Archives par mot-clé : épistémologie

La science et le bon sens

Dans un compte-rendu de Sagart (1999) par Sun Yuwen (2007), spécialiste de phonologie historique du chinois dans le prestigieux département de chinois de l’université de Pékin, élève de Guo Xiliang, qui était lui-même disciple de Wang Li, se trouve le passage suivant, qui me semble illustrer de façon cruellement involontaire le gouffre qui sépare la linguistique historique de la pratique des philologues traditionnels. Je ne donne pas de lien, car cet article est relativement facile à trouver, mais je peux fournir le PDF éditeur aux lecteurs de ce blog qui veulent se persuader qu’il ne s’agit pas d’un canular.

« 大家公认,汉语的单字中,一个字本身只有一个语素,不能有两个语素。这是常识。我们知道,按照科学的观点,科学和常识有不同,科学比较完密、系统,常识是无意中得来的,错误较多。但是科学不能违背常识,对于常识中的错误部分,要有充分的科学根据论证它是错误的。 »

« Tout le monde reconnaît que dans un caractère chinois, chaque caractère lui-même ne contient qu’un seul morphème, et ne peut pas avoir deux morphèmes. C’est une question de bon sens. (Bien sûr), nous savons que du point de vue scientifique, la science est différente du bon sens. La science est plus complète et plus systématique. Le bon sens s’est constitué spontanément, et comporte de nombreuses erreurs. Mais la science ne peut pas aller à l’encontre du bon sens. En ce qui concerne la partie erronée du bon sens, il doit y avoir une base scientifique suffisante pour prouver qu’elle est fausse. »

J’en reste sans voix…

Références
Sagart, Laurent (1999). The roots of Old Chinese. Amsterdam: Benjamins.
Sun Yuwen (2007) 《上古汉语词缀构拟析评(下) 》江汉大学学报 26(4):68-75.

Wir müssen wissen, wir werden wissen

On observe parmi un nombre non-négligeable de linguistes, même en linguistique historique, un courant inductiviste et hyper-sceptique qui jette le doute sur la possibilité même d’établir des étymologies entre formes non-superficiellement similaires, de reconstruire des proto-langues et d’explorer les relations historiques éventuelles entre familles de langue.

Ce triomphe de l’ars nesciendi me semble la pire attitude possible qu’un chercheur peut avoir; refuser par principe de se poser certaines questions sous prétexte de rigueur scientifique équivaut à se complaire dans l’ignorance et à jeter l’anathème sur ceux qui ne s’y résignent pas.

Si l’extrême inverse — celui des spéculations basées sur un examen superficiel de données, contribue à augmenter la proportion de « bruit » dans les publications et nuit aussi à sa façon à la science, il est préférable de poursuivre toute sa vie un mirage que de s’auto-congratuler de son manque d’audace et d’originalité. A condition de se donner les moyens intellectuels nécessaires à réaliser son projet et à se refuser à toute falsification de données et/ou utilisation d’arguments malhonnêtes, un chercheur ne doit pas craindre de proposer des idées non-triviales, même si elles peuvent sembler incompréhensibles par ses pairs; les découvertes brillantes en linguistique historique paraissent souvent être des élucubrations à ceux qui n’ont pas le temps ou les moyens de les comprendre.

A l’aphorisme de Wittgenstein, je préfère l’optimisme de Hilbert: Wir müssen wissen, wir werden wissen. L’ignorance n’est ni tolérable ni inéluctable.

Ce billet peut être cité de la façon suivante: Guillaume Jacques, "Wir müssen wissen, wir werden wissen," Panchronica, 12/06/2016, https://panchr.hypotheses.org/1351 (ISSN 2494-775X)