un défi : ce domaine exige de synthétiser sans les édulcorer et les simplifier les données de l’archéologie et de la linguistique. Du fait de la quantité de connaissances requises, il est sans doute préférable que ce type de recherche soit effectué en équipe, combinant l’expertise de spécialistes de disciplines différentes, mais la difficulté de l’exercice ne signifie pas pour autant que ce domaine doive être abandonné. Négliger la paléontologie linguistique, comme le font trop d’indo-européanistes, me semble dommageable à la fois pour l’archéologie et la linguistique historique, disciplines sœurs qui ont tout à perdre d’une polémique simplificatrice.

Le verbe “donner” en jinghpo

Le verbe “donner” en jinghpo yā [ja33] (qui a de nombreuses fonctions dans cette langue, voir par exemple cet article) est rapproché par le STEDT d’un certain nombre de formes dans d’autres langues sal, en kham et en thulung, comparaisons sur lesquelles je ne préfère pas me prononcer pour le moment. En revanche, il me semble possible de rapprocher ce verbe du chinois 與 joX, reconstruit par Baxter et Sagart (2014) comme *m-q(r)aʔ, donc avec initiale non-latérale — il pensent en particulier que ce mot est étymologiquement distinct de son homophone en chinois moyen 予 joX qui aurait eu une latérale *laʔ. Comme je l’ai déjà expliqué dans cet article, si je suis d’accord avec l’idée que tous les j- (喻四) du chinois ne proviennent pas de latérales, lorsque des mots ayant cette initiale en chinois correspondent à des étymons ayant un j- dans une langue où les j- n’ont pas d’origines alternatives diverses (comme le Limbu où *r- devient j-), il est plus vraisemblable d’admettre que le chinois avait des *j- primaires dans ces mots, même si les données internes aux chinois ne sont pas claires.

Le verbe 與 joX pourrait être un nouvel exemple (outre la série de 羊癢祥 discutée dans cet article) de *j- primaire en chinois — ce qui n’exclut pas la possibilité que des uvulaires voisées soient la troisième origine du chinois moyen j-.

Un dissyllabe commun entre tangoute et gyalrong

Le tangoute a une postposition dissyllabique ɣwə²rjir² (5416-567) 𘁞𗙷 “devant” très courante dans les textes; j’avais déjà dans mon ouvrage de 2014 proposé un lien étymologique entre la syllabe rjir² (567) 𗙷 et la dernière syllabe du japhug ɯ-ʁɤri “devant”, considérant le ɣwə² comme un dérivé du mot “tête”. Toutefois, il m’apparaît à la réflexion que les deux syllabes de ce mot sont cognates avec celle du japhug: le ɣwə² peut tout à fait correspondre à la syllabe ʁɤ-, surtout au vu d’un travail de Gong Xun (dont je ne peux pas dire plus car il est actuellement en relecture anonymisée).

Nous avons donc un nouveau composé dissyllabique dont les deux membres sont cognats entre le tangoute et une autre langue rgyalronguique, un indice de plus de l’appartenance du tangoute à ce sous-groupe.

“vingt” en tibétain

Dans le billet d’hier, j’ai mentionné qu’il existait des formes du numéral “deux” en sino-tibétain sans -s final même dans des langues préservant cette coda. Le numéral tibétain གཉིས་ gɲis “deux” a bien cette coda, mais en revanche ཉི་ཤུ་ ɲi.ɕu “vingt” semble n’en avoir aucune trace.

Néanmoins, il est vraisemblable que la second syllabe -ɕu de ཉི་ཤུ་ ɲi.ɕu est apparentée au numéral བཅུ་ btɕu “dix”, d’autant que dans les autres dizaines, ont trouve une variante -tɕu sans préinitiale, comme dans སུམ་ཅུ་ sum.tɕu “trente”. La forme régulièrement attendue serait donc quelque chose comme †ɲis.tɕu. Or, Li Fang-kuei (1933:141) a proposé que *stɕ- > ɕ- serait un changement régulier en tibétain; certains de ses exemples demandent à être réexaminés (voir plus bas), mais le changement lui-même n’est pas en doute. Bien que Li Fang-kuei lui-même ne le mentionne pas, cette loi phonétique explique le numéral “vingt”: la forme *ɲis.tɕu supposée ci-dessous par analogie au numéral “trente” donne régulièrement ɲi.ɕu si on lui applique la loi proposée par Li Fang-kuei.

Notons qu’en tibétain ancien, où le changement sts-> s- n’avait pas encore lieu, on trouve déjà la forme ཉི་ཤུ་ ɲi.ɕu “vingt” (par exemple dans cette inscription), ce qui implique que *stɕ- > ɕ- et sts- > s- ont eu lieu à des époques différentes.

Parmi les exemples de stɕ- > ɕ- proposés par Li Fang-kuei, on trouve གཤམ་ gɕam “bas” comparé à la syllabe ཆམ་ tɕʰam de l’expression ཆམ་ལ་འབེབས་པ་ tɕʰam.la.ɴbebs.pa “vaincre, annihiler” (qu’il traduit comme “throw down, cause to lie down” avec le verbe འབེབས་ ɴbebs, phab “jeter vers le bas”. j’ai consacré un billet à གཤམ་ gɕam “bas”, et suis toujours convaincu que mon étymologie est valide; elle est incompatible avec la proposition de Li Fang-kuei.

Il me semble qu’interpréter ཆམ་ tɕʰam dans ཆམ་ལ་འབེབས་པ་ tɕʰam.la.ɴbebs.pa comme “le bas” est problématique pour deux raisons. Tout d’abord, le verbe འབེབས་ ɴbebs, lui-même signifie déjà “jeter vers le bas”. Ensuite, la même syllabe ཆམ་ tɕʰam ou sa variante non-aspirée ཅམ་ tɕam apparaissent dans des expressions telles que ཅམ་བཞག་ cam.bʑag “abandonner complètement, arrêter” (avec ་བཞག་ bʑag “poser”) et semble signifier soit “complètement” soit “calmement, progressivement”. Le sens de ཆམ་ལ་འབེབས་པ་ tɕʰam.la.ɴbebs.pa est doinc plutôt littéralement “terrasser complètement”, et ཆམ་ tɕʰam (quelle que soit son étymologie; c’est selon moi plutôt un idéophone) n’a donc rien à faire avec གཤམ་ gɕam “bas”. Notons que même si l’on acceptait la proposition de Li Fang-kuei, il faudrait admettre l’existence d’un préfixe *s- dans གཤམ་ gɕam “bas” (qui viendrait de *kə-s-tɕam), ce qui pose plus de problèmes qu’il n’en résout.

====
Correctif: Nathan W. Hill a attiré mon attention sur le fait qu’Abel Zadoks, dans un manuscrit (toujours non-publié) écrit en 2013 sur l’alternance entre dpon et pon et entre btsun et tsun en tibétain ancien, mentionne en passant l’idée que le -ɕ- dans ɲi.ɕu s’explique par *stɕ- > ɕ-. Comme j’ai effectivement lu ce manuscrit il y a quelques années, il est possible que je tienne cette idée du travail d’Abel.

Références
Li Fang-kuei 1933. Certain Phonetic Influences of the Tibetan Prefixes upon the Root Initials, Bulletin of the Institute of History and Philology 6(2): 135-157.

L’étymologie du nom “année” en rgyalronguique

Une des innovations communes au sous-groupe du birmo-rgyalronguique comprenant les langues autres que lolo-birmanes que l’on pourrait appeler “na-gyalronguique” est le nom de l’année correspondant au /pa/ que l’on trouve en japhug tɯ-xpa “une année” et pakuku “tous les ans” (voir cet article). L’étymologie de ce nom est donc importante pour comprendre la classification des langues de ce groupe.

L’usage du verbe pa “faire” dans l’exemple (1) peut contribuer à cette question.

(1) tɕiʑo ni kɤ-amɯfse-tɕi nɤ jinde kɯβdɤsqi ɯ-ro to-pa.
1DU DU PFV-se.reconnaître-1DU LNK maitenant quarante 3SG.POSS-reste IFR-faire
“Cela fait plus de quarante ans que nous nous connaissons.” (voir ce texte)

L’exemple (1) signifie littéralement “Après que nous nous ayons fait connaissance, plus de quarante (ans) se sont passés.”

L’emploi du verbe pa “faire” pour le sens de “s’accomplir” à propos d’une certaine unité de temps suggère que le nom “année” pourrait dériver de cet emploi spécifique de ce verbe (avec lequel il est homophone dans les langues considérées), “(unité de temps) accomplie” => “année”. La difficulté que j’entrevois avec cette idée est le fait que le nom correspondant à /pa/ s’emploie dans les langues autre que rgyalrong pour des adverbes de temps tels que “cette année”, “l’année dernière” ou “l’année prochaine”, et pas pour les mesures d’années “un an”, “deux ans” etc.

“Oublier” et “se rappeler”

Le bantawa |mitt| ‘to think, remember’ et le yakkha |mit| ‘remember’ reflètent une racine verbale *mit “se rappeler” en proto-kiranti, pour laquelle je n’ai pas suggéré de correspondant extra-kiranti dans cet article.

En rgyalronguique, le japhug jmɯt ‘oublier’, le situ jmə̂s et le khroskyabs lmə̂ (voir la thèse de Lai Yunfan) reflètent une racine proto-rgyalronguique dont la reconstruction approximative doit être *lmîs “oublier”. La possibilité d’une comparaison entre les deux étymons ne me paraît pas impossible, même si elle soulève plusieurs questions: la correspondance du *-s final du rgyalronguique (le japhug -t est secondaire, voir la discussion dans ce billet) au -t du kiranti, et bien entendu la correspondance sémantique. Voir aussi cette entrée du STEDT qui rassemble des mots dont certains sont probablement apparentés, commele jinghpo myìt “penser, pensée” (le sens originel).

Dans les langues ayant des préverbes d’origine adverbiale, comme l’indo-européen ancien, il est tout à fait possible de passer de “se souvenir” à “oublier” par l’ajout d’un préverbe; ainsi, le sanskrit a vismarati “il oublie” dérivé de smarati “il se souvient”. Parfois, des préverbes apparentés ont des effets opposés dans des langues distinctes, comme l’illustre l’exemple amusant du tchèque zapomenout “oublier” au regard du russe запоминать “se rappeler”.

En rgyalronguique, le verbe “oublier” s’emploie par exemple en japhug avec un préverbe dont l’un des usage est le mouvement centrifuge (nɯ-, voir dans cet article); par ailleurs, notons que le sens de “se rappeler” est exprimé par un mot dérivé d’un emprunt au tibétain (ɕɯftaʁ) qui ne peut donc pas être bien ancien. Il est donc loisible de considérer la possibilité qu’à un stade plus ancien le même verbe s’employait pour les deux sens, avec “oublier” lorsqu’on lui mettait le préfixe centrifuge, et “se souvenir” avec le préfixe centripète (en pseudo-japhug *ka-jmɯt), le second ayant donc été perdu dès le proto-rgyalronguique. La différence de sens entre rgyalronguique d’une part, et kiranti d’autre part peut donc s’expliquer par une innovation rgyalronguique.

Un nouveau cognat entre japhug et chinois?

La liste des cognats entre langues rgyalronguiques et chinois n’est pas très étendue, et il est rare de trouver de nouveaux cognats (il en va de même d’ailleurs avec le tibétain, à propos des cognats avec lequel j’ai consacré ce billet et celui-ci).

Le japhug ɕlɯɣ ‘laisser tomber (par erreur) 失手’ a des cognats en situ ɕlə̂k et en khroskyabs slɑ́ɣ / slə̂ɣ “laisser tomber” (Lai 2007:276). Il s’agit d’un causatif lexicalisé du verbe lɯɣ “se détacher, s’échapper, glisser” (comme par exemple un chien qui se détache sans vraiment faire exprès, un couteau qui dérape etc — pour la version volitionnelle il faut dire ʑɣɤ-sɯɣ-lɯɣ “se détacher” avec le causatif régulier et le réfléchi).

Les verbes ɕlɯɣ et lɯɣ me semblent candidats à une comparaison avec le chinois 失 ɕit “perdre” dont la reconstruction en chinois archaïque pourrait être soit *lhit, soit *lhik; si la comparaison est correcte, c’est la deuxième option qu’il faut choisir (avec une correspondance phonétique identique à celle de “pou” zrɯɣ – 虱 ʂit < *srik). Cette comparaison soulève la question de l'origine de la latérale sourde *lh: s'agit-il d'une trace de préfixe causatif (et donc 失 serait cognat de la forme dérivée ɕlɯɣ) ou y a-t-il une autre raison? Notons que 失 appartient à une famille de mot comprenant des formes avec latérale sonore tels que 佚逸 yit < *lik, “se laisser aller, s’échapper” et dont le sens semble bien comparable à celui de lɯɣ. Il s’agit peut-être d’un cas où une paire morphologique est partagée par le chinois et le rgyalronguique (ce qui ne veut pas dire que les deux formes sont forcément héritées — il pourrait s’agir aussi de formation parallèles même si la forme de base est cognate).